Version classiqueVersion mobile

L’approvisionnement des villes

 | 
Charles Higounet

Communications

Aires d’approvisionnement, stratégies et marchés en Galice (1500-1640)

Juan Eloy Gelabert

Texte intégral

  • 1 Earl J. Hamilton, El tesoro americano y la revolución de los precios en España (1501-1650), Esplug (...)
  • 2 Suma de tratos y contratos, edición y estudio preliminar a cargo de Nicolá Sanchez-Albornoz, 2 vol (...)

1La Galice, comme toute la frange cantabrique de la Péninsule ibérique, fut, durant une bonne partie des xvie et xviie siècles, une zone particulièrement déficitaire en grain. Les années de pénurie, sa subsistance dépendait surtout de l’approvisionnement par voie maritime — du blé de mer —, car elle est séparée des plaines céréalières de Castille par des montagnes d’altitude respectable. La monarchie, consciente de cette réalité, exempta la Galice, comme le reste de la bordure cantabrique, de la taxation générale des grains du Royaume, à l’inauguration de cette pratique, en 15041 Cette mesure avait pour but, comme le précise la pragmatique et comme le notera plus tard Thomas de Mercado2 de, stimuler le ravitaillement depuis l’étranger en faisant disparaître le contrôle des bénéfices que toute taxation porte en soi.

  • 3 Une situation très semblable : J. Meuvret, « Les prix des grains à Paris au xve siècle et les orig (...)

2Le fait que la taxe générale n’ait pas cours en Galice n’était pas incompatible avec la publication, de la part de l’organisme qui représentait le pouvoir central — c’est-à-dire la Real Audiencia — d’une taxation locale ; elle répondait ainsi à la demande d’un « bon gouvernement », de la part du peuple, envers les représentants de la Couronne. En outre, les municipalités pouvaient fixer un prix pour le pain, ce que l’on doit bien distinguer de la taxation du grain3. En agissant ainsi, les responsables municipaux manifestaient, en premier lieu, leur prétention à être de « bons républicains » ; en outre, en cas de problèmes, ils laissaient retomber sur les boulangers une bonne partie de la responsabilité, en faisant la cible d’éventuelles émotions populaires, réservant en quelque sorte à d’autres le rôle de boucs émissaires. Enfin, et bien que la taxation municipale puisse varier, ils bénéficiaient des conditions les meilleures pour pouvoir profiter des mouvements de prix (puisqu’aussi bien la liste des alcaldes et regidores comprend la fine fleur des rentiers et spéculateurs sur les grains) en même temps qu’ils réussissaient à détourner les pertes éventuelles sur les boulangers.

  • 4 Laura Fernandez Vega, La Real Audiencia de Galicia : órgano de gobierno en el Antiguo Régimen (148 (...)

3Cependant, la publication d’une taxe générale par la Real Audiencia était, puisqu’il s’agissait d’une mesure politique, en ce qui concerne le ravitaillement urbain, une arme à double tranchant : il arrivait, en effet, qu’à la pénurie normale, celle-là même qui provoquait la décision de taxer, s’ajoutait la pénurie artificiellement causée par les spéculateurs qui voyaient diminuer leurs bénéfices sur le marché. Institutionnellement, cette lutte se cantonnait entre la Real Audiencia, représentant la politique du « bon gouvernement », et les municipalités — seules ou unies dans les « Juntes du Royaume » — mais en tout cas porte-parole des oligarchies rentières compromises dans le trafic des grains. La promulgation de la taxe est donc un indicateur politique, mais, nous le verrons, finalement, les villes l’emportèrent presque toujours. C’est ainsi que, sur 113 années (de 1519 à 1632), comprenant 31 épisodes de crise, la taxation générale ne fut décrétée qu’en 9 occasions, si les informations ne nous font pas défaut4. De 1519 à 1600, sur 23 années de pénurie ou de famine, la Real Audiencia ne put imposer son point de vue qu’en 1563, 1574 et 1575 ; pour le reste de la période, avec huit années critiques, sa volonté politique prévalut en six occasions, un véritable record qui méritera un commentaire ultérieur.

  • 5 Respectivement Francisco Chacón Jiménez, Murcia en la centuria del Quinientos, Murcia, 1979, p. 11 (...)
  • 6 Voir la demande d’exemption de l’alcabala pour les grains venant de l’extérieur en 1576 du gouvern (...)
  • 7 Archivo Histórico y Universitario de Santiago (dorénavant AHUS), Protocolos Notariales, leg. 295.

