Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ordres militaires

 | 
Charles Higounet

Avant-propos

Charles Higounet

Texte intégral

1Les Journées d’histoire de l’abbaye de Flaran confirment de plus en plus leur vocation de grande manifestation internationale annuelle de recherche et d’animation. Cette sixième session a réuni quelque cent-vingt participants et auditeurs qui contenaient à peine dans la salle de conférence du logis abbatial. Les autorités départementales les ont accueillis avec la sympathique cordialité gasconne que chacun apprécie à Flaran. Tous ont le sentiment, à travers ces rencontres, qu’il n’y a pas de vraie culture sans histoire.

2La journée « extérieure » a conduit les congressistes à Nogaro, active petite ville bientôt millénaire, puisqu’elle fut fondée par saint Austinde, archevêque d’Auch, vers 1050 ; puis, malgré le temps peu clément, la visite de la chapelle de la commanderie de l’Hôpital Sainte-Christie fut l’occasion de rendre un pieux hommage à la mémoire de Charles Samaran qui y a trouvé sa dernière demeure. La troisième journée s’est enfin terminée par l’étude sur le terrain de la commanderie du Temple de la Cavalerie, près d’Ayguetinte.

  • 1 Hélas, la communication sur « La gestion des commandeurs du Temple entre la saisie de 1307 et la re (...)

3Je dois avouer que j’ai été beaucoup dans le choix du thème de cette session, car je n’ai pas cessé de penser, depuis mes premiers travaux sur la commanderie de Burgaud (voir Annales du Midi, 1932 et 1934), c’est-à-dire depuis un demi-siècle, au rôle des Ordres militaires dans le peuplement et l’exploitation du sol au Moyen Age, et d’avoir l’œil fixé sur la richesse documentaire du fonds de Malte des Archives départementales de la Haute-Garonne. Mais, n’en déplaise aux nostalgiques des « mystères » des Templiers, en nous excusant aussi auprès de nos amis archéologues de négliger, en la circonstance, la question des églises templières et hospitalières, et en nous en tenant à juste distance de la micro-histoire événementielle des commanderies et de la grande histoire de Malte, notre ligne directrice a été de rechercher ce qui a été, somme toute, le vrai « trésor » des Ordres militaires européens1.

***

4Un premier constat s’est imposé à la comparaison des trois rapports sur la France : l’opposition entre le rôle des Hospitaliers et des Templiers dans les grandes régions, Nord, Provence, Sud-Ouest aquitain et gascon. Certes, on ne saurait parler de « politique économique » des deux ordres ; l’un et l’autre, les Templiers surtout peut-être, ont généralement recherché des prises de revenus, rentes, dîmes, moulins, tonlieux, péages, qui ne les ont guère distingués des autres ordres et des seigneurs laïques. Mais, dans leur participation au peuplement des campagnes et des bourgs et à l’exploitation rurale, tout s’est avéré différent dans les trois secteurs. Au Nord de la Loire, aucune intervention des Templiers dans la fondation d’habitats, semble-t-il, et à peine six maigres hostises hospitalières en Picardie. En Provence, les commanderies urbaines ont plutôt essaimé des domaines dans des régions vides d’hommes, créant ainsi un habitat isolé. Dans le Sud aquitain, c’est l’apport massif à la colonisation et à l’urbanisation des campagnes qui a prévalu : quelque soixante sauvetés et castelnaux de l’Hôpital et du Temple au xiie siècle ; participation à la fondation d’une vingtaine de bastides à la fin du xiiie. C’est ici que Ton peut reprendre la pertinente question posée par R. Fossier à propos des Cisterciens dans le Nord de la France : les Templiers et les Hospitaliers « arrivent-ils bien ? », et de répondre : trop tard, au Nord de la Loire, malgré le nombre impressionnant des commanderies ; oui, dans les pays du Bas-Rhône et surtout en Gascogne. Les Hospitaliers et les Templiers se sont comportés en partie dans le Midi comme sur un front pionnier. Il n’en reste pas moins aussi que, pour des raisons liées à l’économie de marché, les deux ordres ont favorisé deux secteurs de l’activité rurale : l’élevage, principalement des ovins, en Champagne, en Berry, en Provence où ils ont participé à l’essor de la grande transhumance, dans les Pyrénées et sur les plateaux des Causses ; la viticulture en Aunis, en Bordelais et dans le « haut pays » garonnais. Mais, en dépit de quelques monographies bien menées, la structure des exploitations des deux ordres nous échappe encore partiellement : qu’en était-il en particulier des « granges », de leur gestion en faire-valoir direct et des expériences « quelque peu cahotiques » de métayage et de fermage ?

