Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les Ordres militaires et l’élevage dans l’Espagne médiévale (jusqu’à la fin du xve siècle)

Marie-Claude Gerbet

Texte intégral

1L’importance particulière acquise dans l’Espagne médiévale par les Ordres militaires et l’élevage s’explique par des circonstances historiques spéciales et certaines données-géographiques. La Reconquête fut, en effet, dès le xiie siècle, en partie l’œuvre des Ordres militaires qui, pour prix de leur aide décisive, reçurent de vastes domaines situés pour la plupart au sud de la Cordillère centrale, tandis que, au cours de ces siècles de guerre et d’insécurité, l’élevage apparut comme une activité pionnière, principalement à proximité de la « frontière ». D’autre part, la Reconquête, au fur et à mesure de sa progression vers le sud, s’« essouffla », ne donnant plus lieu qu’à un repeuplement de moins en moins dense, principalement dans la meseta sud, très groupé en grosses agglomérations éloignées les unes des autres et séparées par de très vastes espaces de terres incultes, constituant une très forte incitation à la pratique de l’élevage extensif local. Enfin, la configuration géographique de la péninsule, opposant des régions complémentaires, soit des cordillères fraîches et humides en été et des plateaux tempérés et arrosés l’hiver (tels la meseta sud dans le royaume de Castille et la vallée de l’Ebre dans la Couronne d’Aragon), rendit possible la mise en place d’un double mouvement de transhumance : normale en été vers les hauteurs et « inverse » en hiver vers les régions moins élevées.

  • 1 J’ai écarté tous les petits Ordres nationaux qui n’eurent qu’une vie brève.

2Mais Ordres militaires et élevage sont deux domaines très inégalement connus, malgré l’intérêt qu’ils suscitèrent depuis plusieurs siècles chez les analystes, chroniqueurs et « arbitristes », mais surtout qui n’ont jamais été étudiés en corrélation, tout au moins pour l’époque médiévale. Je vais donc tenter de faire le point de nos connaissances pour les six principaux Ordres hispaniques : les deux ordres internationaux du Temple et de l’Hôpital et les quatres ordres nationaux de Santiago, Calatrava, Alcantara et Montesa1.

  • 2 Las Ordenes Militares en la peninsula ibérica durante la Edad Media, Salamanque, 1976, 109 p. Exce (...)
  • 3 Op. cit., supra, note 2, p. 11 sq.
  • 4 Archivo Histórico Nacional, section Ordenes Militares.
  • 5 Op. cit., supra, note 2. Soulignons que les documents médiévaux de l’ordre d’Alcántara ont presque (...)

3Ainsi que le souligne Derek Lomax dont l’ouvrage intitulé Les Ordres militaires dans la péninsule ibérique, paru à Salamanque en 19762, est d’une consultation indispensable à toute étude sur les Ordres militaires, les Ordres hispaniques ne donnèrent pas naissance, dès le Moyen Age, à une historiographie propre. Il fallut attendre 1572, avec la parution de la Chrónica de las tres ordenes y cavallerias de Sanctiago, Calatrava y Alcantara..., rédigée par Francisco de Rades y Andrada, pour que les principaux Ordres du royaume de Castille soient pourvus d’une histoire narrative parallèle. Du xviie au xixe siècle, cette œuvre fut très copiée, tandis que chaque Ordre éprouva le besoin de se doter d’une ou plusieurs chroniques, recensées par Derek Lomax3. Au xixe siècle, les lois d’abolition de la mainmorte, mises en place à partir de 1835, entraînèrent la fermeture des couvents et commanderies militaires, l’appropriation par l’Etat de leurs biens, en particulier des archives qui furent centralisées à Madrid pour toute l’Espagne4. Ces bouleversements nuisirent momentanément à l’étude des Ordres mais, en mettant à l’abri une documentation exceptionnelle, classée depuis peu, permirent aux érudits, après la seconde guerre mondiale, d’avoir un accès direct aux sources, aidés par un excellent catalogue. Ce regain d’intérêt pour les Ordres militaires entraîna la publication d’œuvres de grand intérêt dont D. Lomax publia la liste en 19765.

  • 6 Crónica latina de los reyes de Castilla, 1236, Historia Gothica de Jiménez de Rada, publiée à Madr (...)
  • 7 Voir D. Lomax, op. cit., supra, note 2.
  • 8 Ce sont, si nous ne retenons que les œuvres non citées par D. Lomax ou parues depuis 1978, Ordre p (...)

4Nous disposons donc, outre des sources narratives, telles que les grandes chroniques royales, l'España sagrada, qui consacrent une place importante à l’histoire des Ordres militaires6, d’un très riche fond documentaire, conservé à l'Archivo Histórico Nacicnal de Madrid, bien qu’un certain nombre de pièces, des doubles le plus souvent, soit demeuré à Barcelone, à l'Archivo de la Corona de Aragón, à Pampelune, à Simancas, enfin à la Real Academia de la Historia de Madrid. Aux archives nationales, la section Ordres militaires, classée logiquement par Ordre, comprend une division essentielle entre pergaminos et libros manuscritos. Les documents, parchemins et papiers conservés dans de grands cartons, comprennent les pièces les plus anciennes, des xiie et xiiie essentiellement, plus rarement des siècles suivants, émanant des souverains, des papes et des seigneurs. Les livres manuscrits, parfois fort beaux, contiennent la Règle des différents Ordres, leur histoire, des copies de fueros ou chartes de peuplement octroyées aux sujets et surtout, à partir du milieu du xve siècle, les premiers « livres de visite » des commanderies, tenus ou conservés sans lacune dès 1490. Ainsi donc, les sources documentaires nous apportent de nombreux renseignements sur deux périodes de la vie des Ordres militaires au Moyen Age : tout d’abord, l’installation (d’après les pergaminos qui comprennent essentiellement les donations, exemptions, achats et échanges, voire des fueros) ; en second lieu, la situation démographique et économique à l’extrême fin du Moyen Age (d’après la source de première importance que constituent les « livres de visite »). Ce matériel documentaire et, surtout, cette solution de continuité expliquent que, depuis la guerre, les historiens aient surtout travaillé sur les aspects suivants : participation à la Reconquête, installation des différents Ordres, institutions et règles7. Ce n’est que très récemment que de jeunes historiens se sont intéressés aux aspects économiques, plus ingrats à saisir, soit de la Mense du Maître, soit de celle des Commandeurs8. L’élevage pratiqué par les Ordres militaires n’a jamais, en tant que tel, été étudié. D’une part parce qu’une semblable entreprise s’avère difficile, en particulier à cause de l’évolution de la nature des sources dans le temps et du hiatus documentaire des xive et début du xve siècles. D’autre part parce que l’élevage médiéval est lui-même mal connu.

  • 9 The Mesta, 1920, Cambridge (Mass.). Les archives de la Mesta demeurées longtemps entre les mains d (...)
  • 10 Ch. Bishko, « Sesenta años despues : la Mesta de Klein a la luz de la investigación subsiquiente » (...)

5De son côté, l’élevage hispanique, principalement transhumant, a fait l’objet, dès le Moyen Age, d’un débat passionné qui s’est prolongé à l’époque moderne. L’élevage fut alors dénoncé comme la cause de tous les maux de l’Espagne. Le premier historien sérieux à avoir étudié l’élevage dans le royaume de Castille, Julius Klein, eut accès à de nombreuses sources de l’Etat (Simancas), municipales, privées, mais ne fit guère usage des fonds des Ordres militaires et ne put avoir accès à ceux du clergé. Son maître ouvrage, The Mesta, publié en 1920, fit l’objet de vives critiques ces dernières années9. Mais, tout récemment, Charles Bishko, à la suite d’un très complet travail de synthèse sur les controverses soulevées par le livre de Klein, aboutit à la conclusion que ce dernier, dépassé sur quelques points, demeurait encore fondamental et qu’il fallait se garder, notamment pour réviser la carte, en partie inexacte, des canadas (chemins empierrés pour le bétail transhumant), de suivre à la lettre les suggestions des géographes de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, le tracé ayant pu faire l’objet de modifications au cours des siècles10. Par contre, la Couronne d’Aragon ne connut pas une assemblée nationale semblable à la Mesta castillane. La transhumance normale et inverse était, en effet, très facile à organiser entre la vallée de l’Ebre et les Pyrénées ou les monts Ibériques. Aussi les multiples associations locales d’éleveurs ne sentirent-elles pas le besoin de fusionner. La plupart d’entre elles sont mal étudiées, principalement à cause des difficultés d’accès aux archives, restées dispersées. Mais, qu’il s’agisse de l’une ou l’autre Couronne, l’élevage local, estante, ou pratiquant une courte transhumance (de travesío) demeure pour une large part inconnu.

