Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les exploitations rurales des Hospitaliers en Angleterre au Moyen Age : le cas de l’Essex*

Michael Gervers

Texte intégral

La formation du patrimoine au xiie siècle

  • * L’auteur est redevable à son collègue, M. Guy Lobrichon, du Collège de France, d’avoir vérifié le (...)
  • 1 Beatrice E. Lees, ed., Records of the Templars in England in the twelfth century : the Inquest of (...)
  • 2 Cartulaire de l’Ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem en Angleterre, Bibliothèque britanni (...)
  • 3 Knowles et Hadcock, Medieval religious houses, p. 298, 300 ; J.H. Round, « The foundation of the pr (...)

1Nous ne savons pas à quelle date les Hospitaliers ont reçu leurs premiers dons en Angleterre, mais il paraît que leur arrivée correspond à peu près à celle des Templiers et des Cisterciens, c’est-à-dire vers 11251. C’est à cette époque dans l’Essex, par exemple, que Richard, fils de Guillaume Sorrell, leur offre 80 acres de terre arable à Chrishall, paroisse située dans l’extrême nord-ouest du comté2. Ce don précède visiblement la fondation vers 1144 d’un prieuré à Clerkenwell, près de Londres3.

  • 4 Néron, no 283.
  • 5 Néron, no 300.
  • 6 Néron, nos 298, 302.
  • 7 Néron, folio 205, et Néron, no 361.
  • 8 Néron, nos 334, 394.

2Bientôt après, un certain Hugh Ferret donne cinq acres de plus dans la paroisse de Heydon, située à côté de Chrishall4. Vers le milieu du siècle, l’Ordre reçoit de Hubert Sinclair le don important d’une virgate entière du fief d’Eaton Socon5. Dans la deuxième partie, dite camera secunda, du grand cartulaire de l’Ordre à Londres apparaissent encore sept aliénations de dimensions limitées dans l’Essex ; elles appartiennent au deuxième quart du xiie siècle6. Déjà en 1150, les deux tiers des terres de l’Ordre dans ce comté se trouvent dans le nord et le nord-ouest. C’est sans doute pourquoi l’Ordre a choisi de situer sa première préceptorie dans le nord-ouest. L’occasion s’est présentée par la générosité d’Alfred et de Sibyl de Bendaville qui, en 1151, lui donnent l’église de Chaureth en Broxted, avec une demi-hide de terres attenantes7. Cette fondation servait à souligner la présence de l’Ordre dans l’Essex. L’année suivante, Baldwin de Wissant leur donna encore trois virgates et le pasnage pour 50 porcs dans la paroisse voisine d’Elsenham et, vers 1155, Robert de Beuzeville et Aubrey de Trégoz donnent une virgate et demie de plus dans la paroisse proche qui s’appelle Henham8. C’est l’aliénation l’un après l’autre de ces dons importants et leur situation topographique tout près l’un de l’autre qui font croire que les Hospitaliers eux-mêmes se sont engagés activement à créer un centre administratif et agricole dans la région.

  • 9 Néron, no 414.
  • 10 Néron, no 324.

3Ce n’est cependant que vers la fin du xiie siècle que la tendance à développer un domaine significatif dans la partie nord-centrale et nord-ouest de l’Essex est devenue définitive. Jusque là, l’Ordre a reçu des dons qui étaient dispersés un peu partout dans le comté. Il paraît qu’ils appartenaient tous à l’administration de Chaureth. C’est à remarquer que tous les dons importants du siècle sont localisés dans le nord de l’Essex. Ainsi, vers 1160, Robert de Helion donne aux Hospitaliers 46 acres à Bumpstead9. Une génération plus tard, Rose de Helion donne 30 acres de plus, apparemment dans la paroisse de Sturmer, située à côté10. D’autres membres de cette famille continuent à leur céder des dons dans la région pendant le xiiie siècle aussi, avec le résultat qu’ils y établissent une de leurs plus importantes concentrations de terres dans le comté.

  • 11 Néron, folio 218, et Néron, nos 91-94.
  • 12 Néron, folio 204.
  • 13 Néron, no 216.
  • 14 Néron, nos 260, 266, 292, 413, 415, 568. Les locataires qui tenaient en rendant le tiers de leurs (...)

4Pendant les années 1180, l’Ordre a reçu le patronage d’encore trois églises dont deux dans le nord, à Stebbing et à Little Maplestead11, et une dans le sud, sur la Tamise, à Grays Thurrock12. En plus, on leur a transmis quelques loyers, dont le plus important s’élève à 20 shillings13. Ils n’étaient pas nombreux et les sommes ne semblent pas être très élevées, mais il faut reconnaître que pendant une bonne partie du xiie siècle, le montant du loyer d’un acre d’arable dans le comté ne dépassait pas un penny farthing l’acre14. Il semble en général que l’Ordre, pour faciliter l’administration de ses biens, a encouragé le don de loyers plutôt que de terres dans les paroisses éloignées de Chaureth.

5Un grand pourcentage des chartes dans le cartulaire atteste la transmission de petites parcelles de terre ; et ce fait suggère que, déjà au xiie siècle, le patronage émanait largement des petits propriétaires. Ce sont ces gens-là qui auraient peut-être voulu participer aux croisades, ou faire un pèlerinage, mais qui n’avaient pas les moyens de le faire. On ne parle pas, bien sûr, d’un tel motif dans les documents. En effet, il n’y a rien dans les chartes qui indique pourquoi le donateur aurait choisi les Hospitaliers comme destinataire de ses largesses plutôt qu’une autre maison religieuse. Son espoir est qu’il sera récompensé par le salut perpétuel de son âme, ou de celui de sa famille, ou de son seigneur.

6En dépit de ce que nous venons de dire, un examen plus approfondi nous montre que de petits dons furent également offerts par des seigneurs aux moyens considérables, qui auraient pu offrir davantage s’ils l’avaient voulu. On ne peut donc soutenir une corrélation entre de petits dons et des patrons aux moyens limités.

  • 15 De ce total, trois sont des confirmations de propriétés déjà données, neuf sont des dons de serfs (...)
  • 16 La préservation de ces petits dons représente un des cotés les plus intéressants des archives de l (...)

7En fonction du nombre de chartes qui ont survécu, la plupart des patrons de l’Ordre était non seulement des propriétaires aux moyens limités, mais aussi des paysans. Il y a, bien sûr, des patrons de la haute noblesse, et ceux-ci sont à l’origine de la majorité des biens donnés à l’Ordre pendant le xiie siècle. Mais les dons importants ne représentent qu’une petite partie de l’ensemble des 135 dons pour le siècle qui se trouvent dans le cartulaire15. Plus de la moitié de tous les dons faits à l’Ordre tombent entre un demi et 9 acres de terre, et jusqu’à un shilling de loyer. Il reste 32 dons pour lesquels on ne spécifie ni quantité ni valeur ; ils peuvent appartenir également à ce groupe. Des 59 dons de un demi à neuf acres de terre, 37, donc 63 %, portent sur un à trois acres16.

  • 17 Si l’acre était considéré comme l’unité de transfert minimal, ce n’était pas sans une valeur réell (...)
  • 18 Des donations de ce genre se trouvent dans d’autres cartulaires ; voir J.L. Fisher, ed., Cartulari (...)

8Des dons de moins d’un acre sont rares au xiie siècle, peut-être parce que l’acre, dans les champs ouverts au moins, était une unité qui ne se divisait pas17. Un don d’un à trois acres pourrait, au xiie siècle, être considéré comme une transmission, symbolique bien que courante, faite par ceux qui n’avaient pas les moyens d’offrir davantage, ou par ceux qui ont cédé, même à contrecœur, à la persuasion implacable d’un Hospitalier qui faisait la course aux aumônes avec d’autres Ordres. D’autre part, même si un bienfaiteur avait un bénéficiaire préféré, on aurait pu le convaincre que l’âme profiterait davantage des prières provenant de nombreuses maisons religieuses à la fois que d’une seule. C’est cette considération qui aurait encouragé même des patrons aux moyens considérables à faire des dons nominaux à d’autres institutions qui autrement éveillaient moins leur intérêt. Une autre explication pour le don de petites parcelles de terre par ses grands patrons peut être l’intention des Hospitaliers d’obtenir de telles parcelles pour consolider des terres déjà en main18.

