Version classiqueVersion mobile

L’approvisionnement des villes

 | 
Charles Higounet

Communications

La grande disette de bois à Paris des années 1783-1785

Jean Boissière

Texte intégral

  • 1 Bib. nat., F. fr. 6684 ; S. Hardy, Mes loisirs ou journal d’événements tels qu’ils parviennent à m (...)
  • 2 Arch. nat., H. 1880, Registres du Bureau de la Ville, f. 101 et suivants. A compléter par H 1954 ( (...)
  • 3 Mercier (S.), Tableaux de Paris, t. VII, p. 85 (1783).

1Du printemps 1783 à l’automne 1785, Paris connut à plusieurs reprises des disettes de combustible. Il fallut rationner la vente du bois ainsi que celle du charbon de bois qui représentaient alors les deux sources d’énergie majeures dans l’approvisionnement domestique. Le coup de semonce eut lieu au mois de mars. L’hiver avait été pourtant exceptionnellement clément jusqu’à la mi-février, date à laquelle apparut pour la première fois la glace1.Quelques semaines plus tard cependant, il fallait établir un contrôle sur la vente des bois, mettre à part des stocks destinés à la boulangerie et rationner à une voie, puis à une demie (soit environ un stère) l’approvisionnement des familles2. Pour la première fois depuis longtemps, les chantiers étaient quasiment vides et les Parisiens qui avaient oublié les angoisses d’autrefois et dont beaucoup venaient à peine alors de découvrir les charmes du chauffage domestique connaissaient un rude réveil. S. Mercier a bien exprimé cette surprise dans ses Tableaux de Paris lorsqu’il écrit la même année : « Le bois a manqué tout à coup à Paris le premier mars et les Parisiens qui estiment que le pain, le vin et le bois descendent dans la capitale à peu près comme les rayons du soleil, ont été fort étonnés de ne plus voir ces hautes piles de bûches géométriquement rangées, tandis que l’astre du jour n’avait point manqué de les éclairer3. »

  • 4 Voir la circulaire expédiée par le Contrôle général en juillet 1783 aux intendants pour lancer une (...)

2Pourtant, il ne s’agissait pas là d’un accident sans lendemain, bien au contraire. L’année suivante, et dans des conditions climatiques totalement différentes, le même phénomène se reproduisit. La troisième alerte, enfin, dont l’échevinage nous rend compte, se situe à l’automne 1785. La situation était d’autant plus mal vécue que la pénurie s’étendait également au charbon de bois dont l’usage s’était considérablement développé, notamment dans les classes populaires avec d’ailleurs les encouragements d’une municipalité qui trouvait là un combustible beaucoup plus facile à transporter (il arrivait par bateau) et utilisant tous les bois de seconde qualité. Or, à la même époque, le charbon de bois manque tous les automnes. Cette pénurie, enfin, ne fut pas seulement parisienne4. Elle posait à l’échevinage de graves problèmes : il en allait du calme de la rue, donc de la sécurité de l’Etat.

  • 5 Notamment lors des Provisions de Carême de 1784, 1785, 1786.
  • 6 Hardy, op. cit., p. 286.
  • 7 H 1880, 278 v., 11 novembre 1783.

3Personne, à l’évidence, ne contestait l’exceptionnelle conjoncture climatique dont les Parisiens venaient d’être les victimes : la rigueur de l’hiver 1783-1784 qu’encadrait un dérèglement des précipitations. Il avait trop plu pendant l’hiver précédent, pas assez, voire même pas du tout à l’automne suivant puis du printemps à l’automne 1785. Les échevins soulignent à l’envi dans leurs rapports la part si évidente de l’accident climatique5. L’impact était double sur le marché : sans doute, les variations de la température hivernale pesaient-elles sur la consommation. Mais c’était surtout les conditions de transport qui étaient en jeu. De temps immémorial, le combustible parisien, et donc le bois d’abord, arrive par eau. Tout le réseau hydrographique de la Seine, et notamment sa partie amont, l’axe Yonne-Morvan étant alors privilégié, fonctionne comme une immense voie de transport qui accueille, au temps des crues de saisons froides et sous de multiples formes (flottages à bûches perdues près des zones forestières, flottages en trains, transport en bateaux) le matériau ligneux. Une fantastique organisation s’est mise en place peu à peu sous la direction du Bureau de la Ville qui fait dévaler à toute allure le bois dès la fin de l’hiver, le charbon de bois à l’automne en direction des chantiers parisiens. Pour ne parler que du flottage en trains, autant il est rapide quand « l’eau est bonne » comme on dit alors, autant il devient aléatoire puis impossible et dangereux lorsque la bonne hauteur est franchie dans un sens comme dans l’autre. D’où l’attention avec laquelle les Parisiens, et pas seulement les spécialistes, suivent l’état des eaux du fleuve. Hardy, dans son Journal, relève au jour le jour, pendant l’hiver 1783-1784, sa hauteur et note triomphalement, le 25 mars, qu’elle est redevenue parfaitement navigable, « et l’on voioit », écrit-il, « arriver en force le bois tant neuf que flotté dont on avoit le plus grand besoin6 ». Huit mois plus tard, un des commissaires de la ville, Blanchet, enquêtant sur l’état de l’approvisionnement en charbon de bois, constate que les neuf dixièmes de la production estivale sont bloqués dans des bateaux dispersés à quelques distances de Paris, mais arrêtés par manque de tirant d’eau. Or, si les eaux ne montent pas, la capitale n’a pas pour un mois de provisions7.

