Version classiqueVersion mobile

L’approvisionnement des villes

 | 
Charles Higounet

Rapports

L’approvisionnement des villes de Castille aux Temps modernes

Bartolomé Bennassar

Texte intégral

1Une trentaine d’années de familiarité avec les archives espagnoles m’ont convaincu de cette vérité d’évidence, qui n’est pas seulement espagnole : à l’époque moderne, et sauf circonstances exceptionnelles, la structure de protection et de défense authentique des individus est la ville, dans une moindre mesure le gros bourg ou le village. L’Etat ne fait guère figure que de prédateur : il prélève de l’argent et ses exigences fiscales vont croissant tout au long de la période moderne ; il prélève des hommes pour l’accomplissement de sa politique extérieure. Or, une fois encore, sauf exceptions (par exemple celles qui concernent les populations des zones frontières ou des régions littorales), les sujets éprouvent ces prélèvements comme des pertes « nettes » dont ils n’aperçoivent aucune retombée : ni sous la forme d’une participation de l’Etat à l’équipement de leur région (routes, ponts, par exemple) au moins jusqu’au xviiie siècle, ni sous la forme d’une politique de développement économique, cette fois encore jusqu’au xviiie siècle, d’une politique d’assistance sociale ou d’éducation. Il peut se faire que la ville et l’Etat coïncident dans un effort de défense de certaines populations, lorsque la ville est siège de la Cour et du gouvernement. Mais il y a alors naissance ou consolidation d’un privilège et l’intervention de l’Etat sur les marchés, pour assurer par exemple le ravitaillement de la ville-capitale, se fait aux dépens des autres collectivités en provoquant ailleurs la pénurie et l’enrichissement des denrées.

I. Le rôle de l’Etat

2Cela dit, le rôle de l’Etat dans l’approvisionnement des villes est loin d’être nul dans le royaume de Castille aux Temps Modernes. On peut même considérer qu’il s’agit d’une intervention essentielle puisqu’elle a pour but d’assurer l’alimentation, donc la survie de nombreux sujets qui ne vivent pas sur les lieux immédiats de la production des denrées alimentaires. On peut définir schématiquement ce rôle de la façon suivante :

  • 1 Les textes disent : mayordomo de la alhóndiga.
  • 2 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Ed. d (...)

3Pendant la plus grande partie de la période, cette intervention prend la forme d’un soutien au dirigisme qui prévaut dans l’approvisionnement urbain. Dès les Rois Catholiques, l’Etat aide à la création des alhóndigas ou positos, c’est-à-dire aux magasins de stockage des grains, gérés sous une forme ou sous une autre par les municipalités ou des fondations pieuses, souvent par un majordome qui n’a que cette fonction1. C’est encore l’Etat (ici le Conseil de Castille) qui accorde, éventuellement, le droit de prélever des taxes (sisas) sur la consommation de certains produits alimentaires (en général viande, poisson ou vin). C’est encore le gouvernement qui, s’il le juge nécessaire, fixe le maximum des prix. L’Etat et le roi lui-même interviennent pour favoriser l’importation de « blé de mer » dans les villes qui ne peuvent se suffire de la production locale ou régionale. Or, ce ne sont pas seulement Barcelone et Valence, métropoles du royaume d’Aragon, mais aussi toutes les villes du sud-est du royaume de Castille et Séville elle-même qui sont déficitaires en blé. Je me contente de renvoyer à la Méditerranée de Fernand Braudel, qui signalait les incessants efforts de Philippe II pour obtenir le maximum de blé sicilien2. Le blé d’Afrique du Nord, et notamment d’Oranie, était également très convoité. Inversement, et plus rarement, il revient à l’Etat d’accorder des licences de sortie de grains, du royaume de Castille vers ceux d’Aragon et de Portugal.

4Cet interventionnisme est évidemment le résultat de la prise de conscience de l’inélasticité du marché des denrées alimentaires et tout spécialement de celui des grains. C’est l’inélasticité qui oblige à une organisation rigoureuse du marché pour assurer son approvisionnement et limiter la spéculation. D’autre part, il est évident que l’Etat intervient parce qu’il connaît la relation entre approvisionnement en denrées de première nécessité à prix modéré et maintien de l’ordre public. Sur ce plan, on peut affirmer qu’il y a communauté d’intérêts entre l’Etat et les catégories dirigeantes des villes.

