Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les commanderies de l’Ordre teutonique en Allemagne occidentale et leurs activités rurales

Udo Arnold

Texte intégral

Je remercie vivement Hélène Schlupp-Beaujean, Bonn, qui a traduit bénévolement le texte de ma conférence et le présent manuscrit, de sa précieuse collaboration. Je remercie aussi le Dr. Heiner Jansen, Bonn, pour la copie au net de la carte.

  • 1 Voir Udo Arnold, « Entstehung und Frühzeit des Deutschen Ordens. Zu Gründung und innerer Struktur (...)

1L’Ordre teutonique, dernier des trois grands ordres de chevalerie, fut créé en 1190 pendant le siège d’Acre, au cours de la troisième croisade. C’était au début une confrérie hospitalière mais, huit ans plus tard, elle fut convertie en ordre de chevalerie, sur le modèle des Templiers et des Hospitaliers. Cet ordre garda ses activités hospitalières, mais celles-ci passèrent peu à peu au second plan, derrière la vocation militaire1. A cet égard, toutefois, on constate bien des différences régionales.

2A l’origine, le point fort des trois grands ordres de chevalerie se situait en Terre Sainte. Ils y rencontraient de nombreux croisés d’Europe occidentale et centrale, du prince régnant à la petite noblesse et aux négociants des grandes villes. Bon nombre de ces derniers reconnurent l’action des ordres de chevalerie et leur firent des donations. Or, au Moyen Age, la prospérité reposait certes sur l’argent, mais surtout sur la propriété terrienne. Il était donc naturel que les donations faites aux ordres de chevalerie fussent essentiellement des terres, ce dont les croisés disposaient en Europe, mais non pas en Terre Sainte. C’est ainsi que l’on vit se développer et s’accroître, en Europe, la propriété foncière des ordres de chevalerie.

  • 2 Voir Siegfried Reicke, Das deutsche Spital und sein Recht im Mittelalter, 2 vol. (Kirchenrechtlich (...)
  • 3 Voir Marian Tumler, Der Deutsche Orden im Werden, Wachsen und Wirken bis 1400, Wien, 1955.

3Dans le cas des Hospitaliers de Saint-Jean et de l’Ordre teutonique, cependant, les activités hospitalières s’y ajoutaient. A cette époque de décadence des hôpitaux municipaux anciens et aussi de ceux appartenant à d’autres ordres, on était heureux de pouvoir confier ces institutions à de jeunes ordres hospitaliers. L’existence même d’un hôpital supposait la présence d’un bien-fonds et, lorsque l’hôpital était bien géré, de nouvelles donations venaient augmenter sa propriété foncière2. C’est ainsi que l’on vit s’accroître la propriété foncière de l’Ordre teutonique, en particulier pendant sa phase d’expansion, c’est-à-dire aux xiiie et xive siècles3.

  • 4 Voir Klaus Militzer, Die Entstehung der Deutschordensballeien im Deutschen Reich (Quellen und Stud (...)
  • 5 Voir, en dernier, Hartmut Boockmann, Der Deutsche Orden. Zwölf Kapitel aus seiner Geschichte, Münc (...)
  • 6 La Prusse ne faisait pas partie de l’Empire allemand ; voir Ingrid Matison, « Die Lehnsexemtion de (...)

4En raison des liens étroits entre l’Ordre teutonique et les Hohenstaufen, les possessions européennes de l’Ordre se situaient en premier lieu sur le territoire de l’Empire germanique et du royaume sicilo-apulien4. Du fait de sa nette tendance à se constituer des territoires, ce qui est un trait spécifique de l’Ordre teutonique, ce dernier acquit un territoire autonome en Prusse, au cours du xiiie siècle, en assujettissant des régions païennes. C’est là qu’après la perte de la Terre Sainte, il transféra le siège du grand-maître, en faisant ainsi le centre même de l’Ordre pour le reste du Moyen Age5. Alors que les possessions de l’Ordre dans l’Empire germanique avaient constitué, à l’origine, les étapes de ses activités en Terre Sainte, elles constituaient dès lors les arrières pour la Prusse6. Elles étaient nécessairement éclipsées par le développement de l’Etat monastique en Prusse, tout en n’étant pas sans importance elles-mêmes.

  • 7 Voir évolution de la recherche à l’aide de la bibliographie : Ernst Wermke, Bibliographie der Gesc (...)
  • 8 La branche de l’Ordre en Livonie est exclue ici ; concernant sa position au sein de l’Ordre, en pa (...)
  • 9 Voir Rudolf Ten Haaf, Deutschordensstaat und Deutshordensballeien (Göttinge Bausteine zur Geschich (...)

5Cette situation se reflète également dans la recherche. C’est seulement au cours des dernières décennies, et aussi en raison des événements de la seconde guerre mondiale, que l’étude de l’histoire de l’Ordre sur le territoire de l’Empire germanique, donc dans la région relevant de l’autorité du maître du pays d’Allemagne (magister Alemanniae), a progressé7. Toutefois, le sujet que nous abordons ici est encore terre vierge. On estime, en général, que les possessions de l’Ordre produisaient des excédents qui profitaient, soit directement, soit sous forme d’aide financière, à la lutte de l’Ordre contre les païens en Terre Sainte, en Prusse et aussi, un peu plus tard, en Livonie8. Toutefois, nous ne savons encore rien de précis sur ce point, car nous avons à ce jour trop peu de connaissances sur la gestion économique de l’Ordre dans l’Empire germanique9.

  • 10 Les sources consultées seront citées ci-dessous.
  • 11 Voir Klaus Militzer, « Auswirkungen der spätmittelalterlichen Agrardepression auf die Deutschorden (...)
  • 12 Voir Reinhard Wenskus, « Das Ordensland Preußen als Territorialstaat des 14. Jahr-hunderts », dans(...)
  • 13 Bernhart Jähnig, « Erwerbspolitik und Wirtschaftsweise des Deutschen Ordens vornehmlich am Beispie (...)

6C’est seulement depuis environ vingt ans que, par l’édition de cadastres, on s’est penché à l’échelle régionale sur cette question, sans essayer toutefois de lui donner une réponse dépassant le cadre local10. A l’aide des rapports d’inspection des baillies dépendant du « Deutschmeister », on s’est demandé, il y a quelques années, quels avaient été les effets de la dépression agricole du Moyen Age tardif sur les baillies de l’Ordre teutonique11 et l’on a essayé finalement, en comparant entre elles une maison de l’Ordre en Prusse — où la situation est généralement mieux connue12 — et une dans l’Empire germanique, de présenter les activités lucratives et la politique économique de l’Ordre, en mettant en regard le front de la lutte contre le paganisme et la zone des étapes — comme décrit ci-dessus13.

  • 14 Altenbiesen (Altenbiesen), Elsaß-Burgund (Beuggen resp. Altshausen), An der Etsch und im Gebirge ( (...)
  • 15 Verzeichnisse der Güter, Einkünfte und Einnahmen des Ägidii-Klosters, der Kapelle an St. Ludgeri u (...)
  • 16 En ce qui concerne la France, Jean-Marc Roger a, à juste titre, au cours de la discussion, attiré (...)

7Un autre problème complique encore les choses. La densité de la bibliographie disponible sur les différentes maisons de l’Ordre varie selon les régions et les époques. Dans les limites restreintes de l’Empire germanique, l’Ordre possédait douze baillies, c’est-à-dire de grandes unités administratives dirigées par un grand-commandeur14. On ne dispose de sources imprimées que de huit baillies et de la propriété du maître du pays d’Allemagne, sources qui ne concernent nullement l’ensemble de chaque baillie mais toujours différentes maisons seulement et dont l’importance varie selon les baillies. La plupart des éditions concernent une à deux maisons ; seule la baillie de Franconie y est mieux représentée. En outre, ces sources sont dispersées dans le temps et vont de la fin du xiiie siècle au milieu du xvie. On ne dispose pas encore de sources imprimées plus récentes — à une exception près15 — de même que, pour le Moyen Age, un grand nombre de sources inexploitées et importantes pour notre contexte sommeillent encore dans de nombreuses archives16. Ceci nous amène à limiter les considérations qui vont suivre au Moyen Age et explique en même temps leur caractère provisoire. C’est donc une tentative que je ferai de récapituler les résultats obtenus à ce jour et de mettre en discussion quelques observations nouvelles. Je voudrais, ce faisant, me limiter à deux grands sujets : 1) l’organisation de la gestion de la propriété dans les régions rurales et 2) les diverses formes d’exploitation de cette propriété. Ces deux sujets peuvent peut-être faire apparaître des particularités de l’Ordre teutonique, alors que cela n’est pas le cas pour d’autres points. En effet, l’Ordre ne se distinguait des autres seigneurs ni dans les droits découlant de la propriété, ni dans la nature des revenus. Les produits cultivés correspondaient aux produits normaux de la région intéressée et ne présentaient donc aucune particularité. C’est tout au plus la question du commerce des excédents de production qui peut différer des solutions pratiquées dans la région par les seigneurs voisins, mais nous en savons trop peu sur ce point pour en faire un sujet particulier.

I

  • 17 Ceci s’applique en particulier aux donations qui étaient accompagnées de l’entrée dans l’Ordre du (...)
  • 18 Schweinfurt dans : Gült-und Zinsbücher des Deutschordenshauses zu Schweinfurt aus den Jahren 1313 (...)
  • 19 Voir la carte dans Hopfenzitz, Studien... (note 18).
  • 20 Voir la carte dans Schmidt (note 18), p. 516.
  • 21 C’est ainsi que Johannes Voigt, Geschichte des Deutschen Ritterordens in seinen zwölf Balleien in (...)

8L’Ordre teutonique acquit des donations à une époque où régnaient dans l’Empire germanique le régime juridique, le régime de propriété et l’infrastructure courants aux xiiie et xive siècles. Cela signifie qu’il s’agissait de donations des types les plus divers, du bien-fonds avec tous ses droits — à l’exception de la juridiction suprême ou justice criminelle — à la pure cession d’intérêts sans transfert de propriété. Cette différenciation juridique correspond à la dispersion régionale des donations. Une donation était rarement assez importante pour entraîner immédiatement la création d’une commanderie, plus petite unité administrative, bien qu’on l’ait également observé17. Normalement, une commanderie n’était créée que lorsque le cumul de propriétés dans une petite région semblait justifier une telle mesure. Cela signifie cependant que les possessions de l’Ordre n’étaient pas des biens groupés couvrant une grande superficie mais se trouvaient éparpillées parmi d’autres propriétés foncières — ce qui ne saurait surprendre dans une région cultivée et fortement peuplée. Ceci devient encore plus clair lorsque la propriété — y compris d’éventuelles différences juridiques — se trouve sur la carte18. C’est ainsi que la commanderie de Oettingen possédait des biens-fonds dans 43 villages, à 20 kilomètres à la ronde19, et la commanderie régionale de Trèves dans 51 villages, sur un rayon d’environ 55 kilomètres20, et nous ne prenons pas ici comme exemples les commanderies particulièrement étendues, comme celles de Nuremberg ou de Francfort21. En ce qui concerne la dispersion de la propriété, il n’existe pas de différence fondamentale entre une commanderie située en région rurale et une commanderie située en ville. Dans le cas d’une commanderie située à la campagne, l’essentiel de la propriété agricole peut, tout au plus, se trouver plus rapproché.

  • 22 Voir Rechter (note 18), p. 219.

9En outre, des chevauchements régionaux étaient tout à fait courants au sein même de l’Ordre. On peut certes considérer comme une exception qu’il y eut dans la ville de Cologne, à la fin du xvie siècle, deux commanderies de l’Ordre teutonique — Sainte-Catherine et Jungenbiesen — qui appartenaient, en sus, à deux bailliages différents — Coblenz et Altenbiesen — toutefois il se pouvait très bien que plusieurs commanderies aient des propriétés dans la même région. C’est ainsi que l’hôpital de l’Ordre teutonique à Nuremberg possédait des propriétés dans la région dépendant de la commanderie de Virnsberg et qu’en dépit d’un remembrement de la propriété à la fin du xiiie siècle, il y resta encore, jusqu’aux débuts des temps modernes, un reste de propriété de Nuremberg22. Il y eut même, près de Nördlingen, dans les villages de Möttingen et de Reimlingen situés dans le Ries, une véritable concurrence entre trois commanderies, dont la commanderie régionale de Ellingen : en 1275, la commanderie de Oettingen acquit des biens à Möttingen et Reimlingen ; en 1284, la commanderie régionale de Ellingen acquit également des biens à Reimlingen et aussi à Möttingen, en 1323 et 1363 ; en 1363, Ellingen put également devenir propriétaire des anciennes acquisitions de la commanderie de Donauwörth à Möttingen et Reimlingen.

