Version classiqueVersion mobile

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les exploitations rurales des Hospitaliers en Italie au xive siècle

Anthony Luttrell

Texte intégral

  • 1 Comme exception, voir L. Tacchella,/Cavalieri di Malta in Liguria, Gênes, 1977 ; voir aussi E. Sch (...)

1Il est, pour l’instant, impossible de présenter des conclusions définitives sur le régime agraire des Hospitaliers italiens en raison de l’importance des lacunes de la documentation et de l’absence de travaux de base sur l’Hôpital en Italie ; la plupart des études existantes sont soit des publications anciennes, soit des œuvres d’intérêt très local1.

  • 2 Texte dans L. Tacchella, Il Sovrano Militare Ordine di Malta nella Storia di Verona, Gênes, 1969, (...)

2L’Hôpital possédait des terres de culture. Les documents recensent beaucoup de petites parcelles de terrain, probablement acquises par donation et souvent géographiquement dispersées, où on cultivait la vigne, l’olivier et, surtout, le froment. En 1371, par exemple, la commanderie de Vérone avait des maisons, en ville et en dehors des portes, et aussi beaucoup de pièces de terre : campi, pezze di terra, vigne, terre prative, terre aroare, terre boschive, terre casaline, orti, terre murade, olive, mandorlari, terre zapadore, alberi fruttiferi2. Un grand nombre de documents mettent en évidence qu’au moins une partie des possessions de la commanderie était louée ou acensée à des séculiers, mais, très souvent, de tels textes ne fournissent pas les moyens d’aller plus loin dans l’analyse.

  • 3 Venise, Archivio del Gran Priorato di Venezia e di Lombardia, filza 774, contient deux libri de ca (...)
  • 4 R. Brentano, Two Churches : England and Italy in the Thirteenth Century, Princeton, 1968, p. 291-3 (...)
  • 5 Assez souvent, l’exemption n’était pas concédée par les papes : N. Housley, The Italian Crusades : (...)

3Pour le xive siècle, il faut surtout avoir recours à certaines enquêtes, dans la mesure où, à la différence de la France et de l’Espagne, il ne reste, pour les prieurés et les commanderies d’Italie, que des archives très fragmentaires ; on ne possède pas non plus de cartulaire, comme c’est le cas pour l’Angleterre. Il n’existe aucun indice attestant la tenue de registres prieuraux par les Hospitaliers d’Italie avant 14103 ; le même phénomène se rencontre, d’ailleurs, dans la plupart des évêchés italiens4. Les possessions de l’Hôpital n’étaient pas toujours exemptes de la décime pontificale5 mais, ordinairement, elles ne figurent pas dans les Rationes decimarum des collecteurs pontificaux. Ainsi, à côté des fragments des archives centrales de Rhodes, conservés à Malte, de quelques petites parties des archives prieurales déposées à Florence, Venise, Turin et Milan, des documents des archives du Vatican, et des informations dispersées à travers de nombreuses archives et autres sources italiennes, doit-on utiliser une enquête effectuée en 1333 dans le prieuré de Rome et les enquêtes faites sur l’Hôpital en 1373, à la demande du pape, conservées pour une trentaine de diocèses italiens.

  • 6 P. Jones, « Medieval Agrarian Society in its Prime : Italy », dans Cambridge Economic History of E (...)

4L’étude des Hospitaliers se trouve confrontée au régionalisme de l’historiographie italienne et, jusqu’à présent, à la rareté des informations sur les cadres généraux de la vie agraire au xive siècle6. Le grand problème est celui des diversités : diversité des régimes politiques, allant de la féodalité subalpine du Piémont aux républiques de Lombardie et de Toscane jusqu’aux monarchies de Naples et de Sicile ; diversité des mentalités des frères responsables de l’exploitation des prieurés, allant des aristocrates de Ligurie aux hommes d’affaires de Venise et de Pise et à la petite noblesse de campagne dans le sud ; et diversité, surtout, des conditions géographiques et climatiques, des fertilités des sols et des types de culture se succédant des Alpes jusqu’à la Sicile. En outre, l’analyse strictement économique ou agraire des développements est entravée par les multiples crises du xive siècle : pestes, famines, mortalités, abandons de terres, inflation monétaire, guerres et schisme dans l’Eglise romaine.

  • 7 Voir, par exemple, Appendice III (1381). Conclusion identique de Noël Coulet, ci-dessus, p. 36.

5L’interprétation des sources rencontre de graves difficultés. Souvent, les inventaires et les enquêtes ne mentionnent pas les responsiones, ces sommes que les Hospitaliers devaient envoyer à Rhodes, omission qui fausse les calculs et les discussions sur la rentabilité des commanderies. Devant les déficits, explicites ou implicites, présentés par beaucoup de bilans de commanderies, il faut tenir compte du fait que les Hospitaliers bénéficiaient de divers services, y compris les paiements en nature, qui n’étaient pas chiffrables ou qui n’ont pas été mentionnés dans les documents. Il faut penser que les comptes furent souvent, en fait, équilibrés par les revenus fournis par l’élevage et par le bétail, sources de profits toujours plus importantes au cours du xive siècle. A l’exception de quelques bêtes de labeur, le bétail n’était généralement pas mentionné dans les enquêtes parce que le cheptel n’appartenait pas, en théorie, à la commanderie, mais plutôt à son commandeur ; on le trouve, par contre, dans les spolia ou inventaires des biens des commandeurs défunts7.

  • 8 Biblioteca Vaticana, ms. Vat. lat. 10.372, analysé dans D. Moullot, Lu fortune du prieuré romain d (...)
  • 9 Textes à la Bibliothèque nationale, Paris, et aux Archives du Vatican : voir J. Glénisson, « L’enq (...)

6L’enquête de 1333 dans le prieuré de Rome a été étudiée par M. Dominique Moullot8. Pour effectuer des calculs et dresser des tables sur les 51 commanderies du prieuré, M. Moullot a été obligé de compter les nombreuses parcelles de terre en supposant, dans beaucoup de cas, que toutes étaient égales en grandeur et en fertilité. Beaucoup de petites parcelles étaient louées ou données à cens ; ces rentes et cens devaient nécessairement figurer dans les comptes et les inventaires parce qu’ils représentaient des revenus. Certaines, ou même beaucoup, de ces parcelles étaient, peut-être, louées ou acensées précisément parce qu’elles étaient fragmentaires et ne faisaient pas partie de la réserve exploitée directement par les frères. Ces parcelles se trouvaient ainsi recensées dans les comptes, alors que la majorité des terres, dans la réserve, en étaient peut-être exclues. Ainsi, la documentation peut-elle masquer l’étendue de la réserve et, dans ce cas, faire le compte des fragments peut risquer de fausser les tables. Il faut déterminer les limites des terres et calculer mesures et monnaies. Parce qu’on mesurait les parcelles avec la quantité de semence nécessaire à leur emblavement, il est, normalement, impossible de connaître leur grandeur ; de plus, la proportion des terres laissées en jachère étant inconnue, le calcul des rendements est impossible. La série des enquêtes épiscopales faites sur l’Hôpital en 1373 dans une trentaine de diocèses italiens, à la demande du pape, présente de semblables difficultés d’utilisation9.

