Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les Ordres militaires, la vie rurale et le peuplement dans le sud-est de la France au Moyen Age

Noël Coulet

Texte intégral

  • 1 Inventaire par E. Baratier et M. Villard, Marseille, 1966. Sur les maisons dauphinoises dont une p (...)
  • 2 Cartulaires des Hospitaliers et des Templiers en Dauphiné, éd. C.U.J. Chevalier, Vienne, 1875 (Hôp (...)
  • 3 J. Maurel, Histoire de la commune de Puimoisson et de la commanderie des Chevaliers de Malte, Pari (...)
  • 4 B. Beaucage, Démographie, structures foncières et mouvement des rentes aux xive et xve siècles. La (...)
  • 5 P.-A. Sigal, « Une seigneurie ecclésiastique en Provence orientale au Moyen Age : la commanderie d (...)
  • 6 La monographie de Biot, rédigée par J. Durbec, « Les vieux bourgs de Provence : Biot. Histoire et (...)
  • 7 L. Stouff, « Peuplement, économie et société de quelques villages de la montagne de Lure », dans C (...)

1En dépit de la richesse des fonds d’archives qui les concernent, et notamment du fonds du grand prieuré de Saint-Gilles des Hospitaliers, conservé aux Archives des Bouches-du-Rhône1, les publications qui abordent le problème des rapports entre les Ordres militaires, la vie rurale et le peuplement dans le sud-est sont peu nombreuses, en particulier pour les xiie et xiiie siècles. Les cartulaires dauphinois et provençaux, dont plusieurs ont été édités, n’ont pas été exploités dans cette perspective2. Les quelques monographies d’hôpitaux et commanderies dont nous disposons ne livrent que peu de matière à nos réflexions sur ce thème. Attentives principalement au gouvernement des maisons et à la personnalité de leurs commandeurs, elles portent peu d’intérêt à l’occupation et à la vie du sol et ignorent délibérément les documents comptables3. Les études qui s’inscrivent dans la perspective de ce colloque sont vite recensées. Elles concernent un petit nombre de sites : la basse-Provence rhodanienne4, la vallée de l’Argens5, la région de Grasse6 et la montagne de Lure7. Il faut attendre le xive siècle, avec les enquêtes de 1338 et 1373, pour pouvoir présenter des vues d’ensemble, encore sont-elles limitées, en raison du cadre institutionnel de la visite générale de 1338, le grand prieuré de Saint-Gilles, à la Provence et à la majeure partie du Dauphiné, ce qui condamne ce rapport à ne présenter qu’une synthèse très partielle.

Ordres militaires, peuplement et occupation du sol (xiie-xiiie siècles)

2Sur les premiers siècles des Ordres militaires dans notre région, on ne peut, en effet, dans l’état des travaux disponibles, qu’énoncer quelques questions et signaler quelques pistes de recherche.

  • 8 Cartulaire... de Richerenches, op. cit., p. cxlviii. Les auteurs de la monographie de Poët-Laval, (...)
  • 9 Pays d'Aigues, Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, cantons de (...)
  • 10 B. Beaucage, Démographie, structures foncières..., op. cit., p. 23.
  • 11 L. Stouff, « Peuplement, économie... », article cité p. 43-44.

3Le rôle de ces ordres dans la constitution et l’évolution du réseau des agglomérations semble médiocre, sinon même nul. A la différence des pays du sud-ouest, les Ordres militaires ne paraissent pas à l’origine de villages neufs, en Provence du moins, car il en va probablement autrement plus au nord, à en juger par le cas de Richerenches où l’établissement puissamment fortifié des Templiers aurait cristallisé un village au milieu du xiie siècle, selon Ripert-Monclar8. Dans certains cas, l’implantation des Ordres militaires aurait même joué un rôle négatif, comme à Limaye, près de La Bastide-des-Jourdans. Le vaste terroir actuel de cette commune résulte d’une histoire complexe, bien restituée récemment par Elizabeth Sauze. Le pôle le plus ancien de structuration est le castrum de Limaye, attesté dès le début du xiie siècle, dont l’église Saint-Pierre est le chef d’une paroisse au plus tard en 1170. L’établissement des Templiers dans le dernier tiers du siècle, « accaparant une grande partie du territoire cultivé », entrave le développement bien amorcé de ce village. La fondation, au premier quart du xiiie siècle, d’une ville neuve sur une route nouvelle, détournant le trafic entre Aix et Forcalquier à son profit, affaiblit encore cette agglomération avortée qui disparaît dans le courant du xive siècle9. De même, Benoît Beaucage explique par « la contrainte des moines-soldats » le contraste entre le destin des deux églises distantes de quelques kilomètres de Saujan, où se développe une petite paroisse et de Saint-Pierre-de-Campublic, où l’installation des Templiers, en 1193, aurait « empêché la naissance d’une paroisse »10. Au contraire, les Hospitaliers de la montagne de Lure, étudiés par Louis Stouff, loin de faire le vide par leurs exigences, savent se montrer habiles à attirer les nouveaux habitants. Une enquête effectuée en 1280 évoque l’histoire mouvementée du village perché de Giron dont l’Hôpital partage la seigneurie avec la famille de Simiane. Dans un contexte de troubles militaires mal définis, vers le milieu du xiiie siècle, les hommes de Giron fuient le village. Le baile de l’Hôpital surgit à point pour détourner vers les maisons et la partie du terroir du village voisin de l’Hospitalet qui appartiennent aux frères, cette cohorte de fuyards dont une partie relevait certainement de l’autorité des Simiane11. Ces exemples sont insuffisants pour asseoir la moindre généralisation. Ils révèlent néanmoins tout l’intérêt qu’aurait une enquête plus systématique sur les Ordres militaires et l’évolution du réseau des villages.

  • 12 Je reprends le terme de « métairie » à F. Reynaud, op. et art. cit. Ce terme qu’affectionnent les (...)
  • 13 Donation en 1185 par les seigneurs de Posquières aux Hospitaliers des cabanes de l’Alberguière (ci (...)
  • 14 Le mémoire de maîtrise de Françoise Gasser-Coze, L’architecture des ordres militaires dans le dépa (...)

4Plus utile encore serait une étude du rôle de ces ordres dans la diffusion de l’habitat dispersé dans la région considérée car, d’évidence, leur rôle est ici considérable. Un certain nombre de commanderies de Templiers ou d’Hospitaliers, fondées dans des villes ou des villages, s’installent hors des murs des agglomérations, comme à Bras. Bien souvent, l’installation dans la localité se double de la création dans le terroir d’un centre secondaire à vocation principalement agricole, comme la bastide de Moissac à Aix ou la « métairie » du Palais à Manosque12. L’expansion foncière de ces grands rassembleurs de terre se traduit souvent par la constitution de vastes domaines dans des zones vides d’hommes, tel le monde palustre de la Camargue ou les espaces densément forestiers de la vallée de la Durance et du bassin de l’Argens et nécessite, de ce fait, la création de centres secondaires de la seigneurie, habitats permanents ou résidences intérimaires. La mise en place du réseau des membres et surtout des édifices qui leur correspondent, qualifiés de granges ou bastides selon une terminologie qui mériterait plus d’attention, s’effectue dans des conditions et selon une chronologie qui reste obscure. Il faut attendre les procès-verbaux de saisie des biens des Templiers de 1308, qui les inventorient, et les enquêtes sur les biens des Hospitaliers de 1338 et 1373, qui permettent de saisir leur rôle économique, pour les voir sortir de l’ombre. Les archives des Hospitaliers et des Templiers ouvrent même quelques perspectives sur des formes plus humbles de l’habitat dispersé, ces cabanes de Camargue que nous découvrons très tôt, à la fin du xiie et dans les premières années du xiiie siècle, dans les chartes des maisons de Saint-Gilles et de Trinquetaille13. L’étude archéologique des commanderies reste à faire. Les recherches ont trop exclusivement porté jusqu’ici sur les bâtiments du culte. Une enquête récurrente, prenant appui, sans toujours postuler une continuité souvent incertaine, sur la documentation abondante, parfois riche de plans, conservée pour l’époque moderne, devrait faire des maisons des Hospitaliers, ou passées aux Hospitaliers, un terrain d’élection et un front pionnier de l’archéologie des terroirs14.

  • 15 Art. cit., p. 140. Conclusion du même ordre dans une notice inédite sur « La commanderie de Ruou » (...)
  • 16 P.-A. Sigal, La commanderie de Ruou, art. cit., p. 132. Cet arrêt des générosités laïques se retro (...)
  • 17 . Maurel, Histoire de la commune de Puimoisson, op. cit., p. 61-82. Le cartulaire de Trinquetaille (...)
  • 18 P. Gérard, E. Magnou, Ph. Wolff, Cartulaires des Templiers de Douzens, Paris, 1965, p. xxviii sq.
  • 19 B. Beaucage, Démographie, structures foncières..., op. cit., p. 30-33.
  • 20 Comme en témoigne, notamment, l’autorisation de dérivation de la Durençole accordée par Raymond Bé (...)
  • 21 Seul l’ouvrage de F. Reynaud fournit une carte.
  • 22 H. Amouric, La Favouillane, cité ci-dessus, note 4.

5La formation des domaines est un aspect bien mis en lumière par les cartulaires et par les monographies dont nous disposons. Si les auteurs de certains travaux anciens se laissent éblouir par quelques munificences princières ou abuser par le terme de donation, il est clair désormais aux yeux des chercheurs que, comme l’écrit P. Santoni à propos de la maison de Saint-Gilles, « la constitution du domaine local s’est faite essentiellement par des achats »15. Un comptage rapide et sommaire à partir des actes transcrits dans le cartulaire de Trinquetaille indique qu’un tiers seulement des acquisitions dont bénéficie l’Hôpital résulte de donations proprement dites, le reste provenant d’achats, de donations rétribuées ou d’opérations de crédit. Sans doute faut-il tenir compte d’une évolution dans le temps : avant le milieu du xiie siècle, la part des pures libéralités est plus importante et avoisine la moitié. Et là où l’on peut aller plus loin dans le temps, comme P.-A. Sigal dans son analyse des chartes de Ruou, apparaît un tarissement des donations et un arrêt des acquisitions vers le milieu du xiiie siècle16. Les mêmes sources mettent en évidence la volonté des Ordres militaires de constituer de vastes territoires d’un seul tenant. C’est à cela que tendent, pour une large part, les achats, et cette visée inspire une tenace et habile politique d’échange. La constitution du domaine de Puimoisson, bien analysée par Maurel, en fournit un bon exemple17. Il ne semble pas que l’on puisse étendre à notre région les observations présentées par R. Fossier sur l’action des Ordres militaires dans le nord de la France. La priorité n’est pas aux rentes, mais aux labours et aux terrains de parcours. Certes, comme on le voit ailleurs, et notamment en Languedoc, à Douzens18, les frères manifestent un intérêt tout particulier pour l’acquisition de moulins, instrument privilégié de prélèvement sur les récoltes. Les sources permettent mal de voir comment Templiers et Hospitaliers, une fois le domaine constitué, en organisent l’exploitation et partagent le fonds entre réserve et censives. Mais le problème peut être abordé par une méthode régressive. C’est ce que suggère l’analyse par B. Beaucage du plus ancien censier conservé de Saint-Pierre-de-Campublic, daté de 1334. L’étude de la localisation des parcelles de vigne et de leur degré de fragmentation à cette date incline l’auteur à penser que les terroirs les plus excentriques ont d’abord été concédés pour y planter des vignes et que c’est seulement sous la pression de la tension démographique que le commandeur aurait loti une partie de la réserve vouée aux emblavures, la condamine. L’hypothèse est renforcée par le petit nombre des terres à blé parmi les tenures et la situation aux périphéries de la commanderie des rares lots de quelque ampleur19. La méthode pourrait avec profit être reprise sur d’autres sites. Il conviendrait de s’interroger sur les aptitudes de ces vastes domaines, rejoignant la question posée par R. Fossier à propos des établissements des Cisterciens dans la France du nord : les Templiers et les Hospitaliers « arrivent-ils bien » ? La réponse est certainement positive pour les pays du bas-Rhône. Les moyens dont disposent ces religieux leur permettent de tirer un bon parti des zones à drainer20. Mais on peut s’interroger, surtout à la lumière de l’évolution ultérieure, et en particulier des enseignements de l’enquête de 1373, sur la richesse et les possibilités des sols dans les commanderies de Provence centrale et orientale. L’assise topographique inconsistante de la plupart des monographies de commanderie disponibles ne permet pas, pour l’instant, de répondre à cette question21. Le travail très neuf effectué par H. Amouric pour une portion limitée de la commanderie arlésienne de Saliers, associant l’enquête régressive dans les textes, l’exploitation des cartes et plans anciens et les recherches sur le terrain, trace la voie à suivre22.