  • 3 Laura Rodriguez, The Spanish riots of 1766, in : Past and Present, mai 1973, p. 117-146.
  • 4 Rappelons que l’alcabala, impôt sur les transactions, était le premier revenu fiscal du royaume de (...)

5Précisément, l’inélasticité persistante du marché en plein xviiie siècle et l’influence qu’elle a sur l’ordre public vont provoquer l’échec de l’Etat lorsque, sans renoncer au dirigisme, il va tenter d’instaurer la liberté du commerce des grains. Les émeutes de 1766 feront apparaître comme l’a souligné Laura Rodriguez, la fidélité des populations et de nombreux notables à un système qui leur donnait de plus grandes assurances3. L’espace de liberté économique existant leur paraissait suffisant : il concernait un certain nombre de denrées, comme nous le verrons ci-dessous, et s’élargissait chaque année, dans la plupart des villes, lors des foires franches, accordées par le privilège royal et qui duraient en général une ou deux semaines. En Castille, la première foire franche avait été accordée à la ville de Valladolid en 1156 et dédoublée par un privilège d’Alphonse X le Sage en 1263, de telle sorte que la ville avait deux foires franches de 15 jours, l’une au milieu du Carême, l’autre en septembre. Ces foires étaient exemptes de l’impôt sur les transactions commerciales, c’est-à-dire 1’alcabala4. En revanche, le marché dit libre qui se tenait un ou plusieurs jours de la semaine n’était nullement exempt de droits.

6Tel est rapidement défini le champ d’intervention de l’Etat dans l’approvisionnement des villes. Beaucoup plus vaste, plus complet est le rôle de l’Institution municipale. Et ce rôle est proportionnel à l’importance des denrées dans la consommation de la population, comme il était logique de le supposer.

II. Le rôle des municipalités

1. L’obsession du blé

  • 5 Bartolomé Bennassar, Un Siècle d’Or espagnol, Paris, 1982, p. 131-134.

7Dans ma thèse sur Valladolid, j’avais consacré plusieurs pages à ce que j’ai appelé l’obsession du blé. J’ai pu, depuis, me rendre compte que cette obsession était largement répandue, ce qui est parfaitement logique eu égard à ce que l’on sait des consommations alimentaires : aux Temps Modernes, en Castille comme en France, en Italie, en Allemagne, aux Pays-Bas, etc., les céréales représentent une part fondamentale de la ration alimentaire et notamment de l’apport calorique. Dans un livre récent, Un Siècle d’Or espagnol, j’ai essayé de rassembler les données dont on dispose actuellement sur les rations du xvie siècle en Castille et même si la part des céréales est un peu inférieure à ce qu’elle était en France elle reste dominante5.

  • 6 Bartolomé Bennassar, Valladolid au Siècle d’Or, Paris, 1967, p. 66.

8Pour assurer l’approvisionnement indispensable en grains, les villes de Castille ont associé au secteur libre qui, en année normale, est prépondérant un secteur public. Ce secteur public est constitué par une alhóndiga, un posito ou, en Navarre, un vinculo. Il joue le rôle de régulateur du marché libre, en amortissant les variations des cours, notamment en année déficitaire de la production régionale, à plus forte raison quand l’année est calamiteuse. J’ai eu l’occasion de montrer comment fonctionnait le système à Valladolid où au marché libre de la Rinconada était juxtaposée la alhóndiga qui disposait de trois magasins sur la place de Santa Maria, dans les rues de Sacramento et de Gormaz. Le caractère régulateur de la halle aux grains apparaît parfaitement dans le cas de l’année-récolte 1567-68 : en raison du déficit de la récolte de l’année 1567, la halle vend sur le marché libre de la Rinconada du grain et du pain cuit à partir de 1568 (janvier) à des prix modérés (12 charges de blé par jour, soit un peu plus de 26 hl, plus de 5 000 kilos de pain). En mai 1575, lorsque la pénurie est beaucoup plus accusée, la quantité vendue s’élève à 25 ou 30 charges de grain, environ 60 hectolitres6.

9Cela suppose que la alhóndiga ou posito soit approvisionnée suffisamment. Pour ce faire, il faut que les municipalités se tiennent au courant des prévisions de récoltes, puis des premières estimations, pour pouvoir acheter à temps sur les marchés les plus avantageux. C’est donc bien ainsi que les choses se passent et c’est en général un regidor, donc une personnalité importante, qui est chargée de diriger la tournée d’achat. Celle-ci peut, dans les mauvaises années, être longue, lointaine, difficile, et il vaut mieux l’effectuer en août, septembre ou octobre qu’en janvier ou février.