9Il nous faut, cependant, répéter que ce n’étaient pas les petites donations de terres qui formaient la base du domaine de l’Ordre dans l’Essex. Au contraire, c’est l’acquisition de plusieurs terrains importants, tels que ceux de Chaureth, de Bumpstead Helion et de Little Maplestead pendant le xiie siècle, et de Great et Little Sampford au xiiie siècle, qui a constitué le soutien économique principal de l’Ordre tout au long de sa présence dans le comté.

10Il semble qu’on sollicitait souvent des petits dons de la part des propriétaires qui tenaient des terres avoisinantes, ou pour compléter un ensemble topographique, ou pour obtenir des droits et des services qui faciliteraient l’exploitation agricole. Ceci indique que l’Ordre jouait un rôle décisif dans le développement de son domaine, et que les terres n’ont pas été acquises à l’aveuglette. En même temps, on ne refusait pourtant pas les parcelles de terres isolées. Si leur acquisition n’était pas encouragée, elles pouvaient être louées ou, encore mieux, échangées contre un terrain avoisinant un autre déjà acquis. De cette manière, les Hospitaliers ont pu créer un domaine relativement uni à une époque où la terre arable en Angleterre était très recherchée. Il fallait, d’ailleurs, que ce soit de l’arable, car les Hospitaliers, dans l’Essex au moins, n’ont pas cherché à récupérer la terre inculte.

Le xiiie siècle

  • 19 Néron, no 908.

11Les chartes dans le cartulaire indiquent qu’à partir du milieu du xiie siècle, l’Ordre, ou ceux qui ont été nommés pour défendre ses intérêts, ont travaillé pour obtenir des terres là où ils le voulaient. Manquant de main-d’œuvre pour administrer sur place ses affaires rurales, il semble qu’au xiie siècle l’Ordre ait sollicité l’aide du clergé local. Vers 1225, une autre source d’assistance se fait remarquer dans les documents, c’est-à-dire les agents laïques qui habitaient près des plus importants manoirs de l’Ordre, qui comprenaient donc la topographie et les liens sociaux de la région, et qui n’avaient pas d’héritiers. Il s’agit avant tout de Jean, fils de Pierre, de Little Sampford, et de Simon d’Odewell. A partir d’un certain moment, quand ils n’étaient plus jeunes, ils ont commencé à amasser des terres, des rentes et des services féodaux qu’ils ont transférés par la suite aux Hospitaliers. L’Ordre, pour sa part, s’est occupé des besoins matériels et spirituels de ses agents après le transfert et avant leur mort. Jean, fils de Pierre, gardait le droit de travailler ses terres jusqu’à la fin de ses jours, en reconnaissance d’un paiement minimum de 2 shillings par an19.

  • 20 R.E.C. Kirk, ed., Feet of Fines for Essex, t. I, Colchester, 1899, p. 142-143, no 177.

12Le transfert fait par Simon d’Odewell en 1242 consistait en 350 acres de terre, et plus de 73 shillings de loyer, provenant de 11 à 16 paroisses dans la région de la préceptorie, à Little Maplestead. En retour, l’Ordre a offert à Simon et à sa femme, Marguerite, pour leur vie, deux charmées de terre dans le comté voisin du Suffolk, deux aumôniers pour prier pour eux, et deux marcs chacun par an venant des profits de la préceptorie principale, dans le Suffolk, à Battisford20.

13Il est impossible de déterminer dans quelle mesure les parcelles de terre comprises dans les 350 acres constituaient un bloc. D’après les chartes, il s’agit de transferts individuels d’un demi-acre jusqu’à 10 acres. Autrement dit, Simon a créé un domaine de la même façon que le faisaient les Hospitaliers : en acquérant des terrains de petites dimensions situés sur les bornes d’une terre centrale qui lui appartenait déjà.

  • 21 Néron, nos 906, 910, 916.

14Quelle que soit la contribution des agents locaux, c’est l’Ordre qui dirigeait de près la création et le développement de ses manoirs. Au xiiie siècle, les acquisitions de plus de 20 acres ou de 20 pence de loyer ne concernent que trois paroisses, dont deux contiguës, dans le canton de Freshwell [Bumpstead Helion et Great et Little Sampford], et cinq autres paroisses, dont trois contiguës, dans le canton de Hinckford [Gestingthorpe, Halstead, Little Maplestead, Felsted et Ovington]. Le domaine de Sampford, qui se composait d’au moins 160 acres de terre à cultiver, de 6 acres de pré, 2 acres et demi de bois et 8 shillings de loyer, était acquis par l’Ordre entre 1225 et 128721. A l’exception du don originaire à l’Ordre de l’église et villa de Little Maplestead en 1186-1187, toute autre acquisition de terre ou de loyer dans ou près des Maplesteads et la paroisse voisine de Gestingthorpe a été faite au xiiie siècle. Une trentaine de transactions concernant la paroisse de Bumpstead Helion ont complété le domaine offert par Robert de Helion vers le milieu du xiie siècle.

15Le cartulaire contient 190 actes en faveur de l’Ordre au xiiie siècle, nombre qui ne comprend ni les confirmations, ni les actes de renonciation, ni les transferts faits à Simon d’Odewell. En dépit des 26 sur 97 de ces actes dans lesquels la quantité de terre transférée n’est pas indiquée, nous remarquons que la tendance à acquérir des petites parcelles continue comme au xiie siècle. Le tiers de ces dons est de 1 à 3 acres, et 12 portent sur un acre seulement. Mais, pour la première fois à partir d’environ 1230 jusqu’à 1260, l’Ordre reçoit des dons de terre de moins d’un acre. Il y a 16 transactions de cette catégorie. En plus, il y en a neuf qui donnent des droits sur des choses telles que des sentiers, des droits de passage, des haies et des fossés et autres qui reflètent des besoins imposés à l’Ordre par l’accroissement constant de son domaine. Des dons de cette sorte ont sans doute été faits à la demande particulière de l’Ordre. Ils disparaissent après environ 1260, à l’époque où le nombre de dons reçus par l’Ordre, et surtout les dons de terre, commence à se réduire d’une façon dramatique.

16Près de 80 % de tous les dons de terres et de loyers faits à l’Ordre au xiiie siècle appartiennent aux années d’environ 1220 à 1260, et le tiers de ces dons à la décennie 1230 à 1240. Cette accumulation des années 1230 correspond à l’accroissement principal du domaine de Simon d’Odewell et indique un but parallèle entre lui et l’Ordre. Pourquoi à cette époque précisément ? D’abord, il semble que, dès environ 1220, l’Hôpital s’intéressait à accroître la quantité de ses terres dans la partie nord de l’Essex. Si sa présence physique a encouragé un patronage régional, ce sentiment d’appui aurait pu être influencé encore plus par le fait qu’entre 1229 et 1244, Jérusalem était de nouveau sous le contrôle des chrétiens.

17A partir d’environ 1240, la proportion des dons de loyers devient plus importante que les dons de terre. Pour les cinquante années qui vont d’environ 1240 à 1290, 61 % de tous les dons représentent des dons de loyers. Cette tendance suggère un accroissement continuel dans la valeur des terres : en même temps que la valeur de la propriété s’est élevée, ceci dû à la difficulté de l’obtenir, les propriétaires ont trouvé plus avantageux d’accroître le nombre et la valeur des loyers que d’aliéner leurs terres. Pareillement, en même temps que le nombre de dons de loyer dépasse le nombre de dons de terre, le montant des dons de loyers a augmenté, ainsi que leur distribution vers le haut de l’échelle. Par exemple, 33 % de tous les loyers donnés entre environ 1230 et 1240 dépassèrent 9 pence. Le nombre monta à 43 % pendant les dix années qui suivirent. Le montant vers 1260 atteint 46 %. Après cela, le nombre de dons en général commence son déclin.

xive siècle : l’effet du statut de mainmorte

  • 22 Néron, nos 130, 132. Permission du roi d’acquérir en mainmorte trois maisons et deux carucates et (...)
  • 23 Néron, no 391.
  • 24 Le statut ne semble pas avoir empêché l’échange de terres entre des maisons religieuses (voir Néro (...)