Ordres militaires et élevage

6Dans ces premiers stades du développement des Ordres militaires en nos régions, un phénomène a été bien noté, même si son ampleur a parfois été excessivement majorée : l’importance des activités pastorales. Cette observation contraste avec les constatations effectuées sur la base des enquêtes du xive siècles, dans lesquelles cet aspect de l’économie rurale est occulté, sinon nul. Il y a là un irritant problème qui mérite que l’on s’y attarde quelque peu.

  • 23 P.-A. Sigal, « Une seigneurie ecclésiastique », art. cit., p. 129-132.
  • 24 J. Maurel, Histoire de la commune de Puimoisson, op. cit., p. 63-82.
  • 25 Voir E. Engelmann, Zur Städtischen Volksbewegung in Süd-Frankreich : Kommunefreiheit und Gesellsch (...)

7L’élevage, en effet, tient une place importante dès les premières décennies de l’histoire des Templiers et des Hospitaliers dans le sud-est. Les différents cartulaires publiés en témoignent. Les Templiers de Richerenches se montrent très préoccupés d’acquérir des pâturages et les Hospitaliers de Trinquetaille et de Fos se révèlent très soucieux de contrôler les coussous de La Crau, ces terrains de parcours où vont paître les ovins. L’étude que P.-A. Sigal a donnée de la constitution du domaine de la commanderie des Templiers de Ruou, située au contact de la vallée de l’Argens et des Plans de Provence, montre que la politique d’acquisition des frères s’oriente dans deux directions différentes, caractérisées chacune par une logique d’expansion particulière. Vers la basse-Provence, les Templiers réunissent entre leurs mains des terres, des moulins, des droits seigneuriaux divers et la croissance du patrimoine aboutit à créer six maisons annexes. Vers les hauts plateaux du nord, ils achètent peu de terres, fondent seulement deux maisons annexes, mais ils cherchent essentiellement à se faire concéder des droits de pâturage dont ils obtiennent la cession par les seigneurs de cinq localités voisines23. La monographie de Maurel sur Puimoisson révèle chez les Hospitaliers de cette commanderie une stratégie semblable, poursuivie selon une chronologie analogue à celle de l’expansion pastorale de Ruou. Amorcée à la fin du xiie siècle, dans les environs proches de cette maison, la recherche des pâturages s’accélère au xiiie siècle et, vers 1240, les Hospitaliers détiennent le droit de faire paître leur bétail dans trois zones : les terroirs de Brunet et Saint-Jurs contigus au territoire de Puimoisson, le finage d’Aiguines au sud du Verdon et, enfin, au contact de la zone visée par les Templiers de Ruou, les terroirs limitrophes de cinq localités des Plans de Provence : Aups, Moissac, Tourtour, Fabrègues et Fox-Amphoux24. Cet expansionnisme pastoral ne va pas sans heurts avec d’autres éleveurs en quête de pâture. C’est précisément dans les années 20 du xiiie siècle, un temps fort de cette avancée des Ordres militaires, que l’on voit la commune d’Arles publier un statut interdisant au bétail des maisons religieuses, et tout particulièrement des Hospitaliers, l’accès des pâturages de La Crau et donnant à tout Arlésien qui trouverait dans ces pâturages des bêtes de ces propriétaires ecclésiastiques le droit de les expulser25.

  • 26 J. Durbec, « Les Templiers en Provence », art. cit., p. 127.
  • 27 Th. Sclafert, Cultures en Haute-Provence, Paris, 1959, p. 19 sq.
  • 28 Sur les différents types de transhumance dans la Provence médiévale, cf. N. Coulet, « Sources et a (...)
  • 29 P. Coste, Les registres des pasquiers, D.E.S., Aix, 1967 ; « La vie pastorale en Provence au milie (...)

8Le développement de l’élevage, notamment de l’élevage ovin et d’un élevage gourmand d’espace, est incontestable chez les Ordres militaires. De là à faire de la transhumance un élément d’explication des implantations retenues par ces Ordres pour leurs commanderies, il n’y a qu’un pas, trop aisément franchi par certains. J. Durbec fait ainsi un large usage de la notion de relais sur les routes de transhumance, dans sa présentation de la géographie templière de la Provence. Selon lui, les commanderies de Villedieu, sur l’Eygues, de Roaix, sur l’Ouvèze, comme celles de Châteauneuf-Bonpas, de Cavaillon et de Sisteron consolideraient la position de l’Ordre dans les grandes vallées de pénétration vers les alpages, en direction de la haute-Provence26. On voit ainsi se dessiner une bien curieuse route de transhumance ! Les privilèges accordés très tôt par les comtes de Forcalquier et de Provence, exemptant les troupeaux des Templiers et des Hospitaliers des droits de passage et du pasquerium, n’ont pas peu contribué à cette majoration de l’élevage transhumant chez les Ordres militaires en Provence27. En fait, la documentation — comme le montrent les cas de Ruou et Puimoisson — met en évidence deux phénomènes : d’une part, la constitution progressive autour du centre même de la commanderie d’un espace pastoral de vaste rayon, à la mesure d’un important élevage extensif ; d’autre part, l’acquisition d’une aire de transhumance à court rayon pour l’estivage ou l’hivernage selon les cas28. Ce n’est qu’en 1319 que l’on voit les Hospitaliers, devenus maîtres de Ruou, acquérir des droits de pâturage plus au nord, dans la haute vallée du Verdon, à Thorame-Haute. Il est vraisemblable que, dans ces premières décennies du xive siècle, l’accroissement de l’élevage ovin dans le bas pays et, par conséquent, l’augmentation de la demande de pâtures d’été, a commencé à dilater l’espace de la transhumance d’été. C’est la « fièvre des années 1315-1345 », première poussée de la grande transhumance, bien analysée par P. Coste, qui a montré qu’elle touche seulement quelques entrepreneurs d’élevage parmi les plus aisés, des grands seigneurs et quelques ordres religieux, dont les Hospitaliers29.

  • 30 M. Chaillan, Le Cengle et ses alentours, op. cit., p. 15-20. P. Coste, « L’origine de la transhuma (...)

9Cette participation des Ordres militaires à l’essor, plus tardif qu’on ne l’a souvent dit, de la grande transhumance vers les Alpes du sud, est un des indices de l’importance des troupeaux constitués par les Templiers et les Hospitaliers. Ce poids de l’élevage dans la vie économique des commanderies ressort, entre autres, des inventaires dressés lors de la saisie des biens des Templiers. C’est ainsi, pour nous limiter à un exemple, que la petite maison de Bayle abrite, entre ovins et caprins, près de 800 têtes. A la même époque, le troupeau de moutons de la commanderie des Hospitaliers de Manosque avoisine les 900 têtes30.

  • 31 B. Beaucage, Visites générales des commanderies de l’Ordre des Hospitaliers dépendantes du grand p (...)
  • 32 G. Duby, Hommes et structures du Moyen Age, Paris-La Haye, 1973, p. 179.
  • 33 B. Beaucage, « Une énigme des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem : le déficit chronique des c (...)

10Et pourtant, l’enquête effectuée en 1338 sur les possibilités économiques des Hospitaliers nous montre des exploitations d’où l’élevage, et particulièrement l’élevage ovin, est presque totalement absent. Sur 33 maisons visitées, 6 seulement abritent un troupeau de moutons. Encore s’agit-il le plus souvent de très petits troupeaux : 40 brebis à Roussillon, 30 à Puimoisson, où les Hospitaliers avaient constitué un si vaste espace pastoral au xiiie siècle et, au mieux, 300 têtes à Trinquetaille, dont le bétail n’est plus susceptible alors d’inquiéter les autres éleveurs arlésiens31. Cette situation modeste de l’élevage ovin et ce contraste avec le siècle précédent n’ont pas manqué de surprendre les historiens qui ont étudié ce document. G. Duby, tenté d’expliquer ce silence par l’époque où a lieu l’enquête, coïncidant avec le séjour à l’alpage, renonce à soutenir cette explication, considérant qu’il est impossible qu’un état aussi minutieux des ressources domestiques des commanderies reste muet sur les rapports de l’élevage, surtout dans des régions dont il fait la richesse32. Au demeurant, les caractéristiques mêmes de la procédure d’enquête, si bien dégagées par G. Duby, excluent cette conjecture. L’enquête n’est pas un inventaire de ce que les commissaires trouvent en place lors de leur passage, mais une information, recueillie sur la base de témoignages, au sujet des recettes et des dépenses effectuées communiter, dans le temps long et non dans l’immédiat aujourd’hui. Faut-il incriminer l’inadvertance et l’oubli ? B. Beaucage a relevé quelques bizarreries dans le document, telle l’absence, à Valence, de tout profit dans la rubrique « entrée », correspondant aux 180 moutons, dont on évalue pourtant au chapitre des dépenses le coût en salaires de bergers et rations de foin33. Faut-il penser que de telles lacunes se répètent tout au long du document ? On peut en douter. Il faut aller chercher ailleurs une explication. Je proposerai à cette fin deux séries de remarques.

