Version classiqueVersion mobile

L’approvisionnement des villes

 | 
Charles Higounet

Rapports

L’approvisionnement des villes de l’Allemagne occidentale jusqu’au xvie siècle

Franz Irsigler

Texte intégral

I

1« Cette ville se trouve sur un sol infertile..., par conséquent, le peuple ne peut se nourrir exclusivement des récoltes de ses terres, partiellement boisées et partiellement couvertes de gravier et de sable stérile ; elle consomme chaque semaine plus de 1000 muids de céréales, et même 100 bœufs engraissés, en plus des viandes provenant du menu bétail, ainsi que du gibier et de la volaille, ne suffisent pas. Sa puissance politique n’est pas inconnue des étrangers : la façon éminente dont ils gouvernent la ville est sans pareil en Europe. La plupart des villes grecques, italiennes, espagnoles et françaises la dépassent en ce qui concerne la richesse et la quantité des biens, mais ceci est attribuable au climat clément, à la position avantageuse et au sol fertile. Cette ville ne peut se prévaloir d’aucun de ces avantages, mais bénéficie au contraire du zèle de ses habitants, ceci doit être plus apprécié que si elle avait été privilégiée par la nature. »

  • 1 Johannes Cochlaeus, Brevis Germaniae Descriptio (1512), éd. par Karl Langosch (Ausgewählte Quellen (...)
  • 2 Nürnberger Urkundenbuch 907-1300, éd. par Gerhard Pfeiffer, Nürnberg, 1951-59, no 178 ; cf. Hanns H (...)

2Cette ville si défavorisée par la nature est Nuremberg. Avec environ 40 000 habitants, elle est vers 1500, après Cologne, la deuxième ville du Saint-Empire. Ce texte est extrait du Brevis Germaniae Descriptio de l’humaniste Jean Cochläus1, qui était à cette époque (1512) recteur du collège latin Saint-Laurent à Nuremberg. Bien que la situation aride de la ville soit traditionnellement mentionnée depuis la Charte d’indépendance (Grosser Freiheitsbrief) de 1219 de l’empereur Frédéric II (cum locus ille nec habeat vineta neque navigia immo in durissimo situs sit fundo)2 Cochläus a certainement raison quand il considère l’engagement de garantir l’approvisionnement de la population en alimentation de base (pain et viande) comme une preuve éclatante de la virtus politica des autorités nurembergeoises, de l’art de gouverner des villes.

  • 3 Conrad Celtis, De origine, situ, moribus et instituas Norimbergae, Nürnberg 1502 cap. 4 ; cf. Albe (...)
  • 4 Cochlaeus (cf. n. 1), cap. IV, 5-20, p. 76-85.

3D’autres éléments de la virtus politica nurembergeoise, mentionnés par Cochläus, partiellement à l’instar du travail Norimberga de Conrad Celtis3 sont, outre l’effort extraordinaire des commerçants qui protègent leurs gens contre la disette, la fortification de la ville par un château fort et une triple muraille, les nombreux moulins et les forges de fer sur le ruisseau Pegnitz, les 120 puits publics et les 23 canalisations souterraines ou à ciel ouvert, une carrière de grès à proximité de la ville, les prairies et jardins dans et devant la ville, les bois municipaux et les pépinières, l’hôtel de ville, les magasins de blé et les dépôts d’armes, de nombreux marchés avec des fonctions très diversifiées, enfin la division rationnelle de la population en trois classes sociales (ordines) : les patriciens, les commerçants et la plèbe, tout ceci ayant conduit à une telle satisfaction générale, qu’aucune révolte n’a éclaté durant les 80 dernières années4.

4Cochläus cite ainsi, sous forme d’un petit questionnaire, presque tous les facteurs qui doivent être pris en considération quand on formule le thème de « l’approvisionnement des villes ». La question primordiale peut être formulée comme suit :

  1. Quels sont les besoins d’une ville médiévale pour garantir l’existence matérielle de ses habitants ? D’où s’ensuit :
  2. Quels sont les personnes, les groupes ou les corporations, responsables des fonctions d’approvisionnement ?
  3. Quelles institutions durables participent à l’exécution de ces fonctions dans la ville ?
  4. Quelle est l’influence de la politique d’approvisionnement urbaine sur le développement des environs et de l’arrière-pays de la ville ?
  5. Quelle est l’importance et comment est structuré le territoire restreint d’approvisionnement de la ville ?
  6. Quel est, à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne, le rôle des villes et en premier lieu des commerçants dans l’organisation et le développement des systèmes d’approvisionnement interrégionaux ?

5Le cadre restreint de cet article ne permettant pas d’analyser en détail chacun de ces aspects, je me limiterai donc à mettre en évidence les structures les plus importantes, à l’aide des exemples de grandes villes ouest-allemandes, qui nous procurent des données de choix.

  • 5 Johann Heinrich von Thünen, Der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalökonom (...)

6Pour répondre aux questions 4 et 5, je m’orienterai un peu sur le célèbre modèle des « cercles de Thünen » (Thünen’sche Kreise)5 qui peut très bien, semble-t-il, être appliqué à des situations de la fin du Moyen Age. Quant au modèle de compte concernant l’approvisionnement en céréales des villes rhénanes vers 1500, il doit être considéré comme une tentative et une base de discussion.

II

  • 6 Mme Claudine Billot a eu la grande amabilité de me signaler « que non seulement la zone proche d’a (...)

7Quels sont les besoins d’une ville médiévale ? Cela peut paraître comme un cliché : afin de pouvoir s’établir, de croître et de garder le statut urbain, une ville médiévale a en premier lieu besoin d’hommes. C’est un fait indéniable qu’à cause d’une hygiène souvent insuffisante et d’une grande menace d’épidémies, la population urbaine est incapable de se maintenir quantitativement et, de ce fait, elle dépend constamment de l’immigration. A l’origine et lors des deux phases du développement de l’urbanisation médiévale, les mesures prises par la municipalité, concernant la population et l’approvisionnement, sont étroitement liées. Je n’approfondirai pas cet aspect, car il dépasse le cadre de cet article. Néanmoins, je veux signaler qu’il existe de frappantes analogies entre la région principale d’immigration et la région restreinte d’approvisionnement des villes de la fin du Moyen Age6.

