Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Rapports

Hospitaliers et Templiers : peuplement et exploitation rurale dans le sud-ouest de la France au Moyen Age

Charles Higounet

Texte intégral

  • 1 Pour ne pas allonger les références, nous renvoyons en bloc à la bibliographie, en fin d’article, (...)
  • 2 Il ne nous a pas paru possible, dans ces quelques pages, de tracer une géographie complète des com (...)

1Il y a cent ans, A. Du Bourg révélait, en parcourant les riches archives de l’ancien grand-prieuré de Malte de Toulouse, l’histoire des commanderies de Saint-Jean de Jérusalem et du Temple du Sud-Ouest de la France. Son ouvrage a, certes, vieilli dans sa conception, mais il faut lui reconnaître le mérite de rester encore la base de toute étude sur les Ordres militaires dans cette région. Depuis lors, les monographies régionales et locales, les publications de documents se sont multipliées, la plupart cependant, sauf depuis les dernières décennies, tournées vers l’événement et laissant de côté le rôle que les deux ordres ont joué dans la mise en valeur du sol, le peuplement et l’exploitation rurale du xiie au xve siècle. Ce rapport voudrait donc, en rassemblant des données éparses, en utilisant des mémoires universitaires inédits et en jetant quelques nouveaux coups de sonde dans le fonds de Malte de Toulouse, montrer que ce rôle a été loin d’être négligeable1. Le cadre géographique envisagé sera celui des régions qui relevaient, à la fin de l’Ancien Régime, du grand-prieuré de Toulouse (Haut-Languedoc, Pays de Foix, Comminges, Béarn, Gascogne, Guyenne, Périgord), auquel ont été réunies quelques commanderies qui dépendaient du grand-prieuré de Saint-Gilles (Albigeois, Quercy, Rouergue, Bas-Languedoc), et les commanderies d’Aunis et de Saintonge du grand-prieuré d’Aquitaine2.

2Ordres nouveaux et, malgré leurs caractères spécifiques, essentiellement ruraux par l’implantation de leurs commanderies, Hôpital et Temple se sont trouvés d’emblée confrontés, dans le Midi aquitain et languedocien, avec le problème à l’ordre du jour à la fin du xie et au début du xiie siècle, celui de la croissance démographique et, par conséquent, agraire. Déjà, les vieilles maisons bénédictines ou clunisiennes, Sainte-Croix-de-Bordeaux, La Sauve-Majeure, Conques, Lézat, Saint-Sernin de Toulouse, des églises comme l’Eglise métropolitaine d’Auch, avec ou sans la participation de seigneurs laïques, avaient inauguré une politique de mise en valeur du sol et de peuplement par le moyen de création de sauvetés. Les deux Ordres militaires se sont immédiatement coulés dans le modèle, soit qu’ils aient été sollicités par les possesseurs de terres mal exploitées, soit qu’ils aient eux-même senti l’intérêt et le profit de telles opérations de colonisation rurale.

  • 3 Comm., cant. et arr. Muret, Haute-Garonne.
  • 4 Comm., cant. Rieumes, arr. Muret, Haute-Garonne.

3La fondation des sauvetés du Comminges, si bien narrée par P. Ourliac, a résonné comme le « coup de timbale » de cette politique. Le petit cartulaire de la commanderie hospitalière de Saint-Clar3 contient, en effet, une série de quarante et une donations à l’Hôpital et à Gérard, son premier prieur en Toulousain, de petites églises et de bien-fonds, par des châtelains ou de petits seigneurs du sol, rédigées entre 1100 et 1120, ad salvetatem faciendam. Le pays intéressé, premières collines de la Gascogne et hautes terrasses de la rive gauche de la Garonne en Bas-Comminges, était auparavant couvert par une vaste forêt dont la forêt de Bouconne, à l’Ouest de Toulouse, a conservé le nom. On peut imaginer que frère Gérard ait en grande partie dirigé les opérations de cette entreprise : plantation des croix de sauveté, ébauche d’un plan et répartition du sol villageois per casales, concentration d’une population dispersée et, peut-être, appel à l’extérieur, premiers défrichements, partage des droits et des redevances avec les donateurs ; les franchises des habitants ne venant que plus tard. Ainsi, une quarantaine de villages ont-ils été planifiés. Tous cependant n’ont pas eu une égale fortune : six d’entre eux ont avorté ou ont été rapidement désertés ; d’autres, comme Saint-Clar, Poucharramet, Lautignac, Savères, Sénarens, Alan, Boussan, Montoussin, Saint-Blancard, ont prospéré et sont devenus de plus ou moins importantes communautés rurales, avec des terroirs dont les labours ont fait reculer la forêt. Parmi eux, Poucharramet (Podium Remigii)4, fondé après une donation d’Aymeric de Muret du 27 avril 1102, est resté une des plus typiques de ces sauvetés commingeoises dont les Hospitaliers ont été, en quelque sorte, les « entrepreneurs ».

  • 5 Comm., cant. Rieumes, arr. Muret, Haute-Garonne.
  • 6 Comm., cant. Caylus, arr. Montauban, Tarn-et-Garonne.
  • 7 Comm., cant. Grisolles, arr. Montauban, Tarn-et-Garonne.
  • 8 Comm., cant. Toulouse, Haute-Garonne.

4Pareille entreprise n’a pas été unique. Dans les mêmes trois premières décennies du xiie siècle, les Hospitaliers se sont vu confier la fondation d’autres sauvetés en Toulousain et en Quercy. Petite sauveté que Saint Pierre de Bérat5, créée entre 1110 et 1114, près d’une église donnée par l’abbaye de Lézat sur la terrasse proche de la Bouconne ; modeste sauveté que celle de La Capelle-Livron6 en Quercy (vers 1120) ; plus importante entreprise que la sauveté de Nohic7, sur la rive gauche du Tarn (1120) ; mais, surtout, œuvre de grande envergure à Fronton8, au centre des terrasses d’entre Tarn et Garonne. Une église y aurait été récemment consacrée par Calixte II (18 juillet 1119). Les seigneurs du lieu en firent don à l’Hôpital en 1122, avec trois (ou quatre) cents casales, « afin que les famuli de cet hôpital y fassent un village » avec des « hommes de sauveté » ; étaient prévus, en outre, cinq muids de terre pour les labours et la plantation de vignes de chaque colon. A l’échelle du début du xiie siècle, c’était une opération du même genre que la fondation grandiose de la bastide de Grenade à la fin du xiiie siècle. Le peuplement réussit, la communauté reçut ses coutumes en 1248, la topographie des lieux fut modifiée par la construction, en 1371, d’un « fort » villageois, le vignoble original s’épaissit grâce au grand commerce des vins gascons au xive siècle et il a prospéré jusqu’à nos jours.

  • 9 Auj. Lardenne, l.d., comm. Toulouse, Haute-Garonne.
  • 10 Comm., cant. Montech, arr. Montauban, Tarn-et-Garonne.

5Les Templiers, quoique plus tard venus, se virent d’emblée offrir une entreprise de construction et de peuplement dans le faubourg Saint-Vincent-de-Carcassonne (1er avril 1133). Néanmoins, c’est encore sur les marges de la grande forêt de la rive gauche de la Garonne toulousaine, qu’ils reçurent en septembre 1134 d’Amelius, évêque de Toulouse, un territoire boisé et une chapelle où ils entreprirent la création de la sauveté de Laramet9 après la nouvelle donation, en octobre, par deux seigneurs voisins, de 46 casais de 4 perches « pour accroître et édifier le village ». En fait, cette fondation, trop proche de Toulouse, n’eut pas d’avenir. Un autre essai à la Nougarède, près de Pamiers, suscité par une donation de Roger II, comte de Foix, du 27 octobre 1136, sauveté qui devait porter le nom de Villedieu, resta même à l’état de projet. Par contre, la sauveté des Templiers à Lavilledieu10, au Nord de la forêt d’Agre, résonnait déjà du travail des défricheurs dès 1144 (l’année de la fondation de Montauban).

  • 11 Comm., cant. Grisolles, arr. Montauban, Tarn-et-Garonne.
  • 12 Comm., cant. Villandraut, arr. Langon, Gironde.
  • 13 Comm., cant. Castelnau-Médoc, arr. Bordeaux, Gironde.
  • 14 L.d., comm. Saint-Laurent-d’Arce, cant. Saint-André-de-Cubzac, arr. Libourne, Gironde.
  • 15 L.d. Le Tor, comm. Calmont, cant. Nailloux, arr. Toulouse, Haute-Garonne.

6L’existence d’autres sauvetés hospitalières apparaît dans des actes parfois très postérieurs au milieu du xiie siècle, sans que l’on puisse préciser les circonstances et la date de leur création. Orgueil11, possession de la commanderie de Fronton, a été probablement peuplée au cours du xiie siècle ; la Salvetat de Saint-Jean-de-Montagut, attestée en 1250, relevait aussi de Fronton. Dans les landes du Bazadais, l’Hôpital de Cazalis12, fondé par les Albret, a donné naissance à une sauveté mentionnée en 1241. En Médoc, citons encore la sauveté d’Arcins13 (1335) et, en Cubzagais, celle de Magrigne14, il est vrai bien chétive. La grande donation du Larzac par Raimond Bérenger, comte de Barcelone, aux Templiers, en 1159, comportait l’autorisation de « faire des villages ». Les Hospitaliers du Thor15, dotés en 1194 du territoire de la Boulbonne, entre l’Ariège et l’Hers, avec la possibilité de défricher et de construire un village, durent sans doute renoncer rapidement à ce dernier type d’exploitation.

