Version classiqueVersion mobile

L’approvisionnement des villes

 | 
Charles Higounet

Communications

Le rôle de la zone péri-urbaine dans l’approvisionnement des villes armoricaines au Moyen Age

Jean-Pierre Leguay

Texte intégral

  • 1 Parmi les travaux qui traitent des contacts étroits entre les villes et la campagne voisine, menti (...)
  • 2 Nous avons abordé ce problème dans notre livre, Un réseau urbain au Moyen Age, les villes du duché (...)
  • 3 Arch. dép. Ile-et-Vilaine, 1 Ba 10 et 14 ; Arch. dép. Loire-Atlantique, B 1800.

1L’expression géographique zone péri-urbaine, utilisée pour la commodité de cet exposé, nécessite une brève explication. Elle nous sert à désigner, faute de mieux, l’environnement immédiat d’une ville, l’équivalent en moins étendu et sans connotation juridique d’un contado italien ou du plat-pays nordique, une zone imprécise, fluctuante, mais nécessaire, pour plusieurs raisons, à l’économie et à l’approvisionnement des cités et des bourgades armoricaines1. Ses limites sont rarement indiquées dans les textes. L’exemple de Morlaix est unique en son genre. En 1455, une commission d’enquête, chargée par la Cour des Comptes de la rédaction d’un nouveau livre-rentier, l’équivalent ici d’un censier, décrit avec précision un territoire urbain et péri-urbain, soigneusement borné par des éléments naturels, par des chemins, des haies ou des murettes, par des pierres ou des croix plantées toujours à bon escient, sensiblement identique au territoire communal d’après 17902. Ailleurs, les « mettes » ou « cernes » se déduisent d’informations diverses, des délimitations seigneuriales et paroissiales, de l’extension maximale des travaux de voirie engagés par les municipalités au départ des grands axes commerciaux, de l’organisation de la défense puisqu’il est admis que les ruraux, domiciliés dans un rayon de deux à quatre lieues autour des places fortes, doivent participer à leur entretien et à leur protection, des règlements des métiers qui interdisent ou autorisent l’exercice d’une profession dans un secteur donné et en contrôlent la production, jusqu’à six lieues à la ronde chez les bonnetiers ou les teinturiers de Rennes3.

2Cette zone d’attraction urbaine, où beaucoup de citadins possèdent des biens, annoncée dans le paysage par des bornes, des croix, des chapelles plus nombreuses, par certains établissements secourables tels que les léproseries, est perçue au xve siècle à travers des extraits de comptes municipaux, seigneuriaux et paroissiaux, des aveux de propriété, des testaments et plusieurs rentiers bien conservés. Ces archives doivent nous permettre d’analyser les besoins d’une soixantaine de localités, les ressources proposées par un espace environnant qui couvre, grosso modo, un rayon de deux à dix kilomètres, d’estimer l’importance des approvisionnements en vivres et en matériaux de construction nécessaires à la consommation familiale, au marché local et aux chantiers.

1. La croissance de la consommation urbaine à la fin du Moyen Age

3L’importance que revêt l’arrière-pays rural à la fin du Moyen Age est liée à une augmentation très sensible de la consommation locale.

  • 4 Touchard (H.), Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Age, Paris, 1967, p. 55.
  • 5 Génicot (L.), Les grandes villes d’Occident en 1300, dans Economies et Sociétés au Moyen Age, Méla (...)