6Cette longue entrée en matière aura permis de souligner les lacunes de nos connaissances en ce qui concerne à la fois les Ordres militaires et l’élevage, lacunes qui m’ont contrainte à adopter le plan suivant :

  • La première partie sera consacrée à l’étude des Ordres militaires et de la Reconquête (soit du début du xiie siècle au milieu du xive siècle), c’est-à-dire l’installation des Ordres. Il m’a paru en effet indispensable de rappeler où et comment les Ordres militaires devinrent de grands propriétaires terriens et des seigneurs en Espagne. Les localiser est impératif pour montrer leurs liens avec l’élevage.
  • La seconde partie consistera en un examen des Ordres militaires face à l’élevage, au cours de la même période. Cette activité pastorale des Ordres est mal connue. Les chroniqueurs n’en ont pratiquement pas soufflé mot. Il nous faut donc glaner des renseignements de-ci de-là, dans les donations, les exemptions, les fueros octroyés aux colons. Aucune documentation chiffrée ne nous est parvenue.
  • Enfin, la période finale (milieu xive siècle-fin xve siècle) débute par un vide documentaire : les Ordres ne reçoivent plus de biens ni d’exemptions et les livres de visite n’ont pas encore fait leur apparition. Il est donc indispensable d’avoir recours à d’autres sources, ce qui n’a guère été tenté : les relations avec le clergé, les procès avec les municipalités proches des commanderies (presque toujours occasionnés par l’élevage), les recours devant le Conseil Royal. Il nous faudra attendre la fin du xve siècle pour pouvoir faire le point sur les Ordres qui pratiquent encore l’élevage et estimer la part prise par celui-ci dans leur économie.

I. — Les Ordres militaires et la Reconquête (xiie siècle-milieu xive siècle). Action militaire et conséquences : localisation, installation et repeuplement

7Le rôle joué par les Ordres militaires pendant la Reconquête mérite une étude attentive car il rend largement compte de la localisation des futurs établissements et, partant, de leurs liens avec l’élevage.

8La Reconquête débuta bien avant l’apparition des Ordres militaires, avec une première avancée, antérieure à 1040, menée par les petits Etats du Nord formés à la suite de l’invasion musulmane (soit d’ouest en est : León, Castille, Navarre, Aragon et Catalogne), et qui aboutit à fixer la ligne frontière au cours du Duero dans la partie occidentale et centrale, à l’Ebre supérieur et au rebord pyrénéen à l’est.

  • 11 Santos García Larragueta, « La Orden de San Juan en la crisis del imperio hispánico del siglo xii  (...)

9— Au cours de la seconde phase (1040-1150) l’acquis fut considérable : la « frontière » fut portée au-delà de la Cordillère centrale et même au sud du Tage, de Lisbonne à Tolède et Uclés puis, au nord d’Albarracín, jusqu’à aboutir au sud de l’embouchure de l’Ebre (voir carte). Il faut noter l’apparition du futur royaume de Portugal, une énorme « dilatation » du León et de la Castille, royaumes unis de 1037 à 1157, ce qui rendit l’effort plus efficace, l’arrêt de la percée de la Navarre bloquée par ses voisins, et le début, dès 1134, de la confédération catalano-aragonaise, embryon de la future Couronne d’Aragon. Cette considérable avancée des chrétiens, parallèle à une individualisation plus nette des Etats, fut le fait des armées hispaniques, royales, seigneuriales, urbaines et, à la fin, des Ordres militaires et armées étrangères. Ce fut le grand roi aragonais Alphonse 1er dit « le Batailleur » qui, le premier, obtint en 1118 du pape Gélase II la promulgation d’une croisade pour la Reconquête de la région de Saragosse, à la suite de laquelle vint du midi de la France une grande armée. Surtout, ce fut lui qui eut l’idée d’avoir recours aux grands Ordres militaires « internationaux », fondés pour la défense de la Terre sainte. C’est ainsi que, dès 1108 les Hospitaliers, dès 1128 les Templiers, furent dotés de biens fonciers importants en Espagne et, d’abord, en Aragon11. Ces donations procurèrent aux Hospitaliers et Templiers des revenus qu’ils affectèrent à la défense de Jérusalem, faisant peu de cas, dans les premiers temps, de leurs possessions ibériques. C’est pourquoi Alphonse Ier qui avait espéré les enraciner en Espagne et en obtenir une aide substantielle dans la lutte contre les Musulmans, devenus particulièrement menaçants à la suite des secours almohades, très déçu du faible appui apporté par les Ordres internationaux, fonda les premiers Ordres « nationaux », soit Belchite en 1122 et Monreal del Campo en 1128, Ordres qui végétèrent très vite avant de disparaître. Mais l’idée était lancée.

10— La troisième phase de la Reconquête (1150-1212), caractérisée par une progression chrétienne, puis une terrible contre-offensive musulmane, suivie enfin par une nouvelle et décisive avancée chrétienne, aboutit à un recul moins considérable de la « frontière » qui suivit désormais une ligne irrégulière due à la formation de trois « poches » d’inégale importance. Le royaume de León et de Castille, le plus vaste, dont la progression avait été jusque-là spectaculaire, se scinda en deux royaumes de 1177 à 1230 : à l’ouest, le long de la frontière portugaise, le royaume Léonais formait une mince bande (non portée sur la carte), tandis qu’à l’est le royaume castillan formait une masse plus harmonieuse.

11Ce qui fut acquis par les Léonais, soit la région de Béjar en 1170, le nord de l’actuelle Estrémadure, dont Cáceres en 1170, fut très vite aux trois quarts perdu. Mais Ferdinand II de León (1157-1188), pour défendre Cáceres contre une attaque almohade, eut le temps de fonder l’Ordre militaire des « Frères de Cáceres », le 1er août 1170, le plaçant sous sa protection. En 1171, les frères s’entendirent avec l’archevêque de Santiago pour pouvoir adopter le nom d’ordre de Saint Jacques (Santiago), en souvenir du saint qui était en quelque sorte le « patron » de la Reconquête. En 1175, le pape Alexandre III reconnut le nouvel ordre, soumis à une règle dérivée de celle des Templiers.

  • 12 Joseph O’Callaghan, « The Spanish military Order of Calatrava and its affiliate », dans Variorum r (...)
  • 13 Joseph O’Callaghan, « Sobre los origenes de Calatrava la nueva », dans Hispania, 1963, p. 495-503.

12Les Castillans, en revanche, avancèrent beaucoup plus vite, dans l’extrémité orientale de l’Estrémadure (Plasencia) et surtout entre Tage et Guadalquivir, ainsi que dans la région de Cuenca, aboutissant à la formation d’une énorme poche. Les souverains reçurent une aide décisive des Ordres qu’ils fondèrent : en 1176 de l’ordre de San Julian del Pereiro, ou ordre de Trujillo, mais surtout de l’ordre de Calatrava. Alphonse VII de León et Castille avait donné aux Templiers la forteresse de Calatrava, conquise en 1147, position clé couvrant la route de Tolède (à environ 100 kilomètres au nord), afin d’en assurer la défense12. Mais les Templiers prirent peur d’une attaque almohade et préférèrent rendre à Sanche III ce château très exposé dont d’ailleurs aucun magnat laïque ne voulut se charger. C’est alors que Raymond, abbé du monastère cistercien de Fitero, ainsi qu’un de ses moines proposèrent au roi d’assurer la défense de Calatrava. L’archevêque de Tolède accepta et les moines s’installèrent dans la forteresse, rejoints par de nombreux volontaires. Une fraternité se forma, suivant la règle cistercienne. En 1164, les Calatravans furent approuvés par le pape, admis dans l’ordre cistercien comme des « frères » et soumis (après 1186) à l’abbé de Morimond. Ainsi naquit l’ordre de Calatrava. Mais, en 1195, les Almohades chassèrent les Calatravans de leur forteresse. En 1212, cette dernière fut récupérée par les moines-soldats qui jugèrent toutefois plus prudent, en 1217, de s’établir un peu plus au sud, sur un site imprenable, désormais appelé Calatrava la nueva13. D’autre part, l’ordre de San Julian, castillan d’origine, se tourna vers le royaume de León où il reçut des biens importants des rois léonais qui désiraient s’attacher sa fidélité ainsi que ceux que lui laissèrent les Calatravans, soucieux de ne pas se disperser. L’Ordre reconnut la supériorité du maître de Calatrava, tout en conservant une large indépendance, s’installa au château d’Alcántara dont il prit le nom en 1218 et adopta la règle cistercienne.

13Ainsi firent leur apparition les trois plus importants Ordres du royaume de León et Castille (où s’implantèrent également des établissements Hospitaliers et Templiers). Non seulement leur aide militaire fut décisive mais ils firent renaître un sentiment de solidarité hispanique, préludant à une coopération effective des différents rois. A ces Ordres, une double fonction fut dévolue : guerroyer et repeupler. Alphonse VIII de Castille (1158-1214) plaça ses chevaliers dans des forteresses et à des points stratégiques sur les routes desservant Tolède, dont la défense devait être coûte que coûte assurée. Au centre, les Santiaguistes s’installèrent à Mora et Piedra Negra, les Calatravans à Alarcos, Malagón et Aceca ; à l’est, les Calatravans s’établirent à Zorita et Almoguera, les Santiaguistes à Uclés, Zorita et Fuentiduena ; à l’ouest, différents Ordres se dispersèrent entre Cáceres, Monfragüe et Granadilla. En 1173, Alphonse VIII promit aux Calatravans, qui avaient supporté l’essentiel du choc almohade, tous les châteaux dont ils seraient en mesure de s’emparer, ainsi que des domaines dans les villes à reconquérir. C’était là pratique courante : donner à l’avance pour stimuler le zèle des chevaliers en jouant sur la rivalité des Ordres, ou octroyer des agglomérations partiellement conquises à charge d’en achever la Reconquête et de s’emparer des finages. Cela explique qu’il y ait une concordance étonnante entre la carte des combats et celle des possessions des différents Ordres, mais pas parfaite car ces derniers, bien que rivaux, parvenaient cependant à s’entendre lorsqu’il s’agissait d’échanger et de regrouper leurs biens. Grâce à l’aide des Ordres et aux indulgences promises par Innocent VIII qui firent accourir des guerriers de toute la Chrétienté, Alphonse VIII de Castille put remporter en 1212 la victoire des Navas de Tolosa qui lui ouvrit les portes de l’Andalousie. Seconde mission assignée aux Ordres : repeupler la région entre Tage et Sierra Morena, particulièrement dévastée. L’opération fut menée à bien le long du Tage vers 1212 puis dans la Manche et le Campo de Montiel. Vers 1243, 55 agglomérations avaient été fondées et dotées de fueros (chartes de peuplement) typiques de la frontière.