8La population d’une ville doit être pourvue :

  • d’alimentation de base (pain, viande, poisson, sel, légumes, fruits, eau et autres boissons) ;
  • de matériaux de construction pour des maisons d’habitation, d’ateliers, de bâtiments administratifs et de fortifications ;
  • de matières premières pour la production industrielle ;
  • d’énergie pour produire de la chaleur et la force motrice pour la production industrielle.
  • 7 Cf. la liste des travaux dans Günther Franz, Die Geschichte des deutschen Lebens-mittelhandels, da (...)
  • 8 Ernst Kelter, Geschichte der obrigkeitlichen Preisregelung I (Bonner Staats-wissenschaftliche Unte (...)
  • 9 Wilhelm Abel, Massenarmut und Hungerkrisen im vorindustriellen Europa. Versuch einer Synopsis, Ham (...)
  • 10 Mortiz J. Elsas, Umrijl einer Geschichte der Preise und Löhne in Deutschland, 2 vol., Leiden, 1936 (...)
  • 11 Dietrich Ebeling et Franz Irsigler, Getreideumsatz, Getreide- und Brotpreise in Köln 1368-1797, 2  (...)

91. Le circuit d’approvisionnement en céréales des villes allemandes au Moyen Age a été relativement bien étudié. Dans les premières décennies du xxe siècle, Georg von Below et Aloys Meister ont fait écrire une série de thèses7, entre autres pour les villes de Cologne, Aix-la-Chapelle, Duisbourg, Nuremberg, Marbourg, Fribourg-en-Brisgau, Überlingen et autres. Ces travaux traitaient principalement des aspects institutionnels et d’organisations, ainsi que de la fonction de la politique d’approvisionnement urbaine en période de crise, cette dernière étant fondée sur une politique de stockage et d’action sur les prix. En 1935, Ernst Kelter8 a présenté une étude systématique et comparative sur la réglementation des prix dans la période de l’économie urbaine médiévale. Les premiers travaux s’intéressant avant tout à l’histoire de l’administration et renonçant à l’analyse sérielle des prix, ils décrivent surtout la norme plutôt que la réalité, en ce qui concerne l’efficacité de la politique urbaine d’approvisionnement prévisionnel. C’est seulement avec les études de Wilhelm Abel9 et de ses élèves, qui pouvaient s’inspirer des nombreuses données traitant de l’histoire des prix réunies par Moritz J. Elsas10 et ses collaborateurs, qu’un changement fondamental a eu lieu dans les termes du problème, au profit de questions ayant pour objet l’histoire de l’économie, et auquel mon étudiant Dietrich Ebeling et moi-même avons pu contribuer un peu, grâce aux données excellentes de la ville de Cologne11.

10Pour l’approvisionnement en céréales des villes allemandes à la fin du Moyen Age, il apparaît que plus une ville est grande, plus la politique d’approvisionnement prévisionnel est systématique et efficace, ceci valant également pour la mise en place des institutions nécessaires et pour le contrôle du marché des prix.

  • 12 Edith Schlieper, Nahrungsmittel und Ernahrung in der Landgrafschaft Hessen-Kassel von 1650 bis 173 (...)
  • 13 Wilhelm Naudé, Deutsche städtische Getreidehandelspolitik vom 15.-17. Jahrhundert, mit besonderer (...)

11Les responsables de la politique d’approvisionnement prévisionnel étaient en premier lieu les organismes municipaux autonomes. Dans les villes petites et moyennes, le responsable était occasionnellement le prince en tant que seigneur (par exemple : Hesse)12. Les fonctions d’organisation comme l’achat et la vente des céréales municipales, le contrôle des réserves de blé, la réglementation des taxes sur le pain, c’est-à-dire la fixation des prix du pain en fonction des prix pratiqués sur le marché, étaient normalement confiées à un ou à plusieurs fonctionnaires assermentés ou à des notables, qui étaient en général des membres du conseil municipal et, de ce fait, issus des familles dirigeantes de la ville. Ceci souligne l’importance de ces fonctions pour la ville. Il était interdit aux Kornmeister ou aux Kornherren, ainsi dénommés dans les sources, d’être mêlés au commerce des grains, afin d’éviter des conflits d’intérêts. Occasionnellement des troubles éclataient, par exemple en 1481-83, à Hambourg13 quand des marchands de grains constituaient en période de crise des stocks (de grains) dans leurs greniers à des fins spéculatives ou les exportaient avec d’importants bénéfices sans tenir compte de la population affamée.

  • 14 Cf. Corinne Beutler, Traditions et innovations dans les techniques de conservation des grains à la (...)
  • 15 Cf. Heinrich Hofmann, Die Getreidehandelspolitik der Reichsstadt Nürnberg insbesondere vom. 13. bi (...)
  • 16 Franz Irsigler, Getreidepreise, Getreidehandel und stadtische Versorgungspolitik in Köln, vornehml (...)
  • 17 Irsigler, Getreidepreise (cf. n. 16), p. 589 sq.
  • 18 Die Chroniken der deutschen Städte vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, t. 11 (Die Chroniken der fränk (...)

