Version classiqueVersion mobile

L’approvisionnement des villes

 | 
Charles Higounet

Communications

L’approvisionnement d’Agen en sel au xiiie siècle

Jacques Clemens

Texte intégral

  • 1 J. Le Goff, Le sel dans la politique française à l’égard de la Savoie au xve et au début du xvie s (...)
  • 2 Mollat, op. cit., p. 89.
  • 3 A. Dupont, L’exploitation du sel sur les étangs de Languedoc (ixe-xiiie siècles), dans Annales du (...)

1Depuis Henri Hauser (1927), le rôle joué par le sel dans la politique économique et la politique extérieure des états médiévaux et modernes est désormais reconnu1. Mais l’approvisionnement local et même régional reste encore peu étudié. Selon une remarque de Pierre Jeannin2 : « Au fond, l’étude des acheteurs de sel, dans les zones disputées, est moins avancée que celle des vendeurs, tant que manquent des enquêtes approfondies sur la circulation intérieure. » De plus, l’historiographie du sel est surtout importante pour la fin du Moyen Age et les Temps modernes qui sont marqués par la gabelle et les résistances « populaires »3. Notre contribution consiste à regrouper une documentation publiée parfois depuis longtemps et provenant des Archives municipales d’Agen et de La Réole ainsi que de l’administration anglaise en Gascogne au xiiie siècle. Ces documents permettent de mettre en avant l’originalité et l’efficacité de l’organisation juridique et fiscale de l’approvisionnement en sel d’Agen. Cette organisation, que nous appellerons pour plus de facilité « salin d’Agen », se définit au xiiie siècle et va durer sans changement jusqu’au début du xvie.

1. Agen « porte du sel atlantique » à la fin du xiie siècle

  • 4 Le sel atlantique venait de Brouage ou de Soulac. En 1195, outre les salins de Soulac, est mention (...)
  • 5 Les études de René Lafon, Le nom du sel dans la toponymie basque, et de P. Tucoo-Chala, Recherches (...)
  • 6 R. Etienne, Histoire de Bordeaux, t. 1, Bordeaux, 1962, p. 60.
  • 7 Voir plus haut ; en 1233, il existait un cami salier parallèle à la Garonne à travers la terre gas (...)

2Les pays de la Moyenne Garonne étaient totalement dépendants pour leur approvisionnement en sel des régions environnantes productrices, soit la mer Méditerranée ou l’océan Atlantique4 pour le sel marin, soit le piémont pyrénéen pour le sel gemme5. Dès l’époque protohistorique des routes du sel sillonnent l’Aquitaine6. Au ive siècle, Ausone montre son intendant Philon qui « troque du vieux sel contre du froment... Des bateaux de toutes formes le promènent sur le Tarn et sur la Garonne ». Ainsi durant la période antique, les sources d’approvisionnement sont diversifiées et les routes terrestres sont aussi bien empruntées que les voies fluviales7.

  • 8 Mollat, op. cit., p. 309. Pour les progrès de l’exploitation du sel atlantique, voir L. Grillon, L (...)
  • 9 Y. Renouard, Etudes d'histoire médiévale, Paris, 1968, p. 304.
  • 10 Voir un dossier magistralement étudié : P. Bonnassie, Du Rhône à la Galice : genèse et modalité du (...)

3Mais une véritable histoire de l’approvisionnement du sel en Aquitaine n’est possible qu’à partir du xiie siècle. Il est ainsi difficile de vérifier l’hypothèse « d’une accélération décisive du commerce du sel », à une époque qui pourrait se situer pour l’Occident entre le xiiie et le xive siècle8. En contrepartie, la remarque de Yves Renouard9, concernant l’histoire du vignoble aquitain, nous semble particulièrement valable pour l’histoire de l’approvisionnement en sel des pays de la Moyenne Garonne : « La nuit documentaire totale qui recouvre l’histoire viticole des pays de la Garonne comme toute l’histoire générale du sud-ouest de la France jusqu’au xiiie siècle ne doit pas être interprétée comme une preuve de la médiocrité de ce vignoble. » Ainsi, on peut relever quelques indices qui confirment que la « phase politique » à partir du xiie siècle a été précédée comme dans la zone méditerranéenne par une phase « domaniale » ou « monastique » non négligeable10.

  • 11 H. Tropamer, La coutume d’Agen, Bordeaux, 1911 ; H. Barckhausen, Livre des coutumes..., Archives M (...)
  • 12 D’après Y. Renouard, Etudes..., p. 860, note 2, les coutumes d’Agen sont postérieures à 1190 et an (...)
  • 13 A. Magen et G. Tholin, Chartes. Première série (1189-1328), Villeneuve-sur-Lot, 1876, no XII, p. 1 (...)
  • 14 Mollat, p. 235.

4Or, les « Coutumes d’Agen »11, rédigées au début du xiiie siècle12, évoquent uniquement un approvisionnement en sel acheminé de l’Atlantique par voie fluviale. Ces coutumes offrent aussi une explication historique et logique du « salin d’Agen ». Le 4e chapitre qui décrit le « droit des pugnères » concédé au « seigneur de la terre » agenaise, c’est-à-dire les redevances perçues sur les moulins de Garonne en amont d’Agen et les taxes sur la vente des blés à Agen commence ainsi : « Comme le seigneur avait autrefois de petites rentes (rendas) en Agenais, l’universitas d’Agen donna au roi Henri, qui en ce temps-là était seigneur de cette terre, pour les grandes dépenses et les grandes guerres qu’il faisait, le salin et les pugnères... » Le dernier paragraphe du 5e chapitre qui décrit avec minutie le salin reprend un accord de 122113 : « Et pour le salin, pour les pugnères et le mesurage du blé susdit, le seigneur doit accomplir le devoir suivant envers la cité d’Agen. C’est-à-dire si la cité est en guerre, le seigneur doit y mettre une garnison composée de 20 chevaliers équipés de tout et de 30 sergents armés et à cheval et de 10 arbalétriers à cheval. Ils devront défendre, et protéger la ville et ses habitants pendant tout le temps que durera la guerre, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Leur entretien est à la charge du seigneur. » Les « coutumes » d’Agen illustrent ainsi parfaitement le rôle du sel comme « nerf de la guerre »14.

