Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

L’approvisionnement en eau de la ville de Douai (xe-xvie siècles)

p. 197-201


Texte intégral

1Parmi les villes flamandes du Moyen Age, Douai est probablement celle que nous pouvons connaître le mieux. Le mérite en revient d’abord aux Archives municipales, extrêmement riches depuis le xiiie siècle1, mais autant aux quatre volumes de La vie urbaine de Douai où l’un des maîtres de l’histoire urbaine en France, Georges Espinas, a mis à la disposition du chercheur le fruit d’une érudition prodigieuse. Analyses et documents réunis, on y trouve également une très riche information concernant l’approvisionnement de cette ville2.

2Evoquons d’abord le marché des céréales où confluent les blés des vastes plateaux environnants. Rappelons aussi que la liste la plus complète des fournisseurs de laine anglaise provient des archives de Douai. La ville manque de bois de chauffe au point d’avoir favorisé l’extraction du charbon de terre dès le xiiie siècle, comme en Angleterre. Les matériaux de construction sont amenés par bateau sur la Scarpe. Pour les maisons, les fondations ont englouti des quantités énormes de troncs d’arbres3. La ville la plus ancienne fut effectivement fondée dans un marécage. L’eau abonde partout, et néanmoins c’est surtout l’eau qui a manqué depuis l’origine de cette ville nouvelle créée au xe-xie siècle.

3On peut dire que, sans le détournement préalable de toute une rivière, la ville de Douai n’aurait pas pris l’essor que nous lui connaissons. Au bout de trois siècles d’existence, elle atteint le rang d’une des six villes principales de la Flandre, environ vingt mille habitants4. Ses rives sont baignées par les eaux de la Scarpe. Mais cette situation est artificielle ; elle a été créée, perfectionnée et entretenue à grands frais tout au cours du Moyen Age. Les circonstances nous échappent pourtant. En 1913, Georges Espinas laissait volontairement sans réponse la question de savoir si les canaux urbains étaient d’origine artificielle ou naturelle5. Depuis, le caractère artificiel du détournement de la rivière même a été mis en doute6. Je me suis penché alors sur la question en deux études plus détaillées dont je résume ici les conclusions en ajoutant, d’après Espinas et les archives de la ville, quelques témoignages qui montreront la persistance, voire même l’aggravation des difficultés d’adduction d’eau à partir du xive siècle7.

4Tout d’abord, le détournement, ou plutôt les détournements, car il y en a eu au moins deux d’égale importance : l’un d’eux, sans doute le premier, a été réalisé aux villages de Biache-Saint-Vaast et de Vitry-en-Artois, à environ 8 et 12 kilomètres en amont de Douai. La rivière ancienne, au nom de Sate, y décrivait auparavant un tournant en direction du Sud-Ouest ; elle passait loin au sud de Douai et atteignait l’Escaut à la cote 35 (Bouchain). Le détournement l’a fait traverser partiellement le seuil de Vitry pour atteindre Douai à la cote 24-21, l’Escaut à la cote 14,5 (Mortagne). Par rapport à l’ancien cours, on constate ainsi un gain de dénivellation de plus de 20 mètres. Ce gain a été mis à profit pour la construction d’environ 25 moulins nouveaux, répartis entre Vitry et la ville de Douai où les roues se groupent à l’intérieur du noyau urbain le plus ancien.

5C’est un plan de 1580 qui montre le mieux cet ensemble de 16 roues hydrauliques disposées sur deux fronts, le premier recevant la force directement, le second indirectement à quelque 200 mètres des chutes supérieures8. On comprend qu’un tel système n’a pu fonctionner sans un règlement minutieux, destiné à coordonner les retenues d’eau qu’opéraient les meuniers des deux fronts de machines. Tout ce système se trouvait pourtant déréglé au moment où fut confectionné le plan. Les brèves remarques notées sur celui-ci notent un état matériel délabré, des retenues trop élevées9. Un mémoire contemporain rédigé par les « maîtres des héritages de la ville » montre que ces difficultés continuaient depuis longtemps de préoccuper les échevins. Ce que nous observons en 1580 correspond en fait à un système de moulins beaucoup plus ancien. Il existe tel quel vers 125010. Plusieurs moulins individuels sont attestés dans les actes dès le xie siècle. Il en est de même pour les moulins du cours supérieur compris entre Vitry et Douai. Dès le xie siècle, à Brebières, nous trouvons six moulins là où le ixe siècle n’en a connu qu’un seul. Entre temps, pour faire tourner ces roues supplémentaires, il a fallu y amener des masses d’eau provenant de la Sate.