4Au terme d’une longue évolution, la Bretagne, longtemps sous-urbanisée, dispose au xve siècle, selon nos estimations, d’une soixantaine de villes, d’âge et d’origine différents, des villes héritées de l’Antiquité comme Nantes, Rennes ou Vannes, d’autres apparues auprès d’abbayes celtiques ou bénédictines du Haut Moyen Age avec Dol, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Tréguier ou Redon, une majorité de villes castrales nées au pied d’une forteresse aux xe - xiie siècles, et deux créations du xiiie siècle, Saint-Aubin-du-Cormier et Le Gâvre. Autant que nous puissions l’estimer avec un matériel démographique encore décevant, les citadins représentent un total d’environ 80 000 consommateurs sur peut-être 1 200 000 Bretons4. C’est peu, dira-t-on, mais notre province n’est ni plus ni moins urbanisée que beaucoup d’autres régions, que l’Auvergne, la Franche-Comté, la Savoie, la Basse Normandie et même le Val-de-Loire. Elle renferme deux « grandes villes », selon les normes retenues par L. Génicot, Nantes avec probablement 14 000 habitants et Rennes avec 13 000, une dizaine d’autres de 3 à 5 000 âmes avec notamment Vannes, Fougères, Guérande, Morlaix et Vitré, et plusieurs petits centres riches et dynamiques, exportant parfois très loin leurs marchandises comme Guingamp, Lamballe ou Saint-Malo5. Chacune de ces localités dispose aussi d’une élite bourgeoise, des marchands, des armateurs, des officiers de justice et de finance, des fermiers des impôts, déjà habitués au bien-être, à une alimentation plus riche et plus variée, qu’ils trouvent en partie dans le secteur péri-urbain.

  • 6 Le détail de ces événements et leurs conséquences se trouvent dans le livre de Leguay (J.-P.) et M (...)
  • 7 Leguay (J.-P.), La ville de Rennes au xve siècle à travers les comptes des miseurs, Rennes, 1968.
  • 8 On trouvera des précisions sur ces travaux dans Mussat (A.), Arts et cultures de Bretagne, un mill (...)

5Les villes armoricaines bénéficient d’un climat favorable après le drame de la guerre de Succession (1341-1364) et ses séquelles jusqu’en 13806. Alors que le royaume de France s’enfonce pour de longues années dans la crise, que l’Angleterre se heurte à des difficultés financières, le duché tire profit d’une paix relative, d’une politique de neutralité habile du duc Jean V (1399-1442), d’une stabilité du régime politique, de l’éviction momentanée de ses plus dangereux concurrents pour sortir de son isolement et prospérer. Cet essor n’est pas seulement artisanal et commercial, il est également architectural. L’œuvre militaire est remarquable et ces trois chiffres le soulignent. Rennes passe de 9 à 62 ha enclos avec l’érection de deux enceintes supplémentaires de 1421 à 14767. On refait ou on restaure, dans le même laps de temps, une trentaine d’autres clôtures et vraisemblablement une quarantaine de châteaux et de maisons fortes. Le patrimoine cultuel n’est pas négligé pour autant. Toutes les cathédrales connaissent des transformations et des apports notables et deux d’entre elles, celles de Saint-Pol-de-Léon et de Nantes, sont rebâties en entier à partir des années 1421 et 1434. Partout, on agrandit les églises paroissiales trop petites et on y ajoute de nouvelles chapelles. Les villes accueillent aussi deux monastères de Chartreux (à Auray et à Nantes), une vingtaine de couvents de Mendiants8. Bien que moins connue, la construction civile est aussi en pleine expansion avec l’apparition de halles plus étendues (trois à Rennes), d’horloges monumentales (à Dinan, Fougères, Nantes, Rennes), des premières « maisons communes », d’installations portuaires, de réseaux d’égouts et de pavés. Les habitations privées se multiplient intra et extra muros et contribuent à resserrer ou à dilater, par des rues neuves, des quartiers récents et des faubourgs, le tissu urbain, provoquant déjà une intense spéculation. Les comptabilités urbaines montrent que les cités d’Armorique consacrent plus de 50 % de leurs revenus aux remparts, contre 2 à 5 % à la voirie ; la fabrique de la cathédrale Saint-Pierre de Vannes emploie entre 35 et 60 % de ses ressources annuelles à des œuvres de maçonnerie et de charpente. Or, dans tous ces exemples, l’essentiel des frais engagés porte sur l’acquisition de matériaux et d’outils précisément dans le secteur qui fait l’objet de la présente analyse.

