Version classiqueVersion mobile

L’approvisionnement des villes

 | 
Charles Higounet

Communications

Le blé à Burgos durant une période de crises : 1594-1604

Francis Brumont

Texte intégral

  • 1 Bennassar (B.), Valladolid au siècle d’or, Paris-La Haye, 1967, p. 199-208 ; du même, Recherches s (...)
  • 2 Bennassar, Valladolid..., p. 96 ; Hiltpold (P.), Noble Status and Urban Privilège. Burgos 1576, Th (...)
  • 3 Archivo municipal de Burgos (AMB), Actas Municipales (AM), année 1599. La ville n’a plus que 1 553 (...)
  • 4 AMB, SH, no 2 456 : Manual del libro del alondiga comenzado en este ano de MDXCIII°...
  • 5 AMB, SH, no 2455 : Libro de la londiga deste ano de 1591 asta el de 1611 a°s...
  • 6 Sur ces problèmes : Bennassar, Valladolid..., p. 65-69, et Un siècle d’or espagnol, Paris 1982, p. (...)

1Les dernières années du xvie siècle voient, à l’échelle européenne, se succéder une série de catastrophes : crises de subsistances et épidémies conjuguent leurs effets sur des populations déjà passablement atteintes. La Vieille-Castille n’échappe pas à cette conjoncture1 et au cœur de celle-ci, Burgos, déjà affaiblie par la peste de 1565 et la crise de l’exportation des laines (après 1568), est durement touchée aussi. Cette ville, d’environ 13 000 habitants en 15912, sera frappée par la peste en 1599, y perdra bon nombre de ses habitants (la moitié ?) et ne s’en relèvera plus3. Les archives municipales conservent les comptes du grenier municipal (alhóndiga) pour ces années difficiles (1594-1604)4 ainsi que le livre des décisions prises par la municipalité sur ce sujet5. A partir de ces documents, nous étudierons la politique frumentaire6 de la cité au long de ces années avant de passer à l’examen de l’attitude des autorités durant la terrible année 1598-99.

  • 7 Voir le graphique : nous laissons de côté les achats et ventes d’orge, négligeables.

2Cette politique ne présente que peu d’originalité : les achats sont faits dès le mois d’août et, en novembre, le gros de la provision est constitué7. Les quantités achetées varient évidemment selon les provisions existant dans l’alhóndiga ; après une mauvaise année, on s’empresse de refaire le stock : 17 410 fanègues (près de 10 000 hl) sont achetées en 1594-95, la récolte 1593 ayant été très faible et l’année de disette, 18 484 en 1598-99 après la difficile soudure du printemps 1598 et la mauvaise récolte de cette année ; en 1599-1600, 20 000 fanègues sont nécessaires, le grenier étant presque vide en octobre quand la peste s’achève (il reste environ 2 000 fanègues à ce moment-là). Notons qu’il faudra d’ailleurs attendre le printemps 1600 pour concrétiser les achats, la peste ayant désorganisé les circuits commerciaux. Par contre, les trois années suivantes, les achats sont insignifiants, comme ils l’avaient été après l’août 1597, très abondant.

3Les ventes ont lieu au printemps et au début de l’été, soit directement au marché, pour faire baisser les cours, soit aux boulangères de la ville, le prix de vente du pain étant alors fixé par la municipalité. Ce n’est que lors des années très difficiles que l’on vend du blé durant six ou neuf mois : de janvier à juin 1596, de novembre 1598 à octobre 1599. Pour les semailles, les autorités préfèrent prêter le grain ; d’ailleurs, 1 050 fanègues (600 hl environ), dites de la buena dueña (sans doute quelque pieuse fondation), sont réservées à cet effet.

4Pour effectuer les achats, la ville payait des commissaires qui se chargeaient de fournir certaines quantités : Pedro Ruiz de Cascajares remet 2 000 fanègues le 5 novembre 1594 ; on le paie 10 réaux par jour de travail. En juin 1596, on fait les comptes avec lui pour 4 261 fanègues qu’il a mis 63 jours à acheter ; son salaire représente un peu plus de 1 % du prix du blé (630 réaux pour 59 660). Rodrigo de Porres reçoit, quant à lui, un demi-réal par charge de blé achetée en novembre 1596, soit un peu moins de 1 % (la charge vaut 56 réaux).