  • 23 Voir Hopfenzitz, Kommende Oettingen... (note 18), p. 28-29.
  • 24 Voir Hans Limburg, Die Hochmeister des Deutschen Ordens und die Ballei Koblenz (Quellen und Studie (...)

10On y constate la tendance suivante : la riche commanderie régionale de Ellingen avait enchéri sur les commanderies de Oettingen et Donauwörth plus proches des domaines en cause et possédait un avantage pour l’acquisition de biens fonciers23. Il est toutefois plus important de constater que si, d’après l’organisation de l’Ordre, le grand-commandeur d’une baillie était le supérieur du commandeur, la commanderie n’en était pas moins une entité économique autonome et qu’il n’y avait pas de coordination d’intérêts au profit de l’Ordre dans son ensemble. Au contraire, le grand-commandeur pouvait éventuellement se comporter même en concurrent du commandeur qui lui était subordonné. Bien entendu, ceci entraînait toujours de larges chevauchements des propriétés, ce que l’on peut également constater au niveau des délimitations des baillies : les baillies de Coblenz, Altenbiesen, Utrecht et de Westphalie, ainsi que les propriétés du maître provincial d’Allemagne le long du Rhin, en sont un exemple probant24. Il va sans dire que cette situation était loin d’être propice à l’Ordre, sous l’angle de l’économie générale.

  • 25 Voir Neckarsulm und der Deutsche Orden 1484-1805-1984. Katalog der Ausstellung... zu Neckarsulm, é (...)
  • 26 Voir, p. ex., Hopfenzitz, Kommende Oettingen... (note 18), ou Schmidt, Die Deutschordenskommenden (...)

11Un autre élément apparaît également ici qui, tout en allant de soi, mérite d’être mentionné. Si la première acquisition d’un bien par l’Ordre s’effectuait toujours sous forme de donation, on essayait ensuite d’agrandir cette propriété par des achats et aussi de l’arrondir et de la concentrer par des échanges. Le plus grand de ces échanges eut lieu en 1484 lorsque toute une commanderie de l’Ordre — Prozelten sur le Main — fut donnée à l’archevêché de Mayence, alors que l’Ordre recevait la circonscription mayençaise de Scheuerberg comprenant la ville de Neckarsulm et située entre les commanderies déjà existantes de Heilbronn et de Horneck sur le Neckar25. L’histoire de chaque commanderie fait état de telles acquisitions par achat, sans qu’il soit besoin d’entrer dans ses détails26.

12C’est surtout cette propriété dispersée qui nécessitait une structure et une organisation de l’Ordre dans ses plus petites unités administratives autonomes, les commanderies. Lorsque la propriété se trouvait assez près de la commanderie, elle constituait elle-même le dernier centre administratif et économique. Si, au contraire, les possessions étaient réparties sur une assez grande région, de telle sorte qu’une exploitation et un contrôle continu à partir d’un seul centre ne semblaient pas praticables, il fallait trouver d’autres formes.

  • 27 Les trois dépôts sont de conception médiévale, la maison du maître des granges fut reconstruite au (...)
  • 28 Voir Peter Heim, Die Deutschordenskommende Beuggen und die Anfänge der Ballei Elsaß-Burgund von ih (...)
  • 29 Concernant Nördlingen, voir Militzer, « Auswirkungen... » (note 11), p. 67-69.
  • 30 Voir Bernhard Demel, « Von der katholischen zur trikonfessionellen Ordensprovinz. Entwicklungslini (...)
  • 31 Voir Heldmann (note 30), p. 38 avec les granges de Marburg, qu’il convient plutôt de considérer co (...)

13Une des possibilités consistait à créer des granges, dénommées « Kasten », « Kastnereien » et aussi « Schaffnereien ». Dans une subdivision, on construisait une maison qui était alors considérée comme le siège administratif et le centre de dépôt de ladite région et était dirigée par un maître des granges (« Kastner » ou « Schaffner »). C’est ainsi que la commanderie régionale de la baillie de Franconie, Ellingen, par exemple, possédait une grange à Nördlingen, dont on peut prouver l’existence dès la moitié du xive siècle et le fonctionnement jusqu’au début du xixe siècle, construction qui existe encore de nos jours27. La commanderie de Beuggen sur le Haut-Rhin, qui faisait partie de la baillie d’Alsace-Bourgogne, possédait des granges à Rheinfelden dès 130528. Les maîtres des granges n’étaient pas nécessairement membres de l’Ordre, au contraire, pour Nördlingen nous ne connaissons d’abord que des gérants séculiers29. L’exemple de Nördlingen n’est pas le seul de ce genre. La baillie de Hesse, par exemple, possédait des granges à Fritzlar, Gelnhausen, Wetzlar et Friedberg30. Wetzlar devint particulièrement connue pendant les temps modernes, la fille du maître des granges, Lotte Buff, étant l’amie de Goethe. On pourrait énumérer bien d’autres exemples, mais il convient toutefois de mentionner que bien souvent des fermes de l’Ordre exploitées directement par celui-ci sont également intitulées granges31 ; ceci montre que l’on n’a pas assez étudié la structure de la propriété, ni la gestion économique en dessous du niveau de la commanderie.

« Kastnerei » et grenier de l’Ordre teutonique à Nördlingen (baillie de Franconie), no 23 du plan. (Stadt-archiv Nördlingen, Graph. Sammlung : Andreas Zeidler, Nördlingen, 1651, Kupferstich-Ausschnitt ; Archiv Arnold.)

« Kastnerei » et grange de l’Ordre teutonique à Wetzlar, baillie de Hesse. (Schöning u. Co. + Gebr. Schmidt, Lübeck ; Archiv Arnold.)

  • 32 Voir Militzer, « Auswirkungen... » (note 11), p. 68.
  • 33 Voir Axel Herrmann, Der Deutsche Orden unter Walter von Cronberg (1525-1543). Zur Politik und Stru (...)
  • 34 Généralement, on ne rencontre qu’une de ces deux fonctions mais elles peuvent aussi exister parall (...)
  • 35 Voir note 33.

14Alors que les granges servaient essentiellement de magasins pour les contributions en nature, une autre organisation était prévue pour le versement des redevances en espèces. Certes, le maître des granges pouvait également recevoir les redevances en espèces, mais au fur et à mesure que les contributions en nature se transformèrent en redevances en espèces, la création de tels bâtiments devint superflue. Au lieu de cela, le commandeur envoyait un ou plusieurs cavaliers dénommés « Überreiter », membres de la commanderie et appartenant donc à l’Ordre, qui parcouraient le pays et recouvraient les redevances en espèces, et qui surveillaient également le maître des granges — comme cela est prouvé pour Nördlingen32. Etant donné l’importance des redevances pour l’existence même de la commanderie, cet « Überreiter » était un des membres les plus importants d’une maison de l’Ordre. Toutefois, nous ne trouvons ce poste que dans les commanderies à grande propriété foncière, comme Francfort sur le Main ; en 1500, Mergentheim possédait même deux « Überreiter »33. Dans les commanderies moins importantes, c’est le vice-commandeur qui se charge de cette tâche, intitulé « Hauskomtur » ou « Baumeister » (magister fabricae)34. Les frères de l’Ordre chargés de ces tâches acquéraient ainsi de l’expérience dans l’administration et dans les questions financières, ce qui rendait fort probable leur promotion à la fonction de commandeur. Le futur grand-maître Walter von Cronberg, par exemple, entra en 1493 dans la maison de l’Ordre à Francfort, devint « Überreiter » en 1499, puis vice-commandeur à Francfort en 1504, à une époque où il n’y avait pas encore de commandeur dans cette ville, de sorte qu’il y occupa de facto le poste de commandeur, poste qui lui fut peu après attribué de jure35.

  • 36 Voir en dernier Ch. Higounet, « Le premier siècle de l’économie rurale cistercienne », dans Istitu (...)
  • 37 La littérature correspondante laisse presque toujours de côté les questions économiques qui permet (...)
  • 38 Voir Christian Mossig, « Verfassung des Zisterzienserordens und Organisation der Einzelklöster », (...)
  • 39 Voir Arnold, « Entstehung... » (note 1), p. 101 ; Die Statuten des Deutschen Ordens, éd. Max Perlb (...)
  • 40 On peut également comparer avec les Cisterciennes qui avaient un système mixte d’exploitation prop (...)
  • 41 Voir Marian Biskup, « Die Fronpflichten der Zinsbauern im Ordensland Preußen in der ersten Hälfte (...)
  • 42 La remarque figurant dans le cadastre d’Oettingen est une exception ; voir Hopfenzitz, Studien... (...)
  • 43 L’exemple de Beuggen montre toutefois qu’avec le déclin économique de la commanderie, on a apparem (...)

15Ces divers modes de gestion des biens ne concernent que la propriété donnée à ferme ou les pures redevances dues pour des biens n’appartenant pas à l’Ordre. Parallèlement, on trouve toujours, bien entendu, le domaine agricole (« Bauhof ») exploité par l’Ordre lui-même. Tout en étant loin de connaître la situation des diverses commanderies, nous pouvons supposer qu’il n’y a pas eu de commanderie sans propriété foncière qu’elle exploitait elle-même. De façon générale, il nous manque cependant les bâtiments qui puissent en témoigner, alors que ceux des commanderies et également des granges sont mieux conservés. Il est rare que l’attribution d’une gestion économique propre à une commanderie soit encore aussi évidente aujourd’hui que pour la commanderie de Lengmoos, près de Bolzano, donc dans l’ancienne baillie de Etsch. Il va de soi que cette exploitation par l’Ordre teutonique même n’a pris qu’une importance limitée, lorsqu’on la compare par exemple, à la gestion des granges des Cisterciens, telle que l’a décrite récemment Charles Higounet36. Ceci provient des tâches fondamentalement différentes de l’Ordre teutonique et de l’organisation différente de la communauté qu’elles nécessitaient. L’Ordre serait plutôt comparable à celui des Hospitaliers de Saint-Jean37. Depuis 1198, l’Ordre teutonique était un ordre de chevalerie dans lequel la position des frères prêtres ne cessa de perdre de l’importance au profit de celle des frères chevaliers. Le frère lai qui entre en ligne de compte pour assurer cette exploitation, et qui est le frère convers chez les Cisterciens38, est certes prévu aussi par la règle de l’Ordre teutonique : il s’agit des « servants » (servientes, sergens) mais nous ne les rencontrons pas dans d’autres sources. Ceci s’explique du fait qu’il s’agit, je le suppose, de serfs39. Il devrait plutôt s’agir des « serviteurs » (ministrantes, menistres), hommes libres liés par contrat et éventuellement rémunérés, mais qui ne sont pas membres de l’Ordre. C’est-à-dire que l’exploitation de ses domaines agricoles par l’Ordre teutonique lui-même devait être effectuée, en principe, sur la base de la corvée et du travail rémunéré40, comme cela se faisait parallèlement en Prusse41. Etant donné, cependant, qu’il est rarement possible de prouver l’existence de corvées42, il a dû s’agir essentiellement de travail rémunéré43.

Eglise, commanderie, grange de Lengmoos, baillie de Etsch. (P. Cornelius Buchheim O.T., Lengmoos ; Archiv Arnold.)