14— La quatrième phase (1212-1264), décisive, aboutit à la Reconquête presque totale de la péninsule. En 1230, les royaumes de León et de Castille furent définitivement réunifiés, ce qui permit à Ferdinand III (1230-1252), roi de Castille et de León, d’accomplir une œuvre gigantesque dans trois directions (voir carte) : en Estrémadure, en Andalousie et à Murcie. Il fut très aidé par les indulgences pontificales qui attirèrent les combattants, par les grands seigneurs et les Ordres militaires : Alcantara et Santiago en Estrémadure, Calatrava et Santiago en Andalousie, Santiago dans la région murcienne. Les maîtres de Santiago et de Calatrava participèrent d’ailleurs aux côtés du roi à la campagne pour la conquête de Séville en 1246. Les participants furent remerciés de leur aide par le système du repartimiento : après enquête soigneuse sur le peuplement et les ressources, les terres et les maisons étaient distribuées aux combattants en fonction à la fois de leur rang social et de l’importance de leur aide. Là aussi, les Ordres furent remerciés, principalement là même où ils combattirent, mais furent moins « gâtés » que dans la Manche et en Estrémadure, les souverains désirant garder le contrôle des grandes villes andalouses.

15Dans la Couronne d’Aragon, Jacques Ier (1213-1276) dit « le Conquérant » acheva la Reconquête catalano-aragonaise en s’emparant de la majeure partie des Baléares et du royaume de Valence. Il fut lui aussi très aidé par les Ordres militaires, principalement par les Templiers et les Santiaguistes. Le système du repartimiento fut là aussi adopté.

16— Enfin, de 1264 au milieu du xive siècle, alors que le royaume musulman de Grenade demeurait à reconquérir, les souverains, devant la recrudescence des attaques musulmanes, furent tout entiers occupés à défendre et consolider les résultats acquis. Mais en 1340, Alphonse XI de Castille, aidé par le roi de Portugal et les Ordres militaires, remporta une victoire éclatante près de la rivière Salado (non loin de Tarifa) qui mit fin à la menace d’invasion. Enfin, en 1342-1344, au siège d’Algeciras, accoururent des combattants de toute l’Europe. Néanmoins, il faut attendre 1482 pour que les Rois Catholiques entreprennent une conquête systématique du royaume de Grenade.

  • 14 Luis García-Guijarro Ramos, Los origenes de la Orden de Montesa, communication au Colloque de la C (...)

17Pendant cette période, s’était produit un important bouleversement : l’éviction des Templiers. En 1312, à la suite de la suspension de l’ordre du Temple, le pape recommanda de donner aux Hospitaliers les biens des Templiers. Dans la Couronne d’Aragon, où les Hospitaliers étaient déjà fort riches, le souverain s’y refusa. Il préféra obtenir du pape, le 10 juin 1317, l’autorisation de créer un nouvel Ordre, celui de Montesa, centré sur le royaume de Valence, doté des possessions des Templiers et des Hospitaliers locaux, tandis qu’en Aragon et Catalogne les Hospitaliers recevraient les biens des Templiers14. Par contre, dans le royaume de Castille, alors agité par des troubles, Ordres militaires, Grands et Eglise se précipitèrent sur les dépouilles du Temple, sans que le souverain ait la possibilité d’organiser un nouvel Ordre.

18Ainsi, les Ordres militaires, surtout nationaux, jouèrent-ils un rôle considérable dans la reconquête postérieure à 1100, c’est-à-dire lors de la conquête de la meseta sud et de la basse vallée de l’Ebre. Dès le milieu du xiiie siècle, la carte de leurs établissements se présente ainsi :

19• Dans le royaume de Castille, les Ordres furent essentiellement possessionnés au sud de la Cordillère centrale (voir carte II), ce qui ne les empêcha pas d’acquérir par la suite quelques biens dispersés dans la meseta nord. Ils furent dotés de biens si importants (commanderies et châteaux) que ceux-ci purent former de véritables « provinces », massives et homogènes grâce au troc :

  • L’ordre d’Alcántara regroupa ses possessions en Estrémadure en deux régions.
  • L’ordre de Santiago, plus riche, constitua deux « provinces », en Estrémadure du sud, la provincia de León (région qui autrefois appartenait au royaume de León) et en Nouvelle Castille, la provincia de Castilla, tout en longueur. A cela, il faut ajouter quelques commanderies isolées.
  • L’ordre de Calatrava forma trois provinces, celle du centre, immense, du Campo de Calatrava, au nord la petite province de Zorita et, au sud, la province dite de Andalucía comprenant trois noyaux. Quelques commanderies isolées étaient dissimulées çà et là.
  • L’ordre de l’Hôpital fut lui aussi doté d’un vaste territoire.
  • L’ordre du Temple avait acquis une grande importance. Au moment de la dissolution, 14 commanderies se trouvaient au nord du Duero, 11 au sud de la Cordillère centrale, dans la région de pâturage d’hiver d’Estrémadure (Valencia del Ventoso et Capilla) et, à un moindre degré, dans la région murcienne. Le processus de leur installation fut le suivant : les Templiers, apparus d’abord en Aragon et Catalogne (dès 1130) trouvèrent, à leur arrivée en Castille, une vingtaine d’années plus tard, les Ordres nationaux déjà très bien implantés. Par contre, le champ demeurait libre en León. Ils s’installèrent donc en Estrémadure où ils reçurent de nombreuses donations. Par la suite, ils se déferont de quelques biens extremeños pour s’installer au nord du Duero et à Murcie, près de Caravaca15.

20Bref, ce qui caractérise les possessions des Ordres dans le royaume de Castille est leur situation méridionale (au sud de la Cordillère centrale), de préférence sur les plaines et plateaux, ainsi que la constitution de blocs compacts, presque jointifs, excluant les villes royales (ex. : Ciudad Real).

21• Dans la Couronne d’Aragon, confédération de quatre Etats (Aragon, Catalogne, Valence et Baléares), Hospitaliers et Templiers, mais aussi Santiaguistes, furent bien récompensés de leur aide, mais par la donation de biens très dispersés, ne pouvant pas former une province homogène, tout au plus de multiples noyaux de trois à quatre commanderies (ou plus) appartenant à des Ordres différents (voir carte III).

II. — Les Ordres militaires et l’élevage jusqu’au milieu du xive siècle

L’élevage au temps de la « frontière » (jusqu’en 1250 environ)

22L’élevage extensif constitua, au temps de la Reconquête, une activité pionnière. Le bétail, surtout ovin, était facile à évacuer en cas de danger et à rapatrier dans la municipalité. Sa garde était confiée, dans les agglomérations royales comme dans celles des Ordres militaires, aux Caballeros Villanos, citoyens tenus de servir à cheval en raison de leur richesse et d’assurer la garde du bétail de leurs concitoyens qui pâturait souvent fort loin au sud. Ces chevaliers villains pouvaient joindre au troupeau leurs propres bêtes. Souvent proches de l’ennemi, ils n’hésitaient pas à faire des razzias et à enlever du butin, du bétail surtout. De manière très significative, ganado signifie à la fois gagné et bétail. Les fueros octroyés par le roi, le seigneur ou un Ordre militaire apportent quelques détails sur cette société guerrière et pastorale, habituée à faire de longs parcours avec le bétail, consciente de la nécessité d’une organisation solide et de l’importance indispensable des Caballeros Villanos. Ce n’est que peu à peu, avec le recul de la frontière, que les cultures furent pratiquées, que le peuplement devint plus dense et que s’organisèrent, même sommairement, les finages. Les fueros ou chartes de peuplement offraient aux colons des conditions très avantageuses, mais ces derniers étaient rares au sud de la Cordillère centrale. Les villages groupés, très éloignés les uns des autres, étaient entourés d’un petit anneau de cultures et de très vastes terres communautaires, terres de parcours pour l’élevage. Ces immenses extremos n’avaient alors guère de limites précises, ce qui n’était pas grave étant donné la faible densité des habitants. On y menait paître bœufs de labour, chevaux, mules, ânes et moutons.