12Déjà au xiiie et au xive siècle, on veillait soigneusement à se nantir de suffisamment de capacité d’engrangement et d’entrepôts de provisions, bien que la durée de conservation des céréales fût normalement limitée à 2-3 ans14. Les tours des remparts, le grenier de l’hôtel de ville et d’autres bâtiments publics, souvent aussi des hôpitaux municipaux, servaient de magasins. C’est à la suite de la famine de 1437, la plus grave de tout le xve siècle en Europe, que plusieurs villes — entre autres Nuremberg15 et Cologne — construisirent de nouveaux et vastes magasins publics de grains. Cologne, qui au xvie siècle, utilisait des parties de la maison de danse municipale, le Gürzenich, comme magasin de blé, édifia en 1439 une Kornhaus dans la Rheingasse, qui abritait la balance publique pour le blé et la farine ; quelque temps après, on commençait la construction de la grande Kornhaus de Santa-Clara derrière l’arsenal (aujourd’hui le musée municipal), où on pouvait entreposer au maximum 20 000 muids ; ordinairement, on n’y stockait que 10-12 000 muids, c’est-à-dire des réserves qui permettaient d’approvisionner pendant deux mois la population municipale (environ 40 000 âmes) en pain16. La Petite chronique de Cologne la décrit en 1528 en ces termes17 : « C’est une grande et belle maison, dont un des côtés donne vers le vieux mur (le mur romain) de la ville ; son toit n’a pas moins de cent fenêtres, sans compter les autres fenêtres en dessous. » Dès la fin du Moyen Age, ces magasins de blé étaient des curiosités. Quand l’empereur visitait une des grandes villes, le programme officiel prévoyait une promenade passant par l’arsenal, le magasin de blé et la maison des femmes, combinant ainsi le devoir et le divertissement. Les Nurembergeois offrirent à Charles V un pain fait avec du blé vieux d’environ 100 ans ; on prétend qu’il le trouva bon18.

  • 19 Irsigler, Getreidepreise (cf. n. 16), p. 574 sq. ; Erich Wisplinghoff, Untersuchungen zur Wirtscha (...)
  • 20 Dietrich Ebeling, Zur zentralörtlichen Funktion des Kölner Getreidemarktes in der Frühen Neuzeit, (...)
  • 21 Johannes Hansen, Beiträge zur Geschichte des Getreidehandels und der Getreidepolitik Lübecks, Lübe (...)

13Les magasins municipaux ne constituaient qu’un élément important dans la politique de prévoyance des villes. Presque aussi importante était la fonction des greniers de blé dans les couvents, les abbayes, les monastères, les presbytères, les hôpitaux et les dépendances des couvents en dehors de la ville d’une part, dans les habitations des patriciens, des marchands, des boulangers, des brasseurs, des meuniers d’autre part. Le contrôle des stocks appartenant aux ecclésiastiques et aux particuliers était une des mesures les plus importantes incombant au conseil municipal au début d’une crise d’approvisionnement. Par exemple après 1368, et cela jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, Cologne a pu surmonter chaque crise d’approvisionnement sans qu’il y ait eu des morts par famine, grâce aux grandes quantités de grains des seigneuries religieuses19, qui étaient mises en vente sur le marché. Encore à la fin du xviiie siècle, plus de la moitié des céréales vendues au marché de Cologne provenait des possessions religieuses20. Le rôle essentiel des réserves privées ressort entre autres du fait que, dans certaines villes allemandes (par exemple à Lübeck21) les habitants étaient obligés de constituer dans leurs propres maisons des réserves de grains proportionnelles à leurs biens.

  • 22 Cf. n. 16.
  • 23 Cf. prochainement Christian Reinicke, Agrarkonjunktur und technisch-organisatorische Innovationen (...)

14La réglementation municipale des prix était suffisamment efficace en temps normal avec de bonnes récoltes ; en période de crise au contraire, elle ne pouvait, comme l’a montré Dietrich Ebeling22 pour Cologne, que casser les prix qui atteignaient un niveau exorbitant. D’autres mesures préventives ou directes avaient, par ailleurs, davantage de succès. Ainsi pour les premières : l’établissement en temps voulu des prévisions de récoltes, l’interdiction d’acheter à des fins spéculatives des grains encore sur pied, la sauvegarde des lignes d’approvisionnement par l’octroi de privilèges de passage, occasionnellement aussi par une intervention militaire, et l’acquisition de terres aux environs de la ville, partiellement par la ville elle-même, partiellement par ses habitants23.

15Dans des situations de crise latentes et effectives, les mesures prises étaient par ordre de priorité :

  • l’expulsion de mendiants étrangers et d’autres groupes vagabonds ;
  • l’interdiction d’exporter des céréales et du pain ; tandis que l’on favorisait en même temps l’importation en accordant la franchise de droits de douane et de taxes de consommation ;
  • l’interdiction de produire de la bière de froment ; au xvie siècle, s’ajoute l’interdiction de distiller l’alcool de grains ;
  • le contrôle des réserves de blé chez les ecclésiastiques, les boulangers et enfin les particuliers ;
  • la vente des céréales municipales aux boulangers et la distribution à la population pauvre de bons permettant d’acquérir du pain à un prix bon marché, cette dernière mesure étant la plus efficace.
  • 24 Corinne beutler, De l’approvisionnement en grains de quelques villes européennes au Moyen Age et à (...)

16Dans une étude comparative très instructive sur l’approvisionnement en céréales dans quelques villes européennes, Corinne Beutler24 a récemment mis l’accent sur le fait qu’« en temps normal (période de paix et récoltes suffisantes)... les administrations municipales se contentent de faire appliquer les règlements concernant les grains pour assurer l’approvisionnement des citadins, en se fondant sur le principe que la production céréalière de l’arrière-pays suffit à nourrir la ville durant une année-récolte ».

  • 25 Bodengütekarte 1 : 1.000.000 der Bundesrepublik Deutschland, à la base du « Gesetz über die Schätz (...)