  • 15 Voir J. de Romefort, Aux origines provençales de la gabelle, le monopole du sel à Tarascon en 1150 (...)
  • 16 Ph. Wolff, Histoire de Toulouse, Toulouse, 1974, p. 72, 97.
  • 17 La « saunaison » se déroule de juin à septembre (L. Grillon, art. cit. p. 314). Les vins de la flo (...)
  • 18 E. Martin-Chabot, La Chanson de la Croisade albigeoise, t. II, Paris, 1957, révèle l'importance du (...)
  • 19 En 1214, les habitants de Marmande se réfugient à La Réole. Auparavant en février 1211, « les bour (...)
  • 20 Le « péage du pont vieux de Millau » semble l’attester, en 1250. Voir R.-H. Bautier, L De Paris et (...)

5Cette « concession » des Agenais au roi Henri II est vraisemblable. En 1152, Henri Plantagenêt épouse Aliénor d’Aquitaine. En 1159, Toulouse attaquée par le roi Henri II d’Angleterre et secourue par le roi Louis VII. Raymond V de Toulouse avait épousé la « reine Constance », sœur du roi Louis VII. Agen se trouvait en position de frontière face au Toulousain revendiqué par le roi Henri II. La complexité du salin d’Agen peut s’expliquer par la combinaison d’un système de péages en Bordelais et de celui de « grenier à sel » qui se développe en Languedoc. Au xiiie siècle, les comtes de Provence utilisèrent les revenus du sel pour leur politique, de même que les villes italiennes, Venise notamment. Ce monopole a pu être imité de celui qui existait déjà dans le monde arabe et dans le monde byzantin15. Le salin comtal de Toulouse, qui a dû servir de modèle à celui d’Agen, est attesté dès 114116. Or, des raisons économiques vont s’ajouter à cette initiative politique pour renforcer la conquête du marché agenais par le sel atlantique. En décembre 1154, Henri II Plantagenêt, duc de Normandie et comte d’Anjou, époux depuis deux ans d’Aliénor, duchesse d’Aquitaine, devient roi d’Angleterre à la mort d’Etienne de Blois. Cette union politique est à l’origine du grand commerce du vin aquitain. Le sel est un fret de retour des bateaux qui ont chargé de vins la flotte d’automne pour l’Aquitaine17. La Croisade contre les Albigeois n’a pu qu’entraîner une ultime désorganisation de l’approvisionnement en sel des étangs languedociens18. Au contraire, des liens de solidarité se manifestent entre La Réole, Marmande, Agen et Moissac19. Cette « croisade » a renforcé la percée du sel atlantique sur le marché des pays de la Moyenne Garonne et au-delà20.

  • 21 P. Roche, La Loire, fleuve du sel de la fin du Moyen Age, D.E.S., Paris, 1959.
  • 22 P. Moulinier, Le « sel du Rhône » au Moyen Age, Pos. Thèse Ecole des Chartes, 1960.
  • 23 Mollat, p. 316.

6Au début du xiiie siècle, la Garonne peut être qualifiée comme la Loire21 ou le Rhône22 de « fleuve du sel », ou du moins de « mar » du sel et Agen, comme Nantes au xvie siècle23 de « porte du sel atlantique ». Mais en 1224, le roi de France, Louis VIII, s’empare du Poitou et de La Rochelle. Seul, le pays au sud de la Charente reste aux mains des Plantagenêts. En 1229, l’emprise française sur l’Agenais se précise. C’est certainement durant cette période de « pression » française que les Agenais ont senti la nécessité de rédiger leurs coutumes. Ils voulaient confirmer une organisation juridique et fiscale de l’approvisionnement du sel en particulier qui leur avait été les années précédentes fort bénéfiques.

2. Organisation du salin d’Agen au début du xiiie siècle

  • 24 Arch. histor. Gironde, t. II, no CXVII, p. 259.
  • 25 Les « piliers » sont certainement les piles du pont dont la construction avait été encouragée par (...)

7Le cinquième chapitre des coutumes d’Agen précise : « Le seigneur peut faire remonter le sel à Agen par les navires qu’il voudra, mais pas plus de 13, et une fois par an librement sans péage en aucun lieu de sa terre. » Les coutumes de La Réole24 précisent que le « salin du roi » doit être transporté par des navires de Saint-Macaire ou de La Réole qui doivent remonter la Garonne une fois l’an à la queue leuleu (coa et coa). Selon les coutumes d’Agen : « tout homme peut faire remonter du sel à Agen en bateau ; mais lorsque il sera au port Moncorni25, en dessous des piliers, il doit présenter le sel au seigneur du salin, c’est à savoir à celui qui administre le salin en place du seigneur, et celui-ci peut acheter le sel. S’il ne veut pas acheter le sel au prix que d’autres acheteurs offrent au vendeur, celui-ci peut emmagasiner ce sel à Agen et le vendre au prix qu’il voudra en la ville. Mais ni lui ni son acheteur n’ont le droit de transporter ce sel en dehors de la ville sans une autorisation du seigneur du sel : s’ils le font malgré la défense, ils encourent une amende de 65 sous arnaudins au profit du seigneur du salin et le sel est confisqué. Si c’est un citoyen d’Agen, il peut en prendre pour ses besoins, ceux de sa maison, et de son bétail et de sa métairie s’il en possède en dehors. Si un batelier donne du sel à un homme de la ville, celui-ci peut l’accepter et s’en servir comme il est dit plus haut. Si le seigneur du salin croit qu’un homme fraude et qu’il transporte du sel au-delà de ses besoins, il peut exiger de lui qu’il affirme par serment : qu’il n’a pris que la quantité de sel nécessaire à ses besoins et à ceux de sa maison et qu’il n’en a ni vendu, ni donné. S’il n’ose pas faire ce serment, il doit 65 sous d’amende et le sel est confisqué ».