  • 8 British Library, ms Egerton 356, fo 135 (1598). Ce système d’achat avec paiement anticipé est très (...)

5Quand la récolte s’annonce déficitaire, les administrateurs de l’alhόndiga ont recours à un autre système qui nous est décrit ainsi : « la ville de Burgos a l’habitude durant les mois de mai et de juin pour la provision de son alhόndiga et comme remède aux nécessités des laboureurs de retenir (señalar) du blé en donnant pour chaque fanègue un ducat à condition de payer au temps de la livraison la différence avec le prix en vigueur dans cette ville pour Notre-Dame de Septembre ou quinze jours avant ou après »8. La ville se réserve ainsi 1 200 fanègues entre le 10 juin et le 30 juillet 1595, 1 751 entre le 6 avril et le 5 août 1596, 969 entre le 25 mai et le 11 juillet 1598, 1 298 entre le 25 juin et le 13 août 1599, malgré la peste qui est à son maximum durant ces deux mois. On voit que ces quantités sont faibles par rapport au total des achats, mais les bénéficiaires sont très nombreux. Enfin, ultime recours : la llana, le marché de Burgos. La ville ne s’y fournit qu’en cas d’extrême nécessité afin de ne pas trop peser sur les prix. Pour la période que nous étudions, ce recours est utilisé seulement en 1598 où entre le 20 août et le 17 novembre elle y achète 6 627 fanègues (3 645 hl), quantité considérable.

Achats et ventes de blé de l’alhóndiga de Burgos (1594-1602).

6Il est possible, à partir de notre documentation, de dégager une typologie des vendeurs de blé, bien que nous ne puissions les saisir tous puisque la ville utilise assez largement le système des commissaires qui ne nous livrent pas le détail de leurs achats. Il semble également qu’elle ait parfois recours à des marchands professionnels comme en 1594-95. Néanmoins, nous pouvons distinguer deux groupes d’importance inégale :

  • D’une part, de tout petits vendeurs qui sont les paysans des environs à qui la ville achète le grain avec paiement anticipé d’une partie du prix. Les quantités qu’ils livrent sont très faibles, à la mesure de leurs maigres excédents : sur un total de 500 vendeurs, toutes catégories confondues, plus des deux tiers (68 %) donnent moins de 10 fanègues (5,5 hl), 30 % moins de 4 fanègues (2,1 hl). Cependant, il ne faudrait pas imaginer ces petits vendeurs comme des paysans pauvres ; nous nous apercevons9 que, la plupart du temps, ce sont des laboureurs et souvent parmi les plus riches d’un village ; les curés apparaissent aussi couramment (plus de 25 cas), seuls ou associés avec un ou deux de leurs paroissiens. Certains de ces vendeurs ont recours à ce système plusieurs années ou plusieurs fois la même année : Cristobal de Valladolid, vecino de Celadilla-Sotobrín, apparaît deux fois en 1596 comme en 1599. Les conseils municipaux sont également contraints d’user de ce moyen ; ils aliènent le produits de leurs propios. Pour nous en tenir aux seules années 1595 et 1596, voici Valdorros (20 f.), Olmillos de Muño (52 f.), Olmos de Atapuerca (50 f.), Villazopeque (104 f.), Modubar de la Cuesta (52 f.), Ibeas de Juarros (16 f.), Hontomin (112 f.), Cabia (48 f.), Revillarruz (20 f.), Peñahorada (40 f.), Villanueva de las Carretas (20 f.), etc. C’est dire que les facilités du système intéressent ces consejos aux trésoreries toujours précaires.
  • De l’autre, de gros ou moyens vendeurs qui sont tous des rentiers du sol : grands seigneurs tels le comte de Salinas, le marquis d’Aguilar ou le jeune comte de Castro qui dispose chaque année de plus de 1 500 fanègues de blé que son tuteur le regidor J. Martinez de Lerma vend à la ville, chanoines de la cathédrale comme F° Ruiz de Villalba, l’abbé de Gamonal, don Lorencio Garcia de Santa Cruz ou Juan Alonso de San Martin, monastères comme Las Huelgas, San Pedro de Cardeña ou San Juan, évidemment membres de l’ayuntamiento comme les regidores don Diego Martinez de Lerma, don Diego Riaño, P° de la Torre, Andrés de Canas, 1’alcalde mayor Hernán Ruiz de Castro, etc. Leurs noms reviennent assez souvent pour des quantités rarement inférieures à 100 fanègues, souvent supérieures à 500, voire à 1 000. Quelques exemples : le comte de Salinas (par son majordome) vend 1 000 fanègues de blé et 1 400 d’orge en octobre 1598 ; le chanoine San Martin, 600 fanègues en août 1594 et 170 en septembre 1598 ; don Lope Gómez de Castro, 1 500 fanègues de blé en 1596 et 1598. Le recours à ces vendeurs permanents et institutionnels est plus important en année de crise ou quand l’alhόndiga a grand besoin de marchandise : c’est le cas en 1594-95 et surtout en 1598-99. Devoir de solidarité et de sécurité sociale, en somme.