18Le dernier loyer reçu par l’Ordre au xiiie siècle est daté de 1283, et le dernier don de terre, deux ans après, de 128522. Pendant les trente-cinq années qui suivirent, le témoignage de la camera secunda indique que l’Ordre était sans patron. Les dons reprenaient en 1319, mais ce n’est qu’un loyer du montant de 3 pence23. D’après les documents, c’était le don le plus important du siècle, et il n’y en eut plus que trois autres. Ce défaut de transaction à partir de la fin du xiiie siècle peut être expliqué par la promulgation, en 1279, du statut de mainmorte. Par ce statut, il était interdit aux maisons religieuses de recevoir des terres sans l’autorisation royale. D’après les documents que nous avons, les Hospitaliers n’ont jamais cherché à obtenir une telle autorisation. Le statut de mainmorte a, donc, eu l’effet d’arrêter, d’un seul coup et pour toujours, la croissance par don privé, ou par achat, du domaine de l’Ordre dans l’Essex24. D’autre part, l’échange de propriété et de droits entre l’Ordre et ses locataires, ainsi qu’entre locataires, a continué. 97 % des documents du xive siècle préservés dans la camera secundo appartiennent à cette catégorie. La plupart concernent des paroisses près de Little Maplestead, où la préceptorie de l’Ordre a continué de fonctionner comme centre administratif et seigneurial.

L’acquisition du domaine des Templiers

  • 25 Pour les événements concernant l’acquisition des propriétés des Templiers par les Hospitaliers, vo (...)

19En dépit du statut de mainmorte, le domaine des Hospitaliers dans l’Essex augmente considérablement au courant du xive siècle. A l’occasion de la dissolution des Templiers en 1312, le pape Clément V a ordonné que leurs terres soient transférées aux Hospitaliers. Ces derniers ont payé cher le don, car ils avaient du mal à obtenir les terres, dont la plupart étaient passées auparavant entre les mains des favoris et des créanciers du roi. L’Ordre a mis plus de dix ans à les récupérer en passant par la voie très coûteuse des cours. Ce que les Hospitaliers ont eu leur est parvenu dans un état dépouillé et improductif. Le roi avait commandé à ses gardiens de vendre le bétail et les effets mobiliers sur ces propriétés à son profit, et avait permis aux autres qui tenaient ces terres de garder les biens mobiliers situés dessus quand le Parlement a ordonné leur restitution à l’Ordre en 132425.

  • 26 Néron, nos 1, 2, 4-6.
  • 27 L.B. Larking et J.M. Kemble, eds., The knights Hospitallers in England : being the report of Prior (...)

20Le domaine principal des Templiers se trouvait dans les deux paroisses voisines de Cressing et de Witham, situées vers le centre du comté. Cette propriété avait été à l’origine un don royal, offert par le roi Etienne et sa femme Matilde entre 1137 et 114926. Il s’agissait de 1 440 acres de terres arables et 40 acres de pré. Les Hospitaliers en ont probablement tout reçu avant l’Enquête sur l’étendue des terres de l’Ordre faite en 133827.

  • 28 Lees, Records of Templars, p. lxxiv-lxxv, p. 4 et notes 5, 6 et 16, et p. 8 ; M. Gervers, The Hospi (...)
  • 29 Larking et Kemble, p. 212-213.

21D’après nos sources, c’est-à-dire l’Enquête des Templiers de 1185, des chartes préservées dans la camera secundo et l’Enquête de 1338, il apparaît que les Templiers possédaient des terres, souvent d’une superficie très limitée, en 23 autres paroisses dans l’Essex28. Le succès de l’Ordre dans l’acquisition de ces terres-là est moins certain car l’Enquête de 1338 parle de 1 165 marcs de revenu « de bonis quondam Templi que non sunt in manibus Hospitalis »29. Quoi qu’il en soit, avec l’acquisition des terres des Templiers, le domaine des Hospitaliers dans l’Essex atteint son extension maximale et reste stable au cours des deux siècles suivants jusqu’à la dissolution de l’Ordre par Henri VIII en 1540.

L’exploitation économique

  • 30 J. Delaville le Roulx, ed., Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusa (...)

22L’encaissement et le transfert de fonds procurés par l’administration d’une gamme toujours croissante de propriétés au chef-lieu de l’Ordre dans l’Orient était, dès le début, la raison d’être de l’établissement des Hospitaliers en Europe. Les sources les plus importantes de ces fonds furent les aumônes offertes par des individus, et la responsio. Cette dernière était une taxe imposée par le Chapitre général de l’administration centrale sur les différentes provinces. Dès l’apparition de la première règle de l’Ordre avant 1153, cette responsio était fixée au tiers des revenus nets d’une prieuré ou d’une préceptorie30.

23Les chartes enregistrées dans la camera secundo du cartulaire montrent que dans l’Essex au moins, les Hospitaliers ont poursuivi une politique très précise de développement de leur domaine pendant les xiie et xiiie siècles. Leur but principal, comme nous l’avons déjà vu, fut de rassembler des terres dans, ou près de, certaines paroisses choisies dans la partie nord-centrale du comté. D’autre part, ils n’ont pas refusé des dons de terres situées ailleurs dans le comté si ces dons étaient offerts en aumônes libres et illimitées. Outre ces conditions, l’Ordre ne paraît pas avoir été intéressé à en acquérir ni par l’achat ni par la location. En effet, sauf exceptions rares, les propriétés obtenues de cette façon peuvent être associées par leur proximité géographique avec des paroisses de Broxted (où se trouve Chaureth), de Bumpstead Helion, de Little Maplestead et des deux Sampfords, et avec les préceptories ou manoirs qui y étaient situés (carte 1).

  • 31 Voir par exemple Néron, folios 192, 207, 207 v., 208 et 215, et Néron, nos 124, 126, 367, 370, 485 (...)

24Le principe fondamental du développement d’un domaine, quels qu’en soient la date ou le lieu de fondation, était la consolidation. Plus la fondation était tardive, cependant, plus il était difficile d’assembler un domaine qui soit physiquement cohérent. A cet égard, donc, c’est au crédit de l’Ordre d’avoir pu créer des domaines plus ou moins unis dans le nord de l’Essex à une époque où il y avait beaucoup de concurrence dans le marché des terres. A l’origine de chacun des manoirs importants des Hospitaliers, il y eut sans doute un don de terres important ; et si l’on en juge par leurs efforts ultérieurs pour rassembler des propriétés avoisinantes, ils auraient sollicité ce don. Ces dons fondateurs, qui sont devenus des centres agricoles ou seigneuriaux, n’ont cependant pas été reçus comme unités de terre cohérentes, mais plutôt en terrains fragmentés. Le but de l’Ordre, ou de ses représentants, était de développer ces domaines en y assemblant d’autres terres ou des privilèges dans ou près de ceux-ci et, là où c’était possible, d’obtenir des parcelles de terre qui touchaient aux propriétés qu’ils tenaient déjà31.

  • 32 Paroisses situées le long de la Tamise et mentionnées dans Néron : East Ham (no 375), Rainham (fol (...)
  • 33 Du nord au sud, les paroisses sont Broxted, Hatfield Broad Oak, Margaret Roding, Willingale Doe, S (...)
  • 34 L’Ordre avait des droits sur la terre ad pontem qui traversait la rivière Colne à Halstead à parti (...)

25D’un côté, donc, l’Ordre a travaillé à développer son domaine en rassemblant des terres dans un nombre limité de paroisses. D’autre part, il a entrepris d’améliorer son économie régionale en assurant, pour lui ainsi que pour ses locataires, son accès aux marchés, aux rivières, aux voies publiques et à la mer. C’est pourquoi l’Ordre tenait à retenir des terrains dans des villes importantes, ainsi que des terres dans les paroisses situées près des ports et sur le long des rivières navigables, surtout la Tamise (carte 2)32. Ce n’est probablement pas par hasard que les Hospitaliers avaient des intérêts fonciers en douze paroisses le long de la rivière Roding entre sa source à Broxted jusqu’à son embouchure sur la Tamise à Barking, une distance de 56 kilomètres33. De la même façon, l’Ordre possédait des terres dans les paroisses contiguës tout le long de la rivière Colne depuis Stambourne (près de Bumpstead), à travers Halstead (à côté de Little Maplestead) et Colchester jusqu’à l’estuaire sur la Manche à Alresford34 et le long de la rivière Blackwater sur une distance de 64 kilomètres depuis sa source à Wimbish, à travers des deux Sampfords et Witham (près de l’ancien domaine des Templiers à Cressing) jusqu’à Wickham Bishops. Pour les domaines principaux de l’Ordre dans le comté d’Essex, la proximité de ces rivières importantes aurait pu jouer un rôle décisif dans le choix par l’Ordre de ses centres administratifs et économiques.

