Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Rapports

L’Ordre de Malte et la gestion de ses biens en France du milieu du xvie siècle à la Révolution

Jean-Marc Roger

Texte intégral

  • * Si modeste qu’il soit, on me permettra de le dédier à la mémoire de mon père, Jacques Roger, collè (...)
  • 1 L’Introduction de J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers de Saint-J (...)
  • 2 Le titre de la thèse de G. Gangneux, Economie et société en France méridionale ( xviie- xviiie siè (...)

1Je tiens, tout d’abord, à remercier le maître d’œuvre de ces sixièmes Journées de Flaran, M. Charles Higounet, de l’amitié qu’il m’a témoignée, une nouvelle fois, en me confiant ce rapport*. Confiance peut-être imprudente, car, s’il y a bien des années que je travaille sur l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, c’est surtout pour l’époque de Rhodes et dans l’étendue du prieuré de Champagne : même si j’ai souvent franchi ces limites chronologiques ou géographiques, j’ai pleine conscience de sortir ici quelque peu de mon domaine. Dans ce rapport — le seul de ces Journées consacré à l’histoire moderne — je n’aborderai que quelques aspects de cette immense question, et de façon trop superficielle1. Encore me bornerai-je à ce qu’on appelait les « trois langues françaises », de Provence2, d’Auvergne et de France, en n’oubliant pas que le Roussillon ressortissait à la châtellenie d’Emposte, l’Alsace et la Lorraine « thioise » à la langue d’Allemagne, tandis que le prieuré de France s’étendait largement sur la Belgique et même les Pays-Bas actuels, celui d’Auvergne sur la Suisse romande.

***

  • 3 Ou siège de l’Ordre. Ce terme est parfois écrit convent, mais le plus souvent couvent, et c’est bi (...)
  • 4 Qui comprend non seulement l’île de ce nom, mais aussi celle du Goze (Gozo pour les touristes) et (...)
  • 5 Nom sous lequel l’Ordre était couramment désigné jusqu’à la Révolution.
  • 6 Bon précis par J. Godechot, Histoire de Malte (Que sais-je ?, no 509).

2Le milieu du xvie siècle marque une étape importante dans l’histoire de l’Ordre. Après avoir été chassé de Rhodes, au 1er janvier 1523, et avoir erré pendant des années, le couvent3, grâce au don de l’archipel de Malte4 par Charles-Quint le 24 mars 1530, s’y installa. L’Ordre se couvrit de gloire lors du Grand siège de 1565, prit part à la victoire décisive de Lépante (1571) sur la flotte turque, et ne quitta plus Malte jusqu’à ce que Napoléon Bonaparte, en s’en emparant, mît fin pratiquement à la Religion5. Les limites chronologiques de ce rapport sont naturelles et nettes : il s’étend sur les deux siècles et demi, en gros, où l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem peut à juste titre être dit de Malte6.

  • 7 Aymar de Clermont-Chatte, reçu le 25 juin 1566 chevalier au prieuré d’Auvergne, fut pendant la Lig (...)
  • 8 A. Vayssière, L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte en Limousin et dans l’ancien diocèse (...)
  • 9 Ainsi, les Temples de Carentoir et de la Guerche furent dévastés par les troupes de Mercœur (A. Gu (...)
  • 10 Ainsi, la commanderie de Coudrie fut incendiée par les Huguenots vers 1584 (ibid., p. 213).

3En France, l’Ordre ne fut pas à l’abri de nouvelles vicissitudes. Pendant les guerres de religion, les nobles qu’étaient, dans leur grande majorité, les commandeurs, se rangèrent presque tous parmi les « politiques », et beaucoup d’entre eux, comme le fameux commandeur de Chatte7, suivant les habitudes de leurs familles, servirent dans les armées du roi, d’abord contre les Huguenots, puis contre la Ligue. Ils furent donc, pour la plupart, du parti opposé à celui que soutenaient le pape et l’Eglise, et les commanderies furent ravagées8 tant par la Ligue9 que par les Huguenots10.

4La reconstruction fut lente, et de nouvelles calamités survinrent au xviie siècle, ne serait-ce qu’en Lorraine, où la guerre de Trente Ans ruina les commanderies ressortissant au prieuré de Champagne : le théâtre des opérations militaires se déplaçait, pour trois siècles, vers l’Est de la France — qui, à cette époque, n’était pas encore du royaume.

  • 11 Disposition reprise dans le préambule de la Constitution du 3 = 14 septembre 1791 (J.-B. Duvergier(...)
  • 12 Dans son article 13, cette loi invitait le pouvoir exécutif à prendre « les mesures les plus promp (...)

5L’Ordre bénéficia d’une grande prospérité tout au long du xviiie siècle, jusqu’à la Révolution. Elle le frappa dès le 4 août 1789, en supprimant les dîmes ; le 30 juillet 1791, la Constituante abolit les ordres de chevalerie11 ; le 19 septembre 1792, la Législative vota la vente de ses biens12 : ce fut la fin en France de l’Ordre, tout au moins sous sa forme traditionnelle.

***

  • 13 L’Ordre usait d’un vocabulaire propre, hérité de l’époque glorieuse de Rhodes ou même de la Terre (...)

6Il me paraît indispensable de rappeler — de façon aussi succincte que possible — l’organisation de la Religion et les principes généraux de la gestion de ses biens13.

  • 14 J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus (c. 1050-1310), Londres, 1967, en (...)

7L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem s’appela d’abord de l’Hôpital, parce que son objet primitif était de desservir celui de Jérusalem, et il continua à en entretenir un, à grands frais, à Rhodes puis à Malte. Hospitalier à l’origine, il se fit aussi, dès le xiie siècle14, militaire : en Terre sainte, en Chypre, en Rhodes, à Malte, le couvent fut un des principaux centres de la défense de la Chrétienté contre l’Islam.

8Dans la Religion, cohabitaient des personnes originaires de toute l’Europe, et de façon dans l’ensemble heureuse, même quand les Etats dont elles étaient issues étaient en conflit : elle était, à cet égard, un exemple, réussi, de société européenne, où les origines de chacun s’effaçaient devant l’appartenance commune au même ordre.

  • 15 Ce terme vient de ce qu’à l’origine, il groupait les frères parlant une même langue : provençal po (...)
  • 16 Celle d’Angleterre disparut de fait par suite des confiscations d’Henri VIII en 1540, mais la lang (...)
  • 17 Les langues jouissaient d’une sorte de personnalité morale : elles percevaient des droits tout au (...)
  • 18 D’où, sans doute, l’expression « ne pas être sorti de l’auberge ».

9Elle était divisée en langues15, dont le nombre varia d’une unité à travers les siècles : il y en eut sept ou huit suivant les époques16. Chacune17 avait son siège au couvent, dans une magnifique auberge, où résidait son chef, ou pilier, encore appelé bailli conventuel, avec les frères non encore entrés en rente d’une commanderie — ceux qui tenaient de la Religion des revenus suffisants devaient se loger à leurs frais. Le pilier touchait bien des gages du Commun Trésor, mais ils ne suffisaient pas, à beaucoup près, à subvenir à la dépense, écrasante, de l’auberge18. Suivant un usage qui avait achevé de se fixer à Rhodes, chaque pilier était, en même temps, le chef d’un des départements de l’administration de l’Ordre : le grand commandeur (Provence) avait la lourde responsabilité des finances de la Religion ; le maréchal (Auvergne) commandait l’armée ; le grand hospitalier (France) avait la charge de l’hôpital de l’Ordre.

  • 19 Ou prétendues telles : en fait, souvent, les commissaires fermaient les yeux sur l’insuffisance de (...)
  • 20 Ce qui ne les empêchait pas d’user, à l’exemple des chevaliers, de cachets armoriés, timbrés d’une (...)
  • 21 C’est le cas, par exemple, du fameux peintre français établi à Malte, Antoine Favray.

10On a trop tendance à l’oublier, une seule des trois « classes » de frères — la principale il est vrai — devait produire des « preuves » de noblesse19 : les chevaliers ; et encore, la noblesse française, à la fin de l’Ancien Régime, s’étant, de façon très générale, mésalliée pour « fumer ses terres », ils devaient, dès la fin du xviie siècle, demander des dispenses de plusieurs quartiers, voire, comme le futur bailli de Suffren, un « bref de mère », c’est-à-dire une dispense totale pour le côté maternel. Chapelains — prêtres —, conventuels et d’obédience, et servants d’armes n’étaient pas tenus d’être nobles20 ; au xviiie siècle, ces derniers étaient, en général, en fin de carrière, anoblis, avec le titre de chevaliers de grâce magistrale, tout en restant dans leur rang de frères servants21.

  • 22 Sur lesquelles je reviens plus loin.
  • 23 Les Villeneuve, Castellane, Choiseul, Forbin, Bernart d’Avernes, Clugny, Chevestre de Cintray, qui (...)
  • 24 Voir — même si je dois faire des réserves quant aux « mécanismes » institutionnels de l’Ordre — le (...)

11En dépit d’une légende tenace, rares étaient les chevaliers de très haute naissance : les meilleures familles — hormis les maisons royales22 — n’avaient pas besoin des biens de la Religion pour établir leurs cadets. Les novices appartenaient en général soit à des maisons d’ancienne noblesse, mais souvent obscure et pauvre23, soit à des « nouvelles familles », surtout de robe24, désireuses de faire consacrer leur récente promotion sociale, leur « centenaire de noblesse » à peine acquis, en vouant à la Religion, parfois dès leur naissance, leurs fils puînés.

  • 25 Elles se recrutaient dans des familles du Midi d’une noblesse en général ancienne, mais de peu d’i (...)
  • 26 J. Juillet, « Les dames maltaises en Quercy-Turenne », dans Bulletin de la Société des études... d (...)
  • 27 A. Beaulieu fut religieuse sainte Fleur (morte le 11 juin 1347), Le prieuré des Fieux fut réuni en (...)
  • 28 J.-P. Lassalle, « Les dames maltaises de l’hôpital Saint-Marc de Martel en 1783 », dans Bulletin d (...)
  • 29 Il fut fondé par scission de Beaulieu par Françoise de Faure de Mirandol, avec l’appui du grand ma (...)
  • 30 Elles avaient à leur tête une prieure, avec rang de grand’croix. Celles de Beaulieu et de Saint-Ma (...)

12L’Ordre comprenait aussi des sœurs, réparties, suivant leur naissance, comme les frères, en trois « classes », bien qu’il ne pût y avoir chez elles d’équivalent exact des chapelains : sœurs de justice — tenues à des preuves de noblesse25 —, d’office — d’origine plus modeste — et laies ou converses. Elles étaient peu nombreuses : en France, à la fin de l’Ancien Régime, elles formaient, tous dans le ressort de la langue de Provence, les monastères ou prieurés26 de Beaulieu27, Saint-Marc de Martel28 et Toulouse29, ces communautés30 ayant des membres appelés prieurés.

  • 31 Traité de l’administration des bois de l’ordre de Malte, dépendans de ses grands-prieurés, baillia (...)

13L’entretien du couvent et des frères qui y résidaient, de l’hôpital, des galères et, au xviiie siècle, des vaisseaux exigeait des sommes énormes, très supérieures aux ressources que l’Ordre pouvait se procurer comme seigneur du pauvre archipel de Malte. Le Traité de l’administration des bois de Tordre de Malte...31 l’explique :

ce n’est pas assez d’avoir des escadres nombreuses, des commandans expérimentés, une milice valeureuse ; il faut encore des finances pour entreprendre et pour soutenir les projets.

14Ces finances provenaient, pour l’essentiel, des biens et droits que l’Ordre possédait delà la mer.

15A chaque langue ressortissait une circonscription géographique déterminée, formée d’un ou plusieurs prieurés : de Saint-Gilles et de Toulouse pour celle de Provence, d’Auvergne pour celle de ce nom, de France, d’Aquitaine et de Champagne pour celle de France. Dans chaque prieuré, les biens de l’Ordre étaient répartis en plusieurs commanderies, qui devaient, en principe, être d’un revenu suffisant pour assurer l’entretien du frère, appelé commandeur, qui en était pourvu. Les commanderies étaient elles-mêmes divisées en chef — où le commandeur était censé résider, où était, en principe, sise la chapelle où se célébrait l’office divin —, et en membres, c’est-à-dire, en général, exploitations rurales, qui en dépendaient.

  • 32 Voir M. Fontenay, « Le revenu des chevaliers de Malte en France d’après les “estimes” de 1533, 158 (...)

16Les commanderies étaient d’importance et de revenus très différents. Depuis leur partition au xve siècle, dans chaque prieuré presque toutes — dont les meilleures — étaient réservées aux chevaliers, les autres aux chapelains et servants d’armes. Leur nombre et leur consistance varièrent avec le temps : le chapitre général procéda en 1555 à une redistribution d’ensemble des commanderies et de leurs membres puis, en 1776, à des démembrements de prieurés et de riches commanderies pour en créer de nouvelles. Mais, même dans celles de chevaliers, il y avait de très grandes inégalités32.

17Il faut l’avoir sans cesse présent à l’esprit, gestion des biens et carrière des religieux sont liées de façon indissoluble, le social ne pouvant être séparé de l’économique, ni l’économique du social.

  • 33 Ainsi, le grand maître Rohan donna, de grâce, celle de Troyes, au prieuré de France, au bailli de (...)

18Tous les cinq ans, chaque quinquennium, dans chaque prieuré, le grand maître et, sous certaines conditions, le grand prieur pouvaient disposer, à leur gré, d’une commanderie. Ces provisions étaient dites de grâce, suivant le cas magistrale ou prieurale : il arriva même, au xviiie siècle, que le grand maître en conférât à des chevaliers qui n’appartenaient pas à la langue dont dépendait la commanderie33.

  • 34 A titre d’exemple, pour la commanderie de Pézenas, chambre magistrale du prieuré de Saint-Gilles, (...)

19Dans chaque prieuré, le grand maître possédait une commanderie, appelée chambre magistrale : il la confiait, moyennant une pension à lui-même, outre la responsion annuelle, versée au Commun Trésor, à un frère de son choix, parfois d’un autre prieuré, voire d’une autre langue34.

  • 35 L. de Boisgelin, Malte ancienne et moderne..., appendice no 23, t. III, 1809, p. 372 ; il indique (...)

20Au prieuré d’Aquitaine, fut fondée, au xviiie siècle, une commanderie de jus-patronat, celle de Verneuil, réservée à des chevaliers des nom et armes de son fondateur35.

  • 36 Les provisions portaient, comme terme, ad decent annos. Cette expression était une survivance du d (...)
  • 37 Il en subsiste un, de la langue de Provence, ouvert en 1513, avant l’exil de Rhodes, au musée de l (...)
  • 38 Voir, à titre d’exemple, J.-M. Roger, « Les commandeurs de Thors et d’Avalleur... » (Mémoires de l (...)

21Les autres provisions de commanderies se faisaient à l’ancienneté36. Au bout des cinq ans de résidence quinquennale en couvent et de quatre caravanes — expéditions sur mer contre les Infidèles —, les frères pouvaient prétendre à une commanderie de chevissement : les commanderies vacantes étaient émuties en langue, à l’ancienneté, d’après la date, établie par rôle37, du passage, ou entrée dans l’Ordre ; quand plusieurs frères étaient du même passage, la commanderie était attribuée, après enquête, à celui dont le lieu de naissance était le plus proche de son chef38.

22Le nouveau commandeur devait, dans les cinq ans suivant sa prise de possession, renouveler les terriers et faire des réparations, constructions, aménagements, qui permissent de tirer un meilleur revenu de sa commanderie : il demandait alors au chapitre provincial de faire constater ses améliorissements ; une fois ceux-ci passés en chapitre provincial, puis en langue, il pouvait s’améliorir, c’est-à-dire prendre une commanderie d’un meilleur revenu. Les commanderies étaient de revenus assez inégaux pour qu’il fût possible de « s’améliorir » plusieurs fois.

  • 39 Un décret du Conseil complet d’Etat du 15 février 1697 (n. st.), approuvé par bref d’Innocent XII (...)
  • 40 Au xviiie siècle, les chevaliers connus comme baillis — tel le bailli de Suffren — étaient, au moi (...)

23Moyennant finances versées au Commun Trésor39, un chevalier pouvait obtenir en Cour de Rome un bref de bailli grand’croix ad honores, et honoris causa — en français, de grâce40. Un chapelain pouvait être nommé prieur de la Religion, c’est-à-dire de l’église conventuelle Saint-Jean, puis évêque de Malte, comme Paul Alphéran de Bussan, de la langue de Provence. Ces deux dignités — s’accompagnant du port de la grand’croix — étaient les seules qui ne fussent pas réservées aux chevaliers.

  • 41 D’après l’estime de 1583, une chambre prieurale comme Beaulieu (950 l.), une chambre magistrale co (...)

24Ceux-ci pouvaient, à l’ancienneté, prétendre d’abord aux bailliages capitulaires (per capitulum), commanderies qui valaient à leur titulaire grand’croix et rang de bailli capitulaire, place et voix aux chapitres généraux et surtout au Conseil de la Religion. Ces bailliages étaient peu nombreux, surtout dans les langues françaises : de Manosque pour celle de Provence, de Lyon, un temps, pour celle d’Auvergne ; les deux bailliages de la langue de France constituaient un cas particulier, sur lequel je reviendrai plus loin. Réserve toujours faite de la langue de France, le « grade », si je puis dire, suivant, dans le cursus honorum des chevaliers, était celui de bailli conventuel — parce que chaque pilier de langue dirigeait un département du couvent. La tenue, écrasante, de l’auberge, s’accompagnait de gages, minimes, mais non de la provision d’une commanderie. Quelques jours après l’« élection » par le Conseil, était expédiée une bulle d’ancienneté, c’est-à-dire d’expectative, sur le(s) prieuré(s) de la langue. A la première vacance d’un prieuré, y était promu le pilier, pourvu de quatre des plus riches commanderies du prieuré, qui constituaient sa dotation sous le nom de chambres prieurales41 ; sous certaines conditions, il pouvait, par la suite, retenir une quinte chambre prieurale.

  • 42 Car — à l’exception d’Emmanuel de Rohan — il était élu parmi les grands prieurs et baillis convent (...)
  • 43 C’est un des principaux « mécanismes institutionnels » de la Religion, en général mal compris, et (...)
  • 44 Je crois devoir insister sur ce point : dignité et commanderie ne sont ni synonymes ni équivalents (...)