  • 10 A. Luttrell, The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West : 1291-1440, Londres, 1978, X (...)

7Pour résoudre certains de ces problèmes, il est essentiel d’accumuler des informations topographiques afin de pouvoir situer les parcelles sur la carte, de fixer leurs limites et caractéristiques, et de juger de leur répartition autour du centre de la commanderie. Une approche possible consiste à choisir des zones très restreintes et à les étudier de manière très détaillée à travers une période s’étalant sur plusieurs siècles. Un tel travail nécessite des recherches dans les archives de l’Hôpital, à Malte et en Italie, des investigations dans les archives locales, l’étude des toponymes et des cartes. Il faut utiliser les cabrei ou terriers modernes qui donnent des informations sur les confins et sur les bâtiments de la commanderie, informations souvent très peu altérées à travers les siècles. Une prospection sur le terrain est indispensable et on peut aussi avoir recours à l’archéologie des commanderies. Une telle façon de procéder est, malheureusement, extrêmement lente10.

  • 11 Esquisse générale dans J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus : c. 1050-1 (...)
  • 12 Références dans Luttrell (1978), VII et X ; voir aussi J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers en (...)

8Les buts essentiels des implantations de l’Hôpital en Occident étaient multiples. Les possessions y étaient groupées en langues, regroupant des prieurés, regroupant eux-mêmes les commanderies, ou preceptorie, ces dernières étant les unités administratives de base de l’exploitation agraire11. A la différence des commanderies françaises, beaucoup de commanderies italiennes avaient des activités non agricoles ; elles étaient situées dans, ou juste en dehors, de grandes villes et de ports. Elles possédaient des propriétés ainsi que des rentes et revenus urbains, et étaient souvent placées sur les routes qu’empruntaient les croisés, les pèlerins et les Hospitaliers eux-mêmes, pour traverser l’Italie en direction de la Terre Sainte. Sur les sept prieurés italiens, quatre avaient leur siège respectivement dans les ports de Pise, Messine, Barletta et Venise ; les autres étaient les prieurés de Rome, de Capoue et de Lombardie12.

  • 13 La perte de Rhodes ne marqua pas la fin de l’Ordre, mais la confiscation de ses commanderies, à la (...)
  • 14 Voir P. Jones, « Per la Storia agraria italiana nel Medio Evo : Lineamenti e Problemi », dans Rivi (...)

9Même lorsqu’une commanderie était à prédominance rurale, elle n’était pas seulement une unité économique ; son activité n’avait pas pour seul but de produire un surplus de denrées destiné à être vendu afin d’envoyer ensuite l’argent en Orient. L’envoi des responsiones, les taxes dues au trésor de Rhodes, était évidemment fondamental pour la survie de Rhodes et pour la poursuite de la guerre contre les infidèles. Mais la commanderie avait d’autres activités : parfois un hospice ou un hôpital à gérer, souvent des églises et chapelles à desservir, des frères âgés à entretenir. Les commanderies étaient surtout des lieux de recrutement et de préparation des frères, des endroits où l’on collectait les fonds et les donations, et des centres de publicité, de propagande, envers le public. Pour les Hospitaliers eux-mêmes, l’exploitation de leurs possessions n’était pas une affaire purement financière. Ils avaient compris l’importance de la vie de la commanderie et ils étaient profondément attachés à la conservation, à long terme, de leur patrimoine foncier. Sans les commanderies, l’Ordre n’aurait pu continuer d’exister13. Cet intérêt compréhensible pour la défense des terres se heurtait à d’autres tendances inspirées par la tentation pour les frères de s’absenter de leurs commanderies, et même au mouvement allant, dans l’Italie du xive siècle, vers l’abandon du faire-valoir direct au profit d’une gestion indirecte confiée à des « entrepreneurs-paysans », massarii, prêtres, petits marchands, et autres. Cette tendance n’était pas un indice d’affaiblissement, parce que, du point de vue économique, la gestion indirecte pouvait impliquer des contrôles rigoureux, de hauts revenus et une rentabilité plus élevée14.

  • 15 Aucune étude pour l’Italie ; mais voir T. Bisson, « Credit, Prices and Agrarian Production in Cata (...)
  • 16 Pour le Latium, voir Silvestrelli et, en général, voir J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à R (...)

10Comme dans les autres prieurés occidentaux, ce fut au xiie, et surtout au xiiie siècle, que les Hospitaliers italiens reçurent des donations. Ils avaient acheté, vendu et échangé, défriché, regroupé et organisé ces terres, qu’ils exploitaient, sans doute, de la même manière que les autres institutions ecclésiastiques. Les Ordres militaires pouvaient gérer leurs domaines avec une grande efficacité15. De plus, la suppression de l’Ordre du Temple, en 1312, et le lent et difficile passage de la plupart de ses biens à l’Hôpital avaient provoqué une grande réorganisation des possessions de l’Ordre. Ces dernières, en un moment où les donations étaient beaucoup en déclin, s’étaient trouvées probablement presque doublées par l’apport des biens du Temple16.

  • 17 Textes dans A. Gilmour-Bryson, The Trial of the Templars in the Papal State and the Abruzzi, Vatic (...)
  • 18 Texte dans T. Bini, « Dei Tempieri e del loro Processo in Toscana », dans Atti della Reale Accadem (...)
  • 19 Mentionnés, par exemple, dans plusieurs enquêtes de 1373.