  • 26 Magen et Tholin, no XIII, 2 octobre 1221 ; Raimond, fils de Raimond VI, comte de Toulouse, exempte (...)

8Le rédacteur de la coutume a bien marqué la différence entre l’approvisionnement pour la consommation familiale, particulièrement privilégiée dans le cas des habitants d’Agen, et l’approvisionnement spéculatif pour la consommation de l’arrière-pays. En outre, cet article des coutumes d’Agen permet de dresser une « géographie » de l’application du salin en ce qui concerne le transport du sel et la consommation en Agenais : « Si l’on veut faire remonter le sel au-dessus d’Agen, on doit tout d’abord se mettre d’accord avec le seigneur du salin ; le sel doit être ensuite mesuré dans le bateau, au port de Moncorni sous les piliers, puis transporté dans des sacs par des portefaix d’Agen jusque sous la porte Moncorni ; de là, les portefaix rapportent le sel au bord de la Garonne et le chargent dans un bateau d’Agen, qui transporte le sel au-dessus26. Le propriétaire doit fixer avec les portefaix le salaire qu’il leur donnera pour ces manipulations. Si on ne respecte pas ces règles, on encourt une amende de 65 sous par personne et le sel est confisqué. Les habitants d’Agen peuvent transporter du sel en bateau au-delà d’Agen sans avoir aucun droit à payer.

9« Il est défendu de faire remonter le sel en bateau par le Lot, sous peine de confiscation du navire et du sel, et d’une amende de 65 sous par personne qui ne respecterait pas cette défense. Il est aussi défendu de transporter du sel par bêtes de somme ou de quelque manière que ce soit, en Gascogne, du pont de Barbaste et d’Aiguillon, entre le Lot et la Garonne, à moins qu’on l’ait acheté à Agen au salin ; au cas de contravention à cette règle, le seigneur du sel a 65 sous de gage et le sel et la bête de somme sont confisqués.

10« Tout homme d’outre-Garonne doit, s’il vient acheter du sel au salin d’Agen, payer la petite mesure 7 deniers de moins que les habitants d’Agen et on doit lui livrer la quantité qu’il désire. Le seigneur du sel ne doit pas faire un bénéfice supérieur au tiers du prix d’achat du sel.

11« Les revendeurs de sel ne doivent rien mélanger au sel qu’ils vendent, si ce n’est du sel qu’ils ont acheté à Agen, sous peine de 65 sous d’amende et de la confiscation du sel... »

  • 27 Y. Renouard, Le grand commerce du vin au Moyen Age, dans Rev. histor. de Bordeaux, 1952, p. 5-18.
  • 28 M. Mollat, Aux origines de la précocité économique et sociale de Venise : l’exploitation du sel, L (...)

12Les coutumes d’Agen révèlent donc un approvisionnement en sel pour la consommation familiale assuré et privilégié. Cet approvisionnement est en outre centralisé à Agen pour une certaine consommation régionale. Ce monopole d’Agen est non seulement un moyen indirect de domination de la ville sur la campagne environnante, mais aussi un domaine réservé, du moins pour le tansbordement, aux portefaix d’Agen et pour le transport en amont aux bateaux de la bourgeoisie agenaise. Autant que le commerce du blé ou même du vin27, l’approvisionnement en sel atlantique est « aux origines de la précocité économique et sociale » d’Agen28. Agen a su profiter aussi bien sur le plan politique que sur le plan économique de sa position sur la « frontière » aquitaine. Ainsi, au xiiie siècle, les initiatives politiques et économiques de la ville d’Agen marquent beaucoup mieux que les événéments religieux et militaires l’« âge d’or » de la « république d’Agen » selon l’expression de Georges Tholin.

3. Le déclin du « salin » d’Agen dans la seconde moitié du xiiie siècle

  • 29 Le dossier agenais a été publié par Magen et Tholin. Pour une analyse, voir M. Malherbe, Les insti (...)
  • 30 Arch. histor. Gironde, t. XV, p. 31, no 1.
  • 31 Magen et Tholin, no XX, p. 31, vers 1233.
  • 32 No XXII, p. 35, 28 décembre 1233 : « super facto camini aque ».
  • 33 No XLI, p. 57-59, autre accord en avril 1242-43.
  • 34 No XLVII, p. 68.