  • 35 Sur la possibilité de se servir même des ruisseaux pour le transport des marchandises au Moyen Age (...)

26Des références sporadiques dans les chartes suggèrent que l’Ordre, ou plutôt ses locataires sur le domaine car l’Ordre ne semble jamais avoir eu plus de deux ou trois frères résidents dans une préceptorie ou sur un domaine à un moment donné, étaient activement engagés dans les entreprises agricoles. Cette activité est peut-être une marque du besoin de fournir de la nourriture aux centres administratifs de l’Ordre dans le comté et à Clerkenwell près de Londres ; car il n’y a aucune indication que le domaine des Hospitaliers dans l’Essex ait eu une production agricole, ou ait élevé du bétail, pour le marché. D’après les chartes, au moins, la majorité du revenu levé dans le comté dérivait des loyers35

27Pour plus de renseignements à cet égard, nous pouvons nous référer aux feuillets de l’Enquête de 1338. C’est là qu’on trouve le compte rendu des revenus et des dépenses pour chacune des maisons de l’Ordre en Angleterre. Ceci aide à clarifier, donc, l’étendue et la valeur du domaine dans l’Essex. Pour faciliter l’interprétation de l’Enquête, une valeur a peut-être été donnée au domaine foncier entier comme si le revenu qu’il produisait dérivait uniquement des loyers. Il y a peu de doute que, vers 1338, une grande partie des terres de l’Ordre dans le comté a été louée à bail, mais il semble que chaque préceptorie a retenu un personnel en résidence. L’alimentation pour ce personnel est indiquée dans l’Enquête comme une dépense, et il est très possible que ce fut bien le cas. Sinon, on peut imaginer que l’alimentation décrite provenait d’un domaine agricole fonctionnant. C’est en exprimant la valeur du domaine en fonction d’un revenu moyen pour chaque acre, et en indiquant comme dépense la somme des produits alimentaires consommés, que le prieur, Philippe de Thame, a pu communiquer au grand maître, Elyan de Villanova, en 1338, la valeur réelle de ce qui aurait peut-être été un système seigneurial encore indépendant.

  • 36 Ces calculs sont basés sur une production moyenne de six à dix boisseaux de blé et huit à quatorze (...)
  • 37 Larking et Kemble, p. 87-88.

28D’après l’Enquête, il fallait 52 quartiers de blé et 52 quartiers d’orge pour le pain et la bière consommés annuellement par la communauté de Little Maplestead. On peut estimer, d’après les données que nous avons par ailleurs, que l’arable nécessaire pour produire autant de céréales, dans une bonne terre avec une bonne récolte, n’aurait pas pu être inférieur à 90 acres. A l’autre extrême, dans une terre moins féconde, il aurait fallu jusqu’à 170 acres pour en produire la même quantité36. En plus, il aurait fallu du pré et du pâturage pour les animaux de labour, et des bois pour le pasnage et pour le bois utilisé in emendatione domorum37.

29Pour le manoir de Little Maplestead, l’Enquête parle de 560 acres arables, 16 acres de pré et 30 de pâturage. Si nous appliquons ces proportions de terres aux quantités postulées pour la production de blé et d’orge mentionnée ci-dessus, c’est-à-dire 90 à 170 acres, le pré nécessaire pour le maintenir aurait été entre 2 acres et demi et 5 acres, et le pâturage entre 5 et 9 acres. Nous ne savons pas ce qu’est devenue la récolte des 390 à 470 acres qui restaient du total de 560, mais pour les Hospitaliers c’était sans doute traduit en revenu provenant de terres louées à bail.

  • 38 Néron, nos 470, 916. Néron, no 942, indique que l’Ordre y a entretenu un prêtre et la chapelle jus (...)

30L’Enquête raconte qu’en 1338 tous les manoirs dans la partie septentrionale de l’Essex, sauf Little Maplestead, avaient été loués à bail. Little Maplestead aurait donc été, à cette époque-là, le seul manoir administré directement par l’Ordre. C’était vers 1270 que les chartes parlent pour la dernière fois de terres tenues directement par l’Ordre dans les manoirs de Bumpstead Helion et des Sampfords. On ne trouve dans la camera secundo aucune transmission de terre dans ces deux endroits après la fin du xiiie siècle38, date qui correspond sans doute à celle où l’Ordre y aurait loué pour la première fois à bail ces terres. C’est pourquoi nous croyons que les Hospitaliers ont été eux-mêmes sur place dans leurs manoirs du côté nord du comté, et engagés directement dans leur administration et développement économique jusqu’à la fin du xiiie siècle.

31Si nous avons raison dans notre interprétation des données dans l’Enquête de 1338, nous pouvons imaginer qu’il aurait fallu dans chacun des manoirs de l’Ordre des terres seigneuriales en quantité suffisante pour alimenter la familia qui y résidait. Ceci ayant été le cas, il s’ensuit qu’il y aurait eu une exploitation directe par l’Ordre d’une certaine partie de son domaine.

  • 39 Néron, nos 139 (fratres cum caruga sua), 451 (dederunt dicti prior et fratres... 3 solidos et unam (...)
  • 40 Néron, nos 720, 725.

32On trouve ici et là dans les documents d’autres preuves de l’engagement de l’Ordre dans l’agriculture et dans le développement économique de ses terres39. A cet égard, les Hospitaliers ont trouvé important d’obtenir des droits d’accès aux terres, des droits de transport et de passage, et des dons de sentiers et de chemins. La plupart de ces renseignements concernent la paroisse de Gestingthorpe, et le manoir d’Odewell qui y était situé, et qui appartenait à l’administration de la préceptorie de Little Maplestead dans la paroisse à côté. Pendant le second quart du xiiie siècle, par exemple, le seigneur de Gestingthorpe, Otes, fils de Guillaume, a offert aux Hospitaliers un droit de passage entre les deux paroisses et leur a garanti l’accès à toutes les terres et aux maisons qui leur appartenaient à Gestingthorpe40. L’Ordre a continué de se servir de ces voies jusqu’à la fin du xive siècle.

  • 41 Néron, no 725.
  • 42 Néron, no 211.
  • 43 Néron, folio 200 v.

33Des confirmations de 1339 et 1383 assurent non seulement le transport per carectas et alia cariagia, mais aussi le droit de conduire des animaux. L’Ordre aurait donc eu du bétail à son manoir de Little Maplestead, probablement depuis le second quart du xiiie siècle, sinon plus tôt. Le don original de cette voie comprenait les droits de pâturage, de conduire les animaux, de portage, d’aller et venir, et d’équitation41. La présence pendant le xive siècle de chevaux et de bêtes de somme est suggérée par une référence dans l’Enquête de 1338 à un valet d’écurie et un palefrenier, et dans un document de 1383 à « summagia »42. Cinquante années plus tôt, l’Ordre a loué pendant cinq années, avec bétail, son manoir de Moor Hall à Rainham. Il s’agissait à l’époque de deux chevaux de trait, trois boeufs, un taureau, vingt vaches, six stotts, cinq veaux, deux béliers, deux moutons et 133 brebis43. Le nombre d’animaux n’est pas exceptionnel, mais même si l’élevage ne jouait pas un rôle important dans l’économie du domaine de l’Ordre en Essex, l’exemple de Moor Hall n’est probablement pas atypique de la variété de bétail que l’Ordre aurait pu avoir dans n’importe quel de ses manoirs dans le comté.

34Le bail de Moor Hall stipule en plus que l’Ordre a transmis en même temps 26 acres semés au blé, 42 au seigle, 14 à l’orge d’hiver, 12 aux fèves, 2 aux petits pois, 3 à l’orge de printemps et 6 à l’avoine. Il y avait aussi un acre et demi de pré, 40 acres de terre en jachère et 14 acres de terres fumées. Pour cultiver la terre arable, l’Ordre possédait le harnais pour deux chevaux, deux charrues et deux herses. Finalement, il y avait une charrette pour, on imagine, le transport de produits agricoles et de provisions. Ce document nous permet de croire que l’Ordre aurait eu des terres seigneuriales dans chacun de ses manoirs en Essex. Les dons de voies, et le droit de porter des biens et de conduire des animaux par ces voies, attestent que l’Ordre a voulu développer l’exploitation de ce domaine.