  • 16 Comm., cant. Requista, arr. Rodez, Aveyron.
  • 17 Comm., cant. Albi, Tarn.
  • 18 Auj. Le Temple-sur-Lot, comm., cant. Sainte-Livrade, arr. Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne.
  • 19 Comm., cant. Dourgne, arr. Castres, Tarn.
  • 20 Comm., cant. Nailloux, arr. Toulouse, Haute-Garonne.
  • 21 Comm., cant. Castelnaudary, arr. Carcassonne, Aude.
  • 22 Comm., cant. Saint-Lys, arr. Muret, Haute-Garonne.
  • 23 L.d., comm. Saint-Romain-de-Benet, cant. Saujon, arr. Saintes, Charente-Maritime.
  • 24 Comm., cant. La Jarrie, arr. La Rochelle, Charente-Maritime.

7La sauveté n’a plus été suffisante, en effet, au milieu du xiie siècle, pour assurer de nouveaux peuplements, si bien que certaines commanderies ont opéré par d’autres moyens pour attirer et retenir des colons : la construction d’un château ou l’octroi, avec un seigneur laïque, d’une charte de franchises. Subordonnés aux bâtiments des commanderies du Temple de La Selve16, en Rouergue, de Vaour17, En Bas-Quercy, de Breuil18, en Agenais, et de Montsaunès, en Comminges, des villages qui se sont constitués dans la seconde moitié du xiie siècle, de même qu’à Arfons19, dans la Montagne Noire, sous le château des Hospitaliers, où les témoins d’une enquête de 1231 situaient une villa populosa. A Caignac20, en Lauragais, succédant à une sauveté (vers 1130-1140), on a assisté à la fondation d’un castelnau typique : Sicard de Laurac autorisa les Hospitaliers à construire un château et à réunir dans les murs du village « des vilains, des marchands et des clercs » (7 septembre 1171). A Pexiora21, en Lauragais aussi, les Hospitaliers consolidèrent la sauveté primitive en accordant à ses habitants, en paréage avec Sicard de Laurac et Aymeric de Roquefort, une charte de franchises (1194). C’est encore ce qui se produisit à Fonsorbes22 : les Hospitaliers partagèrent leurs droits avec Bernard d’Orbessan qui appela, par des franchises (12 avril 1205), des colons à s’installer dans un nouveau castrum et dans l’ancienne sauveté, et à défricher. A Saint-Clar enfin, le commandeur de Poucharramet revivifia la sauveté par l’octroi de privilèges et par la concession de terrains incultes et boisés à défricher (6 janvier 1253). A cette action colonisatrice, on rattachera encore les deux bourgs neufs des Templiers en Saintonge et Aunis : Villeneuve23, non loin de Saujon, probablement un peuplement du xiie siècle, où de nouveaux tenanciers furent attirés en 1278, et surtout Bourgneuf24 (Burgus novus Templi, 1224), village-rue au parcellaire en lanières caractéristiques.

8A notre connaissance, les deux Ordres militaires, Hospitaliers surtout, ont donc participé à la fondation au cours du xiie siècle, dans le Sud-Ouest aquitain, de plus d’une soixantaine d’habitats nouveaux, sauvetés et castelnaux, avec ce que cela comporte de défrichements paysans et d’ouverture du sol, mais, comme dans l’ensemble de ce mouvement dans toute la région, avec un fléchissement dans les années centrales du siècle et un arrêt dans les premières décennies du xiie. A ce siècle d’incitation proprement pionnière a succédé, à partir environ des années quarante, la participation au mouvement de fondation des bastides, mais dans un esprit beaucoup plus de gestion que de colonisation, avec le concours accru et lui-même intéressé, des officiers royaux et des grands feudataires gascons.

  • 25 Comm., cant. Cintegabelle, arr. Muret, Haute-Garonne.
  • 26 L.d., comm. Beauronne, cant. Neuvic, arr. Ribérac, Dordogne.
  • 27 L.d., comm. Mensignac, cant. Saint-Astier, arr. Périgueux, Dordogne.

9Les Hospitaliers du Thor, ayant reçu de plusieurs seigneurs des droits sur le territoire de Saint-Bauzille-d’Aignes25, dans les collines méridionales du Lauragais (1230), entreprirent d’y fonder, en mai 1242, un village qui, s’il n’était pas une bastide, en avait la structure. En Périgord, le Temple d’Andrivaux26 fit de même dans la paroisse de La Chapelle-Gonaguet, en peuplant sans grand succès le petit village de Chantegeline27 (après 1252). Dès lors, les deux ordres se lancèrent dans de plus importantes opérations.

  • 28 Auj. Saint-Sulpice-sur-Lèze, comm., cant. Carbonne, arr. Muret, Haute-Garonne.
  • 29 Comm., cant. et arr. Castelsarrasin, Tarn-et-Garonne.
  • 30 Comm., cant. L’Isle-en-Jourdain, arr. Auch, Gers.
  • 31 L.d., comm. Lacourt-Saint-Pierre, cant. et arr. Montauban, Tarn-et-Garonne.

10La première fondation d’envergure fut celle de la bastide de Saint-Sulpice-de-Lézat28. Un paréage fut conclu à cet effet, en juin 1255, par le vice-précepteur de l’Hôpital de Toulouse, et deux enquêteurs et le sénéchal de Toulouse, Hugues d’Arcis, pour Alphonse de Poitiers. Mais, c’est en son nom seul que ce dernier octroya, en mars 1257, la charte de peuplement aux futurs habitants, et des difficultés s’élevèrent pour l’application de cette association. Les Hospitaliers n’aboutirent à faire reconnaître la moitié de leurs droits sur la bastide qu’après une longue négociation générale, en juin 1270, à la veille du départ du comte de Toulouse pour la croisade. Malgré ce contretemps, la réussite de cette association a été spectaculaire. Labastide du Temple29, entre Tarn et Garonne, fut aussi une réussite. On ne connaît que la charte de coutumes que lui octroya le maître du Temple en Provence, le 3 mai 1260, et qui prévoyait encore le défrichement de bois et de barthes et la plantation de vignes. Le comte n’intervint pas ; au Saisimentum de 1271, la bastide était seulement en la « garde » (custodia) du roi. Autre entreprise des Templiers que Marestaing30, fondée par le commandeur de Toulouse et le petit seigneur du lieu : le paréage du 1er novembre 1270 avait ceci de très particulier, qu’il donnait la possibilité à chacun des co-seigneurs d’élever à l’intérieur de l’enceinte une motte pour construire un château avec ses fossés, combinaison, somme toute, d’un double castelnau et d’une bastide. Implantée en 1273 sous le nom de Marestaing-Neuf, elle a malheureusement périclité. A Verlhac-Saint-Jean (aujourd’hui Verlhaguet)31, le droit des Hospitaliers à faire une bastide fut même contesté par Alphonse de Poitiers (1268).

  • 32 Comm., cant. Saint-Nicolas-de-la-Grave, arr. Castelsarrasin, Tarn-et-Garonne.
  • 33 Comm., cant. Roquefort, arr. Mont-de-Marsan, Landes.
  • 34 L.d., comm. et cant. Arthez-de-Béarn, arr. Pau, Pyrénées-Atlantiques.
  • 35 Comm., cant. Le Mas-d’Azil, arr. Pamiers, Ariège.
  • 36 Id.
  • 37 Comm., cant. Grignols, arr. Langon, Gironde.
  • 38 Comm., cant. Fleurance, arr. Condom, Gers.
  • 39 Comm., cant. Masseube, arr. Mirande, Gers.
  • 40 Comm., cant. Montréjeau, arr. Saint-Gaudens, Haute-Garonne.
  • 41 Coram., cant. Masseube, arr. Mirande, Gers.

