Version classiqueVersion mobile

L’approvisionnement des villes

 | 
Charles Higounet

Communications

L’approvisionnement de Tolède au xve siècle, d’après les ordonnances municipales

Jean-Pierre Molénat

Texte intégral

  • 1 A. Martin Gamero, Ordenanzas para el buen regimen y gobierno de la muy noble, muy leal e imperial (...)
  • 2 Recueils manuscrits aux Archives municipales de Tolède et micro-films déposés à l’Archivo Historic (...)
  • 3 J.-P. Molénat, Menus des pauvres, menus des confrères à Tolède dans la deuxième moitié du xve sièc (...)

1Les ordonnances municipales constituent presque la seule source utilisable pour cette étude, en l’absence notamment de registres de délibérations et de livres de comptes. Trois recueils d’ordonnances ont été conservés. Le seul publié à ce jour date de la fin du xvie siècle et ses ordonnances ne sont en général pas datées1. Un autre, remontant au début du xvie siècle, contient des ordonnances datées depuis 1450. Le troisième, compilé vers 1400, accorde une large place à la réglementation du commerce des produits alimentaires2. On ne traitera ici que des trois produits alimentaires essentiels : le pain, la viande (et le poisson) et le vin3.

  • 4 Faute de données pour le xve siècle, il faut partir des chiffres de 1530. Voir R. Carande, Carlos (...)
  • 5 M.R. Weisser, The peasants of the Montes. The roots of rural Rebellion in Spain, Chicago, Universi (...)

2La population tolédane au xve siècle peut se situer aux alentours de 20 000 habitants, chiffre considérable pour la péninsule et qui place la ville au deuxième ou troisième rang dans le royaume de Castille4. La ville exerce son emprise sur un vasre espace rural, par la juridiction et par la propriété des citadins. La juridiction urbaine s’étend sur un espace de 30 à 40 kilomètres à la ronde, troué de poches formées par les seigneuries laïques ou ecclésiastiques, poches qui s’accroissent considérablement au xve siècle. En outre, la ville comme telle est propriétaire d’une zone également très vaste et presque déserte, les « Monts de Tolède », mais ceux-ci sont amputés de moitié en 14455. Les Tolédans, particuliers ou institutions ecclésiastiques, ont une part importante de la propriété dans les campagnes correspondant en gros à la juridiction. C’est le groupe des propriétaires citadins qui est maître du pouvoir municipal et fixe les règlements régissant l’approvisionnement de la ville.

  • 6 Une affaire attestant l’exportation de vin de Tolède vers l’Andalousie à dos de mulets au début du(...)
  • 7 Des rations de presque 1 litre par repas et par personne, veuves et clercs compris, d’après les «  (...)
  • 8 Réglementation résumée par R. Izquierdo Benito, op. cit., p. 131-132.

3Que ces règlements aient été conformes au premier chef à l’intérêt des propriétaires est particulièrement net dans le cas du vin. Toute la zone, à l’exception des Montes, est fortement productrice et exporte même dans des directions inattendues6. Malgré une forte consommation7, ce qui est redouté n’est pas.la pénurie, mais le trop-plein. Toute la réglementation, très longue, vise à empêcher l’entrée en ville du vin qui n’y a pas droit, du vino de non entrada8.

4Le principe fondamental est que tous les habitants de la ville, et eux seuls, peuvent faire entrer et vendre le vin de leurs vignes, mais en excluant explicitement le vin des vignes situées dans certaines seigneuries ecclésiastiques ou d’Ordre militaire et autres lieux constituant des juridictions (e de las otras villas e lugares que son jurediçion sobre sy). Les tolédans doivent faire « enregistrer » leur vin sur les lieux de production, de manière qu’ils ne puissent en faire entrer plus qu’ils ne produisent. Les ordonnances municipales tolédanes se préoccupent même d’assurer l’écoulement du vin des propriétaires urbains dans les villages de la juridiction.