  • 44 Voir Heldmann (note 30), p. 38 et ci-dessus note 30.
  • 45 Voir Schmidt (note 18), p. 92-147.
  • 46 Voir Heldmann (note 30), p. 110.
  • 47 Voir Voigt (note 21), p. 301-302.
  • 48 Voir Hanns Hubert Hofmann, Der Staat des Deutschmeisters. Studien zu einer Geschichte des Deutsche (...)
  • 49 Ceci devient évident pour la commanderie de Marburg, si bien que Mayer-Edenhauser (note 42) estime (...)
  • 50 Voir Schmidt (note 18), p. 130-137.
  • 51 Voir ibidem, p. 137.

16Contrairement à la gestion intensive de granges pratiquée par les Cisterciens, cela signifie que l’Ordre teutonique n’exploitait lui-même ses propres propriétés qu’aux alentours immédiats du siège du commandeur et qu’il donnait à ferme les propriétés les plus éloignées ; c’était là un problème de contrôle des travailleurs. Il y avait seulement exception lorsqu’un ensemble de biens de bon rapport promettait de mieux rapporter s’il était exploité par l’Ordre lui-même plutôt qu’affermé, donc lorsqu’il s’agissait d’une propriété d’un seul tenant qui pouvait être le premier degré d’une propre commanderie. C’était par exemple le cas pour les propriétés de l’Ordre à Merzhausen, qui appartenaient à la commanderie de Marburg44, ou à Rachtig sur la Moselle, qui appartenaient à Trèves45. Pour Merzhausen, nous connaissons les noms de quelques curateurs ayant assuré les fonctions de gérants dans les débuts ; peu avant 1300, le curateur était de toute évidence membre de l’Ordre46. Les liens étroits qui pouvaient ainsi exister avec la commanderie dans le cadre de ce mode d’exploitation furent toutefois limités par le recul du nombre de membres de l’Ordre teutonique. De 1379 à 1450, on tomba de 701 à 496 frères, soit un recul de 30 %, dans la seule région dépendant du maître provincial d’Allemagne47, mais le recul fut de 67 % pendant une période de même durée, de 1450 à 1513, où l’on totalisait 163 frères48. Si l’on compare la situation en 1379 avec celle de 1513, on constate une réduction totale de 77 % pour les baillies dépendant du maître du pays d’Allemagne, c’est-à-dire qu’en moins d’un siècle et demi le nombre de membres était tombé à tout juste un quart ! On peut supposer qu’il en a été de même dans toutes les baillies et dans toutes les commanderies. Deux choses avaient déterminé cette évolution : d’une part, la baisse des revenus des commanderies et, de l’autre, les exigences sans cesse croissantes des membres de l’Ordre qui demandaient un traitement conforme à leur rang, de telle sorte qu’intentionnellement on accepta dans l’Ordre moins de religieux. Cette évolution eut des répercussions dans l’exploitation des propriétés par l’Ordre même. Si nous avons vu, par exemple, des gérants séculiers comme maîtres des granges à Nördlingen, nous pouvons supposer qu’il en a bientôt été de même dans les dépendances extérieures d’une commanderie qui étaient gérées par l’Ordre. On comprendra que ceci ait créé une tendance à affermer également de tels domaines49, sauf lorsque leur rendement n’était compromis par aucun risque ou que le gérant du domaine agricole (« Hofmann ») remplissait également les fonctions de maître des granges ; cela était le cas à Rachtig sur la Moselle, dont l’économie reposait essentiellement sur la viticulture50. Il sort certainement de l’ordinaire qu’en 1536 le gérant de Rachtig fut une femme51.

  • 52 Voir Militzer, « Auswirkungen... » (note 11), p. 66-67.
  • 53 Voir Heldmann (note 30), p. 77.
  • 54 Voir Erich Maschke, « Die Schaffer und Lieger des Deutschen Ordens in Preußen », dans Hamburger Mi (...)
  • 55 Voir Winfried Schich, « Die Wirtschaftstätigkeit der Zisterzienser im Mittelalter : Handel und Gew (...)
  • 56 Voir Heldmann (note 30), p. 74-77.

17Ce recours à des gérants séculiers comme maîtres des granges ou comme fermiers correspond à la façon dont l’Ordre participait également au commerce. Nombre de détails le prouvent pour Nördlingen52, on peut également le supposer pour Fritzlar53, et pour la Prusse il existait un excellent système de représentants de commerce hors de Prusse, qui étaient en partie des employés immédiats de l’Ordre ou qui travaillaient sur la base de commissions54. A la différence des Cisterciens, par exemple, dont le commerce était assuré par des frères convers55, nous avons affaire ici à une particularité des ordres de chevalerie, due à leur composition. Il est vrai qu’il était parfois possible de revaloriser une ferme exploitée par l’Ordre pour en faire une commanderie, comme cela a été le cas à Möllrich, près de Marburg. C’est ainsi qu’en 1231 les landgraves de Thuringe firent don de terres à Möllrich. Après la mort du grand-maître Conrad de Thuringe, en 1240, le maître de pays de Prusse, Dietrich von Grüningen, prit à son compte les dettes de Conrad et reçut en contrepartie les propriétés de Möllrich. En 1258, la commanderie de Marburg les lui racheta. Après 1305, Möllrich fut regroupé avec les propriétés acquises à Fritzlar et devint peut-être commanderie avec siège à Fritzlar. En même temps, les biens de Möllrich furent affermés, c’est-à-dire que l’Ordre cessa de les exploiter lui-même56.

  • 57 Voir Udo Arnold, « Elisabeth und Georg als Pfarrpatrone im Deutschordensland Preußen. Zum Selbstve (...)
  • 58 Voir Christian Probst, Der Deutsche Orden und sein Medizinalwesen in Preußen. Hospital, Firmarie u (...)
  • 59 Voir Limburg (note 24), p. 15-16.
  • 60 Voir Forstreuter (note 4), p. 104-109 et Probst (note 58), p. 38-39.
  • 61 Voir Voigt (note 21), p. 259-260 et Christian Tenner, Die Ritterordensspitäler im süddeutschen Rau (...)
  • 62 Voir Reicke (note 2), t. II, p. 39-53 et Probst (note 58), p. 47-48.
  • 63 Voir Probst (note 58), p. 48 et 52-86.
  • 64 Voir Die ältesten Urbare der Deutschordenskommende Nürnberg, élaboré par Gerhard Pfeiffer (Veröffe (...)
  • 65 Voir Die altesten Urbare... (note 64), p. 83 ; reproduction du deuxième cadastre de 1409 dans Tenn (...)
  • 66 Voir Die ältesten Urbare... (note 64), p. 110 et Tenner (note 61), p. 167.

18Les exemples que j’ai cités ont mis jusqu’ici sur le même plan des commanderies régionales — Ellingen pour la baillie de Franconie, Trèves pour la baillie de Lotharingie, Marburg pour la baillie de Hesse — et d’autres commanderies. Pour la question que nous étudions, cela est justifié, comme nous l’avons déjà montré, par le problème des chevauchements régionaux des propriétés. Toutefois, il ne faut pas oublier une autre unité de l’organisation : l’hôpital. Il avait été l’origine de l’Ordre et l’était resté, même en Prusse où l’identification de l’Ordre avait en premier placé le chevalier combattant avant le frère soignant57-58. Dans l’Empire germanique, la cession d’un hôpital marquait souvent le début de l’Ordre dans un endroit, en particulier dans les régions urbaines comme à Coblenz en 1216, à Cologne à la même date59, mais aussi à Montpellier en 1228 et à Arles en 124960. L’existence même des hôpitaux se fondait, elle aussi, sur la propriété foncière ou sur des redevances foncières. Afin de garantir la meilleure exécution possible des fonctions de l’hôpital, on avait fait de ce dernier une unité économique propre existant à côté de la commanderie et distincte d’elle géographiquement. Certes, le maître de l’hôpital faisait partie des fonctionnaires de la commanderie et le commandeur était en partie chargé d’assurer la subsistance de l’hôpital, comme c’était le cas à Donauwörth61, mais son véritable supérieur restait le grand-commandeur. Gestion distincte, trésorerie distincte, grande indépendance dans la reddition des comptes : telles étaient les particularités des hôpitaux de l’Ordre teutonique, et seule leur dotation en capitaux pouvait présenter des dérogations aux principes fixés par les statuts62. Outre plusieurs autres exemples en Prusse63, le témoin le plus clair de cette autonomie est le cadastre des années 1394-1397 de l’hôpital Sainte-Elisabeth à Nuremberg, cadastre conservé et indépendant des cadastres de la commanderie64. L’hôpital de Nuremberg était un des plus importants de la juridiction du maître de pays d’Allemagne et ses cadastres étaient refaits régulièrement65. Une inscription des environs de 1400 est intéressante dans notre contexte : l’hôpital recevait certaines prestations en nature et du bois de la commanderie, ce qui lui était garanti par document du commandeur et du grand-commandeur ; ledit document était déposé auprès du conseil de la ville de Nuremberg66. On ne saurait prouver plus clairement l’existence parallèle de deux sujets de droit distincts — la commanderie et l’hôpital. Pour les hôpitaux toutefois, à la différence des commanderies, je n’ai connaissance ni de leur gestion directe par l’Ordre, ni d’un système de granges ou de « Überreiter ».

  • 67 Karl H. Lampe, « Das Lagerbuch von Sarnthein aus dem Jahre 1377 », dans Acht Jahrhunderte Deutsche (...)
  • 68 Voir Heldmann (note 30), tableau II.
  • 69 Voir Helmut Weigel, Die Deutschordenskomturei Rothenburg o. Tauber im Mittelalter (Quellen und For (...)
  • 70 Voir Hopfenzitz, Studien... (note 18), p. 32.

19Outre les commanderies et les hôpitaux, on trouvait également une unité économique autonome : les paroisses incorporées à l’Ordre, qui possédaient également leurs propres biens fonciers. Pour la paroisse de Sarntheim, située au nord de Bolzano dans la baillie de Etsch, par exemple, nous disposons encore d’un cadastre de 1377 et d’un de 1501, dont le plus ancien a été établi avant l’incorporation et édité67. Les fondations de pitance même pouvaient disposer d’un patrimoine foncier à gestion séparée — comme cela était le cas à Marburg en 135868 — qui pouvait, dans certains cas, être géré par un pitancier — comme à Rothenburg ob der Tauber69. Ceci dépendait de l’importance de la propriété de la fondation car, lorsqu’elle n’était pas grande, comme à Oettingen, la commanderie se chargeait de sa gestion70. Comme dans le cas des hôpitaux, je n’ai pas connaissance d’activités économiques propres, ni de « Kastnereien » (granges), ni de « Überreiter » des paroisses ou des donations de pitance. La raison en est sans doute que les hôpitaux, paroisses et fondations de pitance devaient être maintenus, mais ne devaient pas produire d’excédents et participer ainsi au négoce actif.

20Nous avons ainsi présenté la hiérarchie et l’organisation qui étaient essentielles pour les activités rurales de l’Ordre teutonique dans l’Empire germanique. Comme unités économiques autonomes, on y trouvait, sur pied d’égalité, les commanderies, les commanderies régionales, les hôpitaux, les paroisses et parfois même les fondations de pitance. Les propriétés proches de la commanderie étaient exploitées par l’Ordre lui-même, par l’intermédiaire de son exploitation agricole (« Bauhof ») ; les biens plus éloignés, mais d’un rapport sûr, étaient exploités par un fermier employé par l’Ordre, et l’affermage était également très répandu, en raison surtout de la dispersion des propriétés, mais aussi de la composition de l’Ordre des chevaliers. Les redevances exigibles qui en découlaient étaient versées à l’unité économique respective, mais pour les commanderies, elles l’étaient souvent à des granges (« Kastnereien » ou « Schaffnereien ») créées en sus, dirigées sans doute à l’origine par des membres de l’Ordre et plus tard par des employés. Il existait également un système de « Überreiter », membres de l’Ordre donc, qui, au nom de la commanderie, recouvraient les redevances en espèces auprès des redevables.

II

  • 71 Voir Diefenbacher (note 18), en particulier p. 54-97.
  • 72 Ceci n’était pas spécifique à Heilbronn mais est également prouvé pour le bailliage de Hessen ; vo (...)