11La fondation de la plupart des bastides hospitalières et templières s’est cependant échelonnée entre 1275 et le début du xive siècle, avec des partenaires aussi divers que les intérêts matériels ou politiques en jeu et encore avec des démêlés de voisinage et des agissements contraires d’officiers royaux. La bastide de Fajolles32, en Gascogne toulousaine, qui reçut sa charte le 9 janvier 1276 de Guillaume de Villaret, prieur de Saint-Gilles, sous les auspices de la plupart des commandeurs de Saint-Jean du Sud-Ouest, du Bordelais à Pexiora, ne se développa guère, contestée qu’elle fut par Jourdain IV de l’Isle. A Saint-Justin33, les Hospitaliers de Caubin34 s’associèrent en paréage avec Constance, vicomtesse de Marsan, le 26 mai 1280 : bonne spéculation pour l’Hôpital, mettant ainsi en valeur un territoire pour lui excentrique, et pour la maison de Béarn, à la limite de l’Armagnac et du domaine du roi-duc d’Aquitaine, lequel, d’ailleurs, protesta après la guerre de Gascogne contre ce qu’il considérait comme un empiètement (1311-1314). Trois ans après (6 mars 1283), c’est au contraire avec le roi de France que le commandeur de l’Hôpital de Gabre35, en pays de Foix, traita pour la construction de la bastide qui devait s’appeler Plaisance (aujourd’hui Gabre36) malgré les protestations du comte de Foix. La situation à Cours37, en Bazadais, était différente. Une petite agglomération subordonnée au château des Templiers y existait depuis longtemps ; sa transformation en bastide, avec une charte destinée à attirer de nouveaux habitants (novembre 1289) ne changea guère que les rapports des commandeurs avec la communauté. Mais la dévolution des possessions du Temple aux Hospitaliers y fut l’occasion d’attaques et d’usurpations de tous ordres. C’est le même processus qui eut lieu à Goutz38, où les Hospitaliers s’associèrent avec le vicomte de Fezensaguet pour accoler une bastide au castelnau existant (17 juin 1292). La nouvelle « ville » devait s’appeler Biterde, mais l’ancien nom a prévalu. Il se produisit à cette occasion une courte révolte des anciens habitants qui se refusèrent à participer à une redistribution des terres cultivées au moment de l’établissement de la bastide. Celle-ci a d’ailleurs avorté ou rapidement disparu. A Cabas39, en Astarac, le paréage du 16 juin 1296, entre le précepteur de l’Hôpital et le comte, donna naissance sans encombre à la bastide qui reçut le nom de Sainte-Grâce, mais qui reprit aussi le nom ancien. Vers la même époque, le commandeur du Temple de Boudrac40 conclut avec le comte d’Astarac le paréage pour la construction de la bastide de Lalanne-Arqué41.

  • 42 Comm., cant. Salies-du-Salat, arr. Saint-Gaudens, Haute-Garonne.
  • 43 Comm., cant. Cazères, arr. Muret, Haute-Garonne.
  • 44 Comm., cant. Toulouse, Haute-Garonne.
  • 45 Comm., cant. Francescas, arr. Nérac, Lot-et-Garonne.
  • 46 Comm., cant. Riscle, arr. Mirande, Gers.
  • 47 Comm., cant. Mont-de-Marsan, Landes.
  • 48 Comm., cant. Geaune, arr. Mont-de-Marsan.
  • 49 Comm., cant. Tarbes, Hautes-Pyrénées.
  • 50 Comm., cant. Séméac, arr. Tarbes, Hautes-Pyrénées.
  • 51 L.d., comm. Castétis, cant. Orthez, arr. Pau, Pyrénées-Atlantiques.
  • 52 Comm., cant. Gabarret, arr. Mont-de-Marsan, Landes.

12Dans les Pré-Pyrénées, les Templiers de Montsaunès42, associés avec un petit seigneur local, Raimond d’Aspet, fondèrent, peu avant 1303, la bastide de Plagne43 qu’ils traitèrent encore comme une populatio de colonisation rurale. Mais, elle aussi subit, à l’occasion de son passage aux Hospitaliers, une violente offensive des officiers royaux de Toulouse pour la faire entrer dans le domaine de la Couronne (1314-1320). A Léguevin44, à l’Ouest de Toulouse, où Bernard-Jourdain de l’Isle menaçait de planter une bastide sur le territoire de Saint-Martin jouxtant les possessions de l’Hôpital, il fallut une transaction difficile pour que la construction ait lieu dans le dîmaire de Saint-Jean, près du château de l’Hôpital, mais avec de maigres avantages pour la commanderie (1309). Le village formé sous le château des Hospitaliers de Nomdieu45 avait reçu, le 17 février 1287, de Gaston, vicomte de Béarn et de Brulhois, une charte de privilèges, dans laquelle le commandeur s’était engagé à ne traiter qu’avec le vicomte ou ses successeurs s’il voulait conclure un paréage pour la construction d’une bastide. C’est cette transformation qui dut se produire quelques années après, vers 1304-1308. Le mouvement de fondation ne se ralentissait toujours pas puisque c’est avec le prieur de Saint-Gilles que Jean Ier, comte d’Armagnac, créa en 1316 au lieu de Cosset, proche d’Aire-sur-Adour, la belle bastide de Barcelonne46. Après la fondation de Geaune47, en 1318, entre Pierre de Castelnau et le sénéchal de Gascogne pour le roi-duc d’Aquitaine, les Hospitaliers de Pécorade48, qui possédaient une partie du territoire entourant la bastide, furent amenés à céder à la communauté de celle-ci 80 journaux de terre pour être distribués aux habitants (1321-1346) : participation encore à la mise en valeur d’un sol maigrement exploité jusque-là. Au Temple de Breuil, se produisit, en 1320, la même opération qu’à Nomdieu : l’ancien village castrai fut transformé en bastide par paréage entre les Hospitaliers et le sénéchal de Gascogne, Thomas Felton. Enfin, les Hospitaliers d’Aureilhan49 traitèrent avec le sénéchal de Bigorre pour essayer de peupler les landes du territoire de Sarouilles50 (20 avril 1324). Un dernier effort eut lieu même en 1353 pour exploiter en paréage, entre le commandeur de Noarrieu51 et Gaston Fébus, vicomte de Béarn, le territoire deu Serni, voisin de la bastide de Mauvezin d’Armagnac52.

13Cette énumération suivant l’ordre chronologique fait ainsi apparaître la participation des deux ordres confondus à la fondation d’une vingtaine de bastides, nombre inférieur de moitié aux fondations cisterciennes dans la même région, mais qui n’avait pas été comptabilisé jusqu’ici comme tel. Sur ce nombre, la majorité revient cependant aux Hospitaliers avec quatorze fondations, ce qui confirme, comme pour les initiatives pionnières du xiie siècle, une disponibilité plus grande pour les choses de l’exploitation rurale chez les Hospitaliers que chez les Templiers. Dans ces opérations, on n’a pas été sans remarquer, en fin de période, la transformation systématique de villages castraux en bastides par l’octroi d’une charte de franchises et par l’élargissement de l’habitat, opérations qui témoignent de l’intérêt soutenu des commanderies pour accroître le potentiel humain de leurs seigneuries.

14Quelque quatre-vingt sauvetés, castelnaux, bourgs neufs et bastides, fondés entre 1100 et 1353, même parfois avec de médiocres résultats, constituent un bilan qu’on ne saurait plus négliger. Mais alors que chez les Cisterciens, une telle politique a correspondu à un changement délibéré de type d’exploitation, ces peuplements hospitaliers et templiers n’ont pas été exploités différemment des autres possessions acquises par les deux ordres, c’est-à-dire dans les cadres de l’économie seigneuriale.

15Seigneurs fonciers et banaux, précepteurs et chevaliers, peu nombreux d’ailleurs dans les commanderies des deux ordres, se sont comportés comme tels. Dans aucun des documents concernant les opérations de peuplement et dans aucun acte de la pratique, on ne les voit participer personnellement aux travaux de la vie rurale. Les commanderies étaient pour eux des unités de production destinées à fournir les ressources financières nécessaires pour les besoins de l’Ordre en Terre-Sainte. L’essentiel de leur exploitation, que ce soit dans des seigneuries villageoises anciennes ou nouvelles, ou que ce soit dans des terroirs dispersés (mas, casals, maynes, appendaries, borderies, bories, estages, suivant les pays), reposait sur le travail de tenanciers et l’exercice de droits de ban, auxquels s’ajoutait éventuellement le produit des dîmes.

  • 53 Comm., cant. Capendu, arr. Carcassonne, Aude.

16Les fonds d’archives de presque toutes les commanderies continuent de nombreux baux à cens (ou à fief, suivant la terminologie méridionale) et des registres de reconnaissances des xiiie -xive siècles qui ne demanderaient qu’à être exploités. Citons, entre autres, les fonds d’Arcins et Benon, en Médoc, Bordeaux et ses membres suburbains, La Grave d’Ambarès, Arveyres, Sallebruneau, Montarouch, dans l’Entre-Deux-Mers, Cours, en Bazadais, Sainte-Christie-d’Armagnac, des commanderies agenaises, Le Burgaud et Poucharramet, en Toulousain, La Selve, en Rouergue, Pécorade, Aragnouet, Montsaunès, Frontès-Juzet, Capoulet, du Tursan au pays de Foix. Jusqu’au xiiie siècle, dominaient les redevances en espèces ; à Douzens53 ; cependant, les tasques sur les terres et la quarte sur les vignes sont assez nombreuses dès le milieu du xiie siècle et, à La Selve, les cens à parts de fruit (du 1/4 au 1/6) apparaissent dans les années 1260-1289. Au xive siècle, champarts, agrières, terrages ou redevances mixtes sont plus fréquents, en Bordelais, Agenais et Aunis notamment ; mais il semble bien que les deux ordres aient été particulièrement attachés aux cens et rentes en argent. Aux recettes des cens, s’ajoutaient les droits de vente et les droits de mutation (esporles, acaptes), ces derniers dus à la mort des tenanciers ; ceux qui étaient dus à la mort du grand maître ou à celle du commandeur furent en général abandonnés au xive siècle.

  • 54 L.d., comm. Meursac, cant. Gémozac, arr. Saintes, Charente-Maritime.