6Terminons cette évocation de quelques réalités bretonnes du xve siècle en rappelant un trait de mentalité commun à la plupart des notables et des ouvriers aisés de nos cités. Dès qu’ils ont de l’argent, les bourgeois qui sont souvent d’anciens ruraux et qui ont conservé la prudence des terriens recherchent des placements sûrs, achètent des maisons, des terrains à bâtir, des jardins, des vignes ou des prés. L’examen de la pénétration citadine dans le monde rural permet de montrer les méthodes utilisées depuis le « grignotage » de petites parcelles jusqu’à l’acquisition plus rare de fermes, de métairies et de petites seigneuries. Cette emprise reste pour le moment circonscrite dans la zone péri-urbaine. Elle se répercute dans le mode de vie de beaucoup de familles, rythmé par la nature, dans l’alimentation venue pour l’essentiel de la proche banlieue, dans l’aspect des maisons dotées de caves, de celliers, de granges et d’autres dépendances signalées dans les aveux et les rentiers.

2. L’intérêt économique du secteur péri-urbain

  • 9 Nous reprenons l’essentiel d’un article sur « Le paysage péri-urbain au xve siècle », Mémoires de (...)

7Il est considérable, ne serait-ce que pour deux raisons. Une forte demande locale et un marché favorisent certaines cultures spéculatives et l’élevage pour la viande et les produits laitiers. Les insuffisances, sans cesse signalées du réseau routier, et le coût prohibitif du transport, capable de doubler le prix de revient d’une marchandise pondéreuse sur une simple distance de 30 kilomètres, comme c’est le cas pour les pierres amenées du Tiercent à Vitré, incitent les citadins à tirer le maximum parti des environs immédiats de leurs cités. On distinguera deux catégories de produits livrés par l’arrière-pays9.

8Les matériaux de construction sont plutôt d’un intérêt collectif. Nous n’avons, en effet, aucun renseignement sur la vente à des particuliers, sur la construction privée.

  • 10 Leguay (J.-P.), L’approvisionnement des chantiers bretons en matériaux de construction (pierre et (...)

9Aux portes mêmes des villes armoricaines, existent trois sortes de forêts susceptibles de ravitailler les chantiers des villes, non seulement en merrains, planches, lattes mais aussi en charbon de bois, en genêts couramment employés pour les couvertures, en cendre qui entre dans la composition de la poudre, en écorce de chêne qui, une fois broyée par la force hydraulique des moulins, livre du tanin indispensable à l’industrie du cuir, en « lize » ou argile à potier pour la fabrication des tuiles et de tuyaux. Il y a tout d’abord les grandes silves ducales ou seigneuriales, aussi étendues que celles de La Guerche qui couvre, au xve siècle, une superficie de 5 917 journaux. Du bois de charpente est régulièrement écoulé sur les marchés de Châteaubriant, de Moncontour, de Montfort (en provenance de Brocéliande), de Rennes. Les forêts de Quénécan près de Pontivy, de Lanouée près de Josselin, propriété des Rohan, ravitaillent ces villes, Auray, Vannes et d’autres localités de l’actuel Morbihan. La forêt des Huguetières, au sud du lac de Grandlieu, propriété des Laval, expédie son bois à Machecoul, toute proche, où viennent des acheteurs de tous les horizons, d’Anjou, du Poitou. Une coupe de 1451 porte sur 518 chênes. Après ces silves, les parcs ducaux ou privés, vastes ensembles domaniaux clôturés rappelant les réserves carolingiennes, remplissant le même rôle, le parc de Calmont à Vannes, celui de Morlaix qui a laissé un souvenir dans la toponymie locale sous l’appellation de Parc-au-Duc, le parc de Châteaulin délimité par deux enceintes, le parc de Châteaubriant de 1 000 journaux. Enfin, beaucoup de seigneurs, de collectivités religieuses, de bourgeois détenteurs de bosquets vendent régulièrement leurs arbres sur les marchés locaux. Les chantiers nantais s’adressent à des propriétaires de Carquefou, d’Orvault, de Sauteron, de Thouaré, etc.10.

  • 11 Signalons aussi les « vieilles pierrières » du chemin de « Croassiou Moyen » à Saint-Pol-de-Léon, (...)