11L’organisation agraire des Templiers était légèrement différente de celle de l’Hôpital. Selon une enquête de 1310, sur 33 Templiers interrogés dans la région de Rome, 19, soit près de 60 %, n’étaient ni milites, ni presbiteri, mais plutôt servientes. Il s’agissait de gens illettrés qui donnaient l’impression d’appartenir à une basse couche sociale, vouée à l’agriculture. Le Templier Fr. Vivolo de San Giustino, de la région de Pérouse, ancien familiaris du commandeur de San Bevignata de Pérouse, refusa de répondre à une question, disant qu’il savait peu de chose, étant d’un bas niveau dans l’Ordre et commis aux tâches agricoles : parvum sciebat, quia erat vilis conditionis in dicto ordine et ad negotia rustica deputatus. Plus loin, il dit ne pas avoir d’informations quia ruralis homo erat et agricola17. Dans le procès des Templiers toscans, les dépositions de certains frères furent exclues parce qu’ils exerçaient des tâches exclusivement agricoles : aliqui ad sola servitia seu rusticaria opera deputati18. Dans les documents concernant l’Hôpital, au xive siècle, on trouve quelques sergents, mais on ne trouve pas de ces servientes rustici que comptait l’Ordre du Temple. On connaît cependant l’existence des oblati, des confratres, des familiares, souvent des gens mariés, qui étaient associés à l’Hôpital et chargés des tâches administratives dans les commanderies, mais il ne semble pas qu’ils aient été affectés aux activités agricoles19.

  • 20 Texte dans C. Tipton, « The 1330 Chapter General of the Knights Hospitallers at Montpellier », dan (...)
  • 21 Date établie par Moullot, p. 11 ; les chiffres qui suivent, tirés du mémoire de Moullot, doivent ê (...)
  • 22 Voir texte en Appendice I.

12La période entre 1306, lorsque les Hospitaliers commencèrent la conquête de l’île de Rhodes, et 1312, lorsque le Temple fut aboli, marqua un moment décisif dans le développement de l’Hôpital. L’absorption des biens du Temple se fit selon un lent processus mais, en 1330, un chapitre général de l’Hôpital demande la compilation de registres récapitulant la valeur des commanderies dans chaque prieuré20 ; en 1333, une telle enquête fut effectuée dans le prieuré de Rome, en Latium du Nord, en Ombrie et dans les Marches21. Dans les Etats pontificaux, la guerre était déjà répandue et les témoins se lamentaient en raison des violences, des intempéries, des abandons de cultures et de la chute des revenus. A Viterbe, on trouvait des zones abandonnées, des maisons en ruine, des terres mal cultivées22.

13Dans le prieuré de Rome, pendant le xive siècle, les propriétés étaient encore très morcelées. La plupart des terres cultivées étaient situées sur les flancs de collines aux pentes abruptes. Il s’agissait de zones de polyculture, avec des vignobles et des champs d’oliviers, où la densité de population était relativement haute. Les céréales tenaient la première place avec 78 % des parcelles de terres labourables, c’est-à-dire ensemencées ; 5 % étaient des parcelles de vignes, et 4 % étaient pro parte vineate. On trouvait, évidemment, des variations : par exemple, 92 % de terres labourables à Patrignone où il n’y avait, par contre, aucun vignoble, et 41 % de terres labourables à Mugnano où il y avait une grande proportion de bois. Des bâtiments à usage agricole — maisons, casalia, colombiers, moulins — étaient mentionnés, le processus d’appoderamento, de la dispersion de l’habitat, étant peut-être commencé.

  • 23 Voir textes en Appendices I-II.

14Un commandeur qui était en service à Rhodes, ou qui était absent parce qu’il détenait plusieurs commanderies ou pour quelque autre motif, pouvait louer, arrenter ou donner à bail l’ensemble de sa commanderie à un autre Hospitalier ou à un conductor ou régisseur. En 1333, la plupart des commandeurs du prieuré de Rome résidaient, apparemment, dans leurs maisons et seules quelques commanderies étaient gouvernées par un autre Hospitalier au nom du commandeur. Le commandeur, ou le régisseur, pouvait gérer la commanderie soit en faire-valoir direct, ou presque totalement direct, soit selon un mode de gestion indirect, au moyen de fermages ou de concessions à rente et à cens, soit, enfin, selon un régime mixte. A Viterbe, en 1333, le commandeur tenait entre ses mains la maison mais il avait concédé la majorité des biens mentionnés dans l’enquête ; parmi les locataires, il y avait un prêtre et un notaire. A Saviglano, près d’Orte, le commandeur exploitait une partie de la commanderie en faire-valoir direct, une partie était louée moyennant le quart de son revenu, et une partie était inculte ; une église rapportait un florin par an23.

15Dans le prieuré de Rome, en 1333, approximativement 45 % des commanderies pratiquaient intégralement le faire-valoir direct ; 13 % un régime à plus de 90 % direct ; 30 % un régime mixte ; et 12 % une gestion indirecte. Les commanderies pratiquant le faire-valoir direct, ou un régime à plus de 90 % direct, étant les plus grandes, il en résultait qu’environ 80 % des sources de revenus étaient exploitées de façon directe. Pour les 20 % de terres exploitées de manière indirecte, les distinctions entre les modes de gestion ne sont pas très claires dans le texte de 1333 ; on trouve des fermages à court terme, probablement d’un an ou de quelques années, payés en espèces ou en nature ; des concessions à long terme à des tenanciers jouissant d’un contrat permanent et payant des cens en argent ou en nature, parfois les deux ; et des champarts, contrats selon lesquels le locataire devait donner une portion de la récolte en cens. En effet, comme d’ailleurs partout en Italie à la même époque, il y avait une complexité de mode de tenures et de paiements, anciens et nouveaux, avec une prépondérance de contrats à court terme pour le paiement des rentes.

  • 24 Cependant, l’enquête de 1333 mentionne (fol. 4v.), près de Viterbe : sunt et alique dictarum vinea (...)

16L’enquête de 1333 ne mentionne que très rarement les bêtes de labeur ou les outils agricoles et ne fournit guère plus d’informations sur les hommes utilisés pour la gestion directe des domaines. Il y avait des casalera données à cens, mais le texte n’apporte pas d’informations sur le caractère de leurs occupants. On ne trouve pas le système de la mezzadria, ou métayage24, et la seigneurie banale n’existait pas dans le prieuré de Rome : pas de services, de corvées ou d’obligations comme celles d’utiliser les moulins, fours et ponts de l’Hôpital. Les services étant pratiquement inexistants, il en résultait que l’Ordre payait des ouvriers salariés pour travailler ses terres.

  • 25 Delaville le Roulx (1913), p. 25, 60, 188 ; Riley-Smith, p. 353-355 ; Cartulaire, t. II, no 1654 ; (...)
  • 26 Texte de 1330 dans Tipton, p. 304 : comptes de 1373-74 à Valletta, National Library of Malta, Arch (...)