21Nous avons ainsi dégagé les différentes sortes de revenus d’une telle unité administrative : il y a d’une part les produits en nature de l’exploitation directe, de l’autre les produits en nature provenant des contributions, et enfin les sommes d’argent provenant des redevances en espèces. Il est généralement plus difficile de connaître les revenus en nature de l’exploitation directe que les produits du fermage, car certains cadastres ne les indiquent pas. Il est donc difficile d’indiquer le rapport entre les propriétés rurales exploitées par l’Ordre lui-même et les propriétés données à ferme. Ainsi, il est rarement possible d’établir une relation entre les revenus de l’exploitation directe et ceux du fermage. Nous trouvons une exception dans la région du Neckar pour la commanderie de Heilbronn, appartenant à la baillie de Franconie. Les cadastres qui viennent d’être publiés informent sur ce point71. On y constate qu’entre l’exploitation directe par l’Ordre et la catégorie des redevances il convient d’insérer un mode intermédiaire, la responsion (« Teilbau »), ou exploitation contre quote-part du produit. L’Ordre avait loué des fermes pour lesquelles il ne percevait pas de revenus fixes mais une part déterminée du produit total, part qui pouvait aller du sixième à la moitié72.

  • 73 Voir Schmidt (note 18), p. 135-136.

22La question est maintenant de savoir quelle est la part de terre exploitée directement par l’Ordre par rapport à la superficie exploitée selon ce mode intermédiaire et à la superficie affermée, et quelles propriétés rurales étaient exploitées selon ces divers modes. Dans la commanderie de Heilbronn, on ne trouvait, en 1427, que 29 arpents de prés exploités par l’Ordre, et environ 9 arpents de vignes exploités contre responsion ; les forêts ne figurent pas dans le compte. Cent ans plus tard, on y trouvait un peu plus de prés, plus 20 arpents de champs labourés, près de 8 arpents de vignes et plus de 150 arpents de forêts exploités par l’Ordre, ainsi qu’environ 450 arpents de champs, plus de 50 arpents de prés et 4 arpents de vignes exploités contre responsion (« Teilbau »). Ces chiffres montrent, d’une part, l’accroissement relatif de la propriété foncière, à la fin du Moyen Age, dans une région dont l’Ordre entier essayait de plus en plus de prendre possession — ce que prouvent l’acquisition déjà mentionnée de la circonscription de Scheuerberg, en 1484, ainsi que la désignation de cette région, à savoir « Deutsche Ebene », selon son plus grand propriétaire foncier, désignation qui lui fut donnée à l’époque et qu’elle a gardée jusqu’à ce jour. De l’autre, ils semblent également montrer que l’exploitation en compte propre était en diminution par rapport à l’exploitation contre responsion. Ici, il convient toutefois d’être prudent, lorsque nous considérons la nature des surfaces cultivées : l’Ordre se réservait les forêts presque sans exception, sauf quand il s’agissait d’une forêt appartenant déjà à une municipalité avant son acquisition. On voit ici apparaître la particularité de cet ordre de chevalerie au xve siècle : les chevaliers, qui donnaient le ton dans l’Ordre et qui, à la fin du Moyen Age, provenaient presque exclusivement de la petite noblesse, tenaient beaucoup à pouvoir chasser, bien qu’il faille considérer la forêt à l’époque — contrairement à nos jours — comme un espace économique à utilisation agricole potentielle. L’Ordre avait également besoin de nombreuses prairies car, pour représenter conformément à son rang, il lui fallait naturellement des chevaux de selle. De même, l’Ordre se réservait les eaux poissonneuses, ce qui est compréhensible car, en tant qu’institution religieuse, il avait besoin d’un très grand nombre de plats maigres. Au début du xve siècle, on aimait apparemment affermer ou faire exploiter contre responsion les surfaces nécessitant un travail intensif, comme les champs labourés ou les vignes. Cent ans plus tard, par contre, l’Ordre semble avoir exploité davantage de vignes lui-même qu’il n’en faisait cultiver contre responsion, et la baisse des redevances en vin de 41 à 16 seaux semble confirmer cette thèse. Il ne s’agissait certainement pas seulement du vin de messe mais de permettre un mode de vie adéquat. Il s’y ajouta sans doute une bonne récolte de vin qui mena à un rapport entre les coûts salariaux et le rendement plus lucratif que les redevances de fermage. Ce sont sans doute des considérations de ce genre qui ont conduit la commanderie régionale de Trèves à exploiter elle-même le domaine de Rachtig sur la Moselle73.

  • 74 Dans de nombreux cas, on trouve seulement indiqué : une ferme.
  • 75 Le nombre d’arpents de terre labourée n’est qu’apparemment plus élevé en 1524 car en fait, à cette (...)
  • 76 Wilhelm Abel, Agrarkrisen und Agrarkonjunklur. Eine Geschichte der Land-und Ernährungswirtschaft M (...)
  • 77 Voir Schmidt (note 18), p. 255-256.

23Toutefois, l’Ordre affermait la grande majorité de ses biens, ce que nous avons déjà expliqué par la structure de la communauté. C’est ainsi qu’en 1427, dans la commanderie de Heilbronn, 29 arpents de prés sont exploités par l’Ordre, 9 arpents de vignes sont sous responsion, mais 2 600 arpents de champs labourés, 300 arpents de prés et 200 arpents de vignes sont affermés, dans la mesure où l’on dispose encore de chiffres sur les dimensions des propriétés74. Cent ans plus tard, l’Ordre exploitait quelque 60 arpents, forêts non incluses, l’exploitation en responsion était passée à quelque 500 arpents mais, par contre, les terres affermées étaient tombées à environ 2 700 arpents de champs labourés, 140 arpents de prés et 20 arpents de vignes75. Cela signifie, dans l’ensemble, qu’étant donné la diminution de la surface cultivée totale, il y a eu une nette augmentation de l’exploitation par l’Ordre lui-même et de la responsion. Ceci est en rapport avec l’évolution des revenus qui, pendant ce siècle, baissèrent de 12 % pour l’argent mais de 36 % pour les céréales. Nous y voyons clairement la tendance de la commanderie de Heilbronn, au xve siècle, à remplacer les redevances de fermage fixes par une initiative d’exploitation autonome et surtout de responsion, qui impliquait peut-être davantage de risques, mais donnait apparemment à l’Ordre une plus grande influence sur son revenu. D’une part, en effet, on n’a pas procédé, pour les sommes nommées, à une comparaison du pouvoir d’achat, qui aurait sans doute fait état d’une évolution encore plus négative pour l’Ordre, et de l’autre, la question de la vente des produits n’est pas élucidée. De façon générale, toutefois, on peut considérer que, pendant la dépression agricole de la fin du Moyen Age76 la baisse des prix des céréales et la dégradation du pouvoir d’achat des revenus en espèces ont eu un effet encore plus négatif que les augmentations de salaires. Ceci pourrait expliquer la tendance à changer le mode d’exploitation à Heilbronn au xve siècle. A la même époque, on constate une évolution semblable dans la commanderie régionale de Trèves77.

  • 78 Hopfenzitz, Studien... (note 18), p. 151, nr. 274 c.
  • 79 Voir ibidem, p. 86, note 56.
  • 80 Voir Heldmann (note 30), p. 177. Pour les terres de Marburg, la responsion était même le mode d’ex (...)
  • 81 Voir Heim (note 28), p. 131-132.

24Il est intéressant de noter qu’au xive siècle, dans la commanderie de Oettingen, située à l’est de Heilbronn, il y a absence totale du régime de responsion : à côté de l’exploitation par l’Ordre lui-même, dans sa ferme, on trouve l’affermage. C’est seulement en 1365 que cette dernière abandonne de nombreux champs labourés et prairies — sans doute la moitié — en responsion78. Dans la littérature, on trouve que ceci est considéré à Oettingen comme démodé, l’affermage contre redevance fixe s’étant entretemps imposé comme solution exempte de risques, mais qu’en d’autres endroits la responsion s’est maintenue plus longtemps, par exemple en 1391 encore dans la commanderie de l’Ordre à Giengen79. Pour la commanderie régionale de Marburg, le passage de l’exploitation par l’Ordre à la responsion, au xive siècle également, est documenté80 ; il a lieu dans le contexte du transfert du siège de la commanderie de Möllrich à Fritzlar. En 1383, la commanderie de Beuggen abandonna, elle aussi, en responsion une grande partie des vignes qu’elle avait jusque-là cultivées elle-même81.

  • 82 Voir les Gült-und Zinsbücher des Deutschordenshauses zu Schweinfurt... (note 18), constitués en 13 (...)
  • 83 Voir Militzer, Auswirkungen... (note 11), avec sources dans note 4.

25Nous devons être prudents dans notre jugement sur les événements de Möllrich, Oettingen, Beuggen et Heilbronn. Ils ont eu lieu à Möllrich au milieu du xive siècle, à Oettingen en 1365, à Beuggen en 1383, mais à Heilbronn au xve siècle. Par conséquent, l’évolution au xive siècle aurait été de l’exploitation par l’Ordre au système d’affermage, en passant ou non par le régime de la responsion, et au xve siècle, elle aurait été exactement inverse. Il est difficile de se prononcer avec certitude sur ce point, étant donné que nous n’avons pratiquement pas de données parallèles ou, lorsqu’elles sont imprimées, aucune tentative d’analyse historico-économique n’a été effectuée82. Cependant, l’évolution de Möllrich, Oettingen et Beuggen au xive siècle correspond apparemment aux tendances déjà connues, telles que l’on peut les reconnaître dans l’Ordre, d’après les rapports d’inspection — de 1361, 1379, 1383, 1394 et 1450 — du maître du pays d’Allemagne qui nous sont parvenus83.

  • 84 Comme p. ex. chez les Cisterciennes en Haute Souabe ; voir Kuhn-Rehfus (note 40).
  • 85 Voir Voigt (note 21), p. 187 et Militzer, Entstehung... (note 4), p. 158. Pour la situation financ (...)

26En dehors de l’Ordre, on estimait aussi que, pour augmenter ses revenus, il fallait non pas acquérir de nouveaux biens, mais donner ses biens à ferme au lieu de les gérer soi-même84. On essayait ainsi de faire front à la crise agricole de la seconde moitié du xive siècle, qui toucha si fortement les baillies allemandes qu’en 1386, le maître de pays d’Allemagne dut contracter un emprunt de 60 000 florins auprès du grand-maître pour payer les dettes85. C’est ainsi que les revenus du fermage augmentèrent, mais que l’on vit naturellement baisser ceux provenant de l’exploitation de biens par l’Ordre, de sorte qu’en l’absence d’études sur ce point, il est difficile de dire si ce procédé a eu généralement des résultats positifs. Il correspondait toutefois à la démarche courante à cette époque et à laquelle l’Ordre teutonique ne fit que se rallier.

  • 86 Voir Militzer, Auswirkungen... (note 11), p. 66-67.
  • 87 En ce qui concerne les efforts du maître provincial d’Allemagne au sujet du bailliage de Thüringen (...)

27Les rapports d’inspection permettent également de tirer de prudentes conclusions de l’évolution jusqu’au milieu du xve siècle86. On ne semble pas avoir réduit davantage l’exploitation autonome. Grâce au crédit du grand-maître, la situation financière s’était stabilisée et améliorée, bien que ceci ne s’appliquât pas de la même façon à toutes les baillies. En contrepartie, toutefois, le maître de pays d’Allemagne avait définitivement perdu la baillie d’Alsace-Bourgogne, cédée au grand-maître. Une péréquation du crédit entre les baillies relevant de la juridiction du maître de pays d’Allemagne permit cependant d’établir partout une situation au moins supportable87.

  • 88 Voir les tableaux dans Schmidt (note 18, p. 518.
  • 89 Voir Richard Grill, Die Deutschordens-Landkommende Ellingen, Diss. phil. Erlangen, 1957, p. 16-17 (...)
  • 90 Voir Ulbrich (note 42), p. 125 resp. Schmidt (note 18), p. 252.

