Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Communications

Deux commanderies hospitalières du Lauragais, Puysubran et Caignac (xiie-xvie siècles)

Maurice Berthe

Texte intégral

  • 1 Teil (Geneviève), La commanderie de Puysubran au xiie siècle, 1980 ; Guimbail (Rémi), Expansion et (...)

1L’objet de cette communication est de rendre compte de travaux de recherches conduits par un groupe d’étudiants toulousains dans les fonds d’archives des commanderies hospitalières de Puysubran (aujourd’hui Pexiora) et de Caignac, dans le Lauragais1. Ces fonds figurent parmi les plus riches du Midi Aquitain et Languedocien. Puysubran a fait l’objet de travaux sur la presque totalité de la période qui va de 1100 à 1530, Caignac n’a été étudié, pour l’instant, que de 1250 à 1300, mais les premiers résultats de l’enquête confirment et précisent ceux qui ont été obtenus à Puysubran. Ces recherches permettent d’abord de retracer les principales phases de l’histoire de la commanderie de Puysubran du xiie siècle au xvie siècle, d’en donner la trame, avec le support, pour la deuxième moitié du xiiie siècle, des informations livrées par Caignac. Mais elles permettent aussi de répondre aux questions plus générales qui se posent sur l’économie et la société du Lauragais, sur les terroirs et leurs productions, sur l’organisation de la seigneurie hospitalière et son évolution, sur le servage, enfin sur les communautés villageoises.

2Les commanderies et sauvetés de Puysubran et de Caignac sont fondées au début du xiie siècle. L’installation simultanée des maisons hospitalières et des agglomérations paysannes indique d’emblée la vocation de peuplement donnée à leurs seigneuries par les Hospitaliers du Lauragais. Puysubran est fondée en 1100-1101 sur un terroir de molles collines, au sud-est de Castelnaudary. La création de Caignac se situe entre 1130 et 1140, sur les hautes collines qui bordent au sud la plaine du Lauragais, près de Villefranche.

  • 2 A Puysubran, quelques documents mentionnent encore des alleux du xiiie siècle. Mais il s’agit d’ac (...)
  • 3 15 % en 1200-1250, 6 % en 1250-1300, 5 % en 1300-1348, 2 % en 1348-1360. Ces statistiques minimise (...)

3La période 1100-1220 voit la constitution du patrimoine et la mise en place de la seigneurie des deux commanderies. Les biens-fonds proviennent surtout de donations, accessoirement d’achats, de remises de gages, d’impignorations et de restitutions. A Puysubran, 156 des 186 actes conservés pour cette période — dont 101 donations — permettent de retracer les étapes de ce rassemblement. C’est surtout entre 1120 et 1170 qu’affluent les donations, sous l’administration diligente du commandeur Raimond de la Bruguière. Très vite, la seigneurie prend forme, sous les traits qu’elle conservera pour l’essentiel jusqu’à la fin du Moyen Age. Elle a rapidement absorbé les quelques alleux paysans qui subsistaient au xiie siècle. Le régime seigneurial, avant même la fin du xiiie siècle, s’applique à la presque totalité des terroirs2. La réserve n’occupe, dès les origines, qu’une fraction réduite des domaines. Et sa part n’a pas cessé de diminuer au xiiie siècle et dans la première moitié du xive siècle, jusqu’à devenir infime. A Puysubran, les mentions de parcelles non acensées parmi les confronts indiqués dans les actes d’acensement régressent sensiblement de 1200 à 13603. Les sources de Caignac permettent une étude plus précise encore du recul du faire-valoir direct. Le 14 juin 1291, 47 pièces de terre sont détachées « de laborancia dicte domus hospitalis » et acensées. Une seconde amputation a lieu entre 1300 et 1320. L’explication de ce repli est à chercher plus dans les conditions d’un marché de la terre qui, à la fin du xiiie siècle, est très favorable au seigneur que dans l’absence de corvées et l’obligation de recourir à une main-d’œuvre salariée. A Caignac, en 1291, la « terra hospitalis » est acensée à 26 tenanciers du village en échange d’un agrier de la moitié de la récolte. Tirant profit de la rareté des terres, le seigneur a pu imposer l’acensement des lots de sa réserve à des conditions draconiennes. Les paysans les ont acceptées parce qu’ils supportaient mal, eux qui multipliaient les tâches aratoires afin d’intensifier la production de leurs tenures, la sous-exploitation relative des terres de la réserve. Leur acensement signifiait d’abord l’extension de la terre nourricière mais plus encore un élargissement de l’espace de production intensive et, en fin de compte, un accroissement de la production globale du terroir qui profitait autant aux maîtres qu’aux paysans.