17Un autre inventaire, fait entre 1330 et 1345 à Santa Trinità di Venosa, dans le nord des Pouilles, montre la situation exceptionnelle, mais caractéristique, d’un groupe de grandes commanderies — Alife, Santa Eufemia, Monopoli et Venosa — qui étaient des anciennes abbayes bénédictines transférées à l’Hôpital par les papes entre ca. 1292 et ca. 132225. Apparemment, elles avaient gardé une organisation agricole de type bénédictin, étaient indépendantes des prieurés de Capoue et de Barletta et payaient leur responsiones directement au trésor de l’Hôpital. Leurs propriétés étaient exploitées selon un régime de latifondia, avec des surfaces de culture assez grandes cultivées en faire-valoir direct pour la production intensive de céréales ; ce type d’exploitation était le plus fréquent dans le sud. Venosa était une maison exceptionnellement riche. En 1330, elle devait payer 1 500 florins de responsiones, alors que le prieuré de Venise, dans sa totalité, était taxé à 800 florins, les prieurés de Pise et de Rome, ensemble, à 1 600 florins, et le prieuré de Capoue à 2 000 florins. En 1374, les prieurés italiens fournirent 6 784 florins, soit le cinquième des revenus occidentaux de l’Hôpital pour cette même année26.

  • 27 Malta, Cod. 280, fol. 55-64.
  • 28 En supposant que Tenbolum ferratum signifie charrue.
  • 29 Vegetes, Tinas, Tratoretlos, Avantitinas (?).
  • 30 Malta, Cod. 319, fol. 252 V.-253.
  • 31 Malta, Cod. 16, no 52.

18Le status domorum massariarum et animalium preceptorie Sancte Trinitatis de Venusio donne l’inventaire du mobilier de l’église, de la maison et de la cuisine de la domus Terre Cornete27. Il inclut 6 currus, ou charrettes, un âne, 54 boves domici, ou bœufs de labour, appartenant à la réserve de la commanderie, 135 salme de froment, 76 saline d’orge, 8 charrues28, 900 bœufs et chèvres, et beaucoup de tonneaux29. Cet inventaire met en évidence, à Venosa, une activité très tournée vers l’agriculture, avec mentions d’outils pour la culture des champs, de bétail, de froment et d’orge, mais presque jamais de vin. A côté du bétail recensé à Corneta, on trouve, dans les neuf autres domus ou massarie dépendant de Venosa, 458 boves, dont 307 à San Giovanni di Piczonibus. Pour les dix domus, on aboutit à un total de 780 salme de froment et 615 salme d’orge, plus 295 porcs et des quantités de vaches et d’ânes. En 1366, cependant, Venosa était tellement ruinée et appauvrie, du fait — dit-on — de l’absence de son commandeur, que le Maître de Rhodes dut exempter le nouveau commandeur du paiement de ses responsiones pendant cinq ans30. En 1374, Venosa payait 461 florins de responsiones et de taille31.

  • 32 Malta, Cod. 321, fol. 201-204 v.
  • 33 Cartulaire, t. III, no 3383 ; voir aussi t. IV, no 4857.
  • 34 Ibid., t. III, nos 3366, 3544.
  • 35 Ibid., t. II, no 1798 ; t. III, nos 3401, 4163, 4460 ; t. IV, nos 4535-4536, 4538, 4605, 4663, 485 (...)
  • 36 Ibid., t. III, no 3360 ; t. IV, no 4855 bis.
  • 37 Par exemple, Malta, Cod. 16, no 46 (1368).
  • 38 Voir le texte des spolia de Fr. Colella de Brussano en Appendice III.
  • 39 Malta, Cod. 321, fol. 202 v.

19Les comptes, pour 1381, des commanderies situées dans le nord des Pouilles contiennent d’autres détails sur l’activité rurale ; on note la production de grandes quantités de froment, d’orge et de fèves, avec un rapport très haut de 9 pour 1, et la mention de dépenses pour le transport du froment de Foggia jusqu’au port de Manfredonia32. En 1270, l’Hôpital vendit plus de 112 salme de froment à Foggia33 et, en 1269 et 1274, il exploitait ses propres salines à Manfredonia, Brindisi et Torremare34. Pendant le xiiie siècle, et jusqu’en 1309, l’Ordre reçut continuellement des autorisations royales pour envoyer de l’approvisionnement et des chevaux en Syrie ou à Chypre35. Il fut plusieurs fois permis à l’Hôpital d’exporter ses propres productions. Ainsi, en 1269, le prieur de Barletta fut-il autorisé à envoyer à Acre 2 000 salme de froment, 1 000 salme d’orge et 100 saline de légumineuses a massariis Hospitalis, et, en 1309, on permit l’envoi de 150 chevaux provenant soit des troupeaux de l’Hôpital, soit d’autres élevages36. Après 1310, l’Ordre continua d’envoyer de l’approvisionnement depuis les Pouilles vers Rhodes37, mais on ne sait s’il transférait les produits de ses commanderies directement en Orient. Vers 1381, des quantités tout à fait considérables de froment putride et noir étaient stockées dans certaines fosses à grains louées par les Hospitaliers à Manfredonia. Apparaissent aussi, dans les comptes, beaucoup de bœufs, vaches, moutons et porcs — porcos unius anni ducentos38. On note même 1 000 ducats payés par la reine Jeanne de Naples pour l’achat d’orge à l’Ordre39.

  • 40 Voir G. Piccinni, « Seminare, Fruttare, Raccogliere » : Mezzadri e Salariati sulle Terre di Monte (...)

20Dans les comptes de 1381, on trouve mention de rétributions versées à certains travailleurs salariés et de dépenses pour la fabrication et la réparation d’outils. Ces travailleurs, payés en 1381 surtout en juillet, étaient peut-être des ouvriers saisonniers, venant renforcer les travailleurs permanents de l’exploitation, mais il est aussi possible que les travailleurs permanents, ou leurs parents, aient travaillé eux-mêmes plus pour gagner plus40. La comptabilité donne les noms des hommes payés à la journée, avec la mention du nombre de jours de travail effectués, de 3 à 34 jours, et le montant de leur salaire calculé sur une base mensuelle ; par exemple, Primo Marinus de Mileto servivit diebus triginta quatuor ad tarenos duodecim pro mense... Quelques-uns étaient aussi payés pour le travail de leurs bœufs ; l’un d’entre eux avait ainsi servi avec 16 bœufs pendant 25 jours. D’autres paiements avaient été faits à des conducteurs de charrettes et pour une escorte d’archers accompagnant un convoi de blé de Foggia à Manfredonia.