25Chaque élection d’un nouveau grand maître42, chaque décès d’un bailli ou d’un commandeur avait donc pour conséquence, par une véritable réaction en chaîne43, une redistribution des commanderies et, s’il était au moins bailli capitulaire, des dignités44 dans la langue à laquelle il appartenait, d’autant plus ample qu’il était placé plus haut dans la hiérarchie de l’Ordre.

  • 45 Une liste des grands prieurs de France a été publiée par H. Parent de Curzon, La maison du Temple (...)
  • 46 E. Parinet, « Le grand prieuré et les grands prieurs d’Auvergne » (Mémoires de la Société des scie (...)
  • 47 Le 28 juin 1611, le secrétaire d’Etat Potier expédiait des instructions au sieur de [Lancry] Bains (...)

26Le prieuré de France fait, en partie, exception à ce cursus honorum à cause de la mainmise royale. Dès le début du xve siècle, en violation des statuts de l’Ordre, le roi imposa au Conseil son candidat. Cet abus scandaleux s’aggrava encore au siècle suivant. En 1549, un Guise, François de Lorraine, fut promu au prieuré de France45 à l’âge de... quatorze ans ! En dépit des vives représentations de la langue de France et même du magistère, Catherine de Médicis imposa, en 1571, Michel de Sèvre au prieuré de Champagne, en 1573 Henri d’Angoulême, bâtard d’Henri II, au prieuré de France ; Henri III ne recula devant aucune pression pour imposer en 1577-1578 au prieuré d’Auvergne Louis de la Chambre46, en 1587 à celui de France Charles d’Orléans, bâtard de Charles IX47. En 1618, à l’âge de vingt ans, Alexandre de Vendôme — déjà prieur de Toulouse ! — obtint le prieuré de France, qu’il conserva jusqu’à sa mort (1629). De Philippe de Vendôme (1679-1719) à la Révolution, le prieuré de France, le plus riche du royaume, comprenant la capitale, fut comme un apanage des princes du sang, souvent par la main gauche : Jean-Philippe d’Orléans, bâtard du régent (1719-1749), Louis François de Bourbon Conti (1749-1776), Louis Antoine, duc d’Angoulême (1776-1789), puis Charles Ferdinand, duc de Berry (1789-1792). La nomination du dernier duc d’Angoulême, âgé d’à peine quelques mois, fut particulièrement mal ressentie à Malte, où maints chevaliers osèrent « murmurer » ; mais comment le Conseil eût-il pu résister au gouvernement royal, qui pesait de tout son poids sur la Religion ?

  • 48 Les « ministres » de l’Ordre, dans leurs Observations sur le mémoire... (G. Saffroy, Bibliographie (...)

27Par des interventions comminatoires auprès du magistère et du Saint-Siège, le roi imposait à la tête des grands prieurés favoris et surtout princes du sang : c’était un moyen de leur constituer une sorte d’apanage, fort important dans le cas de celui de France, mais sans démembrement du domaine, aux dépens de la Religion. Non seulement ces grands prieurs étaient incapables de s’acquitter des devoirs de leur charge48, mais leurs noms sont trop souvent restés synonymes de scandales ; ils s’entourèrent de favoris indignes, comme le trop fameux chevalier de Grieu, qui servit de « modèle » au chevalier « des Grieux » de Prévost.

  • 49 Nom du Péloponèse franc. Depuis l’époque de Rhodes, ce bailliage capitulaire appartenait à la lang (...)
  • 50 A laquelle le prieuré de Saint-Jean de Corbeil fut uni par le chapitre général de 1631 ; cette uni (...)

28Cette mainmise de la maison royale sur le grand prieuré de France eut des conséquences sur les principes même de l’émutition des dignités de la langue. Les chevaliers anciens étaient privés de l’espoir d’être promus au prieuré de France. En guise de dédommagement, pour que les grands hospitaliers pussent quelque peu se refaire après être sortis de l’auberge en attendant que vaquât un des deux seuls prieurés restant à leur disposition, ceux d’Aquitaine et de Champagne, l’émutition des deux bailliages de la Morée49 et de la trésorerie générale50 se fit désormais non plus — suivant l’usage — avant, mais après celle de l’hospitalité. En somme, après l’auberge, les grands hospitaliers pouvaient prétendre non plus à trois, mais à quatre dignités, d’un revenu cependant moindre que celui du grand prieuré de France.

  • 51 Voir l’ample exposé de G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. Il, p. 853-887.

29Les biens de l’Ordre en France étaient grevés de diverses charges51. Leur revenu net restait aux frères auxquels ils étaient confiés : il leur permettait d’entretenir et d’« améliorir » ces biens, et de mener eux-mêmes un train de vie conforme à leur rang.

  • 52 Voir aussi, entre autres, Bibl. nat., ms. fr. 17 607, fol. 2-12 (montant, par commanderies), ou fr (...)
  • 53 J. Chetail, « Dons gratuits imposés par le roi de France à l’ordre de Malte au xviiie siècle », da (...)

30Jusqu’à la Révolution, l’Ordre, militaire, souverain à Malte, tint à se distinguer du Clergé de France. Ses domaines étaient, en principe, grâce à toute une série de privilèges renouvelés à chaque changement de règne, exempts d’impositions royales. Pourtant, le roi frappa les membres et biens de l’Ordre en France de diverses charges, comme décimes52, capitation, dixième, vingtième, dont la Religion se racheta au moyen de « dons gratuits »53.

  • 54 Dont le montant était calculé d’après la « vraie valeur » des commanderies, en fait rarement ajust (...)
  • 55 D’où le terme de « tout avril » pour un laps de temps (mortuaire, vacant, compte de recette) s’ach (...)
  • 56 Le mortuaire et vacant s’étendait, en moyenne, sur 18 mois. Mortuaire et vacant frappaient non seu (...)
  • 57 Dont la chancellerie usait, elle, du style de l’Annonciation : pour elle — mais non pour les membr (...)

31Tous les ans, chaque bailli, chaque commandeur devait une somme déterminée à l’avance pour chaque bénéfice confié par l’Ordre, appelée responsion54. De plus, quand une commanderie vaquait, par mort ou améliorissement, les revenus pendant toute la période s’écoulant jusqu’au 30 avril55 suivant, appelée mortuaire, étaient acquis au Commun Trésor, et il en était de même de ceux de l’année suivante, ou vacant56, du 1er mai — terme financier de la Religion57 — au second 30 avril.

  • 58 Ainsi, quand l’Ordre fut obligé d’armer une escadre de vaisseaux pour, sinon remplacer, du moins a (...)

32Grands prieurs, baillis, commandeurs devaient verser à l’Ordre les responsions, et aussi toutes les autres contributions que le Commun Trésor leur imposait : les revenus de Malte étaient très limités et pour faire face à la menace turque ou à toute autre dépense58, l’Ordre n’avait d’autre ressource que de lever une imposition extraordinaire sur ses biens delà la mer.

  • 59 Il y eut aussi, au-dessus des receveurs de prieuré, un receveur général de l’Ordre dans les six pr (...)
  • 60 Sur la situation, ingrate, de receveur, voir J.-M. Roger, Les commandeurs de Thors et d’Avalleur.. (...)

33Les sommes dues à la Religion étaient versées au receveur établi dans chaque prieuré59. Les receveurs étaient choisis en général parmi les chevaliers, mais ils pouvaient l’être aussi parmi les chapelains ou servants d’armes. Par contre, ils étaient en principe commandeurs, c’est-à-dire en mesure de répondre de leur gestion sur les biens que leur confiait le Commun Trésor : leur commanderie leur servait, en quelque sorte, de cautionnement. En effet, ils étaient responsables de leurs fautes personnelles, mais aussi des arrérages des « mal payants »60.

  • 61 Dans l’ensemble vendues aux enchères — après, en général, disposition du quint. Voir, à titre d’ex (...)

34Ce versement au Commun Trésor des responsions et contributions annexes, comme des autres recettes ordinaires de la Religion — mortuaires, vacants, passages, dépouilles des frères morts61 —, était un énorme et continuel transfert de capitaux qui permit, entre autres, la construction des monuments et édifices qui font la splendeur de Malte comme — pour en rester au thème de ces Journées — le développement, considérable, de la population de l’archipel maltais.

35Le principe de la gestion des biens de la Religion était que les frères auxquels ils étaient confiés eussent « à opérer le bien de la Religion... leur avantage personnel ». Les différents modes de contrôle — par les chapitres provinciaux, les langues — permettaient, en principe, d’encourager les frères qui amélioraient ses biens et de sanctionner ceux qui les négligeaient. Mais ces aspects positifs avaient pour contrepartie et conséquence inévitable de graves inconvénients.

  • 62 J. de Bosredon Ransijat, « Mémoire qui avoit été rédigé au commencement de 1790, dans l’intention (...)

36Bosredon Ransijat aurait écrit en 179062 :

Les abus qui se sont introduits dans notre ordre sont si nombreux et en même tems si frappans, que tous les membres qui le composent paroissent également sentir la nécessité de les réformer.

  • 63 Ibid., p. 300-303, 307-311.

37Si suspect que soit Bosredon Ransijat par sa conduite lors de l’agression française, son tableau, effrayant, des abus, qui n’avaient cessé de s’aggraver avec le temps, n’en doit pas moins passer pour véridique : certains de ces maux, remontant au Moyen Age, étaient invétérés dans l’Ordre ; mais l’abus le plus scandaleux, le recours presque systématique aux brefs apostoliques, était récent63.

38Depuis au moins le xive siècle, la Religion était une véritable gérontocratie. Les promotions se faisaient à l’ancienneté, piliers des langues et surtout grands prieurs étaient trop souvent incapables d’assurer les missions de leur charge. Un seul exemple suffira : en 1621 mourut le grand prieur de Champagne, Philibert de Foissy Chamesson. Le premier chevalier pourvu d’une ancienneté sur le prieuré, Simon d’Aubigné Boismozé, était épileptique et « décrépit » : le jugeant hors d’état de remplir les devoirs d’un grand prieur, le Conseil élut Jacques de Gaillarbois Marcouville, mais le bailli de Boismozé, excipant de sa bulle d’ancienneté sur le prieuré, en appela à la Rote, qui lui donna gain de cause, annulant tous les mouvements de personnel qui avaient suivi la promotion de Marcouville. Les représentations de l’Ordre furent vaines : il lui fallut installer Boismozé au grand prieuré de Champagne.

  • 64 Voir L. de Loménie, Les Mirabeau..., t. I, 1879, p. 292-299, 304-312, 319-320, 322-324.

39Le cumul était fréquent. Un religieux pouvait être pourvu, à l’ancienneté, de plusieurs commanderies de justice — de chevissement ou d’améliorissement — et d’autres encore de grâce, dans des prieurés, voire des langues différents : le grand maître disposait à son gré de ses chambres magistrales et, au moins au xviiie siècle, pour aider un chevalier à subvenir aux frais, fort lourds, qu’exigeait le commandement d’une galère, leur généralité64 ou l’ambassade en France, ou l’en récompenser, il lui accordait la première commanderie de grâce vacante, dans le royaume mais sans acception de prieuré ni même de langue. Les grands prieurs avaient quatre commanderies comme chambres prieurales, et ils pouvaient même, à certaines conditions, en obtenir une cinquième, sans que ces commanderies, importantes, fussent groupées. Aux xviie et xviiie siècles, il arrivait qu’une de ces chambres fût démembrée par le chapitre général : en ce cas, le pilier promu au prieuré pouvait conserver une de ses commanderies ; elle était en général située dans un autre prieuré que celui dont il était pourvu, et c’est souvent dans cette commanderie, choisie par lui, qu’il résidait, tels le grand prieur de Champagne Charles Antoine des Fourneaux (1725-1729) en sa commanderie de la Braque, et son successeur Louis Louvel de Glisy (1729-1731) à Bruges, en l’hôtel de celle de Slype !

  • 65 Il n’est pas nécessaire de le souligner ici, à la fin de l’Ancien Régime les plus grands marins de (...)

40L'absentéisme était non seulement une conséquence du cumul, mais aussi imposé tant par les statuts que par l’objet même de l’Ordre. Le premier devoir des frères était de combattre sous la bannière de la Religion, soit par les armes soit, dans le cas des chapelains, par la prière. Aux termes des statuts, la moitié des piliers devait résider en couvent. Cet absentéisme, de règle, était encore aggravé par le fait que la grande majorité des chevaliers servait non seulement l’Ordre, mais aussi dans l’armée et surtout la flotte65 royales, où, le plus souvent, ils tenaient le rang, élevé, auquel les destinait leur naissance. D’autres étaient ambassadeurs de la Religion à la Cour de France ou à Rome, ou encore chargés des affaires du roi à Malte ; un Jean-Baptiste François de Raigecourt, commandeur d’Avalleur, d’origine lorraine, suivit son duc, François, en Toscane comme officier de sa garde et mourut à Florence. Les grands-croix voyaient dans les commanderies, où souvent ils ne se rendaient même pas, une source de revenus, et non des obligations morales, dont ils s’acquittaient, sans remords, par des procureurs et agents d’affaires.

  • 66 Ainsi, Jean d’Anglure de Bourlémont, commandeur d’Avalleur, eut, d’une jeune femme du village au n (...)
  • 67 Maints grands prieurs et commandeurs conférèrent, moyennant une pension sans doute symbolique, un (...)

41Le népotisme, inévitable dans une communauté dont les membres faisaient vœu de chasteté — même s’il était souvent enfreint66 — et ne pouvaient se marier, sévissait avec plus de vigueur encore dans la Religion, où le nom, la lignée tenaient une telle place. Un seul exemple suffira67 : le grand maître Adrien de Wignacourt donna, le 19 décembre 1695, de grâce magistrale, la commanderie de Lagny le Sec à Adrien de la Viéville d’Orvillé Wignacourt ; son petit-neveu et filleul, né le... 18 février 1692, conserva cette commanderie jusqu’à sa mort, le 29 septembre 1774 ! Par là, les biens de la Religion étaient détournés au profit d’une famille.

  • 68 Les promotions aux dignités se faisant à l’ancienneté, la réception de minorité faisait gagner de (...)

42Mais, à la fin de l’Ancien Régime, l’abus le plus scandaleux était le fait du Saint-Siège qui, par ses brefs — facultatifs ou impératifs —, permettait les réceptions de minorité68, accordait la grand’croix de grâce, dispensait de la résidence en couvent, des caravanes, du renouvellement des terriers, de la présentation des améliorissements, voire du payement des dettes au Commun Trésor ! Par ces dispositions dérogatoires, il rompait l’équilibre séculaire prévu par les statuts et ordonnances de l’Ordre, ouvrait grande la porte à la faveur, aux brigues, qui sévirent avec une telle force dans la Religion de la fin de l’Ancien Régime : le Saint-Siège porte une lourde responsabilité dans la décadence morale de l’Ordre à cette époque, qui contribua à sa suppression de fait par la Révolution.

***

  • 69 E. Ganter, « Notes sur la vie locale de l’Ordre dans la langue d’Auvergne à la fin de l’Ancien Rég (...)

43La richesse des fonds des commanderies et surtout des prieurés en fait une source extraordinaire, inépuisable, pour l’histoire économique et sociale de la France d’Ancien Régime69, écrasante même par leur ampleur.

  • 70 Description succincte par G. Gangneux, « Le fonds de l’ordre de Malte aux Archives départementales (...)
  • 71 Même les archives nobiliaires, comme les « preuves » de noblesse, présentent un grand intérêt pour (...)
  • 72 Voir G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 33-64 (même si cette typologie (...)
  • 73 Et non « d’amélioration ».
  • 74 Le chapitre provincial du prieuré — auquel étaient tenus d’assister les commandeurs — ne se réunis (...)
  • 75 Comme celui, en deux énormes volumes in-folio, de la commanderie de la Cavalerie, de Léon de Malvi (...)

44Il n’est pas nécessaire de rappeler ici l’importance, tant en volume qu’en intérêt, et la variété des archives conservées70, qui sont presque toutes à caractère économique71 : procès-verbaux de visites72 — générales, prieurales (actives et passives), d’améliorissement73 — et terriers, prescrits par les statuts de la Religion, registres des délibérations des chapitres provinciaux et assemblées des prieurés74, arpentages et bornages75, plans, censiers, manuels de recette, comptes ; les baux donnent de précieuses indications chiffrées, permettant des études sur le long terme.

  • 76 Sur cette belle figure de chevalier à la fin de l’Ancien Régime, voir Ch. Samaran, La commanderie (...)
  • 77 Ch. Samaran, L'Hôpital Sainte-Christie..., p. 12.
  • 78 Qui les conserve sous les cotes K 14 à K 22.
  • 79 Sous les cotes H 3237 et 3242-3342.

45Cette extraordinaire richesse sérielle est un des champs d’étude rêvés de l’histoire quantitative, d’autant que nous disposons pour l’époque de Malte d’une masse énorme d’archives comptables. A cet égard, je me permets d’attirer l’attention sur une catégorie de fonds d’archives rare, mais fort précieuse : les recettes des prieurés. Les papiers du dernier receveur de Toulouse, Léon de Malvin de Montazet76, ont été dispersés en 1909/1910 par la veuve de Gabriel Charavay, mais après avoir été parcourus par Charles Samaran77, et une partie au moins a été rachetée par le prieuré anglais de Saint-Jean à Clerkenwell78. Le dernier receveur de Champagne, Toussaint d’Hannonville, était Lorrain, commandeur de Vircourt : les archives de sa recette au xviiie siècle, échues aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle79 sont un fonds de première importance.

  • 80 E. Mannier, Ordre de Malte. Les commanderies du grand-prieuré de France..., 1872.
  • 81 A. du Bourg, Ordre de Malte. Histoire du grand-prieuré de Toulouse..., 1882.
  • 82 L. Niepce, Le grand-prieuré d’Auvergne (ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem), 1883.
  • 83 J. Raybaud, Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles..., publiée et continuée par (...)
  • 84 H. de Marquessac, Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Guyenne depuis le xiie siècle jusqu’e (...)
  • 85 Bibliographie dans J.-M. Roger, « Notre-Dame aux Nonnains, Templiers et Saint-Fale : les bois du P (...)

46Les archives conservées en France sont connues et exploitées depuis longtemps des érudits, attirés par les noms, souvent en vue, qui s’y rencontrent : des curieux y ont cherché des documents sur l’histoire tragique et mystérieuse du Temple, des généalogistes en quête d’« ancêtres », des illustrations familiales. Du Second Empire à la première guerre mondiale parurent de très nombreuses monographies sur les ordres militaires : qu’il me suffise de rappeler, sur les grands prieurés, les ouvrages d’E. Mannier80, A. du Bourg81, L. Niepce82, la publication par C. Nicolas du manuscrit de l'archivaire Jean Raybaud83 et, parmi tant d’autres sur une étendue géographique plus limitée, ceux d’H. de Marquessac84 sur la Guienne et la Gascogne ou Aug. Pétel85 sur des membres de la commanderie de Troyes.