L’essor de l’élevage après la Reconquête et jusqu’à la crise du milieu du xive siècle

23L’élevage ne put cependant connaître un véritable essor qu’en temps de paix. Les municipalités les plus éloignées de la « frontière », situées au nord de la Cordillère centrale, dans la haute vallée de l’Ebre, en Catalogne, purent jouir les premières du retour à la paix, mais connurent très vite un surpeuplement. Dans ces conditions, l’élevage devint plus difficile car les cultures devenaient prioritaires. De plus, la rigueur du climat hivernal de la meseta nord obligeait à rentrer le bétail. En revanche, les municipalités situées au sud de la Cordillère centrale, à cause de l’étendue de leurs extremos, de leur climat assez doux en hiver, des trêves de plus en plus fréquentes avec les Almohades, trouvèrent très vite, dès le xiie siècle, dans l’élevage une vocation. Dès lors, trois types d’élevage purent être distingués :

  • L’élevage dit estante, local, très mal connu même pour la fin du Moyen Age, était partout présent car indispensable pour la culture (bœufs de labour et mules de labour), le trait et le bât (mules et ânes), la nourriture et le vêtement (chèvres, porcs et moutons). Alors qu’un pâturage spécial est de plus en plus souvent réservé aux bœufs, un autre aux chevaux, peu nombreux mais obligatoires pour la guerre, les autres bêtes pâturaient les chaumes et les extremos.
  • L’élevage local pouvait être amené à pratiquer une courte transhumance (50 kilomètres par exemple). C’était l’élevage de travesío, vers le finage voisin ou en route pour des communaux plus lointains. Nous avons déjà signalé que, dans le sud, les municipalités étaient très éloignées les unes des autres. Théoriquement, la dépaissance ou la simple traversée des troupeaux s’assortissait du paiement d’une modique redevance. Mais très souvent, les municipalités voisines passaient des accords ou constituaient des communautés de pâturage. C’est ainsi que la commanderie hospitalière de Casanueva et la municipalité de Calahorra s’entendirent, en 1237, sur l’utilisation du monte (terre communautaire) de Zufía : les frères reçurent le droit d’y mener paître des porcs16. De même, pour éviter les incessantes disputes occasionnées par les moutons perdus, l’ordre de Santiago multiplia-t-il les accords de pâturage (1255)17.
  • L’élevage transhumant, normal et inverse, connu probablement depuis les Wisigoths, se développa à la suite des progrès de la Reconquête, en Navarre et Aragon dès le xiie siècle, en Castille dès le xie siècle.

24Une utilisation systématique de régions géographiquement complémentaires, impossible à pratiquer sans une paix durable, sans la protection royale, était beaucoup plus simple à organiser dans la Couronne d’Aragon que dans celle de Castille. Il fallait en effet prévoir des chemins spéciaux, empierrés, d’une largeur donnée, reprenant parfois le tracé d’anciennes voies romaines : les cañadas castillanes, cabaneras en Aragon, carreratges en Catalogne. Dans le royaume de Castille, le réseau, comprenant au départ quatre grandes cañadas, se ramifia à l’infini jusqu’à être pratiquement complet dès la deuxième moitié du xiiie siècle. Nous ne connaissons, de manière à peu près sûre, que le tracé des quatre grandes cañadas royales (de León, de Soria, de Ségovie et de Cuenca, voir carte) mais les réseaux locaux demeurent encore en grande partie à étudier. Pour se livrer à la grande tanshumance, les éleveurs étaient obligés de s’organiser : grouper les bêtes dans des troupeaux comptant 2 à 3 000 têtes, rarement plus, engager des bergers, louer des pâturages d’accueil (d’hiver ou d’été). Pour les éleveurs de Vieille Castille, la location des alpages dans la montagne (agostaderos) était peu chère, souvent dix fois moins onéreuse que celle des pâturages d’hiver au sud de la Cordillère centrale, des dehesas ou immenses pâturages extensifs plantés de chênes verts ou chênes-liège, limités par un muret et soumis à un défens permanent. Dans ces étendues pouvant parfois accueillir plusieurs milliers de bêtes, l'invernadero ou location d’hiver débutait à la Saint-Michel et durait jusqu’au 15 mars environ. Les propriétaires de troupeaux réduits se voyaient dans l’obligation de se grouper pour pouvoir affermer collectivement une dehesa. Enfin, dernière raison de s’entendre, la nécessité de se réunir deux fois l’an, en mestas, pour rendre les bêtes égarées à leur propriétaire ou vendre les bêtes d’origine inconnue.

  • 18 Miguel Gual Camarena, « La institució ramadera del lligallo. Unes ordenances desconegudes del segl (...)

25Dans la Couronne d’Aragon, le réseau de transhumance était simple, allant de l’Ebre vers les hauteurs. Les cañadas étaient assez courtes. La conquête du royaume de Valence apporta quelques complications mais permit une transhumance plus lointaine vers les régions Valencienne et murcienne. La Couronne connut malgré tout des associations d’éleveurs, ou confréries, dès le xiie siècle en Aragon. Les premières associations d’éleveurs furent les Casas de ganaderos de Saragosse (qui reçurent des privilèges royaux dès 1127), celles de Tauste, Egea et les lligallos de Calatayud et Teruel. Le lligallo était typiquement municipal et n’avait pas comme fin l’accord entre éleveurs mais l’entente entre municipalités qui se dotaient d’ordonnances. Il fallait aux éleveurs se regrouper pour mettre leurs bêtes en commun, les surveiller. Deux fois l’an, on se réunissait pour rendre les bêtes perdues et permettre au chef, le justicia del lligallo, de juger les litiges18.

26Le bétail transhumant était obligé d’acquitter d’innombrables taxes pour le passage (portazgo, pontaje, barcaje...) et pour la dépaissance dans les communaux, dans le monte d’où le nom de montazgo), herbaje... La perception en était assurée, le plus souvent en nature, par les Caballeros Villanos ou d’autres agents des seigneurs laïques, ecclésiastiques ou militaires.

Atouts des Ordres militaires

27Dans la croissance de l’élevage, que l’on entrevoit nettement dès le xiie siècle, les Ordres militaires disposaient d’atouts sérieux :

28— Leurs domaines étaient divisés en seigneuries ou commanderies, faisant de leur détenteur, le commandeur, à la fois un seigneur foncier et un seigneur « banal », avide de percevoir des taxes sur la transhumance. Dans la Couronne de Castille, la localisation des commanderies constituait un remarquable avantage (voir carte) : les terres d’Ordre militaire s’étendaient essentiellement au sud de la Cordillère centrale, Templiers et Santiaguistes étant les seuls à détenir des terres des deux côtés de l’arc montagneux, sur des plaines, des plateaux et même à l’est sur des hauteurs, prenant en écharpe pratiquement toute la partie sud du royaume. Les membres des Ordres militaires désireux de pratiquer la transhumance, courte ou longue, pouvaient s’y livrer quasiment sans bourse délier, dans la mesure toutefois où les Ordres s’entendaient. Les « provinces » militaires détenaient une très large part des dehesas d’hiver. Les éleveurs de la meseta nord étaient obligés soit de les louer soit d’emprunter les grandes cañadas qui traversaient les terres d’Ordres et d’acquitter les taxes d’usage. Les Ordres militaires détenaient également de vastes terrains de parcours dans les commanderies mais se devaient d’en partager l’exploitation avec la population locale, ce qui leur donnait l’occasion de percevoir des dîmes sur le bétail. Par exemple, les terres de la commanderie hospitalière de Santa Maria del Monte, riches en bétail, restaient ouvertes aux habitants du lieu, sauf quelques dehesas réservées exclusivement à l’Ordre.

29Dans la Couronne d’Aragon, les conditions étaient moins favorables car les commanderies étaient en quelque sorte émiettées, ne formant jamais un territoire compact, ni dans la montagne ni dans la plaine. Même chose en Navarre.

30— Autre atout : la protection royale qui s’exerçait sur l’élevage, dans les deux Couronnes, afin de le promouvoir (car il était source de revenus), fut particulièrement bénéfique aux Ordres militaires. Dès le xiie siècle, dans l’euphorie de la Reconquête, les rois de Castille et d’Aragon, mais pas de León, multiplièrent les « libertés de pâturage par tout le royaume », plaçant sous la protection royale (amparo) le bétail transhumant appartenant aux Ordres mais aussi généralement à leurs pasteurs et familiers, et les exemptant de tout impôt, dans une région limitée ou dans tout le royaume, sauf si les troupeaux venaient à traverser les terres de seigneurs détenant le privilège de percevoir telle ou telle redevance. C’est pourquoi apparaissent indiscutablement liés certains aspects de la protection royale : liberté de pâturage et exemption, mais aussi protection pour l’exercice de cette liberté (l'amparo supposant des peines plus lourdes pour les contrevenants) et enfin, souvent, prises de position en faveur des Ordres militaires contre les communautés locales.

  • 19 D’après les ouvrages de Aurea L. Javierre Mur, Santos Garcia Larragueta, Regina Sáinz, Derek Lomax(...)

TABLEAU I. — Exemptions et libertés19

Templiers

Hospitaliers

Santiaguistes

Calatravans

ARAGON-

– 1143 : exemption de tout péage et douane pour le bétail de l'Ordre.