35Une autre indication de ce développement se trouve dans les actes qui donnent à l’Ordre le droit de planter des haies et de creuser des fossés. Nous ne sommes pas surpris de constater qu’il s’agit chaque fois de la clôture des terres qu’ils avaient près de Little Maplestead. En plus, ces actes datent d’entre 1230 et 1255, période qui correspond à celle où l’Ordre travaillait à développer son domaine dans les environs de la préceptorie, qui était à l’époque une nouvelle fondation. Il faut dire, cependant, que, pour la plupart, les terres obtenues par l’Ordre étaient déjà entourées de haies et de fossés au moment de leur donation. La phrase sicut sepibus et fossatis includitur est souvent employée dans les actes de donation.

  • 44 Une exception importante est l’autorisation d’Henri III, datée le 14 avril 1230, de clôturer un bo (...)

36C’est, pour ainsi dire, un fait à reconnaître que des terres obtenues par l’Ordre étaient, sauf exception, prêtes à servir aux besoins agricoles. Il est rare dans l’Essex de trouver les Hospitaliers, ou même leurs locataires, engagés dans le défrichement de la terre ou dans la lutte contre le désert44. Ils n’avaient évidemment pas les moyens, ou la volonté, d’entreprendre de tels travaux ; en conséquence, ils n’ont pas cherché des terres qu’ils ne pouvaient pas exploiter immédiatement. On voit plutôt, dans le cas de défrichement, par exemple, que l’Ordre recevait des terres récemment défrichées par quelqu’un d’autre.

  • 45 Little Leighs, Parndon, Pebmarsh, Paglesham, Ugley et Bumpstead Helion (Néron, nos 59, 257, 271, 3 (...)
  • 46 Néron, nos 906-907, 910, 912, 916 ; voir aussi nos 909, 918-920, 924, 928.

37On trouve des preuves de l’obtention par l’Hôpital de terres défrichées dans les documents entre le milieu du xiie et la fin du xiiie siècle. Les dons du xiie siècle sont bien plus divers que ceux du xiiie, dont la plupart sont situés près d’un des manoirs de l’Ordre dans le comté. Les six actes de cette sorte que nous avons pour le xiie siècle concernent six paroisses dispersées45. A partir du début du xiiie siècle, tous les dons de terres défrichées reçues par l’Ordre sont situés dans ou près des paroisses de Bumpstead Helion, de Little Maplestead et des deux Sampfords. Il semble que dans ces derniers, les défrichements ont été considérables entre 1225 et 123546.

  • 47 Pour une ligne de conduite pareille suivie par les Cisterciens, voir Donkin, Cistercians, p. 17, e (...)

38L’Ordre ne voulait pas entreprendre l’exploitation de terres qui auraient nécessité des modifications importantes pour les rendre rentables ; il n’y a aucune indication en effet que les Hospitaliers aient cherché à obtenir des terres boisées dans l’intention de les rendre arables plus tard. Au contraire, toute terre boisée reçue était retenue telle quelle, et exploitée et pour le bois de construction et de chauffage, et pour le passage. Il faut souligner, donc, que le seul intérêt manifesté par l’Ordre pour la terre boisée concernait les besoins quotidiens d’une économie seigneuriale, et que l’Ordre ne s’engageait pas directement dans le défrichement. Toute terre boisée, comme n’importe quelle terre reçue qui était située loin d’un manoir de l’Ordre, était louée à bail47.

Terres et tenanciers

39Nous avons vu qu’au xiie siècle, une grande proportion des dons faits à l’Hôpital consistait en de petites parcelles de terre ; et le personnel provincial de l’Ordre étant fort limité, on a préféré les loyers à l’exploitation directe de la terre comme source principale de profits financiers. Malheureusement, les preuves documentaires de telles transactions sont rares parmi les archives de l’Hôpital, mais on peut imaginer que, dès le début, le phénomène était fondamental à l’économie de l’Ordre. Dans ces circonstances, c’était la voie la plus pratique à suivre.

40Une grande variété de loyers a été développée au cours du temps. Ceux qui donnaient, ou vendaient, ou louaient une propriété à l’Ordre, se défaisaient peu souvent du meilleur de leur domaine. L’Ordre était donc obligé de pousser au plus haut le niveau d’exploitation afin d’établir et de maintenir des profits. Pendant le xiie et le xiiie siècle, les Hospitaliers n’ont pas travaillé sans succès, mais au xive siècle, des pressions financières sur la trésorerie du prieuré à Clerkenwell ont amené l’Ordre à deux doigts d’une faillite. Les taxes imposées sur chaque Langue par l’administration centrale de l’Ordre pour payer la prise de Rhodes en 1309, et le coût d’acquisition en Angleterre des terres des Templiers pendant la deuxième et la troisième décennie du siècle ont été des charges énormes.

  • 48 Voir, par exemple, Néron, nos 47, 157, 236, 240, 273, 278, 514-515, 550-552, 611-612, 617, 646-648 (...)
  • 49 Néron, nos 550-551, 617.

41Une grande partie des terres reçues par l’Ordre ne faisaient pas partie d’un domaine seigneurial au moment de la transmission, mais appartenaient aux tenanciers48. Dès le milieu du xiie siècle jusque vers 1275, beaucoup de documents stipulent que le tenancier doit rendre directement à l’Hôpital le loyer qu’il était accoutumé à rendre auparavant au seigneur qui, de sa part, remet ladite terre à l’Ordre49.

  • 50 Néron, nos 266, 293, 356-357, 547, 568.
  • 51 Delaville le Roulx, Cartulaire général, t. I, p. 180, no 238, et t. II, p. 742-743, no 2646 ; Riley (...)

42Une série de chartes datant d’entre la fin du xiie jusqu’au milieu du xiiie siècle montrent que certains tenanciers étaient prêts à payer des sommes considérables à leurs seigneurs civils pour obtenir le privilège de faire transférer leur tenure à l’Ordre50. Dans ces exemples, on voit le seigneur transférer aux Hospitaliers une terre quelconque à la demande de son locataire ; il est entendu entre eux que ce même locataire, et ses héritiers, tiendront à jamais leur tenure de l’Ordre. Il est très possible que lesdits locataires cherchaient, par ce moyen, à s’assurer la transmission héréditaire sur des terres qu’ils n’auraient pu avoir autrement qu’à terme. D’autre part, en achetant ainsi son entrée dans le domaine de l’Hôpital, le locataire aurait eu droit aux privilèges qui y étaient accordés. L’exemption du péage était l’un des plus importants. Ce privilège, accordé à l’Ordre par le roi Henri II en 1155, et confirmé par Henri III en 125351, s’étendait également aux confrères et, par association, aux tenanciers de l’Hôpital.

  • 52 Néron, nos 502, 536, 934.

43Presque tous les dons de terre avec tenancier et dont le nom du tenancier est mentionné appartiennent à la seconde moitié du xiie siècle. Ce n’était pas avantageux pour l’Ordre de construire son nouveau domaine avec des terres en tenure héréditaire, mais les Ordres militaires sont entrés tard dans le marché des terres dans l’Essex et ils se préoccupaient davantage de son acquisition que des conditions de seigneurie. Des documents, cependant, suggèrent que, pendant le second quart du xiiie siècle, l’Ordre a tâché de se débarrasser de certains de ses tenanciers héréditaires en leur rachetant les terres. Cette période correspond à celle où les Hospitaliers étaient en train d’élargir rapidement leur domaine. Ce procédé semble avoir été suivi en général par des agents laïques, tels que Jean, fils de Pierre, de Little Sampford, et Simon d’Odewell, dont nous avons parlé plus haut. D’après les documents, l’Ordre n’a tenté de déplacer les tenanciers héréditaires que dans les paroisses où il concentrait ses efforts pour créer un domaine intégral ; c’est-à-dire à Bumpstead Helion, Gestingthorpe et les Sampfords. On trouve également, entre 1220 et 1260, plusieurs transactions dans lesquelles l’Ordre achète des droits de dot des veuves de ses tenanciers en Bumpstead Helion et en Little Sampford. Ces veuves tenaient, sans doute, comme leurs maris l’auraient fait, à titre héréditaire52.