  • 4 La tenure emphytéotique est la règle, quelle que soit la terminologie utilisée pour désigner la te (...)
  • 5 A Puysubran, la proportion de parcelles grevées de redevances en grains et en vin se maintient jus (...)

4Presque toute la terre est ainsi concédée, sous la forme de baux à perpétuité qui, du xiie au xvie siècle, sont la norme de concession4. Les Hospitaliers de Puysubran et de Caignac n’ont pas recouru au fermage et au métayage, dans une région qui utilisait pourtant ces formes de concession à terme. Le prélèvement adopté privilégie les prestations en produits du sol, sous la forme de redevances partiaires ou de cens en denrées5. Bien adapté à l’économie, d’essence céréalière, il vise d’abord à procurer des grains, du froment surtout.

  • 6 A Puysubran, sur 159 transactions de fonds du xiie siècle, 67 ont pour objet des personnes, 43 ave (...)
  • 7 Les dernières entrées volontaires en servitude datent de 1213 à Puysubran et de 1217 à Caignac. Pa (...)
  • 8 Au xiie siècle, 67 actes portent mention de serfs à Puysubran. Au xiiie siècle, on n’en compte plu (...)

5En même temps qu’elle s’étend et s’organise, la seigneurie se peuple. Les deux phénomènes sont en effet concomitants, car les hommes figurent dans les transactions et sont donnés ou vendus avec les biens qu’ils occupent. Le groupe des dépendants grandit aussi par le croît naturel des populations dont on décèle des indices dans la multiplication de familles nombreuses et par l’arrivée de nouveaux habitants. Dans cette société paysanne, les serfs sont, jusqu’au début du xiiie siècle, encore assez nombreux. Leur existence est attestée par des transactions qui portent sur des hommes, leurs familles et leurs descendances, par quelques entrées en dépendance volontaire, par des actes de reconnaissance ou d’hommage servile6. Le servage décrit dans les deux commanderies est moins une forme de prélèvement et une source supplémentaire de revenus que le moyen de lier le paysan à sa terre et à son maître. Ses caractéristiques, l’aliénabilité et l’hérédité, dotent les seigneurs d’une main-d’œuvre attachée à la terre. Il a sa raison d’être tout au long des décennies de croissance du xiie siècle et du début du xiiie siècle, quand les maîtres cherchent à retenir et à augmenter leurs contingents de dépendants. Il a moins de raison de subsister dans les campagnes surpeuplées de la deuxième moitié du xiiie siècle, quand la rareté des terres se charge de fixer le paysan à la glèbe. D’où son recul et sa disparition à la fin du siècle. Les dernières acquisitions de serfs se situent entre 1210 et 1260. Et déjà, leur contingent a cessé d’augmenter7. Le repli et la disparition du servage s’opèrent à Puysubran et à Caignac dans les dernières décennies du xiiie siècle8.

  • 9 Les expressions employées dans le texte sont celles que cite Monique Gramain dans sa thèse sur le (...)
  • 10 Le commandeur de Caignac acense des terres à quatre familles in tali conditione ut totum rumptatur (...)
  • 11 A Caignac, de 1250 à 1300, les 447 parcelles mentionnées par les sources sont à 71 % des terres em (...)