10Ce système a atteint une très grande diffusion : dès l’époque des Rois Catholiques, on relève l’existence de ces services publics à Séville, Burgos, Madrid, Tolède, Valladolid, Jaen, par exemple. C’est le cardinal Cisneros lui-même qui fonde celui d’Alcala de Henares en 1513. En Navarre, à la même époque, on observe l’existence de la même institution, ainsi à Tafalla et Puente la Reina. Tout au long du xvie siècle, plus modérément au cours du xviie, puis, avec une impulsion nouvelle au xviiie siècle, le mouvement de création des positos va continuer et concerner de simples villages.

  • 7 Gonzalo Anes Alvarez, El Antiguo Regimen. Los Borbones, Alianza Edit., 1975, p. 279-285.

11Dès la fin du xvie siècle, en Vieille Castille, des bourgs et villages comme Matopozuelos, Torrelobatón, Tudela de Duero, Cigales, Villanubla, ont leur posito. En 1751, selon la statistique publiée par Gonzalo Anes, il existe 3 371 positos en Espagne d’origine publique (mais seulement 185 en Aragon, 12 en Catalogne et 69 à Valence, ce qui veut dire que l’immense majorité appartient au royaume de Castille). Les provinces de Cuenca, Tolède, Grenade, Soria, Ségovie et Salamanque, en ont respectivement 293, 255, 254, 218, 209 deux fois, ce qui montre bien que ce ne sont pas seulement les villes importantes qui sont pourvues de cette institution. Le caractère public apparaît dans la composition du conseil d’administration. Ainsi, l’ordonnance municipale du 16 octobre 1556, qui créa le posito de Murcie, publiée récemment par Francisco Chacon, montre que dans le conseil d’administration siègent le corregidor, le regidor, un jurat et un chanoine de la cathédrale. Mais de nombreux positos sont le fruit de fondations pieuses : en 1751, à côté des 3371 positos publics, il y en avait plus de 1 500 qui étaient d’origine charitable. Avec l’appui de l’Etat, et notamment la création en 1751 d’un Superintendant général des positos, le mouvement de création repart de plus belle et, en 1773, il existait en Espagne 5 225 positos publics grâce aux 1 854 fondations survenues depuis 1751, dont plus de 1 000 dans les pays de la Couronne d’Aragon mais la Castille, au total, en avait près de 4 000. A cette première catégorie s’ajoutaient 2 865 positos de fondation pieuse, dont il faut cependant préciser que leurs capacités étaient bien moindres puisqu’en 1773 leurs stocks en blé ne représentaient que 10 % des positos publics7.

12J’ai déjà signalé la vocation régulatrice et antispéculative des positos, on pourrait presque ajouter, en langage économique, que leur fonction était anticyclique. Elle s’exerçait en effet non seulement par les ventes de grains et de pain cuit sur les marchés ou aux boulangers mais aussi par des prêts aux laboureurs quand le grain manquait pour les semences et par une fonction de crédit rural qui s’est beaucoup développée au xviiie siècle. Mais il ne faut pas se dissimuler que la gestion de ces institutions était difficile et pas toujours exemplaire : de mauvaises conditions de stockage nuisaient à la qualité du grain, provoquaient l’invasion des charençons, de sorte que le blé devenait invendable si la récolte suivante était bonne ; il y avait des erreurs dans l’appréciation de la conjoncture, de sorte que les positos achetaient trop ou pas assez. Le rythme des ventes n’était pas suffisamment ajusté aux prévisions et à l’écoulement des récoltes, et si des réserves excessives étaient conservées les cours s’effondraient dès l’annonce d’une bonne récolte, le posito vendait à perte à moins que des mesures autoritaires soient prises, interdisant provisoirement l’importation de grains. Bref, la gestion était déficitaire.

  • 8 James Casey, The kingdom of Valencia in the seventeenth century, Cambridge University Press, 1979, (...)