17En temps normal, l’extension du territoire d’approvisionnement dépend du nombre d’habitants de la ville, de la consommation moyenne de céréales par personne, des systèmes de culture (assolement triennal ou biennal), de la productivité de l’ensemencement (yield ratio), de la quantité produite par hectare, de la part du marché et de la proportion des terres céréalières par rapport à la totalité des terres cultivables et non cultivables. Dans le modèle de compte pour les villes rhénanes, mentionné au début, nous avons choisi pour ces variables des données numériques basées en partie sur des indications chiffrées de l’époque, en partie sur des estimations qui, malgré leur inévitable caractère général, paraissent très plausibles. La classification des qualités des terres est basée sur une carte agraire de 1958 de la République Fédérale d’Allemagne25. Il semble cependant qu’en ce qui concerne la relation entre les trois sortes de terres et leur répartition vers 1500, les différences par rapport à la situation postérieurement à la deuxième guerre mondiale sont statistiquement insignifiantes. Pour les variables, les estimations, les calculs et la procédure cartographique, voir annexe I. Cet essai aboutit à un résultat assez étonnant (carte 1). Bien que j’aie choisi des données numériques élevées pour les variables yield ratio et « part du marché », il semble que, dans la partie nord de la carte, les possibilités d’accroissement urbain aient déjà été épuisées vers 1500. Sauf dans le Mittelgebirge où il y avait encore des possibilités de croissance. Cette constatation n’est pas tout à fait correcte, du fait que les nombreuses petites villes de ces régions — comptant moins de mille habitants — ne figurent pas sur la carte. Néanmoins, un certain équilibre était atteint et cela découlait du fait qu’en cas de mauvaises récoltes les pays rhénans dépendaient toujours d’un approvisionnement venant de l’extérieur.

  • 26 Dans le Geschichtlicher Atlas der Rheinlande, Lief. 1, Köln, 1982, carte VI/1.
  • 27 Franz Irsigler, La Mercuriale de Cologne (1531-1797) : structure de marché et conjoncture des prix (...)

18Cette carte permet de pousser plus loin l’explication, si on la compare avec celle du « Développement de l’urbanisation rhénane jusqu’en 1250 », mise au point par Edith Ennen26. La circonférence du territoire restreint de l’approvisionnement ne limite pas seulement l’accroissement maximum d’une ville médiévale, mais fixe également, à quelques rares exceptions près, le moment auquel le processus de l’urbanisation médiévale est terminé. A l’exception de quatre ou cinq petites villes, toutes les villes rhénanes de l’apogée du Moyen Age correspondent à des zones de terres de bonne ou de très bonne qualité (Gutland = bonne terre). Cette constatation est particulièrement frappante pour les villes de la zone de Hellweg, qui se trouvent presque toutes au centre d’une petite région rurale très fertile. Bien que je ne veuille pas minimiser l’importance de la vieille route commerciale de Hellweg dans le processus de l’urbanisation, on devra dans l’avenir davantage tenir compte de ces conditions naturelles. Si nos suppositions et bases de calculs sont correctes et que, par conséquent, vers 1500, il n’existait plus aucune possibilité de croissance urbaine dans la Rhénanie Septentrionale, comment alors expliquer que la variable « population urbaine » montrait une progression ascendante au début de l’époque moderne ? Cette progression n’est pas due à la croissance des anciennes grandes et moyennes villes, qui stagnent, mais à la croissance de quelques petites villes et à l’établissement de quelques villes nouvelles comme Elberfeld-Barmen (Wuppertal), Krefeld, Stolberg, Solingen, Mülheim (en face de Cologne) etc. A partir de la fin du xve siècle, la croissance de la population ne pouvait être soutenue, malgré quelques innovations dans le domaine de la productivité agricole, une augmentation de celle-ci comme de la consommation de viande. A titre explicatif, je me réfère à un changement fondamental dans le système d’approvisionnement, qui se révèle pour la première fois dans la période de crise au xvie siècle : jusqu’en 1557, pendant les années de famine, Cologne est surtout approvisionnée en céréales provenant du bassin du Rhin Moyen et du Haut-Rhin (l’Alsace) ; à la fin du xvie siècle, Amsterdam remplace Strasbourg27. Pendant la période qui suit, le bassin du Bas-Rhin, favorisé par les bons moyens de transport, est à la longue engagé dans le système international d’approvisionnement qui procure à l’Europe du Nord-Ouest, caractérisée par une forte densité de la population et des villes, les réserves de céréales provenant des pays baltes.

192. Par opposition à l’alimentation de base indispensable qu’est le pain, la viande était et est un produit alimentaire qui pouvait être remplacé par d’autres aliments contenant de l’albumine. Le premier but des mesures municipales n’était pas un approvisionnement suffisant en viande des habitants de la ville, mais le contrôle de la qualité et du prix. Ce contrôle pouvait être assuré le mieux possible en concentrant l’abattage et la vente sur un ou plusieurs abattoirs ou chez des grossistes, concessionnaires, de viande. Dans les grandes villes, l’inspection de la viande et la levée d’impôts étaient facilités par la différenciation des marchés de vente en établissant des lieux spécifiques pour la vente du gibier, de la volaille, des tripes, etc.

  • 28 Friedrich Lau, Die Entwicklung der kommunalen Verfassitng und Verwaltung der Stadt Köln bis zum Ja (...)

20A cause de la différenciation naturelle des terres rurales dans des régions appropriées, soit pour l’agriculture, soit pour l’élevage, et grâce à des conditions de transport favorables — la viande se transporte en quelque sorte elle-même —, il faut déjà très tôt tenir compte d’un échange suprarégional considérable de bétail sur pied contre des produits industriels urbains et de l’argent. A la différence de ce qui se faisait pour les céréales, les villes médiévales n’établissaient normalement pas de régions d’approvisionnement en viande dans les environs de la ville, bien que le bétail, élevé dans la ville même, sur le territoire urbain, dans des métairies des ecclésiastiques et des bourgeois, constituait un facteur important dans son approvisionnement en viande. Seulement en ce qui concerne l’élevage des moutons, on peut parfois constater une certaine concentration dans les environs de la ville, mais celle-ci est plutôt due au fait que la laine de la propre production pouvait être importée exempte de taxes de consommation et de droits de douane. Par exemple, en 1391, les « banques agricoles » de Cologne — associations regroupants les propriétaires fonciers religieux et séculiers des environs de la ville — décidaient des limitations de pâturage, fixant à un arpent la surface nécessaire à l’élevage d’un mouton28.