7La zone d’approvisionnement de Burgos est assez facile à tracer : nous connaissons l’origine du blé des paysans, dont le domicile est toujours indiqué, parfois celles des rentes des gros vendeurs ; de plus, les commissaires ont quelquefois une zone d’achats délimitée. Néanmoins, il n’a été possible de chiffrer les quantités provenant des divers villages que pour les achats aux paysans ; bien que cela ne représente environ que 8 % du blé acheté pendant les années 1595-1600, la carte tracée à partir de ces données reflète assez bien la réalité de l’approvisionnement de la cité.

8Un mot d’abord, sur les caractéristiques des achats aux paysans : pendant les années 1594-97, la ville ne s’adresse presque exclusivement qu’à des laboureurs de sa zone juridictionnelle, pour des raisons faciles à comprendre ; surtout le Candemuño et le partido de Burgos. En 1598-99, cette zone, sous l’emprise de la très forte nécessité, s’élargit vers l’ouest, en direction des páramos de Villadiego et Castrojeriz : la ville achète là où elle trouve vendeur. En 1599-1600, les achats s’effectuent en juin-juillet, en pleine peste, l’alhόndiga a recours à des habitants de Burgos (à qui l’on ne « réserve » jamais la production en temps normal) et des villages proches.

9En fait, pour autant que nous puissions en juger, puisque les renseignements manquent par la majorité des achats, trois zones sont vouées à la nourriture de la ville : le Candemuño, au sud-ouest, avec des villages gros producteurs comme le sont Presencio, Mahamud, Villahoz, Santa María del Campo ; les páramos de Villadiego et surtout Castrojeriz, à l’ouest de la ville, autour de Sasamόn et de Los Balbases où réside d’ailleurs un marchand, Augustin Bol, qui achète souvent pour l’alhóndiga, avec ou sans commission : et, enfin, mais il semble que ce soit le secteur le moins important, contrairement à ce que pourraient laisser croire les achats aux paysans, les villages situés au nord de Burgos, de part et d’autre de la route de Santander, où se trouve une petite région très fertile autour de Santibáñez et de la vallée de l’Ubierna.

  • 10 AMB, AM. 1598, fo 109, 118 v°.

10Le gros de l’approvisionnement vient donc d'une zone d’environ 30 à 35 kilomètres de rayon autour de la cité. Le seul véritable achat en dehors de ce cercle se produit en mai-juin 1598 quand la ville, devant l’importance des achats pour le Léon, la Galice et la Montaña10 se décide à acheter 4 000 fanègues dans les terres de Soria et Almazán. Finalement, la quantité achetée sera de 3 223 fanègues qui arriveront à Burgos le 25 juin.

  • 11 Renouvelé par une provision royale pour 4 ans en mars 1596 (AMB, AM, 1596, fo 85-86 vo).

11Reste la question des prix : prix d’achat et prix de revente, prix du pain, incidence du coût du transport. La ville a le privilège de la liberté des prix pour le grain vendu sur ses marchés11, la taxe royale n’y est donc pas en vigueur. Le tableau suivant récapitule en années-récolte les achats et les ventes de l’alhóndiga ainsi que leurs prix respectifs.

Achats et ventes de l’alhóndiga de Burgos (1594-1603)

Quantité achetée (fanègues)

Prix (rx/f.)