4On doit ajouter à ce panorama des mécanismes institutionnels, le fait que les villes galiciennes, et Santiago en particulier, n’avaient pas de pósitos ou d’alhóndigas, qui auraient pu agir sur le marché aux époques de pénurie, comme à Murcie, Valladolid ou Burgos5. Si, à cela, on ajoute que les grains introduits dans la ville étaient libres d’alcabala, contrairement à celui qui venait de la mer6, on devra en conclure que l’appareil institutionnel relatif au ravitaillement et au marché urbain des grains était pratiquement inexistant, un espace fiscal absolument vierge se dessinant, où les forces de l’offre et de la demande agissaient dans une concurrence pratiquement pure, seulement violée éventuellement par l’arrivée de grain de l’extérieur, ce dont était surtout responsable la Real Audiencia. Des municipalités comme celle de Santiago étaient particulièrement jalouses du maintien de ces institutions, dont dépendait le contrôle du marché et du ravitaillement, autant dire une substantielle source de revenus pour les groupes privilégiés. Ainsi, quand, comme en 1556, année de difficultés frumentaires, la Real Audiencia essaie d’intervenir dans le ravitaillement de la ville, la municipalité fait appel et obtient de la Chancellerie de Valladolid la confirmation de la vieille législation qui réserve cette matière à la ville7.

  • 8 AGS, Guerra Antigua, leg. 1 323-120.
  • 9 Valentin Vàzquez de Prada, lettres marchandes d’Anvers. 4 vol.. Paris, s.d., surtout le vol. IV, p (...)

5En réalité, le problème des subsistances acquiert toute sa dimension historique, à partir de 1556, précisément, et jusqu’aux années 1630. Lors de ces crises, les « blés de mer » provenaient surtout de France (Bretagne et Normandie) et d'Andalousie (Séville et Malaga). Les importations de grain français commencent, selon nos sources, vers 1535 et semblent avoir été assez fréquentes à partir des années 1550 pour donner lieu en 1554 aux « Accords entre la France, la Galice et le Guipúzcoa pour qu’ils puissent tirer de France et apporter à ces royaumes blé, orge, lin et chanvre »8. Cette prépondérance du grain français ira de pair avec le recul progressif du ravitaillement depuis l’Andalousie, et se verra seulement éclipsée temporairement dans les années 1580 quand du blé anglais ou transporté sur des navires anglais remplace celui des aires traditionnelles d’approvisionnement9.

  • 10 Quelques épisodes dans les années 1550, AGS, Guerra Antigua, legs. 65-192, 65-197, 69-74, 1 323-22 (...)

6A propos des importations, étant donné le volume des ressources que l’on devait mobiliser en ces occasions, c’était la Real Audiencia qui avait l’initiative du financement comme celle de l’autorisation et de la distribution des achats. Autorisation parce que les alternatives diplomatiques de l’époque conditionnaient dans une grande mesure les possibilités de ravitaillement par mer ; on peut affirmer sans exagération que les navires bladiers « sentaient » la pénurie et s’approchaient des côtes, bien que cela ait entraîné en quelque occasion l’attaque de la part des riverains qui satisfaisaient ainsi de forme expéditive leur faim de céréales10.

  • 11 Fernandez Vega, La Real Audiencia..., loc. cit., p. 12.
  • 12 AHUS, Protocolos Notariales, leg. 706.

7Face à ces importations, ruptures du contrôle sur l’offre qu’à tout prix voulait maintenir l’oligarchie rentière et spéculatrice, les municipalités faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour les empêcher, à savoir, dédramatiser la situation ou déconseiller formellement les importations ; cela se passe ainsi en 1572, à la veille des terribles années 1574-157511, ou en 1585, alors que l’unique voix qui s’élève pour réclamer de Philippe 11 l’autorisation des importations est celle du couvent de San Francisco, ordre mendiant, non rentier12.

  • 13 Archivo Municipal de Santiago (dorénavant AMS), Consistorios, 12 septembre 1598.

8Echappe seulement à ce schéma général, à ce modèle d’affrontement, la conjoncture des années finales du XVIe siècle où, vu la gravité insolite de ce qui se prépare, ce sont les municipalités elles-mêmes, dont Santiago en 1596, qui doivent demander à la Real Audiencia de solliciter des licences d’importation et on en arrivera à cette situation paradoxale qui voit les meilleurs représentants de l’oligarchie rentière obligés de financer eux-mêmes partie du grain importé13.