17Les Templiers et les Hospitaliers ont porté aux moulins un intérêt continu, car ils étaient source d’abondants revenus. Les commanderies d’Aunis et de Saintonge en possédaient plusieurs ; on en comptait six au Temple des Epeaux54. A peine installés à Douzens, les Templiers se préoccupèrent de construire des moulins sur l’Aude et sur l’Orbieu. Outre des moulins-bladiers, on trouve dans certaines commanderies des moulins-drapiers et des moulins à tan. A défaut de moulin banal, les commandeurs ont recherché des rentes sur des parts de moulins. On rencontre aussi une forge banale et, en pays de vignobles, le pressoir du commandeur. Quant au four, il était parfois concédé aux communautés. En plus des leudes et des droits de halle, quelques commanderies percevaient des droits de port et de passage (Orgueil, 1332) et des péages : ainsi, sur le Lot, le Temple de Breuil prélevait 6 deniers arnaudins par pipe de vin qui montait ou descendait la rivière, et 2 deniers par charge de vin empruntant la voie terrestre.

  • 55 Comm., cant. et arr. Libourne, Gironde.

18Néanmoins, à côté de cette exploitation indirecte généralisée, on perçoit, jusqu’à la fin du Moyen Age, l’existence d’une petite réserve exploitée en faire-valoir direct. Cette réserve était de faible ou de moyenne étendue (une terre, un pré, un bois, une vigne de quelques journaux), quoique, dans les vignobles charentais, elle ait pu atteindre 55 quartiers. Son exploitation était assurée par les serviteurs (famuli) du commandeur et par des journaliers temporaires ou à l’année ; elle avait aussi recours à de petites corvées des tenanciers, de 2 à 3 jours annuels, pour les travaux de la vigne (Arcins, Bordelais) et pour les vendanges mais qui, aux xive et xve siècles, sont parfois devenus plus nombreux (Arveyres)55. Il est possible aussi qu’au xiie siècle et au début du xiiie siècle, ait été employée une main-d’œuvre servile.

  • 56 Comm., cant. Matha, arr. Saint-Jean-d’Angély, Charente-Maritime.
  • 57 L.d., comm. et cant. Targon, arr. Bordeaux, Gironde.
  • 58 Comm. Mouliets-et-Villemartin, cant. Pujols, arr. Libourne, Gironde.
  • 59 Comm., cant. Laroque-Timbaut, arr. Agen, Lot-et-Garonne.
  • 60 Comra., cant. Loulay, arr. Saint-Jean-d’Angély, Charente-Maritime.
  • 61 Cant., arr. Niort, Deux-Sèvres.
  • 62 L.d., connu. Saint-Loup, cant. Tonnay-Boutonne, arr. Saint-Jean-d’Angély, Charente-Maritime.
  • 63 Comm., cant. et arr. Libourne, Gironde.
  • 64 Comm., cant. Léguevin, arr. Toulouse, Haute-Garonne.
  • 65 L.d., comm. Le Castera, cant. Cadours, arr. Toulouse, Haute-Garonne.
  • 66 L.d., comm. et cant. Requista, arr. Rodez, Aveyron.
  • 67 L.d., comm. Lapanouse, cant. Cornus, arr. Millau, Aveyron.
  • 68 Auj. Campestre-et-Luc, comm., cant. Alzon, arr. Le Vigan, Gard.
  • 69 Anc. l.d., comm. Saint-Jean-Saint-Paul, cant. Cornus, arr. Millau, Aveyron.
  • 70 L.d., comm. Sainte-Eulalie-de-Cernon, cant. Cornus, arr. Millau, Aveyron.
  • 71 L.d., comm. et cant ; de Millau, Aveyron.
  • 72 Comm., cant. La Barthe-de-Neste, arr. Bagnères-de-Bigorre, Hautes-Pyrénées.

19Mais quelle place tenaient les granges dans ce système économique ? Car, ici et là, on rencontre nombre de granges de commanderies. Pour certaines d’entre elles, il s’agit simplement des bâtiments où l’on conservait les récoltes et les redevances en nature : telle était la grande grange du Temple de Beauvais-sur-Matha56, encore visible aujourd’hui ; tels la grange de Montarouch57, et le graner donné à Douzens (1150) ; et l’on peut assimiler à ces bâtiments la maison des Hospitaliers de Villemartin58 à Castillon-sur-Dordogne. Cependant, dans plusieurs cas, il s’agit d’exploitations agricoles, viticoles (parfois appelées « treuils », du nom du pressoir qui s’y trouvait) ou pastorales. L’Hôpital de Sauvagnas59 possédait ainsi, vers 1330, huit granges dispersées dans une grande partie de l’Agenais ; l’Hôpital de Courant60 avait une grangia à Pont-de-Cesse, près de Frontenay-Rohan-Rohan61, et les Templiers tenaient aussi leur maison de Goux62, en Saintonge, pour une grange (1337). Par ailleurs, plusieurs « treuils » d’Aunis étaient généralement des exploitations dépendantes. En Bordelais, Pomerol63, à la limite de la juridiction de Libourne, n’était encore, en 1320, qu’une grangia de la maison de l’Hôpital de Lalande. L’Hôpital de Toulouse avait, au milieu du xive siècle, plusieurs granges sur la rive gauche de la Garonne : Fonsorbes, Pibrac64, Larmont65. Les Templiers de La Selve exploitaient la grange de la Combe (1287)66 et les Templiers de Sainte-Eulalie du Larzac la grange de Lescure67, cédée par l’abbaye de Bonneval (1180), la grange du Luc (1231-125 7)68 et la grange de Gals (1346)69. L’inventaire des biens de cette dernière commanderie en 1308 montre bien que les « maisons » de Frayssinette70, Gals, La Salvage71 étaient de simples exploitations agraires et pastorales. De même, les granges de Ger et d’Espèche72 dépendaient de l’Hôpital de Noarrieu en Béarn.

  • 73 L.d., comm. Pont-du-Casse, cant. et arr. Agen, Lot-et-Garonne.
  • 74 L.d., comm. Castelnau-d’Anglès, cant. Montesquiou, arr. Mirande, Gers.

20En Agenais et en Gascogne, deux échanges témoignent que les Templiers ont recherché ce type d’exploitation : l’échange avec le prieur du Paravis de leurs droits à Port-Sainte-Marie contre la grange de Bonnefond, proche de Sainte-Foy de Jérusalem73 (1298) ; et, surtout, l’échange avec le sire de Montesquiou d’une « salle » et de la petite église de Brétous contre la grange d’Enmartin (1250)74. D’après l’accord entre les Templiers et l’archevêque d’Auch, relatif aux dîmes de celle-ci (1256), l’exploitation en était assurée directement par des serviteurs « résidant sur le territoire de la grange ». Il apparaît bien par là que ces granges étaient des domaines en faire-valoir direct, comme la petite réserve proprement dite des commanderies. Le cas de la grange d’Enmartin est d’autant plus démonstratif qu’elle a subsisté jusqu’à la suppression de l’Ordre de Malte, avec son terroir limité par de grosses bornes gravées à la croix maltaise, et qu’il y reste, auprès de bâtiments modernes, la tour carrée que les Templiers y élevèrent au xiiie siècle (lieu-dit aujourd’hui La Grange, commune de Castelnau-d’Anglès).

La grange des Templiers d’Enmartin, aujourd’hui. La Grange, comm. de Castelnau-d’Anglès, Gers.
Photo G. Loubès

21Evidemment, ces exploitations furent plus ou moins rapidement données à emphythéose, « en commande » ou à ferme. Ainsi, la borde du Bédat, proche d’Agen, fut-elle acensée par les Templiers à un boucher de la ville. Et même, comme chez les Cisterciens, c’est sur le territoire de l’une d’elles que fut fondée, on l’a vu, en 1296, la bastide de Cabas. Il ne faut pas pousser trop loin, néanmoins, la comparaison de ces granges hospitalières et templières avec les granges cisterciennes, car elles n’avaient ni la même vocation, ni le même rôle dans l’économie de l’Ordre, ni les mêmes dimensions. Pourtant, dans les structures agraires éclatées et dispersées du Sud-Ouest atlantique, elles ont introduit quelques exploitations de taille moyenne qui ont perduré parfois jusqu’à nos jours.

22A parcourir les documents et les monographies des commanderies de l’ensemble du Sud-Ouest, on n’échappe pas à première vue à l’impression d’un genre de vie rurale à peu près uniforme où, entre forêts, pacages et vacants, régnait une polyculture vivrière tournant autour de la production des grains et de l’exploitation de la vigne et de quelques prés. Une statistique, établie d’après les baux à cens et les autres actes de la pratique dans l’ensemble des commanderies du Fronsadais-Libournais-Entre-deux-Mers, portant sur le nombre de terres exploitées (le calcul en superficie étant impraticable) aux xiiie-xive siècles, fournit un ordre de grandeur que l’on pourrait considérer comme moyen, soit : 64 % de terres labourables, 24 % de vignes, 12  % de prés. En fait, à confronter cette économie rurale avec les capacités de chaque « pays » aquitain et, surtout, avec la conjoncture des xiiie-xive siècles, on s’aperçoit qu’Hospitaliers et Templiers ont, dans une certaine mesure, orienté l’exploitation de leurs seigneuries en vue de productions capables de leur assurer des surplus de ressources.