  1. On n’a pas assez prêté attention à un terme utilisé par les enquêteurs de 1338 lorsqu’il leur arrive de recenser le bétail. Ainsi, à Trinquetaille : « invenerunt quod dicta baiulia habet de statu boves octuaginta, vacas viginti quatuor, equas triginta, item animalia ovina trescentos quorum centum sunt et esse debent cum agnellis ». Les brebis dénombrées à Malemort, Puimoisson ou Valence également « sunt de statu dicte baiulie ». La notion du status de la commanderie se retrouve dans les procès-verbaux de visites effectuées en 1411 et 1429 dans plusieurs commanderies du grand prieuré de Saint-Gilles. Les enquêteurs commencent par indiquer ce que la maison visitée debet habere de statu. Ce status, que les visiteurs confrontent ensuite à la réalité qui s’offre à leurs yeux, comprend les membres de la communauté et le bétail : ainsi, à Manosque, en 1411, 15 frères, 6 donats, 60 bœufs, 12 bêtes de somme, 10 vaches et 5 trenteniers de brebis, ou à Ruou, la même année, 6 frères, 3 donats, 23 bœufs de labour, 60 brebis, 30 chèvres, 5 truies, 40 ruches, 4 bêtes de somme et 3 porcelets. A Nice, on indique en marge de l’inventaire du bétail, sous cette rubrique : nota quod de statu supradicto hodie nichil est una sola bestia. Aussi, le précepteur de ce temps est-il contraint de donner à facherie-de nombreuses terres arables qui possent laborari si status bonum essent34. Maisonnée et bétail dans chaque commanderie constituent une sorte de capital dont le commandeur doit rendre compte à sa sortie de charge, comme en témoignent deux pièces conservées dans les archives de la maison de Manosque, où l’on voit, notamment, en 1299, frère Isnard de Flayosc, ayant convoqué les frères de la maison, rendre compte de son « état » (fratribus convocatis statum ipsius cum eisdem fratribus computavit) faisant constater qu’il laisse 26 frères, 12 donats, 45 bœufs, 30 vaches et 28 trenteniers d’aver menut35. Le même langage se retrouve dans l’enquête de 1373 où les témoins interrogés à Ginasservis indiquent que, parmi la soixantaine de vaches et le millier d’ovins qui pâturent alors sur les terres de l’Hôpital, 20 vaches et 300 moutons sont de statu domus ou de statu Hospitalis36. De même, à Bayle, le frère sergent qui a reçu en bail à vie la maison dit y avoir trouvé, à son entrée en charge, 2 bœufs de statu Hospitali et ajoute qu’il y en a actuellement 6, dont 3 lui appartiennent37. Tout le bétail d’une maison n’est donc pas de statu. Le précepteur de Malemort, récemment rentré de Rhodes, peu avant 1373, a acquis de propria, sur l’argent qu’il a ramené d’outre-mer, les 2 bœufs, les 2 mules et le roncin qui forment le train de labour de la maison38. Cette pratique, déjà observée à Bayle, n’est ni réservée aux bêtes de trait, ni récente. Un témoin qui évoque la situation à Malemort, vingt ans plus tôt, affirme que les troupeaux qui s’y trouvaient alors appartenaient au précepteur (fuisse tune preceptoris)39 et l’une des personnes interrogées sur la grange de Royère et son état dans les années 1340, déclare qu’il y avait là un important cheptel ovin dont le frère, qui vivait alors dans cette grange, disposait à son gré (dum volebat de illis vendebat et faciebat juxta libitum et sue voluntatis)40. Ces observations conduisent à regarder de plus près le petit registre sur lequel s’inscrivent les comptes du bétail de la commanderie de Manosque, de 1334 à 1342, qui fournit la contre-épreuve régulièrement alléguée pour mettre en doute la fiabilité de l’enquête de 1338. Les moutons qui y sont dénombrés avant la montée à l’alpage et au retour son régulièrement présentés comme avere lanutum domini preceptoris41. On aurait tort de penser que le commandeur et la commanderie ne font qu’un. Il faut admettre qu’en 1338, le bétail ovin ne fait plus partie, sauf exception, du status des maisons des Hospitaliers du grand prieuré de Saint-Gilles. L’élevage des moutons n’est qu’une annexe spéculative un peu marginale. Seuls, quelques commandeurs s’y risquent à leurs frais.
  2. Il n’en a pas été toujours ainsi et cet effacement constitue un important tournant dans l’économie de nos maisons. Il faut ici nous tourner vers l’espace arlésien, secteur privilégié pour notre recherche, en raison de l’importance de trois commanderies qui y sont installées, que viennent d’éclairer les recherches de L. Stouff. La thèse que ce dernier a consacré à Arles aux derniers siècles du Moyen Age, atteste que le silence de l’enquête de 1338 correspond bien à un recul de l’élevage dans les domaines de Trinquetaille, de Saliers et du Temple. L’absence ou la médiocrité, selon le cas, du cheptel ovin en 1338, loin d’être un accident, est un fait durable. L’évolution que l’on constate chez les Hospitaliers n’est qu’un aspect de la mutation que connaissent, plus ou moins rapidement, les seigneuries ecclésiastiques artésiennes, au courant du xive siècle. L’archevêque d’Arles, lui aussi grand propriétaire de bétail et qui l’est toujours en 1338, cesse de l’être au plus tard dans les premières années du xve siècle. Désormais, dans cet immense territoire communal voué à l’élevage, les propriétaires ecclésiastiques n’exercent plus aucune activité pastorale. Et, de fait, les litiges pour usurpations de pâturages où, au xiiie siècle, les clercs étaient au premier rang des délinquants poursuivis, ne concernent plus que des laïcs aux xive et xve siècles. L’enquête conduite par L. Stouff fournit une explication de cette rupture avec la tradition pastorale des seigneuries ecclésiastiques arlésiennes. Les Hospitaliers, les premiers, puis l’archevêque, ont préféré tirer profit au maximum des herbages qu’ils possèdent plutôt que d’y faire paître leurs brebis. Dès 1338, les zones incultes : herbages de la Camargue, du Plan du Bourg et du Trébon et coussous de La Crau représentent une proportion importante des revenus des trois commanderies arlésiennes. De même dans la commanderie voisine de Fos où l’élevage est tout aussi inexistant. Régulièrement affermés, ces pâturages sont d’un profit constant. Dans les années 70 du xive siècle, au moment où, comme le montre l’enquête de 1373, les labours sont dans un triste état et procurent de pauvres rentrées, les comptes de la commanderie de Trinquetaille accusent, pour la vente des herbages, le chiffre le plus élevé jamais enregistré avant la fin du xve siècle. Mais, s’ils ne retrouvent jamais ce sommet par la suite, ces revenus restent d’excellent profit dans toute la période : les Hospitaliers n’ont pas lâché la proie pour l’ombre en préférant être rentiers de l’élevage plutôt qu’éleveurs42. Il reste que le cas des commanderies du bas-Rhône n’est pas généralisable sans autre examen, car il correspond à une situation géographique particulière. 11 faudrait regarder de plus près l’évolution des profits de l’hivernage dans les commanderies de basse-Provence orientale, comme Comps et ceux de l’estivage dans la commanderie de Claret. On peut néanmoins constater que ce retrait des Hospitaliers de l’activité pastorale s’inscrit dans une évolution de l’élevage ovin sensible dans toute la Provence du bas Moyen Age, où le rôle moteur passe à des spécialistes de l’élevage du mouton, les nourriguiers, tandis que les autres catégories sociales ne tiennent plus qu’une place secondaire43.

L’enquête de 1338 : une révision

  • 44 G. Duby, « Techniques et rendements agricoles dans les Alpes du Sud en 1338 », Annales du Midi, 19 (...)

11La grande enquête entreprise en 1338, à l’initiative de Benoît XII, dans l’ensemble des maisons dépendantes du grand prieuré de Saint-Gilles, a fait l’objet de trois articles de G. Duby devenus, à juste titre, classiques44.

  • 45 Th. Sclafert, « Usages agraires dans les régions provençales avant le xviiie siècle : les assoleme (...)

12Une première étude, consacrée aux techniques et aux rendements agricoles, aborde successivement trois points particulièrement éclairés par les informations que fournit ce document : la rotation des cultures, l’organisation du travail agricole et les rendements. Sur le premier thème, le dossier avait déjà été exploité par Th. Sclafert dans un article qui montrait, sur la base notamment des données de l’enquête, combien la diversité des usages attestés par les sources s’insérait mal dans le carcan où les géographes voudraient enfermer un Midi de la France voué par eux au monopole de l’assolement biennal45. La cartographie établie par G. Duby met en évidence cette variété des pratiques agricoles. L’analyse des dépenses consacrées aux travaux des champs fait apparaître la division des tâches sur le domaine entre deux types d’activités : les journaliers se voient confiés les labours qui « nécessitent moins d’outillage et d’équipement », tels que le sarclage des blés et la moisson, tandis que l’équipe qui conduit l’araire sur les guérets constitue l’essentiel de la domesticité agricole salariée à l’année. Le même relevé des sommes déboursées pour l’exploitation des terres révèle, par la fréquence des débours exigés pour le renouvellement de l’outillage et, surtout, la remise en état de la reille de l’araire, la présence d’un actif artisanat rural présent dans les moindres villages. Enfin, les indications fournies sur les quantités de grains ensemencées et récoltées permettent à l’auteur de calculer et cartographier les rendements, généralement faibles : 4 pour 1 dans la majorité des cas, moins encore dans 17 % des sites étudiés, plus dans 25 % seulement de ces points d’observation.

  • 46 G. Duby, Hommes et structures..., p. 179.
  • 47 Ibid., p. 196.

13Faible productivité et coût élevé de l’exploitation. Par sa conclusion, ce premier article amorçait l’analyse de l’apport de ce document exceptionnel à la connaissance de la seigneurie et de l’économie rurale dans le Sud-Est. L’étude parue dans Etudes rurales montre que les Hospitaliers ne retirent qu’un faible profit de leur seigneurie, sauf lorsqu’elle est très vaste, comme à Puimoisson, ou lorsqu’elle se situe au voisinage d’une ville dont les activités et le peuplement viennent accroître la rentabilité de certains droits. Bénéfices d’autant plus modestes que les profits seigneuriaux les plus rentables, ceux que rapportent les moulins, les fours, les dîmes, sont largement écornés par des frais élevés de perception et par le coût onéreux de l’entretien de l’outillage, qui justifie ces exactions. Les Hospitaliers tirent donc l’essentiel de leurs ressources de leurs domaines fonciers et de l’exploitation directe de leurs terres, ce qui transparaît dans la présentation même de l’enquête, qui offre l’image d’une exploitation domaniale toute entière orientée vers la production des céréales. « Pour eux, les terres arables formaient la portion solide du bien, la partie vraiment nourricière de la seigneurie »46. Ce qui conduit les Hospitaliers, en raison même de la faiblesse des rendements, à consacrer aux labours une large place de l’espace cultivable. A la différence des vignes et des prés, dont les productions bénéficient sur le marché de prix élevés et offrent ainsi un rapport élevé, ces terres « bladales » ont un faible rendement financier, car les frais de culture absorbent une large part du produit de la récolte. La commanderie de Bras, par exemple, ne conserve, toutes dépenses réglées, que 41 des 266 livres que rapporte une moisson moyenne, soit un petit bénéfice de 15 %. L’intérêt des Hospitaliers serait sans doute d’affermer leurs terres, mais le bail à part de fruit, la « facherie », reste d’usage très limité, et les seigneurs demeurent attachés à une exploitation directe bien fragile. Aussi, « l’institution seigneuriale devait, pour nourrir dans l’oisiveté un petit groupe de maîtres, pousser en un sol maigre des racines très lointaines, puiser la subsistance sur un large terrain »47. Mais, ce faisant, et c’est la seconde ligne de force de cet article, qui nous retiendra moins dans la perspective assignée à ce rapport, les implantations des Hospitaliers contribuaient, par leur dissémination même, à faire pénétrer l’économie monétaire jusque dans les hameaux les plus reculés des Préalpes, requiérant des piécettes pour le règlement des cens et des services, proposant ses surplus sur le marché et redistribuant très largement les rentrées de la seigneurie sous forme de salaires.