6Seigneurs et paysans intensifient au xiie siècle l’aménagement et l’équipement du territoire de la seigneurie. Les deux commanderies ont choisi comme sites des terres frumentales qui, pour l’essentiel, étaient peuplées et cultivées depuis longtemps, comme le prouve la préexistence d’un réseau dense de chemins et de routes, repérables sur les cartes actuelles, auquel les nouvelles agglomérations se sont raccordées par quelques voies nouvelles. Cet aménagement affecte en premier lieu l’habitat. Des fortifications entourent les deux villages, à Caignac à partir de 1171, à Puysubran à partir de 1194. Les deux sauvetés se muent en castelnaux. Cet habitat groupé se double d’un habitat semi-dispersé ou dispersé de « campmas » dont on ne sait s’il est un résidu de l’habitat antérieur ou s’il s’est mis en place au xiie siècle. Les paysans élargissent leur aire de culture par des défrichements. Tout au long du siècle, le commandeur de Puysubran incite ou autorise les exploitants à « rumpere » la terre et à la mettre en culture9. Les gains de terre se poursuivent jusqu’à la fin du xiiie siècle. Quatre documents datés de 1275, 1280 et 1281 signalent autour de Caignac les derniers défrichements10. Les Hospitaliers accordent la plus grande attention à l’équipement en chemins et en ponts, en moulins à eau, en fossés et canaux de drainage ou d’irrigation. Tous ces efforts permettent l’essor rapide d’une polyculture vivrière à dominante céréalière — du froment surtout — mais qui fait une large place à la viticulture, aux prés et aux jardins11. Il a fallu moins d’un siècle pour mener à son terme l’édification de la seigneurie. Avant même qu’elle ne s’achève, les Hospitaliers ont acquis une réelle puissance économique et financière. Ne sont-ils pas, dès le xiie siècle, les créanciers de la noblesse locale ?

  • 12 A Puysubran, l’apparition du « barri » semble se situer entre 1230 et 1250. A Caignac, le « barri  (...)
  • 13 Puysubran est doté d’une charte de coutumes en 1194 et constitue au xiiie siècle une universitas c (...)
  • 14 Le commandeur de Caignac autorise la construction de fours à pain dans sept « campmas » et un « ca (...)
  • 15 Le village construit trois moulins à eau en 1280, en 1283 et en 1285. En 1288, le commandeur acens (...)
  • 16 Le graphique de fréquence des actes révèle un fléchissement marqué à partir de 1280. A Caignac, en (...)

7A partir de 1210-1220, débute une phase de consolidation. Le domaine des deux commanderies est presque définitivement constitué vers 1230-1240, ce qui n’exclut pas quelques petits ajustements ultérieurs. Donations et achats se raréfient puis cessent, passé 1240-1250. Désormais, l’emportent dans la documentation les actes de gestion que sont les acensements. La seigneurie est à son apogée. Les maîtres tirent profit de la raréfaction des terres sur le marché des transactions. Le poids de la rente s’alourdit. Les dernières parcelles défrichées et celles qui sont progressivement détachées de la réserve sont grevées d’agriers qui, à la fin du xiiie siècle, sont couramment de la moitié des fruits. La croissance démographique se prolonge jusqu’à l’orée du xive siècle. Un serment de paix prononcé par les habitants de Caignac mentionne, vers 1240-1250, 52 patronymes. Autour de 1300, les listes d’acensement donnent une liste de 106 noms. Les nouveaux patronymes proviennent pour la plupart des localités voisines, trois seulement sont d’origine un peu plus lointaine, Biterrois, Catalogne, Bigorre. A l’inverse, les départs sont fort peu nombreux : six seulement, tous à l’extrême fin du xiiie siècle, vers les bastides de Grenade et Mirande, la ville de Toulouse ou les localités proches. Vers 1300, les deux agglomérations comptent chacune plus de cent habitations. Cette poussée démographique a donné naissance, dès la première moitié du xiiie siècle, à des faubourgs qui accueillent, surtout passé 1250, les nouveaux habitants12. A la fin du siècle, à Puysubran comme à Caignac, « castrum » et « barri » forment une agglomération homogène que les textes désignent du terme de « villa ». Les deux communautés sont depuis plusieurs décennies organisées en consulat13. L’habitat intercalaire a lui aussi bénéficié de la montée du peuplement. Le nombre des « campmas » augmente après 1250, profitant à la fois de l’instauration de la paix et de la croissance agricole14. La production grossit et permet encore de satisfaire les besoins alimentaires de la population. L’augmentation résulte davantage des progrès de l’équipement et d’une intensification des cultures que de l’extension par les défrichements de l’espace nourricier. Partout, on répare les anciens moulins à eau et on en construit de nouveaux, à eau ou à vent. Caignac, équipé vers 1250 de deux moulins, en installe trois nouveaux et réédifie un de ceux qui existaient au milieu du siècle. En 1300, la meunerie de la communauté dispose de cinq moulins, quatre à eau et un à vent ; quatre des cinq installations ont moins de vingt ans15. L’intensification de la production s’explique par la multiplication des tâches aratoires et les progrès d’une agriculture qui confine de plus en plus au jardinage. Mais, malgré l’intégration des réserves à l’aire de production intensive, tous ces efforts ne suffisent plus, à partir des années 1280, à faire face à la demande croissante des populations. Et les signes de blocage se multiplient, arrêt des défrichements, raréfaction des terres sur le marché des transactions16. Cette situation s’aggrave au début du xive siècle. Le rythme des transactions fléchit à Puysubran et la famine sévit à Caignac, en 1311 notamment.