Image

6Ce premier détournement est contemporain de la création et du premier agrandissement de la ville (xe-xie siècle). Assez tôt pourtant, il s’est révélé insuffisant, car les installations de Biache et de Vitry continuaient de laisser s’écouler une bonne partie des eaux sur l’ancien thalweg qui les amenait vers Bouchain. Un second détournement est intervenu alors à 10 kilomètres au sud de Douai, empruntant à partir de l’ancien fort d’Arleux, le tracé de l’actuel canal de grand gabarit (Valenciennes-Dunkerque). Un règlement échevinal suppose l’existence de cette « rigole d’Arleux » vers 125011. En 1341, le futur Jean le Bon affirme que la dicte eau... doie descendre en la dicte ville de Douay pour les forteresses, alors que le châtelain d’Arleux l’empêche dans son cours12. Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, va plus loin : les eaux du « courant » d’Arleux, déclare-t-il en 1386 à la demande des échevins, sont nécessaires pour la défense de Douai aussi bien que pour ses moulins et pour sa navigation. Mais la masse d’eau venant par ce « courant » a beaucoup diminué. Autrefois, elle rendait la rivière de la Scarpe (détournement de Vitry) forte et profonde, l’augmentait plus d’un tiers davantage qu’elle n’est au tems présent, et fesoit que les grains, blé et autres denrées et marchandises... étoient chariés en notre dite ville de Douai. La ville recevait cette eau de toute ancienneté, mais les eaux ont rompu les crêtes, les bateaux ne se chargent plus comme du temps passé13. A la fin de la guerre de Cent ans, le même canal d’adduction est du tout atterry et tourne a ruyne. Il aurait amené autrefois plus que la moitié de la rivière14, ce qui semble impliquer que le débit de la Scarpe détournée via Vitry a diminué lui aussi.

7Cette supposition n’est pas fausse. Dès 1338, nous apprenons qu’à Vitry la ville de Douai doit avoir 10 pieds d’eau courante et que se ni poet avoir nul empeschement15. De 1380 à 1410, un long conflit oppose les échevins au châtelain. Protégés par la nuit, les Douaisiens vont monter à Vitry pour y saccager ventelles, escluses et autres ediffices estons en la rivière16. Pour un montant de 3 200 florins d’or, la ville achète les droits dans la rivière que tenait la dame de Vitry. Treize ans plus tard (1423), elle les revend, mais elle retient le courant d’eau pour la fortification, pour le gouvernement des moulins et pour la navigation17.

8Leur politique de l’eau mène les échevins plus loin encore, vers l’autre extrémité du grand marais de Vitry. A Biache-Saint-Vaast, dès 1364, ils obtiennent des ventailles larges de V piés d’estaière chascun ; ces ventailles sont dues aux échevins comme au droit de la ville18. En 1402, celle-ci installe, à Vitry comme à Biache, ses propres éclusiers, ce qui n’empêche que cinquante ans plus tard, en 1458, le cours de la rivière soit ad present moult fort diminué. Des visiteurs désignent nominativement les sources qui alimentent la Scarpe et indiquent les travaux à faire pour remédier à la pénurie d’eau19.

9Pénurie d’eau : ces témoignages indiquent donc clairement le caractère précaire de l’approvisionnement en eau d’une des principales villes de Flandre. Le cas de Douai offre ainsi un paradoxe : fondée en un terrain regorgeant d’eau au point de rendre nécessaire des maisons sur pilotis, des rues stabilisées par des claies, la ville s’efforce néanmoins, soit à augmenter la masse d’eau amenée par détournements artificiels, soit à en maintenir ou en rétablir le niveau antérieur. Les meuniers de Douai couvrent les frais de nettoyage des étangs aménagés d’une part à Vitry et d’autre part à Sailly-en-Ostrevant, en amont d’Arleux20. L’eau amenée est jugée indispensable pour les besoins essentiels de l’économie urbaine : énergie, transport, défense. Sans elle, dit un historien à propos de Vitry, il n’y avait pour Douai « ni fortifications, ni moulins, plus de sécurité ni de pain »21.

