Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Communications

La commanderie de l’Ormeteau en Berry à la fin du Moyen Age

Françoise Michaud-Fréjaville

Texte intégral

  • 1 Léopold Niepce, Le grand prieuré d’Auvergne, Lyon, 1883, p. 212-219. L’auteur manque totalement de (...)
  • 2 Paroisse de Jussy-le-Chaudrier, cant. de Sancergue, Cher.
  • 3 Comm. et cant. de Reuilly, Indre.
  • 4 Comm, de Blanquafort, cant. de Vailly, Cher.
  • 5 Comm. et cant. de Tournon-Saint-Martin, Indre.
  • 6 Comm., cant. de Romorantin-Lanthenay, Loir-et-Cher.
  • 7 Comm. de Viq-sur-Nahon, cant. de Valençay, Indre.
  • 8 Comm. de Contigny, Allier ; Châteauneuf-sur-Cher : comm. et cant. de Châteauneuf, Cher.
  • 9 Comm., cant. de Boussac, Creuse.
  • 10 Farges, comm., cant. de Baugy, Cher ; Viviers, comm. de Tercillat, cant. de Châtelus-Malaveix, Cre (...)
  • 11 Comte de Toulgoët-Treanna, « Les commanderies de Malte en Berry », dans Mémoires de la Société des (...)
  • 12 G. Devailly, Le Berry du xe au xiiie siècle, Paris, 1973, p. 295-297.
  • 13 Id., p. 554 : en 1229, les Hospitaliers de Villefranche acquièrent des droits sur des terres que de (...)

1Huit commanderies hospitalières possédaient des terres en Berry sous l’Ancien Régime, toutes dépendantes du grand-prieuré d’Auvergne1. Les fondations templières des Bordes2, de L’Ormeteau3 et du Fresne4 furent reprises telles quelles par les Hospitaliers. Déjà installés au xiie siècle à Lureuil5 et à Villefranche6, les chevaliers de Saint-Jean se contentèrent d’incorporer à la commanderie de Villefranche les préceptories voisines de Valençay, Bourgneuf7 et Vierzon. La commanderie de Châteauneuf-sur-Cher dépendait de La Racherie en Bourbonnais8, Lavaufranche « en Berry »9 était du diocèse de Limoges, Farges était couplée avec Le Viviers10. Aucun de ces établissements n’a fait l’objet d’une étude approfondie depuis les travaux du cte de Toulgo-et-Treanna au début de ce siècle11. Ce dernier se préoccupait peu de la façon dont les Ordres militaires avaient géré leurs biens. Guy Devailly a montré que les Hospitaliers de Villefranche et les Templiers de Bourgneuf ont contribué, au xiie siècle, à la mise en valeur des vallées du Nahon et du Cher en drainant les marécages, en creusant des étangs et en attirant des hôtes pour gagner des terres sur la forêt12. Ce mouvement se continuait encore au début du xiiie siècle13. Ces données demeurent très éparses, et pour bien des commanderies nous ne possédons plus de documents médiévaux.

  • 14 Il s’agit du fonds du grand-prieuré d’Auvergne à Lyon renvoyé aux Archives de l’Indre en 1811.
  • 15 G. Guigne et C. Faure, Inventaire sommaire des Archives du Rhône antérieures à 1790, série H, t. I (...)

2Pour tenter de voir comment les Hospitaliers berrichons ont traversé le dernier siècle du Moyen Age, la commanderie de L’Ormeteau m’a semblé présenter quelques avantages. Le plus fondamental est celui des sources : je disposais d’un corpus de près de 190 actes entre 1300 et 1525 et d’un compte incomplet de 1451 déposés aux Archives de l’Indre14 et de quelques pièces dans le fonds des Archives du Rhône15. Par ailleurs, la situation même de la tête de la commanderie, au cœur de la Champagne berrichonne, à proximité des possessions de la Sainte-Chapelle de Bourges (la « baronnie » de Graçay) et de la prévôté « d’Outre-Cher » du chapitre cathédral pouvait permettre d’utiles comparaisons entre les différentes gestions ecclésiastiques.