– 1170 : exemption de tout péage et douane pour le bétail de l'Ordre.
– 1172-73 : privilège pour les troupeaux des Hospitaliers, de leurs pasteurs et familiers de pâturer librement en Benasque.
– 1200 : exemption du "quinto" sur les troupeaux contre le paiement de 300 maravedis.

– 1208 : Pierre II confirme aux Templiers toutes leurs exemptions royales et municipales.
– 1294 (conf. 1330) : Jacques II donne une liberté de pâturage dans le finage de Tortosa.

– 1208 : id. pour les Hospitaliers et leurs sujets.

– 1226 : liberté de pâturage dans le royaume d'Aragon.

NAVARRE

– 1173 : privilège de protection de Sanche VII pour les Hospitaliers et leurs hommes.
– 1198 : même privilège octroyé par Pierre II d'Aragon.
–1221 : même privilège par Jacques II.

CASTILLE

– 1170 : protection d'Alphonse VIII pour les Hospitaliers et leur bétail.
– 1283 : infant Sanche donne liberté et exemption pour Hospitaliers et pasteurs.

– 1195 : Alphonse VIII donne une liberté et exemption.
– 1256 : exemption totale d'impôt.
– 1282 : exemption renouvelée pour Ordre et pasteurs.

– ? : libre pâturage et exemption.
– 1169 : protection d'Alphonse VIII sur bétail.
– 1317 : liberté de pâturage renouvelée.

31Le roi d’Aragon fut le premier à exempter, dès 1143, les Templiers et Hospitaliers, Ordres internationaux tôt installés dans la Couronne, mais aussi, en 1226, les Santiaguistes qui avaient fait un très gros effort de repeuplement en Aragon dès les premières années du xiie siècle. Les souverains navarrais privilégièrent, dès 1143, les Hospitaliers, très nombreux dans le pays. Quant à eux, les rois de Castille favorisèrent Hospitaliers et Calatravans avant les Santiaguistes. La plupart de ces privilèges, alors non restreints à un nombre donné de têtes de bétail, concernait non seulement les troupeaux des Ordres, mais aussi celui des pasteurs et familiers. Ces privilèges furent maintes fois durement contestés et l’appui royal fut indispensable pour leur maintien. En Aragon, où la protection royale était particulièrement efficace, les Templiers eurent maille à partir avec les municipalités de la région de Teruel, concurrents pour le pâturage de la contrée dite du Maestrazgo. En 1208, Pierre II confirma les différentes exemptions dont jouissaient les Templiers, tout en les précisant. Dans le royaume de Castille, dès 1282, l’exemption qui fut octroyée à l’ordre de Santiago précisa que le bétail pourrait pâturer n’importe où, sauf dans les défens, et que l’Ordre pourrait construire des ponts. Encore au début du xive siècle, le roi soutint l’ordre de Calatrava contre les municipalités qui faisaient des clôtures dans leurs communaux, ce qui constituait une entrave à la dépaissance du bétail de l’Ordre. Enfin, dans les conflits avec la Mesta, le souverain castillan prit souvent parti pour les Ordres.

LE ROYAUME DE CASTILLE : XIII - XV e S.

  • 20 Ma-Va Gómez Mampaso, « Notas sobre el Servicio y Montazgo. Origen histórica a lo largo de la Edad (...)

32La protection royale s’avérait donc très puissante et efficace. Les autres éleveurs transhumants ne cessaient de la solliciter car leurs associations n’étaient pas assez puissantes. C’est dans ce contexte que naquit la Mesta. Au xiiie siècle, sous le règne d’Alphonse X, en contrepartie de la protection royale, les éleveurs versaient un servicio, en nature essentiellement. Lorsque leurs troupeaux traversaient les terres royales, ils acquittaient un servicio de ganados ou de ovejas, attesté dès 1269, année où sa perception fut votée aux Cortes. Cet impôt, d’abord transitoire, devint vite fixe, à payer à certains péages le long des cañadas. Le montazgo était une taxe pour l’utilisation des terres communautaires. Sous Alphonse XI, au xive siècle, tous les montazgos20 perçus en terre royale se fondirent en un tribut unique, le montazgo, qui fusionna en 1343 avec le servicio en un impôt unique, le Servicio y Montazgo, perçu sur tous les troupeaux transhumants une fois l’an, à des péages précis. Les Ordres militaires firent valoir leurs « libertés » pour s’en faire exempter. En 1273 au plus tard, sans doute plus tôt, une association nationale d’éleveurs, la Mesta, fut instaurée par le roi. Tout le bétail transhumant était placé sous sa protection, formant un seul troupeau, exempté de toutes taxes sauf là où un seigneur détenait le droit d’en percevoir, sauf du servicio de ganado et du montazgo dus au souverain.

33Autre aspect de la protection royale dans le royaume de Castille : le droit consenti à certains Ordres militaires de percevoir à leur profit certaines taxes sur la transhumance, appelées, selon l’époque, peaje, portaje, portazgo puis servicio, montazgo et, enfin, servicio y montazgo. Les Ordres militaires entreprirent une politique systématique de contrôle et des péages dans les régions où ils étaient propriétaires et seigneurs.

  • 21 Julio González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, 3 vol., Madrid, 1960 ; J.-L. Mar (...)

TABLEAU II. — Le contrôle des péages par les Ordres militaires dans le royaume de Castille21

Temple

Hôpital

Santiago

Calatrava

– 1169 : concession du "portazgo" des "recuas" qui vont à Teirra de moros dans la région d’Ubeda et Cordoue.

– 1173 : concession du "portazgo" des "recuas" qui vont à Segura puis à Tierra de moros.

– 1170-95 : l’Ordre parvient à contrôler les péages de la zone méridionale de la serranía de Cuenca, de Alharilla et Ocana. Font payer un péage aux moutons qui transhument de la zone musulmane à Tolède, Cuenca Huete.

- 1173 : concession du "portazgo" des "recuas" qui vont à Tierra de moros excepté sur celles qui se rendent à Segura.

– 1184 : concession de la moitié du "portazgo" à Alconchel.

– 1182 et 1193 : confirmation de ces privilèges.

– ? : concession du "portazgo" à Uclès.

– 1189 : concession du 1/10e de la production agro-pastorale du roi à Trujillo.

– 1193 : octroi du "portazgo" sur tous les troupeaux se dirigeant de Tolède à Cordoue par Capilla et Gahete.

– 1237 : autorisation de percevoir un cheval pour 5 000 moutons allant vers le sud ou 500 vaches... et un "montazgo" à Capilla, Burguillos ou Alconchel.
– 1290 : concession du "portazgo" à Alcónetar.

– 1206 : concession du "portazgo" et du "pazo de ganados" en trois points : Tolède, Alfariella et Zorita.
– 1289 : concession du "portazgo" sur tout le bétail pénétrant en terre santiaguiste.

34Alphonse VIII de Castille se montra surtout généreux envers les Calatravans et les Santiaguistes auxquels il concéda de nombreux péages. La frontière musulmane n’empêchait pas les troupeaux de circuler de part et d’autre. Au xiie siècle, les moutons transhumants appartenant aux musulmans et se rendant à Tolède, Cuenca et Huete étaient grevés d’une taxe de un maravedi pour 50 têtes à l’aller et deux dineros par tête au retour. Partout les Ordres militaires s’efforcèrent d’obtenir des portazgos sur leurs domaines. Ferdinand III, après avoir octroyé, en 1236, aux Templiers la commanderie d’Alconchel, ce qui arrondît considérablement leurs biens en Estrémadure orientale, leur accorda, en 1237, le droit de prélever un péage sur le bétail transhumant ainsi qu’un montazgo à percevoir à Capilla, pour les troupeaux de Castille, à Burguillos et Alconchel pour ceux de León. La politique menée par l’odre de Santiago fut encore plus spectaculaire : les Maîtres n’eurent de cesse de constituer des commanderies non loin des cañadas principales, en particulier celle qui traversait l’Estrémadure et celle qui allait de Uclés et Cuenca à Montiel et Segura. L’Ordre s’attacha tout particulièrement à contrôler les péages de la zone méridionale des hauteurs de Cuenca (Serranía de Cuenca). L’hôpital que les Santiaguistes possédaient à Cuenca se vit dispensé de tribut en 1282 et 1283, comblé de portazgos donnés ou acquis, surtout au sud. L’Ordre détenait de nombreuses dehesas, des communaux, à l’est et au sud-est de Cuenca, surtout dans la tierra de Alcarcón. A Alarcón même, un autre hôpital santiaguiste, occupant une position enviable près de la cañada, possédait de nombreuses propriétés, en partie octroyées par Alphonse VIII, ainsi que des portazgos. La politique de recherche systématique des portazgos, commencée au xiie siècle, durera jusqu’en 1480, sans qu’il soit possible de dater avec sûreté les acquisitions. En 1480, l’ordre de Santiago détenait un véritable réseau de portazgos, de Zafra en Estrémadure du sud, à Alarcón au sud de Cuenca, situés sur ou près des cañadas principales. Ces portazgos, dont l’Ordre n’avait le droit de percevoir que la moitié, constituaient des revenus non négligeables.