13En 1233, éclate une véritable « guerre du sel » entre La Réole et Agen29. Cette guerre amena l’arrêt quasi total de tout transport commercial sur la Garonne. La « Chronique de Bazas » indique qu’en 1233, ce fut une grande cherté de blé et de sel30. Dès 1233, un document fait état des plaintes d’un certain nombre d’habitants d’Agen contre les Réolais. Quelques Agenais se plaignent d’avoir eu à payer le péage à La Réole, après l’avoir payé à Langon31, mais la majorité des plaintes porte sur la confiscation du sel transporté par le prieur de La Réole en particulier. Au printemps 1233, c’est une courte guerre entre La Réole et Agen, mais sanglante. A la suite de diverses transactions, il fut décidé de choisir des arbitres pour régler si possible le différend à l’amiable. Le 19 décembre 1233, les consuls et habitants d’Agen déclarent approuver par avance l’arbitrage. Le 28 décembre, le comte de Toulouse32, seigneur de la ville d’Agen, garantissait l’observation du compromis. Le 8 février 1234, le comte renouvelait son engagement et confirmait la paix entre La Réole et Agen. Finalement, le conflit se termina par la sentence arbitrale d’Arnaud, évêque de Bazas, choisi comme arbitre par les deux parties. Le 28 février 1234, L’évêque décida de limiter les quantités de sel transportées par les navires agenais, et d’imposer en contrepartie, aux Réolais, la perception d’un juste péage avec l’obligation d’un serment du fermier du salin de La Réole. De plus, les antagonistes devaient se pardonner leurs fautes réciproques ainsi que leurs morts. Les prisonniers devaient être libérés. En 1240, « l’asseurement », c’est-à-dire la sécurité des « routes » fut renouvelé et même étendu aux villes de Moissac et de Marmande, sous l’égide du sénéchal d’Agenais. Les Bordelais se joignaient à cette convention approuvée le 2 mars 1240 par le lieutenant du sénéchal du roi d’Angleterre. Ce dernier reçoit sous le sauf-conduit.de son roi les habitants des villes avec leurs bateaux et leurs biens33. Mais ce n’est qu’en 1248 que La Réole34 octroie à tous les habitants de la terre du comté de Toulouse et en particulier aux habitants de Layrac la faculté de porter pour chaque matelot de bateau, un « saliner » de Langon, le pilote, un « mezalhal de sal » de Langon, excepté « les hommes d’Agen qui peuvent porter comme il a été décidé au moment de la conclusion de paix ». Tout ce qu’ils porteraient en sus sera saisi, sans que La Réole soit tenu de leur en faire compte. Ce n’est donc qu’en 1248 que la « guerre du sel » entre La Réole et les pays de la Moyenne Garonne se termina.

  • 35 A moins de voir, dans ces différents accords qui ont précédé la « guerre du sel », une préparation (...)
  • 36 No XXVIII, p. 41.
  • 37 Malherbe, p. 149.
  • 38 No XX, p. 31.
  • 39 No XXV.

14Pourquoi donc cette guerre avec Agen (1233-1234) et cette querelle avec les autres villes des pays de la Moyenne Garonne jusqu’en 1248 ? Certes, Louis VIII, roi de France, s’empare en 1224 définitivement du Poitou et de l’Aunis. Seule, la région au sud de la Charente reste avec Saintes dans le duché de Guyenne. A partir de 1229, l’Agenais se trouve plus ou moins dans la « zone d’influence » de la France. Cependant, durant la croisade contre les Albigeois, une solidarité entre La Réole et Agen s’était manifestée aussi bien sur le plan économique que politique35. La raison fondamentale de cette « guerre du sel » n’est donc pas la « pression française ». Le motif essentiel de la discorde est le contrôle de la poiada de la sau per la aiga que es apelada Garona36, la montée du sel par la Garonne. Or, l’article 27 des « coutumes de La Réole »37 précise les droits de Saint-Macaire et de La Réole sur le sel qui transite par la Garonne : « Du sel transporté sur la Garonne. Les bourgeois et habitants de La Réole ont de tout temps les privilèges suivants sans que personne ne puisse affirmer le contraire, aucun homme d’Agenais, ni du Toulousain, ni du Quercy ne doit remonter du sel en bateau sauf pour une raison valable, excepté le salin du roi, lequel doit se décharger à Agen. Treize navires de La Réole ou de Saint-Macaire doivent monter à la queue leuleu, et le sel ne doit pas être déchargé en aval de ces villes. Si cela se produit, le sel est confisqué par le prieur et les jurats. Chaque homme coupable est frappé de l’amende prélevée en tel cas à La Réole. » Or, les confiscations des charges de sel sur les bateaux agenais en 1233 par les Réolais confirment que les Agenais passaient outre à ces interdictions38. Agen remettait en cause le monopole du transport de sel entre Bordeaux et La Réole, monopole revendiqué par La Réole et Saint-Macaire. Notre analyse est confirmée par la réponse des consuls de Montauban à une consultation, au printemps 1233, sur ce problème, des consuls d’Agen. Dans leur réponse datée du 3 juin 1233, les consuls de Montauban39 déclarent que « depuis plus de 30 ans ils chargeaient aussi bien à La Réole qu’à Langon sans aucune interdiction et ils payaient un péage juste ». Montauban reconnaissait implicitement le rôle d’« étape » du sel ou de « rupture de charge » obligatoire de La Réole ou Langon.

  • 40 C. Bemont, La mairie et la jurade dans les villes de la Guyenne anglaise : La Réole, dans Annales (...)
  • 41 No XXVIII, p. 42 : « dans chaque bateau d’Agen, l’homme d’Agen pourra porter à chaque fois qu’il p (...)
  • 42 Voir le rôle des Colom dans Histoire de Bordeaux, t. III, p. 74-78. A l’encontre de Devic-Vaissett (...)
  • 43 Il faut remarquer aussi que les possibilités de nouvelles sources fiscales des consuls d’Agen étai (...)
  • 44 Arch. histor. Gironde, t. 36, no 1, p. 34 : 1270, accord du prieuré de La Réole avec les bourgeois (...)