28Ceci a apparemment été la base de l’évolution ultérieure au xve siècle. Les excédents d’exploitation augmentèrent, par exemple dans la commanderie de Trèves, et avec eux les achats88. Il en fut de même à Ellingen89. Cependant, ceci ne signifiait pas automatiquement une augmentation des contrats de fermage mais, à ce qu’il semble, une tendance plus marquée de l’Ordre à gérer ses biens, comme le montra clairement Heilbronn. La question est de savoir si cette dernière fut l’effet d’une contrainte ou intentionnelle. Dans le cas de Beuggen comme de Trèves, on a supposé que, par suite de la crise de la seigneurie et de la baisse des prix des produits agricoles, il avait été difficile de trouver des fermiers90. Cette hypothèse, que l’on ne saurait étayer, ne s’applique pas cependant au territoire de la baillie de Franconie, où il semble au contraire que l’Ordre ait procédé sciemment à une restructuration du mode d’exploitation.

  • 91 Voir Militzer, Auswirkungen... (note 11), p. 67-72.
  • 92 Autres exemples relatifs à Kapfenburg, ibidem, p. 72-73.

29Par sa politique d’acquisition dans la région de Nördlingen, la commanderie de Ellingen était parvenue à une concentration de biens. Depuis 1392, son maître des granges pouvait apporter sans octroi les excédents d’exploitation — dont on ne sait pas s’il s’agissait d’une exploitation directe par l’Ordre, de responsion ou de fermage — à la foire de Nördlingen et en sortir également sans octroi les marchandises qu’il y avait achetées91. Pour renforcer sa position, il acquit droit de cité à Nördlingen, tout en étant membre de l’Ordre. Il en était de même pour la commanderie de Kapfenburg. Dès 1442, au plus tard, cette commanderie et son commandeur étaient considérés comme citoyens extra-muros de la ville de Nördlingen. Ils n’apportaient pas de céréales à sa foire, comme le faisait Ellingen, mais y vendaient des porcs et surtout des moutons, leur viande et leur laine. Kapfenburg était, en effet, exploitée par l’Ordre lui-même : en l’an 1550 encore, cette commanderie tirait directement profit de 140 arpents de champs labourés, 80 arpents de prés, 11 arpents de jardins, mais quelque 3 300 arpents de forêts. Ces forêts se composaient essentiellement de taillis et d’exploitations abandonnées et étaient donc idéales pour l’élevage ovin, de telle sorte que, pendant la seconde moitié du xve siècle, la commanderie avait presque acquis un monopole des bergeries. La capacité d’absorption de la foire de Nördlingen et l’exemption de l’octroi sont donc les raisons qui, au xve siècle, incitèrent Ellingen, tout comme Kapfenburg, à reprendre davantage en mains l’exploitation de leurs domaines, car ceci augmentait considérablement la marge de bénéfice, par rapport à la vente locale des redevances en nature du fermage. Pour Ellingen et Kapfenburg, nous constatons donc, au xve siècle, une politique économique offensive, impliquant également une plus grande part d’exploitation par l’Ordre92. La commanderie voisine de Oettingen qui, comme Ellingen et Kapfenburg, avait aussi le privilège d’être exemptée de l’octroi pour Nördlingen, n’en a pas tiré profit. Peut-être n’a-t-elle pas pu le faire, parce que ses revenus en nature étaient trop réduits ou parce que, par manque d’une exploitation directe suffisante, la marge de bénéfice sur les redevances en nature ne valait pas le transport à Nördlingen. En effet, Ellingen avait l’avantage de cultiver ses céréales aux portes mêmes de Nördlingen, le transport étant donc très court, et les moutons de Kapfenburg allaient tout seuls au marché.

  • 93 Voir ibidem, p. 74, note 93.

30C’est sans doute là la raison de l’évolution de Heilbronn, qui se situe maintenant dans un cadre plus large. De toute évidence, c’est volontairement que l’Ordre se chargeait lui-même d’exploiter davantage certains de ses domaines. C’est d’ailleurs ce que prouve le fait que l’on constate une augmentation de l’exploitation directe et de la responsion, en particulier pour la culture de la vigne qui nécessite de nombreuses mains ; il est vrai, toutefois, que dans la lointaine ville de Nördlingen, on pouvait faire de bonnes affaires avec son vin, en 1425 et 143293. Heilbronn semble aussi compter parmi les commanderies franconiennes qui, au xve siècle, pratiquaient une politique économique offensive.

  • 94 Pour Ellingen, voir Grill (note 89), p. 121 ; pour Kapfenburg, voir August Gerlach, Chronik von La (...)
  • 95 Comme l’indique Hans Jänichen, « Landesplanung und Frühmerkantilismus in südwestdeutschen Territor (...)
  • 96 Militzer, Auswirkungen... (note 11), p. 74.

31L’exemple inverse de la commanderie voisine de Oettingen montre toutefois que cette politique économique ne représentait nullement l’évolution courante dans la baillie de Franconie ; elle était plutôt le fait de maisons isolées. Ceci nous amène donc à nous demander s’il faut en chercher la raison dans la commanderie ou chez le commandeur. Les listes des commandeurs connues à ce jour, si insuffisantes soient-elles bien souvent, indiquent que, dans le cas précis de la baillie de Franconie, les commandeurs ont tous géré plusieurs commanderies au cours de leur carrière94 ; il y a donc eu changement de personnes et changement d’idées. Il semble donc que l’évolution ait certes été fonction de l’énergie et de l’intelligence de chaque commandeur, mais malgré tout provienne surtout des diverses données locales. C’est ce que prouve également l’évolution tout à fait similaire à celle de Heilbronn que connut la commanderie de Trèves, qui ne faisait pas partie de la baillie de Franconie et se situait dans un cadre régional et économique totalement différent. Dans les grands territoires de l’Allemagne du Sud-Ouest, on a, en raison de phénomènes semblables, parlé de « mercantilisme précoce »95. Ce terme me semble très ambitieux pour les modestes seigneuries de l’Ordre teutonique, toutefois il se manifestait apparemment « un nouvel esprit économique » (« ein neuer Wirtschaftsgeist »)96 qui voulait mettre un terme au déclin de l’Ordre dans le domaine rural.

  • 97 Voir Mayer-Edenhauser (note 42), p. 145-146.

32L’exemple de la commanderie régionale de Marburg, dans la baillie de Hesse, nous montre toutefois à quel point ces tentatives se limitaient à leur propre région. Nous avons déjà décrit la tendance à passer de l’exploitation par l’Ordre à la responsion, au xive siècle, tendance qui se poursuivit par le passage de la responsion à l’affermage. La raison en fut apparemment que diverses parties des propriétés de l’Ordre furent peu à peu détournées par le titulaire du domaine, étant donné que, sous le régime de la responsion, il avait bien entendu tout intérêt à ce que le montant de la redevance fixé avant la récolte au cours d’une visite sur les lieux ne soit pas appliqué à toutes les surfaces cultivées ; il voulait ainsi réduire sa prestation. Par contre, dans le cas d’un fermage fixe qui était le même chaque année, le fermier avait intérêt à ne plus détourner de biens, car il pouvait ainsi gagner plus facilement le montant de son bail. Si donc l’Ordre voulait prévenir le détournement de biens, il lui fallait soit exploiter ses biens lui-même, soit les donner à bail fixe. C’est cette dernière solution qu’il pratiqua avec conséquence pour les propriétés de Marburg, comme on peut le suivre jusqu’au xviiie siècle97.

  • 98 W[erner] Rösener, « Bauer, Bauerntum : Allgemeine Problematik », dans Lexikon des Mittelallers, t. (...)
  • 99 Voir Jähnig (note 13).
  • 100 Voir énumération de Burleigh (note 85), p. 25.
  • 101 Voir de façon générale Boockmann, Die Vorwerke... (note 12).
  • 102 Rapport d’inspection de 1448 dans : Zentralarchiv des Deutschen Ordens Wien, section Welschland I, (...)
  • 103 Voir Mayer-Edenhauser (note 42), p. 117-121 ; ce rapport existe dans 116 des 165 fermes citées par (...)
  • 104 Voir ibidem.

33Il est cependant évident qu’il faut établir un rapport entre les différents développements régionaux et les produits agricoles des différentes commanderies, si difficile qu’il nous soit de donner des détails sur ce point. Werner Rösener note de façon générale : « La crise de la fin du Moyen Age entraîna, par exemple, une forte réduction de la culture des céréales, une expansion de l’élevage et le développement particulier de cultures intensives comme celle de la vigne » (« Die Krise des Spätmittelalters hatte z.B. zur Folge, daß der Getreideanbau stark reduziert, die Viehwirtschaft ausgedehnt und Intensivkulturen wie der Weinbau besonders gepflegt wurden »)98. C’est précisément ce qui semble avoir été le cas pour certaines des commanderies de l’Ordre teutonique que nous avons examinées. Certes, il y eut toujours les points forts de la production agricole, qui ne changèrent pas au cours de la crise agricole de la fin du Moyen Age. Pour la Prusse, Elbing et Marienburg en sont des exemples manifestes. Elbing, par exemple, possédait un élevage intensif de chevaux, de bœufs et de moutons99. Pour Marienburg, qui était exploitée par l’Ordre, l’élevage de bétail jouait sans doute aussi un rôle essentiel, comme on peut le voir en lisant les services paysans de la région : les documents constitutifs des villages du Großes Marienburger Werder indiquent toujours, aux xive et xve siècles, six jours de corvée pendant la fenaison100. Etant donné que c’était également le siège du grand-maître, on peut bien entendu supposer qu’il y avait un élevage de chevaux intensif101. Nous trouvons également un élevage de bétail tout aussi important, vers le milieu du xve siècle, dans la commanderie de Corneto, située dans la baillie d’Apulie102. De même dans les commanderies allemandes, selon la structure économique régionale, on peut supposer une certaine diversité des points forts de la production agricole, diversité qui a peut-être rendu difficile ou même n’a pas permis une reconversion de l’économie. Pour la commanderie de Marburg, une comparaison entre les champs labourés et les prairies au milieu du xive siècle montre qu’avec une prédominance des petites et moyennes exploitations agricoles, la proportion de prairies par rapport à la taille de la ferme se situe entre 1 % et 27 % (chiffres arrondis), ceci représentant des valeurs extrêmes et la moyenne étant de 8,4 %103. Devant une telle importance de l’agriculture et étant donné que l’on ne trouve pratiquement pas de traces de l’abandon de propriétés dans cette région, la politique économique de Marburg pendant la période suivante devient compréhensible : une reconversion de la production au sens où l’entend Rösener, à titre de réaction à la crise agricole, c’est-à-dire le passage de l’agriculture à l’élevage de bétail, n’était pas possible. On ne pouvait plus que veiller à conserver au mieux les terres existantes, ce qui explique encore le passage déjà mentionné du régime de la responsion à l’affermage fixe. Ainsi, dans les fermes de Marburg, le rapport entre les champs labourés et les prés n’est-il pas très différent, au milieu du xve et du xvie siècle, de ce qu’il était au milieu du xive siècle104.

  • 105 Voir Hopfenzitz, Studien... (note 18).
  • 106 Militzer, « Auswirkungen... » (note 11), p. 67-69.
  • 107 Hopfenzitz, Studien... (note 18), s. 88-89.
  • 108 Militzer, « Auswirkungen... » (note 11), p. 72.

34La commanderie de Oettingen a dû avoir une production agricole de structure semblable, bien que l’analyse des sources ne permette pas de tirer de véritables conclusions105. La commanderie régionale de Ellingen a surtout offert ses céréales au marché de Nördlingen, mais uniquement ce que produisaient ses propriétés situées directement aux portes de la ville. Par contre, les excédents produits aux alentours de Ellingen n’apparaissaient pas au marché de Nördlingen106. Notons également que les excédents de Oettingen n’étaient pas non plus vendus à Nördlingen ; il semble donc qu’un problème de transport ou que les coûts du transport aient joué un rôle ici. Toutefois, il n’y a eu ni à Oettingen ni à Ellingen une conversion des biens de production. Cela coïncide avec le constat qu’il n’y a presque pas eu de propriétés abandonnées à Oettingen au cours de la crise agricole107 ; on peut supposer qu’il en fut de même pour les propriétés de Ellingen situées aux portes de Nördlingen, car les foires y florissaient précisément au xve siècle et la consommation de céréales y était élevée108. Ceci excluait la nécessité, voire la possibilité pour Oettingen et Ellingen de transformer leur structure économique.