10C’est aux abords immédiats des villes que se rencontrent de préférence la plupart des carrières fournissant la pierre courante de « maczonnage ». Il s’agit plutôt de petits postes d’extraction, vite abandonnés quand leur exploitation devient impossible ou n’est plus assez rentable. On les désigne par le nom de leur propriétaire, d’un champ, d’une rue, d’une colline ou d’un quartier. Nous en avons recensé une dizaine autour de Rennes, autant à Nantes, six à sept dans les environs de Vannes11. Les comptes mentionnent aussi des « perrières » d’une plus grande capacité de production, de réputation régionale ou même nationale. Leur nom a d’ailleurs fini par désigner une variété connue et appréciée de matériau, comme « l’orvault » des environs de Nantes. Les plus célèbres, après Daoulas avec son kersanton, sont celles de Misery ou de Miseric à Chantenay, un « grison » (une granulite dure) étroitement associé à l’effort d’urbanisme nantais, la carrière de Grasmollet sur le rocher de Saint-Malo, le Tertre Saint-Sauveur de Lamballe, la carrière de Landemorin à Rennes, connue pour ses pavés, la Goupillère près de Vitré.

11D’autres productions du même secteur intéressent cette fois plutôt les familles paysannes ou bourgeoises.

12Le jardin est omniprésent, derrière les habitations, au pied des remparts, autour des douves. Mais à côté de petits lopins de quelques « perches » ou « sillons », d’autres, en nombre et en étendue croissants, constituent de véritables ceintures maraîchères et leurs légumes ou leurs fruits alimentent un commerce d’exportation. Morlaix, déjà célèbre pour ses aulx et ses oignons, Saint-Renan, Hédé près de Rennes avec son quartier des « Courtillets », Fougères avec les secteurs du Gast et de Rillé et d’autres localités ont acquis une spécialité horticole qui n’est pas négligeable.

13Nous ferons la même remarque pour la viticulture largement répandue en Bretagne, bien au-delà des limites actuelles, accrochée intra et extra muros aux murs des propriétés, des édifices publics (Ancenis, Clisson). Le vignoble envahit littéralement le paysage péri-urbain des paroisses du Grand Nantes (Saint-Donatien, Saint-Similien, Saint-Nicolas), l’arrière-pays rennais qui produit à Cesson, à Thorigné, à Saint-Laurent-des-Vignes une sorte de « gros plant », les environs de Guérande, de Vannes, de Quimper, de Redon. Cette viticulture, mobilisatrice de « capitaux » et d’énergie, a laissé des souvenirs dans les comptes seigneuriaux ou hospitaliers.

  • 12 La Borderie (A. de), Notes sur la culture de la vigne en Bretagne avant le xvie siècle, Association (...)
  • 13 La petite ville de Quintin en compte 19 en 1495. Les halles de Guingamp abritent 34 étaux de bouch (...)

14L’aspect champêtre des quartiers périphériques des villes est encore souligné par des terres céréalières omniprésentes, par des parcelles réservées au chanvre et au lin, deux matières premières industrielles qui font la réputation du terroir de Bécherel, de la Rouairie de Dinan, des villes du Léon ou de Vitré et surtout par des prés. L’élevage péri-urbain est en progrès constant. La vingtaine de seigneuries qui ceinturent Ploërmel au xve siècle consacrent à l’herbe entre le tiers et la moitié de leur étendue. Les prairies des évêques, des abbés justifient le maintien anachronique de corvées de fenaison (Rennes). Les parcs à bétail sont mentionnés en bonne place dans les rentiers et dans les aveux. Partout, l’herbage apparaît comme un placement sûr pour les seigneurs dont les métairies et les fermes alimentent les marchés locaux (Redon, Machecoul)12, pour les marchands et les officiers enrichis, pour les bouchers qui appartiennent à une des professions de l’alimentation les mieux représentées dans notre province13.

3. Un essai d’estimation

15L’importance des approvisionnements péri-urbains se remarque à trois niveaux.