  • 86 De nombreux points de comparaison et indications peuvent être trouvés dans des monographies d’hist (...)

47Ces travaux, et surtout une foule d’études de détail, ont fait une large place à la généalogie et à l’héraldique. En dressant de leur mieux la liste des prieurs ou des commandeurs, en décrivant les monuments archéologiques qui subsistent, tous, souvent86 comme malgré eux, ont abordé l’histoire non seulement sociale, mais aussi économique, simplement parce que les archives laissées par l’Ordre sont, dans leur immense majorité, le résultat de la gestion de ses biens : par exemple, Mannier donne le montant des baux de toutes les commanderies du prieuré de France à plusieurs dates de la fin de l’Ancien Régime.

  • 87 E. de Rozière, « Notice sur les archives de Malte », dans Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 2e (...)
  • 88 L. de Mas-Latrie, « Notice sur les archives de Malte à Cité-la-Valette », dans Archives des missio (...)
  • 89 J. Delaville le Roulx, Les Archives, la bibliothèque et le Trésor de Tordre de Saint-Jean de Jérus (...)
  • 90 Les procès-verbaux de visite étaient expédiés en double exemplaire : un pour le grand prieuré, un (...)
  • 91 Dont proviennent aussi les preuves conservées à Malte, après avoir été présentées aux langues, et (...)
  • 92 Bilancio settennale del ven° Comn. Tes°., dalprimo maggio 1778. a tutt’aprile 1785., Malte, 1786.
  • 93 Bilancio decennale del Commun Tesoro, dal primo maggio 1778. a tutto aprile 1788., Malte, 1789 [Bi (...)
  • 94 J. de Bosredon Ransijat, Dialogues sur la Révolution française..., nouv. éd., an xii (1803) [Bibl. (...)

48Au siècle dernier, les chartistes redécouvraient les archives centrales de l’Ordre, restées à Malte après le départ des Français. Eugène de Rozière87, Louis de Mas-Latrie88, Delaville Le Roulx89 les ont fait connaître au monde savant, en ont publié des états plus ou moins détaillés, mais les ont exploitées pratiquement pour le seul Moyen Age. Or, ces archives sont d’une richesse et d’une variété encore plus extraordinaires pour l’époque moderne : si certaines catégories de sources, comme les visites90 ou les « preuves » de noblesse, sont bien connues, par contre, beaucoup d’autres restent pratiquement vierges pour la fin de l’Ancien Régime, comme le magnifique ensemble des libri bullarum de la Chancellerie, les registres du Conseil, ce qu’il reste des archives des langues91, l’immense série des registres du Commun Trésor, à l’exception des bilans septennal92 et décennal93, publiés par Bosredon Ransijat en sa qualité de secrétaire dudit Trésor, c’est-à-dire de « directeur des finances » de l’Ordre94.

  • 95 Je me suis moi-même attaché à montrer la variété de ces sources dans Les commandeurs de Thors et d (...)
  • 96 Ch. Samaran, L’Hôpital Sainte-Christie... (voir ci-dessus, n. 76).
  • 97 A.-M. Legras, Les commanderies des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Sai (...)
  • 98 Je tiens à remercier ici M. Gangneux pour l’obligeance avec laquelle il a mis à ma disposition mai (...)
  • 99 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue du xviie au xviiie siècle, Presses universitaires de Gre (...)
  • 100 Dans le même esprit d’élargissement, j’indique des articles parus depuis 1970, souvent pour des ré (...)

49Ces archives conservées à Malte ont été mises à profit95 par le regretté Charles Samaran96, Anne-Marie Legras97 et, surtout, Gérard Gangneux dans sa thèse de doctorat d’Etat. Soutenue le 30 mai 1970, cette thèse n’a été diffusée que sous la forme, matériellement médiocre, du service de reproduction des thèses98. Du moins G. Gangneux en a-t-il publié, en 1979, un extrait sur la Camargue, toujours disponible99 Fruit de longues années de recherches, ce travail, probe, solide, pour la première en dignité des langues de la Religion, est au cœur de ce rapport, et je me bornerai, en renvoyant à ces deux ouvrages, à en reprendre quelques points, en esquissant des comparaisons100 avec les deux grands prieurés que je connais le mieux, de Champagne et de France — surtout pour la partie de la Champagne qui ressortissait à ce dernier.

  • 101 Dont l’arrêt du Conseil d’Etat du 7 mai 1687, cité ici.

50L’Ordre veilla toujours à être considéré « comme distinct et séparé du corps du Clergé de France ». Cette place à part, confirmée par de nombreux actes royaux101, était justifiée : la Religion était une association internationale, dont le siège était loin du royaume ; elle était maîtresse, souveraine à Malte, sous la seule redevance, symbolique, d’un faucon annuel au vice-roi de Naples ; elle était représentée en France par un ambassadeur, qui ne se faisait pas faute d’intervenir chaque fois que les privilèges de l’Ordre paraissaient menacés ; ses membres étaient appelés loin des prieurés, bailliages ou commanderies par le service du roi ou de la Religion ; cumul et absentéisme étaient conformes à ses statuts et ordonnances ; surtout, dès l’origine de l’Ordre, et de par son objet même, ses revenus en France étaient destinés à être non dépensés sur place, mais, en tant que de besoin, exportés outre-mer, pour la défense de la Chrétienté et l’entretien du couvent. Tous ces caractères propres avaient des conséquences directes, très importantes, sur la gestion de ses biens en France.

  • 102 A preuve, par exemple, les observations et prescriptions de Chrysostome de Gaillard d’Agoult dans (...)
  • 103 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 37.

51La Religion eut-elle une politique économique ? La réponse ne fait pas de doute : les procès-verbaux de visite insistent sur les « améliorissements » à apporter non seulement à l’état des bâtiments, mais même à l’exploitation du sol et, de façon générale, à la rentabilité économique des biens de la Religion. La fréquence de ces visites, la précision et la continuité de leurs prescriptions quant au développement, au choix des cultures102 montrent que l’Ordre eut bien, tout au moins à la fin de l’Ancien Régime, une politique économique volontariste : dans les baux, les preneurs s’obligent à améliorer les biens, à étendre la surface cultivable103. Par ces caractères aussi, Saint-Jean se distingue des ordres religieux proprement dits.

  • 104 Ainsi, Louis du Mesnil-Simon de Maupas, commandeur de Chambéry, vendit en 1652 des terrains « stér (...)
  • 105 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 138-140.
  • 106 Comme c’est le cas de l’hôpital Saint-Marc de Martel, dont Françoise de Faure de Mirandol et sa ni (...)
  • 107 Les titres de cette donation ont été publiés sous le titre Erection de la terre et seigneurie de C (...)

52Du milieu du xvie siècle à la Révolution, le domaine de la Religion en France — entendue dans les limites actuelles, sous les réserves indiquées au début — ne changea guère d’étendue : dans l’ensemble, il avait été constitué par la réunion, prononcée par la bulle Ad providam du 2 mai 1312 de Clément V, des biens du Temple à l’« Hôpital ancien ». Néanmoins, il souffrit des guerres de religion comme de celle de Trente Ans et fut modifié, au cours des siècles, par des pertes et usurpations, des ventes104 et expropriations105, des réintégrations106, acquêts, donations et fondations — la plus notable est celle de la terre de Cury, en Soissonnais, donnée à l’Ordre par Robert Hennequin à diverses conditions, dont son érection en bailliage et son union à celui de la Morée107.

  • 108 J. Chetail, « Les chanoinesses de Malte de Saint-Antoine-en-Dauphiné », dans A.O.M., 1969, p. 42-4 (...)
  • 109 J. de Bosredon Ransijat, Bilancio decennale..., p. 8, 56-61 (§66), 109-119 ; Journal du siège... d (...)
  • 110 Le Commun Trésor ne devait rentrer dans ses frais qu’au bout d’un siècle, vers 1879 !

53L’apport le plus important fut la réunion, à la veille de la Révolution108, de l’ordre hospitalier de Saint-Antoine de Viennois, mais au prix de clauses financières écrasantes pour la Religion109 : en particulier, les Antonins étaient reçus comme chapelains conventuels, avec des pensions qui obérèrent le Commun Trésor110. Cette réunion lui était encore lourdement à charge quand survint la Révolution.

  • 111 Comme le « droict de nopces » (A. Vayssière, L'ordre de Saint-Jean de Jérusalem... en Limousin...,(...)
  • 112 Voir, par exemple, Ch. Guéry, La commanderie de Saint-Etienne-de-Renneville..., 1896, p. 120, 128, (...)
  • 113 J. Laurent, Un monde rural en Bretagne au xve siècle : la quévaise, Paris, 1972 (Les hommes et la (...)
  • 114 Le dernier commandeur de la Feuillée, Alexandre Freslon, obtint le 26 août 1786 un décret du Conse (...)
  • 115 H. de Marquessac, Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Guyenne..., p. 196, note.

54Il y a lieu de souligner les innombrables différences régionales, non seulement dans la terminologie, extrêmement variée, mais aussi, très profondes, à l’image de celles entre les diverses provinces du royaume, dans la nature juridique et le mode d’exploitation économique des divers biens et droits111 — tant honorifiques112 qu’utiles — de l’Ordre en France. Il y avait, en effet, comme un monde entre, par exemple, la Bretagne, où la quevaise113 subsista jusqu’à la Révolution114, et la Guienne115, avec ses acaptes et arrière-captes. Cette extraordinaire variété défie l’énumération, et je me bornerai à relever quelques-uns de ces biens et droits, parmi les plus répandus ou les plus caractéristiques.

55L’Ordre était propriétaire du domaine propre qu’il se réservait, et seigneur à la fois spirituel et temporel. Cette seigneurie spirituelle se traduisait par des patronages d’églises et surtout des dîmes, de toute nature, à l’image des productions agricoles, comme froment, avoine, vin, chanvre, châtaignes, pourceaux ou, sur les troupeaux d’ovins, laine, agneaux, fromage...

  • 116 Voir, par exemple, J. Grente et O. Havard, Villedieu-les-Poëles..., première partie, 1899, p. 20-2 (...)
  • 117 Arch. dép. Haute-Marne, cote provisoire 59 H 1.
  • 118 Arch. dép. Aube, cote provisoire B 1098 (lettres patentes permettant au commandeur « de faire mett (...)

56L’Ordre jouissait en général dans ses commanderies de la « haute, moyenne et basse justice », avec droits de nomination d’officiers comme baillis, notaires, sergents, de greffe ou tabellionage116. Symbole de sa haute justice, les commandeurs tinrent à faire réédifier les fourches patibulaires, et ce dès bien avant la « réaction seigneuriale » du xviiie siècle : ainsi, Simon Mailly et Jacques de la Mothe Houdancourt, commandeurs des Nouveaux et de Troyes, obtinrent à cet effet des lettres de chancellerie des 4 décembre 1573117 et 27 juillet 1684118.

  • 119 Voir aussi, par exemple, G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1283-1284
  • 120 Voir, par exemple, ibid., p. 1294-1295, 1297-1298, 1299.
  • 121 Voir, par exemple, ibid., p. 1295.
  • 122 Voir, par exemple, J. Grente et O. Havard, Villedieu-les-Poëles..., première partie, p. 235-241.
  • 123 A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. 63, en indique un, co (...)
  • 124 Voir, par exemple, G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1247.
  • 125 Ibid., p. 743, 744, 763, 1099-1103 (à Luceram, en raison de l’essor de l’oliveraie, un quatrième f (...)
  • 126 R. Boudard, « La commanderie de Bourganeuf » (A.O.M., 1978, p. 107-117), p. 112-113.

57L’Ordre possédait beaucoup de banalités119 : fours120, moulins121, pressoirs, forges, taureaux... ; elles furent la source de graves différends avec les assujettis à la fin de l’Ancien Régime122. Les moulins banaux, très nombreux, étaient à vent123 et surtout à eau124 ; en général à blé, mais aussi à foulon, voire à huile125, ils étaient d’un faible rapport, d’après R. Boudard126, par suite de la négligence ou même des dégradations volontaires des fermiers — ils cherchaient ainsi à ne pas payer le montant du bail, voire réclamer des dommages et intérêts —, des nombreux procès que les commandeurs devaient leur intenter, souvent sans profit : pourtant, beaucoup de moulins, comme, près de Troyes, ceux de Baires et de Verrières, furent reconstruits au xviiie siècle.

58La Religion bénéficiait de corvées ; recevait des lods et ventes ; des champarts, tasques, agriers ; des rentes, aussi diverses que les dîmes, en argent comme en nature ; des cens, tout aussi variés, en argent comme en nature.

  • 127 Aux nombreux cas bien connus, on peut ajouter celui de Lavausseau : L. Rousseau-Souchard, « Lavaus (...)
  • 128 Appartenant à l’Ordre, et attachés à la commanderie : le commandeur apportait en outre ses propres (...)
  • 129 Ainsi, pour le seul prieuré de Champagne, les commandeurs de la Neuville au Temple, Thors, Xugny r (...)
  • 130 L. Niepce, Le grand-prieuré d’Auvergne..., p. 98-100 ; E. Parinet, Le grand prieuré et les grands (...)
  • 131 Voir, par exemple, J. Chetail, « La commanderie des Feuillets... au xviiie siècle » (Le Bugey, 53e(...)
  • 132 En 1632, sur une cinquantaine de tanneries alignées le long du Boyvre, vingt étaient exploitées pa (...)

59Les commanderies — groupant, autour du logement du commandeur, ceux des agriculteurs, les bâtiments d’exploitation et, souvent, une chapelle du xiie siècle — étaient en général rurales et fortifiées, fréquemment lors des guerres du xve127 ; elles étaient pourvues de meubles d’état128. Le chef en était souvent déserté au profit d’un membre mieux aménagé, plus confortable, comme l’hôtel de la commanderie dans la ville la plus proche129 : le grand prieur d’Auvergne délaissait en général Bourganeuf — chef de son prieuré jusqu’au xviiie siècle — pour Lyon130 ! Les membres pouvaient être assez éloignés du chef. Le domaine proche consistait en terres labourables, herbages, vignes, forêts, incuits... L’Ordre possédait aussi des étangs131, des tanneries132.

60Je ne poursuivrai pas davantage cette énumération, en tout état de cause vaine car très incomplète, pour aborder, de façon succincte, quelques aspects qui caractérisent le mieux la politique économique de l’Ordre.

***

61Plusieurs des rapports et communications précédents ont émis l’idée que, somme toute, les biens de la Religion étaient bien gérés. On permettra à un archiviste d’en voir une preuve dans les mesures prises par le Conseil en vue de la sauvegarde des archives de l’Ordre, les magnifiques inventaires qui furent faits au xviie et xviiie siècles de celles des langues, des prieurés, des commanderies : qu’il me suffise de rappeler ceux de l'archivaire Raybaud, du notaire et archiviste Petot pour les prieurés de Saint-Gilles et de Champagne, de Jacquemin pour tant de commanderies de celui de France, comme Laon et Troyes ; et ces excellents travaux restent d’un usage quotidien.

  • 133 Ainsi, Jean-Jacques de la Rochefoucauld, commandeur de Montchamp, obtint au moins cinq arrêts du P (...)
  • 134 Reconnu, entre autres, par l’arrêt du Grand Conseil du 16 mars 1754, nonobstant une possession con (...)
  • 135 Françoise de Faure de Mirandol fut pourvue du prieuré Saint-Marc de Martel le 19 novembre 1654 ; l (...)
  • 136 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 170-173.

62Ces biens et ces droits, l’Ordre les défendit avec vigueur et persévérance133, se réclamant de son privilège d’imprescriptibilité134 pour réclamer par voie de justice la réintégrande de ceux qui avaient été perdus par usurpation, aliénation, emphytéose : ainsi, Françoise de Mirandol puis sa nièce, Françoise II, soutinrent une trentaine d’années de procédure pour recouvrer l’hôpital Saint-Marc de Martel135 ; par transaction du 12 décembre 1673 avec la communauté d’Arles, le bailli de Demandolx réussit à affranchir sa commanderie de Saliers du droit, immémorial, d’esplèche136.

  • 137 Id., Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 978.
  • 138 Id., « Communauté rurale et seigneurie de l’ordre de Malte : Saint-Pierre-Avez aux temps modernes » (...)
  • 139 Id., Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 115-126.
  • 140 Ibid., t. II, p. 1289-1310 ; « Une commanderie de l’ordre de Malte aux xviie et xviiie siècles : P (...)

63Certes, les Bernardins, par exemple, étaient, eux aussi, forts vigilants. Mais une politique aussi systématique et rigoureuse — qui a laissé dans nos archives tant de pièces de procédure — peut être mise en rapport avec le fait, souligné à juste titre par G. Gangneux, que beaucoup de commandeurs étaient issus de la robe, de familles de Parlements et autres cours souveraines ; parents des magistrats qui jugeaient les causes où l’Ordre était partie, ils tenaient de leur ascendance, quoi qu’ils en eussent, un esprit juridique, de réelles compétences en matière de procédure, voire de chicane, des « qualités, très bourgeoises, de précision et de ténacité »137. Dans le but, permanent, de tirer toujours un meilleur profit de ses biens, l’Ordre prit part à la « réaction seigneuriale » du xviiie siècle : ainsi exigea-t-il, à la veille de la Révolution, d’une petite communauté rurale de Provence, la « reconnaissance » d’une tasque au huitain, conformément à une convention de 1584138. Mais le succès en fut très inégal139 : Chrysostome de Gaillard d’Agoult, en dépit de son « zèle » et de ses « soins », ne put faire monter l’affermage de sa commanderie de Poët-Laval à proportion des frais de procédure qu’il engagea140.

  • 141 Id., L'ordre de Malte en Camargue..., p. 173-185, analyse plusieurs cas de tels différends. Celui e (...)
  • 142 P. de Saint Jacob, Les paysans de la Bourgogne du Nord au dernier siècle de l’Ancien Régime, 1960, (...)
  • 143 J. de Bosredon Ransijat, dans son Bilancio decennale..., p. 15 (§8), écrit que le produit de la ve (...)
  • 144 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1253-1261 ; « Conflits pour les bo (...)
  • 145 H. Baron, « Le dernier commandeur de Sainte-Eulalie-du-Larzac... », dans Revue du Rouergue, t. XXX (...)
  • 146 Il vendit plus de 10 000 pins de sa forêt de la Salvage, où les petites gens de la Cavalerie, moye (...)