3Les biens de la commanderie étaient grossièrement composés de deux blocs. Les Templiers s’étaient installés avant 1157 au village de L’Ormeteau où l’on trouvait la résidence fortifiée des chevaliers, des corps de bâtiment d’exploitation agricole, une église, un four et les maisons des « hommes » de la commanderie. Au xive siècle, cinq domaines ou « métairies » en dépendaient : Beauvoir, Chambon, Pied de Bois, Villepruère à l’ouest de l’Arnon, La Motte et ses dépendances dans une clairière des bois entre Cher et Arnon. A cela, s’ajoutaient des « chezaux » épars à Preuilly, Sainte-Lizaigne, Paudy..., de nombreuses vignes aux meilleurs clos d’Issoudun, deux moulins et diverses dîmes et rentes. Un second bloc regroupait les biens du « membre de Châteauroux » doté de maisons dans la ville, de vignes alentour et surtout de bois. Tête et membre avaient des gestions séparées ; c’est pourquoi, étant donné le calibrage imposé à cette communication, je m’en suis tenue à l’évolution de la seule partie éponyme de la commanderie.

  • 16 Arch. Vat., Inst. Misc., 2801 ; l’enquête sur le Berry que j’ai pu consulter grâce au microfilm co (...)
  • 17 Toulgoët-Treanna, op. cit., t. XXXIV.
  • 18 A.D. Rhône, 48 H 2420.

4Guidée mais aussi bridée par les textes dont je dispose, il m’a semblé pertinent de m’appuyer comme point d’observation sur le compte de 1451. Le simple pointage chronologique permet tout d’abord de voir que la guerre et les troubles ont quasiment fait table rase des archives anciennes de la commanderie. Déjà l’enquête de 1373, malgré son caractère succinct en Berry, avait signalé le mauvais état (injuriae) de L’Ormeteau16. On sait qu’en 1429 les bâtiments furent occupés par les Anglais17. En 1478, le commandeur rappelait que ses fourches patibulaires avaient été abattues par les ennemis quarante ans plus tôt18. C’est pourquoi, sans doute, nous n’avons qu’une trentaine d’actes pour la période 1300-1430. Le calme revenu, les documents furent mieux conservés ; il en subsiste plus de 170 pour le siècle suivant (1430-1530).

  • 19 A.D. Indre, H 652, « terrier », f° 1. Sauf indication contraire, les cotes sont celles des Archive (...)
  • 20 Id., f° 1, 5 v°, 7.
  • 21 H 658 ; Pied-de-Bois, hameau, comm. de Diou, cant. de Reuilly, Indre.
  • 22 H 652, f° 5 et f° 9.
  • 23 H 652, f° 3 v° ; le bail du moulin du 27 septembre 1450 prévoyait 7 muids de blés (par tiers : fro (...)
  • 24 Id., f° 8 v°.
  • 25 Id., f° 10 v°.
  • 26 Id., f° 17 à 24 v°.

5Le compte de 1451 montre que, si elle eut jamais cours ici, l’exploitation directe de la commanderie était abandonnée alors même que le commandeur résidait régulièrement. La terre était donnée à ferme pour 100 s.t., 4 muids de froment, 13 setiers de marsèche et 10 d’avoine19. Le village lui-même était habité par 14 individus ou familles payant une redevance en froment pour leur maison et courtil, plus 3 s.t. chacun comme « hommes » des religieux. Aucun des noms ne se retrouve dans les divers baux que nous avons par ailleurs, aucune vente ou succession ne nous permet de savoir quel type de contrat régissait les rapports entre ces hommes et les Hospitaliers, non plus que les lots de terre sur lesquels étaient prélevés les terrages ; les redevances oscillaient entre 3 et 23 boisseaux de froment. Outre la « grande ferme » confiée à Odenet Oreilhon, un « métaier », Naudin Guillon, versait 6 setiers de froment, 3 de marsèche et 4 d’avoine pour un domaine qui ne nous est pas précisé. Il en est de même pour Jacques Lebon et son fils Pierre, sans doute preneurs d’une des grandes métairies et dont les versements se montaient à 2 muids de froment, 14 setiers de marsèche et 10 setiers d’avoine20, redevance proche de celle demandée aux frères Langeron pour la métairie de Pied de Bois en 1471, soit 48 setiers de blés21. La métairie de La Motte était tenue par Jean Mestrot contre 2 setiers et demi de froment, 8 setiers de marsèche et 8 boisseaux de seigle22. Le moulin du Gué, à Lazenay, était affermé pour 9 muids de froment et 6 muids de mouture23. Les autres recettes en blés venaient des dîmes de L’Ormeteau, de Diou, de Meunet-Vatan. Les deniers provenaient des banalités affermées de L’Ormeteau (four et prévôté 8 l. 13 s.t. et 3 l.t.)24, d’une dizaine de prés, en particulier d’une vaste zone amphibie de bois, oseraies, étangs et pacages, la « Vieuvre », dépendant de La Motte et louée pour 12 l.t.25. A cela s’ajoutaient diverses rentes sur des prés, les moulins de Graçay... Enfin venaient les « hommes » : des serfs de Vatan, Preuilly, Graçay, Diou, Lazenay, Reuilly et L’Ormeteau, en tout 49 hommes à 3 s.t. et 3 « demi-hommes »26.