  • 41 Liste des enquêtes dans Glénisson, p. 108-111 ; textes de Tuscania dans Luttrell (1978), X, p. 122 (...)
  • 42 Voir Luttrell (1978), X, p. 108-110, 113-115.

21Les diverses enquêtes de 1373, faites de manière différente selon les diocèses, mettent bien en lumière la crise du xive siècle : commandeurs absents, terres abandonnées, aliénations à des séculiers, baisse des responsiones41. En partie en raison des pertes démographiques et de la chute du nombre des frères, et en partie aussi, probablement, en raison de la tendance générale, les conductores de commanderies apparaissent plus nombreux, et sont plus souvent qu’auparavant des séculiers. Dans les petites commanderies du nord de Latium, où il y avait beaucoup de parcelles de terres acensées, les revenus étaient devenus minimes. Ainsi, la commanderie d’Orte avait-elle, en théorie, un bénéfice de 20 florins par an sur lequel elle devait payer 5 florins de responsiones. Viterbe était entre les mains d’un conductor. La commanderie avait des cens en argent et en froment, orge, fèves, vin, huile et foin ; les responsiones étaient de 17 florins. Près de Tuscania, au nord de Rome, les anciennes commanderies templières de San Savino et de Castell'Araldo étaient tombées sous le contrôle de séculiers42. A Naples, il y avait des terres restées incultes depuis la peste de 1348 ; à Trani, on trouvait des massarie acensées et la culture de l’olivier y était importante ; à Lecce, il y avait des clausure données à cens en emphytéose perpétuelle.

22Autour de Capoue, beaucoup de petites commanderies ou domus payaient chaque année des responsiones de 3, 7, 12 ou 30 florins, parfois plus. Certaines domus étaient arrentées à des séculiers. Probablement plus de la moitié de beaucoup de petites parcelles de terre étaient données à cens annuels, paiements devenus minimes. Selon l’enquête de 1373, la commanderie de Capoue avait un revenu de 574 florins sur lequel il fallait prélever les dépenses faites pour la perception des rentes, celles de la maison du commandeur — qui était le prieur lui-même — et enfin les responsiones. Les rentrées d’argent se répartissaient comme suit : froment 204 florins ; orge 64 florins ; vin 31 florins ; rentes et services 233 florins. On ignore de quels revenus provenaient les 42 florins manquant pour atteindre le total de 574 florins.

23Le problème du mode d’exploitation des terres et des conditions de leur location était fondamental. La cinquième question de l’enquête de 1373 demandait une estimation de la somme que procurerait, dans chaque commanderie, l’affermage des biens à des personnes extérieures à l’Ordre. Cet affermage de toutes les possessions en Occident se serait accompagné d’un éloignement in remotis, c’est-à-dire en Orient, de tous les frères susceptibles de porter les armes. La question était mal posée et fut, tout au moins, mal comprise. Dans de nombreux cas, les enquêtes n’apportèrent aucune réponse à la question sur le montant d’un éventuel bail à ferme des propriétés. Dans d’autres cas, les réponses furent évasives. A Capoue, on répondit que les agents du pape pourraient calculer eux-mêmes le montant du fermage en utilisant les réponses fournies aux autres questions, lesquelles portaient sur le montant des revenus et celui des charges de chaque commanderie. Il y eut beaucoup de confusions entre revenus et profits, c’est-à-dire les revenus moins les dépenses, et aussi sur le fait de savoir si on devait déduire les responsiones avant ou après le calcul du profit. Comme en Provence, on trouvait des divergences considérables dans les estimations. A Alife, les revenus furent évalués à 240 florins avant 1348 et à 160 florins en 1373, et le montant d’un éventuel fermage fut estimé, selon les témoins, à 25, à 30 ou même à 46 florins. A Arezzo, on estimait qu’un fermier éventuel, après avoir payé 25 florins de responsiones au prieur, pourrait verser entre 25 et 40 florins de fermage, tous les frères militaires de la commanderie étant à Rhodes. Dans beaucoup de commanderies, les témoins ont dû prendre en compte le fait que les commandeurs Hospitaliers étaient absents, que beaucoup d’Hospitaliers étaient des prêtres, et que, de toute manière, il y avait très peu de frères militaires susceptibles d’être envoyés en Orient.

24Par l’argent qu’il rapportait, et aussi parce qu’il débarrassait de tout souci de gestion, le bail à ferme était probablement une solution avantageuse. Mais, au moins au xive siècle, les Hospitaliers s’opposaient instinctivement à cette idée. Le régime normal d’exploitation des terres de l’Hôpital était le faire-valoir direct. Des pressions en faveur de l’adoption du bail à ferme vinrent, dans la seconde moitié du xive siècle, de bureaucrates de la Chambre apostolique ou de prieurs et commandeurs confrontés à des difficultés de gestion, dettes ou destructions. Dans l’ensemble, l’Ordre a résisté à cette force de pression. Les Hospitaliers, dont la grande majorité se trouvait dans les commanderies d’Occident, appartenaient à une classe de conservateurs profondément attachée à la terre et ils se rendaient compte, avec juste raison, que l’existence même de l’Ordre reposait sur les institutions de la commanderie.

  • 43 Cartulaire, t. II, nos 1782, 2913, 2979 ; t. IV, nos 4626, 4792, 4880.
  • 44 Malta, Cod. 320, fol. 63, 63 v.
  • 45 Malta, Cod. 321, fol. 205.

25Le problème de la gestion restait néanmoins posé. Au xiiie siècle, l’Hôpital avait déjà adopté diverses solutions : biens près de Milan donnés à bail en 1224 et 1259 ; biens à Pescara loués pour 29 ans en 1261 ; une domus à Castelfiorentino et une autre près de Piacenza concédées à cens à des séculiers ad vitam en 1304 et 1308 ; terres à Nocera données par baux emphytéotiques en 130 943. Lorsque Fr. Robert de Juilly, ancien prieur de France et nouveau Maître de Rhodes, arriva à Brindisi, en 1374, il se trouva devant ce problème au sujet de quatre commanderies et il dut se résoudre à les affermer, probablement en emphytéose, pour 29 ans. Dans ces quatre commanderies des Pouilles, beaucoup de casalia et de terre étaient dans une condition dite ruinosa et inculta. Les réparations et la remise en culture des terres nécessitaient des mises de fonds importantes et seule l’attraction d’un contrat de longue durée pouvait décider des preneurs éventuels. Le Maître ne pouvait alors qu’accepter de concéder les biens ad firmam ad longos annos44. En 1381, le Maître dut menacer des frères des prieurés de Capoue et Barletta, coupables d’avoir arrenté leurs commanderies à des séculiers, et il leur enjoignit d’aller résider dans leurs commanderies et de les gouverner en personne45.