64Beaucoup de conflits entre la Religion et les communautés rurales141 prirent naissance dans les « usages » dont elles jouissaient, depuis très souvent le Moyen Age, sur les forêts de l’Ordre, et qui menaçaient les coupes qu’il se réservait : en 1736, le grand prieur de Champagne ôta aux habitants de Bures le droit de bois mort142. Par ces ventes143, qui risquaient d’éteindre les « usages », la Religion dressa contre elle des communautés : en 1747, celles de Mazères et de Montsaunès s’opposèrent, avec succès, à la vente des arbres de la réserve de la commanderie144 ; en 1773, le dernier commandeur de Sainte-Eulalie, Antoine de Riqueti Mirabeau145, rencontra des difficultés similaires146.

  • 147 A. Vayssière, L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem... en Limousin..., p. 39, indique, au début du xv (...)
  • 148 L. de Boisgelin, Malte ancienne et moderne..., t. III, p. 113, écrit que près des commanderies de (...)
  • 149 Qui subsiste, comme celui de Rhodes. Voir P. Jardin, « Le service de santé de l’ordre de l’Hôpital (...)
  • 150 L’hôpital de Villedieu fut fondé au xviiie siècle, mais par un simple ouvrier en cuivre, Jean Gast (...)
  • 151 Sous réserve, par exemple, de la commanderie de Gap-Francès, au cœur des Cévennes ; voir aussi E. (...)
  • 152 L. d’Alauzier, L’hôpital Saint-Marc à Martel, p. 318 et 325 (note 47).

65Les enquêtes du xive siècle, auxquelles il a été maintes fois fait référence, montrent le maintien en Occident de secours aux pèlerins et aux pauvres. C’était, à mon avis, des survivances : certes, ces secours subsistèrent147, au moins formellement, jusqu’à la Révolution148, mais le rôle hospitalier de l’Ordre consistait, pour l’essentiel, à faire face à la dépense, écrasante, de l’hôpital du couvent, de Malte pour l’époque qui nous intéresse ici149. Les maisons delà la mer portant le nom d’hôpital150 n’en étaient plus, du moins dans l’ensemble151, même au sens, large, que l’Ancien Régime donnait à ce terme : ainsi, analysant la transaction du 25 juin 1672 par laquelle Françoise II de Mirandol arracha aux consuls de Martel la reprise de Saint-Marc, le regretté Louis d’Alauzier a pu se demander si cet « hôpital » était encore un établissement hospitalier152.

  • 153 Sur ces rapports, difficiles, de l’Ordre avec ses desservants, je renvoie aux riches développement (...)

66Le service divin, la desserte des cures et chapelles de l’Ordre, contrepartie des dîmes qu’il percevait, était une de ses charges essentielles. L’Ordre comptait en son sein des prêtres, les chapelains conventuels. Mais ils étaient peu nombreux, faisaient souvent leur résidence en couvent. Ces chapelains étaient en général des Français, qui exerçaient souvent des fonctions de scribe, de secrétaire de chapitre provincial. Il y avait aussi des Maltais, que Louis XV tint pour régnicoles dans le royaume, et qui furent reçus dans l’Ordre avec grâce des limites ; ils furent souvent mal acceptés par la population locale. Les chapelains conventuels étant trop peu nombreux, l’Ordre confia ses cures à des prêtres séculiers, qui devaient en principe « prendre la croix » et se faire recevoir dans la Religion comme chapelains d’obédience. En fait, ils s’en gardaient : elle ne leur assurait qu’une situation aussi précaire que médiocre, suivant l’évolution de la conjoncture des redevances en nature ou une portion congrue réduite d’un tiers par rapport au clergé diocésain ; elle ne pouvait attirer les meilleurs, et ces curés, réduits à la misère et à une situation humiliante, véritable plèbe cléricale, nourrirent l’aversion des populations rurales pour l’Ordre à la fin de l’Ancien Régime153.

  • 154 Le 29 avril 1727, Jean Ferdinand de Ricard, commandeur de la Neuville au Temple, au prieuré de Cha (...)
  • 155 Le menu peuple fut scandalisé, et le Sénat de Savoie s’y opposa (E. Ganter, Compesières au temps d (...)
  • 156 Le 14 janvier 1785 (n. st.), Jean-François Lamirault, dernier commandeur de Thors, dont Bar-sur-Au (...)

67Rémunération des desservants comme entretien des chapelles étaient des charges, à laquelle beaucoup de commandeurs, dans un but de meilleure rentabilité, cherchèrent à mettre fin. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, nombreux sont les commandeurs qui demandèrent aux chapitres provinciaux la suppression154, comme « chose plus onéreuse que profitable », de chapelles rurales où il n’y avait pas de fondations de messes, délabrées par faute d’entretien : ainsi, le dernier commandeur du Genevois, Louis Gaspard Esprit de Tulle de Villefranche, obtint-il de l’Ordre l’autorisation d’en abattre sept155, et il y en eut peu, comme celle de Saint-Jean-de-Bar-sur-Aube156, qui échappèrent à la destruction.

  • 157 Définie par P. de Saint Jacob, Les paysans de la Bourgogne du Nord..., p. 38-39.

68Alors que la mainmorte157 avait disparu depuis des siècles dans le Midi, elle se maintint jusqu’à la Révolution dans la France du Nord, comme à Voulaines, chef du prieuré de Champagne.

  • 158 J. Garnier, Chartes de communes et d’affranchissements en Bourgogne..., t. III, 1877, p. 134 ; nos(...)
  • 159 Qui n’était pas, pour les communautés paysannes, un poids aussi insupportable qu’on pourrait le cr (...)
  • 160 J. Garnier, Chartes de communes..., t. IV, 1918, p. 306.

69Dans la partie de la Bourgogne ressortissant à ce prieuré, les premiers affranchissements connus à l’époque moderne sont le fait du grand prieur Michel de Sèvre. Sous la pression des habitants, moyennant d’importantes sommes d’écus et des tailles perpétuelles par feux, il affranchit, de 1574 à 1588, Voulaines, Courban, Bissey-la-Côte, Louesme, Minot, Bures158. Son successeur, Philibert de Foissy-Chamesson, obtint du Parlement de Paris un arrêt du 16 juillet 1605 abolissant la charte de franchise de Voulaines. Terrefondrée, la Forêt et Châtoillenot furent affranchis en 1646 par le grand prieur Jean-François de Vion Tessancourt ; Montenaille et Villers-sur-Suize le furent avant 1658. Mais, au début du xviiie siècle, la langue de France refusa l’affranchissement de Layer-sur-Roche. La mainmorte159 eut beau « se désagréger lentement » ; à la Révolution, des communautés appartenant à l’Ordre, dont Voulaines, faisaient partie, d’après l’Etat général... de 1781, sur les 9 331 lieux habités de Bourgogne, des 3 421 qui étaient encore frappés par cette servitude160.

  • 161 Il était, de très loin, le principal propriétaire ecclésiastique de Camargue et possédait à peu pr (...)
  • 162 A. Soutou, Le Larzac autour de la Couvertoirade, 1973 ; La commanderie de Sainte-Eulalie de Larzac (...)

70L’Ordre était un des grands propriétaires de France161, et ses domaines — c’est un de leurs principaux caractères — étaient souvent de grandes propriétés : ce n’est pas un hasard si — pour me limiter à deux exemples pris dans l’actualité récente — l’armée voulut se réserver le Larzac162 et si le gouvernement décida d’implanter une centrale nucléaire à Golfech. Ces deux domaines provenaient du Temple : l’Hôpital ne les constitua pas, mais il sut en conserver l’intégrité. De fait, s’il y eut peu d’accroissements, l’Ordre poursuivit la même politique qu’en son temps le Temple dont il fut, à cet égard comme à tant d’autres, le successeur : la Religion veilla, par le moyen d’acquêts à titre onéreux, d’échanges, à éliminer les enclaves, de façon à être maîtresse chez elle.

  • 163 G. Gangneux, « Les rentes seigneuriales et domaniales dans les commanderies de l’ordre de Malte de (...)
  • 164 R. Boudard, La commanderie de Bourganeuf p. 113 (emphytéose de moulins banaux à 99 ans).
  • 165 G. Antonetti, « Recherches sur la propriété et l’exploitation des hauts fourneaux du Châtillonnais (...)
  • 166 Ainsi, Ch. Guéry, La commanderie de Saint-Etienne-de-Renneville..., p. 103, 110, 113, 130.
  • 167 A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. XLIII et 129-130.

71L’acensement des biens de la directe se maintint, surtout au xvie siècle, moyennant des redevances en argent, et aussi en nature, comme les gelines. En raison, au moins dans une large mesure, de l’absentéisme des commandeurs voire des grands prieurs, les biens de l’Ordre en France, tant seigneuriaux que domaniaux163, étaient en général loués à bail : commanderies, même chambres prieurales étaient affermées. Au xvie siècle, les baux à deux ou trois vies étaient encore fort fréquents. Au début du xviie siècle, au prieuré d’Auvergne, on était d’avis, pour pallier l’érosion monétaire, de ne concéder d’emphytéose que pour une redevance en grains, et non en argent164 ; de fait, jugés désavantageux pour l’Ordre, les baux emphytéotiques disparurent pratiquement jusqu’au xviiie siècle. Ces baux ou arrentements, soit généraux, soit particuliers165, étaient en général adjugés « au plus offrant et dernier enchérisseur ». La redevance des preneurs était fort variée : tantôt en argent, tantôt en nature, tantôt mixte166 ; au Temple de la Guerche, au xviie siècle, elle consistait en cinq Pater noster et cinq Ave Maria, le vendredi saint, « pour la bonne prospérité et santé dudit seigneur commandeur »167 !

  • 168 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 812-852 (allongement des baux : p. (...)

72Les modes de location de l’Ordre ont évolué pendant les deux derniers siècles de l’Ancien Régime : G. Gangneux l’a montré dans une remarquable analyse168, qui, sans aucun doute, ne vaut pas pour la seule langue de Provence.

73A des seigneurs, l’Ordre concédait parfois des biens et droits en albergue noble, d’une croix d’or, d’un éperon d’or à chaque mutation de commandeur ou de vassal, voire d’une épée d’or massif ou d’une garde d’épée et d’une paire d’éperons, aussi d’or massif, payable en espèces : ce droit était ainsi « susceptible d’accroissement par le bénéfice du temps ».

  • 169 Dans cet exposé, ce terme est entendu dans son sens le plus large : le « commandeur » peut être un (...)
  • 170 Avec risque de perte de tout ou partie de la récolte, si le commandeur mourait à ce moment.

74En principe, l’Ordre ne connaissait que les baux à court terme, à trois ou cinq ans : la condition des preneurs était d’autant plus précaire que, d’après les statuts, tout bail à ferme était résolu de droit par la mort ou le départ du commandeur169 qui l’avait consenti170. Ces baux à court terme pouvaient à la rigueur convenir pour la culture céréalière ; non pour les plantations, investissements coûteux, qui ne pouvaient porter de fruits qu’au bout d’un temps beaucoup plus long.

  • 171 Appelée encore albergement (à ne pas confondre avec l’albergement ou albergue noble), nouveau bail (...)
  • 172 En 1783, sur les trois métairies du domaine de Saint-Michel, appartenant à Saint-Marc de Martel, d (...)
  • 173 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 846 ; « La commanderie de Valence. (...)

75Dès le xviie siècle, des commandeurs cherchèrent à trouver plus facilement des preneurs, à tirer quelque parti de sols difficiles en allongeant la durée des baux, de type « moderne », ou à reprendre, adapté, le vieux mode médiéval de l’inféodation171. Le chapitre général de 1776 permit de passer — avec permission du grand maître — des baux à neuf ans172, un décret du Conseil du 15 mai 1784 décida « que les preneurs jouiraient de leur contrat pendant quatre ans, nonobstant décès du commandeur ou changement de commanderie » ; de « nouveaux baux » sont attestés dès 1764, mais paraissent avoir eu un développement limité. A la veille de la Révolution, les baux emphytéotiques eux-mêmes, à 99 ans, moyennant, en général, redevances en nature, furent à nouveau en honneur dans des cas, bien précis, de remise en culture173.

  • 174 Le nouveau grand prieur baisait la terre, on allumait le feu, fût-ce en plein été, on ouvrait les (...)
  • 175 A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. 50-51 (la Feuillée, 3 (...)

76Plusieurs intervenants ont insisté sur le caractère traditionnel de la gestion des biens de la Religion au Moyen Age. J’irai même jusqu’à le qualifier de rituel, ce qui n’a rien de surprenant de la part d’un ordre religieux, mais allait loin dans le cas du nôtre : je n’en veux pour preuve que le cérémonial, issu du fond des âges, de prise de possession d’un grand prieuré174 ou d’une commanderie175.

  • 176 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 193-209 et 212.

77Il en va de même à la fin de l’Ancien Régime. De cette prudence, de ce sens des choses et de leur juste équilibre, un seul exemple suffira : G. Gangneux a montré176 comment au xviiie siècle, l’Ordre s’opposa, avec fermeté, persévérance et succès, au projet, mirifique, d’assèchement des marais du Bas-Languedoc, idée ancienne, reprise par les hommes d’affaires, qui surent obtenir l’appui du gouvernement royal et des Etats de Languedoc ; l’historien ne manque pas de louer sa « solide connaissance du milieu géographique », sa « remarquable constance... à sauvegarder le traditionnel équilibre agraire du delta de toute aliénation majeure ».

78Attaché aux traditions, étranger à l’esprit « physiocratique », aux innovations risquées qui, à long terme, pussent compromettre ses biens, l’Ordre les géra « en bon père de famille », mais non sans introduire, avec prudence, d’appréciables progrès.

  • 177 Id., Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 568-579. Toutefois, le système des trois sol (...)
  • 178 Ibid., p. 578-587 ; Saint-Jean de Pézenas..., p. 30-32 ; L’ordre de Malte en Camargue..., p. 40-45 (...)
  • 179 Id., Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 588-603.
  • 180 P. Marres, Les Grands Causses, Études de géographie humaine, 1935, p. 45, évalue le troupeau de la (...)
  • 181 Ibid., p. 44.
  • 182 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 600-601.
  • 183 Sur les herbages, voir aussi ibid., t. II, p. 1170-1177 (relarguier et dévendude) ; sur la dépaiss (...)
  • 184 Ibid., t. I, p. 601-603.
  • 185 P. Marres, Les Grands Causses..., p. 53-55.
  • 186 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 598-599 ; t. II, p. 1164, 1204-1206 (...)
  • 187 Ibid., t. I, p. 604-626.

79Jusqu’à la Révolution, l’Ordre privilégia la culture céréalière, avec assolement en général biennal177 ; en avance d’un siècle sur les pratiques agraires de l’époque, il développa, au moins à titre d’essai, en guise de sole, esparcet, luzerne, prairie artificielle178. Cette prairie contribuait à la nourriture du très important bétail179 —troupeaux de milliers d’ovins180 et aussi, sur les coussouls de Camargue, chevaux, mulets, bœufs noirs181 — dont il faisait l’élevage extensif sur les immenses étendues en sa possession, comme les garrigues du Midi ; en Aubrac et Lozère, il disposait de vastes pâturages d’altitude, qu’il ouvrait largement à la transhumance du Languedoc182, alors qu’il louait ses herbes183 d’hiver aux moutons descendant de la montagne184. Il possédait des caves à Roquefort pour l’affinage des fromages fabriqués avec le lait de ses brebis du Larzac185. Pour favoriser la glandée des porcs, il développa dans le Midi la plantade du chêne vert186. Au xviie siècle et, dans une moindre mesure, au xviiie, il fit, dans les deux prieurés de la langue de Provence, un gros effort, systématique, de défrichement et de bonification, par remise en culture ou « ouverture » de nombreuses métairies187.

  • 188 Ibid., t. I, p. 627-664 ; t. II, p. 665-765.
  • 189 Faute de pouvoir les résumer ici, je renvoie aux amples développements, fins et nuancés, de G. Gan (...)
  • 190 Id., « Une commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem... : Renneville en Lauragais aux (...)

80A partir de la seconde moitié du xviie siècle, l’Ordre mena dans le Midi une politique systématique de « plantade »188. Avec vigueur et persévérance, il développa la vigne189 sur des terrains impropres aux céréales, puis renouvela les ceps ; il apporta un progrès décisif à la façon de la vigne en introduisant disposition en « allées », labour, complant d’arbres comme mûriers, oliviers, amandiers, en la protégeant par des murs. Cette viticulture, nettement spéculative, s’accompagna d’un fort et coûteux équipement en celliers — dont des chapelles « converties » ! —, pressoirs, cuves. Son succès fut très inégal suivant les pays : elle connut de grandes difficultés en Bordelais et Périgord, où, certaines années, la surproduction aboutit au brûlement des vins ! Si le pastel disparut, sous l’effet de la conjoncture, au xviie siècle190, la Religion planta, à grands frais et, là aussi, avec un succès très inégal, oliviers, mûriers, amandiers, noyers, châtaigniers pour la mise en valeur des sols « ingrats » ; saules, mûriers, tamaris et, par dizaine de milliers, peupliers pour protéger les terres inondables.

  • 191 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 57-139. Ces chaussées furent submergées lors de m (...)
  • 192 Sur les chaussées en dehors de la Camargue, voir G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulo (...)
  • 193 R. Chaboud, « Echirolles. Une commanderie de l’ordre de Malte dans le département de l’Isère » (A. (...)
  • 194 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 806-809, 834.

81G. Gangneux a montré en détail191 l’immense effort, sur deux siècles, de l’Ordre pour entretenir, réparer les chaussées en Camargue192 — gérées par le « Corps des chaussées du grand prieuré et commanderies de démembrement » — et même, au prix de sommes énormes, substituer aux reculats des caladats en pierre. De même, les possesseurs d’Echirolles menèrent une « lutte séculaire et combien onéreuse contre le trop turbulent torrent d’Eybens » : ils construisirent, consolidèrent, entretinrent la chaussée193. Contre les eaux de ruissellement, les pentes furent aménagées en terrasses, protégées par des murailles, réparées avec soin194.