14Enfin, une note sur les corvées relevait l’existence, dans 27 commanderies, et surtout dans des villages de montagne d’accès difficile, de services en travail, généralement peu utilisés par les Hospitaliers. En exploitants avisés, ces derniers préfèrent recourir à des journaliers stipendiés plutôt que d’exiger des prestations médiocres et finalement plus onéreuses.

  • 48 L. Stouff, « Peuplement, économie et société », art. cit. (bailliage de Lardiers) ; J. Durbec, « L (...)
  • 49 L. Stouff, La ville d’Arles, op. cit., chap. V ; cf., également, la contribution de Y. Grava à l'H (...)
  • 50 « A aucun moment les commissaires ne rapportent de plaintes sur d’éventuels malheurs des temps », (...)

15Ces études pénétrantes vont à l’essentiel et dégagent en quelques pages denses les principaux enseignements que l’on peut tirer de ce document exceptionnel. Aussi bien est-on peu revenu depuis sur l’enquête de 1338, si ce n’est sous forme monographique. Plusieurs chercheurs ont fourni, pour différentes commanderies, des analyses et des graphiques présentant, en s’inspirant des modèles proposés par G. Duby, le bilan comptable d’un certain nombre de commanderies ou groupes de commanderies envisagées dans un espace régional48. Ces travaux, qui font souhaiter une exploitation statistique et cartographiée globale du document, n’ont pas sensiblement modifié les perspectives ouvertes par G. Duby, tout en apportant des éclairages originaux et en posant de nouvelles questions. L’étude que L. Stouff a consacré au bailliage de Lardiers a ouvert une voie intéressante en mettant l’accent sur la complémentarité des maisons à l’intérieur de cette unité d’exploitation, une approche très éclairante pour la compréhension de l’économie rurale des Hospitaliers, que l’on ne retrouve malheureusement pas dans la présentation que J. Durbec fournit du procès-verbal de l’enquête dans la commanderie de Beaulieu. La thèse de L. Stouff met l’accent sur des revenus des maisons arlésiennes que les articles de G. Duby laissent quelque peu dans l’ombre, ceux que procurent les pâtures, les salines et les pêcheries49. Enfin, un récent article de B. Beaucage pose le problème de la fiabilité du document en tant que bilan économique. L’auteur met en évidence, sur l’exemple des commanderies du moyen-Rhône, l’importance d’un manque à gagner, résultant d’excédents de dépense de 14 à 20 %, en année moyenne, et constate que les frères interrogés ne se soucient à aucun moment de l’expliquer ou de l’excuser50, Ecartant l’hypothèse facile, selon laquelle les Hospitaliers auraient volontairement sous-estimé leurs revenus et gonflé leurs dépenses, B. Beaucage préfère supposer que l’enquête ne dénombre pas toutes les recettes dont bénéficient les commanderies. Et l’on retrouve par là le problème déjà évoqué de l’élevage. Peut-être les observations présentées à ce propos ci-dessus peuvent-elles offrir quelque élément de réponse à l’irritante question du déficit chronique.

  • 51 Voir ci-dessus, note 31.

16La publication, par le même Benoît Beaucage, du texte intégral de l’enquête, est un événement d’importance qui devrait susciter de nouvelles recherches51. Elle me suggère quelques nuances qu’il faudrait apporter aux vues d’ensemble de G. Duby sur trois points :

  1. Le recours au métayage : Selon G. Duby, ce procédé de mise en valeur serait employé surtout dans les vallées du Rhône, de la Durance, de l’Argens, c’est-à-dire dans les pays les plus ouverts, où précisément le sol était moins ingrat, l’exploitation plus rentable et la vie économique plus active, « alors qu’ailleurs, c’est-à-dire dans les seigneuries où le faire-valoir direct rapportait le moins, les frères de Saint-Jean avaient peu de métayers »52. La répartition géographique des deux systèmes est moins nettement tranchée qu’il ne paraît ici : la facherie et l’arrentement sont absents à Avignon, à Aix et dans la commanderie du Temple d’Arles ; toutes les terres sont ad manus à Saint-Jean-de-Trièves, Lardiers, Roussillon, mais l’Ordre a des fermiers ou des métayers dans ses maisons de Claret, Saint-Pierre-Avez, Gap et Valdrome. Et, surtout, les terres confiées à des fachiers ou à des rentiers sont loin d’être partout, comme, sans nul doute, dans la commanderie arlésienne de Saliers, des exploitations de bon rapport. Bien souvent, au contraire, les terres données à ferme sont les plus médiocres du domaine. Dans le territoire d’Arles, la commanderie de Trinquetaille exploite la quasi totalité des 1 510 seterées de labours dont elle dispose, à l’exception d’une partie de l’affar de la Grange de Castillon. Il y a là 120 seterées « de quitus excoluntur per preceptorem dicte domus seu baiulie octuaginta ad manus suam propriam et quadraginta de subtilioribus dantur ad fachariam »53. Des mentions du même type, signalant la pauvreté du sol et le caractère incertain des récoltes, sont associées à un quart des facheries de terres labourables recensées par l’enquête54. Lorsque, dans un même terroir, une partie des terres est cultivée par l’équipe domestique de la commanderie et une autre partie affermée, les précisions fournies sur les rendements ou sur la nature des grains ensemencés indiquent parfois, comme dans les commanderies de Valdrôme et de Valence, que les terres confiées aux fachiers sont les moins bonnes55. Le texte ne laisse d’ailleurs aucun doute sur le lien de causalité entre le recours à la fâcherie et le moindre intérêt des sols : « dantur ad fachariam propter eorum fragilitatem » dit-on dans la commanderie de Beaulieu, « cum sint terre fragiles » dans celle de Ruou56. Le fermage est un pis-aller. Il semble donc difficile de dire que les Hospitaliers restaient « malgré eux » exploitants de larges portions de leur terre. Mais G. Duby lui-même n’écrit-il pas : « Cependant, il n’est pas certain que les dispositions de l’économie domestique aient été dès cette époque déterminées par la seule considération du meilleur profit. Pour expliquer cet attachement tenace au faire-valoir direct, il convient d’évoquer d’autres motifs. Motifs de sentiments, ceux-ci. Confier la terre à des métayers c’est un peu la perdre »57. C’est bien là aller au cœur du sens du document.
  2. Les corvées. Ici encore, l’esquisse géographique durcit la réalité. Institution résiduelle, certes, la corvée n’est pas « sortie de l’usage dans les contrées les plus ouvertes » pour ne se maintenir « sporadiquement qu’en quelques réduits d’altitude »58. Solliès n’est pas un isolat, ni Manosque un site de montagne écarté. Bras n’est pas à l’écart du réseau routier, les corvées s’y maintiennent, moins lourdes que du temps des Templiers, il est vrai, alors qu’elles ont disparues de villages voisins plus isolés, tels que La Celle et Flassans59. La situation géographique ne permet pas d’expliquer pourquoi, dans la même région, au sud de l’Argens60, les services en travail dus par les habitants de La Roquebrussane sur les terres de l’abbaye de La Celle disparaissent avant le début du xve siècle, alors que la collégiale de Pignans les exige encore sans ménagement des villageois de Besse, au milieu du xve siècle. C’est dans l’histoire particulière de chaque localité et de ses rapports avec son seigneur plus que dans un schéma géographique d’ensemble qu’il faut chercher des éléments d’explication61. Il faut, en outre, inscrire les données de l’enquête de 1338 dans la longue durée et prendre en compte une documentation ultérieure qui peut réserver des surprises. On pourrait penser que les 300 corvées de Poët-Laval, dont les commissaires notent seulement l’équivalent monétaire, ne sont que rarement utilisées sous forme de main-d’œuvre et les considérer comme en voie de disparition. Une transaction entre le commandeur et les syndics des habitants, rédigée en 1423, présente ces obligations de façon plus concrète : deux journées pour faire les foins et fossoyer les vignes62.
  3. La faible productivité. La carte des rendements, établie par G. Duby, situe les « points de très faible productivité dans les terroirs ingrats de montagne »63. Ici encore, l’altitude ne paraît pas seule en cause, et les rendements ne sont pas les seuls indices de faible productivité que fournit l’enquête. Je reprends l’exemple qu’a judicieusement choisi G. Duby pour mettre en évidence le rendement dérisoire de la seigneurie. « Pour entretenir, et modestement, les sept frères et les quatre donats de la commanderie... il fallait 350 ha de labours... »64. Il faut ajouter que ces 350 ha représentent à peine plus du sixième du très vaste domaine rassemblé par les frères dans les terroirs contigus de quatre communautés65. Le cas n’est pas unique : les Hospitaliers de Fos détiennent autour de leur grange 500 éminées, dont ils cultivent seulement la moitié66, ceux de Bras n’ensemencent que 400 des 582 séterées qu’ils possèdent dans le terroir du village67 et les membres de la commanderie de Marseille, à Gignac et Marignane, ne mettent en culture respectivement que les 3/5 et les 3/4 de leur dotation en terres68. Les terrains ingrats ne sont pas tous montagnards. On aimerait que des monographies de commanderie, dotées d’un appareil cartographique précis et fondées sur des études minutieuses de toponymie, viennent éclairer ces données de l’enquête de 1338. Le témoignage recueilli à Roussillon ouvre d’autres perspectives lorsqu’il note que aujourd’hui, on exploite seulement 560 des 3 200 éminées de terres que compte le domaine. Cette mention suggère qu’en d’autres temps, on s’acharnait davantage à exploiter ce vaste et pauvre espace. Ainsi, le repli de l’exploitation agricole sur les sols les meilleurs que révèle l’enquête de 1373 aurait, dans ces domaines seigneuriaux de basse-Provence, commencé dans les premières décennies du xive siècle au plus tôt69.

L’enquête de 1373 : une vue d’ensemble

  • 70 J. Glénisson, « L’enquête pontificale de 1373 sur les possessions des Hospitaliers de Saint-Jean d (...)

17Notre approche de l’économie rurale des Hospitaliers dans le sud-est a été renouvelée par l’irruption dans le champ documentaire de l’enquête de 1373, dont J. Glenisson a récemment révélé l’intérêt70. Il s’agit, on le sait, d’une information guidée par un questionnaire moins exhaustif qu’en 1338, et dont les procès-verbaux, procédant par juxtaposition de dépositions, sont à fois plus vivants mais aussi plus déroutants que ceux des investigations conduites quarante ans plus tôt. Comme les enquêteurs qui ont visité le diocèse d’Aix ont manifesté une curiosité plus exigeante que les autres visiteurs qui ont parcouru notre région, c’est à leur témoignage que l’on aura principalement recours.

  • 71 A.S.V., coll. 17, f° 110 (La Cavalerie-de-Limaye), f° 132 (Calissane). Commanderie en 1338, Caliss (...)
  • 72 A.S.V., coll. 419 A, f° 13 v°.