44C’est peut-être à cause du fait que l’Ordre considérait son cartulaire comme témoignage perpétuel que l’on n’y trouve pas des cas de bails à court terme, quoique de tels bails aient dû appartenir à son économie quotidienne. On y trouve des bails à vie, concernant avec peu d’exceptions les paroisses déjà décrites. Le prix de location est souvent très bas et suggère qu’il s’agit là de confréries.

  • 53 Néron, nos 143, 166-167, 175, 177, 186, 188, 219, 330, 423, 472, 480-481, 510, 588, 648, 950.
  • 54 Delaville le Roulx, Cartulaire général, t. I, no 70, par. 6 ; Riley-Smith, Knights, p. 342, 344.
  • 55 Bennett, English Manor, p. 145.
  • 56 Néron, nos 219, 481.

45La tenure la plus répandue entre l’Ordre et ses tenanciers était d’un type héréditaire qui stipulait qu’à la mort du tenancier le tiers de ses biens meubles resterait à l’Hôpital53. Cet arrangement semble avoir été pratique et reflète la clause de la règle de l’Ordre du xiie siècle, selon laquelle le tiers des prélèvements locaux devait être réservé pour le soutien de l’administration centrale de l’Ordre en Orient54. Les preuves de cet arrangement disparaissent des documents concernant l’Essex en 1281, quoiqu’on le mentionne encore dans le Yorkshire vingt ans plus tard55. Il aurait pu continuer ailleurs pendant le xive siècle. Ce n’est que rarement qu’on trouve référence dans ces actes au paiement de gersum, c’est-à-dire d’une taxe que le nouveau tenancier devait payer pour prendre possession d’une terre56.

  • 57 La nécessité d’obtenir une autorisation est spécifiée dans Néron, nos 167, 462, 641.

46A partir du milieu du xiiie siècle, l’Hôpital commence à accepter des tenures héréditaires d’une autre sorte, en échange d’une rente annuelle et d’un paiement fixe au trépas du tenancier, de ses héritiers ou d’autres successeurs. Aussitôt que l’accord avec le nouveau tenancier était conclu, l’Ordre insistait pour qu’il remplisse ses obligations. Si le tenancier voulait transférer sa propriété à un autre, chose qu’il faisait fréquemment contre le paiement d’un gersum considérable et d’une rente annuelle modeste, il était quelquefois obligé d’obtenir auparavant l’autorisation de l’Ordre57. Après le transfert, le nouveau tenancier devait rendre directement à l’Ordre la rente annuelle et tout paiement féodal. Comme contrôle supplémentaire sur le transfert des terres, l’Hôpital a stipulé encore qu’un sous-tenancier n’avait pas le droit d’aliéner sa propriété et souvent on n’a pas autorisé une tenure plus longue qu’à vie.

  • 58 Néron, nos 192, 251, 253.
  • 59 Néron, no 481. Pour d’autres exemples du retour de la charte royale, voir Néron, nos 457, 488, 687 (...)

47A la mort du sous-tenancier, ou à la fin d’une période prédéterminée, la terre reviendrait au tenancier originel, ou à ses héritiers58. Si, d’autre part, un tenancier aliénait une terre à perpétuité, il devait rendre à l’Ordre sa charte originale pour que le nouveau tenancier tienne sa part de l’Ordre « libere, quiete et in pace »59. Dans le cas où un tenancier héréditaire mourrait sans enfant, ses terres reviendraient à l’Ordre ou passeraient à un autre membre de sa famille, de préférence à un frère. C’est grâce à ces moyens que les Hospitaliers ont pu conserver un lien avec leurs sous-tenanciers, un lien qui était plus fort que celui entre le tenancier et le sous-tenancier.

  • 60 En 1228, le prieur Robert de Dive a porté plainte contre Richard de Gray qui lui a empêché le pass (...)

48Les chartes de la camera secunda nous permettent de conclure avec assurance que les Hospitaliers ont entrepris de développer un domaine agricole dans la partie nord-centrale de l’Essex dès leur établissement dans le manoir de Chaureth, au milieu du xiie siècle. A part Chaureth, leurs terres les plus importantes étaient concentrées d’abord dans la région de Bumpstead Helion, puis dans et près des Maplesteads et des Sampfords. Il est peu probable que l’Ordre ait eu la main-d’œuvre nécessaire pour exploiter son domaine agricole en vue d’en tirer profit, mais, en dépit des dépenses pour la nourriture qui figurent dans l’Enquête de 1338, il est vraisemblable que chaque manoir était économiquement indépendant. Il est ausi probable que les manoirs de l’Ordre dans l’Essex, surtout ceux qui dépendaient du prieuré de Clerkenwell, fournissaient, en transportant des produits agricoles par des voies navigables intérieurs jusqu’à la Tamise, l’assiette dudit prieuré60.

49La clé du succès de l’Ordre dans son rôle de « seigneur féodal » était sa capacité à bien tenir ses terres. Grâce aux conditions strictes qu’il imposait sur la succession et la sous-location, l’Ordre n’a jamais perdu le contrôle direct de ses possessions. A la fin d’une tenure, ou bien la terre revenait à l’Ordre et était relouée dans des conditions qui reflétaient le marché de la terre à l’époque, ou (comme à Gestingthorpe pendant la plupart du xive siècle) elle restait dans les mains d’un petit groupe de familles stables. Dans l’absence de renseignements indiquant que l’Ordre était engagé dans la production d’un surplus de produits agricoles pour vendre au marché, on peut conclure d’après la documentation qui nous est disponible, que son économie locale, dans le comté d’Essex au moins, était basée sur l’administration habile de ses terres louées à ferme.

1. Carte de la partie nord-centrale du comté d’Essex indiquant l’emplacement des préceptories (▲) et des manoirs principaux (•) des Hospitaliers.

2. Carte établie d’après les chartes dans la camera secundo indiquant les paroisses dans l’Essex où les Hospitaliers avaient des terres c. 1350 (•= préceptorie). Les noms de lieux correspondant aux numéros ici se trouvent dans la liste sur les pages 140-141.