  • 195 La plus belle forêt, où poussaient les plus beaux chênes d’Europe, était celle du Temple, apparten (...)
  • 196 Et aussi, bien que sans doute dans une moindre mesure, d’Auvergne : R. Boudard, La commanderie de (...)
  • 197 R. Boudard, ibid., p. 112, en indique aussi de châtaigniers, très disséminées : « Au cours des siè (...)
  • 198 Dans les commanderies qui ne possédaient pas de bois d’œuvre, leurs titulaires pouvaient user de c (...)

82Restes des immenses solitudes boisées où s’étaient établis Hospitaliers et surtout Templiers, l’Ordre possédait, surtout dans les prieurés de France195 et de Champagne196, de vastes forêts, le plus souvent de chênes et de hêtres197, dont il tirait une part essentielle de ses ressources. Surtout dans la France du Nord, la forêt constituait, en effet, une part très importante du patrimoine des commanderies. Le bois de chauffage, accompagné de droits d’usage, de panage des porcs, procurait aussi — j’y reviendrai plus loin — le combustible nécessaire aux forges. La haute futaie, d’une grande valeur marchande, fournissait le bois d’œuvre, le merrain pour la construction et la réparation des bâtiments198.

83Les commandeurs étaient tentés d’exploiter plus que de raison cette futaie, qui leur permettait de faire face aux dépenses sans dépenser du leur. Au contraire, Conseil et Commun Trésor veillaient à sa conservation, car c’était la réserve où ce dernier pouvait trouver « des ressources capables de fournir aux besoins pressans que les circonstances ne manquent jamais d’occasionner ». Une bonne gestion des bois exige une politique continue sur le long terme, dépassant de beaucoup la durée d’une vie humaine, à plus forte raison celle de la jouissance d’un commandeur. C’est pourquoi la Religion prit toute une série de mesures pour protéger ses réserves forestières de la cupidité des commandeurs comme pour échapper à l’intrusion des officiers royaux, qui eût été la conséquence d’un laisser-aller par trop abusif.

  • 199 M. Devèze, La grande réformation des forêts sous Colbert (1661-1680), 1962, en particulier p. 231- (...)
  • 200 Expédition imprimée (Paris, Le Breton, 1756), Bibl. nat., ms. Joly de Fleury 381, no 289.
  • 201 Expédition imprimée (Paris, Le Breton, 1760), ibid., nos 286-288.

84L’ordonnance des eaux et forêts de Colbert d’août 1669199 confondit, dans son titre xxiv, les bois de l’Ordre avec ceux des autres gens de mainmorte : elle obligeait les commandeurs à recourir aux officiers royaux des maîtrises des eaux et forêts. L’Ordre ne manqua pas de faire d’énergiques représentations. Il obtint un arrêt du Conseil du 6 juillet 1671, qui lui accordait un sursis de deux ans, puis deux actes royaux en forme de règlement, qui lui rendaient l’administration de ses bois. Les lettres patentes de juillet 1718200 permettaient, pendant dix ans, aux « commandeurs et autres bénéficiers de l’Ordre de Malte de faire couper les bois nécessaires » pour les employer en nature aux réparations des bâtimens dépendans de leurs commanderies et bénéfices, après que la coupe en aura été jugée nécessaire par le chapitre provincial de l’Ordre », à charge de remettre au greffe des maîtrises un double du procès-verbal de ses commissaires. Pour l’autorisation royale, il suffirait d’un arrêt du Conseil — et non plus de lettres patentes, dont l’obtention devait être plus lourde et plus onéreuse. L’arrêt du Conseil du 12 octobre 1728, sur lequel furent expédiées des lettres patentes du 14 août 1736201, portait apposition du quart en réserve (article iv), règlement des coupes des taillis à vingt-cinq ans (article v), remise du marteau de l’Ordre aux commissaires du chapitre provincial (article xii).

  • 202 Traité de l’administration des bois de Tordre de Malte..., p. 184.
  • 203 Ibid., p. 74-82.

85Ces règlements n’avaient force de loi que dans le ressort des trois langues françaises, dans les limites du royaume. Ils n’étaient pas en vigueur en Alsace et en Roussillon, ressortissant aux prieurés d’Allemagne et de Catalogne : le Traité de l’administration des bois de l'ordre de Malte... ne manque pas de relever les abus qui étaient la conséquence de cette anarchie légale en Alsace, où les gens de mainmorte et particuliers usaient de leurs bois ad libitum202. Ces textes n’avaient pu être introduits en leur temps dans les commanderies du grand prieuré de Champagne situées dans les duchés de Lorraine et de Bar, en terre d’Empire : l’arrêt du Conseil en forme de règlement du 13 octobre 1744 et les lettres patentes du 30 novembre suivant y étendirent la réglementation royale203.

  • 204 Ibid., p. 83-103.
  • 205 Ibid., p. 103-110.
  • 206 Ibid., p. 110-113.
  • 207 Indiqués, pour la plupart, par G. Saffroy, Bibliographie..., t. I, nos 5909 et 5911-5918 (le no 59 (...)
  • 208 Sur cette procédure, voir aussi Bibl. nat., ms. Joly de Fleury 372, no 4230 (166-210), et 381, no  (...)
  • 209 Expédition imprimée (Paris, Le Breton, 1768), Bibl. nat., ms. Joly de Fleury 381, nos 290-292. Cet (...)

86Le magistère voulut aller plus loin, en promulguant deux bulles, des 5 juillet 1751204, portant règlement sur l’administration des bois des six grands prieurés du royaume, puis du 17 juillet 1756205, sur celle des bois de pin et sapin ; approuvées par lettres patentes d’octobre 1756206, elles furent complétées par un nouveau décret du Conseil du 13 septembre 1759. Les commissaires des chapitres provinciaux étant soupçonnés de complaisance mutuelle, ces décrets instituaient, pour l’inspection des bois, un commissaire-né, en la personne du procureur du Commun Trésor. Ils portaient ainsi une grave atteinte aux statuts de l’Ordre et soulevèrent une tempête, donnèrent lieu à de violents mémoires207, publiés, en 1762-1764, de la part tant des officiers du Commun Trésor que du chapitre provincial de France. Celui-ci, après de vives mais vaines « itératives représentations », n’hésita pas, en 1761, à en appeler comme d’abus au Parlement de Paris208. Il obtint gain de cause : ce grave différend se termina par la Bulle... portant règlement sur le fait de l’administration des bois de l’Ordre, dependans des commanderies des six grands prieurés de France, du 24 septembre 1767209 ; elle révoquait les bulles de 1751 et 1756, et assurait un contrôle strict de cette administration des bois par trois « degrés » de commissaires des chapitres provinciaux.

  • 210 C’est le principal argument avancé par les officiers de l’Ordre pour la défense des bulles de 1751 (...)
  • 211 P. viii.

87Le grand maître Pinto dut donc céder aux représentations du prieuré de France. Les commandeurs n’avaient le droit de disposer du quart de réserve de leurs forêts que sous l’étroit contrôle de leurs confrères des chapitres provinciaux. Certes, ils pouvaient sans doute compter sur leur complaisance, à charge de revanche ; certains vendirent des bois sans demander l’autorisation du chapitre, abus et dégradations sont incontestables210. Mais, dans l’ensemble, ce contrôle mutuel porta ses fruits. D’après le Traité de l’administration des bois de l’ordre de Malte...211 :

De toutes les main-mortables aucun n’avoit ses bois en meilleur état que l’étoient ceux des commanderies de Malte : les statuts et ordonnances de cet Ordre avoient continuellement veillé à leur conservation.

  • 212 Il en subsisterait même du Temple : E. Garnier, « Borne croisée sur le territoire de Bure-les-Temp (...)
  • 213 Comme celle de la commanderie de la Cavalerie (Ch. Samaran, L’Hôpital Sainte-Christie..., p. 50, 1 (...)
  • 214 Tout au moins dans la France du Nord-Est. R. Boudard, La commanderie de Bourganeuf, p. 111-112, éc (...)

88Certes, ce Traité est, a priori, fort suspect de partialité. Mais l’Ordre veilla à ce que les « usages » des communautés rurales ne portassent préjudice à ses bois. A la fin de l’Ancien Régime, il fit plusieurs fois, à grand frais, arpenter et borner ses forêts : innombrables sont les procès-verbaux du xviiie siècle, en général accompagnés de magnifiques plans, conservés dans nos archives : beaucoup de bornes212, à la croix de Malte gravée, survivent — pour combien de temps ? — aux engins agricoles modernes213. Passées en général aux domaines à la Révolution, les anciennes forêts de l’Ordre sont souvent restées intactes dans leurs limites214, et il n’est pas rare que l’Office national des forêts recoure aux plans d’arpentage du xviiie siècle. Tous ces monuments montrent de quelle attention elles ont alors bénéficié et, par là, la Religion marque encore de son empreinte la campagne française.

  • 215 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 186-193.
  • 216 H. Bouffet, « Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean en Haute-Auvergne », dans Revue de l (...)

89L’Ordre ne se borna pas à gérer « en bon père de famille » ses biens agricoles. Par lettres patentes de 1550, le roi permit au prieur de Saint-Gilles de faire construire un salin au terroir de Listel, non loin d’Aigues-Mortes ; en dépit de tous les efforts des propriétaires des grandes salines voisines comme des fermiers généraux, l’Ordre réussit à le conserver jusqu’à la Révolution215. Surtout, plusieurs de ses membres surent prendre, spontanément ou sous la pression de leurs gens, à leurs risques et périls, des initiatives à caractère industriel, plus spéculatives. Au début du xviie siècle, Philippe des Gouttes, commandeur de Montchamp, en Auvergne, s’efforça de mettre en valeur les riches mines de houille de son membre de Charbonnier, même si des gentilshommes s’y opposèrent216.

  • 217 Copie collationnée du 12 décembre 1742, Arch. dép. Haute-Marne, cote provisoire 60 H 2.
  • 218 G. Antonetti, Recherches sur la propriété et l’exploitation des hauts fourneaux du Châtillonnais, (...)
  • 219 G. Antonetti, ibid., p. 197 et note 2.
  • 220 Ces baux sont indiqués ibid., p. 266-267, et analysés ibid., p. 204-205.

90Un des meilleurs exemples est la part que prit l’Ordre dans l’essor de l’industrie métallurgique en Champagne, où il possédait de vastes étendues de bois. Ainsi, dès 1513, François de Fresnay, commandeur de Ruetz, demanda la permission de construire, à côté de son moulin de Bayard, une forge à fer, « pour augmentation de lad. commanderie et du service divin qui journellement se fait en icelle », à la reine de Sicile, Philippe de Gueldre, comme dame de Joinville ; après enquête, elle lui accorda cette permission le 23 décembre 1513. François de Fresnay n’en usa pas aussitôt : il en demanda la continuation au fils et successeur de la duchesse de Lorraine, Claude de Guise, qui la lui octroya le 31 octobre 1520217. Les commandeurs de Ruetz n’exploitaient pas eux-mêmes leur forge de Bayard : ils la louaient, par baux à trois, six ou neuf ans, à un maître de forge, à charge de visite à l’expiration du bail. Au chef même du prieuré de Champagne, à Voulaines, le grand prieur Jean de Fresnoy, en 1689-1690218, rétablit la forge et construisit un haut fourneau219, qui furent ensuite loués à bail220. Cette industrie sidérurgique est, bien sûr, liée aux vastes bois dont disposait le grand prieuré.

  • 221 Quand le chevalier Grignon renonça à la forge de Bayard, une visite en fut faite, le 22 avril 1776 (...)
  • 222 B. Gille, Les origines de la grande industrie métallurgique en France, 1947, passim — en particuli (...)
  • 223 Bibl. nat., V 11132.

91De 1749 à 1776221, le commandeur de Ruetz loua sa forge de Bayard au fameux Pierre Clément Grignon222 : maître de forges des plus actifs de France, il fut en 1773 l’instigateur d’une enquête systématique du Contrôle général des finances sur les forges du royaume ; correspondant de l’Académie des sciences, il préparait alors un ouvrage ayant « pour but la perfection du travail du fer », qui parut en 1775 sous le titre Mémoires de physique sur l’art de fabriquer le fer...223.

  • 224 Arch. dép. Haute-Marne, cote provisoire 59H3.

92Par bail des 18 et 22 décembre 1770224, le procureur de Jean Charles Varenne, servant d’armes, chevalier magistral, commandeur des Nouveaux, louait cette commanderie à son fermier général, Jean-Baptiste Lessertois, par bail emphytéotique pour soixante ans ; à diverses clauses, dont celles de « construire et bâtir une batterie dans l’emplacement du moulin » et des logements pour les forgerons, mais en lui permettant de se fournir largement en bois sur la commanderie.

  • 225 B. Gille, Les forges françaises en 1772, 1960 (Affaires et gens d’affaires, xxii), p. 90, 104 et 1 (...)
  • 226 Pour la fin de l’Ancien Régime, voir G. Viard, « Un groupe social en mutation : les maîtres de for (...)

93D’après l’enquête de 1772225, dans l’intendance de Champagne trois forges appartenaient à l’Ordre : celles de Bayard, Rouvillers et des Nouveaux, appartenant respectivement au commandeur de Ruetz, au grand prieur de Champagne et au commandeur des Nouveaux, exploitées par les sieurs Grignon, Faitot et Lassertois226.

  • 227 H. Parent de Curzon, La maison du Temple de Paris..., p. 138. Il fut démoli en 1853 (ibid., p. 142 (...)
  • 228 Et aussi d’autres édifices plus modestes, comme les métairies du prieuré de Toulouse reconstruites (...)

94« Messieurs de Malte » nous ont laissé de nombreux monuments archéologiques. Certes, les derniers commandeurs ont démoli d’anciennes chapelles rurales. Mais, grâce aux réparations des xviie et xviiie siècles, ils nous en ont aussi transmis beaucoup, de l’Hôpital ancien et surtout du Temple, souvent du xiie siècle. Ils ont conservé nombre de commanderies, souvent reconstruites et fortifiées lors des guerres du xve siècle, et d’hôtels en ville : les destructions sont, pour la plupart, imputables non à l’Ordre, mais à la vente des biens nationaux, faisant passer ces grands édifices, d’entretien onéreux, à des particuliers, qui n’avaient plus de raison de principe d’assurer leur entretien. Et que de restaurations et de reconstructions aux xviie et xviiie siècles, comme l’hôtel de la commanderie de Troyes, celui du Corgebin, membre de celle de Thors, pour ne pas parler de l’hôtel du Temple de Paris, construit en 1667 par Jacques de Souvré, grand prieur de France227 ! Ce ne sont que quelques exemples des monuments que les commandeurs ont édifiés à la fin de l’Ancien Régime. Quand on se rappelle qu’ils l’ont fait sur leur part des revenus de leurs commanderies, ou plutôt sur les fonds obtenus de leurs familles, jamais aux frais du Commun Trésor, on ne peut que leur savoir gré de nous avoir transmis tant de monuments vénérables et d’en avoir ajouté d’autres de l’époque moderne228.

  • 229 A. Soutou, La commanderie de Sainte-Eulalie de Larzac ; P. Marres, Les Grands Causses..., p. 340-3 (...)
  • 230 A. Soutou, La Couvertoirade, 1972 (rééd. augmentée, 1977) ; P. Marres, Les Grands Causses..., p. 3 (...)
  • 231 Comme celui de Saint-Jean-d’Annecy : E. Ganter, « Un important établissement de l’Ordre en Savoie  (...)
  • 232 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 616.
  • 233 Ibid. et J. Juillet, Commanderies du Haut-Quercy, p. 84-85 (girouette à la fleur de lis et à la cr (...)
  • 234 E. Ganter, « La commanderie de la Chaux en Pays de Vaud (Suisse) » (A.O.M., 1975, p. 92-101), p. 9 (...)
  • 235 A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. xxxviii, 65, 132, 138 (...)
  • 236 Ibid., p. 138 (du xvie siècle).
  • 237 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1262 (à la frontière espagnole).
  • 238 Voir ci-dessus, notes 212 et 213.
  • 239 A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. xxxvi, 70-71, 73.
  • 240 Comme celle du bailli Antoine de Riqueti-Mirabeau à Sainte-Eulalie (H. Baron, Le dernier commandeu (...)
  • 241 Du riche mobilier, aux armes des commandeurs, qu’ils avaient offert aux chapelles de l’Ordre, il s (...)
  • 242 A. Soutou, La Courvertoirade, 1977, p. 31-34 (du xve siècle).

95L’Ordre nous a légué des sites ruraux aussi extraordinaires que Sainte-Eulalie du Larzac229 et surtout la Couvertoirade230, avec leurs enceintes fortifiées du xve siècle ; et aussi des puits231, des « signes de nobilité »232 et de sauvegarde, comme girouettes233, croix de fer sur les églises234 ou des demeures d’hommes relevant de lui235, croix de carrefour236 ou, en fer, de frontière237, bornes238, des chaires en pierre à l’extérieur d’églises239, de nombreux monuments héraldiques, pierres tombales et inscriptions commémoratives240, des joyaux d’art sacré241, ou encore un magnifique fer à hosties242.

  • 243 L. de Boisgelin, Malte ancienne et moderne..., t. III, p. 112-113.

96D’après Boisgelin243 l’Ordre gérait ses biens de façon exemplaire :

Rien n’était mieux soigné et mieux entretenu que les terres et fermes appartenant à l’Ordre ; dans la plupart des commanderies, on avait bâti des maisons servant autant à l’embellissement de la campagne qu’à son utilité ; près du plus somptueux édifice, était la ferme la plus propre et la plus commode.
……………………………………………………………………………………….
Les lois et réglemens de l’Ordre favorisaient extrêmement la bonne administration de ses biens ; car ils portaient que les commandeurs qui auraient fait des améliorations dans leurs commanderies seraient les seuls susceptibles d’en obtenir en échange une meilleure. On peut donc affirmer que peu de terre en France étaient mieux cultivées que celles appartenant à l’Ordre ; et dans plusieurs endroits, elles étaient un modèle d’économie rurale...

  • 244 G. Gangneux, La commanderie de Valence..., p. 172.

97C’est aussi le sentiment de G. Gangneux, à propos de la commanderie de Valence244 :

La commanderie de Valence se trouvait donc, à la veille de la Révolution, remarquablement bien gérée dans les conditions de l’époque et son revenu solidement intégré à l’optimisme conjoncturel.

  • 245 De même, H. Baron, Le dernier commandeur de Sainte-Eulalie-du-Larzac..., p. 240, insiste sur l’« i (...)
  • 246 Voir, par exemple, Ch. Guéry, La commanderie de Saint-Etienne-de-Renneville..., p. 153-163, sur le (...)
  • 247 Je partage tout à fait les réserves de G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, (...)
  • 248 R. Boudard, La commanderie de Bourganeuf, p. 114-116 ; J. Chetail, « L’ordre de Malte à Saint-Roma (...)