  • 109 Voir ibidem, p. 71.
  • 110 A Beuggen, toutefois, la situation est différente. Dans les terres exploitées par l’Ordre et les t (...)

35La situation à Kapfenburg se présentait toutefois sous un jour différent. De nombreuses propriétés agricoles y furent abandonnées109, si bien que l’élevage de bétail, surtout de moutons, fut une réaction à la dépression agricole. Une reconversion économique s’imposait donc, mais une politique active sut en faire un tournant positif, comme nous l’a déjà montré la tendance croissante de l’Ordre à exploiter ses propriétés lui-même. Il faut également considérer l’évolution de Heilbronn sous le même angle, comme une réponse à la situation économique générale. On y constate aussi une augmentation de l’exploitation directe par l’Ordre, d’une part pour les surfaces forestières — nous n’avons pas d’information sur l’élevage de bétail —, de l’autre pour les vignes. Nous touchons ainsi le second domaine abordé par Rösener et qui joua aussi un rôle pour la commanderie régionale de Trèves110. Les biens de production viennent donc étayer les résultats obtenus au sujet de la politique économique.

  • 111 Voir la description détaillée des propriétés dans la ville de Trèves dans Schmidt (note 18), p. 27 (...)

36Mon essai a porté sur les commanderies médiévales de l’Ordre teutonique dans les régions rurales. Il n’a pratiquement pas traité des villes. L’Ordre avait également des propriétés dans ces dernières, mais elles prenaient généralement une forme différente de celles des régions rurales. Dans les villes, il s’agissait surtout de maisons dont le rapport s’exprimait en intérêts que l’on ne peut comparer avec les revenus du domaine agricole111.

37J’ai traité ici deux sujets : 1) l’organisation de la gestion des propriétés dans les régions rurales et 2) les diverses formes d’exploitation de ces propriétés ; j’ai approfondi ce dernier point en jetant un regard sur les biens de production. Les deux ont certainement fait apparaître des traits spécifiques à l’Ordre teutonique et qu’il conviendrait de comparer à ceux d’autres ordres. Nous y avons cependant constaté aussi des développements, en particulier au xive siècle, qui correspondaient à l’évolution générale de la seigneurie et, au xve siècle, des tentatives isolées, réactions à la crise agricole de la fin du Moyen Age, qui menèrent à de nouvelles formes de l’économie, à une sorte de « mercantilisme précoce ». Cela n’était pas une invention de l’Ordre teutonique, mais en certains endroits, il y prit part dès une date et avec une intensité qui nous étonnent.

Notes

1 Voir Udo Arnold, « Entstehung und Frühzeit des Deutschen Ordens. Zu Gründung und innerer Struktur des Deutschen Hospitals von Akkon und des Ritterordens in der ersten Halfte des 13. Jahrhunderts », dans Die geistlichen Ritterorden Europas (Vorträge und Forschungen 26), Sigmaringen, 1980, p. 81-107 ; Gerard Müller, Jerusalem oder Akkon ? Über den Anfang des Deutschen Ordens nach dem gegenwärtigen Stand der Forschung, Bad Münstereifel, 1984.

2 Voir Siegfried Reicke, Das deutsche Spital und sein Recht im Mittelalter, 2 vol. (Kirchenrechtliche Abhandlungen 111-114), Stuttgart, 1932, t. I, p. 20-25, 47-53, 93-149.

3 Voir Marian Tumler, Der Deutsche Orden im Werden, Wachsen und Wirken bis 1400, Wien, 1955.

4 Voir Klaus Militzer, Die Entstehung der Deutschordensballeien im Deutschen Reich (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens 16), Marburg2, 1981. En France, l’Ordre ne possédait que peu de propriétés (Arles, Montpellier ainsi qu’en Champagne avec Beauvoir pour centre) ; voir H. d’arbois de Jubainville, « L’Ordre teutonique en France », dans Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 1871, p. 63-83 ; « Chartes de la commanderie de Beauvoir de l’Ordre teutonique », éd. abbé Lalore, dans Collection des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, 3, Paris-Troyes, 1878, p. 175-328 ; Kurt Forstreuter, Der Deutsche Orden am Mittelmeer (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 2), Bonn 1967, p. 103-109.

5 Voir, en dernier, Hartmut Boockmann, Der Deutsche Orden. Zwölf Kapitel aus seiner Geschichte, München, 1981.

6 La Prusse ne faisait pas partie de l’Empire allemand ; voir Ingrid Matison, « Die Lehnsexemtion des Deutschen Ordens und dessen staatsrechtliche Stellung in Preußen », dans Deutsches Archiv, 21, 1965, p. 194-248 ; voir, par contre, Erich Weise, « Interpretation der Goldenen Bulle von Rimini (März 1226) nach dem kanonischen Recht », dans Acht Jahrhunderte Deutscher Orden in Einzeldarstellungen, éd. Klemens Wieser (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 1), Bad Godesberg, 1967, p. 15-47 ; voir également réplique d’Ingrid Matison, « Zum politischen Aspekt der Goldenen Bulle von Rimini », ibidem, p. 49-55.

7 Voir évolution de la recherche à l’aide de la bibliographie : Ernst Wermke, Bibliographie der Geschichte von Ost-und Westpreußen, 4 vol., Königsberg, 1933 (Aalen, 1962), Aalen, 1964, Bonn, 1974, Marburg, 1978 ; Karl H. Lampe, Bibliographie des Deutschen Ordens bis 1959 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 3), Bonn, 1975. Ce dont témoigne également la série « Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens », dont 35 ouvrages sont parus depuis 1966.

8 La branche de l’Ordre en Livonie est exclue ici ; concernant sa position au sein de l’Ordre, en particulier aux xve et xvie siècles, voir Udo Arnold, « Livland als Glied des Deutschen Ordens in der Epoche Wolters von Plettenberg », dans Wolter von Plettenberg. Der grösste Ordensmeister Livlands. Beiträge, éd. Norbert Angermann (Schriftenreihe Nordost-Archiv, 21), Lüneburg, 1985, p. 23-45.

9 Voir Rudolf Ten Haaf, Deutschordensstaat und Deutshordensballeien (Göttinge Bausteine zur Geschichteswissenschaft, 5), Göttingen2, 1954.

10 Les sources consultées seront citées ci-dessous.

11 Voir Klaus Militzer, « Auswirkungen der spätmittelalterlichen Agrardepression auf die Deutschordensballeien », dans Von Akkon bis Wien. Studien zur Deutschordensgeschichte vom 13. bis zum 20. Jahrhundert. Festschrift zum 90. Geburtstag von Althochmeister P. Dr. Marian Tumler O. T., éd. Udo Arnold (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 20), Marburg, 1978, p. 62-75.

12 Voir Reinhard Wenskus, « Das Ordensland Preußen als Territorialstaat des 14. Jahr-hunderts », dans Der Deutsche Territorialstaat im 14. Jahrhundert, t. I (Vorträge und Forshungen, 13), Sigmaringen, 1970, p. 347-382, en particulier p. 373-374 avec notice bibliographique ; Hartmut Boockmann, « Die Vorwerke des Deutschen Ordens in Preußen », dans Die Grundherrschaft im spaten Mittelalter, t. I (Vorträge und Forschungen, 27), Sigmaringen, 1983, p. 555-576 avec notice bibliographique.

13 Bernhart Jähnig, « Erwerbspolitik und Wirtschaftsweise des Deutschen Ordens vornehmlich am Beispiel der Häuser Beuggen (Elsaß-Burgund) und Elbing (Preußen) », dans Erwerbspolitik und Wirtschaftsweise mittelalterlicher Klöster und Orden (Berliner Historische Studien), Berlin (en cours d’impression) ; je remercie vivement l’auteur de m’avoir permis de consulter la partie de son manuscrit concernant Beuggen.

14 Altenbiesen (Altenbiesen), Elsaß-Burgund (Beuggen resp. Altshausen), An der Etsch und im Gebirge (Bozen), Franken (Ellingen), Hessen (Marburg), Koblenz (Koblenz), Lothringen (Trier), Österreich (Wien), Sachsen (Lucklum), Thüringen (Zwetzen), Utrecht (Utrecht), Westfalen (Mülheim/Möhne). Il s’y ajouta également Böhmen (Drobowitz/Mähren resp. Komotau). Le siège du grand-commandeur est indiqué entre parenthèses.

15 Verzeichnisse der Güter, Einkünfte und Einnahmen des Ägidii-Klosters, der Kapelle an St. Ludgeri und Martini sowie der St. Georgs-Kommende in Münster..., éd. Franz Darpe (Codex Traditionum Westfalicarum, V), Münster, 1900 (Münster, 1958), chapitre IV : St. Georgs-Kommende in Münster : 1. Einkünfte-Register aus dem Jahre 1629/30 ; 2. Verzeichnis der zur St. Georgs-Kommende in Münster gehörigen Güter mit näheren Angaben über deren Erwerbung (1796), p. 119-146.

16 En ce qui concerne la France, Jean-Marc Roger a, à juste titre, au cours de la discussion, attiré l’attention sur les nombreux documents contenus dans les Archives de l’Aube à Troyes.

17 Ceci s’applique en particulier aux donations qui étaient accompagnées de l’entrée dans l’Ordre du donateur ou d’un membre de sa famille ; ou voulait ainsi assurer la subsistance de ce dernier par une « Hauskommende » ; p. ex., Mergentheim 1219 : Dieter Wojtecki, « Der Deutsche Orden im württembergischen Franken. Zur Entwicklung, Besitz-und Personalgeschichte der Kommenden Mergentheim, Heilbronn und Horneck im 13. Jahrhundert », dans Württembergisch Franken, 60, 1976, p. 55-113, en particulier p. 56-78 et 86-98 ; Marburg 1234 : Matthias Werner, « Die Heilige Elisabeth und die Anfänge des Deutschen Ordens in Marburg », dans Marburger Geschichte, éd. Erhart Dettmering und Rudolf Grenz, Marburg, 1980, p. 121-164 ; Horneck 1254-1258 : Hartmut Boockman, « Das Hornecker Stifterbild und die Anfänge der Deutschordenskommende Horneck », dans Horneck, Königsberg und Mergentheim. Zu Quellen und Ereignissen in Preußen und im Reich vom 13. bis 19. Jahrhundert, éd. Udo Arnold (Schriftenreihe Nordost-Archiv, 19), Lüneburg, 1980, p. 11-32. Dieter Wojtecki, « Der Deutsche Orden unter Friedrich II », dans Probleme um Friedrich II (Vorträge und Forschungen, 16), Sigmaringen, 1974, p. 187-224, en particulier p. 211-212, énumère également d’autres « Hauskommenden », mais la situation n’est pas toujours aussi claire qu’il le croit.

18 Schweinfurt dans : Gült-und Zinsbücher des Deutschordenshauses zu Schweinfurt aus den Jahren 1313 und 1337, éd. Lüdwig Müller, Würzburg, 1874 (paru aussi dans Archiv des Historischen Vereins von Unterfranken und Aschaffenburg, 22, 1874, p. 553-700), Fig. III (xive s.) ; Oettingen dans : Josef Hopfenzitz, Kommende Oettingen Deutschen Ordens (1242-1805). Recht und Wirtschaft im territorialen Spannungsfeld (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 33), Bonn, 1975 (vers 1350 et vers 1800) et du même, Studien zur oberdeutschen Agrarstruktur und Grundherrschaft. Das Urbar der Deutsordenskommende Oettingen von 1346/47, München, 1982 (vers 1350) ; Saarburg (Sarrebourg), Trier und Beckingen dans : Rüdiger Schmidt, Die Deutschordenskommenden Trier und Beckingen 1242-1794 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 9), Marburg, 1979, p. 514, 516-517 ; Virnsberg dans : Gerhard Rechter, Das Land zwischen Aisch und Rezat. Die Kommende Virnsberg Deutschen Ordens und die Rittergüter im oberen Zenngrund (Schriften des Zentralinstituts für fränkische Landeskunde und allgemeine Regionalforschung an der Universität Erlangen-Nürnberg, 20), Neustadt/Aisch, 1981, p. 48 (vers 1600) ; Heilbronn und Horneck dans : Michael Diefenbacher, Territorienbildung des Deutschen Ordens am unteren Neckar im 15. und 16. Jahrhundert. Urbare der Kommenden Heilbronn und Horneck sowie der Ämter Scheuerberg, Kirchhausen und Stocksberg von 1427 bis 1555 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 23), Marburg, 1985.