  • 29 Gustav Schmoller, Die historische Entwicklung des Fleischconsums, sowie der Vieh- und Fleischpreis (...)
  • 30 Cf. Internationaler Ochsenhandel (1350-1750). Akten des 7th International Economic History Congres (...)
  • 31 Cf. la contribution de M. Sergij Vilfan dans ce volume.
  • 32 Koelhoffsche Chronik, dans Die Chroniken der deutschen Städte, t. XIV Leipzig 1968, 1877, repr. St (...)

21C’est un fait indiscutable qu’à la fin du Moyen Age la consommation absolue et relative de viande a progressé ; néanmoins, elle n’était pas aussi élevée que les calculs de Gustav Schmoller et Wilhelm Abel29 le laissent apparaître. Après 1350, de plus en plus de sources attestent l’établissement progressif d’un système commercial transcontinental de bœufs, qui assure un approvisionnement durable en viande dans les Pays-Bas, la Basse-Rhénanie, l’Allemagne du Sud et l’Italie. Grâce au groupe de travail spécialisé dans l’étude des bouviers, au Septième Congrès international d’histoire économique à Edimbourg30) nous en savons aujourd’hui beaucoup plus sur la structure de ce réseau d’approvisionnement, l’interdépendance entre les régions destinées à l’élevage ou à l’engraissement, les grandes routes empruntées pour le commerce des bœufs au nord-est, à l’est et au sud-est, qui sont littéralement gravées dans le sol, et sur l’organisation de l’achat, du transport et de la vente ; nous connaissons les différents relais, les lieux de repos et de pâturage pour le dernier engraissement avant la vente, la structure des prix, la taille des troupeaux et le montant des frais des « cow-boys » du Moyen Age, le poids à l’abattage des célèbres bœufs hongrois31 et des bœufs frisons-danois qui, aux xve et xvie siècles, étaient plus estimés que les bœufs hongrois et dont un exemplaire de premier choix constituait le prix principal d’une compétition d’arbalètes à Cologne, en 149632.

22L’établissement de systèmes commerciaux et de transports transcontinentaux pour assurer l’approvisionnement de la population en céréales et en bœufs de boucherie eut un effet stabilisateur pendant des siècles. Il constitue sans aucun doute une des plus grandes performances des villes de la fin du Moyen Age ; d’autre part, cette division précoce du travail européen est aujourd’hui avancée pour expliquer le déficit de modernisation de quelques pays de l’Europe de l’Est.

  • 33 Franz Irsigler, Zum Kölner Viehhandel und Viehmarkt im Spätmittelalter dans Internationaler Ochsenh (...)
  • 34 Franz Lerner, Die Bedeutung des internationalen Ochsenhandels für die Fleischversorgung deutscher (...)
  • 35 Christian Reinicke, L’élevage des moutons dans les régions montagneuses de l’Allemagne occidentale (...)

23Moins bien étudiée, car moins spectaculaire, est la proportion de porcs, d’agneaux, de moutons, de gibier et de volaille dans l’approvisionnement en viande des villes médiévales et du début de l’époque moderne. Déjà, très tôt, de grandes quantités de porcs et de moutons étaient conduites aux grands marchés aux bestiaux, souvent éloignés de plusieurs centaines de kilomètres. Au xve siècle, les porcs de Saxe (pas encore la célèbre porcelaine de Saxe !) les Meissnische Verken étaient considérés à Cologne comme des produits de marque ; la ville s’approvisionnait en porcs provenant de la Lorraine et de la Sarre33. Ces porcs n’ont pas effectué ce parcours « au galop », mais ils étaient transportés sur des bateaux descendant le Rhin et la Moselle. Comme l’a montré Franz Lerner34, aux xive et xve siècles, Francfort a été approvisionné en porcs provenant de la Basse-Bavière en passant par Nuremberg et même en porcs moraves. Partant des pâturages d’été sur les hauteurs du Mittelgebirge et passant par les pâturages d’hiver dans les bassins du Rhin, du Main et de la Moselle, ce long voyage se terminait pour beaucoup d’agneaux et de moutons dans les abattoirs situés entre Bâle et Wesel. Les documents concernant cette transhumance à échelle réduite existent à partir des xiii e et xive siècles35.

  • 36 Cf. Quellen zur Rechts- und Wirtschaftsgeschichte der Rheinischen Städte, B. I, Kurkölnische Städt (...)
  • 37 Cf. Bruno Kuske, Die Entstehung der Kreditwirtschaft und des Kapitalverkehrs (1927), dans B. Kuske(...)

24La progression du transport à longue distance de bœufs, de porcs et d’agneaux obligeait les villes à aménager des pâturages dans leurs environs, sur lesquels les animaux épuisés pouvaient se reposer et engraisser suffisamment. Il existait souvent des divergences concernant les droits d’usage ; de ce fait, nous sommes assez bien informés sur ces institutions, même pour des villes plus petites, comme Neuss ou Düren36. Arrivés à destination, les bouviers souhaitaient être payés comptant. Comme les bouchers et les particuliers étaient souvent aux prises avec des problèmes de liquidités, le bureau d’enregistrement du bétail à Cologne devint, au xve siècle, une caisse de crédit, qui permettait aux habitants de payer après Noël ou au printemps le bœuf acheté, abattu et saumuré en octobre, quand il était déjà consommé en grande partie. Nuremberg suivit cet exemple en installant au xvie siècle un « Bureau de payement de bœufs à l’engrais » (Mastochsen-Bezahlungs-Amt)37.

  • 38 Herbert Hitzbleck, Die Bedeutung des Fisches für die Ernährungswirtschaft Mitteleuropas in vorindu (...)
  • 39 Bruno Kuske, Der Kolner Fischhandel vom 14.-17. Jahrhundert, dans Westdeutsche Zeitschrift für Ges (...)