  • 17 Guimbail (Rémi), étude citée.
  • 18 La peste a durement frappé Puysubran : 40 % des parcelles mentionnées dans les confronts sont dése (...)

8Les difficultés du bas Moyen Age n’ont pas épargné les deux seigneuries. Pour l’instant, seule a été étudiée la commanderie de Puysubran, et pour la période 1347-1360 uniquement. La méthode utilisée ? La fréquence des actes d’acensement ou de réacensement et l’élaboration de graphiques17. Ceux-ci révèlent un clocher au milieu du xive siècle. Alors que le nombre des actes était en moyenne de un par an, entre 1300 et 1347, il s’élève à vingt-trois en 1348 et à cinquante-quatre en 1349. Les habitations et les terres abandonnées par les occupants emportés par la famine et la peste sont très vite réacensées. La chronologie des documents permet de retracer le déroulement de la crise et d’analyser les comportements des survivants. En 1348, tous les actes se situent de janvier à avril, avant l’arrivée de l’épidémie. Les biens réacensés sont sans doute ceux qui ont été désertés lors de la crise frumentaire de 1347. D’avril à décembre, l’absence totale de sources est l’indice d’un état de désorganisation. C’est le temps de la peste qui paralyse la gestion de la seigneurie18. Les transactions ne reprennent qu’en 1349, à partir du printemps surtout : treize actes en avril, neuf en mai, sept en juin, six en juillet, puis entre trois et six par mois jusqu’en 1352. Le réacensement des tenures a suivi de près la pandémie de 1348. Dans cette œuvre de réorganisation des terroirs, le commandeur a bénéficié du soutien des consuls de la communauté. Leur collaboration a permis de sélectionner les meilleures terres et d’entreprendre un remembrement des exploitations paysannes.

  • 19 Un premier registre renferme les reconnaissances de la période 1438-1489, un deuxième celles des a (...)
  • 20
  • 21 Les actes de conversion insistent souvent sur la réduction du prélèvement, comme dans le cas des a (...)