18L’enquête révèle une grave dégradation de la situation des commanderies. C’est tout d’abord la ruine ou le délabrement du patrimoine immobilier. Près de la moitié des bâtiments que mentionne l’enquête dans le diocèse d’Aix sont détruits ou menacent ruines. C’est surtout le cas de l’habitat dispersé, des granges et des bastides, comme la Galinière, en bordure de la route d’Aix à Nice ou, plus à l’écart, de la Cavalerie de Limaye, au milieu des forêts du terroir de La Bastide-des-Jourdans. Mais il s’agit aussi de maisons isolées, comme Calissane, dans les hauteurs rocailleuses qui dominent Berre. La localisation de ces centres d’exploitation ne suffit pas à rendre compte de la carte des destructions. Royère, dont le site n’est pas très différent ni très éloigné de Limaye, est apparemment intact, et Bayle, sur le plateau du Cengle, en dépit de son isolement, semble en bon état. Il faut faire aussi la part de la conjoncture guerrière de cette période : la Galinière a certainement pâti de l’incursion d’Arnaud de Cervole, et l’invasion du terroir arlésien par les troupes de Louis d’Anjou explique les nombreux hospicia fracta de la commanderie de Saliers71. On doit, en outre, tenir compte du mode d’exploitation : il semble que le développement du fermage n’ait pas été très favorable à ces granges, soit que le fermier venu d’un village voisin ou les salariés de l’Hôpital, expédiés d’une autre maison, n’aient occupé les lieux que de façon intermittente, soit que les rentiers, pour sauvegarder leur maigre profit, aient économisé sur l’entretien des bâtiments. La situation tend à s’aggraver car, aux édifices où les enquêteurs constatent une situation acquise, s’ajoutent ceux où l’usage du présent révèle une détérioration croissante, ainsi à Saint-Maurice, dans le diocèse de Riez où omnia hospicia ruunt et dissipantur72.

  • 73 A.S.V., coll. 17, f° 117. L’enquête conduite à Aix a été publiée (mais de façon incomplète) par le (...)
  • 74 A.S.V., coll. 17, f° 137 v°.
  • 75 Ibid., f° 100 v°.
  • 76 Un phénomène qui s’affirme en Basse-Provence dans le second quart du xive siècle. Voir N. Coulet, (...)
  • 77 A.S.V., coll. 17, f° 158, 160. L’âge d’or décrit par le premier témoin, âgé de 80 ans, ne correspo (...)
  • 78 A.S.V., instr. misc. 5 851, f° 8 v° sq.
  • 79 Ibid., f° 5 sq.
  • 80 Ibid., f° 3 sq.
  • 81 Ibid., f° 6 v°.
  • 82 Ibid., f° 6.
  • 83 A.S.V., coll. 17, f° 126 et 126 v°.

19Le patrimoine foncier est encore plus gravement atteint. Revenons au diocèse d’Aix. Même en mettant à part le cas extrême de la Galinière, où le frère sergent qui l’exploite depuis sept ans déclare n’avoir, lorsqu’il a pris ce domaine en charge, rien trouvé ex cultura, sur les douze autres points d’observation que nous livre l’enquête, les emblavures et la récolte de grains ont considérablement diminués depuis le temps d’avant la peste noire. Le train de labour n’est au mieux que les deux-tiers ou la moitié de ce que l’on entretenait quarante ans plus tôt, et, le plus souvent, n’en est que le tiers. Dans l’affar de la bastide de Moissac, aux portes d’Aix, un tiers seulement des terres autrefois mises en culture le sont en 137373. Ce reflux, partout sensible, de l’exploitation céréalière, est souvent présenté comme un recentrage de l’activité agricole sur les meilleures terres. Ainsi, à Bras, une des commanderies où la réduction du train de labour est limitée (2 araires au lieu de 3), le témoin indique que les terres labourables détenues par l’Hôpital sont en même quantité qu’autrefois, mais que toutes ne sont pas cultivées74 et, à Royère, on précise que seules les meilleures terres sont cultivées75 Peut-être, cet abandon d’une partie, souvent importante, des terres de labour, s’accompagne-t-elle du recul des grains autre que le froment76. En tout cas, cette réduction des emblavures est assortie d’une chute très sensible de la production. Certains témoins l’exagèrent sans doute, comme ce vieillard qui chiffre à plus de 90 % — 40 séterées au lieu de 600 jadis — l’effondrement des récoltes de la bastide Saint-Christophe, près de Brignoles ; une autre personne interrogée le même jour parle d’une diminution de 50 %, ce qui s’accorde avec la réduction dans les mêmes proportions du train de labour77. L’échantillon choisi n’est pas un cas erratique. Un regard sur les pays du bas-Rhône le confirme. A Fos, la récolte n’atteint pas le tiers de ce que l’on engrangeait en 133878. Sa production céréalière était déjà médiocre alors, il est vrai. Dans le territoire de la commanderie du Temple, à Arles, une part importante de l’affar de Paulon est perdue, du fait des inondations, et le précepteur vient de faire ensemencer 25 séterées seulement dans cet affar du Trébon qui, selon l’enquête de 1338, recevait ordinairement 250 seterées de semence79. La commanderie de Trinquetaille regroupe six affars cultivés en grains : trois d’entre eux, les moins importants et, surtout, les plus éloignés du centre de l’exploitation, sont abandonnés80. Les dépositions recueillies à Arles incriminent, pour expliquer cette situation, les guerres et, particulièrement, l’insécurité engendrée par les raids des hommes du duc d’Anjou, qu’ils rendent responsables du mauvais entretien des digues et, de ce fait, des dégâts provoqués par les débords du Rhône. Elles soulignent surtout le coût, excessif aux yeux des frères de l’exploitation, de ces grands lavors de Camargue. « Laboria hodiernis temporibus sunt magnus sumptus », affirme le précepteur de Saliers81. Et le Juif Mosson Bonianni, excellent expert, qui connaît bien, souvent mieux que les Hospitaliers, ces commanderies et leurs possibilités, se déclare incapable de proposer une valeur locative pour l’affar du Trébon « ex eo quia est de magna costa »82. La chute de la production céréalière, que nous avons relevé partout dans le diocèse d’Aix, ne résulte pas seulement d’une rétraction souvent considérable de l’espace cultivé. C’est aussi un problème de productivité, comme le montrent ces témoignages recueillis à la Cavalerie de Limaye ou à Codolet qui affirment que, mieux cultivées, ces terres pourraient rendre bien davantage, le double ou même plus. Mais est-il rentable, compte tenu de l’accroissement des coûts de production, d’améliorer la productivité ? Un damoiseau d’Alleins exprime son scepticisme : on pourrait porter la récolte de grains à la Tour de Codolet de 20 à 50 saumées de froment, qui rapporteraient 50 livres. Mais il faudrait, pour y parvenir, dépenser au moins 40 livres. Le bénéfice escompté ne lui paraît pas justifier un effort particulier83.

  • 84 Art. cit., p. 98.
  • 85 A.S.V., coll. 17, f° 158.
  • 86 Ibid., f° 101, 108, 154.
  • 87 Ibid., f° 103 v°.
  • 88 Ibid., f° 157.
  • 89 Bayle, Calissane, Mallemort.
  • 90 Ibid., f° 145, 147.

20Les vignes ne sont pas en meilleur état. La situation est bien résumée par J. Glénisson : « abandon d’une partie des vignes, extrême vieillesse des autres »84. Dans le terroir d’Aix, le vignoble de la bastide de Moissac ne couvre que la moitié de la superficie enregistrée en 1338. Ce recul semble le résultat d’une évolution régulière et inexorable. Dans le territoire de la bastide Saint-Christophe, près de Brignoles, l’enquête de 1338 recensait 80 fossoirées, les témoins interrogés en 1373 n’ont pas souvenir d’en avoir vu jadis plus de 50 fossoirées et la superficie cultivée en 1373 varie selon les estimations ente 20 et 40 fossoirées85. Encore plus que la disparition du vignoble, l’enquête révèle sa détérioration, l’un et l’autre fait concourant à un effondrement brutal de la production. A Royère, le vignoble couvre toujours le même espace qu’en 1338, mais ces vignes sont très vieilles, en partie mortes, en partie incultes et la production n’est plus qu’un cinquième de ce que l’on récoltait en 1338. On a négligé de procéder à l’indispensable renouvellement des ceps. C’est pourquoi, à Ginasservis, bien que les vignes reçoivent tous les soins nécessaires, la récolte est maigre car les ceps sont trop vieux86. Bien souvent d’ailleurs, le vignoble ne reçoit plus les façons accoutumées. Bien cultivées, les vignes de Limaye pourraient rendre cinq fois plus, dit-on aux enquêteurs87. La situation médiocre du vignoble s’explique en partie par des aléas climatiques répétés : les témoins interrogés à la bastide Saint-Antoine, près de Ginasservis, justifient l’état d’abandon que connaissent les vignes par la fréquence des gelées qui ont « cuit » les vignes, et n’ont visiblement pas contribué à stimuler le zèle des exploitants88. Mais, ici encore, comme pour les terres bladales, intervient le prix de la main-d’œuvre qui limite les efforts de reconstitution, voire d’expansion sensible sur quelques sites89. Tous les témoins entendus à Vinon insistent sur le coût de l’exploitation des vignes : « multum decoustat de culturando »90.

  • 91 Ibid., f° 145 v°, 146 v°, 143.
  • 92 Ibid., f° 137 v°, 140 v° (Bras), 104, 109 v° (Cavalerie).
  • 93 G. Duby, Hommes et structures, op. cit., p. 181.

21Cet argument n’est pas mis en avant pour expliquer l’effondrement tout aussi spectaculaire de la production de foin. Comme la vigne, les prés rendent peu parce qu’ils sont à l’abandon. Les aléas climatiques ont joué leur rôle : gonflé par les eaux de pluies abondantes, le Verdon a, dans la partie basse, divagué et déplacé son lit ; les prés de la maison de Vinon ont été, de ce fait, pour les trois-quarts, noyés et perdus et ce changement de cours rend très malaisé l’accès et donc l’entretien des prés de la bastide de Vinon91. Mais ce ne sont apparemment pas les débordements de l’Argens qui expliquent que la superficie des prés de la commanderie de Bras se réduise à la moitié de ce qu’elle était en 1338. Toutes les dépositions recueillies à la Cavalerie de Limaye mettent en cause la négligence des exploitants : la majorité des prés ne sont ni irrigués ni fauchés, ils ne sont arrosés que par la pluie, ils pourraient rendre davantage s’ils étaient irrigués92. Aussi, la production n’est-elle, dans les maisons du diocèse d’Aix, que la moitié des récoltes en année moyenne de 1338 et, bien souvent, seulement le tiers. Certes, la réduction du train de labour a limité considérablement les besoins en fourrage des commanderies, mais le foin, comme le vin, étaient, ainsi que l’a bien noté G. Duby, des denrées chères, dont la commercialisation pouvait améliorer sensiblement la balance des comptes93.

  • 94 A.S.V., coll.. 17, f° 205 v°, 211 v°.
  • 95 A Royère, la tasque connaît une diminution un peu moins nette que les quartons, elle rapporte 4 sa (...)