  • 75 Voir note 56.
  • 76 L.d., comm. Le Tâtre, cant. Baignes, arr. Cognac, Charente.
  • 77 L.d., comm. et cant. Tonnay-Charente, arr. Rochefort, Charente-Maritime.
  • 78 L.d., comm. Salles-sur-Mer, cant. La Jarrie, arr. La Rochelle, Charente-Maritime.
  • 79 Comm., cant. Aigrefeuille-d’Aunis, arr. Rochefort, Charente-Maritime.
  • 80 L.d., comm. et cant. Marans, Charente-Maritime.
  • 81 L.d., comm. Saint-Georges-du-Bois, cant. Surgères, arr. Rochefort, Charente-Maritime.

23La viticulture en fournit la plus éloquente démonstration. D’après les données de l’enquête pontificale de 1373, analysées par Mlle A.-M. Legras, la viticulture des commanderies d’Aunis et de Saintonge se présente ainsi comme une spéculation privilégiée. Presque chaque établissement y a son vignoble, partie exploitée directement, notamment dans des « treuils », partie donnée à comptant (Beauvais-sur-Matha75, Le Deffend76, Fonsèche77, Remigon78, Thairé79) suivant cette pratique si anciennement suivie dans l’Ouest de la France. Reportés sur la carte, ces vignobles sont remarquablement concentrés dans l’immédiat arrière-pays de La Rochelle, le « grand fief d’Aunis » qui, depuis la fin du xiie siècle, a alimenté le marché d’exportation du nouveau port atlantique. Le nombre total de tonneaux produits ou reçus avant 1373 par l’ensemble de ces quarante-trois maisons est évalué, par l’enquête, à 835, plus 12 barriques — ce qui aurait fait en année moyenne (à compter le tonneau à 800-900 litres) environ 7 000-7 500 hectolitres. Dans deux cas précis (Bernay80 et La Cabanne81), il est indiqué que le commandeur avait retenu en 1373, pour sa consommation et celle de ses serviteurs et des hôtes de passage, un tonneau sur trois et un tonneau sur deux. Cela laisse par conséquent entrevoir un très fort contingent de vins pour la vente. D’ailleurs, au temps des Templiers, la maison de La Rochelle avait eu ses propres navires et avait obtenu du roi d’Angleterre des exemptions et des lettres de sauvegarde pour son négoce d’exportation.

  • 82 L.d., comm. Ambarès, cant. Carbon-Blanc, arr. Bordeaux, Gironde.
  • 83 L.d., comm. et cant. Pauillac, arr. Lesparre, Gironde.
  • 84 L.d., comm. et cant. de Saint-Laurent-et-Benon, arr. Lesparre, Gironde.
  • 85 Auj. Grayan, comm. et cant. Saint-Vivien, arr. Lesparre, Gironde.
  • 86 Auj. Saint-Julien-Beychevelle, comm., cant. Pauillac, arr. Lesparre, Gironde.
  • 87 Auj. Saint-Laurent-et-Benon, comm. et cant., arr. Lesparre, Gironde.

24De façon proportionnellement moins dense qu’en Aunis, la viticulture hospitalière et templière a concouru aussi à l’essor de l’ensemble des vignobles bordelais. De La Grave d’Ambarès82 à la Benauge et aux limites du Bazadais, il n’est pas une commanderie qui n’ait eu ses vignes propres ou acensées ; mais ces vignes n’occupaient, on l’a vu, qu’une modeste partie des terroirs et l’on ne saurait dire quelle pouvait être la quantité des vins négociables. Peut-être, un plus important effort fut-il accompli à Lalande de Pomerol où l’on voit, dès la fin du xiie siècle, les frères de l’Hôpital planter de la vigne, mais où, en fin de compte, elle ne constituait que 25 % des tenures. On est, par contre, assez surpris de trouver en Médoc un nombre assez élevé de petits vignobles hospitaliers au xive siècle, à Arcins, à Artigues83 et à Marseillan84, et surtout des privilèges commerciaux accordés aux commanderies : vente des tonneaux des commandeurs de La Grayanès85 avant tous autres (1238) ; exemption par Edouard Ier de toute coutume, sauf celle de Royan, à la maison de Saint-Julien86 (1289) ; défense au seigneur de Castillon d’exiger le péage sur les vins apportés au port de Meyré par le commandeur de l’Hôpital de Benon87 et ses gens (22 février 1356).

25A Bordeaux et dans sa banlieue, les Hospitaliers, héritiers des biens du Temple, détenaient, aux xive et xve siècles, une importante censive. A l’intérieur de la ville murée, les cens portant sur des maisons étaient tous en argent. Dans la banlieue immédiate, dans les terroirs viticoles bien connus de Gratecap, Barreire, Saint-Genès, Saint-Nicolas, Campeyraut, Capdeville, Campredon, Artiguevieille, Carronan et Terrenègre, ils portaient tous sur des parcelles de vignes, mais pour 38 s’acquittant en argent, 10 à peine étaient soumises à l’agrière de un tiers ou un quart. Plus loin, dispersées dans différents quartiers de Blanquefort, Bruges, Eysines, Le Vigean, Saint-Médard, Martignas, Mérignac et Pessac, sur 183 pièces, 87 étaient encore des vignes ou des « terres et vignes » (cultures alternées sans doute), c’est-à-dire 48 % ; mais là-dessus, l’agrière au cinquième de la vendange ne portait encore que sur 14 pièces. Autrement dit, les Hospitaliers ont sans aucun doute bénéficié indirectement de la viticulture bordelaise, mais il ne semble pas qu’ils aient cherché, comme ceux de La Rochelle, des surplus négociables ; car le rendement de 24 agrières et de quelques dîmes en vin ne pouvait guère servir qu’à satisfaire leur propre consommation.

  • 88 Anc. l.d., comm. et cant. Nérac, Lot-et-Garonne.

26Dans le Haut-Pays, les Templiers d’Argenteins88 devaient, par contre, avoir d’assez importants vignobles pour posséder un entrepôt à Nérac « hors les murs près de la porte du Pont » et pour obtenir confirmation de l’exonération du droit de « souquet » pour le vin qu’ils feraient vendre en gros (1453). Les collines des environs d’Agen et celles de la vallée du Lot portaient, par ailleurs, de nombreuses petites vignes relevant des Templiers d’Agen et de Breuil. Au xive siècle, les vignes de Valmarquès étaient déjà renommées et donnaient jusqu’à 18 tonneaux par an. Le Livre de raison de Bernard Gros, commandeur de Breuil à la fin du xve siècle, le montre veillant soigneusement au travail de la vigne et au choix des cépages.

  • 89 Comm., cant. Grenade, arr. Toulouse, Haute-Garonne.
  • 90 Auj. Capoulet-et-Junac, cant. Tarascon, arr. Foix, Ariège.

27Plus amont, nous savons déjà que les Hospitaliers ont été les créateurs du vignoble de Fronton et de sa région. On défrichait encore autour de la petite ville dans la seconde moitié du xiiie siècle. Les Templiers ont aussi favorisé la viticulture à Lavilledieu et à Labastide du Temple. En 1306-1307, Lavilledieu expédiait par le fleuve 424 tonneaux de vin à Bordeaux. Sur la rive gauche de la Garonne toulousaine, la commanderie du Burgaud89 participait très probablement à cette activité. Quoique dans une région moins favorisée pour une exploitation commerciale, les Templiers de Douzens semblent également avoir encouragé, autour de Douzens, Capendu, Barbaira et à Brucafel, près de Carcassonne, la culture de la vigne par des contrats à quart de fruits. Il n’est pas jusqu’à la maison de La Selve qui n’ait essayé, sans succès, d’avoir son vignoble ; elle était obligée, en 1334, de vendre son blé à Albi pour se procurer le vin dont elle avait besoin. Même les Hospitaliers de Capoulet90 avaient quelques ceps autour de leur commanderie et à Ussat. S’il y a donc eu une viticulture des Ordres hospitaliers et militaires, elle ne s’est avérée active et « payante » que dans les pays en relation avec l’expansion du commerce des vins aquitains et gascons au xiiie et au xive siècle.

28L’autre activité privilégiée des deux ordres, l’élevage, s’est trouvé liée aux nombreuses régions qui offraient des terrains de parcours et des pacages de forêts et de vacants, c’est-à-dire l’avant-pays pyrénéen, les landes de Gascogne et les abords du plateau central.

  • 91 Comm., cant. Aureilhan, arr. Tarbes, Hautes-Pyrénées.
  • 92 Comm., cant. Tarbes, Hautes-Pyrénées.
  • 93 Comm., cant. Luz-Saint-Sauveur, arr. Argelès, Hautes-Pyrénées.
  • 94 Auj. Juzet-de-Luchon, comm., cant. Bagnères-de-Luchon, arr. Saint-Gaudens, Haute-Garonne.
  • 95 Comm., cant. Nailloux, arr. Toulouse, Haute-Garonne.
  • 96 L.d., comm. Couflens, cant. Oust, arr. Saint-Girons, Ariège.