98Une telle appréciation245 me paraît optimiste246. Je n’avancerai qu’un seul argument : les visites du xviiie siècle — imposées par les statuts, mais ressenties comme des formalités, de routine247 — soulignent, en général, le mauvais état des bâtiments. Or, les réparations prescrites à la suite de ces visites n’étaient pas toujours faites, il s’en faut de beaucoup : R. Boudard le montre248, et il ne doit pas exagérer quand il écrit qu’après le passage du grand prieur d’Auvergne « le plus souvent tout retombait dans l’oubli en attendant les visites suivantes ».

  • 249 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 143-207 (analyse fine, très détaill (...)
  • 250 Qui suit E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, 1 (...)
  • 251 G. Gangneux, La commanderie de Valence..., p. 168-169 ; repris dans « La commanderie de Valence de (...)
  • 252 H. Amouric, La Favouillane..., 1981 [non paginé], p. [46] et [86]-[87] (tableau des arrentements).

99G. Gangneux a montré249 que les deux prieurés de la langue de Provence connurent deux « phases A » successives de prospérité, ascendantes, marquées par un prodigieux essor économique, non seulement en valeur nominale, mais même en valeur réelle250, de 1613 à 1656 et de 1713-1728 à la Révolution, séparées par une « phase B ». Ce tableau d’ensemble sera à nuancer : la commanderie de Valence connut une évolution quelque peu différente251, tout comme la Favouillanne252.

***

100J’en suis bien conscient, ce modeste exposé n’est pas la synthèse que l’on aurait attendue. J’espère du moins que, si schématiques qu’elles soient, ces notes ne seront pas inutiles. Si de grands pas ont été franchis depuis quelques années, l’histoire scientifique, dégagée des préjugés, de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en France en est à ses débuts. Le modèle qu’est, à bien des égards, la thèse de G. Gangneux, prendra toute sa valeur si elle est nuancée, complétée, peut-être infirmée sur certains points par de nouvelles études sur d’autres prieurés, d’autres commanderies. Ma conscience sera quelque peu apaisée si, plus qu’une ébauche, bien partielle, de bilan, cette modeste contribution est ressentie comme une invite à de nouveaux travaux.

Notes

1 L’Introduction de J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (1100-1310), t. I, 1894, p. xi-cxi, reste un excellent tableau des sources et de la bibliographie — abondante, mais déjà très dispersée. Jusque vers 1965, les références bibliographiques essentielles sont indiquées par G. Saffroy, Bibliographie généalogique, héraldique et nobiliaire de la France..., t. I, 1968, nos 5182-6100, p. 238-280, et t. II, 1970, par provinces, sous la rubrique Ordres de chevalerie. Les publications postérieures sont dépouillées dans la Bibliographie annuelle de l’histoire de France..., Histoire religieuse, I, Le catholicisme, § 3, Les ordres et les congrégations, Malte [et aussi, Temple].

2 Le titre de la thèse de G. Gangneux, Economie et société en France méridionale ( xviie- xviiie siècle). Les grands prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse de Tordre de Malte, 1973, sera abrégé ici en A.O.M. ; l’abréviation A.O. renvoie aux Archives de l’Ordre — que j’écris, ici, avec une majuscule —, conservées à la Bibliothèque nationale de Malte. De façon générale, les titres sont abrégés, de façon à ne pas trop alourdir ce rapport.

3 Ou siège de l’Ordre. Ce terme est parfois écrit convent, mais le plus souvent couvent, et c’est bien ainsi qu’il se prononçait (voir E. Littré, Dictionnaire de la langue française, t. I, 1877, p. 873).

4 Qui comprend non seulement l’île de ce nom, mais aussi celle du Goze (Gozo pour les touristes) et l’îlot du Cumin (Comino), défendu par le fort Wignacourt.

5 Nom sous lequel l’Ordre était couramment désigné jusqu’à la Révolution.

6 Bon précis par J. Godechot, Histoire de Malte (Que sais-je ?, no 509).

7 Aymar de Clermont-Chatte, reçu le 25 juin 1566 chevalier au prieuré d’Auvergne, fut pendant la Ligue gouverneur de Dieppe pour le roi (Dictionnaire de biographie française, t. VIII, 1959, col. 1495-1496, no 23). C’est le commandeur de Chatte qu’Henri IV choisit pour le représenter à son installation comme chevalier de la Jarretière, le 27 avril 1600 à Windsor (Bibl. nat., ms. fr. 15777, fol. 336-346).

8 A. Vayssière, L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte en Limousin et dans l’ancien diocèse de Limoges, 1884, montre, d’après les procès-verbaux de visite de 1615 à 1617, la ruine des commanderies de ce pays. De même, pour la commanderie de Carlat, H. Bouffet, « Les Templiers et Hospitaliers de Saint-Jean en Haute-Auvergne », dans Revue de la Haute-Auvergne, t. XVI, 1914, p. 229-230.

9 Ainsi, les Temples de Carentoir et de la Guerche furent dévastés par les troupes de Mercœur (A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits chevaliers de Malte, en Bretagne, 1902, p. 62, 115, 127-128).

10 Ainsi, la commanderie de Coudrie fut incendiée par les Huguenots vers 1584 (ibid., p. 213).

11 Disposition reprise dans le préambule de la Constitution du 3 = 14 septembre 1791 (J.-B. Duvergier, t. III, 1824, p. 199 et 276).

12 Dans son article 13, cette loi invitait le pouvoir exécutif à prendre « les mesures les plus promptes et les plus actives pour la conservation des titres, papiers et documens relatifs aux propriétés dont l’ordre de Malte jouissoit en France ». Elle fut complétée par les lois des 22 octobre et 12 novembre 1792 (J.-B. Duvergier, t. IV, 1824, p. 552-553 ; t. V, 1825, p. 34-35 et 55-56).

13 L’Ordre usait d’un vocabulaire propre, hérité de l’époque glorieuse de Rhodes ou même de la Terre sainte (voir le petit lexique de L. de Boisgelin, Malte ancienne et moderne..., t. I, 1805, p. x-xiv). Le sens de ces termes étant clair, je les emploierai ici.

14 J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus (c. 1050-1310), Londres, 1967, en particulier p. 52-59.

15 Ce terme vient de ce qu’à l’origine, il groupait les frères parlant une même langue : provençal pour celle de Provence, franco-provençal pour celle d’Auvergne — ou tout au moins pour une bonne part d’elle —, français pour celle de France.

16 Celle d’Angleterre disparut de fait par suite des confiscations d’Henri VIII en 1540, mais la langue anglo-bavaroise fut érigée en 1782.

17 Les langues jouissaient d’une sorte de personnalité morale : elles percevaient des droits tout au long de la carrière de leurs membres, possédaient des biens, des chapelles comme, à Malte, les chapelles Sainte-Barbe et de Notre-Dame de Liesse pour les langues de Provence et de France, pouvaient même ester en justice dans des cas déterminés.

18 D’où, sans doute, l’expression « ne pas être sorti de l’auberge ».

19 Ou prétendues telles : en fait, souvent, les commissaires fermaient les yeux sur l’insuffisance de ces preuves, particulièrement fréquente au prieuré d’Aquitaine, où les chevaliers appartenaient, dans de nombreux cas, à des familles obscures.

20 Ce qui ne les empêchait pas d’user, à l’exemple des chevaliers, de cachets armoriés, timbrés d’une couronne, tant la Religion s’attachait aux noms et armes.

21 C’est le cas, par exemple, du fameux peintre français établi à Malte, Antoine Favray.

22 Sur lesquelles je reviens plus loin.

23 Les Villeneuve, Castellane, Choiseul, Forbin, Bernart d’Avernes, Clugny, Chevestre de Cintray, qui donnèrent à la Religion tant de chevaliers, étaient fort prolifiques : c’était, pour eux, un moyen honorable d’établir leurs cadets.

24 Voir — même si je dois faire des réserves quant aux « mécanismes » institutionnels de l’Ordre — les développements de G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. Il, p. 888-1025, résumés dans « Société nobiliaire et Ordre de Malte. Le recrutement dans les grands prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse (langue de Provence) aux temps modernes. Conjonctures et conjectures » (Cahiers d’histoire, t. XX, 1975, p. 347-361). Les mêmes observations peuvent être faites pour le prieuré de France, où les chevaliers issus de familles de cours souveraines (Parlement, Chambre des comptes) étaient très nombreux.

25 Elles se recrutaient dans des familles du Midi d’une noblesse en général ancienne, mais de peu d’illustration.

26 J. Juillet, « Les dames maltaises en Quercy-Turenne », dans Bulletin de la Société des études... du Lot, t. LXXXVII, 1966, p. 209-224, LXXXVIII, 1967, p. 65-76, et XCII, 1971, p. 17 et tabl. gén. h.-t. ; Id., Commanderies du Haut-Quercy, 1975, p. 101-157 ; J. Luquet-Juillet, « Madame de l’Hôpital : Galiote I de Genouillac-Vaillac », dans Bulletin de la Société des études... du Lot, t. C, 1979, p. 59-93.

27 A. Beaulieu fut religieuse sainte Fleur (morte le 11 juin 1347), Le prieuré des Fieux fut réuni en 1611 à celui de Beaulieu.

28 J.-P. Lassalle, « Les dames maltaises de l’hôpital Saint-Marc de Martel en 1783 », dans Bulletin de la Société des études... du Lot, t. CII, 1981, p. 253-272 ; L. d’Alauzier, « L’hôpital Saint-Marc à Martel », ibid., t. CIV, 1983, p. 309-328.

29 Il fut fondé par scission de Beaulieu par Françoise de Faure de Mirandol, avec l’appui du grand maître Antoine de Paulo, fils d’un magistrat de Toulouse.

30 Elles avaient à leur tête une prieure, avec rang de grand’croix. Celles de Beaulieu et de Saint-Marc de Martel étaient élues à vie ; celle de Saint-Jean de Toulouse, pour trois ans.

31 Traité de l’administration des bois de l’ordre de Malte, dépendans de ses grands-prieurés, bailliages et commanderies dans le royaume de France, 1757 (Bibl. nat., F12222) : p. v.

32 Voir M. Fontenay, « Le revenu des chevaliers de Malte en France d’après les “estimes” de 1533, 1583 et 1776 » (La France d’Ancien Régime, Etudes réunies en l’honneur de Pierre Goubert, 1984, t. I, p. 259-271), cartes 4 à 6, p. 267-269.

33 Ainsi, le grand maître Rohan donna, de grâce, celle de Troyes, au prieuré de France, au bailli de Suffren, de la langue de Provence.

34 A titre d’exemple, pour la commanderie de Pézenas, chambre magistrale du prieuré de Saint-Gilles, voir les articles de G. Gangneux, « Une commanderie languedocienne au xviiie siècle : Saint-Jean de Pézenas... », dans Actes du [86e] Congrès national des sociétés savantes (Montpellier, 1961), section d’histoire moderne et contemporaine, 1962, p. 281-296 ; « Saint-Jean de Pézenas, commanderie de l’ordre de Malte aux xviie et xviiie siècles », dans Etudes sur Pézenas et l’Hérault, IX, 1978, p. 15-36, repris et complété dans « La vigne dans les domaines et seigneuries de l’Ordre de Malte en Bas-Languedoc aux xviie et xviiie siècles », ibid., XII, 1981, p. 3-18.

35 L. de Boisgelin, Malte ancienne et moderne..., appendice no 23, t. III, 1809, p. 372 ; il indique aussi, p. 368, celle de Farnec-la-Gaude, au prieuré de Saint-Gilles.

36 Les provisions portaient, comme terme, ad decent annos. Cette expression était une survivance du début de l’époque de Rhodes : il faut, en fait, entendre à vie, c’est-à-dire jusqu’à mort ou renonciation, pour améliorissement, du commandeur.

37 Il en subsiste un, de la langue de Provence, ouvert en 1513, avant l’exil de Rhodes, au musée de la cathédrale de Mdina.

38 Voir, à titre d’exemple, J.-M. Roger, « Les commandeurs de Thors et d’Avalleur... » (Mémoires de la Société académique... de l’Aube, t. CIX, 1978 (1980), p. 235-335), p. 255.

39 Un décret du Conseil complet d’Etat du 15 février 1697 (n. st.), approuvé par bref d’Innocent XII du 11 mai suivant (A.O. 264, fol. 125-126) définit les conditions d’obtention de la grand’croix de grâce : l’impétrant devait verser au Commun Trésor au moins 2 000 doublons d’Espagne ou leur contre-valeur, et recueillir les quatre cinquièmes des voix du Conseil. En fait, pour des raisons d’équilibre interne au sein de celui-ci, il pouvait s’écouler des années, voire des décennies entre l’expédition du bref et son passage par bulle en chancellerie.

40 Au xviiie siècle, les chevaliers connus comme baillis — tel le bailli de Suffren — étaient, au moins en grande majorité, des baillis de grâce.

41 D’après l’estime de 1583, une chambre prieurale comme Beaulieu (950 l.), une chambre magistrale comme Pézenas (1100 l.) et surtout le bailliage capitulaire de Manosque (800 l.) étaient d’un revenu bien moindre que beaucoup de commanderies comme, pour en rester au prieuré de Saint-Gilles, Avignon (1600 l.), La Tronquière (1700 l.), Saliers (1900 l.) ou surtout Marseille (2500 l.) : autre manifestation du conservatisme de l’Ordre, qui conservait Manosque comme bailliage capitulaire, en dépit de la chute de son rapport, à cause de son prestige historique.

42 Car — à l’exception d’Emmanuel de Rohan — il était élu parmi les grands prieurs et baillis conventuels : du fait de sa promotion au magistère vaquaient les prieuré ou commanderie(s) dont il était pourvu.

43 C’est un des principaux « mécanismes institutionnels » de la Religion, en général mal compris, et pourtant essentiel pour l’intelligence de la dévolution de ses biens.

44 Je crois devoir insister sur ce point : dignité et commanderie ne sont ni synonymes ni équivalents. Une dignité était conférée, à un âge avancé, à un bailli, ou conférait, de justice, la grand’croix. La promotion à une dignité ne s’accompagnait pas toujours de la collation de biens-fonds : c’était le cas de tous les bailliages conventuels. Si beaucoup de baillis conventuels ou capitulaires (comme ceux de Manosque) moururent en fonctions, c’est que les promotions aux dignités se faisaient à l’ancienneté, et donc en fin de carrière. Les grands-croix ayant un pied dans la tombe, l’émutition des dignités était fréquente : d’où, par exemple, le peu de durée en fonctions des baillis de Manosque, relevé par F. Reynaud, La commanderie de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte à Manosque ( xiie siècle-1789), 1981, p. 190.

45 Une liste des grands prieurs de France a été publiée par H. Parent de Curzon, La maison du Temple de Paris..., 1888, p. 33-37 (35-37 pour l’époque qui nous intéresse ici).

46 E. Parinet, « Le grand prieuré et les grands prieurs d’Auvergne » (Mémoires de la Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, t. XXV, 1er fasc., 1931, p. 1-40), p. 27-29 ; Henri III, Lettres, éd. M. François, no 3001, t. IV, 1984, p. 40-41 (18 juillet 1578).

47 Le 28 juin 1611, le secrétaire d’Etat Potier expédiait des instructions au sieur de [Lancry] Bains et une lettre du roi au grand maître : il lui demandait la grand’croix, avec expectative, pour François de Valois, fils de Charles d’Orléans, qui s’était démis du prieuré de France (J. Chetail, « Le roi de France sollicite le grand maître de Malte », dans A.O.M., 1976, p. 5-7).

48 Les « ministres » de l’Ordre, dans leurs Observations sur le mémoire... (G. Saffroy, Bibliographie..., nos 5911 et 5914) n’hésitèrent pas à écrire du prince de Conti qu’il « doit être mis dans une classe à part : destiné à s’occuper des plus grands objets, auxquels son auguste naissance et ses qualités personnelles l’appliquent, il n’est point fait pour descendre dans les détails d’une discipline religieuse ; il n’est d’ailleurs ni novice, ni profès, ni assermenté à l’Ordre » !

49 Nom du Péloponèse franc. Depuis l’époque de Rhodes, ce bailliage capitulaire appartenait à la langue de France. Du fait de la conquête turque, il était à la fin de l’Ancien Régime in partibus, mais Saint-Jean de Latran de Paris, ancienne chambre prieurale du prieuré de France, en fut démembrée et unie au bailliage de la Morée par le chapitre général de 1631.

50 A laquelle le prieuré de Saint-Jean de Corbeil fut uni par le chapitre général de 1631 ; cette union fut approuvée par lettres patentes de mai 1644 (Bibl. nat., Rés. Z Thoisy 57, fol. 197-198).

51 Voir l’ample exposé de G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. Il, p. 853-887.

52 Voir aussi, entre autres, Bibl. nat., ms. fr. 17 607, fol. 2-12 (montant, par commanderies), ou fr. 15 588, fol. 112-116 (décharges, pour pertes subies lors des troubles), fol. 118-123 (transaction du 20 avril 1606 avec le Clergé de France).

53 J. Chetail, « Dons gratuits imposés par le roi de France à l’ordre de Malte au xviiie siècle », dans A.O.M., 1977, p. 82-84.

54 Dont le montant était calculé d’après la « vraie valeur » des commanderies, en fait rarement ajustée, comme l’a souligné à juste titre M. Fontenay, Le revenu des chevaliers de Malte en France...

55 D’où le terme de « tout avril » pour un laps de temps (mortuaire, vacant, compte de recette) s’achevant au 30 avril.

56 Le mortuaire et vacant s’étendait, en moyenne, sur 18 mois. Mortuaire et vacant frappaient non seulement les dignités et commanderies, mais aussi les pensions assignées sur celles-ci.

57 Dont la chancellerie usait, elle, du style de l’Annonciation : pour elle — mais non pour les membres de l’Ordre delà la mer, ni même, en couvent, les langues françaises — l’année commençait le 25 mars.

58 Ainsi, quand l’Ordre fut obligé d’armer une escadre de vaisseaux pour, sinon remplacer, du moins appuyer ses galères, tout à fait dépassées, il institua, au début du xviiie siècle, la taxe des vaisseaux. Autres charges nouvelles au xviiie siècle, le « travail des Archives », la Bourse commune...