253. Le poisson appartient également aux aliments de substitution. Au Moyen Age néanmoins, le poisson remplaçait la viande à plus de 30 % des jours de l’année à cause des commandements de carême de l’Eglise38. A l’exception du littoral, l’approvisionnement des villes allemandes en poisson de mer saumuré ou séché devint très vite une activité lucrative du commerce à longue distance. Les villes hanséatiques situées dans la région de la mer Baltique et des Pays-Bas septentrionaux, qui déjà au xiiie siècle, étaient pourvues de leurs propres lieux privilégiés, les « Vitten », à Falsterboe, jouaient un rôle important dans le commerce du hareng. Avec la migration des bancs de harengs vers la mer du Nord et avec le déclin des foires annuelles de Schonen, le centre de gravité de la pêche et du commerce du poisson se déplaça vers les villes côtières du Zuyderzee jusqu’à Anvers, qui par l’Yssel, le Rhin et la Meuse, approvisionnait les villes de la Rhénanie-Westphalie et, en particulier, Cologne. Cologne faisait usage de son droit d’entrepôt de façon rigoureuse, afin de se créer une position clé dans la vente du poisson de mer vers l’Allemagne du Sud. A Cologne, le poisson n’était pas seulement transbordé, mais il était également remballé, compté et pesé, salé et, avec la marque au fer rouge de la ville de Cologne sur les tonneaux, il recevait la garantie de qualité. S’il advenait par exception qu’un tonneau de hareng ou de hareng saur arrivât avarié dans une ville de l’Allemagne du Sud, il suffisait de renvoyer le couvercle dans lequel étaient gravées trois couronnes, accompagné d’une lettre du Conseil de la ville, et Cologne réparait les dommages39.

  • 40 Cf. n. 38 ; Franz Irsigler, Kölner Wirtschaft im Spätmittelalter, dans Zwei Jahrtausende Kölner Wi (...)
  • 41 Franz Irsigler, Ein großbürgerlicher Kölner Haushalt am Ende des 14. Jahrhunderts, dans Festschrif (...)
  • 42 Cf. Karl E. Demandt, Das Katzenelnbogener Rheinzollerbe 1479-1584, vol. 1, Wiesbaden, 1978, p. 321 (...)
  • 43 Rudolf Endres, Problème des Bauernkriegs in Franken, dans Der Bauernkrieg 1524-26. Bauernkrieg und (...)

26Comme pour la viande, les mesures concernant les marchés au poisson à l’intérieur des villes (poissonnerie, marchés distincts pour le poisson salé et le poisson frais ; quelques villes possédaient leurs propres lieux de vente pour le saumon) servaient plutôt au contrôle et aux taxes qu’à la garantie d’un approvisionnement uniforme. La situation était différente pour la pêche fluviale et la pisciculture40, dont l’importance progressait en s’éloignant de la côte. Des colonies de pêcheurs s’établirent au pied des remparts de presque toutes les villes plus ou moins importantes, situées le long des fleuves ; souvent, les pêcheurs formaient leur propre corporation. Les villes veillaient jalousement au respect des frontières traditionnelles de leurs territoires de pêche ; par exemple, Cologne réclamait le droit de pêche sur le Rhin, en aval jusqu’avant Düsseldorf, en amont jusqu’après Bonn et même sur le Sieg jusqu’à Siegburg. Pendant toute l’année, l’offre était très riche et variée, comme le montre le graphique 1. Ce graphique se base sur les données d’un livre de ménage de Cologne41, qui date de la fin du xive siècle. L’offre comprend aussi bien des écrevisses que des saumons rhénans, qui pesaient souvent plus de 30 livres42. Un autre exemple nous est fourni par Nuremberg, où l’offre de poisson était basée sur la pêche fluviale de la Pegnitz, mais surtout sur une pisciculture intensive, qui aujourd’hui existe toujours en Haute et Moyenne Franconie, et s’étend de Bayreuth à Nuremberg et jusqu’à Dinkelsbühl. Les villes et la noblesse possédaient la plupart de ces viviers ; ils n’appartenaient pas, comme c’était le cas pour les petites rivières, à la communauté agricole. Il est significatif qu’en Franconie, pendant la Guerre des Paysans en Allemagne, une des premières mesures des paysans révoltés fut de vider les viviers des nobles, des prélats et des bourgeois43, qui, pendant le carême, avaient vendu le poisson à des prix exagérés.

  • 44 Cf. Dietrich Schaefer, Zur Vorgeschichte des Stecknitz-Kanals, dans Hansische Geschichtsblatter, 3 (...)

274. Il n’est pas question d’entrer ici dans le détail au sujet de l’importance universelle du sel en tant qu’aliment et produit de conservation, pour le ravitaillement médiéval et du début de l’époque moderne. Notons cependant que certaines villes allemandes comme Lunebourg, Halle sur la Saale, Hall en Souabe, Soest, Reichenhall et, évidemment, Munich, doivent leur prospérité précoce et leur richesse prolongée à la saliculture et au commerce du sel. La route du sel, de la Bavière à la Bohême, s’appelle pour cette cause le « chemin d’or ». Comme pour le stockage des céréales, les conseils municipaux s’occupaient de la constitution d’une réserve suffisante de sel ; ordinairement, une tour de rempart servait de magasin de sel. A cause de son entrepôt de poisson, Cologne avait un besoin élevé de sel marin de qualité supérieure et n’autorisait pas — même en temps de crise — l’usage de sel de qualité inférieure provenant des mines de Soest à Salzkotten en Westphalie. Elle le tolérait tout au plus comme sel de bétail. La construction du canal Stecknitz vers Lauenburg sur l’Elbe, entreprise et financée en grande partie par Lübeck, constituait une des performances hydrologiques les plus impressionnantes du xive siècle et servait en premier lieu à l’approvisionnement sûr et avantageux de la ville hanséatique en sel d’excellente qualité, provenant de Lunebourg. Le cadre de cet article ne permet pas d’approfondir une description du système d’approvisionnement différencié et suprarégional, dans lequel la distribution des sels de qualité supérieure (le sel marin atlantique, le sel de Lunebourg, de Reichenhall et de Hallein) se superpose partiellement à la distribution régionale des sels moins appréciés (Lorraine, Westphalie, Halle et autres)44.