  • 8 J. Boissière, Exploitation et commerce du bois dans la vallée de la Haute Seine, dans Rev. d’hist. (...)
  • 9 Absentes en général des registres du Bureau de la Ville, ces valeurs sont dispersées dans les cart (...)
  • 10 Tel est le point de vue de Telles d’Acosta, Supplément à l’Instruction sur les bois de marine, p.  (...)

4Une telle situation, pour aussi délicate qu’elle pût être, n’était pas cependant pour surprendre les édiles parisiens. Ils étaient depuis longtemps confrontés à ce problème et avaient mis sur pied, dans les premières décennies du siècle, tout un arsenal de mesures pour y faire face8. Pendant une cinquantaine d’années, le système avait, somme toute, bien fonctionné. Le retour des disettes n’était-il pas le signe d’une rupture d’équilibre, et cela parce que l’on était allé au-delà du seuil du possible ? Paris n’était-il pas devenu un gouffre qui engloutissait tant de combustible que tout système d’approvisionnement, quelle qu’en soit la valeur, ne pouvait que faire faillite ? D’après les calculs du Bureau de la Ville lui-même, et ce sont des valeurs minimales, on passerait d’un chiffre de vente légèrement supérieur à quatre cent mille voies à l’époque de la Régence à des quantités, soixante ans plus tard, proches des sept cent cinquante mille9. Au milieu du siècle, on avait passé le cap des cinq cent mille : en deux générations, la vente du bois à Paris avait fait un bond de 78,4 %. Or, c’est dans les années qui retiennent notre attention aujourd’hui que sont atteints les maxima séculaires : près de huit cent mille voies en 1782, sept cent soixante-quinze mille l’année suivante, sept cent cinquante-huit mille en 1784. Il y a là des données d’autant plus impressionnantes que la consommation de charbon de bois est alors du même type : sept cent mille voies au minimum. Aussi, tandis que se répand dans le public l’idée que Paris vit, en ce domaine, au-dessus de ses moyens et que nombre d’auteurs flétrissent le luxe dans lequel sombrent les habitants de la capitale, les responsables suivent-ils d’une année à l’autre l’amenuisement des stocks (cf. graphique). On commence à parler de déficit chronique de la récolte de bois comme de charbon10. Le mal, de conjoncturel, devient donc structurel.

Consommation de bois de chauffage à Paris d’après les Comptes de Carême de l’Hôtel de Ville (1770-1788)

  • 11 H 1954 (2), 3 août 1784. « Encore que le prix des bois dans les forêts ainsi que les frais d’explo (...)

5D’où la grave question qui se pose alors : Paris va-t-il manquer définitivement de bois ? Les échevins, dont nombre d’entre eux sont allés sur le terrain et que de nombreux rapports informent régulièrement, n’en excluent pas le risque. Ils savent cependant mieux que personne que de considérables réserves forestières sont encore disponibles. Mais ils sont également conscients du fait que le commerce du bois traverse une grave crise et qu’une partie des difficultés actuelles vient de là. Nul n’ignore, en effet, que depuis une soixantaine d’années, le revenu que procure la vente d’une corde de bois à Paris n’a pas changé. Or partout, comme la rente foncière, la valeur du revenu se relève. Les marchands ont de plus en plus de mal à trouver des bois au tarif parisien en temps normal. Tout augmentant en temps de crise, ils cessent alors purement et simplement leur activité quand ils ne mettent pas des bâtons dans les roues du système11. Ne fallait-il pas mettre au pas cette indispensable puissance ?

  • 12 H 1880, 121 et la suite. H 1956 (2) et la suite.
  • 13 H 1956 (1), 20 mai 1785. Autorisation aux marchands de faire flotter sur la Marne des bois neufs.
  • 14 H 1880, 199, 5 août 1783. Ordonnance pour le repéchage des bois à brûler fondriers, dits canards. (...)