22De surcroît, les profits de la seigneurie s’effondrent. Confrontant leurs rentrées présentes au témoignage des anciens cartulaires de leurs archives, les Hospitaliers d’Aix indiquent aux enquêteurs que l’Hôpital proprement dit ne perçoit que la moitié des rentes qui lui reviennent, tandis que la commanderie encaisse seulement 72 % des services en argent et des cens en grains qu’elle devrait toucher. Ce dernier pourcentage se retrouve ailleurs dans le diocèse d’Aix, à Bras et à Malemort, par exemple. Ces maisons urbaines de basse-Provence semblent privilégiées : dans le diocèse de Gap, à Saint-Pierre-Avez, où les Hospitaliers percevaient en 1338 50 émines de froment et 50 poules, ils ne reçoivent plus que 20 émines et 20 poules et, à La Roche des Arnauds, c’est seulement le quart des cens qui rentrent dans leurs caisses94. Mais, plus que les cens et les services, dont le montant est souvent faible, même en 1338, ce sont les redevances à part de fruits, tasques et quartons, qui fondent. Dans ces bourgades de basse-Provence, où les cens résistaient honorablement, le prélèvement ne rentre plus. A Bras, la tasque, dont on attendait, en année moyenne, en 1338, 40 setiers, n’a jamais rapporté, selon les témoins, plus de 20 setiers, indice d’un premier palier d’effondrement après la première peste et se réduit, en 1373, à un setier. A Malemort, les quartons de la vigne ne rapportent plus rien, comme dans les sites plus enfoncés dans la ruralité de Calissane et Royère95.

  • 96 A.S.V., coll. 17, f° 113, v° 116, 117, 119, 122, 124, 138 v°, 140 v°-141, 165, 167 v°, 170 v°-171. (...)

23Or, les fréquentes allusions au coût accru du travail des journaliers l’ont déjà fait pressentir, les charges qui pèsent sur les commanderies s’élèvent. Certes, les maisons comptent moins de frères et entretiennent moins de domestiques, mais elles doivent leur donner davantage qu’en 1338. Ainsi, à la commanderie d’Aix, l’allocation de vestiaire est désormais de 4 florins au lieu de 3 florins 1/2 pour le frère sergent, et de 6 au lieu de 5 pour le frère chapelain. Mais, surtout, dans le même temps, les rémunérations du personnel de service se sont accrues dans des proportions plus élevées, en particulier si l’on en croit les dépositions recueillies à Aix, au lendemain de la seconde peste, dans la dizaine d’années qui précède l’enquête. Le caractère souvent discordant des témoignages rend assez aléatoire cette évaluation de la montée des salaires, variable au demeurant selon les lieux et aussi selon les types de domestiques. A Aix, la rémunération des muletiers a doublé, celle du valet du prieur ne s’est accrue que du tiers. Pour nous en tenir à deux exemples bien documentés, à Bras et Malemort, les rémunérations semblent bien s’être accrues, selon les cas, de 50 à 100 % en une trentaine d’année96.

  • 97 A.S.V., instr. mise., f° 3 et 4 v°. Rien n’indique dans le texte que Mosson se soit vu effectiveme (...)
  • 98 A.S.V., coll. 17, f° 92.
  • 99 Il est possible toutefois que les évaluations données par Mosson ne recouvrent pas la totalité des (...)
  • 100 G. Duby, op. cit., p. 196.

24Telle qu’elle est conçue et conduite, l’enquête ne permet pas à l’historien de dresser un bilan comptable de ces maisons. Il faut s’en tenir à celui qu’exploitants et témoins sont conduits à établir pour répondre à la question : à combien pourrait-on arrenter cette maison ou cette grange si n’y résidaient qu’un frère prêtre et un clerc, à l’exclusion de tout autre membre de l’Ordre ou domestique ? Ces réponses ne peuvent être acceptées telles quelles. Deux exemples suffiront à le montrer. Relevons tout d’abord la discordance entre l’évaluation que propose pour la commanderie de Trinquetaille le frère sergent qui a gouverné par intérim cette commanderie jusqu’à l’arrivée récente du nouveau précepteur, 400 florins maximum, et le chiffre qu’avance le juif Mosson Bonianni, dit Gardon, courtier habituel de la maison, qui se dit disposé à la prendre à rente pour 1 000 florins, tous les frais restant à sa charge97. Et notons la contradiction qui marque les propos de ce frère qui, depuis 1343, tient à rente la maison de la Tour d’Aygues : il affirme que cette exploitation ne saurait être arrentée à plus de 30 florins par an, mais il n’a pas hésité, l’an dernier, à accepter de payer une rente de 50 florins pour surenchérir sur un autre Hospitalier disposé à prendre la ferme98. Un examen critique attentif s’impose dans la plupart des cas. On retiendra seulement de ces chiffres la hiérarchie qu’ils permettent d’esquisser. Au sommet, se trouvent toujours, comme en 1338, les commanderies arlésiennes, Trinquetaille et Sainte-Luce, susceptibles d’être arrentées entre 600 et 1 000 florins. Plus encore qu’en 1338, elles doivent cette situation privilégiée aux profits que l’on peut attendre de la vente des salines et des herbages : ces revenus représentent, d’après les estimations fournies par Mosson Bonianni, 56 % des rentrées de Trinquetaille et 82 % de celles du Temple99 Un second palier, nettement plus bas, entre 250 et 500 florins, regroupe des commanderies qui associent les avantages de la proximité d’un milieu urbain ouvrant l’accès à un marché de consommation et la possession d’un riche terroir céréalier ou de grands terrains de parcours, comme Fos, Manosque, Campublic aux portes de Beaucaire, et Puimoisson jugés susceptibles d’être arrentés, respectivement à 280, 300, 400 et 500 florins. La plupart des bourgades de basse-Provence se situent au-dessous de 200 florins. Au bas de cette échelle, un certain nombre de granges ou de maisons que leurs exploitants ne tiennent que par devoir d’état. « Je ne crois pas que l’on puisse trouver quelqu’un qui veuille payer quoi que ce soit pour s’assurer les revenus de cette maison et qui en prenne la charge financière telle qu’elle se présente actuellement. » Ainsi parle le précepteur de Saliers, la commanderie pilote de 1338100, et, après lui, deux frères sergents confirment son appréciation. C’est que les revenus de l’exploitation, à la différence des deux autres commanderies arlésiennes, proviennent essentiellement des labours et que la terre à blé coûte plus qu’elle ne rapporte. Saliers est toutefois la seule commanderie dont la situation soit ainsi jugée désespérée. La menace d’abandon pèse surtout sur les granges et les bastides. En dépit des efforts qu’ils ont déployés pour améliorer le fonds, les frères qui ont reçu la charge de gérer la bastide Saint-Antoine de Ginasservis, celles de Vinon, Bayle, La Galinière, la grange de Calissane sont tous prêts à renoncer. L’Hospitalier qui tient la bastide de Vinon déclare que, même si on lui payait toutes les charges de l’exploitation et si on faisait les frais de son vêtement et de sa nourriture, il n’en refuserait pas moins, s’il en était libre, de prendre à ferme cette grange qui lui a été remise ad vitam.

  • 101 Visites générales..., éd. Beaucage, p. 573, A.S.V., coll. 17, f° 128.
  • 102 Ainsi à Bras et Vinon. Mêmes fluctuations après 1373 à Saint-Pierre de Campublic, d’après les info (...)
  • 103 L. Stouff, La ville d’Arles, op. cit., chap. VI.

25La question posée par les enquêteurs atteste que l’on est toujours en quête du meilleur mode de gestion de ces seigneuries rurales. Les dépositions recueillies indiquent d’ailleurs que, depuis une quarantaine d’années, diverses formules ont été successivement utilisées. La chronologie de ces expériences varie selon les situations, ce qui permet mal de dégager un sens de cette histoire et, peut-être aussi, explique par là le caractère quelque peu cahotique de la direction économique de ces maisons, cette impression que l’on retire à la lecture de l’enquête d’exploitations mal contrôlées où le laisser-aller s’est installé. Quelques procès-verbaux fournissent en effet des points de repère chronologiques, comme celui qui concerne l’ancienne commanderie de Calissane. Jusque vers 1343, l’exploitation semble dirigée par un frère chapelain, déjà établi en 1338, qui agit au nom d’un précepteur, vraisemblablement absentéiste101. A partir de 1355, peut-être plus tôt, s’ouvre pour Calissane le temps des fermiers, recrutés parmi les laboureurs des environs, jusqu’au moment où, en 1366, un frère reçoit ad vitam la gestion de cette grange. Dans de nombreuses commanderies tenues en 1373 ad manus par un précepteur bien présent, les dépositions font surgir, avec moins de précisions chronologiques qu’à Calissane, des épisodes d’arrentement antérieurs102. Avant comme après 1373, les informations dont on dispose sur la gestion des exploitations rurales des Hospitaliers justifient la vigoureuse mise en garde de Louis Stouff : « il faut absolument bannir... une image simpliste qui présenterait la transformation comme une évolution linéaire allant du faire-valoir direct au fermage, en passant par le métayage »103.

  • 104 B. Beaucage, Démographie, structures foncières..., op. cit., ouvrage fondé sur une série de terrie (...)

26Pour tirer pleinement parti de l’enquête de 1373, il faudrait l’inscrire dans une histoire de la gestion des commanderies, en prolongeant l’enquête dans le xve siècle afin d’exploiter les fragments de visites prieurales disponibles pour 1411, 1429 et 1460, et en mettant à profit les informations contenues non seulement dans les chartes et registres des commanderies mais aussi dans les actes notariés. L’exemple de Saint-Pierre de Campublic, étudié par B. Beaucage, atteste que la recherche est possible et rentable104. Mais il faudrait multiplier les points d’observation.

27Chaque point de ce rapport amène ainsi une conclusion partielle, soumise à plus amples vérifications. En cela, le bilan est le reflet tout à la fois de l’état des travaux et de la richesse des possibilités qui s’ouvrent à ceux qui s’engageront dans l’étude, encore largement à entreprendre, des rapports entre les Ordres militaires, la terre et le peuplement dans la France du sud-est.

Notes

1 Inventaire par E. Baratier et M. Villard, Marseille, 1966. Sur les maisons dauphinoises dont une partie relève de la langue d’Auvergne, voir J. de Font-Réaulx, « Les commanderies de l’Ordre de Malte dans la Drôme et leurs archives », dans Bulletin de la Société d’Archéologie et de Statistique de la Drôme, 1936, p. 333-347, 412-416.

2 Cartulaires des Hospitaliers et des Templiers en Dauphiné, éd. C.U.J. Chevalier, Vienne, 1875 (Hôpital Saint-Paul de Romans, Temple de Roaix) ; « Rôle des donations faites à l’hôpital de Saint-Jean de Jérusalem et à la commanderie de Saint-Martin de Gap aux xie et xiie siècles », éd. P. Guillaume, dans Bulletin d’Histoire ecclésiastique et d’archéologie religieuse des diocèses de Valence, Gap, Grenoble et Viviers, 1880, p. 157-158, 1881, p. 177-193 ; Cartulaire du Temple de Vaux, éd. Delachenal, dans Bulletin de l'Académie Delphinale, t. 10, 1896, p. 351-475 ; Cartulaire de la commanderie de Richerenches de l’Ordre du Temple, éd. de Ripert-Monclar, Avignon-Paris, 1907 ; Cartulaire de Trinquetaille, éd. P.-A. Amargier, Gap, 1972 ; l’Authentique de la maison de l’Hôpital du grand prieuré de Saint-Gilles a fait l’objet d’un inventaire analytique publié par le baron du Roure, dans Revue Historique de Provence, 1891. L’ample introduction de Ripert-Monclar au Cartulaire de Richerenches n’aborde pratiquement pas ces problèmes. P.-A. Amargier suggère quelques orientations de recherche à la fin de son introduction au Cartulaire de Trinquetaille.