5Les ordonnances sur la boucherie s’efforcent de concilier des exigences contradictoires, mais là encore, les intérêts des propriétaires passent avant ceux des consommateurs urbains. Le souci de préserver la force motrice représentée par les bœufs de labour l’emporte sur celui de l’approvisionnement de la ville en viande bovine, sans que cela exclue la consommation de la viande du bœuf et du jeune taureau. Il est interdit aux bouchers d’acheter des taurillons dans la ville et son territoire pour les tuer. Si un boucher achète un taurillon hors du territoire et qu’un habitant de la ville le désire pour le faire labourer, il peut le prendre en payant ses frais au boucher, plus une petite somme pour son travail. Tout habitant de la ville peut vendre son bœuf et le faire découper, à des conditions moins sévèrement contrôlées que les bouchers.

  • 9 J.-P. Molénat, Menus des pauvres..., p. 315.

6On est surpris du peu d’importance accordée à la viande des ovins. La plupart des règlements de la boucherie traitent de la viande bovine, plusieurs sont consacrés au porc, aucun ne concerne spécifiquement le mouton. Ce silence presque complet concorde avec l’observation faite à propos des « menus des pauvres et menus des confrères », où le mouton n’apparaissait qu’en petite quantité pour les pauvres malades9.

  • 10 J.-P. Molénat, La chasse dans la région tolédane entre le xiie et le xvie siècle, Actes du colloqu (...)

7Par contre, il semble que le gibier tienne une grande place dans l’alimentation, d’après la longueur des dispositions qui lui sont consacrées. Notons le souci de la ville de préserver le stock de gibier disponible, alors qu’elle dispose des solitudes des Montes, où les activités les mieux attestées aux xive et xve siècles sont la chasse et l’apiculture10.

8Les ordonnances se préoccupent longuement de l’approvisionnement de la ville en poisson. Les Tolédans consomment aussi bien du poisson de mer, frais, salé ou séché, malgré l’éloignement des côtes les plus proches, que du poisson de rivière. Certains poissons séchés sont revendus « remouillés » : les contrôleurs municipaux calculent le prix de revient de la livre de poisson sec, qui sera le prix de vente de poisson « remouillé », les vendeurs gagnant sur le poids de l’eau ajoutée. Des pêcheries sont situées dans les rivières du territoire de la ville. Il est interdit à leurs exploitants, qu’ils en soient propriétaires, ou qu’ils les tiennent à ferme d’habitants de la ville, d’expédier le poisson qu’ils y prennent hors de la juridiction urbaine.

  • 11 Archivo Historico Provincial de Toledo 1269, f. 767, v. : testimonio de a como voie el trigo, fait (...)

9Les dispositions les plus intéressantes concernent les grains (pan en grano) et le pain (pan cocido). Le recueil des années 1400 dit que celui qui apporte du blé (trigo) à vendre en ville doit le mettre en vente « sur la place, où il est accoutumé, dans la rue, à la porte des auberges ». Les ordonnances de la seconde moitié du siècle, en réitérant cette prescription, précisent qu’il s’agit du Zocodover. En 1484 et 1487, les autorités urbaines rappellent l’interdiction de vendre les grains (blé et orge), hors des auberges du Zocodover, sur les chemins ou dans les rues. Des documents notariaux montrent que dans les premières années du xvie siècle, le blé et l’orge se vendaient au prix du marché, dans une halle aux grains (alhóndiga) toujours située sur le Zocodover11.

10Les ordonnances de 1400 prévoient que deux fois par semaine, les contrôleurs municipaux fixeront le prix du pain en fonction de celui du blé sur la place, alors qu’auparavant, c’était le poids des pains qui fluctuait. On n’a malheureusement pas de trace d’une mercuriale ainsi établie. Afin de prévenir l’accaparement et la surenchère des acheteurs en période de disette, il est interdit aux boulangers et boulangères d’acheter des grains sur la place. C’est un homme choisi par la ville qui achètera et répartira les grains entre les boulangères « pour que la ville soit approvisionnée en pain ». Ensuite, les ménagères pourront acheter une quantité limitée (2 fanègues, 110 litres), renouvelables seulement après consommation. S’il reste encore des grains sur la place, il sera possible de s’en procurer comme semences, sous serment de l’acheteur qu’il n’en a point d’autres. Si un habitant veut des semences meilleures que celles qu’il possède, il devra en vendre autant qu’il veut acheter.