Quantité vendue (fanègues)

Prix (rx/f.)

1594-1595

17 410

13,7

8 045

15,7

1595-1596

12 016,5

14

10 052

15,6

1596-1597

11 325

14,1

2 595

15

1597-1598

3 323

14

12 772,5

19,8

1598-1599

18 484,5

23,2

19 666

27,2

1599-1600

19 579,5

15,5

3 006

18,1

1600-1601

462

13

9 173

14,1

1601-1602

766,5

12

1602-1603

1 002

12

1 905

13,4

  • 12 Bennassar, Valladolid..., p. 66.
  • 13 AMB, AM, 1598, fo 214 vo, 230 vo, 247, 266 vo, 272, etc.

12Ainsi, le prix de vente est-il généralement supérieur au prix d’achat et les finances de l’alhóndiga sont-elles saines. Contrairement à celle de Valladolid12, elle ne vend pas à perte. La différence est moins importante qu’il n’y paraît, car il faut souvent ajouter au prix d’achat le prix du transport ; mais cette correction ne doit pas être systématique, car ce coût est parfois inclus dans le prix d’achat, le vendeur devant alors faire livrer le grain à Burgos. D’ailleurs, l’influence de ce coût est assez faible : il varie d’1/8 de réal à un réal par fanègue selon la distance, soit au maximum 7 % du prix d’achat en année moyenne ; ajoutons quelques menus frais et le prix de revient de la fanègue, durant les années 1594-98, par exemple, ne dépassera pas 15 réaux. C’est à ce prix que sont évaluées les 9 605 fanègues qui restent dans l’alhóndiga le 27 septembre 1595 ainsi que les 16 005 qui s’y trouvent le 7 mars 1596. Un calcul effectué par les administrateurs du grenier municipal sur 7 218,5 fanègues achetées durant l’automne 1595, dans la zone occidentale du Candemuño, évalue le coût du transport à 251 243 mars, soit 7 % du prix d’achat. Il n’y a que pour le blé de Soria que le transport a une incidence notable : pour les 3 223 fanègues achetées 14 réaux, on a payé 20 361 réaux aux charretiers, soit 6,3 réaux par fanègue, ce qui représente 45 % du prix d’achat et porte le prix de la fanègue à 20,3 réaux. Ce blé sera vendu de 22 à 24 réaux du 6 juillet au 25 août 1598. Bonne opération donc pour l’alhóndiga. Et, de fait, les finances apparaissent saines et l’autofinancement est la règle ; ce n’est qu’en octobre 1598 que la ville devra demander une licence au roi pour emprunter 20 000 ducats (elle n’en prendra d’ailleurs que 19 000) pour assurer les achats de blé13.

13Le prix du pain (du quartal de 2,5 livres et de la hogaza de 5 livres) est également libre, mais dès qu’il a tendance à trop monter, la ville vend aux boulangères blé et farine en leur imposant un prix de vente pour le pain et une certaine quantité de pain à tirer de chaque charge (4 fanègues) de grain ; cette quantité est normalement de 120 quartales par charge, soit 30 par fanègue ou 62,7 kg de pain par hectolitre de blé. Cette mesure va évidemment jouer un rôle important pendant la crise des années 1598-99.

  • 14 « Par la miséricorde de Dieu, il y eu et il y a... grande quantité de blé » (AMB, AM 1597, fo 225, (...)
  • 15 AMB, AM, 1597, fo 149 (5 mai 1597). Liste des 752 personnes à qui ce blé a été réparti : AMB, SH, (...)
  • 16 AMB, AM, 1598, fo 44 vo (12 février 1598).
  • 17 AMB, AM, 1598, fo 77.
  • 18 AMB, AM, 1598, fo 77, 109, 118-119 vo, 126, 145 vo.