3 J. Maurel, Histoire de la commune de Puimoisson et de la commanderie des Chevaliers de Malte, Paris, 1897 (réimpression anastatique, Marseille, 1975) ; F. Reynaud, La commanderie de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte à Manosque, Gap, 1981 (publication non « aggiornamentée » d’une thèse d’Ecole des Chartes, présentée en 1945) ; Le Poët-Laval, commanderie des chevaliers de Malte, Poët-Laval, 1966 (bref sur le Moyen Age). Ces auteurs n’ont pas ignoré l’existence de sources permettant d’aborder l’histoire économique, mais ils s’en détournent avec répugnance. Ainsi, P. Vallanaud, dans sa « Notice historique sur Saint-Paul-lès-Romans », dans Bulletin de la Société d‘Archéologie et de Statistique de la Drôme, 1866-1867, signale l’existence d’un compte de 1471, époque où la maison est en gestion directe, mais croit devoir résumer cette prose « naturellement fastidieuse » (p. 43-45) ; de même, Maurel, op. cit., p. 104, ne retient de l’enquête de 1338 que les noms des frères et des donats, considérant que « l’énumération des terres, droits, privilèges et revenues de la commanderie nous entraînerait trop loin et n’offrirait pas un grand intérêt pour le lecteur ». Le chapitre de F. Reynaud et l’article qui lui, correspond : « L’organisation et le domaine de la Commanderie de Manosque », dans Mélanges Busquet (Provence Historique, hors série), 1956, p. 75-89, révèlent un certain élargissement des curiosités, mais limité et sans rapport avec les possibilités de la documentation. La série de monographies de J. Durbec, « Les Templiers en Provence. Formation des commanderies et répartition géographique de leurs biens », dans Provence Historique, 1959, p. 1-37, 97-132, se préoccupe surtout de restituer la chronologie et la diffusion de l’ordre. Plus proche de notre perspective est l’étude inachevée du même auteur : « Les Templiers dans les diocèses de Fréjus, Toulon et Riez », dans Bulletin de la Société d’Etudes scientifiques et archéologiques de Draguignan et du Var, 1963, p. 90-131.

4 B. Beaucage, Démographie, structures foncières et mouvement des rentes aux xive et xve siècles. La commanderie de Saint-Pierre de Campublic, thèse de 3e cycle, Université de Provence, Aix, 1971 ; L. Stouff, La ville d’Arles à la fin du Moyen Age, thèse Lettres, Université de Provence, Aix, 1979 (nombreux développements consacrés aux trois puissantes commanderies artésiennes), sous presse (Publications de l’Université de Provence) ; H. Amouric, La Favouillane. Histoire d’un grand domaine camarguais du xiie siècle à nos jours, Port Saint-Louis-du-Rhône, 1981 ; D. Le Blevec, « L’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem à Avignon et en Comtat venaissin au xiiie siècle », dans Des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, de Chypre et de Rhodes hier aux chevaliers de Malte aujourd’hui, Paris, 1985, p. 17-61.

5 P.-A. Sigal, « Une seigneurie ecclésiastique en Provence orientale au Moyen Age : la commanderie de Ruou », dans Provence Historique, 1965, p. 126-145.

6 La monographie de Biot, rédigée par J. Durbec, « Les vieux bourgs de Provence : Biot. Histoire et géographie humaine », dans Annales de la Société scientifique et littéraire de Cannes et de l’arrondissement de Grasse, 1965, p. 135-235, fait une large place aux Templiers et aux Hospitaliers. Voir du même auteur « Les Templiers dans les Alpes-Maritimes », dans Nice Historique, 1937-1938.

7 L. Stouff, « Peuplement, économie et société de quelques villages de la montagne de Lure », dans Cahiers du C.E.S.M., 1, Aix, 1966, p. 35-100 (bailliage de Lardiers).

8 Cartulaire... de Richerenches, op. cit., p. cxlviii. Les auteurs de la monographie de Poët-Laval, citée note 3, font de ce village une conséquence de l’installation des Hospitaliers.

9 Pays d'Aigues, Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, cantons de Cadenet et Pertuis, Paris, 1981, p. 22, 39, 396, 403-404.

10 B. Beaucage, Démographie, structures foncières..., op. cit., p. 23.

11 L. Stouff, « Peuplement, économie... », article cité p. 43-44.

12 Je reprends le terme de « métairie » à F. Reynaud, op. et art. cit. Ce terme qu’affectionnent les vieux historiens des commanderies ne correspond pas au vocabulaire en usage au Moyen Age. Or, précisément, une enquête lexicographique aussi précise que possible serait utile ici, tant pour restituer l’histoire des variations du mot grange (voir J.-C. Bouvier, « Toponymie et histoire du lexique dialectal », dans L’onomastique, témoin des langues disparues, Dijon, 1982, p. 91-105) que pour suivre l’itinéraire du mot bastide (voir N. Coulet, « La naissance de la bastide provençale », dans Géographie historique du village et de la maison rurale, Paris, 1979, p. 145-159).

13 Donation en 1185 par les seigneurs de Posquières aux Hospitaliers des cabanes de l’Alberguière (cité par P. Santoni, « Les deux premiers siècles du prieuré de Saint-Gilles de l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem », dans Des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, de Chypre et de Rhodes hier aux chevaliers de Malte aujourd’hui, Paris, 1985, p. 145. Donation à Trinquetaille d’une cabane à Rodanet. en 1201, et d’une faisse à la Cabanna de Belaz, fin xiie s., Cartulaire de Trinquetaille, op. cit., p. 59 et 69. On retrouve des cabanes, ainsi que tout un ensemble de données précises sur les différents types d’habitat dans la commanderie, dans une très intéressante description des biens que la commanderie de Saint-Pierre de Campublic tient à sa main en 1412, publiée par B. Beaucage, Démographie, structures foncières..., p. 224 sq.

14 Le mémoire de maîtrise de Françoise Gasser-Coze, L’architecture des ordres militaires dans le département du Var, Aix, Laboratoire d’Archéologie médiévale, 1970, trop axé sur les églises et les chapelles, manifeste une certaine timidité dans l’utilisation de la documentation des xviie et xviiie siècles.

15 Art. cit., p. 140. Conclusion du même ordre dans une notice inédite sur « La commanderie de Ruou », à paraître dans le Bulletin du Groupe international d’Etudes templières, de M. Melville, aimablement communiqué par l’auteur : « Le patrimoine du Ruou avait été accumulé grâce à des achats avantageux et aussi à la suite de prêts hypothécaires où l’usufruit représentait l’intérêt sur l’argent prêté et les biens mis en gage échouaient souvent au prêteur. » Cf. également les obsrvations de J. Durbec sur la constitution du domaine de Biot, « Les vieux bourgs de Provence... », art. cit., p. 174.

16 P.-A. Sigal, La commanderie de Ruou, art. cit., p. 132. Cet arrêt des générosités laïques se retrouve dans d’autres institutions religieuses, par exemple à la chartreuse de Montrieux, cf. R. Boyer, La chartreuse de Montrieux aux xiie et xiiie siècles, Marseille, 1980, t. I, p. 257 sq.

17 . Maurel, Histoire de la commune de Puimoisson, op. cit., p. 61-82. Le cartulaire de Trinquetaille fournit également une excellente illustration de la stratégie foncière des Hospitaliers. De même, l’étude de la commanderie de Biot par J. Durbec, art. cit.

18 P. Gérard, E. Magnou, Ph. Wolff, Cartulaires des Templiers de Douzens, Paris, 1965, p. xxviii sq.

19 B. Beaucage, Démographie, structures foncières..., op. cit., p. 30-33.

20 Comme en témoigne, notamment, l’autorisation de dérivation de la Durençole accordée par Raymond Bérenger V aux Templiers d’Arles en 1244, voir F. Benoit, Recueil des actes des comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone, Monaco-Paris, 1925, t. Il, p. 463-465. Voir également les travaux de drainage sur le plateau du Cengle, dans le terroir de la bastide de Bayles, M. Chaillan, Le Cengle et ses alentours, Aix, 1899, p. 20.

21 Seul l’ouvrage de F. Reynaud fournit une carte.

22 H. Amouric, La Favouillane, cité ci-dessus, note 4.

23 P.-A. Sigal, « Une seigneurie ecclésiastique », art. cit., p. 129-132.

24 J. Maurel, Histoire de la commune de Puimoisson, op. cit., p. 63-82.

25 Voir E. Engelmann, Zur Städtischen Volksbewegung in Süd-Frankreich : Kommunefreiheit und Gesellschaft : Arles, 1200-1250, Berlin, 1959, p. 128.

26 J. Durbec, « Les Templiers en Provence », art. cit., p. 127.

27 Th. Sclafert, Cultures en Haute-Provence, Paris, 1959, p. 19 sq.

28 Sur les différents types de transhumance dans la Provence médiévale, cf. N. Coulet, « Sources et aspects de l’histoire de la transhumance des ovins en Provence au bas Moyen Age », dans Le Monde alpin et rhodanien, 1978, p. 213-247.

29 P. Coste, Les registres des pasquiers, D.E.S., Aix, 1967 ; « La vie pastorale en Provence au milieu du xive siècle », dans Etudes rurales, 1972, p. 61-75 ; « L’origine de la transhumance en Provence ; enseignements d’une enquête sur les pâturages comtaux en 1345 », dans L’élevage en Méditerranée occidentale, Paris, 1977, p. 113-119.

30 M. Chaillan, Le Cengle et ses alentours, op. cit., p. 15-20. P. Coste, « L’origine de la transhumance... », art. cit., p. 115.

31 B. Beaucage, Visites générales des commanderies de l’Ordre des Hospitaliers dépendantes du grand prieuré de Saint-Gilles (1338), Aix, 1982, p. 414 (Roussillon), 308 (Puimoisson), 588 (Trinquetaille). Cf. également p. 95 (Valence, 180 brebis), 565 (Malemort, 100 brebis). A Manas, p. 58 et 62, mention de berger, de chien et d’achats de sel pour les moutons, mais aucun effectif n’est indiqué si le profit du bétail est noté.

32 G. Duby, Hommes et structures du Moyen Age, Paris-La Haye, 1973, p. 179.

33 B. Beaucage, « Une énigme des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem : le déficit chronique des commanderies du moyen-Rhône, au prieuré de Provence, en 1338 », dans Provence Historique, 1980, p. 161. Les autres exemples allégués sont moins convaincants qu’il s’agisse des trois chiens mâtins de Montélimar qui peuvent bien n’avoir pour fonction que la garde des granges ou le pascayragium que la commanderie de Manosque possède au terroir de Sainte-Tulle pour un bétail qui ne peut être constitué que des bœufs de labour, particulièrement nombreux dans cette maison.