11Pour fixer le prix du pain en fonction de celui du blé, la ville a fait procéder à une expérience. On a ainsi trouvé que 3 fanègues de blé (166 litres 1/2) pesaient 8 arrobes (92 kg), et que chaque fanègue donnait 120 pains de 13 onces 1/3 (45,8 kg de pain, chaque pain de 382 g). Si la fanègue valait 10 maravedis sur place, avec 2 mrs. de frais de mesurage, taxe, mouture, criblage, transport et main-d’œuvre, ces 120 pains revenaient à 12 mrs. ou 120 deniers : le pain de 13 1/3 onces vaudrait 1 denier. Parce que les boulangères disaient perdre à ce prix, le poids de chaque pain a été fixé à 12 1/2 onces (359 g).

  • 12 J.-P. Molénat, Places et marchés de Tolède au Moyen Age (xiie-xvie siècle), in : « Plazas » et soc (...)

12Le recueil de 1400 prévoit qu’il doit y avoir sur la place des boulangères nominalement désignées qui s’obligent à approvisionner la ville de pain cuit, contre fourniture de grains. Mais les boulangères des villages de la juridiction peuvent du pain cuit et le vendre à prix libre. Ce double marché du pain fonctionnait encore dans le premier tiers du xvie siècle. En 1532, la ville, pour édifier une (nouvelle) alhóndiga veut se défaire d’un bâtiment appelé la Calahorra où « depuis longtemps on a coutume de vendre le pain amené cuit des villages de la juridiction, pain que viennent communément vendre les jeunes paysannes ». L’obscurité des lieux les rendait proprice à la fraude et au maquerellage12.

  • 13 R. Izquierdo Benito, op. cit., donne une « répartition » de fanègues de blé et d’orge par moitié f (...)
  • 14 Archives des Ducs de Frias (Montemayor, prov. Cordoue), leg. 250/1.

13En période de disette, la municipalité obligeait les villages de la juridiction à livrer des grains ou du pain en ville13, et elle prétendait étendre cette « répartition » à des localités ne faisant plus partie de la juridiction urbaine, parce que leurs habitants exploitaient des terres situées sur le territoire de la ville. En 1477, la communauté villageoise de Fuensalida, en conflit avec son seigneur, le comte, à propos des prestations qu’il exige, reconnaît que lorsqu’elle dépendait de la ville, celle-ci ordonnait en période de disette, des livraisons de grains, à vendre au prix du marché. « Et même, ajoute-t-elle, depuis que nous appartenons au comte, on nous fait apporter des grains (pan) à la ville, et cela ne concerne pas notre affaire, car le comte n’a pas succédé dans le droit de la ville, si elle en avait un14. En 1468, la ville émit une ordonnance contre le village d’Ajofrin, seigneurie du Chapitre cathédral. La communauté refusait de livrer la quote-part fixée après intervention du chapitre et avait interdit à ses boulanges et boulangères d’apporter du pain cuit à la ville. La municipalité tolédane interdisait en représailles aux gens d’Ajofrin de moudre dans les moulins de la juridiction urbaine, spécialement ceux des rives du Tage, et de labourer sur le territoire dépendant de la ville.

  • 15 E. Ibarra y Rodriguez, El problema cerealista en España durante el reinado de los Reyes Catolicos,(...)

14En conclusion, il apparaît qu’il n’existe pas grand-chose à Tolède, jusqu’au début du xvie siècle, du système d’approvisionnement des villes de Castille à l’époque moderne. Les boulangères, dont la liste nominative et les prix de vente sont fixés, ne sont pas vraiment des obligados, parce que ces prix dépendent de ceux des grains, qui s’établissent sur un marché où la ville n’intervient que pour assurer son homogénéité. L’alhóndiga mentionnée en 1509 n’est pas un instrument d’intervention sur le prix du marché, mais un lieu de formation de celui-ci15.