14La récolte 1597 s’annonçait bonne, et elle le sera effectivement14 ; aussi, dès le mois de mars 1597, l’alhόndiga se préoccupe de se libérer du blé que contient le grenier, car les charançons menacent. La municipalité décide alors de répartir ce blé par force entre toutes les personnes solvables (abonadas) de la ville en commençant par les regidores15, le client forcé pouvant à son gré le payer ou le rendre en nature à la récolte. En outre, pour les semailles, en octobre, 5 000 fanègues sont prêtées aux laboureurs et 800 de plus en novembre. En février 1598, la ville refuse 1 000 fanègues que le comte de Salinas propose16. Mais le premier avril, elle constate que tout ne va pas si bien qu’on le pensait jusqu’alors : Le blé a augmenté au marché et le pain à la boulangerie puisque, quinze jours auparavant, il valait 14 à 15 réaux la fanègue et aujourd’hui 17, 18 et 20 et le quartal de pain 18, 20 et 22 [maravédis]... et l’on s’attend à ce qu’il monte chaque jour à cause des achats en grande quantité de la terre de Valladolid, du comté de Pernia et d’ailleurs17. Ces prévisions se vérifient puisque la fanègue passe à 20-22 réaux le 2 mai, 28-30 le 16, 34-36 réaux fin mai18. Hausse extrêmement brutale donc, puisque en deux mois et demi, le prix du blé a été multiplié par 2,5. Le prix du pain suit : le quartal atteint 32 mrs fin mai.

15D’où une série de mesures prises par 1’ayuntamiento :

  • livraison aux boulangères de 1 800 fanègues par mois (la première le 8 avril) pour vendre le pain d’abord à 17 mrs le quartal, puis à 18 en mai et à 24 début juin.
  • arrêt de la vente de blé aux forains et embargo sur celui qu’ils ont acheté : que cela se fasse avec dextérité afin que l’on ne sache pas que c’est la ville qui le prend19.
  • décision d’acheter jusqu’à 4 000 fanègues à Soria et Almazán.
  • 20 AMB, AM, 1598, fo 167.
  • 21 AMB, AM, 1598, fo 292 (14 octobre 1598). C’est ce que déclare l’administrateur aux regidores. En f (...)

16Ces mesures semblent produire leur effet car à l’arrivée du blé de Soria (25 juin), l’interdiction de vendre aux forains est rapportée20. Cependant, le plus difficile reste encore à venir. Dès le 17 juillet, le conseil du roi s’inquiète de l’état de la récolte et demande au corregidor de lui envoyer une estimation. Comme il ne reste plus que 8 000 fanègues environ, que les achats des forains continuent et que le blé vaut déjà 23-26 réaux, bien qu’on soit au mois d’août, il faut se résoudre à acheter à tout prix : 23 000 fanègues sont ainsi achetées21. Ces achats ne sont pas sans exercer une pression sur les prix, d’autant plus qu’une bonne partie est effectuée au marché : de 22 réaux au 25 septembre, la fanègue passera à 30 un mois plus tard et à 32 dans la première quinzaine de novembre. Devant cet état de choses, comment réagit la municipalité ?

17Elle se préoccupe en premier lieu de la récolte future, prêtant 2 000 fanègues début novembre, puis elle pense à nourrir les pauvres : pour Noël, elle vend 400 charges aux boulangères (pour du pain à 28 mrs/quartal) et en outre vend 200 fanègues à 30 réaux le 24 décembre ; 325 charges seront livrées encore aux boulangères le 8 février et autant en mars ; le quartal valant alors 30 mrs.

  • 22 Mais ceci est un autre problème que je traite dans un article à paraître : « Le pain et la peste : (...)

18Mais la peste est alors déjà là (elle commence à être sérieuse en février) et aux ventes qui continuent (le prix du pain étant maintenu à 30 mrs le quartal jusqu’en juin) s’ajoutent les distributions gratuites de pain, en premier lieu (avril, début mai) pour les pauvres qui se soignent dans les hôpitaux, et les convalescents ; les quantités sont assez faibles (moins de 100 fanègues). Puis elles s’effectuent en plus grandes quantités (1 000 f. les 18 mai, 19 juin, 24 juillet et 30 juillet) pour préserver et soigner les pauvres, en y ajoutant quelques distributions moins importantes (à l’hôpital ou par l’intermédiaire de moines) totalisant 1 522 f., c’est donc 5 522 f. qui ont été données par la ville de début mai à début septembre, soit 179 465 quartales (car pour les pauvres les boulangères tirent 130 pains de la charge de blé), ou en tablant sur une consommation journalière d’un demi-quartal (575 g), 358 930 rations, ce qui a permis de nourrir aux frais de la ville 2 992 personnes chaque jour de ces quatre mois. Comme pendant la même période, la ville a vendu 14 772 fanègues à ces mêmes boulangères, soit la possibilité de faire 443 160 quartales ou 886 320 rations et donc de nourrir 7 386 personnes, on voit que pendant ces quatre mois où la peste a connu son apogée, c’est plus de 10 000 personnes qui, d’une manière ou d’une autre, ont dû leur pain quotidien à 1’alhόndiga. Toutes ne sont pas des habitants de la ville, loin s’en faut, car celle-ci ravitaille les villages alentour où d’ailleurs une partie de ses habitants s’est réfugiée. Même si ces calculs peuvent pécher par optimisme, on peut conclure que les habitants de Burgos n’ont pas souffert de faim pendant la peste, ce qui d’ailleurs ne les a pas empêchés de mourir massivement22.