  • 27 Id., f° 15 à 20 v°.

6Le receveur de L’Ormeteau gérait également en 1451, mais dans un paragraphe à part, les recettes d’Issoudun. Ces dernières étaient dominées par le vin : malgré une lacune du document (2 feuilles coupés), on constate que les 28 vignes ou terres viticoles et les dîmes du vin rapportent deux fois plus que les cens dus pour les 23 maisons de la ville27.

  • 28 Id., f° 21.
  • 29 La dernière mention des façons payées par le receveur du chapitre cathédral se trouve dans le comp (...)
  • 30 H 652, f° 26 v°.
  • 31 H 655, 1461 (n.st.) : « les dits preneurs seront tenuz... faire celebrer une messe toutes les sepm (...)

7Finalement, selon ce document, ne subsistaient plus en gestion directe que quelques prés (non situés) que l’on fait faucher28 et deux vignes : la Menue et la Pitaude, dont les façons et la vendange étaient faites par des salariés. Ces vignes étaient de dimension modeste : 4 vendangeurs, un porteur pendant trois jours, pour une récolte de moins de trois tonneaux. Il s’agit bien ici d’une exploitation résiduelle, à une époque où le chapitre cathédral avait déjà donné à bail toutes ses vignes d’outre-Cher29. Les Hospitaliers n’ont pas seulement relâché le contact direct avec les paysans berrichons, ils ont également abandonné la cure des âmes. Au chapitre des dépenses, entre le ferrage des chevaux et deux paires de chausses (sic), figure le service de la chapelle de L’Ormeteau : six mois assurés par les Cordeliers d’Issoudun et six mois par les moines de Massay30. A la même époque, le commandeur faisait obligation au preneur de la métairie de Chambon de faire assurer une messe hebdomadaire dans la chapelle du domaine31.

8En conclusion, les revenus de la commanderie tels qu’ils se présentent dans ce compte s’élèvent à 150 l.t. en deniers, et à l’équivalent de 210 l.t. en blés (calculé sur les prix de vente donnés dans le document).

9A partir de 1451, on voit les efforts des administrateurs porter sur trois points : l’affirmation des droits sur les individus (la chasse aux serfs), la surveillance étroite des terres données à 29 ans, la généralisation, à côté des céréales de l’élevage du mouton dans les métairies.

  • 32 A.D. Rhône, 48 H 2421, no 2.
  • 33 H 668, 1494 : déposition de Mathurin Androis pour le four, de Henri Bellon pour les tuileries.
  • 34 H 685, arpentement de 1743 : le château est rectangulaire (30 m sur 20 environ).
  • 35 H 668.
  • 36 Le commandeur fit rendre les filets, saisir les poissons, et convia le procureur à venir les mange (...)