  • 14 Ut supra, note 7.
  • 15 Fernández Vega, La Real Audiencia..., II, p. 12.
  • 16 AMS, Consistorios, 14 de abril de 1598.
  • 17 « Avant que la taxe ne soit publiée, il y avait du pain en abondance sur les marchés ainsi que du (...)

9Comme nous l’avons noté plus haut, la seconde opération grâce à laquelle les rentiers prétendaient au maintien des bénéfices spéculatifs, concernait ce que l’on pourrait appeler, sans exagérer, la « guerre de la taxation ». Les problèmes de cet ordre commencent avec les premières années de déséquilibre généralisé : en 1556, pendant la cherté, la municipalité de Santiago demande à ses procureurs près la Chancellerie de Valladolid de recourir contre la promulgation de la taxe par la Real Audiencia, et tout semble indiquer qu’ils réussirent14. La Real Audiencia revient à la charge en 1563, édicte la taxe, mais les municipalités obtiennent sa suppression en mai, confirmée en octobre15. La gravité de la crise de 1574-1575 permet la victoire de la Real Audiencia et le maintien de la taxe. Pas de taxe pourtant pendant les disettes de 1583-1586, mais l’importance de la crise de la fin du siècle vit sa promulgation, et elle semble avoir été si nécessaire que les municipalités imitèrent l’attitude de l’Audiencia16. Au début du xviie siècle, la taxe est en vigueur en 1618, 1622, 1628, 1629 et 1630, ce qui ne signifie pas que les municipalités aient abandonné la partie, puisque l’on sait que celle de Santiago s’y opposa vigoureusement en 1629, 1630 et 1631, en utilisant un vieil argument : la taxe fait fuir le grain du marché17.

  • 18 Ainsi en 1562, par exemple (AHUS, Protocolos Notariales, leg. 401, autorisation à un marchand de s (...)
  • 19 Pour une bonne partie de ce qui suit, voir José Manuel Pérez Garcia, Aproximación al estudio de la (...)
  • 20 AMS, Juntas del Reino, libro I de actas.
  • 21 Sur le changement de conjoncture durant ces années, Juan Eloy Gelabert González, Santiago y la Tie (...)
  • 22 José Filgueira Valverde, Una inédita descripción de Galicia, Cuadernos de Estudios Gallegos, VI, 1 (...)
  • 23 Un tableau de géographie des exportations en 1647, Fernández Vega, La Real Audiencia..., III, p. 1 (...)

10En résumé, le contrôle de l’offre, son maintien à un niveau susceptible de manœuvres spéculatives, sont responsables aussi bien des entraves aux entrées de grains que des autorisations de sortie au seuil de situations qui se révèlent par la suite dramatiques18. Mais l’illustration la plus claire de ce que l’on vient de dire, de cet intérêt municipal, rentier et oligarchique pour la maîtrise du marché frumentaire est un événement qui se produit dans les années 1630, événement tout à fait inattendu pour le fonctionnement du système : l’introduction et la culture du maïs19. Dès cette décennie, la nouvelle plante représente déjà un tiers de la consommation céréalière pour les villages côtiers et un dix-huitième pour ceux qui sont situés sur la frange intérieure contiguë, où se trouve Santiago. Le maïs, sa progression rapide, représente une menace sur le contrôle de l’offre de céréales de la part des rentiers et spéculateurs. L’attention que portent à ce sujet les Juntes du Royaume, en 1637, n’a pas d’autre signification : « Les années passées ont été très fertiles en blé, seigle, millet et maïs ; la semence de maïs produit si abondamment que les maisons en sont pleines »20. Au sujet de ce qui nous occupe, le ravitaillement du marché urbain, le fait est d’une telle gravité que les Juntes du Royaume, qui regroupent les municipalités, doivent choisir de modifier radicalement le sens de la politique économique des élites qu’ils représentent : si, auparavant, on essayait de contrôler l’offre par le refus des importations, on atteindra par la suite ce même objectif en suggérant à la Real Audiencia d’autoriser les sorties de grains. Et c’est ainsi que de pays structurellement déficitaire, la Galice se transforme en une zone exportatrice, ce qui est également dû, en bonne partie, à la restriction de la demande, fruit du recul démographique21. Une description du milieu du xviie siècle nous peint ainsi la Galice : « Elle est très abondante de toutes les choses nécessaires à la vie et au plaisir de l’homme... parce que l’on y récolte beaucoup de blé dont on ravitaille les flottes et les places d’Afrique, et même, aujourd’hui, l’Andalousie, car on y a introduit la culture du maïs »22. Et, en effet, la documentation signale des exportations en 1647 vers Séville, Ceuta, ravitaillement des flottes et du Pays Basque en 165323, les deux premières zones se caractérisant autrefois soit par leur abondance (Ceuta), soit comme fournisseurs habituels de la Galice (Séville).