13Ainsi, à Valladolid, les comptes de Pedro Vásquez de Salazar, regidor et commissaire de la alhóndiga, montrèrent qu’en trente ans, de 1556 à 1586, la perte avait été de près de 16 millions de maravedis, un peu plus de 500 000 par an, somme élevée mais pas scandaleuse si l’on songe que la ville devait acquitter 7 700 000 maravedis par an au titre de l’alcabala en 1557-61 et 19 millions en 1579-81. J’ai d’ailleurs montré que le déficit de l’alhóndiga avait pu longtemps être soldé par les bénéfices de l’adjudication des alcabalas et, au temps de la prospérité, cela a dû être le cas de nombreuses villes. Au xviie siècle, une plus grande rigueur aurait dû s’imposer, mais il n’est pas sûr qu’elle ait pu s’imposer. En tout cas, dans le royaume de Valence, James Casey a démontré que les municipalités s’étaient ruinées ou du moins lourdement endettées dans leur politique de welfare State où les achats de grains à l’étranger tenaient une grande place8. Il est vrai aussi qu’au xviiie siècle l’Etat a parfois utilisé indûment les fonds en argent des positos transformés malgré eux en banquiers.

14Qu’il s’agisse du marché libre ou des positos, le souci de l’approvisionnement a conduit à définir pour chaque ville des aires d’achat. Je renvoie notamment aux communications de Francis Brumont et de Juan Gelabert pour Burgos et les villes de Galice. Dans les années difficiles, les envoyés des municipalités se livraient ainsi à de rudes luttes d’influence sur les marchés encore pourvus. Ainsi, Tolède se fournissait habituellement dans les campagnes de la Sagra et de la Manche. Mais, en cas de nécessité, les émissaires de Tolède allaient jusqu’aux abords de Toro et de Salamanque, voire jusqu’à la Terre de Campos où ils entraient en concurrence avec ceux de Madrid, Burgos ou Valladolid. Les villes du Levant murcien se fournissaient surtout en Sicile ou en Afrique du Nord. En bonne santé, Murcie ne pourvoyait qu’au quart de sa consommation, trois mois de blé seulement.

15En dépit des pertes, des erreurs de gestion, des malversations, le rôle des positos ou alhondigas a été positif. Il a considérablement atténué l’ampleur des crises frumentaires tant qu’il a fonctionné correctement. Les dérèglements du système au xviie siècle, conséquence de l’appauvrissement général, ont aggravé les famines, surtout dans l’Espagne centrale où le recours au « blé de mer » était impossible. Au xviiie siècle, les progrès de l’administration publique ont entraîné un retour en force du système.

2. La viande, le poisson, les denrées de base. Les obligados

16On retrouve le dirigisme dans l’approvisionnement des denrées protéiniques, viande et poisson, mais aussi, au moins dans de petites agglomérations, de la charcuterie, de l’huile d’olive (surtout dans les zones non productrices), du sel et parfois du vin, des chandelles et du bois. Le système dominant est celui de l’obligado (appelé parfois d’un autre nom, ainsi abastecedor à Murcie), c’est-à-dire que la municipalité met en adjudication les boucheries et la poissonnerie, ou encore la taverne, et passe marché avec l’individu ou la compagnie qui lui fait les propositions les plus avantageuses : celui-ci s’engage (s’oblige) à approvisionner les tables de viande ou de poisson durant toute la saison. Les contrats portent mention des viandes (bœuf, veau, mouton, agneau) ou des poissons à fournir (frais, « remouillé », salé, en baril, etc.) à des prix fixes. En échange, les obligados ont le monopole du service, exception faite des foires et marchés francs. Dans des villes comme Vallodolid et Grenade, il existait deux sortes d’obligados : celui de la boucherie publique et celui de la boucherie franche de l’Audience. Souvent la ville réserve à l’obligado des boucheries des pâturages municipaux où il pourra entretenir son bétail sur pied. Le même système fonctionne pour la poissonnerie.

17Les contrats ne vont pas sans péripéties. Dans son souci d’obtenir la fourniture de viande ou de poisson au meilleur prix, la municipalité se montre parfois trop exigeante et les faillites d’adjudicataires imprudents ne sont pas rares. Il arrive également que le malheur des temps ou l’exigence excessive de la municipalité amènent tous les candidats à l’adjudication à se dérober : la municipalité est alors obligée de prendre en régie la boucherie ou la poissonnerie. Le résultat est alors, régulièrement, désastreux : en quelques mois, des pertes sévères contraignent les édiles à composer et à accepter avec de nouveaux adjudicataires une révision sérieuse des prix.