  • 45 Fernand Braudel, Die Geschichte der Zivilisation, 15. bis 18. Jahrhundert, München, 1971, p. 111 s (...)
  • 46 Passio Karoli Comitis auctore Galberto, éd. par Georg Heinrich Pertz, dans MGH-SS, 12, Hannover, 2 (...)

285. L’étude de l’histoire économique en Allemagne a jusqu’à présent consacré trop peu d’attention à la signification exceptionnelle des légumes et fruits, riches en albumine et en vitamines, pour le ravitaillement médiéval. Il est significatif que le volume 6 de l’excellente série « Histoire rurale allemande », prévu depuis longtemps et qui doit avoir pour objet l’histoire de l’horticulture, n’est toujours pas paru. Il y a déjà des années que Fernand Braudel45 a remarqué, en se référant à l’Italie du Nord, qu’une famine au début de l’époque moderne n’était considérée comme une catastrophe par la population concernée qu’au moment où également les « minuti », les petits produits horticoles venaient à manquer sur la tartine, en d’autres termes, quand les légumes manquaient sur la pizza, les oignons sur la tarte aux oignons ou sur la quiche lorraine et les morceaux de pommes sur les crêpes. Déjà, Charles le Bon de Flandre préconisait, à l’occasion de la grande famine de 1124, la culture intensifiée de légumineuses qui poussent rapidement, comme meilleur moyen de surmonter la crise46. J’ose formuler la thèse que la croissance progressive de la population européenne depuis la fin du xve siècle est attribuable au changement lent, mais fondamental, des habitudes alimentaires, tout comme cela avait été le cas lors de la première croissance de la population du VII e jusqu’au milieu du xive siècle. Au début et à l’apogée du Moyen Age, cette croissance était probablement due à une augmentation de la part de l’albumine dans l’alimentation. Pour le xve siècle, on peut admettre une nouvelle poussée de la consommation d’albumine animale et végétale, combinée avec une augmentation considérable de la proportion de vitamines et de oligo-éléments, et peut-être aussi, une alimentation variée, qui se répandit jusque dans les classes sociales inférieures.

  • 47 Franz Irsigler, Die Gestaltung der Kulturlandschaft am Niederrhein unter dem Einfluß städtischer W (...)
  • 48 Irsigler, Köln extra muros (cf. n. 28).
  • 49 Cf. Alexander Kaufmann, Der Gartenbau im Mittelalter und während der Periode der Renaissance, Berl (...)

29Récemment, j’ai essayé de montrer que, vers 1500, une phase d’accroissement de cultures jardinières prend fin en Europe Centrale et qu’au xve siècle les produits horticoles, les légumes et les fruits, comme jadis cela avait été le cas pour les cultures particulières comme le vin, le houblon, les plantes textiles ou tinctoriales prirent une importance accrue, aussi bien comme marchandises destinées au commerce à longue distance47. Le rayon de jardins autour de chaque ville constituait une zone de productivité agricole intensive, qui commençait ordinairement à l’intérieur des remparts et qui s’étendait de façon considérable au xve siècle : pour Spire, Worms, Cologne, Brunswick, Erfurt et d’autres villes, il existe de nombreuses sources mentionnant la conversion des terres agricoles en terres horticoles, afin d’étendre les cultures maraîchères et les cultures particulières. Le « petit pays d’ail » nurembergeois (Knoblauch-Ländchen) était remarquablement organisé. A partir du xive siècle, les parcelles de jardins situées entre les remparts et la banlieue de Cologne, qui étaient très chères et changeaient souvent de propriétaire, furent introduites dans le système cadastral de la ville par la rédaction de registres cadastraux particuliers48 pour la zone « extra muros ». Je n’entrerai pas dans le détail de la fonction sociale des fermes de « la grande bouffe » (Fressgütlein), pourvues d’un pavillon et d’un puits, et dans lesquelles la classe urbaine supérieure organisait des fêtes déjà aux xve et xvie siècles49.

  • 50 Ulf Dirlmeier, Umweltprobleme in deutschen Städten des Spätmittelalters, dans Technikgeschichte, 4 (...)
  • 51 Cochlaeus (cf. n. 1), cap. IV, 11, p. 80 sq. ; Celtis (cf. n. 3), cap. 4.
  • 52 Irsigler, Köln extra muros (cf. n. 28), p. 141 et 143.
  • 53 Herbert Schwarzwälder, Technische Sehenswürdigkeiten im Bremen der Barockzeit, dans Bremisches Jah (...)

306. A Prato et au congrès du « Cercle de travail de l’Allemagne du Sud-Ouest pour l’étude de l’histoire urbaine », Ulf Dirlmeier50 a traité de façon détaillée le problème de l’approvisionnement en eau potable et de l’évacuation des eaux-vannes des villes de l’Allemagne du Sud-Ouest. Sa conclusion confirme ce que les chercheurs en épidémiologie ont toujours avancé : même les villes les plus riches n’étaient ordinairement pas en état ou ne pensaient pas à faire des investissements suffisants afin d’approvisionner tous les habitants en eau potable saine. Les exceptions étaient rares : par exemple, Bamberg possédait, à partir de la fin du Moyen Age, environ 40 puits publics. Grâce à un système de canaux en bois et en plomb, ces puits étaient alimentés par l’eau provenant d’une montagne riche en sources. Celtis et Cochläus51 firent l’éloge des 120 puits et des 23 canalisations souterraines ou à ciel ouvert, en particulier le « beau puits » en forme de pyramide sur le marché et le système central de canalisations à ciel ouvert dans quelques rues, qui était très utile pour les bouchers, les teinturiers et les tanneurs. Le superlatif aqueductu mundissima doit évidemment être interprété en tenant compte du contexte médiéval. Mis à part le fait que de telles canalisations à ciel ouvert — qui existent encore aujourd’hui à Fribourg-en-Brisgau — servaient également aux pompiers, elles ont effectivement déchargé l’eau souterraine et amélioré la qualité de l’eau des puits publics et privés. La seule rivière apportant de l’eau pure à Cologne, la rivière Hürth, a presque uniquement été utilisée à l’évacuation des eaux-vannes de la ville. A cause des nombreuses teintureries, souvent construites au-dessus de la rivière, la Hürth s’appelle « la rivière bleue » (Blaubach) à partir du marché de guède52. Brême, au contraire, approvisionnait à l’aide d’un impressionnant moulin à pompe et de canalisations en bois presque 400 ménages en eau de la Weser, qui aurait été potable53.