9Du milieu du xve siècle jusque vers 1530, les livres de reconnaissance de fiefs retracent les grandes phases de la reconstruction des campagnes du Lauragais19. La reprise de la croissance s’accompagne autour de Puysubran d’un nouvel essaimage de l’habitat, sous deux formes, l’apparition de nouveaux sites d’occupation et la formation de hameaux autour des fermes isolées déjà en place. Dix « campmas » viennent s’ajouter aux sept qui existaient au milieu du xve siècle. Dans le domaine de la production, la céréaliculture demeure largement prédominante. La seule nouveauté est l’apparition du pastel. La reconstruction a sonné le glas des redevances partiaires qui subsistaient encore. De 1360 à 1450, leur proportion s’était abaissée à 5,5 % et la part de récolte prélevée avait sensiblement diminué. Le plus souvent, on n’exigeait plus que des agriers à un neuvième des fruits, ou des fractions d’agriers. Les redevances partiaires ne figurent plus dans le registre de 1530. Les parcelles à agrier avaient été pour la plupart désertées, parce que trop lourdement taxées et la condition de leur réacensement avait été la conversion des agriers en cens. Les actes de conversion insistent tous sur la réduction du prélèvement qui en résultait. La reconstruction de la seigneurie s’est accompagnée d’un progrès des redevances en numéraire au détriment des prestations en denrées agricoles. Dans le terrier du xvie siècle, les cens en deniers précèdent pour la première fois les cens en nature20 La conversion des denrées en numéraire traduit généralement un allégement des cens21. Ainsi, la remise en état de la seigneurie a obligé les maîtres à consentir une baisse du prélèvement, en renonçant aux redevances partiaires et en acceptant la conversion d’un certain nombre de denrées en numéraire. Mais les prestations en produits agricoles grèvent encore au xvie siècle un peu plus de 42 % des parcelles.

10La commanderie de Puysubran a bien résisté à la crise des xive et xve siècles. Un rapide sondage dans les fonds de Caignac révèle la même endurance. Les deux maisons ont bénéficié de l’archaïsme et de la stabilité des structures, notamment de la prédominance jusqu’à la fin du xve siècle des prélèvements en denrées agricoles. Leurs seigneuries ont certes dû faire face au fléchissement séculaire du prix des grains, mais elles n’ont guère été affectées par la dépréciation des monnaies.

11Les Hospitaliers ont été de bons administrateurs, révélant pendant ces quatre siècles une grande souplesse et une constante capacité d’adaptation dans la gestion de leurs réserves, dans l’orientation donnée aux cultures, dans la pratique du prélèvement, dans les relations avec leurs dépendants, fortement tenus en main. Cette force, les deux seigneuries la doivent à ce qui, dès le xiie siècle, était leur caractéristique essentielle, la priorité accordée au peuplement et aux cultures dont elles ne se sont jamais départies jusqu’à la fin du Moyen Age.

Notes

1 Teil (Geneviève), La commanderie de Puysubran au xiie siècle, 1980 ; Guimbail (Rémi), Expansion et crise d’une société rurale. Puysubran, 1200-1360 ; Mimiague (Christine), Le terroir de Puysubran, vers 1438-vers 1533 ; Partak (Joëlle), La seigneurie hospitalière de Caignac, 1250-1300.

2 A Puysubran, quelques documents mentionnent encore des alleux du xiiie siècle. Mais il s’agit d’actes par lesquels des alleutiers vendent leurs terres à l’Hôpital et entrent en dépendance. La dernière mention date de 1306. Le fonds de Caignac de la deuxième moitié du xiiie siècle ne renferme qu’une seule mention d’alleu.

3 15 % en 1200-1250, 6 % en 1250-1300, 5 % en 1300-1348, 2 % en 1348-1360. Ces statistiques minimisent en fait l’importance du repli. Les trois pièces maîtresses de la réserve qui figurent dans les actes du xiiie siècle sont alloties à la fin du siècle, entre 1280 et 1295 (14 actes d’acensement ad novam emphiteosam, dont 7 en 1286).

4 La tenure emphytéotique est la règle, quelle que soit la terminologie utilisée pour désigner la tenure, « manse », « casai », « caselage », « fief ».