Les Ordres militaires, éleveurs et seigneurs

35Les Ordres militaires, grands seigneurs fonciers, sont alors des éleveurs importants, bien qu’il nous soit très difficile d’entrevoir les modalités et l’importance de cet élevage. Le faire-valoir indirect semble avoir été alors peu pratiqué, les Ordres ne louant guère leurs pâturages. Le faire-valoir direct fut sans doute la règle à l’époque. La nature du bétail élevé, ainsi que le mode d’élevage (estante, de travesío, trashumante) posent parfois des énigmes. Mais, en s’aidant de toutes sortes d’indices, il est toutefois possible, pour chaque Ordre, d’aboutir à quelques conclusions.

36— Les Templiers apparaissent dans les Couronnes de Castille et d’Aragon comme de grands éleveurs. Dans la Couronne de Castille, possessionnés à l’extrémité sud de l’ancien royaume de León, dans cette région très douée pour l’élevage qu’est l’Estrémadure, ils détenaient de nombreuses dehesas et montes. En principe, les meilleurs dehesas étaient réservées au ganado mayor : bœufs de labour (des colons), mules et chevaux, vaches. D’autres dehesas accueillaient le ganado menor, des ovins par milliers qui pouvaient d’ailleurs être également nourris dans les montes avec les chèvres et les porcs. En 1237, le roi Ferdinand III autorisa les Templiers à percevoir à Capilla, Burguillos et Alconchel un péage très significatif : au lieu de percevoir un nombre donné de têtes sur un troupeau ou une somme en numéraire, ils pourront prélever un cheval pour 5 000 moutons transhumants ou 500 vaches, un maravedi pour 500 moutons ou pour 50 vaches. Ce document, exceptionnel en son genre, dénote un très grand intérêt pour les équidés dont l’Ordre avait grand besoin. Mais les Templiers s’intéressaient aussi de près à l’élevage ovin, ce qui entraîna une lutte féroce avec l’Ordre régional par excellence, celui d’Alcántara. Un procès retentissant les opposa pendant une vingtaine d’années. En 1191, Alphonse VIII avait donné à l’ordre d’Alcántara, Ronda (près de Talavera). Les Templiers s’en emparèrent et l’occupèrent pendant trente ans. Lorsque la sentence fut rendue, en 1243 probablement, en faveur d’Alcántara, les Templiers refusèrent d’obtempérer, arguant du fait que, sous leur impulsion, l’élevage ovin avait pris un énorme essor et s’était accru de 40 000 têtes sous leur occupation. Les principales commanderies d’élevage étaient celles de Valencia del Ventoso, Jerez, Capilla (dès 1236), au cœur de la Serena, qui comprenait en 1310 cinq dehesas, d’un rapport annuel de 24 000 maravedis auxquels venaient s’ajouter 36 000 maravedis provenant de la perception de certains droits, en particulier du fameux péage.

TABLEAU III. — Inventaire du bétail dans quelques commanderies du Temple

TABLEAU III. — Inventaire du bétail dans quelques commanderies du Temple
  • 22 J. Miret y Sans, « Inventaris de les cases del Temple de la Corona d’Aragó en 1289 », dans Boletín (...)
  • 23 A.J. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, Londres, 1973.

37En ce qui concerne l’élevage templier dans la Couronne d’Aragon, nous avons l’avantage inestimable de détenir un inventaire datant de 1289 et concernant 14 commanderies : 7 en Aragon, 6 en Catlogne, 1 à Valence22. L’élevage était une activité florissante depuis le xiie siècle23. Par exemple, en 1184, le comte d’Urgel donna au commandeur de Gardeny une compensation pour les 2 000 moutons qui lui avaient été pris. En 1201, lors d’un achat à Villel, l’ordre du Temple paya en partie avec 400 moutons. L’inventaire du printemps 1289 nous montre que sur les 7 commanderies aragonaises, 3 ne détenaient pas de bœufs de labour, mais que toutes, sauf une, possédaient des mules de somme ou de labour. Ces 6 commanderies totalisaient 163 bêtes qui, de toute évidence, servaient à la culture des terres. Les chevaux, indispensables pour la guerre, au nombre de 38, étaient absents dans 4 commanderies. L’essentiel de l’élevage portait sur les chèvres et les moutons (1 856 au total) dans 4 commanderies, principalement à Monzón et Calatayud. Le ganado menor représentait les trois quarts du bétail.

38Dans les 6 commanderies catalanes, les bovins (au nombre 119), étaient absents à Orta et Gardeny où, en revanche, se trouvaient des mules. Les chevaux étaient deux fois plus nombreux qu’en Aragon (85). Le petit bétail, avec 2 361 têtes, dont 1 380 à Miravete uniquement, était dix fois plus important que le ganado mayor.

39Enfin, dans le royaume de Valence, la commanderie de Cantavella ou Cantavieja, pourvue de 42 bovins, 9 mules, 25 équidés et 992 caprins et ovins, possédait treize fois plus de ganado menor que de mayor.

40Ainsi les Templiers étaient-ils fidèles au faire-valoir direct, surtout pour l’élevage, déjà largement axé sur les ovins.

  • Les Hospitaliers navarrais et aragonais, si nombreux, détenaient déjà beaucoup de bétail au xiie siècle24. Ils construisaient des abris, des étables, cherchaient à se procurer des prés, des herbages, mais aussi des pastos et montes, pâturages communautaires extensifs, ce qui entraînait d’interminables conflits avec les municipalités voisines (1237 avec Calahorra, 1282 avec Arróniz...). Seuls indices sur la nature du bétail élevé : en 1215, une donation de 130 moutons à une commanderie et, en 1237, la dépaissance de porcs dans le monte de Zufía. Dans la Manche, en Andalousie, à Murcie, régions qu’ils contribuèrent à repeupler, les Hospitaliers reçurent de nombreuses dehesas et leurs commanderies étaient des exploitations de culture et d’élevage, si possible proches d’une cañada importante. Dans différents endroits, les Hospitaliers imposaient des corvées pour l’élevage des chevaux.
  • Dès le xiie siècle, a fortiori au xiiie siècle, l’ordre de Santiago se trouvait en possession d’un cheptel important, acquis en partie par donation (ovins et équidés)25. Etablis, dès que possible, près des cañadas importantes, les Santiaguistes pratiquaient la transhumance, s’arrangeant pour traverser essentiellement des terres de l’ordre, afin de n’avoir rien à payer. De nombreux conflits opposaient les Santiaguistes aux municipalités. En 1302, Uclés détenait au moins 1 000 têtes de bétail bovin et crut bon de nommer des responsables, comendadores de las vacas, soumis à des inspections26.
  • Dès le xiiie siècle, les Calatravans avaient accumulé terres et péages. En 1351, le privilège de libre pâturage dont ils jouissaient dans le royaume de Castille fut limité, tout en tenant compte des desiderata de l’Ordre, par Pierre Ier, qui souhaitait que le servicio y montazgo lui rapporte davantage, à 15 000 vaches ou bœufs, 8 000 moutons, 8 000 porcs. Cela ne signifie pas que l’Ordre ne détenait que cela mais qu’au-delà de ce quota, il ne serait plus exempté. Cela nous indique que les Calatravans étaient encore, au xive siècle, très axés sur l’élevage bovin (un peu comme les Santiaguistes), moitié moins sur l’élevage ovin.

NAVARRE ET COURONNE D'ARAGON VERS 1300

NAVARRE ET COURONNE D'ARAGON VERS 1300

41Ainsi, vers 1350, la spécialisation ovine n’apparaît pas écrasante, comme elle semble l’avoir été chez les Templiers quelques années avant leur disparition. Les Ordres tiraient de l’élevage, activité qu’ils semblent tous avoir pratiqué avec prédilection, deux sortes de revenus : ceux de la seigneurie foncière (la commanderie) en faire-valoir direct ou indirect, ceux de la seigneurie « banale » : portazgos et dîmes sur le bétail, le fromage et la laine, généralement affermés. Les commandeurs percevaient pour leur compte ou pour celui de la mense du maître. Il nous est impossible de chiffrer le rapport de cet élevage, déjà très important cependant, à la veille des grands changements économiques et politiques qui se préparent.

III. — Les Ordres militaires et l’élevage du milieu du xive siècle à la fin du xve siècle

  • 27 Ch. Bishko, op. cit., supra, note 10. Selon cet auteur, Klein date la première mention du merino d (...)

42Il s’agit de la grande période du développement de l’élevage espagnol, surtout nette sous les règnes de Jean II (1406-1454) et Henri IV (1454-1474), de l’accentuation de la spécialisation ovine et de l’importance croissante prise par le mouton merino (introduit dans la péninsule à une date très controversée)27, surtout dans la meseta sud, qui améliora la qualité de la laine espagnole sans toutefois la mettre au niveau de la laine anglaise et sans supprimer l’élevage du mouton local, pardo, à la laine courte et foncée, difficile à teindre et de qualité médiocre, qui demeura fréquent, surtout au nord de la Cordillère centrale. L’élevage estante et de travesío, au moins aussi développé que le transhumant, demeure toujours aussi difficile à étudier. Au cours de cette période, l’élevage profita du dépeuplement, consécutif aux catastrophes du xive siècle, rendant la main-d’œuvre rare et les cultures difficiles, de la multiplication des terres abandonnées, de l’ouverture d’un marché extérieur important pour la laine et du développement d’une industrie lainière d’assez bonne qualité (Cuenca). En 1474, 2 694 032 ovins transhumèrent à 12 péages déterminés, sur lesquels furent prélevés 13 500 moutons. Mais, outre ce chiffre, isolé, nous ne pouvons pas évaluer une croissance qui se poursuit sous le règne d’Isabelle (1474-1504) car les comptes de la Mesta ne nous sont pas parvenus pour cette époque. Quelle part les Ordres militaires prirent-ils à cet essor ?