15Jusqu’à la fin du xve siècle au moins, la politique des autorités municipales en matière d’approvisionnement est ordonnée au bénéfice des propriétaires urbains et au détriment des ruraux et des urbains non propriétaires. S’il y a trop-plein de la production de vin, on a l’impression qu’en gros, au moins au début du xve siècle, le territoire tolédan pouvait correspondre à l’aire normal d’approvisionnement de la ville, pour la viande et les grains. Le problème d’approvisionnement a dû se poser avec la poussée démographique du courant du xve siècle, qui débouche sur la crise frumentaire du début du xvie siècle. C’est au tournant du xve au xvie siècle qu’ont dû être mises en place, comme ailleurs dans le royaume, les institutions caractéristiques de l’époque moderne.

Notes

1 A. Martin Gamero, Ordenanzas para el buen regimen y gobierno de la muy noble, muy leal e imperial ciudad de Toledo, Tolède, 1858.

2 Recueils manuscrits aux Archives municipales de Tolède et micro-films déposés à l’Archivo Historico Nacional de Madrid. Résumés de certaines des ordonnances du recueil de 1400 dans R. Izquierdo Benito, Preciosy salarias en Toledo durante el siglo XV (1400-1475), Tolède, Caja de Ahorro Provincial, 1983.

3 J.-P. Molénat, Menus des pauvres, menus des confrères à Tolède dans la deuxième moitié du xve siècle, Manger et boire au Moyen Age, Actes du colloque de Nice (15-17 octobre 1982), Publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Nice, 1984, t. 1, p 314-318, pour la part de ces trois produits dans l’alimentation.

4 Faute de données pour le xve siècle, il faut partir des chiffres de 1530. Voir R. Carande, Carlos Vy sus banqueros. La vida economica en Castilla (1516-1556), 2e éd., Madrid, 1965, p. 60.

5 M.R. Weisser, The peasants of the Montes. The roots of rural Rebellion in Spain, Chicago, University Press, 1976, pour les Monts de Tolède au xvie siècle. E. Cabrera Muñoz, El contado de Belalcazar, Cordoue, Monte de Piedad y caja de ahorros, 1977, pour l’amputation de 1445.

6 Une affaire attestant l’exportation de vin de Tolède vers l’Andalousie à dos de mulets au début du xve siècle, dans les Ordonnances de 1400.

7 Des rations de presque 1 litre par repas et par personne, veuves et clercs compris, d’après les « Menus des pauvres, menus des confrères », p. 314.

8 Réglementation résumée par R. Izquierdo Benito, op. cit., p. 131-132.

9 J.-P. Molénat, Menus des pauvres..., p. 315.

10 J.-P. Molénat, La chasse dans la région tolédane entre le xiie et le xvie siècle, Actes du colloque du Centre d’Etudes Médiévales de Nice (Nice, 22-24 juin 1979), p. 275-285.

11 Archivo Historico Provincial de Toledo 1269, f. 767, v. : testimonio de a como voie el trigo, fait le 15 août 1509 dentro en el alhóndiga donde se vende el trigo e çeuada en esta dha çibdad a la plaça de çacodover...

12 J.-P. Molénat, Places et marchés de Tolède au Moyen Age (xiie-xvie siècle), in : « Plazas » et sociabilité en Europe et Amérique latine, Colloque des 8 et 9 mai 1979, Madrid-Paris 1982, p. 45.

13 R. Izquierdo Benito, op. cit., donne une « répartition » de fanègues de blé et d’orge par moitié faite par la ville à diverses localités, toutes de la juridiction urbaine, en 1456.

14 Archives des Ducs de Frias (Montemayor, prov. Cordoue), leg. 250/1.

15 E. Ibarra y Rodriguez, El problema cerealista en España durante el reinado de los Reyes Catolicos, Madrid, 1944, distingue les alhóndigas et alfolies, des pósitos, qui, eux, sont des instruments d’intervention sur les prix.

© Presses universitaires du Midi, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search