10Le mérite d’une surveillance plus efficace semble revenir au commandeur Jean de Marcenac (v. 1446 - v.1469). Cependant, il n’avait pas réellement trouvé tout à l’abandon : son prédécesseur, Jean de Bigny (v. 1423-1446), malgré les désastres, avait tenu à faire renouveler les droits de dîme et de rente en 1427 et 1429 et avait passé une série de baux après 1439. Jean de Marcenac est le dernier, pour notre période, à avoir résidé de façon plus ou moins continue à L’Ormeteau. En 1457, il avait obtenu de Charles VII l’autorisation de faire relever les fortifications32. La commanderie disposait d’un four à chaux, non loin de La Motte, et de deux tuileries : on les utilisa pour les travaux33. On édifia — ou réédifia — une maison forte à quatre tourelles d’angle « ayant d’une à l’autre 54 pieds de long » précédée d’une cour où se trouvait l’église, le tout clos d’un mur et entouré d’un fossé de 22 pieds de large34. Marcenac avait également recruté une partie de sa domesticité au sein de son domaine : Jean et Pierre de la Grange, devenus tous deux tisserands par la suite, avaient été le premier page, pendant cinq ans, le second « page et fauconnier de feu Monseigneur de Marcenac, avec lequel il a demouré l’espace de dix-huit ans, jusqu’à son trépas »35. Lors d’un procès de 1494 — à propos de la « Vieuvre » dont il a été question plus haut — où ces familiers témoignèrent, il transparaît clairement que le commandeur parcourait ses domaines, faisait exploiter ses bois, ses pacages, ses étangs, avec courtoisie et fermeté, allant jusqu’à tenir tête, non sans une politesse tant soit peu narquoise, au procureur du roi à Mehun, venu pêcher l’étang de La Motte36.

  • 37 H 654, 1457.
  • 38 H 667, 1454 (1455), « Chesal qui fut feu Ville... ».
  • 39 « Issoudun est recommandable par la copiosité et abondance de bons et excellents vins... qui ne so (...)
  • 40 H 667, 1478.
  • 41 Id., 1474.
  • 42 Id., 1453 et 1495.
  • 43 Id., 11 août 1452.

11A partir de cette impulsion nouvelle, toute la fin du siècle est marquée par une série de baux. Il s’agit de chésaux, avec une chénevière37 ou vacants38, mais surtout de vignes. Les vignes étaient des revenus assurés pour les Hospitaliers, de petite taille (2 arpents au plus), elles étaient concentrées autour d’Issoudun aux terroirs renommés de Vaubasin, Mortauges, Piedrouau39, ce qui les rendait assez faciles à surveiller. Tous les baux étaient de 29 ans, reconductibles dans la plupart des cas, avec une clause de relèvement du cens d’un sou à chaque renouvellement. Cette clause n’était pas que de style, on peut vérifier qu’elle s’est appliquée. Pierre Rasle avait pris, en 1446, 2 arpents à Mortauges (nord-ouest d’Issoudun) à planter en vigne pour 29 ans et 5 s.t. ; moyennant une augmentation de 12 d.t., il pourrait les reprendre pour un nouveau bail. Son fils, Pierre Rasle le Jeune, eut un nouvel acensement en 1478 pour 6 s.t.40. Il y a d’autres cas où il est précisé que la vigne pouvait être vendue en cours de bail, mais seulement à un « homme de L’Ormeteau »41. Il est arrivé que le successeur du premier preneur se retrouvât en justice pour avoir exploité ses quartiers sans titres : mésaventure arrivée aux quatre frères des Prés en 149542. Il est très clairement affirmé que les vignes ne devaient jamais être baillées sans limite de temps : en 1422, Jean Couldreau avait pris ce qui venait de feu Morisset, sans précision de durée ; en 1443, il plantait une vigne sur une des chaumes et repassait bail pour elle avec Jean de Bigny, sans durée fixée. En 1452, Jean de Marcenac cassa le contrat : son prédécesseur ne pouvait, au mieux, que lui faire un bail de 29 ans43. Cette rigueur instaurée par Marcenac se retrouve tout au long de notre période, et les baux de vigne représentent plus de la moitié des actes conservés.

  • 44 H 655, 1501 : l’eschoîte d’une femme serve fut rachetée au commandeur par le curé de Lazenay.
  • 45 H 658, 1455 ; H 667, 1462.
  • 46 H 667, 1446 ; H 667, 1462.
  • 47 A.D. Cher, 8 G 2103 : terrier Seurat, 1466-1467.
  • 48 H 665, 20 juin 1495.