19 Voir la carte dans Hopfenzitz, Studien... (note 18).

20 Voir la carte dans Schmidt (note 18), p. 516.

21 C’est ainsi que Johannes Voigt, Geschichte des Deutschen Ritterordens in seinen zwölf Balleien in Deutschland, t. I, Berlin, 1857, p. 244, indique 93 villages pour Nürnberg, Wilhelm Jost, Der Deutsche Orden im Rhein-Main-Gau. Ein Quellenbuch für Namenforschung (Gießener Beiträge zur deutschen Philologie, 80), Gießen, 1941, p. 9, plus de 150 villages pour Frankfurt-Sachsenhausen.

22 Voir Rechter (note 18), p. 219.

23 Voir Hopfenzitz, Kommende Oettingen... (note 18), p. 28-29.

24 Voir Hans Limburg, Die Hochmeister des Deutschen Ordens und die Ballei Koblenz (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 8), Bad Godesberg, 1969, la carte p. XI.

25 Voir Neckarsulm und der Deutsche Orden 1484-1805-1984. Katalog der Ausstellung... zu Neckarsulm, élaboré par Alois Seiler et Dorothea Bader, Neckarsulm, 1984 et Diefenbacher (note 18).

26 Voir, p. ex., Hopfenzitz, Kommende Oettingen... (note 18), ou Schmidt, Die Deutschordenskommenden Trier... (note 18).

27 Les trois dépôts sont de conception médiévale, la maison du maître des granges fut reconstruite au début du xviiie siècle. De nos jours, on constate une certaine « continuité » des fonctions : la maison bien restaurée du maître des granges est aujourd’hui bureau des finances. Photographie d’un dépôt dans Von Akkon bis Wien (note 10), illustration 14, avant p. 79 ; voir ill.

28 Voir Peter Heim, Die Deutschordenskommende Beuggen und die Anfänge der Ballei Elsaß-Burgund von ihrer Entstehung bis zur Reformationszeit (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 32), Bonn, 1977, p. 142-143.

29 Concernant Nördlingen, voir Militzer, « Auswirkungen... » (note 11), p. 67-69.

30 Voir Bernhard Demel, « Von der katholischen zur trikonfessionellen Ordensprovinz. Entwicklungslinien in der Personalstruktur der hessischen Ordensballei in den Jahren 1526-1680/81 », dans Elisabeth, der Deutsche Orden und ihre Kirche. Festschrift zur 700 jährigen Wiederkehr der Weihe der Elisabethkirche Marburg 1983, éd. Udo Arnold et Heinz Liebing (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 18), Marburg, 1983, p. 186-281, en particulier p. 186-188 (avec notice bibliographique). La grange de Felsberg indiquée ici est probablement identique à celle de Möllrich, qui fut ensuite regroupée avec celle de Fritzlar et ne constituait pas, au départ, une véritable grange ; voir Carl Heldmann, Geschichte der Deutschordensballei Hessen nebst Beiträgen zur Geschichte der ländlichen Rechtsverhältnisse in den Commenden Marburg und Schiffenberg, Cassel, 1894 (paru aussi dans Zeitschrift des Vereins für Hessische Geschichte und Landeskunde, N.F. 20, 1895, p. 1-192), p. 74-79 et p. 75, note 3.

31 Voir Heldmann (note 30), p. 38 avec les granges de Marburg, qu’il convient plutôt de considérer comme des fermes exploitées par l’Ordre et dotées des fonctions supplémentaires des granges : c’est ainsi que le cadastre de la commanderie de Marburg, établi en 1358, indique encore la ferme de Merzhausen, acquise par l’Ordre en 1265, comme exploitée par ce dernier ; ibidem, tableau II, n° 43.

32 Voir Militzer, « Auswirkungen... » (note 11), p. 68.

33 Voir Axel Herrmann, Der Deutsche Orden unter Walter von Cronberg (1525-1543). Zur Politik und Struktur des « Teutschen Adels Spitale » im Reformationszeitalter (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 35), Bonn, 1974, p. 26-27.

34 Généralement, on ne rencontre qu’une de ces deux fonctions mais elles peuvent aussi exister parallèlement dans les grandes commanderies. Lorsque Voigt (note 21), p. 254-264, énumère de nombreuses fonctions dans les commanderies, cela ne signifie nullement qu’elles existaient dans chaque commanderie mais seulement qu’il les a rencontrées une fois au cours de ses études. Pour la fonction du « Baumeister », voir en dernier Udo Arnold, « Zur Geschichte der Deutschordenskommende Heilbronn im Mittelalter. Baumeister Mathis von Mensheim und die « Belial »-Handschrift von 1447 », avec l’annexe : « Die Komture und Amtsträger bis 1526 », dans Zeitschrift für Württembergische Landesgeschichte, 44, 1985, p. 123-141.

35 Voir note 33.

36 Voir en dernier Ch. Higounet, « Le premier siècle de l’économie rurale cistercienne », dans Istituzione monastiche e istituzione canonicali in Occidente 1123-1215. Atti della settima Settimana internazionale di studio medioevali, Mendola 1977, Milano, 1980, p. 345-345-368 ; Wolfgang Ribbe, « Die Wirtschaftstätigkeit der Zisterzienser im Mittelalter : Agrar-wirtschaft », dans Die Zisterzienser. Ordensleben zwischen Ideal und Wirklichkeit, Köln, 1980, p. 203-215 ; Werner Rösener, « Grangienwirtschaft und Grundbesitzorganisation südwestdeutscher Zisterzienserklöster vom 12. bis 14. Jahrhundert », dans Die Zisterzienser. Ordensleben zwischen Ideal und Wirklichkeit. Ergänzungsband, Köln, 1982, p. 137-164 ; du même, « Zur Wirtschaftstätigkeit der Zisterzienser im Hochmittelalter », dans Zeitschrift für Agrargeschichte und Agrarsoziologie, 30, 1982, p. 117-148 ; particulièrement intéressants : L’économie cistercienne. Géographie Mutations du Moyen Age aux Temps modernes (Centre Culturel de l’Abbaye de Flaran. Troisièmes Journées internationales d’histoire, 16-18 septembre 1981), Auch, 1983 ; un exemple instructif : Wilhelm Janssen, « Zisterziensische Wirtschaftsführung am Niederrhein : Das Kloster Kamp und seine Grangien im 12.-13. Jahrhundert », dans Villa - curtis - grangia. Landwirtschaft zwischen Loire und Rhein von der Römerzeit zum Hochmittelalter. Economie rurale entre Loire et Rhin de l’époque gallo-romaine au xiie- xiiie siècle, éd. Walter Janssen et Dietrich Lohrmann, Préface de Charles Higounet (Beihefte der Francia, 11), München, 1983, p. 205-221 ; la comparaison avec les Prémontrés : Ibidem, p. 222-241 par Ingrid Joester, « Die Wirtschaftshöfe der Prämonstratenserstifte Steinfeld und Knechtsteden im 12.-13. Jahrhundert » ; toutefois, il convient de faire remarquer que ces deux ouvrages ne font qu’effleurer les questions de structure économique qui nous intéressent.

37 La littérature correspondante laisse presque toujours de côté les questions économiques qui permettraient une comparaison détaillée ; voir Walter Gerd Rödel, Das Großpriorat Deutschland des Johanniter-Ordens im Übergang vom Mittelalter zur Reformation anhand der Generalvisitationsberichte von 1494/95 und 1540/41, Köln2, 1972 ; Enno Schöningh, Der Johanniterorden in Ostfriesland (Abhandlungen und Vorträge zur Geschichte Ostfrieslands, 54), Aurich, 1973.

38 Voir Christian Mossig, « Verfassung des Zisterzienserordens und Organisation der Einzelklöster », dans Die Zisterzienser... (note 36), p. 115-124, en particulier p. 120-122.

39 Voir Arnold, « Entstehung... » (note 1), p. 101 ; Die Statuten des Deutschen Ordens, éd. Max Perlbach, Halle/Saale, 1890, voir lexique en annexe.

40 On peut également comparer avec les Cisterciennes qui avaient un système mixte d’exploitation propre et de rentes et qui devaient très souvent avoir recours au travail rémunéré par manque de frères convers ; voir Maren Kuhn-Rehfus, « Wirtschaftsverfassung und Wirtschaftsbetrieb oberschwäbischer Zisterzienserinnenabteien », dans Rottenburger Jahrbuch, 4, 1985, p. 59-91. Je remercie vivement Mme Kuhn-Rehfus de m’avoir permis d’utiliser déjà son manuscrit.

41 Voir Marian Biskup, « Die Fronpflichten der Zinsbauern im Ordensland Preußen in der ersten Hälfte des 15. Jahrhunderts », dans Der Deutschordensstaat Preußen in der polnischen Geschichtsschreibung der Gegenwart, éd. Udo Arnold et Marian Biskup (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 30), Marburg, 1982, p. 237-262 ; Boockmann, « Vorwerke... » (note 13), p. 563, 568-569.

42 La remarque figurant dans le cadastre d’Oettingen est une exception ; voir Hopfenzitz, Studien... (note 18), p. 117, n° 123. Pour la commanderie de Marburg, nous avons également connaissance de corvées, mais elles ont aussi une importance limitée ; voir Heim (note 26), p. 130, et Claudia Ulbrich, Leibherrschaft am Oberrheim im Spätmittelalter (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 58), Göttingen, 1979, p. 113-135, en particulier p. 123-125. Pour la commanderie de Marburg, nous avons également connaissance de corvées, mais elles ont aussi une importance limitée ; voir Theodor Mayer-Edenhauser, Untersuchungen über Anerbenrecht und Güterschluß in Kurhessen (Quellen und Forschungen aus dem Gebiete der Geschichte, 17), Prag, 1942, p. 113.

43 L’exemple de Beuggen montre toutefois qu’avec le déclin économique de la commanderie, on a apparemment essayé de plus en plus souvent de remplacer le travail rémunéré par la corvée des serfs ; voir Ulbrich (note 42), p. 125.

44 Voir Heldmann (note 30), p. 38 et ci-dessus note 30.

45 Voir Schmidt (note 18), p. 92-147.

46 Voir Heldmann (note 30), p. 110.

47 Voir Voigt (note 21), p. 301-302.

48 Voir Hanns Hubert Hofmann, Der Staat des Deutschmeisters. Studien zu einer Geschichte des Deutschen Ordens im Heiligen Römischen Reich Deutscher Nation / (Studien zur Bayerischen Verfassungs-und Sozialgeschichte, III), München, 1964, p. 136.

49 Ceci devient évident pour la commanderie de Marburg, si bien que Mayer-Edenhauser (note 42) estime que l’essentiel a été pour Marburg « die überaus geringe Bedeutung, die im Wirtschaftsorganismus der Kommende die Eigenwirtschaft besaß » ; ibidem p. 112

50 Voir Schmidt (note 18), p. 130-137.

51 Voir ibidem, p. 137.

52 Voir Militzer, « Auswirkungen... » (note 11), p. 66-67.

53 Voir Heldmann (note 30), p. 77.

54 Voir Erich Maschke, « Die Schaffer und Lieger des Deutschen Ordens in Preußen », dans Hamburger Mittel-und Ostdeutsche Forschungen, 2, 1960, p. 97-145 ; nouvelle impression dans : du même, Domus hospitalis Teutonicorum. Europäische Verbindungslinien der Deutschordensgeschichte. Gesammelte Aufsätze aus den Jahren 1931-1963 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 10), Bonn, 1970, p. 69-103.