Lieux correspondant aux numéros marqués sur la carte 2

Paroisse

Hundred ou Canton

1. Alphamstone

Hinckford

2. Alresford

Tendring

3. Ashdon

Freshwell

4. Baddow, Great

Chelmsford

5. Bardfield, Great

Freshwell

6. Bardfield, Little

Freshwell

7. Belchamp

Hinckford

8. Belchamp Otton

Hinckford

9. Belchamp Walter

Hinckford

10. Benflett

Barstable

11. Bergholt, West

Lexden

12. Birch

Lexden

13. Birchanger

Uttlesford

14. Birdbrook

Hinckford

15. Blackmore

Chelmsford

16. Bobbingworth

Ongar

17. Bradfield

Tendring

18. Bradwell-juxta-Coggeshall

Witham

19. Broomfield

Chelmsford

20. Broxted

Dunmow

21. Bulmer

Hinckford

22. Bulphan

Barstable

23. Bumpstead, Helion

Freshwell

24. Bumpstead, Steeple

Freshwell

25. Buttsbury

Chelmsford

26. Chrishall

Uttlesford

27. Colchester

Lexden

28. Colne, Wakes

Lexden

29. Copford

Lexden

30. Creeksea

Dengie

31. Cressing

Witham

32. Debden

Uttlesford

33. Dunmow, Little

Dunmow

34. Easter, High

Dunmow

35. Easthorpe

Lexden

36. Easton, Great

Dunmow

37. Eastwood

Rochford

38. Elmdon

Uttlesford

39. Elmstead

Tendring

40. Elsenham

Uttlesford

41. Epping

Waltham

42. Fairsted

Witham

43. Farnham

Clavering

44. Faulkbourn

Witham

45. Feering

Lexden

46. Felsted

Hinckford

47. Finchingfield

Hinckford

48. Fordham

Lexden

49. Foxearth

Hinckford

50. Fryerning

Chelmsford

51. Fyfield

Ongar

52. Gestingthorpe

Hinckford

53. Gosfield

Hinckford

54. Hallingbury, Little

Harlow

55. Halstead

Hinckford

56. Ham, East

Becontree

57. Hanningfield, East

Chelmsford

58. Harlow

Harlow

59. Hatfield Broad Oak

Harlow

60. Hatfield Peverel

Witham

61. Hedingham, Castle

Hinckford

62. Hedingham, Sible

Hinckford

63. Hempstead

Freshwell

64. Henham

Uttlesford

65. Henny, Great

Hinckford

66. Heydon

Uttlesford

67. Horkesley, Great

Lexden

68. Ilford

Becontree

69. Kelvedon

Witham

70. Lambourne

Ongar

71. Langford

Thurstable

72. Latton

Harlow

73. Laver

Ongar

74. Leighs, Great

Chelmsford

75. Leighs, Little

Chelmsford

76. Lindsell

Dunmow

77. Maplestead, Great

Hinckford

78. Maplestead, Little

Hinckford

79. Markshall

Lexden

80. Mashbury

Dunmow

81. Middleton

Hinckford

82. Navestock

Ongar

83. Newport

Uttlesford

84. Norton Mandeville

Ongar

85. Notley

Witham

86. Notley, Black

Witham

87. Notley, White

Witham

88. Oakley, Great

Tendring

89. Oakley, Little

Tendring

90. Ockendon

Chafford

91. Ongar, Chipping

Ongar

92. Ovington

Hinckford

93. Paglesham

Rochford

94. Parndon, Great

Harlow

95. Parndon, Little

Harlow

96. Pebmarsh

Hinckford

97. Pentlow

Hinckford

98. Prittlewell

Rochford

99. Quendon

Uttlesford

100. Rawreth

Rochford

101. Rayleigh

Rochford

102. Ridgewell

Hinckford

103. Rivenhall

Witham

104. Roding, Margaret

Dunmow

105. Roxwell

Chelmsford

106. Saint Osyth

Tendring

107. Saling, Great

Hinckford

108. Sampford, Great

Freshwell

109. Sampford, Little

Freshwell

110. Sandon

Chelmsford

111. Shalford

Hinckford

112. Shellow Bowells

Dunmow

113. Shoebury, North

Rochford

114. Steeple

Dengie

115. Stifford

Chafford

116. Stisted

Hinckford

117. Sturmer

Hinckford

118. Tendring

Tendring

119. Terling

Witham

120. Tey, Great

Lexden

121. Thaxted

Dunmow

122. Theydon Bois

Ongar

123. Tilbury-juxta-C

Hinckford

124. Tolleshunt D’Arcy

Thurstable

125. Tolleshunt Knights

Thurstable

126. Toppesfield

Hinckford

127. Totham, Great

Thurstable

128. Twinstead

Hinckford

129. Ugley

Clavering

130. Ulting

Witham

131. Wakering, Little

Rochford

132. Waltham Holy Cross

Waltham

133. Wennington

Chafford

134. Wickham Bishops

Thurstable

135. Wickham St. Paul’s

Hinckford

136. Widdington

Uttlesford

137. Willingale Spain

Dunmow

138. Willingale Doe

Dunmow

139. Wimbish

Uttlesford

140. Witham

Witham

141. Wivenhoe

Lexden

142. Yeldham, Great

Hinckford

Notes

1 Beatrice E. Lees, ed., Records of the Templars in England in the twelfth century : the Inquest of 1185, Londres, 1935, p. xxxviii-xxxix (ci-après : Lees, Records of Templars) ; R.A. Donkin, The Cistercians : studies in the geography of medieval England and Wales, Toronto, 1978, p. 15, 28-29 (ci-après : Donkin, Cistercians) ; Bennett D. Hill, English Cistercian monasteries and their patrons in the twelfth century, Urbana, 1968, p. 27 ; Dom David Knowles et R. Neville Hadcock, eds., Medieval religious houses : England and Wales, nouvelle éd., Londres, 1971, p. 112-115 (ci-après : Knowles et Hadcock, Medieval religious houses).

2 Cartulaire de l’Ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem en Angleterre, Bibliothèque britannique, ms. Cotton, Néron E VI, no 215. Ce cartulaire consiste en deux parties, distinguées comme camera prima et camera secunda, dont la dernière a été éditée et publiée par M. Gervers, The cartulary of the knights of St. John of Jerusalem in England, secunda camera : Essex, dans la série de l’Académie britannique, Records of Social and Economic History, nouvelle série, 6, Londres, 1982. Références à ce manuscrit dans cet article se trouveront sous le titre « Néron ». Le folio sera indiqué pour le texte non publié de la camera prima, pendant qu’un numéro consécutif sera donné pour les chartes qui se trouvent dans l’édition publiée de la camera secunda.

3 Knowles et Hadcock, Medieval religious houses, p. 298, 300 ; J.H. Round, « The foundation of the priories of St. Mary and St. John, Clerkenwell », dans Archaeologia, 56 (1899), p. 223-228. On a proposé que ces premières donations ont été administrées par le prieuré de Saint-Gilles en France (H.J. Ellis et F.B. Bickley, eds., Index to the charters and rolls in the department of manuscripts, British Museum, tome 1 : Index locorum, Londres, 1900, p. 650a [ms. Harley 83 c. 41] ; Jonathan Riley-Smith, The knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, ca. 1050-1310, Londres, 1967, p. 353, 357 [ci-après : Riley-Smith, Knights]).

4 Néron, no 283.

5 Néron, no 300.

6 Néron, nos 298, 302.

7 Néron, folio 205, et Néron, no 361.

8 Néron, nos 334, 394.

9 Néron, no 414.

10 Néron, no 324.

11 Néron, folio 218, et Néron, nos 91-94.

12 Néron, folio 204.

13 Néron, no 216.

14 Néron, nos 260, 266, 292, 413, 415, 568. Les locataires qui tenaient en rendant le tiers de leurs biens mobiliers à l’occasion du trépas payaient davantage.

15 De ce total, trois sont des confirmations de propriétés déjà données, neuf sont des dons de serfs et de leurs biens, seize représentent la cession à l’Ordre de dons de plus de vingt et un acres de terre ou de sept shillings de loyer, cinq sont des cessions d’entre dix et vingt acres, et huit sont des transferts d’un à sept shillings de loyer.

16 La préservation de ces petits dons représente un des cotés les plus intéressants des archives de l’Ordre en Angleterre. On n’en trouve pas autant dans les cartulaires d’autres maisons religieuses. La différence peut être expliquée par le fait que les Hospitaliers s’occupaient davantage de l’enregistrement et de la préservation de leurs chartes, quelle que soit l’importance de leur contenu.

17 Si l’acre était considéré comme l’unité de transfert minimal, ce n’était pas sans une valeur réelle. Les loyers, quoique souvent d’un montant limité, étaient une source continuelle de revenu. Pour ceux qui devaient les payer, les droits d’entrée et d’autres formes de compensation étaient élevés.

18 Des donations de ce genre se trouvent dans d’autres cartulaires ; voir J.L. Fisher, ed., Cartularium prioratus de Colne, Essex Archaeological Society : Occasional Publications, 1 (1946), nos 74, 78, 94, et W.O. Hassall, ed., Cartulary of St. Mary Clerkenwell, Royal Historical Society, Camden, 3e série, 71 (1949), nos 40, 55, 61.

19 Néron, no 908.

20 R.E.C. Kirk, ed., Feet of Fines for Essex, t. I, Colchester, 1899, p. 142-143, no 177.

21 Néron, nos 906, 910, 916.

22 Néron, nos 130, 132. Permission du roi d’acquérir en mainmorte trois maisons et deux carucates et demie de terre dans les paroisses d’Aveley et de Wennington est donnée au prieur Guillaume de Henley le 20 mai 1285 (Calendar of the Patent Rolls, Edward I, t. II, Londres : Public Record Office, p. 165). C’est la seule autorisation de cette sorte enregistrée pour l’Ordre dans l’Essex pendant tout le règne d’Edouard Ier.

23 Néron, no 391.

24 Le statut ne semble pas avoir empêché l’échange de terres entre des maisons religieuses (voir Néron, no 104), ni le transfert des services fonciers tel que le droit de passage (Néron, no 211). Sur les résultats ailleurs de la promulgation du statut de mainmorte, voir L.A. Desmond, « The statute De viris religiosis and the English monks of the Cistercian affiliation », dans Cîteaux : commentant cistercienses, 25 (1974), p. 137-155 ; Donkin, Cistercians, p. 59, note 102, p. 163 ; St. Mary Clerkenwell, p. xi.