59 Il y eut aussi, au-dessus des receveurs de prieuré, un receveur général de l’Ordre dans les six prieurés du royaume, comme Denis de Polastron « Laillière », Jacques d’Esparbès Lussan Carbonneau — pourvu de cette charge par bulle du 10 juin 1660 —, Jean-François de Verdelin, tous du prieuré de Toulouse (Bibl. nat., ms. fr. 6456, fol. 1, 256, 310).

60 Sur la situation, ingrate, de receveur, voir J.-M. Roger, Les commandeurs de Thors et d’Avalleur..., p. 271.

61 Dans l’ensemble vendues aux enchères — après, en général, disposition du quint. Voir, à titre d’exemple, J. Chetail, « La dépouille du commandeur de Pagnac », dans A.O.M., 1975, p. 20-23.

62 J. de Bosredon Ransijat, « Mémoire qui avoit été rédigé au commencement de 1790, dans l’intention d’opérer une réforme dans l’ordre de Malte, et de faire cesser en même tems l’esclavage des maltais » (Journal du siège et blocus de Malte..., an IX, p. 296-364), p. 296. Il y propose une refonte d’ensemble des finances de l’Ordre, la suppression des grâces pécuniaires (p. 311-326) : les fonctions devant être rémunérées par des gages sur le Commun Trésor, et non des commanderies.

63 Ibid., p. 300-303, 307-311.

64 Voir L. de Loménie, Les Mirabeau..., t. I, 1879, p. 292-299, 304-312, 319-320, 322-324.

65 Il n’est pas nécessaire de le souligner ici, à la fin de l’Ancien Régime les plus grands marins de la « Royale », comme Tourville ou Suffren, firent leurs premières armes sous la bannière de la Religion.

66 Ainsi, Jean d’Anglure de Bourlémont, commandeur d’Avalleur, eut, d’une jeune femme du village au nom prédestiné d’... Aimée, deux enfants naturels.

67 Maints grands prieurs et commandeurs conférèrent, moyennant une pension sans doute symbolique, un membre d’une commanderie à un neveu.

68 Les promotions aux dignités se faisant à l’ancienneté, la réception de minorité faisait gagner de précieuses années à l’âge, avancé, où elles intervenaient ; plus coûteuse, elle était un investissement rentable si le chevalier était promu à un prieuré, et vivait assez longtemps pour rembourser les dettes contractées pour la tenue de l’auberge : c’est un des aspects de la part de la fortune personnelle dans le cursus honorum à la fin de l’Ancien Régime, dont je traiterai peut-être ailleurs.

69 E. Ganter, « Notes sur la vie locale de l’Ordre dans la langue d’Auvergne à la fin de l’Ancien Régime », dans A.O.M., 1968, p. 26-30 ; « Esquisse d’un plan de recherches sur l’histoire locale de l’Ordre », ibid., 1973, p. 5-8.

70 Description succincte par G. Gangneux, « Le fonds de l’ordre de Malte aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône », dans Centre méridional de rencontres sur le xviie siècle, Actes du 6e colloque de Marseille (janvier 1976), Le xviie siècle et la recherche, p. 293-300.

71 Même les archives nobiliaires, comme les « preuves » de noblesse, présentent un grand intérêt pour l’histoire sociale.

72 Voir G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 33-64 (même si cette typologie appelle des réserves). Ces procès-verbaux sont la principale source des études de G. Gangneux.

73 Et non « d’amélioration ».

74 Le chapitre provincial du prieuré — auquel étaient tenus d’assister les commandeurs — ne se réunissait qu’une fois par an, à période fixe ; chaque année, se tenait aussi une assemblée provinciale et, en cas d’urgence, des assemblées extraordinaires. Si les registres du prieuré de Toulouse ne s’y trouvent plus (G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, p. 97), celui de 1630 à 1669 est conservé (sous la cote ms. fr. 6456) à la Bibl. nat., tout comme ceux du prieuré d’Aquitaine de 1590 à 1789 (ms. Nouv. acqu. fr. 3067-3071). Il est à noter qu’aucune des réunions de Toulouse de 1630 à 1669 ne fut présidée par le grand prieur en personne : elles le furent par le plus ancien des commandeurs présents — souvent Jean de « Vernuy » [Bernouy] Villeneuve, bailli de l’Aigle [en Angleterre, in partibus] et... sénéchal de Malte.

75 Comme celui, en deux énormes volumes in-folio, de la commanderie de la Cavalerie, de Léon de Malvin de Montazet, magistralement présenté par P. Féral. Voir aussi, pour Haut-Avesnes, Slype et la Braque, au prieuré de France, R. Desreumaux, « Relations entre les arpenteurs et leurs employeurs au xviiie siècle dans la région lilloise », dans Revue du Nord, t. LXVI, 1984, nos 261-262 (Mélanges offerts à Louis Trenard), p. 531-541.

76 Sur cette belle figure de chevalier à la fin de l’Ancien Régime, voir Ch. Samaran, La commanderie de l’Hôpital Sainte-Christie en Armagnac, 1973, p. 97-100, et sa La Lettre... à M. Camus..., 1790 (G. Saffroy, Bibliographie..., no 5946).

77 Ch. Samaran, L'Hôpital Sainte-Christie..., p. 12.

78 Qui les conserve sous les cotes K 14 à K 22.

79 Sous les cotes H 3237 et 3242-3342.

80 E. Mannier, Ordre de Malte. Les commanderies du grand-prieuré de France..., 1872.

81 A. du Bourg, Ordre de Malte. Histoire du grand-prieuré de Toulouse..., 1882.

82 L. Niepce, Le grand-prieuré d’Auvergne (ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem), 1883.

83 J. Raybaud, Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles..., publiée et continuée par C. Nicolas, 3 vol., 1904-1909.

84 H. de Marquessac, Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Guyenne depuis le xiie siècle jusqu’en 1793..., 1866.

85 Bibliographie dans J.-M. Roger, « Notre-Dame aux Nonnains, Templiers et Saint-Fale : les bois du Perchoy au xiiie siècle » (Mémoires de la Société académique... de l’Aube, t. CVII, 1971-1973 (1975), p. 229-285), note 3, p. 230.

86 De nombreux points de comparaison et indications peuvent être trouvés dans des monographies d’histoire économique et sociale comme celle d’E. Tuffery, L'ordre de Malte à Montpellier sous l’Ancien Régime, 1952.

87 E. de Rozière, « Notice sur les archives de Malte », dans Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 2e série, t. II, 1845-1846, p. 567-570.

88 L. de Mas-Latrie, « Notice sur les archives de Malte à Cité-la-Valette », dans Archives des missions scientifiques et littéraires..., t. VI, 1857, p. 1-50.

89 J. Delaville le Roulx, Les Archives, la bibliothèque et le Trésor de Tordre de Saint-Jean de Jérusalem à Malte, 1883 (Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 32), repris en tête de l'Introduction de son Cartulaire général...

90 Les procès-verbaux de visite étaient expédiés en double exemplaire : un pour le grand prieuré, un autre pour la langue. L’importance de ceux conservés à Malte (provenant des langues) ne doit pas être exagérée : Ch. Samaran, L'Hôpital Sainte-Christie..., p. 10, n’en a trouvé, pour celle-ci, qu’un qui manque aux Archives du grand prieuré de Toulouse.

91 Dont proviennent aussi les preuves conservées à Malte, après avoir été présentées aux langues, et déposées en leurs archives. Les langues avaient leur siège en couvent, et c’est à Malte que sont conservées leurs archives : les titres qui le sont en France, à Marseille comme à Lyon, sont les archives des prieurés, bailliages, commanderies, mais non des langues, quoi qu’on ait pu écrire.

92 Bilancio settennale del ven° Comn. Tes°., dalprimo maggio 1778. a tutt’aprile 1785., Malte, 1786.

93 Bilancio decennale del Commun Tesoro, dal primo maggio 1778. a tutto aprile 1788., Malte, 1789 [Bibl. nat., K 621],

94 J. de Bosredon Ransijat, Dialogues sur la Révolution française..., nouv. éd., an xii (1803) [Bibl. nat., La32 77b], p. 295 ; Journal du siège... de Malte, p. vii.

95 Je me suis moi-même attaché à montrer la variété de ces sources dans Les commandeurs de Thors et d’Avalleur... — j’ai préparé des travaux similaires pour les commandeurs du Troyes et les prieurs de Champagne.

96 Ch. Samaran, L’Hôpital Sainte-Christie... (voir ci-dessus, n. 76).

97 A.-M. Legras, Les commanderies des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Saintonge et en Aunis, 1983.

98 Je tiens à remercier ici M. Gangneux pour l’obligeance avec laquelle il a mis à ma disposition maints tirés à part de ses articles, et même, pendant de longs mois, son exemplaire personnel de sa propre thèse. Cet ouvrage (voir ci-dessus, note 2) est une étude, exemplaire, d’histoire économique, et non des institutions : à cet égard, je ferais des réserves, mineures, surtout de terminologie.

99 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue du xviie au xviiie siècle, Presses universitaires de Grenoble [1979], 21 [5] p., à compléter par « L’ordre de Malte au delta du Rhône », dans Mélanges André Villard, 1975, p. 459-473, et surtout « Le Petit Rhône, bienfaiteur et destructeur de la Camargue, vu à travers les domaines de l’ordre de Malte (xviie-xviiie siècles) », dans Provence historique, t. XXXII, 1982, fasc. 127, p. 71-86.

100 Dans le même esprit d’élargissement, j’indique des articles parus depuis 1970, souvent pour des régions qui ne ressortissaient pas à la langue de Provence.

101 Dont l’arrêt du Conseil d’Etat du 7 mai 1687, cité ici.

102 A preuve, par exemple, les observations et prescriptions de Chrysostome de Gaillard d’Agoult dans ses visites d’améliorissement de Gap en 1761, du prieuré de Saint-Gilles en 1761-1762, citées par G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 824-825, 838-842, 843-844.

103 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 37.

104 Ainsi, Louis du Mesnil-Simon de Maupas, commandeur de Chambéry, vendit en 1652 des terrains « stériles et infructueux » ; le produit de la vente fut remployé dans l’achat des domaines du Goulet et du Lavoir (J. Chetail, « Différend entre l’ordre de Malte et les syndics du Bugey », dans Le Bugey, 68e fasc., 1981, p. 109-112).

105 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 138-140.

106 Comme c’est le cas de l’hôpital Saint-Marc de Martel, dont Françoise de Faure de Mirandol et sa nièce et homonyme obtinrent la réintégrande à l’Ordre, au prix d’une trentaine d’années de procédure (L. d’Alauzier, L’hôpital Saint-Marc à Martel, p. 316-319).

107 Les titres de cette donation ont été publiés sous le titre Erection de la terre et seigneurie de Cury en bailliage de l’ordre de S. Jean de Hierusalem, 1630, 132 p. (Bibl. nat., Rés. Z Thoisy 57, fol. 106-171). Une fois accomplies toutes les formalités nécessaires, l’Ordre prit possession de Cury les 18 et 19 septembre 1629.

108 J. Chetail, « Les chanoinesses de Malte de Saint-Antoine-en-Dauphiné », dans A.O.M., 1969, p. 42-49.

109 J. de Bosredon Ransijat, Bilancio decennale..., p. 8, 56-61 (§66), 109-119 ; Journal du siège... de Malte, p. 323 ; L. de Boisgelin, Malte ancienne et moderne..., t. III, p. 85-88.

110 Le Commun Trésor ne devait rentrer dans ses frais qu’au bout d’un siècle, vers 1879 !

111 Comme le « droict de nopces » (A. Vayssière, L'ordre de Saint-Jean de Jérusalem... en Limousin..., p. 78 et passim), les « droits originaux » indiqués par A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. xxxvii, 40, 215, ou les « pittoresques » redevances exposées par E. Ganter, Notes sur la vie locale de l’Ordre dans la langue d’Auvergne à la fin de l’Ancien Régime, p. 27-28.

112 Voir, par exemple, Ch. Guéry, La commanderie de Saint-Etienne-de-Renneville..., 1896, p. 120, 128, 131.

113 J. Laurent, Un monde rural en Bretagne au xve siècle : la quévaise, Paris, 1972 (Les hommes et la terre, xiv).

114 Le dernier commandeur de la Feuillée, Alexandre Freslon, obtint le 26 août 1786 un décret du Conseil l’autorisant à convertir ses quevaises en censives ; les lettres patentes de février 1789 ne furent enregistrées par le Parlement de Bretagne que le 24 juillet suivant (J. Laurent, ibid., p. 239).

115 H. de Marquessac, Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Guyenne..., p. 196, note.

116 Voir, par exemple, J. Grente et O. Havard, Villedieu-les-Poëles..., première partie, 1899, p. 20-26, 33-36 ; en 1721, les avocats postulant en cette commanderie n’hésitèrent pas à faire grève (ibid., p. 220) !

117 Arch. dép. Haute-Marne, cote provisoire 59 H 1.

118 Arch. dép. Aube, cote provisoire B 1098 (lettres patentes permettant au commandeur « de faire mettre un pilory armé de carcan avec les armes dud. sieur commandeur audit lieu de la Picarde proche la maison »).

119 Voir aussi, par exemple, G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1283-1284.

120 Voir, par exemple, ibid., p. 1294-1295, 1297-1298, 1299.

121 Voir, par exemple, ibid., p. 1295.

122 Voir, par exemple, J. Grente et O. Havard, Villedieu-les-Poëles..., première partie, p. 235-241.

123 A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. 63, en indique un, construit par Gilles du Buisson, commandeur de Carentoir (mort en 1644).

124 Voir, par exemple, G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1247.

125 Ibid., p. 743, 744, 763, 1099-1103 (à Luceram, en raison de l’essor de l’oliveraie, un quatrième fut construit juste avant la Révolution), 1160 (un fut construit à Montfort en 1755).

126 R. Boudard, « La commanderie de Bourganeuf » (A.O.M., 1978, p. 107-117), p. 112-113.

127 Aux nombreux cas bien connus, on peut ajouter celui de Lavausseau : L. Rousseau-Souchard, « Lavausseau. Une commanderie de l’ordre de Malte en Poitou » (A.O.M., 1977, p. 67-72), p. 67 et 70.

128 Appartenant à l’Ordre, et attachés à la commanderie : le commandeur apportait en outre ses propres meubles qui, à sa mort, faisaient partie de sa dépouille et étaient vendus avec elle.

129 Ainsi, pour le seul prieuré de Champagne, les commandeurs de la Neuville au Temple, Thors, Xugny résidaient en général à Châlons, au Corgebin — près de Chaumont —, à Toul.

130 L. Niepce, Le grand-prieuré d’Auvergne..., p. 98-100 ; E. Parinet, Le grand prieuré et les grands prieurs d’Auvergne, p. 7 et 37.

131 Voir, par exemple, J. Chetail, « La commanderie des Feuillets... au xviiie siècle » (Le Bugey, 53e fasc., 1966, p. 63-82), p. 65, 67-68, 74-79, 82 (définition des droits d’assec et d'évolage).

132 En 1632, sur une cinquantaine de tanneries alignées le long du Boyvre, vingt étaient exploitées par des tenanciers de la commanderie de Lavausseau (L. Rousseau-Souchard, Lavausseau..., p. 70).

133 Ainsi, Jean-Jacques de la Rochefoucauld, commandeur de Montchamp, obtint au moins cinq arrêts du Parlement de Paris, du 9 juillet 1667 au 1er septembre 1670, en appel du lieutenant à Riom du sénéchal d’Auvergne, malgré la prescription alléguée contre banalité ou cens (Bibl. nat., ms. fr. 15777, fol. 192-204).

134 Reconnu, entre autres, par l’arrêt du Grand Conseil du 16 mars 1754, nonobstant une possession contraire de deux siècles (G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1251-1252).

135 Françoise de Faure de Mirandol fut pourvue du prieuré Saint-Marc de Martel le 19 novembre 1654 ; les consuls de la ville portèrent l’affaire devant le Parlement de Bordeaux. Intervinrent une sentence arbitrale du 24 juillet 1671, puis une transaction du 25 juin 1672. Mais l’évêque de Cahors fit opposition : ce n’est que le 31 janvier 1683 que le Parlement de Bordeaux la vida, et le 17 novembre suivant que les consuls de Martel enregistrèrent leur défaite (L. d’Alauzier, L’hôpital Saint-Marc à Martel, p. 316-319).

136 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 170-173.

137 Id., Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 978.

138 Id., « Communauté rurale et seigneurie de l’ordre de Malte : Saint-Pierre-Avez aux temps modernes », dans Provence historique, t. XXI, 1971, fasc. 85, p. 351-360.

139 Id., Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 115-126.

140 Ibid., t. II, p. 1289-1310 ; « Une commanderie de l’ordre de Malte aux xviie et xviiie siècles : Poët-Laval, en Dauphiné » (Cahiers d’histoire, t. IX, 1964, p. 355-383), p. 368-383.

141 Id., L'ordre de Malte en Camargue..., p. 173-185, analyse plusieurs cas de tels différends. Celui entre le commandeur et la communauté de Comps aboutit à une sédition, en 1721 (G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1164-1170).

142 P. de Saint Jacob, Les paysans de la Bourgogne du Nord au dernier siècle de l’Ancien Régime, 1960, p. 243.

143 J. de Bosredon Ransijat, dans son Bilancio decennale..., p. 15 (§8), écrit que le produit de la vente des bois de haute futaie « provient presqu’en entier de la coupe de ceux qui sont situés dans les commanderies du royaume de France ; mais cette ressource, qui a été très considérable par le passé, commence à s’épuiser... ».

144 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1253-1261 ; « Conflits pour les bois entre la commanderie de Montsaunès... et les communautés d’habitants au xviiie siècle », dans La forêt et l’homme en Languedoc-Roussillon..., p. 57-62.

145 H. Baron, « Le dernier commandeur de Sainte-Eulalie-du-Larzac... », dans Revue du Rouergue, t. XXXVI, 1982, no 143, p. 229-250.

146 Il vendit plus de 10 000 pins de sa forêt de la Salvage, où les petites gens de la Cavalerie, moyennant l’offrande annuelle d’une poule, pouvaient se fournir en bois de chauffage et même d’œuvre, pour la façon de leurs outils agricoles voire, à titre exceptionnel, pour la construction ou la réparation de leurs maisons ; la communauté de la Cavalerie — soutenue par un autre et puissant usager, le comte de Levezou de Vezins — murmure, le bailli de Mirabeau la somme de se soumettre : elle le fait, le 28 février 1773, mais les paysans « rongent leur frein en silence » (ibid., p. 241-242 ; G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 785-786).