18Une ville comme Madrid posait, au xviiie siècle, des problèmes particulièrement délicats. Il s’agissait alors d’une ville de 150 000 habitants, relativement éloignée des zones fortes productrices des denrées alimentaires, ce qui augmentait le coût de ces denrées, et il n’était pas facile, par exemple, d’assurer les 2 000 fanègues de blé nécessaires chaque jour. Or, le peuple de Madrid était justement redouté par les pouvoirs publics : l’émeute du 28 avril 1699 avait provoqué la chute du favori, le comte d’Oropesa ; celle du 23 mars 1766, dite motin de Esquilache, provoqua un autre changement politique. Il fallait donc maintenir le prix des subsistances au plus bas possible, ce qui entraînait des faillites en série.

19La fin du xviiie siècle illustre ces difficultés. Il y avait à Madrid, outre le posito du blé, sept services du ravitaillement : viande, lards et graisses (tocino), huile d’olive, poisson, charbon de bois, savon et chandelles, qui fonctionnaient en général selon le système des obligados. Ce système est abandonné en 1786 et la Compagnie des « Cinco Gremios Mayores » prend alors le bail jusqu’en 1794 où elle l’abandonne après avoir perdu 80 millions de réaux ! La ville prend ces services en régie directe : au cours du triennat 1796-98, elle perd 32 millions de réaux. Une Direction Royale est créée pour prendre le relais : en trois ans, de 1799 à 1801, elle réussit l’exploit de ne perdre que 11 millions et demi de réaux. L’analyse du phénomène est simple : par souci politique, les denrées ont été vendues constamment au-dessous du prix de revient. Le reste de l’Espagne a payé pour Madrid.

20Les obligados ne faisaient pas toujours faillite ! En dépit du contrôle auquel ils étaient assujettis et qui était exercé par les fieles du ravitaillement munis de poids personnels avec lesquels ils pouvaient repeser les quantités vendues, et chargés également de vérifier la qualité, ils pouvaient profiter de leur monopole sur le marché et tirer le meilleur parti des bonnes périodes. Il est symptomatique qu’on voit plusieurs obligados renouveler les baux obtenus, que d’autres s’efforcent d’enlever l’adjudication de plusieurs villes ou bourgs voisins, que des bourgs comme celui de Los Yebenes, près de Tolède, soient devenus de véritables pépinières d’obligados de la viande.

21Bien entendu, la géographie jouait son rôle dans l’approvisionnement des denrées. On ne s’étonnera pas que la consommation de viande ait été supérieure à Oviedo à ce qu’elle était à Valladolid d’environ 20 % et que celle de Murcie ait été plus proche de celle de Valladolid que de celle d’Oviedo, avec une proportion plus forte de viande de mouton. Les villes voisines de la mer comme Saint-Jacques-de-Compostelle ou Murcie étaient évidemment favorisées dans l’approvisionnement en poisson et la variété bien plus grande près de l’Atlantique que de la Méditerranée : à Murcie, par exemple, les gens s’empiffraient de sardines bon marché et consommaient aussi beaucoup de thon ; à Saint-Jacques, la gamme des poissons et fruits de mer était immense.

22Comme il y avait des aires de fourniture des céréales, il y avait des secteurs privilégiés de production de la viande et du poisson. Si la plus grande partie du pays fournissait du mouton et de l’agneau, c’était le Leon (au sens large) qui était la grande zone de la viande bovine avec, entre autres, les marchés de La Bañeza et de Benavente. La Galice venait en tête des régions de pêche et elle fournissait une grande partie de la Castille, jusqu’à Madrid et Tolède. Cependant, c’était la côte gaditane qui produisait le plus de thon, grâce à ses nombreuses madragues.

  • 9 Angel Garcia Sanz, Desarrollo y Crisis del Antiguo Regimen en Castilla la Vieja. Ed Akal, 1977, p. (...)

23Le vin pose un problème différent. Le royaume de Castille possédait un grand nombre de régions productrices : en Galice, dans le Bierzo léonais, en Vieille Castille avec les vignobles de Toro, Valladolid, Medina del Campo, en Nouvelle Castille au sud de Tolède et dans le Levant murcien, enfin dans plusieurs districts andalous. Le poids des intérêts des viticulteurs était suffisamment considérable pour que les magistratures municipales s’efforcent de protéger ces intérêts. Le principe est donc d’interdire l’importation de vins d’autres régions du pays, soit de façon absolue comme à Murcie de 1556 à 1567, ou à Vallodolid de manière permanente, soit pendant quelques mois, jusqu’au moment où toute la production locale (ce que l’on appelle « le vin de la terre ») ait été consommée. Ce système pouvait être d’ailleurs parfaitement abusif comme à Ségovie où, depuis le privilège de 1351 de Pedro Ier, la population était obligée de consommer un vin mauvais et relativement cher pour satisfaire les intérêts d’un petit nombre de viticulteurs ; et ce privilège fut seulement atténué à la fin du xvie siècle9.