25 Pour les événements concernant l’acquisition des propriétés des Templiers par les Hospitaliers, voir A.M. Leys, « The forfeiture of the lands of the Templars in England », dans Oxford Essays in Medieval History presented to H.E. Salter, F.M. Powicke, ed., Oxford, 1934, p. 155-163 ; T.W. Parker, The knights Templars in England, Tucson, 1963 ; C. Perkins, « The knights Hospitallers in England after the fall of the order of the Temple », dans English Historical Review, 45 (1930), p. 285-289 ; C. Perkins, « The knights Templars in the British Isles », dans English Historical Review, 25 (1910), p. 209-230 (ci-après : Perkins, « Templars »).

26 Néron, nos 1, 2, 4-6.

27 L.B. Larking et J.M. Kemble, eds., The knights Hospitallers in England : being the report of Prior Philip de Thame to the Grand Master Elyan de Villanova for A.D. 1338, Camden Society, ancienne série, 65 (1857), p. 168-169 (ci-après : Larking et Kemble).

28 Lees, Records of Templars, p. lxxiv-lxxv, p. 4 et notes 5, 6 et 16, et p. 8 ; M. Gervers, The Hospitaller cartulary in the British Library (Cotton ms, Nero E VI) : a study of the ms and its composition, with a critical edition of two fragments of earlier cartularies for Essex, Toronto, 1981, p. 3, 4, 45-46 ; Larking et Kemble, p. 94-95, 168, 170.

29 Larking et Kemble, p. 212-213.

30 J. Delaville le Roulx, ed., Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem : 1100-1310, t. I, Paris, 1894, no 70 par. 6 (ci-après : Delaville le Roulx, Cartulaire général) ; E.J. King, The rule, statutes and customs of the Hospitallers, 1099-1310, Londres, 1934, p. 22 ; Riley-Smith, Knights, p. 344.

31 Voir par exemple Néron, folios 192, 207, 207 v., 208 et 215, et Néron, nos 124, 126, 367, 370, 485-486, 498, 514, 548, 736, 813, 823, 848, 910, 939, 946-949.

32 Paroisses situées le long de la Tamise et mentionnées dans Néron : East Ham (no 375), Rainham (folios 185-200 v.), Wennington (nos 383-385, 387, 596), West Thurrock (folios 201-203 v.), Grays Thurrock, (folio 204-204 v.) et Stifford (no 580).

33 Du nord au sud, les paroisses sont Broxted, Hatfield Broad Oak, Margaret Roding, Willingale Doe, Shellow Bowells, Fyfield, Norton Mandeville, Chipping Ongar, Navestock, Theydon Bois, Lambourne et Ilford.

34 L’Ordre avait des droits sur la terre ad pontem qui traversait la rivière Colne à Halstead à partir de la deuxième moitié du xiie siècle. C’était l’époque où l’étendue du domaine de l’Ordre à Bumpstead Helion augmentait, mais avant qu’on lui ait offert le manoir de Little Maplestead (Néron, nos 616-617).

35 Sur la possibilité de se servir même des ruisseaux pour le transport des marchandises au Moyen Age, voir A.C. Leighton, Transport and communication in early medieval Europe A.D. 500-1100, Newton Abbot, 1972, p. 125 ; J.F. Willard, « Inland transportation in England during the fourteenth century », dans Speculum, 1 (1926), p. 361-374.

36 Ces calculs sont basés sur une production moyenne de six à dix boisseaux de blé et huit à quatorze boisseaux d’orge par acre. Ils comprennent également la superficie nécessaire pour rendre suffisamment de grain pour semer 52 acres de chaque, basé sur deux boisseaux et demi de blé et trois boisseaux et trois quarts d’orge par acre. Pour ces évaluations de grain et de production, voir K.C. Newton, The manor of Writtle, the development of a royal manor in Essex, c. 1086-c. 1500, Londres, 1970, p. 57-58 ; M. Morgan, The English lands of the abbey of Bec, Oxford, 1946 (réimpr. 1968), p. 99 ; H.S. Bennett, Life on the English manor, Cambridge, 1937 (réimpr. 1971), p. 86-87 (ci-après : Bennett, English manor) ; D. Oschinsky, ed., Walter of Henley and other treatises on estate management and accounting, Oxford, 1971, p. 173, note 2.

37 Larking et Kemble, p. 87-88.

38 Néron, nos 470, 916. Néron, no 942, indique que l’Ordre y a entretenu un prêtre et la chapelle jusque vers 1389.

39 Néron, nos 139 (fratres cum caruga sua), 451 (dederunt dicti prior et fratres... 3 solidos et unam summam frumenti), 477 (Hiis testibus... fratre Henrico dicto messagero), 488-491 (achat par l’Ordre pour une année des biens de 42 acres de terre avec l’intention à la fin de cette période d’acheter ladite terre). On parle peu des biens de la terre, quoique le blé (nos 144, 804) et l’avoine (nos 144, 681) soient mentionnés. Les noms de lieu, « Hwetecroft » et « Watelesford » (nos 806, 833-834, 840, 851, 854) dans la paroisse de Gestingthorpe, indiquent aussi la culture de blé dans la région.

40 Néron, nos 720, 725.

41 Néron, no 725.

42 Néron, no 211.

43 Néron, folio 200 v.

44 Une exception importante est l’autorisation d’Henri III, datée le 14 avril 1230, de clôturer un bois dans la forêt royale à Ginges, puis de l’essarter et finalement de le cultiver (Néron folio 215v).

45 Little Leighs, Parndon, Pebmarsh, Paglesham, Ugley et Bumpstead Helion (Néron, nos 59, 257, 271, 363, 392, 414).

46 Néron, nos 906-907, 910, 912, 916 ; voir aussi nos 909, 918-920, 924, 928.

47 Pour une ligne de conduite pareille suivie par les Cisterciens, voir Donkin, Cistercians, p. 17, et C.J. Holdsworth, ed., Rufford Charters, t. I, Thoroton Society, Record Series, 29 (1972), p. lxi.

48 Voir, par exemple, Néron, nos 47, 157, 236, 240, 273, 278, 514-515, 550-552, 611-612, 617, 646-648, 658, 907.

49 Néron, nos 550-551, 617.

50 Néron, nos 266, 293, 356-357, 547, 568.

51 Delaville le Roulx, Cartulaire général, t. I, p. 180, no 238, et t. II, p. 742-743, no 2646 ; Riley-Smith, Knights, p. 375-389 ; Perkins, « Templars », p. 217.

52 Néron, nos 502, 536, 934.

53 Néron, nos 143, 166-167, 175, 177, 186, 188, 219, 330, 423, 472, 480-481, 510, 588, 648, 950.

54 Delaville le Roulx, Cartulaire général, t. I, no 70, par. 6 ; Riley-Smith, Knights, p. 342, 344.

55 Bennett, English Manor, p. 145.

56 Néron, nos 219, 481.

57 La nécessité d’obtenir une autorisation est spécifiée dans Néron, nos 167, 462, 641.

58 Néron, nos 192, 251, 253.

59 Néron, no 481. Pour d’autres exemples du retour de la charte royale, voir Néron, nos 457, 488, 687, 826, et E. King, Peterborough Abbey, 1086-1310, Cambridge, 1973, p. 100.

60 En 1228, le prieur Robert de Dive a porté plainte contre Richard de Gray qui lui a empêché le passage in aqua Tamis usque ad Turroc, quam habere solet et debet ad carcandum [sic] victualia sua et ducendum usque ad London etc. (Curia Regis Rolls, Londres : Public Record Office, t. xiii, p. 121, no 520).

Notes de fin

* L’auteur est redevable à son collègue, M. Guy Lobrichon, du Collège de France, d’avoir vérifié le français de cette communication.

Table des illustrations

Légende 1. Carte de la partie nord-centrale du comté d’Essex indiquant l’emplacement des préceptories (▲) et des manoirs principaux (•) des Hospitaliers.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Légende 2. Carte établie d’après les chartes dans la camera secundo indiquant les paroisses dans l’Essex où les Hospitaliers avaient des terres c. 1350 (•= préceptorie). Les noms de lieux correspondant aux numéros ici se trouvent dans la liste sur les pages 140-141.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 303k

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.