  • 14 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 148 (16 janvier 1437) ; voir aussi G 21 (15 février 1485, testament (...)
  • 15 Nous donnons plusieurs exemples dans notre livre Sur la rue au Moyen Age.
  • 16 Touchard (H.), La consommation et l’approvisionnement en vin de la Bretagne médiévale, Mémoires de (...)

16L’environnement urbain intervient sans doute pour beaucoup dans le ravitaillement familial. Faute de précisions chiffrées, nous le déduisons de fréquentes allusions dans les textes. Les testaments insistent sur cet apport. Le chanoine nantais, Jean Robin, indique dans le sien du 16 janvier 1437 la possession à Saint-Clément, près de la Loire, de 7 journaux de prés, d’une quinzaine de quartiers de vigne auprès d’une maison, sans oublier d’autres biens à Machecoul et des salines dans la baie de Bourgneuf. Il consomme une partie de ses revenus en nature puisqu’il cède à ses proches du « lard nouveau », un setier de froment et deux pipes (de 450 litres chacune) de vin local14. D’autres documents du même type et des aveux montrent que les bourgeois propriétaires s’intéressent en priorité au bois (pour 25 % des terres acquises), à la vigne et aux produits de l’élevage. Les rares inventaires et descriptions d’hôtels particuliers intra muros mettent l’accent, dans l’énumération de dépendances, sur les caves, les celliers, les granges, les « étables » (en fait les écuries) et les ordonnances municipales confirment les préoccupations très domestiques et rurales des demeurants, en dénonçant à plusieurs reprises les fumiers, les tas de bois, les barriques devant les portes des maisons15. A chaque fois que nous avons des renseignements sur l’alimentation bourgeoise, force est de constater que nous avons affaire à de gros buveurs et à de gros mangeurs de pain et de viande, à une population citadine qui boit en moyenne, à Nantes, 120 litres par an, ce qui signifie qu’à côté d’amateurs d’eau par âge ou par nécessité, d’autres sont capables d’exploits en la matière, à l’imitation de ces Rennais, accompagnateurs de la duchesse Anne aux cérémonies de son mariage en décembre 1491, dont les prouesses gastronomiques (4 litres de vin fort par personne) sont minutieusement décrites dans un petit opuscule de dépenses aux frais de la ville16.

  • 17 Arch. dép. Côtes-du-Nord, E 621 (archives de Moncontour) ; E 916 (1420, archives de Guingamp).

17Le ravitaillement du marché local, des tavernes, est déjà plus facile à apprécier. Nous disposons maintenant des pancartes ou tarifs d’imposition des « coutumes » seigneuriales et des octrois municipaux sur les marchandises courantes. Les coutumes de Saint-Renan et de Lesneven donnent une nomenclature particulièrement fournie de fruits et légumes vendus aux halles ou cohues et sur des places spécialisées. On y vend des choux, des « naveaux », des « panais », du « porée », mais aussi des « graines de jardinage », des « graines de lin », des menus outils et des sabots. Morlaix exporte déjà vers l’Angleterre de l’ail et des oignons, tradition qui s’est perpétuée de nos jours dans le Léon par la ligne de Roscoff. Le marché céréalier de Guingamp est qualifié de « plantureux », celui de Moncontour fréquenté par des intermédiaires (70 noms connus) qui fixent, chaque année, le cours officiel des denrées17. Malestroit, Montauban sont des marchés de bestiaux connus jusqu’à Nantes. L’une des trois métairies des Huguetières écoule plus de 70 % de ses animaux, bovins, porcs et moutons, aux trois grandes foires de Machecoul. L’importance de la viticulture locale et aussi des importations se répercute au niveau des débits de boisson qui prolifèrent en Armorique : 197 à Morlaix et dans sa châtellenie, 51 à Dol en 1416 pour moins de 3 000 citadins et pour les pèlerins de passage, 15 à Antrain en 1438 pour moins de 1 000 habitants. Autres chiffres, autres témoignages, la forêt de La Guerche nourrit aux portes de la cité 3 485 porcs en 1395, celle de Quintin 1 556 en 1461. A Machecoul, plusieurs familles du faubourg de Saint-Martin expédient à la glandée 1 500 à 1 600 cochons au maximum, pour lesquels ils paient des droits « d’affiage et de pasnage ». Gageons qu’une partie sert à la consommation locale. Les comptes de la fabrique de Saint-Jean-de-Béré à Châteaubriant font état, à l’aube du xvie siècle, d’une forte demande de produits laitiers et de viande.