6Il s’agissait d’abord de faire face à la disette. Des mesures techniques d’approvisionnement immédiat s’imposaient. Le Bureau de la Ville excellait en un domaine dont il s’était fait depuis longtemps une spécialité. Aussi le voit-on multiplier les interventions aux objectifs identiques d’une crise à l’autre : d’abord, ne pas cesser de contrôler les mécanismes de la vente aux particuliers dans les chantiers parisiens en pourchassant les abus de tarif et les escroqueries de toute sorte12. Mais c’est à l’accélération de l’arrivée des bois que les échevins, aidés de commissaires munis de pleins pouvoirs et secondés sur place par leurs subdélégués, emploient l’essentiel de leurs forces. En période de sécheresse notamment, ils multiplient les initiatives imposant aux bateaux comme aux trains des mesures de circulation exceptionnelles, usant de réquisitions, finançant des voiturages de secours13 Par ailleurs, des ruisseaux du Morvan à la banlieue parisienne, on récupérait toutes les coupes disponibles. Il fallait bien de tout bois faire feu14 !

  • 15 H 1956 (1), février 1785. Provisions de Carême.

7Tout ceci, et l’énumération est loin d’être exhaustive, concourut à limiter les effets de la pénurie. Mais il fallait voir plus loin. Les projets de la ville, en ce domaine, restaient très concrets. Son credo tenait en deux points plusieurs fois affirmés dans les Provisions de Carême : accroître l’approvisionnement, diminuer la consommation15.

8Mais tout ceci n’était qu’expédients ou espérances. Restait à prendre des mesures qui rétabliraient de manière définitive le bon fonctionnement d’une institution dont l’échec venait d’être amplement démontré. A partir de l’été 1784, l’Etat s’y employa non sans courage.

  • 16 H 1954, 2, 3 août 1784. Déclaration du Roi portant règlement pour le mesurage et le prix des bois.

9Ce fut d’abord, à Paris, le déblocage des prix. La voie de bois neuf augmenta de 11,8 % passant à 24 livres, celle de bois flotté de 8,3 % (22,10 livres). Une telle mesure répondait au vœu le plus cher des marchands. Elle s’accompagnait d’une considérable simplification dans la codification des variétés mises à la vente : trois catégories seulement seraient, à l’avenir, sur le marché : bois neuf, bois flotté, bois blanc. C’était, en facilitant le contrôle des ventes, faire disparaître, de facto, deux des plus grandes sources de fraude liées à la diversité des appellations et au mélange des genres. En même temps, était ébauchée une politique des combustibles dans la mesure où l’on ne touchait pas à la valeur des falourdes et cotterets, le bois des pauvres, tout en réduisant les taxes sur les charbons16.

  • 17 Arch. dép. Nièvre, B Eaux et forêts, 14 août 1784. Arrêt du Conseil portant règlement pour la vent (...)

10En province, on chercha également à mettre de l’ordre dans les affaires. Pour mettre un terme à la fuite des bois vers des marchés parallèles plus lucratifs et se garantir un matériau correspondant davantage aux normes parisiennes, on rétablit en Nivernais l’antique système de la vente à la feuille qui confiait au marchand, pendant l’essentiel de leur croissance et bien avant la date de leur coupe, les cantons de bois (août 1784). Ainsi, les communautés paysannes du Nivernais-Morvan seraient-elles sans doute mieux surveillées que par leurs gardes débonnaires17.

  • 18 H 1956, 2.
  • 19 H 1880, 8 avril 1783. Contre les habitants de Brinon qui se sont attroupés pour empêcher les flott (...)

11Il était également important de mettre un terme à tous les abus auxquels donnait lieu le transport des bois. Le Conseil tenta, tout de même, d’imposer une mesure de compte unique sur l’ensemble des ports du réseau hydrographique. Les marchands la réclamaient à corps et à cri, demandant la création d’un corps d’inspecteurs assermentés pour la faire appliquer (février-décembre 1785)18. Il fallait également tenir en lisière les populations locales toujours prêtes à s’agiter, les entrepreneurs de flottage en train réclamant, pour eux aussi, le droit d’augmenter les tarifs19. Le Bureau cherchait, ici, à gagner du temps.

  • 20 Joly de Fleury 1738, 3 I. Lettres de la comtesse de Damas en faveur du maintien de l’ancien systèm (...)