147 A. Vayssière, L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem... en Limousin..., p. 39, indique, au début du xviie siècle, une distribution de seigle aux pauvres de Bourganeuf, trois fois la semaine. Voir aussi G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1241 (aumône, 1709) et, par contre, 1292 et 1298 (refus, par Chrysostome de Gaillard d’Agoult, commandeur de Poët-Laval, de payer l’aumône dite de la 24e des Pauvres).

148 L. de Boisgelin, Malte ancienne et moderne..., t. III, p. 113, écrit que près des commanderies de l’Ordre « on rencontrait peu de fainéans ou de pauvres, par le soin que l’on prenait de les occuper ou de les soulager ».

149 Qui subsiste, comme celui de Rhodes. Voir P. Jardin, « Le service de santé de l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem », dans A.O.M., 1975, p. 74-86.

150 L’hôpital de Villedieu fut fondé au xviiie siècle, mais par un simple ouvrier en cuivre, Jean Gastey (mort le 1er mai 1715), et non par l’Ordre (J. Grente et O. Havard. Villedieu-les-poëles..., première partie, p. 246-269).

151 Sous réserve, par exemple, de la commanderie de Gap-Francès, au cœur des Cévennes ; voir aussi E. Ganter, « Les chapelles-hôpitaux de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem », dans A.O.M., 1961, p. 9-13.

152 L. d’Alauzier, L’hôpital Saint-Marc à Martel, p. 318 et 325 (note 47).

153 Sur ces rapports, difficiles, de l’Ordre avec ses desservants, je renvoie aux riches développements de G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, p. 1312-1382 (même s’il laisse de côté les chapelains conventuels, comme les Alphéran). E. Ganter, Notes sur la vie locale de l’Ordre dans la langue d’Auvergne à la fin de l’Ancien Régime, p. 28-29, donne d’autres exemples de difficultés similaires.

154 Le 29 avril 1727, Jean Ferdinand de Ricard, commandeur de la Neuville au Temple, au prieuré de Champagne, obtint une bulle l’autorisant à transférer l’ancienne chapelle de Rhodes, à Châlons, en l’hôtel de Malte, dans la même ville : elle fut bénie le 26 avril 1729 (Arch. dép. Marne, cote provisoire 53 H 56).

155 Le menu peuple fut scandalisé, et le Sénat de Savoie s’y opposa (E. Ganter, Compesières au temps des commandeurs..., Genève, 1971, p. 112-113).

156 Le 14 janvier 1785 (n. st.), Jean-François Lamirault, dernier commandeur de Thors, dont Bar-sur-Aube était un membre, présenta une supplique aux fins de démolition. Le 11 mars suivant, le Conseil nomma des commissaires, qui durent donner un avis défavorable, puisque cette chapelle subsiste (A.O. 163, fol. 148 v°-149 v°).

157 Définie par P. de Saint Jacob, Les paysans de la Bourgogne du Nord..., p. 38-39.

158 J. Garnier, Chartes de communes et d’affranchissements en Bourgogne..., t. III, 1877, p. 134 ; nos ccccxcvi, ccccxcviii, ccccxcix, di et diii.

159 Qui n’était pas, pour les communautés paysannes, un poids aussi insupportable qu’on pourrait le croire, et les protégeait de l’argent de la bourgeoisie (P. de Saint Jacob, Les paysans de la Bourgogne du Nord..., p. 423-424).

160 J. Garnier, Chartes de communes..., t. IV, 1918, p. 306.

161 Il était, de très loin, le principal propriétaire ecclésiastique de Camargue et possédait à peu près le dixième d’Arles même (G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 16-20).

162 A. Soutou, Le Larzac autour de la Couvertoirade, 1973 ; La commanderie de Sainte-Eulalie de Larzac, 1974.

163 G. Gangneux, « Les rentes seigneuriales et domaniales dans les commanderies de l’ordre de Malte de la langue de Provence (xviie-xviiie siècles) », dans Les fluctuations du produit de la dîme..., 1972, p. 273-293, a étudié l’évolution différentielle de ces rentes à la fin de l’Ancien Régime : supériorité des rentes seigneuriale jusqu’en 1660, « domaniale » de 1660 à 1730, seigneuriale à partir de 1730.

164 R. Boudard, La commanderie de Bourganeuf p. 113 (emphytéose de moulins banaux à 99 ans).

165 G. Antonetti, « Recherches sur la propriété et l’exploitation des hauts fourneaux du Châtillonnais » (Annales de Bourgogne, t. XLIII, 1971, p. 167-211 et 233-273), p. 268-269, relève qu’au xviiie siècle les baux du grand prieuré de Champagne (indiqués p. 266) furent généraux en 1719 et 1752 (avec, comme rubriques, Voulaines et les trois chambres prieurales de Morment, Epailly et Bures : 20 000 l. en 1719, 40 000 en 1752) mais, le plus souvent, particuliers, comme en 1724, 1733, 1763.

166 Ainsi, Ch. Guéry, La commanderie de Saint-Etienne-de-Renneville..., p. 103, 110, 113, 130.

167 A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. XLIII et 129-130.

168 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 812-852 (allongement des baux : p. 825-827 ; inféodation : p. 828-849), même si je ne puis le suivre sur certains points, comme la durée de validité des bulles de provision (p. 813) : elles étaient expédiées ad decem annos, en fait jusqu’au départ du bénéficiaire par mort, améliorissement, promotion voire — cas fort rare — privation, et l’Ordre ne l’abrégeait pas « selon les circonstances et les besoins ».

169 Dans cet exposé, ce terme est entendu dans son sens le plus large : le « commandeur » peut être un grand prieur ou un bailli, la « commanderie » un grand prieuré ou un bailliage capitulaire.

170 Avec risque de perte de tout ou partie de la récolte, si le commandeur mourait à ce moment.

171 Appelée encore albergement (à ne pas confondre avec l’albergement ou albergue noble), nouveau bail, bail à fief.

172 En 1783, sur les trois métairies du domaine de Saint-Michel, appartenant à Saint-Marc de Martel, deux étaient affermées par bail à neuf ans de 1776 ; l’autre, cultivée par des valets (J.-P. Lassalle, Les dames maltaises..., p. 268-269).

173 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 846 ; « La commanderie de Valence... aux xviie et xviiie siècles » (Revue drômoise, t. LXXXIII, 1980, no 417, p. 167-173), p. 171-172 (1783).

174 Le nouveau grand prieur baisait la terre, on allumait le feu, fût-ce en plein été, on ouvrait les portes.

175 A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. 50-51 (la Feuillée, 30 mai 1642).

176 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 193-209 et 212.

177 Id., Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 568-579. Toutefois, le système des trois soles se rencontre sur le causse du Larzac, sans doute en rapport avec le migou de son très important troupeau de moutons (ibid., p. 570-575).

178 Ibid., p. 578-587 ; Saint-Jean de Pézenas..., p. 30-32 ; L’ordre de Malte en Camargue..., p. 40-45 (p. 40-42 pour les pasquiers).

179 Id., Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 588-603.

180 P. Marres, Les Grands Causses, Études de géographie humaine, 1935, p. 45, évalue le troupeau de la communauté de la Cavalerie, à la fin du xviiie siècle, à 10 000/15 000 têtes : la densité y était beaucoup plus forte que de nos jours. Celui de Camargue devait en compter une dizaine de miliers (G. Gangneux, L'Ordre de Malte en Camargue..., p. 14, 44).

181 Ibid., p. 44.

182 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 600-601.

183 Sur les herbages, voir aussi ibid., t. II, p. 1170-1177 (relarguier et dévendude) ; sur la dépaissance, ibid., p. 1228-1231.

184 Ibid., t. I, p. 601-603.

185 P. Marres, Les Grands Causses..., p. 53-55.

186 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 598-599 ; t. II, p. 1164, 1204-1206 (glandée).

187 Ibid., t. I, p. 604-626.

188 Ibid., t. I, p. 627-664 ; t. II, p. 665-765.

189 Faute de pouvoir les résumer ici, je renvoie aux amples développements, fins et nuancés, de G. Gangneux, ibid., p. 627-734. Voir aussi L’ordre de Malte en Camargue..., p. 45-52, et, pour le Languedoc, où la Religion prit sa large part de la « fureur de vigne », La vigne ; dans les domaines et seigneuries de l’ordre en Bas-Languedoc aux xviie et xviiie siècles.

190 Id., « Une commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem... : Renneville en Lauragais aux xviie et xviiie siècles » (Le Lauragais..., 1983, p. 217-224), p. 220.

191 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 57-139. Ces chaussées furent submergées lors de maintes inondations (ibid., p. 69-71), dont celle, catastrophique, des 30 novembre-1er décembre 1755 (ibid., p. 107-108).

192 Sur les chaussées en dehors de la Camargue, voir G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 793-806.

193 R. Chaboud, « Echirolles. Une commanderie de l’ordre de Malte dans le département de l’Isère » (A.O.M., 1968, p. 74-78), p. 77.

194 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 806-809, 834.

195 La plus belle forêt, où poussaient les plus beaux chênes d’Europe, était celle du Temple, appartenant à la commanderie de Troyes : dans l'« Etat général des bois à couper dans les dignités et commanderies du grand prieuré de France », de 1771 (A.O. 5570), Troyes est en tête, devant même le prieuré proprement dit.

196 Et aussi, bien que sans doute dans une moindre mesure, d’Auvergne : R. Boudard, La commanderie de Bourganeuf, p. 111-112.

197 R. Boudard, ibid., p. 112, en indique aussi de châtaigniers, très disséminées : « Au cours des siècles la châtaigne constitue pour une large part la nourriture du paysan pendant la saison d’hiver. Elle rendait également de grands services dans les années de disette des céréales, en permettant de suppléer au pain... ».

198 Dans les commanderies qui ne possédaient pas de bois d’œuvre, leurs titulaires pouvaient user de ceux de commanderies voisines, à charge d’en payer la valeur (Traité de l’administration des bois de l’ordre de Malte..., p. 167-168 : décret de la Chambre du Trésor du 8 mai 1752).

199 M. Devèze, La grande réformation des forêts sous Colbert (1661-1680), 1962, en particulier p. 231-233.

200 Expédition imprimée (Paris, Le Breton, 1756), Bibl. nat., ms. Joly de Fleury 381, no 289.

201 Expédition imprimée (Paris, Le Breton, 1760), ibid., nos 286-288.

202 Traité de l’administration des bois de Tordre de Malte..., p. 184.

203 Ibid., p. 74-82.

204 Ibid., p. 83-103.

205 Ibid., p. 103-110.

206 Ibid., p. 110-113.

207 Indiqués, pour la plupart, par G. Saffroy, Bibliographie..., t. I, nos 5909 et 5911-5918 (le no 5909 est identique au no 5912, le no 5911 au no 5914, le no 5916 fait suite au no 5917).

208 Sur cette procédure, voir aussi Bibl. nat., ms. Joly de Fleury 372, no 4230 (166-210), et 381, no 4319 (2-296).

209 Expédition imprimée (Paris, Le Breton, 1768), Bibl. nat., ms. Joly de Fleury 381, nos 290-292. Cette bulle fut approuvée par l’assemblée du prieuré de France, le 16 novembre 1767, et par lettres patentes du roi de 1768 (ibid., nos 283-285 et 293-296).

210 C’est le principal argument avancé par les officiers de l’Ordre pour la défense des bulles de 1751 et 1756. G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 772, 775, 786-787, 790-791, en donne maints exemples.

211 P. viii.

212 Il en subsisterait même du Temple : E. Garnier, « Borne croisée sur le territoire de Bure-les-Templiers », dans Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d'Or, t. XXI, 1936-1937, p. 134-135, date la « borne de Beneuvre » de 1296.

213 Comme celle de la commanderie de la Cavalerie (Ch. Samaran, L’Hôpital Sainte-Christie..., p. 50, 100), vue par les participants à ces sixièmes Journées internationales lors de la visite du 23 septembre. De fort belles bornes sont reproduites par J. Juillet, Commanderies du Haut-Quercy, p. 72 et 145 — sur cette dernière sont gravées, outre la croix de la Religion, les armes des Gourdon-Genouillac-Vaillac.

214 Tout au moins dans la France du Nord-Est. R. Boudard, La commanderie de Bourganeuf, p. 111-112, écrit que, si ses bois subsistent, ils ont été réduits par le déboisement intensif du xixe siècle ; seule, la forêt de Mérignat garde son importance, avec 195 hectares pour plus de 460 arpents avant la Révolution.

215 G. Gangneux, L’ordre de Malte en Camargue..., p. 186-193.

216 H. Bouffet, « Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean en Haute-Auvergne », dans Revue de la Haute-Auvergne, t. XVII, 1915, p. 316.

217 Copie collationnée du 12 décembre 1742, Arch. dép. Haute-Marne, cote provisoire 60 H 2.

218 G. Antonetti, Recherches sur la propriété et l’exploitation des hauts fourneaux du Châtillonnais, p. 173.

219 G. Antonetti, ibid., p. 197 et note 2.

220 Ces baux sont indiqués ibid., p. 266-267, et analysés ibid., p. 204-205.

221 Quand le chevalier Grignon renonça à la forge de Bayard, une visite en fut faite, le 22 avril 1776 : l’essentiel de cette intéressante description a été publié par A.-M. Couvret, « La forge de Bayard en 1776 », dans Les Cahiers haut-marnais, no 126 (3e trim. 1976), p. 145-154.

222 B. Gille, Les origines de la grande industrie métallurgique en France, 1947, passim — en particulier p. xxi, 79, 87-90 ; H. Ronot, « Un industriel humaniste au xviiie siècle : Pierre-Clément Grignon », dans Les Cahiers haut-marnais, no 116 (1er trim. 1974), p. 49-54 et pl. ii ; M. Guyard, « Un maître de forges “éclairé” : Pierre-Clément Grigon et son traité de sidérotechnie », ibid., no 162 (3e trim. 1985), p. 24-48.

223 Bibl. nat., V 11132.

224 Arch. dép. Haute-Marne, cote provisoire 59H3.

225 B. Gille, Les forges françaises en 1772, 1960 (Affaires et gens d’affaires, xxii), p. 90, 104 et 105.

226 Pour la fin de l’Ancien Régime, voir G. Viard, « Un groupe social en mutation : les maîtres de forges haut-marnais à la fin du xviiie et au début du xixe siècle », dans Journées haut-marnaises d’art et d’histoire. Le fer dans la vie haut-marnaise de l’Antiquité à nos jours... Chaumont, 21-22 mars 1980, p. 35-40.

227 H. Parent de Curzon, La maison du Temple de Paris..., p. 138. Il fut démoli en 1853 (ibid., p. 142).

228 Et aussi d’autres édifices plus modestes, comme les métairies du prieuré de Toulouse reconstruites au xviiie siècle en brique et tuile (G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 810-811).

229 A. Soutou, La commanderie de Sainte-Eulalie de Larzac ; P. Marres, Les Grands Causses..., p. 340-341 et fig. 60-61.

230 A. Soutou, La Couvertoirade, 1972 (rééd. augmentée, 1977) ; P. Marres, Les Grands Causses..., p. 341 et fig. 62, p. 342.

231 Comme celui de Saint-Jean-d’Annecy : E. Ganter, « Un important établissement de l’Ordre en Savoie : Saint-Jean d’Annecy » (A.O.M., 1976, p. 76-80), p. 77 et 79.

232 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 616.

233 Ibid. et J. Juillet, Commanderies du Haut-Quercy, p. 84-85 (girouette à la fleur de lis et à la croix de Malte, au-dessus de la commanderie de Durbans).

234 E. Ganter, « La commanderie de la Chaux en Pays de Vaud (Suisse) » (A.O.M., 1975, p. 92-101), p. 99.

235 A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. xxxviii, 65, 132, 138-139, 184, 214, 233.

236 Ibid., p. 138 (du xvie siècle).

237 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. II, p. 1262 (à la frontière espagnole).

238 Voir ci-dessus, notes 212 et 213.

239 A. Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers... en Bretagne, p. xxxvi, 70-71, 73.

240 Comme celle du bailli Antoine de Riqueti-Mirabeau à Sainte-Eulalie (H. Baron, Le dernier commandeur de Sainte-Eulalie-du-Larzac..., p. 242 et 246).

241 Du riche mobilier, aux armes des commandeurs, qu’ils avaient offert aux chapelles de l’Ordre, il subsiste de nombreux objets d’art sacré, comme la monstrance de Claude François de Lescheraine.

242 A. Soutou, La Courvertoirade, 1977, p. 31-34 (du xve siècle).

243 L. de Boisgelin, Malte ancienne et moderne..., t. III, p. 112-113.

244 G. Gangneux, La commanderie de Valence..., p. 172.

245 De même, H. Baron, Le dernier commandeur de Sainte-Eulalie-du-Larzac..., p. 240, insiste sur l’« intelligente gestion » de cette commanderie par le bailli Antoine de Riqueti-Mirabeau.

246 Voir, par exemple, Ch. Guéry, La commanderie de Saint-Etienne-de-Renneville..., p. 153-163, sur le dépérissement « affreux », le « délabrement effrayant » de cette commanderie sous Claude de Saint-Simon.

247 Je partage tout à fait les réserves de G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 62-63, quant aux visites d’améliorissement : la complaisance des commissaires des prieurés envers leurs confrères ne me paraît pas faire de doute.

248 R. Boudard, La commanderie de Bourganeuf, p. 114-116 ; J. Chetail, « L’ordre de Malte à Saint-Romain-en-Gal » (A.O.M., 1977, p. 38-41), p. 40, en donne un autre exemple, de 1759, parmi tant d’autres.

249 G. Gangneux, Prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse, t. I, p. 143-207 (analyse fine, très détaillée) : L’ordre de Malte en Camargue..., p. 141-165.

250 Qui suit E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, 1933, 2 vol. [reproduction anastatique, 1984].

251 G. Gangneux, La commanderie de Valence..., p. 168-169 ; repris dans « La commanderie de Valence des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem aux xviie et xviiie siècles... » (Des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, de Chypre et de Rhodes hier aux chevaliers de Malte aujourd’hui..., 1985, p. 223-248), p. 231-236.

252 H. Amouric, La Favouillane..., 1981 [non paginé], p. [46] et [86]-[87] (tableau des arrentements).

Notes de fin

* Si modeste qu’il soit, on me permettra de le dédier à la mémoire de mon père, Jacques Roger, collègue et ami, pendant de longues années, de Charles Higounet à l’Université de Bordeaux : ces Journées de Flaran m’ont donné l’occasion de le revoir pour la dernière fois, comme un autre savant disparu depuis, Raymond Cazelles.

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.