12Ce regard acéré sur les parcelles viticoles se portait aussi sur les hommes. Nous sommes dans la zone berrichonne où la condition servile perdura et même s’aggrava au cours du xve siècle. Les serfs ne servaient plus à cultiver les terres, ou à charroier les bois ;... il n’y a plus guère de trace de corvées mais les tailles permettaient des rentrées prévisibles et régulières. Elles recouvraient vraisemblablement le rachat du formariage, moins évidemment celui de la mortaille44 ; le taux, de 3 s.t., est assez élevé mais au moins il n’est plus à la volonté du seigneur, comme cela était encore le cas pour les serfs de Lury dépendant du chapitre de Saint-Etienne. Faute de pouvoir garder ses hommes sous sa coupe — et encore les métayers de Chambon sont-ils serfs et sont-ils les seuls à jouir d’un bail de 29 ans renouvelable (1492) —, le seigneur devait veiller à ne pas laisser tomber les perceptions en désuétude, surtout si le serf ne résidait pas sur ses terres. Ce souci est celui de tous les seigneurs du Bas Berry, en particulier des ecclésiastiques, qui insistèrent pour réaffirmer leur droit de suite les uns chez les autres, dans la mesure du possible, et surtout sur les terres royales. Des accords entre seigneurs aboutirent au resserrement du filet fiscal autour des non-libres. On pratiqua de façon courante les « partages d’enfants », huit cas sont conservés dans le fonds de L’Ormeteau. Les partenaires de la commanderie étaient Saint-Denis-en-France45, seigneur de Reuilly, Saint-Laurian de Vatan46, et principalement la Sainte-Chapelle de Bourges, seigneur de Graçay. Cette dernière inaugurant, comme le chapitre cathédral, une recherche systématique de ses serfs47. Le terme enfant ne doit pas faire illusion ; il s’agit en fait le plus souvent d’adultes que l’on allait chercher dans la quiétude de leur ménage, voire dans le repos de la tombe. En 1495, Notre-Dame de Graçay et L’Ormeteau partagèrent les enfants de feu Jean Metivier et de sa femme : il y avait trois garçons, dont un prêtre,... messire Denis Metivier, cinq filles toutes mariées et les enfants de la sixième, morte elle aussi48.

  • 49 H 652, f° 40.
  • 50 A.D. Rhône, 48 H 2421, no 11.
  • 51 H 655, 1461 (n.st.).
  • 52 H 667, 1448 et 1452 : baux à Guillaume et Jean Artuys. Les Artuys appartiennent à une famille de n (...)
  • 53 H 655, 1470.
  • 54 H 655, 1492 : ces 380 mètres carrés étaient nécessaires pour l’hivernage au cours duquel se faisai (...)

13Dernier aspect de la mise en valeur, moderne pour l’époque, des possibilités rurales de la commanderie, l’élevage ovin. Le compte de 1451 n’en faisait pratiquement pas mention, si ce n’est pour la vente d’un demi cent de laine49. Mais en 1457, le commandeur se fit confirmer son exemption de dîme de bétail pour sa maison de Chambon50. Le bail de cette métairie ne prévoyait pas, en 1461, autre chose que du blé, un pourceau et 12 fromages51. Celui de Villepruère ne parlait, en 1452, que de froment et de 16 fromages52. Mais quand, en 1470, le commandeur Antoine Cotet (v. 1496 - v. 1483) revit avec Guillaume Chastellain le bail de Chambon, outre les blés (8 muids) et les 12 fromages, il fut précisé que le métayer ne devait pas tenir d’autres bêtes que celles qui seraient communes entre le commandeur et lui. Le preneur allongerait en outre la bergerie d’une travée ou deux et bâtirait une fromagerie53. L’élevage fonctionna à merveille, semble-t-il, puisqu’en 1492, le fils de Guillaume payait 9 muids de blés... 24 fromages, donnait la moitié des bêtes — tenues du seul commandeur — et devait ajouter une bergerie de 15 toises sur 7, couverte de chaume54.

14Cette « folie du mouton » fut générale en Champagne berrichonne. Les terres étaient dures à travailler, assez pauvres et sèches ; il fallait beaucoup de bêtes de trait et de main-d’œuvre, et il eût fallu beaucoup d’engrais ou de longues périodes de repos. Dans le temps où le travail de la laine pratiqué dans les villes du Berry fournissait un débouché, l’élevage ovin permettait de rentabiliser la jachère, surtout si l’on pouvait disposer des vastes superficies des terres arables de l’ancienne « réserve » seigneuriale. Ainsi on pouvait maintenir, et même accroître la production céréalière tout en y ajoutant le revenu des bêtes. Le calcul se révéla exact.

  • 55 H 658, 14 février 1472 (n. st.).
  • 56 H 654, 1522.
  • 57 H 654, 29 avril après Pâques 1489.