29Quelques données montrent les maisons de Bigorre à la tête de troupeaux de moyenne importance. Les Templiers de Bordères91 tenaient dans leur grange d’Ossun92, en 1234, 150 moutons, 6 bœufs, 5 truies, 2 bêtes de somme, 2 juments et leurs poulains. Les Hospitaliers de Gavarnie93 reçurent en 1268, de Jacques Ier, le privilège de faire hiverner 1 500 têtes de brebis dans les montagnes d’Aragon, et ils utilisaient en été les pâturages communs de la chaîne frontière. En Haut-Comminges, l’Hôpital de Frontès-Juzet94, près de Luchon, possédait les immenses pâturages des montagnes de Vénasque et ils prélevaient les dîmes du bétail et des fromages. Dès 1170, les Templiers du diocèse de Comminges avaient reçu d’Alexandre III la protection apostolique pour leurs troupeaux de bœufs « marqués de la croix » pour leurs bouviers. La maison de Montsaunès avait l’usage des herbages du Haut-Couserans. Il semble qu’elle se soit spécialisée en réalité dans l’élevage des chevaux car, en contre-partie de nombreuses donations, elle fournit chevaux et juments comme « charité » à la plupart des petits seigneurs locaux, dans la seconde moitié du xiie siècle. D’autre part, la commanderie de Caignac95 envoyait en été ses troupeaux sur les montagnes de la commanderie de Salau96 dans la haute vallée du Salat. Mais, à côté de cette transhumance à longue distance, Capoulet pratiquait la simple montée de ses troupeaux dans la forêt et les pâturages de la vallée de Miglos.

  • 97 L.d., comm. et cant. Morcenx, arr. Mont-de-Marsan, Landes.
  • 98 Comm., cant. Sabres, arr. Mont-de-Marsan, Landes.

30Dans les landes de Gascogne, les commanderies ont disposé de vastes terrains de parcours. Les Hospitaliers de Benon et de La Grayanès ont été dotés, au milieu du xiie siècle, par les seigneurs de Lamarque et de Lesparre, outre de petits terroirs de clairière, de droits dans les bois et les landes du Bas-Médoc, où paissaient à la fin du siècle des vaches et des porcs. A l’autre extrémité des pays landais, c’est la commanderie de Bayonne qui poussait ses troupeaux dans les pacages de ses membres de Cornalis97 et Luglon98. A l’intérieur des terres, la grande maison du Temple agenaise d’Argenteins exploitait dans toutes les terres d’Albret « les herbes, les eaux, les glands, les feuilles, le bois et la paisson » (confirmation par Amanieu VI, 1249), de même que dans la vallée de l’Osse (1260). Le bétail et les porcs des commandeurs de Cours ne manquaient pas non plus de bois et de vacants. Nomdieu, Le Burgaud, Laramet jouissaient enfin de pâtures dans les bois du Brulhois et des terrasses de la rive gauche de la Garonne. Un curieux conflit s’éleva en 1296 entre les Templiers de Laramet et les consuls de Plaisance, ces derniers arguant que les habitants de la bastide avaient le droit de faire pâturer leurs troupeaux « aussi loin qu’ils pourraient aller et revenir en une journée » ; la maison toulousaine obtint à cette occasion confirmation de ses droits.

  • 99 Comm., cant. Saint-Affrique, arr. Millau, Aveyron.
  • 100 Auj. Sainte-Eulalie-de-Cernon, comm., cant. Cornus, arr. Millau, Aveyron.

31C’est cependant le groupe des maisons du Rouergue qui a le plus exploité la veine pastorale. La Selve était la moins pourvue en pâturages (bois de Massebaque, de Bonneviale, de Begon), mais elle pouvait faire passer ses troupeaux dans toutes les terres du comte (1288). L’Hôpital de Saint-Félix-de-Sorgues99, d’emblée bien doté en herbages, avait, à la fin du Moyen Age, une cabane (aujourd’hui une cave) à Roquefort, pour tenir et affiner ses fromages (1457). Mais c’est la milice de Sainte-Eulalie100 qui paraît avoir été la grande exploitation pastorale de la région. A la donation du Larzac aux Templiers et « à leurs troupeaux » qui a tracé sa vocation (1159), s’ajoutèrent les pâturages de La Couvertoirade (1182), de Saint Etienne-du-Larzac (1187), de Saint-Beaulize (1211) et de Saint-Capraize (1255). L’inventaire de 1308 confirme la richesse de son cheptel : 35 chevaux à Sainte-Eulalie ; 22, 21, 20 bœufs de labour respectivement à Sainte-Eulalie, Frayssinette et La Cavalerie ; 120 têtes de bovins, 24 porcins, 160 caprins, et surtout un grand troupeau de bêtes à laine de 1 725 têtes à La Cavalerie. Cet élevage donnait lieu à une activité artisanale, apparemment prospère, puisque l’on trouva à Sainte-Eulalie 350 peaux d’agneaux apprêtées, en trois locaux des instruments destinés à la fabrication du fromage, et même 8 fromages dans la chambre du valet de la commanderie. Avec les Hospitaliers de Saint-Félix, les Templiers de Sainte-Eulalie ont assurément participé à la promotion de l’industrie du « roquefort » ! Plus encore qu’une viticulture des Ordres militaires, il semble bien que, dans les Pyrénées et dans les plateaux caussenards, il y ait eu un élevage des Templiers, surtout orienté tant vers la reproduction du cheval que vers la production de la laine et du fromage. Mais la question reste pour nous d’en retrouver les débouchés.

  • 101 L’excellente étude en profondeur de M. Berthe sur les commanderies hospitalières de Puysubran et d (...)

32Ce tableau est certainement très incomplet, eu égard à la masse d’une documentation encore inégalement exploitée, et il est sans doute trop analytique pour une approche générale ; mais c’est l’information qui commandait d’abord. En tout cas, il montre les Templiers et les Hospitaliers sous un jour autre que celui de l’histoire des commandeurs et des grands maîtres, que celui de « mystères » trop souvent sollicités, que celui d’une architecture religieuse toujours en discussion et que celui de grandes opérations financières qui n’ont précisément été possibles que par l’addition des petites recettes des commanderies terriennes. Comme beaucoup d’autres seigneurs du sol, les Hospitaliers et les Templiers du Midi atlantique ont vécu grâce à l’activité des hommes qu’ils ont su utilement rassembler dans des sauvetés et des bastides, et aux ressources de la terre qu’ils ont contribué, directement ou indirectement, à mettre en valeur et à exploiter parfois en bons ménagers101.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aussel (Isabelle), Commanderies templières et hospitalières en Libournais et Fronsadais, T.E.R., Bordeaux, 1981.

Barrau de Lorde (P.), Frontès-Juzet ; histoire d’une commanderie au pays de Luchon, dans Rev. de Comminges, 1946-1947.

Bénaben (J.), La commanderie du Nom-Dieu, ses annexes et dépendances, XIIe- XVIIIe s., Toulouse, 1914.

Beresford (M.), New Towns of the Middle Ages, London, 1967.

Bergougnioux (A.), Montricoux et les Templiers, dans Bull. Soc. Arch. Tarn-et-Garonne, 1939, p. 45-62.

Bladé (J.-Fr.), Ordres religieux et militaires de la Gascogne, dans Rev. de Gascogne, 1877, p. 345-355.

Bonnin (J.-C.), Les commanderies templières et hospitalières du Pays d’Aunis, La Rochelle, 1982.

Brégail (G.), La commanderie de la Cavalerie, dans Rev. de Gascogne, 1895, p. 63-67.

Brunel (Cl.), Les plus anciennes chartes en langue provençale, 2 vol., Paris, 1926-1952.

Cabié (E.), Chartes de coutumes inédites de la Gascogne toulousaine, Paris-Auch, 1884.

Cartulaires des Templiers de Douzens, publié par Gérard (P.) et Magnou (E.), Paris, 1965 (Coll. Documents inédits, in-8°, vol. 3).

Castéran (P. de), La réformation de la commanderie de Juzet-de-Luchon et Frontès en 1286, dans Rev. de Comminges, 1894, p. 79-98.

Chaumié (J.), Sauvagnas et le Temple de Breuil et leurs dépendances, dans Rev. de l'Agenais, 1931-1935.

Claustres (J.), Salau, sa commanderie, Pamiers, 1922.

Corraze (R.), Monographie de la commanderie de Caignac, Toulouse, 1900.

Corraze (R.), Etude historique sur le fief et la forêt de Laramet (1134-1791), Toulouse, 1912.

Curie-Seimbres (M.-A.), Essai sur les villes fondées dans le Sud-Ouest de la France aux XIIIe et XIVe siècles sous le nom générique de bastides, Toulouse, 1880.

Cursente (B.), Les castelnaux de la Gascogne médiévale, Bordeaux, 1980.

Daras (Ch.), Les Templiers de la Charente. Les commanderies et leurs chapelles, Poitiers, 1981.

Daugé (S.), La commanderie d’Abrin, dans Bull. Soc. Arch. Gers, 1921, p. 15-22.

Delaville le Roux (J.), Cartulaire général de l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (1100-1300), Paris, 1894.

Du Bourg (A.), Etude sur la ville et la communauté de Fonsorbes, dans Mém. Soc. Arch. du Midi de la France, 1872-1873, p. 333-345.

Du Bourg (A.), Pexiora, commanderie de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, dans Mém. Soc. Arch. du Midi de la France, 1874-1879, p. 399-409.

Du Bourg (A.), Histoire du grand-prieuré de Toulouse et des diverses possessions de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans le Sud-Ouest de la France, Toulouse-Paris, 1883.