26Les Hospitaliers eux-mêmes ne connaissaient probablement pas le montant des profits tirés de l’exploitation de leurs domaines. Les comptes et les enquêtes laissaient apparaître de petits profits et même des déficits, mais ils ne mentionnent pratiquement jamais le bétail, bonne source de revenus, de même que beaucoup de paiements en nature — porcs, fromage, œufs — qui constituaient cependant une richesse, consommée à la commanderie. La plupart des commanderies italiennes étaient petites et les responsiones très limitées mais quelques versements en argent arrivaient néanmoins à Rhodes, preuve que l’Ordre tirait un certain bénéfice de ses exploitations rurales. Les frères absents, en service à Rhodes ou voulant mener ailleurs une vie moins rude que la vie rurale, durent arrenter leurs commanderies, mais, en général, les Hospitaliers prirent soin de maintenir leurs institutions en Occident. Avec des exceptions, et avec des variations considérables dans la pratique, les frères restaient désireux de garder le contrôle de leurs terres.

  • 46 A. Luttrell, « Settlement on Rhodes : 1306-1366 », dans Crusade and Settlement, éd. P. Edbury, Car (...)
  • 47 M.-L. von Wartburg, « The Medieval Cane Sugar Industry in Cyprus : Results of Recent Excavation », (...)

27En Italie, l’Hôpital n’a joué aucun rôle novateur dans les activités rurales. Dans des zones de conquête, de défense, de frontière ou de peuplement de nouveaux territoires, les Ordres militaires ont, par contre, participé à ces mouvements. Ils ont ainsi tenu une place dans des processus de reconquista et de repoblación, comme en Syrie, en Prusse, en Espagne, dans le sud-ouest de la France et à Rhodes46. Les Hospitaliers ont aussi exploité des plantations de canne à sucre autour de la commanderie de Kolossi, dans le sud de Chypre47, et ils ont connu d’autres expériences qui ont enrichi les connaissances collectives des frères. En Catalogne, les Hospitaliers possédaient de vastes propriétés ; en Aragon, ils avaient sous leur autorité de nombreux paysans musulmans. En France, les établissements de l’Hôpital étaient pour l’Ordre une source fondamentale de richesse et de recrutement des frères, le foyer de la mobilisation des subsides et des énergies pour la lutte en Orient. En Italie, la richesse et l’importance des Hospitaliers étaient limitées, mineures. La mise en valeur de leurs terres fournissait des sommes modestes à envoyer à Rhodes, sans changer le paysage ou l’économie rurale de l’Italie. Selon toute apparence, les Hospitaliers italiens ont exploité le sol plus ou moins de la même manière que les autres institutions ecclésiastiques, sans prendre aucune part vraiment notable dans l’histoire agraire du pays.

Annexes

APPENDICE I

Enquête sur la commanderie de Santa Maria in Carbonaria, à Viterbe, en 1333 (Biblioteca Vaticana, Vat. lat., 10.372, fol. 5).

Ecclesia Sancte Marie in Carbonaria cuius est una cum supradicta alia ecclesia preceptor idem frater Petrus48 habet

Inprimis unam domunculam iuxta dictam ecclesiam siue retro.

Item domum positam in dicta contrata iuxta rem hospitalis Sancti Antonij que tota quasi contrata predicta non habitatur

Item quandam aliam domum iuxta stabulum dicte Ecclesie de qua nihil percipitur, cum orticello locato pro iij solidis et iiij denariis in anno

Item quandam aliam domum cum orticello positam in contrata Sancti Stephany de Valle que ex dicta causa non habitatur

Item quandam domum que ruinam minatur positam in piano Sancti Faustini et non habitatur.

Item quandam uineam xij çapparum cum .j. quarto terre et oliuis locatam presbitero Leonardo per fratrem Guidum pro viiij annis quorum quatuor sunt elapsi, ad tertiam partem musti et olei et quartam partem terre positam in piano Turturis que male laborata est et quasi sicca

Item aliam vineam positam in contrata Asinelle cum terra et olivis locatam eidem presbitero Leonardo pro tribus libris predictorum annorum per uicepriores pro xxviiij annis quorum viij sunt elapsi et male respondent et peius laborant earn

Item quoddam aliud petium vinee x çapparum cum una mina terre posita in dicta contrata Asinelle quam tenet Rubeus Petri Brune ad quartam partem

Item quandam vineam vj sapparum cum quodam petio terre positus in dicta contrata quam tenebat Colellus Nicolai conductam a fratre Verardo pro xxxij solidis in annum

Item oliuetum positum in dicta contrata quod tenet idem Colellus et reddet tertiam partem olei et quartam partem terre

Item quoddam petium terre positum in contrata Gualcherie quod tenet Nerius Selgherate et reddit.v. solidos in annum

Item quandam vineam quam tenebat Magister Leonardus Notarius positam in contrata Sale debat x solidos reducta libere per ipsum Petrum

APPENDICE II

Enquête sur San Leonardo de Saviglano en 1333 (Biblioteca Vaticana, Vat. lat. 10.372, fol. 47 v.).

Status domus et ecclesie Sancti Leonardi de Saviglano49 assignatus per dictum fratrem Actonam p[receptorem] predictum. In primis assignat quatuor modiolos terre positos in vocabulo Sancti Bernardi justa viam et Tebaldum Sancti Stati, in qua intrant de semine quatuor cuppas grani. Item in vocabulo Strade duos modiolos terre justa viam publicam cum aliis lateribus, que est sementis duarum cupparum grani. Item in teritorio dicti castri in loco campi terram justa flumen et viam publicam cum aliis confinibus, que est ad mensuram duorum modiolorum et intrant in dicta re due cuppe grani. De quibus terris recipimus quartam partem. Summa omnium proventuum sunt decem rugi grani. Item terras incultas silicet, silvas stirparias positas in teritorio dicti castri Stimiliani50 sunt sectem modioli sine aliquo frutu. Item recipit de ecclesia Sancti Laurentii de valle Oriale51 unum flor. auri.

APPENDICE III

Revenu des spolia de Fr. Colella de Brussano, probablement commandeur de Foggia et Manfredonia ; copie dans les comptes de l’année 1381 (Malta, Cod. 321, fol. 202-202 v.)52.