11Un dernier point nous reste à éclairer : le pourquoi de cette succession de victoires de la Real Audiencia qui se traduisent, dans les premières décennies du xviie siècle, par de nombreuses promulgations de la taxe. Notons qu’il est difficile d’avancer comme justification que ces crises furent plus fortes que celles du xvie siècle où, effectivement, la Real Audiencia agissait sous couvert de l’urgence.

  • 24 Ibid., Las Juntas del Reino de Galicia y la recuperación del Voto en Cortes, Composlellanum, XXV, (...)
  • 25 War and Government in Habsburg Spain, 1560-1620, Londres, 1976.
  • 26 Sur la perte de prestige des tribunaux au début du xviie siècle, Richard Kagan, Lawsuits and Litig (...)
  • 27 Deux éclairages complémentaires de la même problématique, Charles Jago, Habsburg Absolutism and th (...)

12Mais, en tant qu’actes de gouvernement, dotés par là-même d’un contenu et d’un caractère politiques clairs, ces taxations seront mieux comprises si nous transportons l’analyse de ces actes sur le terrain politique. Notons que ce qui se produit alors est un échange de bons procédés, un fair play entre deux institutions représentant des intérêts bien distincts, si ce n’est opposés ; la Real Audiencia voix du peuple et représentation du pouvoir monarchique d’un côté, et les Juntes du Royaume, de l’autre, donnant le point de vue des villes et de leurs oligarchies respectives. Cette suite de succès obtenus par la Real Audiencia est à mettre en balance avec les victoires des Juntes : rien de moins que de changer le sens de la politique de la Real Audiencia, que celle-ci avait maintenu durant le siècle précédent. Et l’on sera d’accord, au moment d’évaluer l’une et l’autre conquête, pour dire que celle-ci est supérieure à celle-là. A mon sens, les villes continuent de gagner la partie, gardant la part du lion en ce qui concerne le ravitaillement, même si elles doivent modifier leur point de vue antérieur, contraintes par les nouveaux aspects de la production agricole et l’évolution de la demande. En réalité, il ne s’agit pas là d’un mouvement isolé, détaché de son contexte : on ne peut vraiment passer sous silence ici qu’à la même époque (1625) les Juntes obtiennent la représentation aux Cortes de Castille, avec tout ce que cela signifie d’accroissement de leur rôle institutionnel en Galice comme dans le reste du Royaume24. En même temps, ce succès est inséparable du glissement, de plus en plus évident, des responsabilités gouvernementales du centre vers la périphérie, ce que I.A.A. Thompson nomme administrative devolution25. Par ailleurs, la dialectique gouvernement-justice se traduit par le progressif discrédit des organismes qui dispensent celle-ci ou même par la partialité de leurs décisions en faveur des élites du pouvoir urbain26. En somme, une nouvelle orientation de la forme de concevoir et d’articuler le pouvoir, à partir de ce moment-là, qui semble se renforcer par la suite et caractériser clairement l’histoire politique et institutionnelle de la Couronne de Castille27.

Notes

1 Earl J. Hamilton, El tesoro americano y la revolución de los precios en España (1501-1650), Esplugues de Llobregat, 1975, p. 258. A propos d’une situation similaire au Pays Basque, José Angel Garcia de Cortázar y Ruiz de Aguirre, El aprovisionamiento de trigo en Vizcaya a fines del siglo XV, Homenaje al profesor Alarcos García, Valladolid, 1965-67, p. 683-696.

2 Suma de tratos y contratos, edición y estudio preliminar a cargo de Nicolá Sanchez-Albornoz, 2 vol., Madrid, 1977, tome I, p. 276-277.

3 Une situation très semblable : J. Meuvret, « Les prix des grains à Paris au xve siècle et les origines de la mercuriale », Etudes d’histoire économique, Paris, 1971, p. 41-65.