Du Bourg (A.), Etablissements des chevaliers du Temple et de Saint-Jean de Jérusalem en Rouergue, dans Mém. Soc. Lettres, Sciences et Arts de l'Aveyron, t. XIII, Rodez, 1886.

Duprouilh (G.), La censive du « Temple » dans la banlieue Nord et Ouest de Bordeaux aux XIVe et XVe siècles, T.E.R., Bordeaux, 1969.

Dutil (L.), La Haute-Garonne et sa région. Géographie historique, 2 vol., Toulouse-Paris, 1928-1929.

Escudier (A.), Histoire de Fronton et du Frontonais, Toulouse, 1905.

Esquieu (L.), Les Templiers de Cahors, notice historique, dans Bull. Soc. litt., scient. et art. du Lot, 1898-1899.

Force (A.), La censive du « Temple » à Bordeaux au XIVe et dans ta première moitié du XVe siècle, D.E.S., Bordeaux, 1966.

Fournier (G. et P.-F.), La vie pastorale dans les montagnes du Centre de ta France. Recherches d’histoire et de géographie, Clermont-Ferrand, 1983.

Galabert (F.), La donation de Nohic aux Hospitaliers, dans Bull. de la Soc. Arch. de Tarnet-Garonne, 1903, p. 204.

Garde (J.-A.), Etude historique sur Pomerol. Ses origines, son ancienne commanderie, ses vins, Bordeaux, 1922.

Garde (J.-A.), Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, appelés aussi chevaliers de Malte, dans le Libournais, dans Rev. hist. et arch. du Libournais, 1936.

Garde (J.-A.), Diverses notes sur Pomerol, dans Rev. hist. et arch. du Libournais, 1966, 1968, 1970.

Gardelles (Pascale), La commanderie de Roquebrune (des origines à 1345), T.E.R., Bordeaux, 1982.

Glénisson (J.), L’enquête pontificale de 1373 sur les possessions des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dans Bibl. de l’Ecole des Chartes, 1971, p. 83-111.

Glénisson (J.), Les biens des Hospitaliers dans le diocèse de Saintes en 1373, dans Recueil de la Soc. d'Arch. et d’Hist. de la Charente-Maritime, 1973, p. 127-135.

Gouron (M.), Les chartes de franchises de Guienne et Gascogne, Paris, 1935.

Guilitch (Elisabeth), Les commanderies hospitalières de Sallebruneau, Puch, Buch et Mauriac (XIIIe-XVe s.), T.E.R., Bordeaux, 1982.

Higounet (Ch.), Les origines d’une commanderie de l’Ordre de Malte : Le Burgaud, dans Annales du Midi, 1932, p. 129-140.

Higounet (Ch.), Le régime seigneurial et la vie rurale dans la commanderie du Burgaud, dans Annales du Midi, 1934, p. 317-336.

Higounet (Ch.), Un plan figuré de 1490 de la plaine sous-pyrénéenne de l’Hers et de l’Ariège, dans Rev. géogr. Pyrénées et Sud-Ouest, 1945-1946, p. 321-323.

Higounet (Ch.), Le comté de Comminges, de ses origines à son annexion à la Couronne, Toulouse-Paris, 1949 ; 2e éd., Saint-Gaudens, 1984.

Higounet (Ch.), Une bastide de colonisation des Templiers dans les Pré-Pyrénées, dans Rev. de Comminges, 1949, p. 81-97.

Higounet (Ch.), Les chemins de Saint-Jacques et les sauvetés de Gascogne, dans Annales du Midi, 1951.

Higounet (Ch.), L’occupation du sol du pays entre Tarn et Garonne au Moyen Age, dans Annales du Midi, 1953, p. 301-330.

Higounet (Ch.), Cartulaire des Templiers de Montsaunès, dans Bull. philol. et hist. du Comité des Travaux, 1956-1957, p. 211-294.

Higounet (Ch.), Paysages et villages neufs du Moyen Age, Bordeaux, 1975.

Higounet (Ch.), Une « dépossession » pour cause de bastide : l’affaire de Biterde (1297), dans Comptes rendus de l'Acad. des inscriptions et belles-lettres, 1985, p. 178-185.

Higounet-Nadal (A.), L’inventaire des biens de la commanderie du Temple de Sainte-Eulalie du Larzac en 1308, dans Annales du Midi, 1956, p. 255-262.

Huguet (J.-Cl.), Templiers et Hospitaliers dans l'Entre-deux-Mers. Leur rôle dans l’occupation du sol (XIIe-XVIe siècles), T.E.R., Bordeaux, 1980.

Lalanne (M.), Notes sur la topographie des bastides landaises, dans Bull. Soc. de Borda, 1973.

Laplagne-Barris (G.), Seigneuries du pays d’Anglès, dans Rev. de Gascogne, 1896-1898.

Laroussilhe (F. de), Ordre de Malte. La commanderie Baronnie de La Tronquière, documents et notes, Cahors, 1894.

Lavergne (A.), Les Ordres religieux et militaires en Gascogne, dans Rev. de Gascogne, 1878.

Lavergne (A.), La commanderie de la Cavalerie, dans Bull. Soc. Arch. Gers, 1905, p. 291-296.

Legras (A.-M.), Les commanderies des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Saintonge et en Aunis, Paris, 1983.

Marquessac (H. de), Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Guyenne depuis le XIIIe siècle jusqu’en 1763. Préceptories, commanderies et autres possessions de l’Ordre actuellement enclavées dans le département de la Gironde, Bordeaux, 1866.

Marquette (J.-B.), La commanderie des Hospitaliers de Villemartin (fin xiie-début xiiie s.), dans Rev. hist. de Bordeaux, 1967, p. 11-32.

Meschinet de Richemond (L.), Chartes de la commanderie magistrale du Temple de La Rochelle, dans Arch. hist. de la Saintonge et de l'Aunis, 1874.

Mezamat de l’Isle (M. de), Coutumes de Labastide-du-Temple, dans Bull. Soc. Arch. Tarn-et-Garonne, 1901, p. 175-176.

Mondon (S.), Les possessions de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem et du Temple dans le Couserans et le Comminges, dans Rev. de Comminges, 1912 et 1916.

M.V., Protection apostolique des métairies des Templiers dans le diocèse de Comminges (1170), dans Rev. de Comminges, 1916, p. 7-9.

Ourliac (P.), Les sauvetés de Comminges, Toulouse, 1947.

Ourliac (P.), Les villages de la région toulousaine au xiie siècle, dans Annales E.S.C., 1949, p. 268-277.

Ourliac (P.), Le pays de La Selve à la fin du xiie siècle, dans Annales du Midi, 1968, p. 581-602.

Ourliac (P.) et Magnou (A.-M.), Le cartulaire de La Selve. La terre, les hommes et le pouvoir en Rouergue au XIIe siècle, Paris, 1985 (les conclusions de cette pénétrante étude, publiée après le colloque, n’ont pas pu être utilisées dans ce rapport).

Portal (Ch.) et Cabié (E.), Cartulaire des Templiers de Vaour (Tarn), Albi, 1894.

Ramière de Fortanier (J.), Chartes de franchises du Lauragais, Paris, 1939.

Rébouis (H.-E.), Les coutumes de l’Agenais... Nomdieu en Brulhois, Sauvagnas, dans Nouvelle revue de droit français et étranger, 1890, p. 387-432.

Saisimentum comitatus tholosani, publié par Dossat (Y.), Paris, 1966 (Coll. Documents inédits, in-8°, vol. 1).

Samaran (Ch.), La commanderie de l’Hôpital Sainte-Christie en Armagnac, Auch, Soc. Arch. du Gers, 1973.

Soutou (A.), La commanderie de Sainte-Eulalie de Larzac, 1974.

Thézan (D. de), Gimbrède et son ancienne commanderie, dans Rev. de Gascogne, 1884, p. 444-452.

Thézan-Gaussan (D. de), La commanderie d’Argenteins en Agenais, dans Rev. de Gascogne, 1879, p. 120-133.

Tonnelier (chanoine), Chartes inédites concernant les maisons du Temple des Epeaux, de Meursac et de Saint-Jean-du-Perrot de La Rochelle, dans Mém. Soc. Arch. et Hist. de la Charente, 1961-1962.

Veilhon (A.), Histoire des Hospitaliers et des Templiers de Romestaing (Lot-et-Garonne), depuis 1160 à 1789, Agen, 1951.

Notes

1 Pour ne pas allonger les références, nous renvoyons en bloc à la bibliographie, en fin d’article, une bibliographie qui ne comporte cependant que les travaux touchant directement à notre réflexion, excluant en particulier tout ce qui intéresse l’archéologie. En ce qui concerne la grande enquête pontificale de 1373 sur les biens de l’Hôpital, nous ne l’avons utilisée que pour la Saintonge et l’Aunis à travers l’ouvrage de Mlle Legras. Pour le reste de notre région, l’enquête conservée pour les diocèses de Périgueux, Bazas, Albi, Toulouse et Rieux a été transcrite par Mme Higounet-Nadal ; son exploitation, qui dépasserait d’ailleurs les limites de ce rapport, ne pourra en être faite qu’après sa publication.

2 Il ne nous a pas paru possible, dans ces quelques pages, de tracer une géographie complète des commanderies et de leurs possessions. Mais comme ces maisons se situent très-souvent dans de petites localités, nous nous sommes efforcés de donner l’identification succincte des lieux cités.