15La métairie de Pied de Bois, dans laquelle les quatre frères Légeron installèrent, en 1472, 100 brebis et le commandeur 160, devait alors 4 muids de blé, 30 s.t., un pourceau et 18 fromages, le croît de bête devait être partagé une première fois au bout de cinq ans, puis à la fin du bail de neuf ans55. Pasquet Martinet, métayer du lieu en 1522, devait désormais verser 5 muids, 4 setiers de blé et nourrir « cultiver les brebis estant a present en ladite metairie... a moitie... aussi seront tenues les vaches et gros bestail a moitie »56. A Beauvoir, Bertommier Charmignon renouvela son bail de 29 ans en 1489 ; la seule nouveauté consista en l’apport par le preneur de 120 chefs de brebis mères et de 20 agneaux. Il s’engageait aussi à construire dans les trois ans une bergerie de 10 toises sur 4 avec les matériaux fournis par le commandeur57.

  • 58 H 659, 14 novembre 1483.

16L’accroissement des revenus en blés coïncidant avec le développement de l’élevage se retrouva dans un premier temps à L’Ormeteau même. Le compte de 1451 présente un versement d’un peu moins de 5 muids en blé et 100 s.t. ; Antoine Cotet s’entendit en 1483 avec les trois frères Sauget, laboureurs du lieu, pour un contrat de 9 ans, moyennant 10 muids de blé (y compris les terrages dus par les résidents, soit environ un muid), on constate presque un doublement des revenus en grain en trente ans. Il s’y ajoutait le demi-croît de 277 chefs de « brebis » (mères et agneaux), le demi-croît des aumailles : 3 taurins de deux ans, 3 grandes vaches, 2 taures de deux ans et une d’un an ; le commandeur fournissait les 12 bœufs arables indispensables aux labours58.

  • 59 H 655, 1er août 1515, bail à Etienne Jaupitre ; 7 juin 1518, bail à Etienne Jaupitre et Pierre God (...)
  • 60 H 655, ce bail comprenait aussi celui du « Temple » de Châteauroux.
  • 61 Ibid.,... « Ne pourront prendre synon un demy des agneaux masles et non femelles... ».
  • 62 Les baux sont conservés pour 1505, 1508, 1515, 1518, 1519.
  • 63 G. Thaumas de la Thaumassière, Histoire du Berry, Bourges, 1868, t. I, p. 343, et t. IV, p. 403. L (...)

17A la fin du xve siècle, les commandeurs se montrèrent de moins en moins intéressés par ces importants versements en grains qu’il fallait revendre : leur non-résidence en rendait l’usage réel caduc, et en cas de besoin, les métairies en fourniraient. Guigne Bourrel (v. 1500 - 1507) ne demanda donc plus de blé mais de l’argent : un bail de 3 ans, pour 1 000 l.t. et de quoi vivre quinze jours par an au siège de L’Ormeteau59. De l’argent certes, mais aussi des bêtes ; si de 1 000 l.t. en 1505, on passa à 1 500 en 1515 et à 3 000 en 151960, on insista également sur les croîts de bêtes. Il est bien spécifié que le fermier devra donner les agneaux femelles et ne garder que les mâles dans son lot61. Les conditions financières ne pouvaient plus désormais être assumées par des laboureurs locaux. A partir du moment où de grosses sommes furent en jeu, l’extraction sociale des preneurs changea : dès 1505, la commanderie était affermée à Etienne Jaupitre, marchand de Bourges, qui la tint au moins jusqu’en 151962. Cette année-là, il la prit donc pour 1 000 livres d’or (égalant trois mille livres t.) aidé par son beau-père, Pierre Godard ; l’échevin de Bourges qu’il était cette année-là devait avoir du répondant63.

  • 64 A.D. Cher, 8 G2067. Comm., cant. de Vatan, Indre.
  • 65 A.D. Cher, 8 G 2226. Comm., cant. de Graçay, Cher.
  • 66 H 654, Pierre Noël avait pris à bail, en 1474, 2 mouées (22 ha environ) prises sur le « Champ du G (...)