Notes de bas de page

1 Ville de Douai - Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790 (AA à EE), Douai, 1876-98.

2 G. Espinas, La vie urbaine de Douai au Moyen Age, 4 vol., Paris, 1913.

3 P. Demolon et E. Louis, Douai, une ville face à son passé. Bilan de 6 années de recherches archéologiques, Douai, 1982, p. 42-44.

4 Trente mille, proposés dernièrement, me semblent exagérés, car les 180 hectares protégés par l’enceinte du xiiie-xive siècle n’ont jamais été entièrement couverts par des habitations ; il y restait toujours des zones de pâture et de jardins (A. Derville, Le nombre d’habitants des villes de l’Artois et de la Flandre wallonne, 1300-1450, dans : Revue du Nord, t. 65, 1983, p. 289-293). Il vaut donc mieux s’en tenir à l’estimation de J. Lestocquoy.

5 Espinas, supra, n. 2, t. I, p. 36.

6 Voir, entre autres, P. Demolon et J. Barbieux, Les origines médiévales de la ville de Douai, dans Revue du Nord, t. 61, 1979, p. 308 s. Espinas, t. I, p. 15, se prononce en faveur d’une « forme artificielle » du détournement.

7 D. Lohrmann, Entre Arras et Douai : Les moulins de la Scarpe au xie siècle et les détournements de la Satis, dans Revue du Nord, t. 66, 1984, p. 1023-1050. Id., Mühlenbau, Schiffahrt und Flußumleitungen im Süden der Grafschaft Flandern - Artois (10.-11. Jh.), dans Francia, t. 12, 1984 (à paraître).

8 Arch. mun. Douai, DD 347. Reproduit dans mes deux articles cités supra, n. 7.

9 Lohrmann, Francia, t. 12, Anhang I.

10 Espinas, supra, n. 2, t. III, p. 215, no 270.

11 Espinas, t. III, p. 414, n. 33 ; cf. t. II, p. 180, n. 4. Représentation de la rigole d’Arleux appelée « canal le comte », vers 1590 : Arch. mun. Douai, DD 432 ; voir Lohrmann, Revue du Nord, t. 66, Appendice I et planche 2. Dans le même article, je crois avoir montré que tout en étant postérieur à celui de Vitry, le détournement d’Arleux remonte néanmoins à la seconde moitié du xie siècle.

12 Espinas, t. IV, p. 271, n. 1127.

13 Arch. dép. du Nord, C 20 884. Pour le tonnage des bateaux circulant sur la Scarpe (escarpoises ou alévioires), voir G. Sivéry, Le bassin scaldien et la géographie de la circulation au xiiie siècle, dans Revue belge de philologie et d’histoire, t. 58, 1980, p. 829 sq.

14 Arch. mun. Douai ; DD 425 (a. 1458-59).

15 Espinas, t. IV, n. 1105.

16 F. Brassart, Histoire du château et de la châtellenie de Douai, t. I, Douai, 1877, p. 180.

17 Arch. mun. Douai, DD 376, 380.

18 Espinas, t. IV, n. 1253.

19 Arch. mun. Douai, DD 382 ; Voir ibid., DD 392 : les travaux de canalisation destinés à rendre la Scarpe navigable jusqu’à Arras apporteraient « courtesse d’eau » (vers 1590).

20 Espinas, t. IV, p. 271, n. 1127.

21 Brassart, supra, n. 16, p. 168. Ajoutons pour mémoire deux autres détournements près de Douai, mais de moindre importance et assez tardifs : 1458, autorisation par la châtelaine de Lambres, immédiatement en amont de Douai (AM, DD 381), et début xviie siècle (plan coloré, DD 390, n. 3), création d’un courant artificiel pour conduire l’eau de Braielle au fossé de la ville.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.