15La sentence arbitrale confirme notre analyse40. Le 28 février 1234, l’évêque de Bazas rend sa sentence. La Réole et Agen devaient se pardonner réciproquement « les querelles, meurtres, coups, blessures, emprisonnements réciproques ». Cependant, il était interdit à certains habitants d’Agen de franchir les limites de La Réole, mais par la terre gasque et le chemin du sel (cami salier), ils pourraient continuer à circuler librement avec leurs marchandises. Une indemnité de 5 000 sous devait être versée à La Réole par Agen. En contrepartie, il est concédé aux hommes d’Agen41 l’autorisation de transporter trois quartières et demi, mesure de Langon, de sel par bateau. Ainsi, après un appel d’Agen à la solidarité des villes des pays de la Moyenne Garonne et la pression des forces politiques et économiques, en particulier des marchands bordelais42 qui avaient le plus grand intérêt au rétablissement de la libre circulation des marchandises sur la Garonne, la partie de bras-de-fer jouée entre Agen et La Réole se termine seulement par quelques concessions au profit d’Agen. Mais cet accord marque l’arrêt définitif des ambitions de la ville d’Agen, en particulier pour réaliser à son profit un monopole de l’approvisionnement en sel des pays de la Moyenne Garonne43. Cependant, cet accord a été étendu à l’ensemble des marchandises qui transitaient sur la Garonne et étendu progressivement à d’autres villes aquitaines. Il a permis au commerce régional de l’Aquitaine de prendre son « second souffle ». Dans l’ensemble, il a été respecté jusqu’à la fin du Moyen Age44.

  • 45 Vers 1195, les salins d’Agen et de Marmande sont mentionnés dans Hist. Languedoc, éd. Privat, t. V (...)
  • 46 Y. Dossat, Saisimentum Comitatus Tholosani, Paris, 1966, no 53 ter, p. 161 ; en 1206, Raimond VI c (...)
  • 47 Pour Marmande, voir Ch. Higounet, Paysages et villages neufs, p. 325-334.
  • 48 M. Mollat, Rôle du sel..., p. 236-237 : rôle de la fiscalité sur le sel comme instrument de domina (...)
  • 49 Voir notre identification du pont de « Merdalo » dans J. Clemens, Espace coutumier..., p. 18.

16D’ailleurs, le monopole du salin d’Agen ne couvrait pas tout l’Agenais. Au cours de la seconde moitié du xiiie siècle, il fut même de plus en plus remis en cause par la renaissance urbaine, non seulement entre le Lot et la Garonne, mais aussi outre-Garonne. En effet, les archiprêtrés de Bezaume et de Cayran du diocèse d’Agen, de part et d’autre de la Garonne mais à l’ouest de la confluence du Lot et de la Garonne, échappent au « salin » d’Agen. En effet, il existe un « salin » à Marmande45 qui doit « arroser » l’archiprêtré de Bezaume, tandis que dès le début du xiiie siècle, le Mas d’Agenais obtient des privilèges46. Ainsi, à la fin du xiie et au début du xiiie siècle, l’ensemble du diocèse d’Agen est plus ou moins touché par la fiscalité du seigneur de la terre agenaise. Mais cette organisation s’est faite essentiellement à l’avantage de deux villes, Agen et Marmande47. Ces villes ont réussi d’une part à transférer cette charge fiscale concernant l’approvisionnement du sel sur leur arrière-pays, tout en bénéficiant des activités de transport ou de manutention de cette denrée48. L’association du « droit du sel » et « des pugnères » dans les coutumes d’Agen s’éclaire mieux ainsi. Si les pays de l’entre-Lot et Garonne ainsi que ceux de Poutre-Garonne sont pénalisés par l’obligation d’aller acheter le sel au grenier d’Agen, la partie orientale de l’Agenais, quant à elle, contribue par un droit sur les moulins en amont d’Agen49.

  • 50 Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers (1249-1271), éditées par P.-Fr. Fournier et P. Gueb (...)
  • 51 M. Gouron, Les chartes de franchises de Guienne et Gascogne, Paris, 1933, p. 591, no 1583, note 1  (...)
  • 52 P. Cuttino, Le Livre d’Agenais..., Toulouse, 1959, nos 14, 12 et 13. Montréal obtient en 1280, moy (...)
  • 53 Fournier et Guebin, op. cit., p. CV, note 1 : les revenus du salin ou leur fermage varient entre 1 (...)
  • 54 Magen et Tholin, no LXXIV, p. 116 (1320) : Edouard II, roi d’Angleterre, interdit au custos ou ser (...)
  • 55 Voir G. Tholin, Essai sur les limites de la juridiction d’Agen au Moyen Age et sur la condition de (...)

17Or, en même temps que se multiplient les bailliages en Agenais, le monopole du salin d’Agen dans l’approvisionnement de l’Agenais est battu en brèche, en particulier par le développement urbain. La liberté d’approvisionnement en sel est accordée aux bastides en dépit des réclamations du fermier du salin d’Agen50 qui estime avoir perdu jusqu’à 200 livres. C’est le cas de Monflanquin (mai 1270) et de Villeneuve-sur-Lot (juin 1270)51. La seconde contestation qui remet en cause le salin d’Agen émane de Condom et des autres villes d’outre-Garonne en 128052. Cette réduction de l’aire d’application du salin d’Agen explique la relative stabilité du montant de ses revenus ou de son fermage53 et les tentations à « l’inquisition » du « gardien » du salin au début du xive siècle54. Le salin royal porte de plus en plus uniquement sur les « forains » de la juridiction d’Agen55.

  • 56 Arch. histor. Gironde, t. 8, no CLXXXVIII, p. 280, 31 mars 1311 ; J. Gardelles, Les châteaux du Mo (...)
  • 57 Selon Tropamer, la coutume d’Agen compte LXII chapitres. Or, les vendanges ou la vente du vin sont (...)
  • 58 Vladimir I. Raytses, Programme de l’insurrection d’Agen en 1514, dans Annales du Midi, 1981, p. 25 (...)
  • 59 Tropamer, p. 10.