3 Comm., cant. et arr. Muret, Haute-Garonne.

4 Comm., cant. Rieumes, arr. Muret, Haute-Garonne.

5 Comm., cant. Rieumes, arr. Muret, Haute-Garonne.

6 Comm., cant. Caylus, arr. Montauban, Tarn-et-Garonne.

7 Comm., cant. Grisolles, arr. Montauban, Tarn-et-Garonne.

8 Comm., cant. Toulouse, Haute-Garonne.

9 Auj. Lardenne, l.d., comm. Toulouse, Haute-Garonne.

10 Comm., cant. Montech, arr. Montauban, Tarn-et-Garonne.

11 Comm., cant. Grisolles, arr. Montauban, Tarn-et-Garonne.

12 Comm., cant. Villandraut, arr. Langon, Gironde.

13 Comm., cant. Castelnau-Médoc, arr. Bordeaux, Gironde.

14 L.d., comm. Saint-Laurent-d’Arce, cant. Saint-André-de-Cubzac, arr. Libourne, Gironde.

15 L.d. Le Tor, comm. Calmont, cant. Nailloux, arr. Toulouse, Haute-Garonne.

16 Comm., cant. Requista, arr. Rodez, Aveyron.

17 Comm., cant. Albi, Tarn.

18 Auj. Le Temple-sur-Lot, comm., cant. Sainte-Livrade, arr. Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne.

19 Comm., cant. Dourgne, arr. Castres, Tarn.

20 Comm., cant. Nailloux, arr. Toulouse, Haute-Garonne.

21 Comm., cant. Castelnaudary, arr. Carcassonne, Aude.

22 Comm., cant. Saint-Lys, arr. Muret, Haute-Garonne.

23 L.d., comm. Saint-Romain-de-Benet, cant. Saujon, arr. Saintes, Charente-Maritime.

24 Comm., cant. La Jarrie, arr. La Rochelle, Charente-Maritime.

25 Comm., cant. Cintegabelle, arr. Muret, Haute-Garonne.

26 L.d., comm. Beauronne, cant. Neuvic, arr. Ribérac, Dordogne.

27 L.d., comm. Mensignac, cant. Saint-Astier, arr. Périgueux, Dordogne.

28 Auj. Saint-Sulpice-sur-Lèze, comm., cant. Carbonne, arr. Muret, Haute-Garonne.

29 Comm., cant. et arr. Castelsarrasin, Tarn-et-Garonne.

30 Comm., cant. L’Isle-en-Jourdain, arr. Auch, Gers.

31 L.d., comm. Lacourt-Saint-Pierre, cant. et arr. Montauban, Tarn-et-Garonne.

32 Comm., cant. Saint-Nicolas-de-la-Grave, arr. Castelsarrasin, Tarn-et-Garonne.

33 Comm., cant. Roquefort, arr. Mont-de-Marsan, Landes.

34 L.d., comm. et cant. Arthez-de-Béarn, arr. Pau, Pyrénées-Atlantiques.

35 Comm., cant. Le Mas-d’Azil, arr. Pamiers, Ariège.

36 Id.

37 Comm., cant. Grignols, arr. Langon, Gironde.

38 Comm., cant. Fleurance, arr. Condom, Gers.

39 Comm., cant. Masseube, arr. Mirande, Gers.

40 Comm., cant. Montréjeau, arr. Saint-Gaudens, Haute-Garonne.

41 Coram., cant. Masseube, arr. Mirande, Gers.

42 Comm., cant. Salies-du-Salat, arr. Saint-Gaudens, Haute-Garonne.

43 Comm., cant. Cazères, arr. Muret, Haute-Garonne.

44 Comm., cant. Toulouse, Haute-Garonne.

45 Comm., cant. Francescas, arr. Nérac, Lot-et-Garonne.

46 Comm., cant. Riscle, arr. Mirande, Gers.

47 Comm., cant. Mont-de-Marsan, Landes.

48 Comm., cant. Geaune, arr. Mont-de-Marsan.

49 Comm., cant. Tarbes, Hautes-Pyrénées.

50 Comm., cant. Séméac, arr. Tarbes, Hautes-Pyrénées.

51 L.d., comm. Castétis, cant. Orthez, arr. Pau, Pyrénées-Atlantiques.

52 Comm., cant. Gabarret, arr. Mont-de-Marsan, Landes.

53 Comm., cant. Capendu, arr. Carcassonne, Aude.

54 L.d., comm. Meursac, cant. Gémozac, arr. Saintes, Charente-Maritime.

55 Comm., cant. et arr. Libourne, Gironde.

56 Comm., cant. Matha, arr. Saint-Jean-d’Angély, Charente-Maritime.

57 L.d., comm. et cant. Targon, arr. Bordeaux, Gironde.

58 Comm. Mouliets-et-Villemartin, cant. Pujols, arr. Libourne, Gironde.

59 Comm., cant. Laroque-Timbaut, arr. Agen, Lot-et-Garonne.

60 Comra., cant. Loulay, arr. Saint-Jean-d’Angély, Charente-Maritime.

61 Cant., arr. Niort, Deux-Sèvres.

62 L.d., connu. Saint-Loup, cant. Tonnay-Boutonne, arr. Saint-Jean-d’Angély, Charente-Maritime.

63 Comm., cant. et arr. Libourne, Gironde.

64 Comm., cant. Léguevin, arr. Toulouse, Haute-Garonne.

65 L.d., comm. Le Castera, cant. Cadours, arr. Toulouse, Haute-Garonne.

66 L.d., comm. et cant. Requista, arr. Rodez, Aveyron.

67 L.d., comm. Lapanouse, cant. Cornus, arr. Millau, Aveyron.

68 Auj. Campestre-et-Luc, comm., cant. Alzon, arr. Le Vigan, Gard.

69 Anc. l.d., comm. Saint-Jean-Saint-Paul, cant. Cornus, arr. Millau, Aveyron.

70 L.d., comm. Sainte-Eulalie-de-Cernon, cant. Cornus, arr. Millau, Aveyron.

71 L.d., comm. et cant ; de Millau, Aveyron.

72 Comm., cant. La Barthe-de-Neste, arr. Bagnères-de-Bigorre, Hautes-Pyrénées.

73 L.d., comm. Pont-du-Casse, cant. et arr. Agen, Lot-et-Garonne.

74 L.d., comm. Castelnau-d’Anglès, cant. Montesquiou, arr. Mirande, Gers.

75 Voir note 56.

76 L.d., comm. Le Tâtre, cant. Baignes, arr. Cognac, Charente.

77 L.d., comm. et cant. Tonnay-Charente, arr. Rochefort, Charente-Maritime.

78 L.d., comm. Salles-sur-Mer, cant. La Jarrie, arr. La Rochelle, Charente-Maritime.

79 Comm., cant. Aigrefeuille-d’Aunis, arr. Rochefort, Charente-Maritime.

80 L.d., comm. et cant. Marans, Charente-Maritime.

81 L.d., comm. Saint-Georges-du-Bois, cant. Surgères, arr. Rochefort, Charente-Maritime.

82 L.d., comm. Ambarès, cant. Carbon-Blanc, arr. Bordeaux, Gironde.

83 L.d., comm. et cant. Pauillac, arr. Lesparre, Gironde.

84 L.d., comm. et cant. de Saint-Laurent-et-Benon, arr. Lesparre, Gironde.

85 Auj. Grayan, comm. et cant. Saint-Vivien, arr. Lesparre, Gironde.

86 Auj. Saint-Julien-Beychevelle, comm., cant. Pauillac, arr. Lesparre, Gironde.

87 Auj. Saint-Laurent-et-Benon, comm. et cant., arr. Lesparre, Gironde.

88 Anc. l.d., comm. et cant. Nérac, Lot-et-Garonne.

89 Comm., cant. Grenade, arr. Toulouse, Haute-Garonne.

90 Auj. Capoulet-et-Junac, cant. Tarascon, arr. Foix, Ariège.

91 Comm., cant. Aureilhan, arr. Tarbes, Hautes-Pyrénées.

92 Comm., cant. Tarbes, Hautes-Pyrénées.

93 Comm., cant. Luz-Saint-Sauveur, arr. Argelès, Hautes-Pyrénées.

94 Auj. Juzet-de-Luchon, comm., cant. Bagnères-de-Luchon, arr. Saint-Gaudens, Haute-Garonne.

95 Comm., cant. Nailloux, arr. Toulouse, Haute-Garonne.

96 L.d., comm. Couflens, cant. Oust, arr. Saint-Girons, Ariège.

97 L.d., comm. et cant. Morcenx, arr. Mont-de-Marsan, Landes.

98 Comm., cant. Sabres, arr. Mont-de-Marsan, Landes.

99 Comm., cant. Saint-Affrique, arr. Millau, Aveyron.

100 Auj. Sainte-Eulalie-de-Cernon, comm., cant. Cornus, arr. Millau, Aveyron.

101 L’excellente étude en profondeur de M. Berthe sur les commanderies hospitalières de Puysubran et de Caignac, publiée plus loin, conclut dans le même sens.

Table des illustrations

Légende La grange des Templiers d’Enmartin, aujourd’hui. La Grange, comm. de Castelnau-d’Anglès, Gers.Photo G. Loubès
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.