Les Ordres militaires, seigneurs fonciers

  • 28 Daniel Rodriguez Blanco, La Orden de Santiago en Extremadura en la baja Edad Media (XIV-XV), thèse (...)
  • 29 Emma Solano Ruiz, La Orden de Calatrava en el siglo XV. Los señoríos castellanos de la Orden al fi (...)

43Les « livres de visite », qui commencent pour la plupart des Ordres vers 1450, mais ne sont tenus avec régularité qu’à partir des années 1490, sont d’un intérêt inestimable. En effet, ils rendent compte d’un important changement : les maîtres, dignitaires et commandeurs, sont devenus des rentiers de l’élevage, préférant désormais l’affermage des dehesas au faire-valoir direct. D’ailleurs, la plupart des exemptions de servicio y montazgo, dont il convenait de solliciter le renouvellement à chaque changement de règne, ont disparu. Certes, les souverains étaient désireux de faire rendre au maximum cet impôt indirect. Mais les historiens ont commis l’erreur, jusqu’aux travaux de M.-A. Ladero Quesada, d’en surévaluer l’importance. En fait, la part du servicio y montazgo dans les revenus royaux demeura modeste. D’autre part, il se peut que les Ordres militaires eux-mêmes (comme beaucoup de monastères) aient renoncé d’eux-mêmes à faire confirmer des privilèges dont ils n’avaient plus l’utilisation, préférant l’affermage. Les « livres de visite » de l’ordre de Santiago montrent à l’évidence le peu de bétail existant dans la plupart des commanderies : un cheval ou deux, deux ou trois mules et ânes, quelques moutons et porcs, appartenant au commandeur, bref, ce qui était alors indispensable à toute maisonnée noble. D’ailleurs, les « déclarations » de biens que durent faire commandeurs et chevaliers de Santiago, à la fin du règne d’Isabelle, permettent d’aboutir aux mêmes conclusions, ne révélant aucun éleveur de quelque importance. Les 60 dehesas d’Estrémadure appartenant à la mense du maître ou à celle des commandeurs étaient d’un rapport croissant qui représentait 26 % des revenus totaux de l’Ordre dans la région en 1494 et 29,5 % en 1501. Les affermages d’hiver (invernadero), à court terme, à des éleveurs de Vieille Castille, procuraient des revenus réguliers, réajustables et en hausse constante28. De même, l’ordre d’Alcántra, sur lequel nous ne possédons que des renseignements indirects, les archives ayant disparu, pratiquait aussi largement l’affermage de ses dehesas. Seul, l’ordre de Calatrava s’intéressait encore au faire-valoir direct et se préoccupait de faire renouveler son privilège de libre pâturage29. Mais une grande partie des dehesas était cependant affermée. Dans la province du Campo de Calatrava, qui comptait 30 commanderies et prieurés, la majorité des dehesas était affermée. Dans 6 commanderies seulement, une dehesa était exploitée en faire-valoir direct par le commandeur. Dans les deux autres provinces de l’Ordre, l’affermage régnait complètement. Emma Solano Ruiz a fortement souligné l’importance croissante prise par l’affermage des dehesas, devenu la plus grosse source de revenus dans presque toutes les commanderies. Le troupeau de l’Ordre en 1470 ne comptait plus, aux dires d’Emma Solano, que 480 têtes, chiffre qui semble excessivement bas. Certes, ce cheptel avait subi les restrictions royales concernant les exemptions, mais les « libertés de pâturage » portaient toujours sur un chiffre inférieur au troupeau transhumant. Or, dès 1429, les Calatravans avaient la possibilité de faire librement circuler 16 000 têtes de bétail et la conserveront tout au long du xve siècle. La transhumance est alors devenue à majorité ovine : les 12 000 bovins exemptés du privilège de 1403 deviennent 12 000 ovins en 1429 (auxquels il faut ajouter 2 000 bovins et 2 000 porcs).

44Aux fructueuses « rentes d’herbe », il convient d’ajouter les revenus tirés de l’exercice des droits seigneuriaux : les portazgos (à Capilla, les Santiaguistes prélevaient à l’entrée 2 brebis ou chèvres sur 1 000 et, à la sortie, un agneau ou chevreau sur 50, un mouton ou brebis sur 200), les dîmes perçues par les commandeurs sur tout ce qui se produisait, en particulier sur le bétail estante et trashumante (à Estepa, en Andalousie, de 1494 à 1501, les Santiaguistes perçurent de 20 000 à 32 000 maravedis de diezmo, pour un total de 135 000 à 200 000 maravedis), enfin, dernière source de revenus, les juros, rentes perpétuelles octroyées par le souverain sur des revenus de la Couronne, en particulier sur le servicio y montazgo, perçues en numéraire ou en bétail. Mais c’était vraiment la location des pâturages qui rapportait le plus.

***

45Au terme de cette étude menée sur les Ordres militaires et l’élevage, il convient de s’interroger sur les relations qu’ils ont entretenues et entretiennent encore, sur ce qu’ils se sont apportés réciproquement. La situation a, en fait, varié avec le temps.

  • Dès leur fondation, les Ordres militaires, en participant activement à la Reconquête, ont aidé au développement de l’élevage « pionnier », menant un genre de vie pastoral et guerrier. Puis, en s’établissant dans le meseta sud, dans ce qui deviendra très vite la grande région d’élevage du royaume de Castille, ils contribuèrent à sa spécialisation en pâturages d’hiver et au développement de la transhumance. Leurs propres troupeaux, élevés encore en faire-valoir direct, étaient composites et, à l’époque de la fondation de la Mesta, pas encore formés pour l’essentiel d’ovins. Les Templiers semblent avoir été des précurseurs en se spécialisant très tôt dans l’élevage ovin, alors qu’Hospitaliers et Calatravans restaient plus fidèles à l’élevage bovin. Il nous faut donc nuancer l’assertion selon laquelle la Mesta aurait été, dès le début, un organisme de transhumance presque exclusivement destiné aux ovins. La spécialisation semble avoir été plus progressive, le ganado mayor tenant une place de moins en moins importante dans la transhumance. Jusque vers 1350, les Ordres militaires contribuèrent au développement de l’élevage transhumant, servant ainsi la politique royale.
  • En revanche, lors de la période suivante (1350-1500), les Ordres militaires se sont servis de l’élevage plus qu’ils ne l’ont servi. Ils devinrent des rentiers de l’élevage en abandonnant le faire-valoir direct, à l’exception des Calatravans qui y demeurèrent en partie fidèles. Pourquoi ? Tracas incessants avec la Mesta, temps troublés, mais aussi changement profond de mentalité. Le chevalier d’Ordre de la fin du xve siècle n’a plus grand-chose à voir avec le moine-soldat du xiie siècle ! Ce n’est plus un combattant (ou pratiquement), c’est un aristocrate appartenant à la moyenne ou petite noblesse, milieu de rentiers qui a largement abandonné tout faire-valoir direct, un laïc marié, ne résidant plus guère dans sa commanderie, qui a sollicité l’« habit » parce que cadet et ayant le besoin pressant d’un revenu complémentaire. Le fait que les Calatravans soient restés plus fidèles à la règle n’est peut-être pas sans rapport avec l’élevage en faire-valoir direct. Bref, à la fin du Moyen Age, les chevaliers et commandeurs n’avaient plus guère de raison d’être, ni guerrière, ni économique. En effet, ils auraient pu, comme quelques grands seigneurs andalous, spéculer sur l’élevage, sur la laine (en l’exportant eux-mêmes au meilleur prix) ou créer une industrie textile de qualité, ce dont l’Espagne avait grand besoin. Au lieu de cela, les Ordres se mirent à jouer un rôle politique, employant à cet effet leur immense fortune, tirée en grande partie de l’élevage. La dynastie Trastamare parvint sur le trône en 1369, grâce à l’aide en particulier de l’ordre de Santiago. « Nouvelle noblesse » Trastamare et membres des Ordres militaires étaient issus du même milieu, soutien du régime et comblé de faveurs par celui-ci. En retour, les souverains n’hésitaient pas à s’immiscer dans les affaires privées des Ordres et, en particulier, à exercer des pressions pour que leurs favoris soient désignés maîtres. C’est ce que firent Jean II et Henri IV. Lors de la guerre civile qui suivit l’accession au trône d’Isabelle, les Ordres militaires, à la suite de leurs maîtres, prirent parti et firent montre d’une puissance économique et militaire telle que la reine et son époux retinrent la leçon. La paix revenue, les Rois Catholiques décidèrent de s’emparer des maîtrises des différents Ordres, ce qu’ils firent, pour Calatrava dès 1485, Santiago dès 1493 et Alcantara dès 1494. En 1499 fut créé, au sein du nouveau système polysynodique, un Conseil des Ordres et, en 1501, Ferdinand obtint du pape l’administration perpétuelle des maîtrises. Outre son aspect indiscutablement politique, cette mesure royale s’assortissait d’avantages économiques : les revenus des menses des maîtres et la possibilité d’utiliser des commanderies pour rétribuer des services. Mais Klein a beaucoup exagéré en alléguant qu’Isabelle et Ferdinand avaient voulu récupérer la charge de maître de Santiago car, depuis l’avènement des Trastamare, une grande partie des revenus du servicio y montazgo lui était attachée. En fait, les Cortes de Tolède, en 1480, s’étaient déjà chargées d’amputer largement les juros et le servicio y montazgo tenait, comme nous l’avons déjà signalé, une part très secondaire dans les revenus royaux.