18Ainsi, paradoxalement, le « sel de Garonne » que Richard Cœur-de-Lion avait fait semé sur le site du château de Castillou qu’il venait de raser aux portes d’Agen afin qu’il reste perpétuellement désert56, est devenu, au xiiie siècle, un des facteurs essentiels du développement économique de la cité épiscopale de l’Agenais. Il est fort significatif que les articles concernant le commerce du vin se trouvent à la fin des coutumes d’Agen57. Or, ce sont les consuls d’Agen qui ont, en grande partie, démantelé le système d’approvisionnement en sel d’Agen, mais seulement à partir de 1500. Ces consuls avaient pris à ferme le salin royal, mais ils avaient taxé le sel acheté par leurs concitoyens pour leur propre consommation. Des consuls du début du xvie siècle avaient aussi abandonné le privilège de décharge obligatoire à Agen de tout sel remontant la Garonne. Or, ce transbordement donnait du travail à de nombreux pauvres d’Agen. Les consuls avaient libéré les capitaines de ce transbordement en échange d’une taxe de 20 à 30 livres, ce qui rapportait chaque année aux consuls entre 200 et 300 livres. C’est une des principales raisons de l’insurrection d’Agen en 151458. Les xve et xvie siècles sont marqués en Agenais certes par un renouveau agricole et une renaissance culturelle, mais Agen est le théâtre du déclin d’une politique municipale et d’une véritable défense des intérêts de la communauté. Il n’est donc pas surprenant qu’en 1462 les consuls d’Agen « oublièrent » de faire enregistrer les coutumes par le Parlement de Bordeaux qui venait d’être créé59.

Notes

1 J. Le Goff, Le sel dans la politique française à l’égard de la Savoie au xve et au début du xvie siècle, dans Bull, philolog. et histor., 1960, vol. 1, Paris, 1961, p. 303-314 ; Le rôle du set dans l’histoire, sous la direction de M. Mollat, Paris, 1968. Ch. Higounet, Géographie des péages de la Garonne et de ses affluents au Moyen Age, dans Journal des Savants, 1978, p. 105-128 et carte.

2 Mollat, op. cit., p. 89.

3 A. Dupont, L’exploitation du sel sur les étangs de Languedoc (ixe-xiiie siècles), dans Annales du Midi, 1958, p. 7-25.

4 Le sel atlantique venait de Brouage ou de Soulac. En 1195, outre les salins de Soulac, est mentionnée une satina quae est apud Portum Lairon (Leyre ?). Cette exploitation pouvait se trouver sur le bassin d’Arcachon (Arch. histor. Gironde, t. 4, no VIII, p. 10-12). La première mention « d’anciens marais salants » sur le bassin est de 1659. Voir P. Labat, La création des salines du Bassin d’Arcachon au xviiie siècle, dans Périgueux. Le Périgord. Les anciennes industries de l’Aquitaine, Congrès F.H.S.O., Périgueux, 1981, p. 268-286. Pour la coutume de Mortagne et la « petite coutume de Bordeaux » ou « salin de Bordeaux » frappant le sel, voir J.-P. Trabut-Cussac, Les coutumes ou droits de douane perçus à Bordeaux sur les vins et les marchandises par l’administration anglaise de 1252 à 1307, dans Annales du Midi, 1949, p. 147.

5 Les études de René Lafon, Le nom du sel dans la toponymie basque, et de P. Tucoo-Chala, Recherches sur l’économie salisienne à la fin du Moyen Age, dans Salines et chemins de Saint-Jacques..., Congrès F.H.S.O., Pau, 1966, p. 7-9 et 23-39, semblent confirmer que cette production était, au Moyen Age, très limitée.

6 R. Etienne, Histoire de Bordeaux, t. 1, Bordeaux, 1962, p. 60.

7 Voir plus haut ; en 1233, il existait un cami salier parallèle à la Garonne à travers la terre gasque. Arch. dép. Gironde, H 1253, 1254, La Réole : mention d’un chemin « sallier tendant de Castetz-Andorte à Milhan ».

8 Mollat, op. cit., p. 309. Pour les progrès de l’exploitation du sel atlantique, voir L. Grillon, Le prieuré des Touches et l’exploitation du sel par l’abbaye de Dalon, dans Annales du Midi, 1963, p. 311-319.

9 Y. Renouard, Etudes d'histoire médiévale, Paris, 1968, p. 304.

10 Voir un dossier magistralement étudié : P. Bonnassie, Du Rhône à la Galice : genèse et modalité du régime féodal, dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen ( xe- xiiie siècles), Ecole française de Rome, 1980, p. 31 : il s’agit de l’affaire de la villa et des salines de Pallas dans le diocèse d’Agde (étang de Thau) qui oppose les membres du lignage comtal de Toulouse-Rouergue, de celui de Carcassonne et le monastère de Conques, aux alentours de 1013.

11 H. Tropamer, La coutume d’Agen, Bordeaux, 1911 ; H. Barckhausen, Livre des coutumes..., Archives Municipales de Bordeaux, Bordeaux, 1890, p. 220 ; J. Clemens, L’espace coutumier d’Agen au Moyen Age, dans Revue de l’Agenais, 1982, p. 3-19.

12 D’après Y. Renouard, Etudes..., p. 860, note 2, les coutumes d’Agen sont postérieures à 1190 et antérieures à 1221. D’après P. Ourliac et M. Gilles, Les coutumes de l’Agenais, Paris, 1981, p. 78, les coutumes d’Agen seraient rédigées dès 1205, remaniées en 1370. Nous pensons que la rédaction la plus ancienne que nous possédons des coutumes d’Agen doit dater d’entre 1221 et 1233.

13 A. Magen et G. Tholin, Chartes. Première série (1189-1328), Villeneuve-sur-Lot, 1876, no XII, p. 16, 25 août 1221.

14 Mollat, p. 235.

15 Voir J. de Romefort, Aux origines provençales de la gabelle, le monopole du sel à Tarascon en 1150, dans Provence Historique, 1956, p. 59-63.