3. Le marché libre

24Une partie des grains et toutes les autres denrées relevaient du marché libre : les menus grains ou légumes secs (pois, vesces, fèves, lentilles), les légumes verts et les fruits, le miel, les sucres, les confiseries, l’eau et la neige très recherchée pendant les chaleurs de l’été, les œufs, le fromage, le gibier et le poisson de rivière. Ce marché était cependant surveillé, toujours dans le souci d’éviter la spéculation et les hausses abusives des prix. Les paysans qui apportaient leur grain au marché de Séville devaient produire un certificat signé par l’un des alcaldes de leur village, garantissant la provenance du blé ou de l’orge, de façon à éviter la revente et à éliminer les intermédiaires. Sur les marchés de nombreuses villes, la revente est interdite pendant les premières heures, de façon à ce que les acheteurs puissent se fournir directement auprès des producteurs qui amènent leurs denrées au marché. Les revendeurs ou regatones ne peuvent intervenir qu’au bout de quelques heures. Les contrôleurs du ravitaillement parcourent le marché et leur tâche est facilitée par le groupement des ventes de même nature : légumes verts (hortaliza), fruits (fruteria), épicerie (especeria), œufs, volailles et gibier (aves y caza), etc. Les producteurs de ces denrées sont d’ailleurs membres du même « métier » ou « miembro de renta ».

25Bien que la consommation des denrées que je viens d’énumérer soit très difficile à quantifier, il serait tout à fait erroné de la négliger. Prenons le cas du gibier : tous les voyageurs ont insisté sur la très grande abondance du gibier en Espagne aux Temps Modernes, abondance logique si l’on songe que la population représente alors à peu près la moitié de la française pour un territoire qui est plus étendu que le français. Or, le droit de chasser n’était limité que par les chasses royales et n’était pas une exclusive de la noblesse. Le résultat est que la consommation de lapins de garenne, de lièvres, de faisans, de perdrix, de cailles, était relativement importante. Dans une moindre mesure, le poisson de rivière jouait son rôle : ainsi, à Tolède, de 1583 à 1604, le marché est régulièrement alimenté en truites et saumon salé, plus épisodiquement en anguilles ; à Valladolid, la consommation de truites et de saumon était également notable. Quant à celle des œufs, les comptabilités hospitalières permettent, compte tenu de la régularité de leurs achats et de leur importance, de supposer une forte consommation, conforme d’ailleurs aux traditions ibériques.

26D’autre part, il faut tenir compte des variantes régionales : à partir des années 1610-20, le maïs intervient de façon de plus en plus massive dans l’alimentation des villes cantabriques, de la Galice et de Santander. Le riz supplée parfois le blé dans le pays valencien et les sucres donnent un caractère particulier aux marchés des huertas de Valence et de la côte grenadine.

4. Bilan du système

27Les études de consommation ne sont pas encore assez développées pour que l’on puisse dresser un bilan satisfaisant, susceptible de nourrir des comparaisons quantifiées avec les autres pays. Les échantillons dont on dispose suggèrent des rations de grain (et donc de pain), de viandes et aussi de laitages moins importantes qu’en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, mais des rations de poisson, d’œufs, de sucres (grâce à l’abondance du miel et à la production de sucre de Valence et de Grenade) supérieures à celles de la France. Il reste à considérer la variable chronologique.

28Au xvie siècle, jusqu’à la dernière décennie de ce siècle, voire jusqu’aux années 1620, le système de sécurité alimentaire mis en place par les villes de Castille fonctionne relativement bien. On est en effet impressionné par la rareté des grandes famines (n’affirmons pas cependant qu’elles sont absentes) et des émeutes de subsistances pendant toute cette période.

  • 10 Antonio Dominguez Ortiz, Alteraciones Andaluzas, Narcea, 1973, tout le livre. La carte des localit (...)
  • 11 Vicente Perez Moreda, Las crisis de mortalidad en la Espana interior siglos XVI-XIX, Ed. Siglo XXI (...)