18Ainsi, dans l’évolution des domaines de L’Ormeteau, il me semble que l’on peut lire une politique souple et pragmatique. Il s’agit de rentabiliser au maximum. Au cours de la décennie 1465-1475, on généralisa l’élevage en parallèle avec les récoltes. Ainsi firent les chanoines de Saint-Etienne dans leur métairie voisine de Giroux64 et ceux de la Sainte-Chapelle dans celle de Villaines65. Les domaines de taille moyenne et les grandes surfaces distraites des réserves66 furent données à bail à des laboureurs locaux, par des contrats de 9 ans, renouvelables, ou de 29 ans. Cette longue durée était assez attractive pour entraîner une amélioration des revenus céréaliers. Sur ces terres, on continua à percevoir des redevances en nature parce que les preneurs ne disposaient pas de liquidités. En revanche, le cœur de la commanderie était un gros morceau, il fallut adopter un autre système et passer marché avec la bourgeoisie marchande berruyère : elle seule disposait de fortes sommes. On en profita pour se décharger sur ces preneurs du souci de relever les terrages, les loyers, les tailles, de payer les officiers et même de chercher des desservants pour l’église... A côté de cela, les petits arpents de vigne firent toujours l’objet d’une surveillance diligente des baux.

19Les Hospitaliers de L’Ormeteau se montrèrent, pour leur époque, d’adroits gestionnaires : qualité des individus ou imitation réussie des idées qui avaient alors cours en Berry ? Les deux à la fois sans doute. Etait-il alors besoin d’être Hospitalier pour bien prendre le vent ? Pourquoi, d’un autre côté, nier à des religieux le droit de vouloir « faire de l’argent », pour leur Religion, pour leur combat contre les Turcs, voire pour mener une vie digne de leur origine et de l’histoire de leur Ordre.

20En fin de compte, on peut se demander s’il est judicieux de poser, pour la fin du Moyen Age, la question d’une particularité de l’économie des Hospitaliers.

Notes

1 Léopold Niepce, Le grand prieuré d’Auvergne, Lyon, 1883, p. 212-219. L’auteur manque totalement de précision dans la détermination des limites entre prieurés de France et d’Auvergne.

2 Paroisse de Jussy-le-Chaudrier, cant. de Sancergue, Cher.

3 Comm. et cant. de Reuilly, Indre.

4 Comm, de Blanquafort, cant. de Vailly, Cher.

5 Comm. et cant. de Tournon-Saint-Martin, Indre.

6 Comm., cant. de Romorantin-Lanthenay, Loir-et-Cher.

7 Comm. de Viq-sur-Nahon, cant. de Valençay, Indre.

8 Comm. de Contigny, Allier ; Châteauneuf-sur-Cher : comm. et cant. de Châteauneuf, Cher.

9 Comm., cant. de Boussac, Creuse.

10 Farges, comm., cant. de Baugy, Cher ; Viviers, comm. de Tercillat, cant. de Châtelus-Malaveix, Creuse.

11 Comte de Toulgoët-Treanna, « Les commanderies de Malte en Berry », dans Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, t. XXXI (1907-1908) et t. XXXIV (1911). L’Ormeteau a fait l’objet d’une présentation, essentiellement chronologique, par le docteur V.A. Fauconneau-Dufresne (« La commanderie de L’Ormeteau », dans Le Bas Berry, 1875, p. 257-266).

12 G. Devailly, Le Berry du xe au xiiie siècle, Paris, 1973, p. 295-297.

13 Id., p. 554 : en 1229, les Hospitaliers de Villefranche acquièrent des droits sur des terres que des paysans ad agriculturam redigeant.

14 Il s’agit du fonds du grand-prieuré d’Auvergne à Lyon renvoyé aux Archives de l’Indre en 1811.

15 G. Guigne et C. Faure, Inventaire sommaire des Archives du Rhône antérieures à 1790, série H, t. II, p. 3.

16 Arch. Vat., Inst. Misc., 2801 ; l’enquête sur le Berry que j’ai pu consulter grâce au microfilm communiqué par l’Institut de recherche et d’histoire des textes est particulièrement décevante.

17 Toulgoët-Treanna, op. cit., t. XXXIV.

18 A.D. Rhône, 48 H 2420.

19 A.D. Indre, H 652, « terrier », f° 1. Sauf indication contraire, les cotes sont celles des Archives de l’Indre ; les documents ne sont pas numérotés dans les liasses.