55 Voir Winfried Schich, « Die Wirtschaftstätigkeit der Zisterzienser im Mittelalter : Handel und Gewerbe », dans Die Zisterzienser... (note 36), p. 217-236, en particulier p. 220-222.

56 Voir Heldmann (note 30), p. 74-77.

57 Voir Udo Arnold, « Elisabeth und Georg als Pfarrpatrone im Deutschordensland Preußen. Zum Selbstverstandnis des Deutschen Ordens », dans Elisabeth, der Deutsche Orden und ihre Kirche... (note 30), p. 163-185.

58 Voir Christian Probst, Der Deutsche Orden und sein Medizinalwesen in Preußen. Hospital, Firmarie und Arzt bis 1525 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 29), Bad Godesberg, 1969.

59 Voir Limburg (note 24), p. 15-16.

60 Voir Forstreuter (note 4), p. 104-109 et Probst (note 58), p. 38-39.

61 Voir Voigt (note 21), p. 259-260 et Christian Tenner, Die Ritterordensspitäler im süddeutschen Raum (Ballei Franken). Ein Beitrag zum frühesten Gesundheitswesen, Diss. rer. nat. München, 1969, p. 50-52.

62 Voir Reicke (note 2), t. II, p. 39-53 et Probst (note 58), p. 47-48.

63 Voir Probst (note 58), p. 48 et 52-86.

64 Voir Die ältesten Urbare der Deutschordenskommende Nürnberg, élaboré par Gerhard Pfeiffer (Veröffentlichung der Gesellschaft für fränkische Geschichte, Reihe X : Quellen zur Rechts-und Wirtschaftsgeschichte Frankens, 10), Neustadt/Aisch, 1981 ; voir aussi Militzer, Entstehung... (note 4), p. 142 avec note 24.

65 Voir Die altesten Urbare... (note 64), p. 83 ; reproduction du deuxième cadastre de 1409 dans Tenner (note 61), p. 156-176. L’existence autonome de l’hôpital du xvie s. à côté de la commanderie est également évidente dans Axel Herrmann, « Der Deutsche Orden in Nürnberg zur Reformationszeit », dans Bericht des Historischen Vereins Bamberg, 102, 1984 p. 341-355.

66 Voir Die ältesten Urbare... (note 64), p. 110 et Tenner (note 61), p. 167.

67 Karl H. Lampe, « Das Lagerbuch von Sarnthein aus dem Jahre 1377 », dans Acht Jahrhunderte Deutscher Orden... (note 6), p. 175-184.

68 Voir Heldmann (note 30), tableau II.

69 Voir Helmut Weigel, Die Deutschordenskomturei Rothenburg o. Tauber im Mittelalter (Quellen und Forschungen zur bayerischen Kirchengeschichte, 6), Leipzig, 1921, p. 33-34 64-66.

70 Voir Hopfenzitz, Studien... (note 18), p. 32.

71 Voir Diefenbacher (note 18), en particulier p. 54-97.

72 Ceci n’était pas spécifique à Heilbronn mais est également prouvé pour le bailliage de Hessen ; voir Heldmann (note 30), p. 177 et Mayer-Edenhauser (note 42), p. 145. Nous trouvons également la responsion à Rachtig, mais seulement à l’époque moderne ; voir Schmidt (note 18), p. 135-136.

73 Voir Schmidt (note 18), p. 135-136.

74 Dans de nombreux cas, on trouve seulement indiqué : une ferme.

75 Le nombre d’arpents de terre labourée n’est qu’apparemment plus élevé en 1524 car en fait, à cette date, contrairement à 1427, le nombre d’arpents est indiqué pour toutes les fermes.

76 Wilhelm Abel, Agrarkrisen und Agrarkonjunklur. Eine Geschichte der Land-und Ernährungswirtschaft Mitteleuropas seit dem hohen Mittelalter, Hamburg, 1966, p. 55 et souvent. Voir aussi Ernst Pitz, « Die Wirtschaftskrise des Spätmittelalters », dans Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, 52, 1965, p. 347-367 ; Frantisek Graus, Das Spätmittelalter als Krisenzeit. Ein Literaturbericht als Zwischenbilanz (Mediaevalia Bohemica, 1, Suppl.), Praha, 1969 et, sur ce dernier ouvrage, voir Peter Ratkos, « Die Problematik des Terminus “Krise” des Spätmittelalters », dans Mediaevalia Bohemica, 3, Praha, 1970, p. 245-251 ; W[ilhelm] Abel, « Agrarkrise », dans Lexikon des Mittelalters, t. I, München, 1980, col. 218-220.

77 Voir Schmidt (note 18), p. 255-256.

78 Hopfenzitz, Studien... (note 18), p. 151, nr. 274 c.

79 Voir ibidem, p. 86, note 56.

80 Voir Heldmann (note 30), p. 177. Pour les terres de Marburg, la responsion était même le mode d’exploitation le plus répandu au xive siècle ; voir Mayer-Edenhauser (note 42), p. 145.

81 Voir Heim (note 28), p. 131-132.

82 Voir les Gült-und Zinsbücher des Deutschordenshauses zu Schweinfurt... (note 18), constitués en 1313 et 1337 et publiés en 1874, mais aussi les éditions du xxe siècle qui, à l’aide de sources comparatives, auraient pu répondre aux questions correspondantes, p. ex. pour les cadastres de l’hôpital Sainte-Elisabeth de Nürnberg (note 64). Il serait donc tout au plus possible d’établir une comparaison ponctuelle sans indiquer l’évolution des autres lieux, mais il n’a pas été possible d’analyser sous cet angle les éditions non commentées des cadastres ; voir p. ex. J. Buntinx/M. Gysseling, Het oudste goederenregister van Oudenbiezen (1280-1344), Tongeren, 1965 (bailliage de Altenbiesen) ; Karl Schadlbauer, « Drei Urbare der Deutsch-Ordens-Kommende Sterzing aus dem 15. Jahrhundert », dans Schlern-Schriften, 30, Innsbruck, 1935, p. 130-151 (bailliage d’Etsch) ; Das Zins-und Gült-Register der Deutschordenskommende Prozelten von 1379, élaboré par Karl H. Lampe (Veröffentlichungen der Gesellschaft für fränkische Geschichte, Reihe X : Quellen zur Wirtschaftsgeschichte Frankens, 6), Würzburg, 1965 (domaine du maître provincial d’Allemagne) ; Jost (note 21), chap. Ill : Die Besitzungen und Einkünfte der D.O.-Kommende Sachsenhausen (domaine du maître provincial d’Allemagne).

83 Voir Militzer, Auswirkungen... (note 11), avec sources dans note 4.

84 Comme p. ex. chez les Cisterciennes en Haute Souabe ; voir Kuhn-Rehfus (note 40).

85 Voir Voigt (note 21), p. 187 et Militzer, Entstehung... (note 4), p. 158. Pour la situation financière des bailliages au début du xve siècle, voir aussi Michael Burleigh, Prussian society and the German Order. An aristocratic corporation in crisis c. 1410-1466, Cambridge, 1984, p. 78-79.

86 Voir Militzer, Auswirkungen... (note 11), p. 66-67.

87 En ce qui concerne les efforts du maître provincial d’Allemagne au sujet du bailliage de Thüringen, voir Bernhard Sommerlad, Der Deutsche Orden in Thüringen (Forschungen zur thüringisch-sächsischen Geschichte, 10), Halle/Saale, 1931, p. 66-67.

88 Voir les tableaux dans Schmidt (note 18, p. 518.

89 Voir Richard Grill, Die Deutschordens-Landkommende Ellingen, Diss. phil. Erlangen, 1957, p. 16-17 et les tableaux I et II.

90 Voir Ulbrich (note 42), p. 125 resp. Schmidt (note 18), p. 252.

91 Voir Militzer, Auswirkungen... (note 11), p. 67-72.

92 Autres exemples relatifs à Kapfenburg, ibidem, p. 72-73.

93 Voir ibidem, p. 74, note 93.

94 Pour Ellingen, voir Grill (note 89), p. 121 ; pour Kapfenburg, voir August Gerlach, Chronik von Lauchheim. Geschichte der ehemaligen Deutschordenscommende Kapfenburg, Ellwangen, 1907, p. 87-89 ; pour Oettingen, voir Hopfenzitz, Kommende Oettingen... (note 18), p. 222-264 et 281-283 ; pour Heilbronn, voir Arnold, « Zur Geschichte der Deutschordenskommende Heilbronn... » (note 34).

95 Comme l’indique Hans Jänichen, « Landesplanung und Frühmerkantilismus in südwestdeutschen Territorien des Spätmittelalters », dans Raumordnung im Aufbau des mittelalterlichen Staates (Forschungs-und Sitzungsberichte der Akademie für Raumforschung und Landesplanung, 15. Historische Raumforschung, 3), Bremen, 1961, p. 25-33, en particulier p. 32.

96 Militzer, Auswirkungen... (note 11), p. 74.

97 Voir Mayer-Edenhauser (note 42), p. 145-146.

98 W[erner] Rösener, « Bauer, Bauerntum : Allgemeine Problematik », dans Lexikon des Mittelallers, t. I, München, 1980, col. 1563-1571, en particulier col. 1566.

99 Voir Jähnig (note 13).

100 Voir énumération de Burleigh (note 85), p. 25.

101 Voir de façon générale Boockmann, Die Vorwerke... (note 12).

102 Rapport d’inspection de 1448 dans : Zentralarchiv des Deutschen Ordens Wien, section Welschland I, 124-155 ; cité dans Tumler (note 3), p. 77.

103 Voir Mayer-Edenhauser (note 42), p. 117-121 ; ce rapport existe dans 116 des 165 fermes citées par ce dernier, c’est-à-dire que mon calcul se rapporte à 70 % des fermes et peut donc être considéré comme représentatif.

104 Voir ibidem.

105 Voir Hopfenzitz, Studien... (note 18).

106 Militzer, « Auswirkungen... » (note 11), p. 67-69.

107 Hopfenzitz, Studien... (note 18), s. 88-89.

108 Militzer, « Auswirkungen... » (note 11), p. 72.

109 Voir ibidem, p. 71.

110 A Beuggen, toutefois, la situation est différente. Dans les terres exploitées par l’Ordre et les terres affermées, on constate certes une prédominance des surfaces labourées, mais les prairies et forêts — donc l’élevage — ainsi que les vignobles représentaient une part considérable de toutes les propriétés, ce que prouvent tant les revenus de l’exploitation de l’Ordre que les intérêts perçus. Toutefois, par suite de la perte des cadastres, l’évolution de Beuggen ne peut pas être reconstituée et les comptes annuels de 1393 et 1414, qui nous restent, sont trop rapprochés les uns des autres. Voir Jähnig (note 13) y compris les tableaux.

111 Voir la description détaillée des propriétés dans la ville de Trèves dans Schmidt (note 18), p. 27-51 ou, pour la ville de Nürnberg, le registre des intérêts des différentes maisons au début du xve siècle dans Die ältesten Urbare... (note 64), p. 154-217. Pour la commanderie Sainte-Catherine, à Cologne, Alex Schulgen prépare actuellement une thèse de doctorat. Gerd Steinwascher, Die Zisterzienserstadthöfe in Köln, Bergisch Gladbach, 1981, est un travail très intéressant sur les Cisterciens.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Légende « Kastnerei » et grenier de l’Ordre teutonique à Nördlingen (baillie de Franconie), no 23 du plan. (Stadt-archiv Nördlingen, Graph. Sammlung : Andreas Zeidler, Nördlingen, 1651, Kupferstich-Ausschnitt ; Archiv Arnold.)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende « Kastnerei » et grange de l’Ordre teutonique à Wetzlar, baillie de Hesse. (Schöning u. Co. + Gebr. Schmidt, Lübeck ; Archiv Arnold.)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22032/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Eglise, commanderie, grange de Lengmoos, baillie de Etsch. (P. Cornelius Buchheim O.T., Lengmoos ; Archiv Arnold.)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22032/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 227k

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.