Item de dispoliis quondam fratris Colelle de Brussano per computa et in computis fratris Leucii Aytarde procuratoris sui53 recipientis infrascripta a l'ratre Johanne de Marra, a dicto fratre Leucio in pecunia numerata, unc. viginti tres tr. tres gr. undecim cum dimidio. Item ab eodem tassas argenti sex ponderis unc. triginta unius et octavi. Item ab eodem boves domicos decem et septem ablatos et depredatos per malandrenos. Item ab eodem vaccas quinquagintaseptem vitulosque ac vitellas unius anni undecim venditos occasione guastacionum et solempnitatum observatarum in dicti fratris Colelle migracione pro unc. vigintiquinque. Item ab eodem inter verras et scrofas tresdecim venditos unc. duabus tr. quindecim. Item ab eodem porcos unius anni ducentos venditos unc. viginti. Item ab eodem de dictis dispoliis de frumento existente in duabus foveis in terra Fogie currus triginta, de quo quidem frumento venditi fuerunt Cubello de Florio, et Andree Capuano curus tredecim et saline tres ad rationem de floren. argenti novem pro quolibet curruum cujus venditionis pecunia est asscendens, ad une. viginti quatuor tr. tres gr. duodecim. Item ab eodem frumenti putridi et nigri existentis in tribus foveis Templi Manfredonie currus quadraginta duos et thuminos viginti unum, cujus frumenti vendite fuerunt salme centum sexagintaseptem thumini quinque ad rationem de unc. viginti pro centenario salmarum que pecunia est asscendens ad unc. treginta tres tr. sedecim gr. quinque. Item ab eodem de frumento putrido existente in una fovea balii Lame54 frumenti currus sex et salme quinque computato curru salme septem cum dimidio, alterius de quo venditi fuerunt currus quatuor ad rationem de unc. viginti pro centenario salmarum que pecunia asscendit summam unc. sex. Item ab eodem frumenti seminati in territorio Lame, currus septem, de quibus provenerunt currus sexaginta unum55 de quibus vendite fuerunt Cubello de Florio frumenti salme ducente triginta ad rationem de unc. triginta pro quolibet centenario necnon Andree Capuano ad eandem rationem frumenti currus sex ac medio Jacobi de Bonçanis frumenti salme centum quinquaginta et thuminos quinque ad rationem de unc. trigintanovem centenarium salmarum cujus venditionis pecunia est asscendens ad unc. centum quadraginta unam tr. septem et gr. septem. Item ab eodem ordei seminati in territorio Lame salmas viginti duas thuminos quatuor, de quo pervenerunt ordei currus viginti quatuor et salme tres56, de quo vendite fuerunt dicto medio Jacobi salme centum nonagintaseptem ad rationem de unc. decem et novem pro centenario salmarum, que venditionis pecunia est asscendens ad unc. trigintaseptem tr. quindecim et gr. decem et octo. Item ab eodem fabarum seminatarum in dicto territorio thuminos quatuor de quibus pervenerunt fabarum salme decem57.

Notes

1 Comme exception, voir L. Tacchella,/Cavalieri di Malta in Liguria, Gênes, 1977 ; voir aussi E. Schermerhorn, On the Trait of the Eight-Pointed Cross : a Study of the Heritage of the Knights Hospitallers in Feudal Europe, New York, 1940. Pour les archives et la bibliographie, voir J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 4 vol., Paris, 1894-1906, vol. I, p. cxi-cxxxv, et J. Mizzi, « A Bibliography of the Order of St. John of Jerusalem : 1925-1969 », dans The Order of St. John in Malta, éd. Council of Europe, Malte, 1970, p. 153-156 et passim. Ce rapport doit beaucoup à la collaboration de Mlle Anne-Marie Legras, de l’Institut de recherche et d’histoire des textes.

2 Texte dans L. Tacchella, Il Sovrano Militare Ordine di Malta nella Storia di Verona, Gênes, 1969, p. 26-36.

3 Venise, Archivio del Gran Priorato di Venezia e di Lombardia, filza 774, contient deux libri de capitoli provinciali pour 1410-1414 et 1415-1416.

4 R. Brentano, Two Churches : England and Italy in the Thirteenth Century, Princeton, 1968, p. 291-324.

5 Assez souvent, l’exemption n’était pas concédée par les papes : N. Housley, The Italian Crusades : The Papal-Angevin Alliance and the Crusades against Christian Lay Powers, 1254-1343, Oxford, 1982, p. 182-183, 214-218. L’Hôpital possédait aussi certains biens qui payaient les dîmes locales.

6 P. Jones, « Medieval Agrarian Society in its Prime : Italy », dans Cambridge Economic History of Europe, t. I, 2e éd., Cambridge, 1966 ; voir aussi : Annali, Economia naturale ; Economia monetaria = Storia d’Italia, t. VI, éd. R. Romano-U. Tucci, Turin, 1983.

7 Voir, par exemple, Appendice III (1381). Conclusion identique de Noël Coulet, ci-dessus, p. 36.

8 Biblioteca Vaticana, ms. Vat. lat. 10.372, analysé dans D. Moullot, Lu fortune du prieuré romain de l’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem d’après t’enquête de 1333, mémoire non publié, Sorbonne, Paris, 1970, et utilisé dans G. Silvestrelli, « Le Chiese e i Feudi dell’-Ordine dei Templari e dell’Ordine di San Giovanni di Gerusalemme nella Regione romana », dans Rendiconti della Reale Accademia dei Lincei : Classe di Scienze morali, storiche e filologiche, t. XXVI (1917), avec appendice, ibid., t. XXVII (1918), p. 174-176 ; Silvestrelli, p. 531-539, donne le texte des premiers folios.

9 Textes à la Bibliothèque nationale, Paris, et aux Archives du Vatican : voir J. Glénisson, « L’enquête pontificale de 1373 sur les possessions des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem », dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. CXXIX (1971), p. 83-111 ; l’édition des enquêtes italiennes est en cours dans le cadre d’une publication dirigée par Jean Glénisson, de l’Institut de recherche et d’histoire des textes.

10 A. Luttrell, The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West : 1291-1440, Londres, 1978, X, donne l’exemple d’une telle méthode pour deux commanderies près de Tuscania.

11 Esquisse générale dans J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus : c. 1050-1310, Londres, 1967, p. 341-352.

12 Références dans Luttrell (1978), VII et X ; voir aussi J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers en Terre Sainte et à Chypre : 1100-1310, Paris, 1904, p. 372-376, 419-421.

13 La perte de Rhodes ne marqua pas la fin de l’Ordre, mais la confiscation de ses commanderies, à la fin du xviiie siècle, provoqua l’arrêt de ses activités militaires.