16 Ph. Wolff, Histoire de Toulouse, Toulouse, 1974, p. 72, 97.

17 La « saunaison » se déroule de juin à septembre (L. Grillon, art. cit. p. 314). Les vins de la flotte d’automne chargée de vins en particulier du haut-pays quittait Bordeaux pour l’Angleterre au plus tard fin novembre. Monluc raconte qu’en décembre 1569, huit bateaux chargés de sel se trouvaient à Port-Sainte-Marie.

18 E. Martin-Chabot, La Chanson de la Croisade albigeoise, t. II, Paris, 1957, révèle l'importance du sel dans les locutions (p. 182, vers 6), comme remèdes (p. 193 vers 125) et dans le pillage (p. 32, vers 108).

19 En 1214, les habitants de Marmande se réfugient à La Réole. Auparavant en février 1211, « les bourgeois de Moissac et ceux d’Agen dirent qu’ils s’enfuiraient plutôt par le fleuve en Bordelais plutôt que d’avoir pour seigneurs des Barrois ou des Français ». Voir J. Clemens, Chronique bordelaise et croisade albigeoise, Revue de l'Agenais, 1972, p. 149-164. Sur le plan économique, des accords furent conclus en 1202 et 1226.

20 Le « péage du pont vieux de Millau » semble l’attester, en 1250. Voir R.-H. Bautier, L De Paris et des Foires de Champagne à la Méditerranée par le Massif central, dans Bull philolog. et histor., 1960, t. 1, p. 128-129. En 1221, Raimond, fils de Raimond, comte de Toulouse, et de la reine Jeanne, donne sa protection aux marchands qui viennent à Moissac vendre blé, vin ou sel (N. de Pena, Documents sur la Maison de Durfort, Bordeaux, 1977, t. I, no 25).

21 P. Roche, La Loire, fleuve du sel de la fin du Moyen Age, D.E.S., Paris, 1959.

22 P. Moulinier, Le « sel du Rhône » au Moyen Age, Pos. Thèse Ecole des Chartes, 1960.

23 Mollat, p. 316.

24 Arch. histor. Gironde, t. II, no CXVII, p. 259.

25 Les « piliers » sont certainement les piles du pont dont la construction avait été encouragée par Richard Cœur-de-Lion (Magen-Tholin, no 1, p. 1, 12 novembre 1189). Mais l’œuvre n’est reprise qu’en 1280 (Labrunie, Les Ponts sur la Garonne..., avec des additions de G. Tholin, Revue de l’Agenais, 1878, p. 439-456). En 1217, Raimond, comte de Toulouse, autorise les consuls à démolir une pile qui faisait refluer l’eau de la Garonne vers la rive gauche (Magen-Tholin, no VIII, p. 9-10). La rue de Moncorny attestée en 1253 devait desservir le port du même nom. Le choix de l’identification est entre la Porte Saint-Antoine, dont la rue est dans le prolongement de la rue Moncorny et la Porte de Garonne. Mais la comparaison avec l’évolution du méandre de la Garonne à Marmande, les vestiges au xixe siècle de piles d’un ancien pont en face de la Porte de Garonne du Pont-Long ainsi que l’ouverture de la Porte Angoyne-Bezat-Moncorny sur la première enceinte vers la rue du Pont de Garonne nous amènent à proposer l’identification du « port de Moncorny » avec le site de la Porte de Garonne ou du Pont-Long.

26 Magen et Tholin, no XIII, 2 octobre 1221 ; Raimond, fils de Raimond VI, comte de Toulouse, exempte les habitants d’Agen de tous péages dans l’étendue de son domaine, à l’exception de ceux qui se percevaient sous le règne du comte Raimond V. Le XXVIIIe chapitre des coutumes d’Agen mentionne que les habitants d’Agen sont affranchis de tout péage à Lafox et dans la seigneurie de Beauville.

27 Y. Renouard, Le grand commerce du vin au Moyen Age, dans Rev. histor. de Bordeaux, 1952, p. 5-18.

28 M. Mollat, Aux origines de la précocité économique et sociale de Venise : l’exploitation du sel, La Venezia del Mille, Venise, 1965, p. 183-203 ; H.-Cl. Hocquet, Le sel et la fortune de Venise. I. Production et monopole, Lille, 1978.

29 Le dossier agenais a été publié par Magen et Tholin. Pour une analyse, voir M. Malherbe, Les institutions municipales de la ville de La Réole. Des origines à la Révolution française, Thèse de doctorat, Bordeaux I, 1977, p. 214-216.

30 Arch. histor. Gironde, t. XV, p. 31, no 1.

31 Magen et Tholin, no XX, p. 31, vers 1233.

32 No XXII, p. 35, 28 décembre 1233 : « super facto camini aque ».

33 No XLI, p. 57-59, autre accord en avril 1242-43.

34 No XLVII, p. 68.

35 A moins de voir, dans ces différents accords qui ont précédé la « guerre du sel », une préparation diplomatique des consuls d’Agen : 11 août 1222 : accord avec Le Mas d’Agenais (Magen et Tholin, no XIV, p. 18-19), avril 1224 ; accord avec Moissac (no XV, p. 20-21) ; le 16 novembre 1224, ligue entre les villes d’Agen, de Condom, de Mézin, du Mas, de Marmande et de Port-Sainte-Marie (no XVI). Enfin, en février 1227, les villes de La Réole et de Saint-Macaire, d’une part, dépendant du comte de Poitiers, avec les villes d’Agen, du Port-Sainte-Marie et du Mas d’Agenais, sujettes du comte de Toulouse, font un accord pour assurer la liberté des chemins et régler les contestations qui surviendraient entre leurs habitants (no XVIII).