12Le bilan de tout ceci fut finalement relativement médiocre. Au fil des mois qui passent et face aux oppositions multiples, l’on voit peu à peu les décisions prises s’infléchir ou disparaître. Le Parlement, très hostile à toute mesure favorable aux marchands parisiens, part en guerre contre le nouveau tarif de vente et profite de ce que le marché des bois blancs a de la peine à s’organiser pour dévaloriser le projet. Les communautés du Morvan soutenues par leurs seigneurs crient à l’étranglement économique et menacent de ne plus payer l’impôt tandis que des lettres portant de prestigieuses signatures interviennent jusque dans les antichambres du pouvoir pour obtenir le maintien d’un statu quo sans doute hautement bénéfique pour tout ce qui touche au commerce « d’en haut » comme on dit alors20.

13Il faut bien se rendre à l’évidence, la grande politique entreprise par le Conseil à l’occasion de ces crises s’enlisait. C’était, finalement, les vieilles méthodes du Bureau de la Ville, régulièrement appliquées par la suite, et la succession de saisons au climat moins irrégulier qui allaient, dans l’immédiat, régler provisoirement le problème.

Notes

1 Bib. nat., F. fr. 6684 ; S. Hardy, Mes loisirs ou journal d’événements tels qu’ils parviennent à ma connaissance, p. 271.

2 Arch. nat., H. 1880, Registres du Bureau de la Ville, f. 101 et suivants. A compléter par H 1954 (2), liasses.

3 Mercier (S.), Tableaux de Paris, t. VII, p. 85 (1783).

4 Voir la circulaire expédiée par le Contrôle général en juillet 1783 aux intendants pour lancer une grande enquête nationale sur les bois : « Vous n’avez pas ignoré la disette de bois de chauffage que les villes de Paris, de Rouen et quelques autres ont éprouvé l’hiver dernier ». Citée dans B. Gille, L’enquête sur les bois de 1783, dans 88e Congrès national des Sociétés savantes, 1963, p. 628.

5 Notamment lors des Provisions de Carême de 1784, 1785, 1786.

6 Hardy, op. cit., p. 286.

7 H 1880, 278 v., 11 novembre 1783.

8 J. Boissière, Exploitation et commerce du bois dans la vallée de la Haute Seine, dans Rev. d’hist. moderne et contemporaine, 1978, p. 321-339.

9 Absentes en général des registres du Bureau de la Ville, ces valeurs sont dispersées dans les cartons de la série H et K. Manque malheureusement l’année 1783 qu’il est cependant facile de rétablir par la consultation de 1784. Dossier rassemblé et critiqué dans Bourquin (M.-H.), L’approvisionnement en bois de Paris de la Régence à la Révolution, thèse Droit, Paris, sans date. — La voie vaut 1 stère 92.

10 Tel est le point de vue de Telles d’Acosta, Supplément à l’Instruction sur les bois de marine, p. 50-51. Voir également H 1956 (I), 27 mai 1785, qui estime le déficit de bois à 100 000 voies par an. Quant au prévot des marchands, dans un Mémoire adressé au procureur Joly de Fleury, il démontre qu’il y a un déficit annuel de 200 000 voies de charbon de bois. A l’automne 1784, on brûle déjà la production de Tété. Bib. nat. Joly de Fleury 1737, 145, 17 janvier 1785.

11 H 1954 (2), 3 août 1784. « Encore que le prix des bois dans les forêts ainsi que les frais d’exploitation et de transport soient considérablement augmentés dans toutes les provinces du royaume, le tarif qui en règle la vente à Paris est encore le même qu’en 1725. »

12 H 1880, 121 et la suite. H 1956 (2) et la suite.

13 H 1956 (1), 20 mai 1785. Autorisation aux marchands de faire flotter sur la Marne des bois neufs.

14 H 1880, 199, 5 août 1783. Ordonnance pour le repéchage des bois à brûler fondriers, dits canards. H 1956 (2), 15 septembre 1785, ordonnance pour faire amener à Paris 10 000 voies de la forêt de Fontainebleau.

15 H 1956 (1), février 1785. Provisions de Carême.

16 H 1954, 2, 3 août 1784. Déclaration du Roi portant règlement pour le mesurage et le prix des bois.

17 Arch. dép. Nièvre, B Eaux et forêts, 14 août 1784. Arrêt du Conseil portant règlement pour la vente à la feuille.

18 H 1956, 2.

19 H 1880, 8 avril 1783. Contre les habitants de Brinon qui se sont attroupés pour empêcher les flottages. H 1880, 387, 4 mars 1784.

20 Joly de Fleury 1738, 3 I. Lettres de la comtesse de Damas en faveur du maintien de l’ancien système : « La différence des mesures fait le commerce de ces messieurs. » Ibid. fol. 46, Lettre du comte de Chastellux exprimant son hostilité à la réforme des flottages.

Table des illustrations

Légende Consommation de bois de chauffage à Paris d’après les Comptes de Carême de l’Hôtel de Ville (1770-1788)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires du Midi, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search