14 Voir P. Jones, « Per la Storia agraria italiana nel Medio Evo : Lineamenti e Problemi », dans Rivista Storica Italiana, t. LXXVI (1964), p. 338-340.

15 Aucune étude pour l’Italie ; mais voir T. Bisson, « Credit, Prices and Agrarian Production in Catalonia : a Templar Account (1180-1188) », dans Order and Innovation in the Middle Ages : Essays in Honor of Joseph R. Strayer, éd. W. Jordan et al., Princeton, 1976.

16 Pour le Latium, voir Silvestrelli et, en général, voir J. Delaville le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes jusqu’à la mort de Philibert de Naillac : 1310-1421, Paris, 1913, p. 40, 76-78.

17 Textes dans A. Gilmour-Bryson, The Trial of the Templars in the Papal State and the Abruzzi, Vatican, 1982, p. 216, 222 ; il faut réviser certains termes donnés dans Luttrell (1978), X, p. 113. Voir aussi F. Tommasi, « L’Ordine dei Templari a Perugia », dans Bollettino della Deputazione di Storia Patria per l'Umbria, t. LXXVIII (1981).

18 Texte dans T. Bini, « Dei Tempieri e del loro Processo in Toscana », dans Atti della Reale Accademia Lucchese, t. XIII (1845), p. 501.

19 Mentionnés, par exemple, dans plusieurs enquêtes de 1373.

20 Texte dans C. Tipton, « The 1330 Chapter General of the Knights Hospitallers at Montpellier », dans Traditio, t. XXIV (1968), p. 306.

21 Date établie par Moullot, p. 11 ; les chiffres qui suivent, tirés du mémoire de Moullot, doivent être acceptés comme une première approximation, même s’ils sont sujets à caution. A Todi et à Acquasparta, l’enquête copia le catasto local, aussi fournit-elle uniquement le revenu et l’étendue des terres.

22 Voir texte en Appendice I.

23 Voir textes en Appendices I-II.

24 Cependant, l’enquête de 1333 mentionne (fol. 4v.), près de Viterbe : sunt et alique dictarum vinearum que laborantur asociis et non bene ex causis predictis, reddunt quartam partant uvarum...

25 Delaville le Roulx (1913), p. 25, 60, 188 ; Riley-Smith, p. 353-355 ; Cartulaire, t. II, no 1654 ; t. III, nos 4386-4387.

26 Texte de 1330 dans Tipton, p. 304 : comptes de 1373-74 à Valletta, National Library of Malta, Archives of the Order of St. John, Cod. 16, no 52.

27 Malta, Cod. 280, fol. 55-64.

28 En supposant que Tenbolum ferratum signifie charrue.

29 Vegetes, Tinas, Tratoretlos, Avantitinas (?).

30 Malta, Cod. 319, fol. 252 V.-253.

31 Malta, Cod. 16, no 52.

32 Malta, Cod. 321, fol. 201-204 v.

33 Cartulaire, t. III, no 3383 ; voir aussi t. IV, no 4857.

34 Ibid., t. III, nos 3366, 3544.

35 Ibid., t. II, no 1798 ; t. III, nos 3401, 4163, 4460 ; t. IV, nos 4535-4536, 4538, 4605, 4663, 4855 bis, ter, quinquies.

36 Ibid., t. III, no 3360 ; t. IV, no 4855 bis.

37 Par exemple, Malta, Cod. 16, no 46 (1368).

38 Voir le texte des spolia de Fr. Colella de Brussano en Appendice III.

39 Malta, Cod. 321, fol. 202 v.

40 Voir G. Piccinni, « Seminare, Fruttare, Raccogliere » : Mezzadri e Salariati sulle Terre di Monte Oliveto Maggiore (1374-1430), Milan, 1982, p. 171-173. Sur les travailleurs de l’Hôpital, on ne sait presque rien. Il y avait des homines ascripti à Pian Carpino, près de Pérouse, en 1261 : Cartulaire, t. III, no 2988.

41 Liste des enquêtes dans Glénisson, p. 108-111 ; textes de Tuscania dans Luttrell (1978), X, p. 122, et de Trani dans D. Vendola, « L’Ordine Sovrano di San Giovanni di Gerusalemme nella Diocesi di Trani nel Secolo xiv », dans Archivio Storico di Malta, t. VIII (1937).

42 Voir Luttrell (1978), X, p. 108-110, 113-115.

43 Cartulaire, t. II, nos 1782, 2913, 2979 ; t. IV, nos 4626, 4792, 4880.

44 Malta, Cod. 320, fol. 63, 63 v.

45 Malta, Cod. 321, fol. 205.

46 A. Luttrell, « Settlement on Rhodes : 1306-1366 », dans Crusade and Settlement, éd. P. Edbury, Cardiff, 1985.

47 M.-L. von Wartburg, « The Medieval Cane Sugar Industry in Cyprus : Results of Recent Excavation », dans Antiquaries Journal, t. LXIII (1983).

48 Frater Petrus de Bononia qui tenait aussi l'alia ecclesia de Santa Maria de Raserio, près de Viterbe.

49 Saviglano : non identifié mais apparemment près d’Orte, de l’autre côté du Tibre.

50 Stimiliani : le Stimigliano moderne se trouve sur le Tibre, à quelque 25 kilomètres au sud-est d’Orte. En 1446, il y avait une commanderie de Sanctus Mauillianus [ou mamiglianus] de Castro Jouis à Samigliano, près de Giove : Malta, Cod. 358, fol. 79-79 v. ; Cod. 375 fol. 88-89.

51 La vallée d’Origlianello se trouve à environ 3 kilomètres au nord-est d’Orte, de l’autre côté du Tibre.

52 Les monnaies utilisées sont la uncia = 30 tarini = 600 grani ; une uncia = 4 florins d’or et demi.

53 Le Maître concéda une autorisation pour la réception de Leuncius de Aytardo dans le prieuré de Barletta le 7 décembre 1374 : Malta, Cod. 320, fol. 59.

54 Lama, où les Templiers avaient possédé des biens : Gilmour-Bryson, p. 150, note 6. Les expense facte pro usu campi Lame se trouvent au fol. 203-203 v.

55 Un rapport pour le froment de 8,7.

56 Un rapport pour l’orge de, approximativement, 9.

57 Les rentrées provenant des spolia montaient, approximativement, à 350 uncie et les dépenses (données aux fol. 203-204) à un minimum de 50 uncie produisant un bilan approximatif de moins de 200 uncie (900 florins).

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search