20 Id., f° 1, 5 v°, 7.

21 H 658 ; Pied-de-Bois, hameau, comm. de Diou, cant. de Reuilly, Indre.

22 H 652, f° 5 et f° 9.

23 H 652, f° 3 v° ; le bail du moulin du 27 septembre 1450 prévoyait 7 muids de blés (par tiers : froment, méteil, moduranche), le compte de 1451 ne mentionne que le froment.

24 Id., f° 8 v°.

25 Id., f° 10 v°.

26 Id., f° 17 à 24 v°.

27 Id., f° 15 à 20 v°.

28 Id., f° 21.

29 La dernière mention des façons payées par le receveur du chapitre cathédral se trouve dans le compte de Jean Gilmon (A.D. Cher, 8 G 875, f° 73). Les comtes de Sancerre, pour leur part, continuèrent tout au long du xve siècle à faire travailler quelques arpents (A.D. Cher, 6 F 116, f° 36, pour l’année 1451).

30 H 652, f° 26 v°.

31 H 655, 1461 (n.st.) : « les dits preneurs seront tenuz... faire celebrer une messe toutes les sepmaines en la chapelle de Chambon à leurs despens ».

32 A.D. Rhône, 48 H 2421, no 2.

33 H 668, 1494 : déposition de Mathurin Androis pour le four, de Henri Bellon pour les tuileries.

34 H 685, arpentement de 1743 : le château est rectangulaire (30 m sur 20 environ).

35 H 668.

36 Le commandeur fit rendre les filets, saisir les poissons, et convia le procureur à venir les manger avec lui à l’auberge voisine !

37 H 654, 1457.

38 H 667, 1454 (1455), « Chesal qui fut feu Ville... ».

39 « Issoudun est recommandable par la copiosité et abondance de bons et excellents vins... qui ne sont de moindre excellence et bonté que ceux d’Orléans... », Chaumeau, Histoire de Berry, Lyon, 1566, chap. xix, p. 256.

40 H 667, 1478.

41 Id., 1474.

42 Id., 1453 et 1495.

43 Id., 11 août 1452.

44 H 655, 1501 : l’eschoîte d’une femme serve fut rachetée au commandeur par le curé de Lazenay.

45 H 658, 1455 ; H 667, 1462.

46 H 667, 1446 ; H 667, 1462.

47 A.D. Cher, 8 G 2103 : terrier Seurat, 1466-1467.

48 H 665, 20 juin 1495.

49 H 652, f° 40.

50 A.D. Rhône, 48 H 2421, no 11.

51 H 655, 1461 (n.st.).

52 H 667, 1448 et 1452 : baux à Guillaume et Jean Artuys. Les Artuys appartiennent à une famille de notables d’Issoudun.

53 H 655, 1470.

54 H 655, 1492 : ces 380 mètres carrés étaient nécessaires pour l’hivernage au cours duquel se faisait l’agnelage.

55 H 658, 14 février 1472 (n. st.).

56 H 654, 1522.

57 H 654, 29 avril après Pâques 1489.

58 H 659, 14 novembre 1483.

59 H 655, 1er août 1515, bail à Etienne Jaupitre ; 7 juin 1518, bail à Etienne Jaupitre et Pierre Godard, avec « blé, vin, foin, avoine pour l’espace de quinze jours au dit lieu, une fois l’an ».

60 H 655, ce bail comprenait aussi celui du « Temple » de Châteauroux.

61 Ibid.,... « Ne pourront prendre synon un demy des agneaux masles et non femelles... ».

62 Les baux sont conservés pour 1505, 1508, 1515, 1518, 1519.

63 G. Thaumas de la Thaumassière, Histoire du Berry, Bourges, 1868, t. I, p. 343, et t. IV, p. 403. Les Jaupitre seraient originaires de Troyes (L. Raynal, Histoire du Berry, Bourges, 1864, t. III, p. 152).

64 A.D. Cher, 8 G2067. Comm., cant. de Vatan, Indre.

65 A.D. Cher, 8 G 2226. Comm., cant. de Graçay, Cher.

66 H 654, Pierre Noël avait pris à bail, en 1474, 2 mouées (22 ha environ) prises sur le « Champ du Gruau » à Giroux. En 1493, son bail fut modifié : avec son gendre il s’engagea sur un terrain désormais accru de plus d’un tiers (3 mouées et demi), à élever dans les 3 ans « une bergerie de la grandeur de celle qui y est et joignant icelle... » ; au bout de 29 ans, le bail pourrait être renouvelé.

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.