  • 18 On se heurte en Bretagne comme dans d’autres régions à une méconnaissance totale de la capacité de (...)
  • 19 Le détail de ces chiffres est publié dans les Actes du colloque Pierre et Métal de Paris I.

18Mais plus intéressant car susceptible d’être estimé est le ravitaillement des chantiers urbains. Les comptes des miseurs nantais et rennais donnent de précieuses informations sur l’origine et les quantités de matériaux de construction amenés par charretées ou par bateaux sur les fleuves18. Après les métaux importés de loin, d’Espagne ou d’Angleterre, environ 18 à 20 % des dépenses de matériel, les outils spécialisés, le reste est surtout un apport de l’hinterland voisin. La plupart des pipes et des tonneaux de chaux utilisés à Rennes arrivent de la « Chaussaerie du Pan » à Chartres-de-Bretagne, aux portes de la ville. Le sable est recueilli dans le lit des rivières ou sur la côte. Le bois qui représente, selon la nature de l’œuvre, entre le quart et le tiers des frais, est tiré des forêts les plus proches. Quant aux pierres, à l’exception de blocs ou d’ardoises recherchées pour une qualité exceptionnelle et un usage particulier et achetées au-delà des limites habituelles ou à l’étranger (granit de Chausey, calcaire de Caen ou du Poitou, tuffeau de Saumur), l’essentiel provient de l’arrière-pays. Ainsi, les Rennais emploient dans les années bien connues de 1418 à 1426, pour l’enceinte de la Ville Neuve, 11 342 charretées de pierre des carrières de la rue Hux (rue de Paris), 217 de la colline de Saint-Cyr route de Brest, contre seulement 57 d’Orgères, paroisse plus éloignée. Nantes s’approvisionne dans les années 1444-1494 à Miseric et aux environs de Saint-Sébastien pour la pierre, près de Richebourg et de Thouaré sur les bords de la Loire pour le sable. Les chantiers militaires achètent durant cette période, qui comporte quelques lacunes dans l’information : 36 256 quartiers de « grison », 2 780 charretées de pierre, 57 916 charretées de sable, 3 000 corbeaux de machicoulis taillés sur place, 10 177 tonneaux (sic) de pierre, contre 13 961 blocs de tuffeau du Val-de-Loire19. Cette volonté délibérée de se fournir le plus près possible des chantiers pour diminuer les frais de transport a eu une conséquence fâcheuse, une tendance à lésiner sur la qualité et la solidité des matériaux employés.

19Cette symbiose entre la ville et la campagne toute proche, particulièrement sensible dans le secteur que nous avons choisi comme cadre de cette étude, est un phénomène général dans tout le duché et que nous retrouvons aussi dans d’autres villes du royaume, à Bordeaux, à Toulouse, à Tours, à Besançon pour ne citer que quatre exemples qui ont fait l’objet d’analyses approfondies.

Notes

1 Parmi les travaux qui traitent des contacts étroits entre les villes et la campagne voisine, mentionnons le livre collectif de Chedeville (A.), de Le Goff (J.) et de Rossiaud (J.), Histoire de la France urbaine, tome II, La ville médiévale, Paris, 1980, l’article de Jourdan-Lombard (A.), Oppidum et banlieue, sur les origines et les dimensions du territoire urbain, Annales E.S.C., 1972, p. 373-395, et l’ouvrage de Fietier (R.), Recherches sur la banlieue de Besançon au Moyen Age, Annales littéraires de l’Université de Besançon, Paris, 1973.

2 Nous avons abordé ce problème dans notre livre, Un réseau urbain au Moyen Age, les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, 1981, et récemment dans La rue au Moyen Age, Rennes, 1983.