29A l’inverse, dès la fin du règne de Philippe III, et peut-être avant, la structure de « sécurité alimentaire » se délabre considérablement. Mal approvisionnés et en déficit constant, les positos jouent mal leur rôle, les municipalités doivent solder les pertes des services de ravitaillement et s’endettent gravement. Les émeutes de la faim deviennent beaucoup plus fréquentes, notamment en Andalousie pendant les années 1647-52 où elles affectent les grandes villes (Séville, Cordoue, Grenade, Malaga, Ecija) mais aussi beaucoup d’agglomérations secondaires telles que Palma del Rio, Lucena, Estepa, Osuna, Loja, Bujalance, Alhama, Ayamonte, Sanlucar, Tarifa, Montefrio, Velez Blanco... Ces émeutes sont en liaison directe avec les crises frumentaires, la mauvaise administration des services de ravitaillement, les manœuvres spéculatives comme celles du duc de Segorbe et Cardona, seigneur de Lucena, qui vendit, en 1647, 40 000 fanègues de blé à l’extérieur. Il est d’ailleurs symptomatique que les émeutes de 1647 aient éclaté surtout dans les villes de juridiction seigneuriale (Lucena, Puente Genil, Estepa, Alhama...). Il est d’autre part certain que les populations ont incriminé la mauvaise administration, que ce soit à Grenade, à Cordoue ou à Séville, et l’une des revendications fondamentales des émeutiers est la baisse du prix du pain. Ces mêmes villes connurent une grave famine en 168310. Dans l’Espagne centrale des deux mesetas, et notamment en Vieille Castille, Vicente Pérez Moreda constate que les surmortalités ne sont plus dues aux épidémies, en particulier de peste, mais aux famines : ainsi, en 1605-07, 1615-16, 1630-32, 1681-8311.

30Dans le courant du xviiie siècle, la situation se modifie de nouveau, cette fois de manière favorable. Avec l’appui et sous le contrôle du gouvernement, les positos retrouvent, comme nous l’avons vu, leur fonction régulatrice sur le marché des céréales et jouent un rôle accru dans le crédit rural. Le rétablissement du système traditionnel s’accompagne de la concession de nouveaux marchés hebdomadaires afin d’augmenter la densité du réseau commercial, Angel Garcia Sanz en a donné des exemples pour la région de Ségovie. Les émeutes frumentaires sont dans l’ensemble peu nombreuses et seules celles de 1766, non dénuées d’arrière-pensées politiques, ont été importantes. Progressivement, quoique lentement, l’économie de marché acquérait une plus grande élasticité qui devait être à la source de modifications profondes dans l’organisation du ravitaillement.

Notes

1 Les textes disent : mayordomo de la alhóndiga.

2 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Ed. de 1966, t. I, p. 525.

3 Laura Rodriguez, The Spanish riots of 1766, in : Past and Present, mai 1973, p. 117-146.

4 Rappelons que l’alcabala, impôt sur les transactions, était le premier revenu fiscal du royaume de Castille. Son montant global était arrêté et réparti entre les différentes circonscriptions fiscales par le Roi et les Cortès selon le régime de l’abonnement ou forfait (encabezamiento). Les autorités des circonscriptions (villes, merindades, etc.) affermaient ensuite l’alcabala par catégories de produits : viande, poisson, vin, bois de construction, draps, etc.

5 Bartolomé Bennassar, Un Siècle d’Or espagnol, Paris, 1982, p. 131-134.

6 Bartolomé Bennassar, Valladolid au Siècle d’Or, Paris, 1967, p. 66.

7 Gonzalo Anes Alvarez, El Antiguo Regimen. Los Borbones, Alianza Edit., 1975, p. 279-285.

8 James Casey, The kingdom of Valencia in the seventeenth century, Cambridge University Press, 1979, p. 162-167.

9 Angel Garcia Sanz, Desarrollo y Crisis del Antiguo Regimen en Castilla la Vieja. Ed Akal, 1977, p. 194-197.

10 Antonio Dominguez Ortiz, Alteraciones Andaluzas, Narcea, 1973, tout le livre. La carte des localités affectées par les émeutes se trouve p. 51.

11 Vicente Perez Moreda, Las crisis de mortalidad en la Espana interior siglos XVI-XIX, Ed. Siglo XXI, 1980.

© Presses universitaires du Midi, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search