4 Laura Fernandez Vega, La Real Audiencia de Galicia : órgano de gobierno en el Antiguo Régimen (1488-1808), 3 vol., La Coruña, 1982, vol. II, p. 10.

5 Respectivement Francisco Chacón Jiménez, Murcia en la centuria del Quinientos, Murcia, 1979, p. 112-116 et Bartolomé Bennassar, L’alimentation d’une ville espagnole au xvie siècle. Quelques données sur les approvisionnements et la consommation de Valladolid, Annales, E.S.C., XVI, 1961, p. 728-740. Sur Burgos, voir la communication de Francis Brumont à ces mêmes Journées.

6 Voir la demande d’exemption de l’alcabala pour les grains venant de l’extérieur en 1576 du gouverneur de Galice à Philippe II, Archivo General de Simancas (dorénavant AGS), Consejos y Juntas de Hacienda, leg. 151-6.

7 Archivo Histórico y Universitario de Santiago (dorénavant AHUS), Protocolos Notariales, leg. 295.

8 AGS, Guerra Antigua, leg. 1 323-120.

9 Valentin Vàzquez de Prada, lettres marchandes d’Anvers. 4 vol.. Paris, s.d., surtout le vol. IV, passint, avec de nombreuses références d’arrivée de grain anglais en Galice et sur la côte cantabrique.

10 Quelques épisodes dans les années 1550, AGS, Guerra Antigua, legs. 65-192, 65-197, 69-74, 1 323-225 et 1 323-324.

11 Fernandez Vega, La Real Audiencia..., loc. cit., p. 12.

12 AHUS, Protocolos Notariales, leg. 706.

13 Archivo Municipal de Santiago (dorénavant AMS), Consistorios, 12 septembre 1598.

14 Ut supra, note 7.

15 Fernández Vega, La Real Audiencia..., II, p. 12.

16 AMS, Consistorios, 14 de abril de 1598.

17 « Avant que la taxe ne soit publiée, il y avait du pain en abondance sur les marchés ainsi que du blé, et après sa publication tout a complètement disparu », Fernández Vega, La Real Audiencia..., III, p. 115.

18 Ainsi en 1562, par exemple (AHUS, Protocolos Notariales, leg. 401, autorisation à un marchand de sortir 25 charges de blé), ou en 1590 (AMS, Consistorios, 17 mai, autorisation au Comte d’Altamira de sortir pour une valeur de 6 150 réaux de blé).

19 Pour une bonne partie de ce qui suit, voir José Manuel Pérez Garcia, Aproximación al estudio de la penetración del maíz en Galicia, dans l’ouvrage collectif, La historia social de Galicia en sus fuentes de protocolos notariales, Santiago, 1981, p. 117-159.

20 AMS, Juntas del Reino, libro I de actas.

21 Sur le changement de conjoncture durant ces années, Juan Eloy Gelabert González, Santiago y la Tierra de Santiago de 1500 a 1640. Contribución a la Historia económica y social de los territorios de la Corona de Castilla en los siglos XVI y XVII, Sada-A Coruña, 1982, p. 331.

22 José Filgueira Valverde, Una inédita descripción de Galicia, Cuadernos de Estudios Gallegos, VI, 1948, p. 35-38.

23 Un tableau de géographie des exportations en 1647, Fernández Vega, La Real Audiencia..., III, p. 137.

24 Ibid., Las Juntas del Reino de Galicia y la recuperación del Voto en Cortes, Composlellanum, XXV, p. 67-118.

25 War and Government in Habsburg Spain, 1560-1620, Londres, 1976.

26 Sur la perte de prestige des tribunaux au début du xviie siècle, Richard Kagan, Lawsuits and Litigants in Castile, 1500-1700, Chapell Hill, 1981, IIe part. Le second aspect a été mis en évidence par John B. Owens, Despotism, Absolutism and the Law in Renaissance Spain : Toledo versus the Counts of Belalcazar, 1445-1574, Ann Arbor, Michigan, 1973, chap. VII.

27 Deux éclairages complémentaires de la même problématique, Charles Jago, Habsburg Absolutism and the Cortes of Castile, The American Historical Review, XXVI, no 2, 1981, p. 307-326 et I.A.A. Thompson, Crown and Cortes in Castile, 1590-1665, in : Parliaments, Estates and Representation, II, no 1, 1982, p. 29 et sq.

© Presses universitaires du Midi, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search