5 A Puysubran, la proportion de parcelles grevées de redevances en grains et en vin se maintient jusqu’à la fin du Moyen Age au-dessus de 50 % : 63 % de 1200 à 1360, 54 % au milieu du xve siècle. A Caignac, de 1250 à 1300, agriers et cens en nature affectent 75 % des parcelles. La rente foncière est pour l’essentiel levée en denrées agricoles. Du xiie au milieu du xive siècle, les redevances partiaires sont d’un usage courant, quand elles ne dominent pas. A Puysubran, les agriers portent au xiiie siècle sur 15 % des biens acensés (mais 32 % des emblavures et 64 % des vignes). A Caignac, de 1250 à 1300, 62 % des tenures livrent des agriers : 65 % des emblavures, 43 % des vignes, 54 % des prés. Parmi les cens, prédominent les redevances en produits agricoles. A Puysubran, 45 % des biens acensés fournissent de 1200 à 1360 des denrées, 3 % des cens mixtes (cens en nature auxquels s’ajoutent les 15 % de redevances partiaires) ; 37 % versent des redevances en numéraire.

6 A Puysubran, sur 159 transactions de fonds du xiie siècle, 67 ont pour objet des personnes, 43 avec leurs terres, 24 sans leurs biens. Au xiiie siècle, 15 des 100 transactions conservées portent sur des personnes. Les entrées en dépendance volontaire (traditio per hominem) sont peu fréquentes : 3 cas seulement au xiie siècle.

7 Les dernières entrées volontaires en servitude datent de 1213 à Puysubran et de 1217 à Caignac. Passée cette date, on relève trois actes d’achat, en 1223 et 1234 à Puysubran, en 1261 à Caignac.

8 Au xiie siècle, 67 actes portent mention de serfs à Puysubran. Au xiiie siècle, on n’en compte plus que 15 (7 de 1200 à 1220, 4 de 1220 à 1260, 3 de 1260 à 1300). Aucune mention dans la documentation du xive siècle. Notons que les serfs royaux du comté de Toulouse sont affranchis en 1299.

9 Les expressions employées dans le texte sont celles que cite Monique Gramain dans sa thèse sur le Biterrois : ad rumpendum, ut rumpatis.

10 Le commandeur de Caignac acense des terres à quatre familles in tali conditione ut totum rumptatur et ad culturam redigatur infra quinque annos ab illo die.

11 A Caignac, de 1250 à 1300, les 447 parcelles mentionnées par les sources sont à 71 % des terres emblavées, à 12 % des vignes, à 10 % des prés, à 7 % des jardins et des vergers.

12 A Puysubran, l’apparition du « barri » semble se situer entre 1230 et 1250. A Caignac, le « barri » est mentionné dès 1215 mais il s’étend surtout à partir de 1270. Plusieurs actes y évoquent la construction d’habitations.

13 Puysubran est doté d’une charte de coutumes en 1194 et constitue au xiiie siècle une universitas castri gérée par quatre consuls. Le consulat existe à Caignac dès 1240. Mais dans ces deux localités, le consulat apparaît peu affranchi de l’autorité seigneuriale qui conserve les pouvoirs de justice.

14 Le commandeur de Caignac autorise la construction de fours à pain dans sept « campmas » et un « casal » isolés. Cinq des actes se placent en 1275 et 1276.

15 Le village construit trois moulins à eau en 1280, en 1283 et en 1285. En 1288, le commandeur acense à perpétuité l’ancien moulin à vent, jugé trop vétuste, afin qu’il soit déplacé et reconstruit en un autre lieu. A Puysubran, l’Hôpital parraine la construction de deux moulins à vent en 1245 et en 1269.

16 Le graphique de fréquence des actes révèle un fléchissement marqué à partir de 1280. A Caignac, en 1273 et en 1276, une clause introduite dans les actes interdit aux étrangers l’acquisition de terres sur le territoire de la localité.

17 Guimbail (Rémi), étude citée.

18 La peste a durement frappé Puysubran : 40 % des parcelles mentionnées dans les confronts sont désertées.

19 Un premier registre renferme les reconnaissances de la période 1438-1489, un deuxième celles des années 1530-1533.

20

Milieu du xve s.

Vers 1530

Cens en nature

48,5 %

42 %

Cens en argent

38 %

46 %

Cens mixtes

8 %

12 %

Agriers

5,5 %

0 %


Au milieu du xve siècle, la répartition est en gros celle de la période 1200-1360.

21 Les actes de conversion insistent souvent sur la réduction du prélèvement, comme dans le cas des agriers.

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540