34 A.D. Bouches-du-Rhône, 56 H 124, f° 23, 32, 37.

35 A.D. Bouches-du-Rhône, 56 H 4634.

36 Archivio Segreto Vaticano, collectorie 17, f° 155.

37 Ibid., f° 135 v°.

38 Ibid., f° 119.

39 Ibid., f° 146 v°.

40 Ibid., f° 97 v°.

41 A.D. Bouches-du-Rhône, 56 H 833.

42 L. Stouff, La ville d’Arles à la fin du Moyen Age, thèse Lettres, Aix, 1979 (sous presse, Publications de l’Université de Provence), chap. VII. Voir sur Fos, le graphique établi par Y. Grava, dans Histoire de Fos-de-Mer, Aix, 1977, p. 83.

43 N. Coulet, Aix en Provence. Espace et relations d’une capitale, milieu du xive milieu du xve siècle, thèse Lettres, Aix, 1979 (sous presse, Publications de l’Université de Provence), livre II, chap. II.

44 G. Duby, « Techniques et rendements agricoles dans les Alpes du Sud en 1338 », Annales du Midi, 1958, p. 403-413 ; « La seigneurie et l’économie paysanne. Alpes du Sud, 1338 », Etudes rurales, 1961, p. 5-36, repris dans Hommes et structures du Moyen Age, Paris La Haye, 1973, p. 167-201 ; « Notes sur les corvées dans les Alpes du Sud en 1338 », Etudes d’histoire du droit privé offertes à Pierre Petot, Paris, 1959, p. 141-146.

45 Th. Sclafert, « Usages agraires dans les régions provençales avant le xviiie siècle : les assolements », Revue de géographie alpine, 1941, p. 471-492. Cf. N. Coulet, « Rotations de culture en Basse-Provence au xve siècle », dans Histoire des Techniques et sources documentaires, Aix en Provence, I.R.M., 1985, p. 201-205.

46 G. Duby, Hommes et structures..., p. 179.

47 Ibid., p. 196.

48 L. Stouff, « Peuplement, économie et société », art. cit. (bailliage de Lardiers) ; J. Durbec, « L’exploitation des biens d’un bailliage provençal des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en 1338. Le bailliage de Beaulieu, entre Solliès et Hyères », Provence Historique, 1975, p. 243-254 ; B. Beaucage, « Une énigme des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem », art. cit. (commanderies d’Orange, Beaulieu, Venterol, Poët-Laval, Manas, Montélimar, Valence, Thoronne) ; H. Gay, Y. Grava, J.-M. Paoli, A.-M. Vigoureux, Histoire de Fos-sur-Mer, Aix, 1977, p. 81-86 (commanderie de Fos) ; O. Biondi, Un seigneur provençal au xive siècle : l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dans les diocèses de Riez et de Sisteron à travers les enquêtes de 1338 et 1373, mémoire de maîtrise, Aix, 1982 (commanderies de Manosque, Puimoisson, Saint-Maurice).

49 L. Stouff, La ville d’Arles, op. cit., chap. V ; cf., également, la contribution de Y. Grava à l'Histoire de Fos, citée supra.

50 « A aucun moment les commissaires ne rapportent de plaintes sur d’éventuels malheurs des temps », art. cit., p. 159.

51 Voir ci-dessus, note 31.

52 G. Duby, Hommes et structures..., p. 182-183.

53 Visites générales, éd. Beaucage, p. 590.

54 Ibid., p. 44, 65, 105 (Les Echelles, facherie de terres exposées aux risques de la guerre), 185 (La Roche-des-Arnauds, terre tam bone quant inutiles arrentées avec les cens et tasques), 216 (affar de Vintimille arrenté, quia nimis esse ei sumptuosum predicta ad manus suam tenere propter guerre que sepe eveniunt), 218 (Grasse, terre campestre... quasi inutiles), 256 (Draguignan, valde tenues), 264 (Entrecasteaux, terres gastes), 267 (Salgues, terres fragiles), 510 (Marseille, inutiles et gaste), 535 (Flassans et Gonfaron, fragilitas), 590 (Trinquetaille).

55 Dans la commanderie de Valdrôme, à Barsac, les 100 séterées ad manus rendent 5 grains pour 1, les 240 séterées en facherie 4 pour 1, ibid., p. 138 ; dans la commanderie de Valence, les 140 séterées ad manus de la grange de Corneria sont ensemencées en froment, seigle, trémois, les 660 séterées en facherie sont cultivées en méteil, avoine et légumineuses (p. 77).

56 Ibid., p. 535 et 267.

57 G. Duby, op. cit., p. 183.

58 G. Duby, Note sur tes corvées, op. cit., p. 142.

59 P. Leclercq, Le monachisme féminin dans ta société de son temps : le monastère de La Celle, xie-début xvie siècle, thèse pour le doctorat d’Etat, Université de Paris-IV, 1984, p. 158. L’auteur signale qu’en 1258, les Templiers de Bras pouvaient requérir une dizaine de corvées au moment des gros travaux ; en 1338, il s’agit uniquement de corvées de charroi rachetables (Visites générales, p. 289).

60 P. Leclercq, op. et loc. cit. (les informations contenues dans cette thèse complètent très heureusement ce que les fonds des Ordres militaires apportent sur le bassin de l’Argens). A.D. Bouches-du-Rhône, 302 E 299, f. 99-100.

61 Je rejoins ainsi, sous une autre forme, les interrogations que formule, sur ce point, B. Beaucage, « Les hommes et la terre en Provence à la fin du Moyen Age : l’exploitation du sol et les rapports sociaux », dans Les arts mécaniques au Moyen Age, Paris-Montréal, 1982, p. 68-69, article qui m’est parvenu après la rédaction de ce rapport.

62 Visites générales, op. cit., p. 38 ; Le Poët-Laval, commanderie des chevaliers de Matte, op. cit., p. 27.

63 G. Duby, Techniques et rendements..., art. cit., p. 412.

64 G. Duby, Hommes et structures..., op. cit., p. 193.

65 Primo habet dicta baiulia seu domus, in territoriis castrorum Rossilionis, Agouti, Gorde et Jocascii, de terris que simul continguantur eminatas tria milia et ducentas tam bonas quam fragiles, de quibus hodierna die laborantur seu excolantur, omni ano, eminatas quadragentas et octuaginta (Visites générales, op. cit., p. 411).

66 Ibid., p. 501.

67 Ibid., p. 287.

68 Ibid., p. 513. Cette commanderie de Marseille est particulièrement mal dotée avec les terres médiocres du plateau de Carpiagne et des marais mal asséchés d’Aubagne (p. 510, 512).

69 Sur ce point également, je rejoins les observations de B. Beaucage, art. cit., p. 65.

70 J. Glénisson, « L’enquête pontificale de 1373 sur les possessions des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem », dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1981, p. 83-111. Voir B. Beaucage, « Feudalism in Crisis : the Devastation of the Possessions of the Hospitallers in Provence (1373-1429) », dans Reading Medieval Studies, 1981, p. 89-100. Je n’ai pu consulter la thèse de l’Ecole des Chartes de C.-F. Hollard, « L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans le Sud-Est de la France (1312-1373) », voir Positions des thèses de l’Ecole des Chartes, 1966, p. 66-69.

71 A.S.V., coll. 17, f° 110 (La Cavalerie-de-Limaye), f° 132 (Calissane). Commanderie en 1338, Calissane est désormais une grange dépendant d’Aix ; cf., sur ce point, Beaucage, art. cit., p. 90-91, 136 (La Galinière), A.S.V., instr. misc. 5851, f° 6 v° (Saliers).

72 A.S.V., coll. 419 A, f° 13 v°.

73 A.S.V., coll. 17, f° 117. L’enquête conduite à Aix a été publiée (mais de façon incomplète) par le baron Guillibert, Bull. Hist. et Phil., 1904, p. 270-290. Voir aussi sur ce procès-verbal, N. Coulet, Aix en Provence. Espace et relations d’une capitale, op. cit., livre I, chap. 1.

74 A.S.V., coll. 17, f° 137 v°.

75 Ibid., f° 100 v°.

76 Un phénomène qui s’affirme en Basse-Provence dans le second quart du xive siècle. Voir N. Coulet, op. et loc. cit., et L. Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence à la fin du Moyen Age, Paris-La Haye, 1970, p. 46-48.

77 A.S.V., coll. 17, f° 158, 160. L’âge d’or décrit par le premier témoin, âgé de 80 ans, ne correspond pas aux données de l’enquête de 1338. La réduction de la superficie cultivée est fréquemment en proportion de celle du train de labour. A La Cavalerie-de-Limaye, la chute de 4/5e de la production correspond au passage de 4 araires de 4 bœufs à un seul araire de 2 bœufs. A la bastide de Vinon, où l’on n’entretient plus que 2 araires au lieu de 6, la récolte n’est plus que de 600 setiers au lieu de 1 520 en 1338.

78 A.S.V., instr. misc. 5 851, f° 8 v° sq.

79 Ibid., f° 5 sq.

80 Ibid., f° 3 sq.

81 Ibid., f° 6 v°.

82 Ibid., f° 6.

83 A.S.V., coll. 17, f° 126 et 126 v°.

84 Art. cit., p. 98.

85 A.S.V., coll. 17, f° 158.

86 Ibid., f° 101, 108, 154.

87 Ibid., f° 103 v°.

88 Ibid., f° 157.

89 Bayle, Calissane, Mallemort.

90 Ibid., f° 145, 147.

91 Ibid., f° 145 v°, 146 v°, 143.

92 Ibid., f° 137 v°, 140 v° (Bras), 104, 109 v° (Cavalerie).

93 G. Duby, Hommes et structures, op. cit., p. 181.

94 A.S.V., coll.. 17, f° 205 v°, 211 v°.

95 A Royère, la tasque connaît une diminution un peu moins nette que les quartons, elle rapporte 4 saumées au lieu de 20 en 1338.

96 A.S.V., coll. 17, f° 113, v° 116, 117, 119, 122, 124, 138 v°, 140 v°-141, 165, 167 v°, 170 v°-171. G. Duby a noté les grandes variations de salaires d’une exploitation à l’autre dans l’enquête de 1338, op. cit., p. 188.

97 A.S.V., instr. mise., f° 3 et 4 v°. Rien n’indique dans le texte que Mosson se soit vu effectivement confier la gestion de cette commanderie et de celle de Sainte-Luce comme l’écrit B. Beaucage, Feudalism in Crisis, art. cit., p. 93.

98 A.S.V., coll. 17, f° 92.

99 Il est possible toutefois que les évaluations données par Mosson ne recouvrent pas la totalité des recettes de ces maisons.

100 G. Duby, op. cit., p. 196.

101 Visites générales..., éd. Beaucage, p. 573, A.S.V., coll. 17, f° 128.

102 Ainsi à Bras et Vinon. Mêmes fluctuations après 1373 à Saint-Pierre de Campublic, d’après les informations recueillies par B. Beaucage, Démographie, structures foncières..., op. cit.

103 L. Stouff, La ville d’Arles, op. cit., chap. VI.

104 B. Beaucage, Démographie, structures foncières..., op. cit., ouvrage fondé sur une série de terriers.

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540