Notes

1 Bennassar (B.), Valladolid au siècle d’or, Paris-La Haye, 1967, p. 199-208 ; du même, Recherches sur les grandes épidémies dans le nord de l’Espagne à la fin du xvie siècle, Paris, 1969 ; Vincent (B.), La peste atlántica de 1596-1602, Asclepio, vol. XXVIII (1976), p. 5-25.

2 Bennassar, Valladolid..., p. 96 ; Hiltpold (P.), Noble Status and Urban Privilège. Burgos 1576, The Seventeenth Century Journal, XII, no 4 (1981), p. 27, donne une série de chiffres de population de la ville : 2 665 feux en 1591, 2 347 en 1595.

3 Archivo municipal de Burgos (AMB), Actas Municipales (AM), année 1599. La ville n’a plus que 1 553 feux en 1610 d’après un recensement local : AMB, Secciόn Histόrica (SH), no 1255.

4 AMB, SH, no 2 456 : Manual del libro del alondiga comenzado en este ano de MDXCIII°...

5 AMB, SH, no 2455 : Libro de la londiga deste ano de 1591 asta el de 1611 a°s...

6 Sur ces problèmes : Bennassar, Valladolid..., p. 65-69, et Un siècle d’or espagnol, Paris 1982, p. 134-135.

7 Voir le graphique : nous laissons de côté les achats et ventes d’orge, négligeables.

8 British Library, ms Egerton 356, fo 135 (1598). Ce système d’achat avec paiement anticipé est très courant pour le blé, le vin, la laine...

9 Par exemple, en retrouvant ces vendeurs sur les rôles de contribuables contenus aux Archives de Simancas, section Expedientes de Hacienda, liasses 71 (Candemuño), 76, 77, 78 (merindad de Castrojeriz).

10 AMB, AM. 1598, fo 109, 118 v°.

11 Renouvelé par une provision royale pour 4 ans en mars 1596 (AMB, AM, 1596, fo 85-86 vo).

12 Bennassar, Valladolid..., p. 66.

13 AMB, AM, 1598, fo 214 vo, 230 vo, 247, 266 vo, 272, etc.

14 « Par la miséricorde de Dieu, il y eu et il y a... grande quantité de blé » (AMB, AM 1597, fo 225, 10 juillet 1597).

15 AMB, AM, 1597, fo 149 (5 mai 1597). Liste des 752 personnes à qui ce blé a été réparti : AMB, SH, no 2455.

16 AMB, AM, 1598, fo 44 vo (12 février 1598).

17 AMB, AM, 1598, fo 77.

18 AMB, AM, 1598, fo 77, 109, 118-119 vo, 126, 145 vo.

19 AMB, AM, 1598, fo 119 vo (19 mai 1598).

20 AMB, AM, 1598, fo 167.

21 AMB, AM, 1598, fo 292 (14 octobre 1598). C’est ce que déclare l’administrateur aux regidores. En fait, certains de ces achats n’ont sans doute pas pu être menés à leur terme, car seulement 18 484 fanègues apparaissent dans le livre de l’athόndiga.

22 Mais ceci est un autre problème que je traite dans un article à paraître : « Le pain et la peste : épidémie et subsistances en Vieille-Castille (1596-1600) », dans Annales de démographie historique, 1985.

© Presses universitaires du Midi, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search