5Le volet italo-anglais paraît devoir se rattacher, malgré les lacunes de la documentation et l’absence de travaux de base, au modèle de la France du Nord. En Italie, les domaines des Hospitaliers étaient limités et morcelés ; leur gestion ne différait guère de celle des autres institutions ecclésiastiques ; on trouve des salariés permanents et saisonniers avant que Ton en vienne à l’affermage. Si, au xive siècle, les Hospitaliers ont expédié du blé et du bétail pour l’approvisionnement de Rhodes, d’une façon générale ils n’ont joué aucun rôle novateur dans les activités rurales et le peuplement du pays. En Essex, de même, l’Hôpital a géré strictement ses terres, a accru ses domaines, mais sans s’engager dans des défrichements ou dans des productions mercantiles.

6Dans la Péninsule ibérique, au contraire, en prolongement du Sud-Ouest français, en pays de frontera, les Ordres, Templiers, Hospitaliers et Ordres « nationaux », ont pu développer des activités de peuplement, se tailler de véritables « provinces », surtout au Sud de la Cordillère centrale, et faire de l’élevage, ovin en majorité, dans les derniers siècles du Moyen Age, la source d’insolentes richesses directes ou indirectes. Aux extrémités géographiques et chronologiques de la Reconquête, deux exemples montrent l’intérêt des Ordres pour le peuplement et l’exploitation du sol. En Aragon, Templiers, Calatrava, Santiago, ont attiré des colons, repeuplé et occupé le sol de la « frontière » méridionale entre 1190 et 1280, tandis qu’aux confins de Murcie et du royaume de Grenade, l’Ordre de Santiago a beaucoup plus procédé, à partir de 1450, par la diffusion de l’agriculture que par l’établissement de paysans. Mais il fallait essentiellement s’interroger sur les relations réciproques entre les Ordres et l’élevage. C’est chose faite : l’élevage pionnier a été « militaire », composite et en faire-valoir direct ; les Templiers semblent avoir été les précurseurs de l’élevage ovin ; jusque vers 1350, tous les Ordres ont contribué au développement de la transhumance. Puis, durant la période 1350-1500, « les Ordres se sont servis de l’élevage plus qu’ils ne l’ont servi », c’est-à-dire que leur fortune s’est mise à la remorque de la politique jusqu’à ce que la royauté y mette la main dessus.

7Sur le front nord-est de l’Europe médiévale, l’Etat monastique de l’Ordre teutonique en Prusse a suscité une énorme littérature. Par contre, ses « arrières » allemands, leur gestion et leurs activités rurales, étaient jusqu’ici trop restées dans l’ombre. Avec U. Arnold, nous voyons désormais apparaître, outre la géographie des commanderies, des domaines d’exploitation directe (Bauhof), d’autres unités affermées, mais aussi des granges-magasins (Kastnereien, Schaffnereien), confiées à des gérants. Les excédents d’exploitation, céréales, porcs, moutons étaient parfois vendus sur les marchés ; mais pendant la crise de la fin du Moyen Age, les commanderies ne paraissent pas avoir toujours délaissé l’agriculture au bénéfice de l'élevage du bétail. A cela près, la maîtrise d’Allemagne ne s’est guère distinguée des seigneuries voisines laissant aux grands-maîtres la politique de colonisation orientale.

8L’organisation de l’Ordre de Malte en France, aux Temps modernes, méritait bien, aussi, la large synthèse proposée par J.-M. Roger essai qui a beaucoup bénéficié des travaux de G. Gagneux. Il en ressort que l’Ordre était alors un des plus gros propriétaires du royaume, que ses biens étaient généralement bien gérés, bien que, dorénavant, le but de cette administration fut de tirer le meilleur profit de ces droits et possessions. Finie, depuis longtemps, l’heure des pionniers : gérontocratie de dignitaires, cumul, absentéisme, népotisme, autant de maux et d’abus qui ont frappé la « Religion ». N’empêche que par souci de rentabilité, les « améliorissements » ruraux ne furent pas négligeables : essais de développement de prairies artificielles, encore défrichements et bonification en Provence, « plantade » de vignes et d’arbres fruitiers, protection des grandes réserves forestières, rôle dans l’essor de la métallurgie champenoise... Ainsi, quoique éloigné de tout esprit physiocratique, l’Ordre de Malte a-t-il jusqu’à la Révolution participé au façonnement du paysage rural de la France.

  • 2 A. Demurger, Vie et mort de l’Ordre du Temple, Paris, Seuil, 1985.

9Pendant que s’élaboraient ces conclusions qui justifient l’espoir contenu dans le thème proposé, un jeune historien du Temple2 se préoccupait, pour la première fois, de l’exploitation du patrimoine et de la vie des commanderies... Voilà de quoi encourager de nouveaux travaux.

Notes

1 Hélas, la communication sur « La gestion des commandeurs du Temple entre la saisie de 1307 et la remise aux Hospitaliers », présentée par R. Cazelles, ne paraîtra pas dans ce recueil, car, quelque temps après le colloque, notre distingué et très regretté collègue et ami était emporté par la maladie.

2 A. Demurger, Vie et mort de l’Ordre du Temple, Paris, Seuil, 1985.

© Presses universitaires du Midi, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540