36 No XXVIII, p. 41.

37 Malherbe, p. 149.

38 No XX, p. 31.

39 No XXV.

40 C. Bemont, La mairie et la jurade dans les villes de la Guyenne anglaise : La Réole, dans Annales du Midi, 1919, p. 21.

41 No XXVIII, p. 42 : « dans chaque bateau d’Agen, l’homme d’Agen pourra porter à chaque fois qu’il passera devant la ville de La Réole et devant la ville de Saint-Macaire, trois quartières et demi de sel, à la mesure de Langon. Ils paieront les droits et anciennes coutumes »... « Agen ne doit plus porter le salin comtal, ni du sel pour autrui »... Agen peut « monter » une quantité de sel plus importante que les autres villes de la Moyenne Garonne qui vont souscrire mais plus tard à ce type d’accord.

42 Voir le rôle des Colom dans Histoire de Bordeaux, t. III, p. 74-78. A l’encontre de Devic-Vaissette, Hist. gén. de Languedoc, t. VI, 1879, qui suggère que « c’est probablement aux démêlés amenés par une créance qu’il faut attribuer une longue guerre qui avait divisé les habitants de La Réole et leurs voisins, etc. ». Au contraire, Gaillard Colom fait tous ses efforts pour permettre au commerce fluvial de reprendre, ce qui lui permet aussi d’espérer de récupérer le montant de sa créance (no XXXVI, p. 52-53, 1241 ; no XXXVII, 1241 ; no XLIII, p. 60-61, 1246-47, intervention du maire et des jurats de Bordeaux).

43 Il faut remarquer aussi que les possibilités de nouvelles sources fiscales des consuls d’Agen étaient fort limitées : no III, p. 5 (1212) ; no XLII, p. 59-60 (1245) ; no XLIV, p. 61-66 (1248) ; no XLVI, p. 67 (1248).

44 Arch. histor. Gironde, t. 36, no 1, p. 34 : 1270, accord du prieuré de La Réole avec les bourgeois de Marmande ; t. 1, no CLVIII, p. 311-312, 24 avril 1462, confirmation du droit de péage sur le sel faite par Louis XI aux habitants de La Réole.

45 Vers 1195, les salins d’Agen et de Marmande sont mentionnés dans Hist. Languedoc, éd. Privat, t. VIII, col. 1848, p. 77.

46 Y. Dossat, Saisimentum Comitatus Tholosani, Paris, 1966, no 53 ter, p. 161 ; en 1206, Raimond VI concède en particulier aux habitants du Mas le droit de se procurer du sel dans les mêmes conditions que les habitants de Castelsarrasin. Il semblerait que l’archiprêtré de Cayran ne dépende pas du « péage » de Marmande. Ainsi s’expliquerait qu’au xiiie siècle soient attestés quatre péages sur la rive gauche de la Garonne, faisant face à celui de Marmande.

47 Pour Marmande, voir Ch. Higounet, Paysages et villages neufs, p. 325-334.

48 M. Mollat, Rôle du sel..., p. 236-237 : rôle de la fiscalité sur le sel comme instrument de domination de la ville italienne sur son contado et de formation du « capitalisme vénitien ».

49 Voir notre identification du pont de « Merdalo » dans J. Clemens, Espace coutumier..., p. 18.

50 Enquêtes administratives d’Alfonse de Poitiers (1249-1271), éditées par P.-Fr. Fournier et P. Guebin, Paris, 1959, p. 309, no 173, no 176, et note 13 ; p. 350, no 128, art. 501.

51 M. Gouron, Les chartes de franchises de Guienne et Gascogne, Paris, 1933, p. 591, no 1583, note 1 : Philippe VI règle la liberté du sel entre 1329 et 1334 en faveur de la ville de Port-Sainte-Marie.

52 P. Cuttino, Le Livre d’Agenais..., Toulouse, 1959, nos 14, 12 et 13. Montréal obtient en 1280, moyennant redevance, le privilège de la libre circulation du sel.

53 Fournier et Guebin, op. cit., p. CV, note 1 : les revenus du salin ou leur fermage varient entre 1257 et 1281 de 400 livres tournois à 600. En 1310-1311, il est estimé à 300 livres (Rôles Gascons, t. 4, no 510-512). En 1346, il est envisagé un prélèvement annuel de 200 livres (A. Magen, Jurades de la Ville d’Agen, Auch, 1894, p. 138).

54 Magen et Tholin, no LXXIV, p. 116 (1320) : Edouard II, roi d’Angleterre, interdit au custos ou serviens du salin d’Agen d’effectuer des perquisitions au domicile des habitants d’Agen.

55 Voir G. Tholin, Essai sur les limites de la juridiction d’Agen au Moyen Age et sur la condition des forains de cette juridiction, Recueil des Travaux de la Société... d’Agen, t. X, Agen, 1887, n’insiste pas sur cette inégalité de conditions de forains par rapport aux privilèges des habitants d’Agen, du moins au xiiie siècle.

56 Arch. histor. Gironde, t. 8, no CLXXXVIII, p. 280, 31 mars 1311 ; J. Gardelles, Les châteaux du Moyen Age dans la France du Sud-Ouest..., Paris, 1972, p. 246.

57 Selon Tropamer, la coutume d’Agen compte LXII chapitres. Or, les vendanges ou la vente du vin sont abordées à partir du LIVe chapitre, et ne concernent que quatre chapitres.

58 Vladimir I. Raytses, Programme de l’insurrection d’Agen en 1514, dans Annales du Midi, 1981, p. 255-277.

59 Tropamer, p. 10.

© Presses universitaires du Midi, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search