46Désormais, les Ordres militaires n’auront plus le loisir d’avoir une « politique » en matière d’élevage et se borneront à exécuter les décisions royales.

Notes

1 J’ai écarté tous les petits Ordres nationaux qui n’eurent qu’une vie brève.

2 Las Ordenes Militares en la peninsula ibérica durante la Edad Media, Salamanque, 1976, 109 p. Excellente recension des sources et ouvrages.

3 Op. cit., supra, note 2, p. 11 sq.

4 Archivo Histórico Nacional, section Ordenes Militares.

5 Op. cit., supra, note 2. Soulignons que les documents médiévaux de l’ordre d’Alcántara ont presque totalement disparu il y a quelques décennies, victimes d’un incendie.

6 Crónica latina de los reyes de Castilla, 1236, Historia Gothica de Jiménez de Rada, publiée à Madrid en 1793. Espana sagrada de Flores et autres, Madrid, 1647-1879, 51 vol. Primera Crónica general d’Alphonse X (éd. Madrid 1955) et autres chroniques énumérées par D. Lomax.

7 Voir D. Lomax, op. cit., supra, note 2.

8 Ce sont, si nous ne retenons que les œuvres non citées par D. Lomax ou parues depuis 1978, Ordre par Ordre :

  • Ordres de l’Hôpital et du Temple : Carlos Estepa, « La disolución de la Orden del Temple en Castilla y León », dans Cuadernos de Historia, no 6, Madrid, 1975, p. 121-186 ; Santos Garcia Larragueta, La Orden de San Juan de Jerusalem en Navarra, siglo XIV, communication au colloque organisé à la Casa de Velázquez en mai 1983 (inédit) ; Miguel-Angel Ladero Quesada et Manuel Gonzalez Jiménez, « La Orden militar de San Juan en Andalucía, dans Archivo Hispalense, no 180, Séville, 1976, p. 129-139 ; María-Luisa Ledesma Rubio, Templarios y Hospitalarios en el reino de Aragón, Saragosse, 1982.
  • Ordre de Saint Jacques (Santiago) : Eloy Benito Ruano, Estudios Santiaguistas, Léon, 1978, en particulier La Orden de Santiago en Asturias, p. 185-204 ; P. Iradiel Murugarren, « Bases económicas del hospital de Santiago en Cuenca : tendancias del desarollo económico y estructura de la propiedad agraria », dans Anuario de estudios medievales, 11, Barcelone, 1982, p. 181-246 ; Daniel Rodriguez Blanco, La Orden de Santiago en Extremadura en la baja Edad Media. XIV-XV s., thèse inédite soutenue en 1983 à l’Université Complutense de Madrid ; Regina Sáinz de la Maza, La Orden de Santiago en la Corona de Aragón. La encomienda de Montalban. 1210-1327, Saragosse, 1980 ; P.-A. Porras Arboledas, Los senoríos de la Orden de Santiago en su Provincia de Castilla durante el siglo XV (thèse inédite), Madrid, 1982.
  • Ordre de Calatrava : Clara Estow, « The economic development of the Orden de Calatrava, 1158-1366 », dans Speculum, 1982, p. 267-291 ; Miguel-Angel Ladero Quesada, « Las Ordenes militares de Calatrava y Santiago en el alto Guadalquivir (siglos xiii-xiv), dans Cuadernos de estudios medievales (Grenade), no 2, 1974-1975, p. 59-81 ; du même auteur, Comentarios sobre los señoríos de las Ordenes Militares de Santiago y Calatrava en Castilla la Nueva y Extremadura a fines de la época medieval, communication faite au Colloque de la Casa de Velázquez sur les Ordres militaires en mai 1983 ; Maria-Concepción Quintanilla Raso, « Villafranca, una encomienda calatrava en el reino de Córdoba », dans Historia, instituciones, documentos, no 6, Séville, 1979, p. 1-28 ; Emma Solano Ruiz, La Orden de Calatrava en el siglo XV. Los señoríos castellanos de la Orden al final de la Edad Media, Séville, 1978 ; M. Corchado Soriano, La Orden de Calatrava y su campo, t. I, Ciudad Real, 1984.
  • Ordre de Montesa : Luis Garcia Guijarro, Datos para et estudio de la renta feudal maestral de la Orden de Montesa en et siglo XV, Valence, 1978 ; du même, Los origenes de la orden de Montesa, communication au Colloque de la Casa de Velázquez sur les Ordres militaires de mai 1983 (inédit).

9 The Mesta, 1920, Cambridge (Mass.). Les archives de la Mesta demeurées longtemps entre les mains de l’Association des éleveurs viennent d’être versées aux Archives nationales, section Ordenes milita res..

10 Ch. Bishko, « Sesenta años despues : la Mesta de Klein a la luz de la investigación subsiquiente », dans Historia, instituciones, documedntos, no 8, Séville, 1981, p. 9-57. Voir pour la mise au point bibliographique.

11 Santos García Larragueta, « La Orden de San Juan en la crisis del imperio hispánico del siglo xii », dans Hispania, 12 (1952), p. 483-524.

12 Joseph O’Callaghan, « The Spanish military Order of Calatrava and its affiliate », dans Variorum reprints, Londres, 1975.

13 Joseph O’Callaghan, « Sobre los origenes de Calatrava la nueva », dans Hispania, 1963, p. 495-503.

14 Luis García-Guijarro Ramos, Los origenes de la Orden de Montesa, communication au Colloque de la Casa de Velázquez sur les Ordres militaires de mai 1983.

15 Carlos Estepa, « La disolución de la Orden del Temple en Castilla y León », dans Cuadernos de Historia, no 6, Madrid, 1975, p. 121-186.

16 Santos Garcia Larragueta, El gran priorado de Navarra de la Orden de San Juan de Jerusalem. XII-XIII, 2 vol., Pampelune, 1957, La Orden de San Juan de Jerusalem en Navarra. Siglo XIV, dans Colloque..., op. cil., supra, note 14.

17 Derek Lomax, La Orden de Santiago. 1170-1275, Madrid, 1965.

18 Miguel Gual Camarena, « La institució ramadera del lligallo. Unes ordenances desconegudes del segle xiv, dans Estudis d'Historia medieval, vol. II, Barcelone, 1970, p. 3-16.

19 D’après les ouvrages de Aurea L. Javierre Mur, Santos Garcia Larragueta, Regina Sáinz, Derek Lomax, Clara Estow, Emma Solano (op. cit., supra, note 8).

20 Ma-Va Gómez Mampaso, « Notas sobre el Servicio y Montazgo. Origen histórica a lo largo de la Edad Media », dans Historica de la hacienda espanola, Homenaje al Profesor Garcia de Valdeavellano, Madrid, 1982, p. 301-317.

21 Julio González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, 3 vol., Madrid, 1960 ; J.-L. Martin, Origenes de la Orden Militar de Santiago, 1170-1195, Barcelone, 1974 ; Carlos Estepa, « La disolución de la Orden del Temple en Castilla y León », Madrid, 1975, dans Cuadernos de Historia, no 6, p. 121-186.

22 J. Miret y Sans, « Inventaris de les cases del Temple de la Corona d’Aragó en 1289 », dans Boletín de la Real Academia de Buenos Letras de Barcelona, 1911, p. 61-75. L’inventaire date du printemps 1289. L’ordre de l’auteur a été respecté.

23 A.J. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, Londres, 1973.

24 Santos García Larragueta, op. cit., supra, note 16.

25 D. Lomax, op. cit., supra, note 17.

26 Ch. Bishko, « The peninsular background of latin american cattle ranching », dans Studies in Spanish frontier history, Variorum reprints, Londres, 1980, p. 375-515.

27 Ch. Bishko, op. cit., supra, note 10. Selon cet auteur, Klein date la première mention du merino de 1442, ce qui est une date trop tardive pour l’introduction. Le début du xive siècle semble plus vraisemblable. Bishko s’élève contre l’interprétation classique de Klein, Sobrequés, Vicens Vives, qui font coïncider arrivée du merino et organisation de la mesta.

28 Daniel Rodriguez Blanco, La Orden de Santiago en Extremadura en la baja Edad Media (XIV-XV), thèse inédite, soutenue en 1983 à l’Université Complutense.

29 Emma Solano Ruiz, La Orden de Calatrava en el siglo XV. Los señoríos castellanos de la Orden al fin de la Edad Media, Séville, 1978.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Légende LE ROYAUME DE CASTILLE : XIII - XV e S.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre TABLEAU III. — Inventaire du bétail dans quelques commanderies du Temple
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre NAVARRE ET COURONNE D'ARAGON VERS 1300
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/22002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.