3 Arch. dép. Ile-et-Vilaine, 1 Ba 10 et 14 ; Arch. dép. Loire-Atlantique, B 1800.

4 Touchard (H.), Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Age, Paris, 1967, p. 55.

5 Génicot (L.), Les grandes villes d’Occident en 1300, dans Economies et Sociétés au Moyen Age, Mélanges offerts à Ed. Perroy, 1973, p. 199 à 219.

6 Le détail de ces événements et leurs conséquences se trouvent dans le livre de Leguay (J.-P.) et Martin (H.), Fastes et Malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532, Rennes, 1982.

7 Leguay (J.-P.), La ville de Rennes au xve siècle à travers les comptes des miseurs, Rennes, 1968.

8 On trouvera des précisions sur ces travaux dans Mussat (A.), Arts et cultures de Bretagne, un millénaire, Paris, 1979, ou dans Martin (H.), Les Ordres mendiants en Bretagne, Paris, 1975. Une statistique limitée aux réalisations les plus importantes dans les paroisses dénombre, entre 1400 et 1500, 26 chantiers d’églises dans le Finistère, 27 dans les Côtes-du-Nord, 12 dans le Morbihan, 10 en Loire-Atlantique, 6 en Ile-et-Vilaine.

9 Nous reprenons l’essentiel d’un article sur « Le paysage péri-urbain au xve siècle », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LVII, 1980, p. 63-127.

10 Leguay (J.-P.), L’approvisionnement des chantiers bretons en matériaux de construction (pierre et métaux), Colloque pierre et métal de l’Université de Paris I, juin 1982 (Paris, 1985). Aucune étude de synthèse n’a été entreprise jusqu’à présent sur les parcs bretons qui pourraient être d’anciens domaines carolingiens ou dépendant des princes de Basse-Bretagne.

11 Signalons aussi les « vieilles pierrières » du chemin de « Croassiou Moyen » à Saint-Pol-de-Léon, celles des coteaux d’Avesac à Redon, de la Rive à Quimper, du Gast à Fougères. Voir Hardy (L.), Les carrières du côteau de Misery à Chantenay dans les Annales de Nantes et du Pays nantais, 1966 et 1967.

12 La Borderie (A. de), Notes sur la culture de la vigne en Bretagne avant le xvie siècle, Association Bretonne, X, 1892 ; Guibert (A.), Etude sur le vignoble dans le comté nantais au Moyen Age, D.E.S., Nantes, 1970 ; Saddier (E.), Une seigneurie rurale du Pays Nantais au xve siècle, les Huguetières, D.E.S., Chambéry, 1975.

13 La petite ville de Quintin en compte 19 en 1495. Les halles de Guingamp abritent 34 étaux de bouchers en 1440, etc.

14 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 148 (16 janvier 1437) ; voir aussi G 21 (15 février 1485, testament d’Amaury Main de Nantes), G 325 (13 février 1485, testament de Jehan Catint de Nantes).

15 Nous donnons plusieurs exemples dans notre livre Sur la rue au Moyen Age.

16 Touchard (H.), La consommation et l’approvisionnement en vin de la Bretagne médiévale, Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de la Bretagne, t. XL, 1960, p. 48, Bougerie (H.) et Morin (G.), Alimentation de quelques bourgeois rennais à Tours à la fin du xve siècle, Rennes, 1972.

17 Arch. dép. Côtes-du-Nord, E 621 (archives de Moncontour) ; E 916 (1420, archives de Guingamp).

18 On se heurte en Bretagne comme dans d’autres régions à une méconnaissance totale de la capacité de la charrette et de la valeur de l’unité de transport, la charretée. On sait seulement que sa contenance est moins importante que celle du chariot à quatre roues et du tombereau à benne basculante. Les autres mesures mentionnées dans ce dossier sont : la pipe de 450 litres, le journal de 48 ares 62, divisé en 90 perches, le sillon de 2 ares 43. La charrette vaudrait au minimum une tonne.

19 Le détail de ces chiffres est publié dans les Actes du colloque Pierre et Métal de Paris I.

© Presses universitaires du Midi, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search