31En exploitant les cours d’eau, on attachait souvent plus d’importance à l’évacuation des eaux-vannes de quelques industries urbaines qu’au problème de l’approvisionnement en eau potable. C’est seulement aujourd’hui qu’on peut constater un changement, au moins en ce qui concerne le Rhin. Comme les puits se trouvaient tout près des égouts, situation à laquelle les villes médiévales ne voulaient pas mettre fin à cause d’intérêts privés et de volonté d’autarcie, les habitants qui pouvaient se le permettre renonçaient à l’eau au profit du vin et de la bière ; boire de l’eau pouvait causer la mort.

III

32Je me limiterai ici à traiter quelques aspects concernant l’approvisionnement des villes allemandes en matériaux de construction, en matières premières pour la production industrielle et en énergie. Comme je l’ai déjà exposé pour l’approvisionnement en aliments, les ressources des environs furent tout d’abord suffisantes. Ce n’est qu’à partir d’une certaine phase du développement, pour satisfaire aux besoins élevés, qu’il fallut utiliser des systèmes interrégionaux de transport et de commerce et que l’on s’efforça de les établir, développer et défendre. L’exposé de l’approvisionnement en matières premières des villes industrielles allemandes présupposerait un résumé de l’histoire européenne du commerce à longue distance. De ce fait, je me limiterai aux questions 4 et 5, mentionnées précédemment et qui concernent les influences de la politique urbaine d’approvisionnement sur le développement des environs et de la structure de la région restreinte d'approvisionnement.

  • 54 Cf. Brigitte Fiedler, Die gewerblichen Eigenbetriebe der Stadt Hamburg im Spätmittelalter, Phil. D (...)
  • 55 Cochlaeus (cf. n. 1), cap. IV, 12, p. 80 sq.
  • 56 Franz Irsigler, Die Wirtschaftsführung der Burggrafen von Drachenfels im Spätmittelalter, dans Bon (...)
  • 57 Manfred Huiskes, Andernach im Mittelalter. Von den Anfängen bis zum Ende des 14. Jahrhunderts (Rhe (...)

33Le transport des matériaux de construction (pierres, briques, terre, chaux, bois, etc.) sur de longues distances était très coûteux, à l’exception du transport par voie d’eau. Chaque ville était obligée d’exploiter et de protéger les gîtes naturels, qui se trouvaient dans sa proximité, pour la construction de bâtiments privés et publics. Dans les régions pauvres en pierre, dominait l’utilisation des briques cuites. Ici, les briqueteries, les carrières de glaise, de sable et de chaux étaient des entreprises urbaines54, situées dans la banlieue ou sur le territoire urbain. Chaque ville n’avait pas la chance de Nuremberg qui possédait une carrière55 dans ses environs immédiats. Cette carrière fournissait du grès, facile à travailler et, en outre, très durable, dont la couleur d’un brun clair chaud marque encore aujourd’hui l’aspect de la vieille ville. L’administration chargée de la construction de la cathédrale à Cologne et la ville de Cologne s’assuraient l’approvisionnement en trachyte, provenant du Drachenfels (près de Bonn), par des avances sur le capital et l’établissement de contrats avec le burgrave de Drachenfels56. Les marchands les plus importants d’Andernach constituèrent un syndicat des mines, afin de pouvoir défendre leur monopole dans l’exploitation des carrières de basalte à Mendig57.

  • 58 Cochlaeus (cf. n. 1), cap. IV, 13, p. 80-83.
  • 59 Wolfgang von Stromer et Lore Sporhan, Die Nadelholz-Saat in den Nürnberger Reichswäldern 1469-1600 (...)

34Il en est de même de l’approvisionnement en bois de construction. La politique de prévoyance nurembergeoise a été très bien et brièvement décrite par Johannes Cochläus58 : « Jour après jour, de nouveaux bâtiments s’établissent. Par conséquent, les habitants craignent qu’au bout du compte, le bois vienne à leur manquer, bien qu’ils cultivent alentour avec beaucoup de soin d’épaisses forêts. De ce fait, ils ont inventé un art particulier pour l’ensemencement d’arbres et ils engagent beaucoup de gardes forestiers ; ils accumulent et plantent soigneusement les chênes élancés et d’autres arbres dans le verger, afin de pouvoir les utiliser pour la construction. » Après 1350, l’art de l’ensemencement des résineux a été introduit et développé à Nuremberg par un membre de la famille de commerçants Stromer59 ; qui l’avait apporté d’Espagne, où il avait pris connaissance de traités arabes. De Nuremberg cet « art » s’est rapidement répandu vers le Nord et l’Ouest, et il joua surtout un grand rôle dans le reboisement des régions minières.

35Le bois municipal, souvent appelé d’après la Cour des comptes municipale le bois de la Cour (Kammerforst), était soumis à une politique de protection forestière très stricte. Cette politique eut un effet stabilisateur jusqu’à l’époque industrielle et dans certains cas même jusqu’à nos jours. Ainsi, par exemple, le Reichsforst à Aix-la-Chapelle, le Königsforst près de Cologne ou le bois municipal de Trèves sur la rive gauche de la Moselle, dans lequel l’autoroute, construite il y a cinq ans, constitue la première laie irréparable. Une seconde fonction importante du bois municipal était de fournir du bois de chauffage. En conséquence, la distance ne pouvait être trop grande afin que le matériel de chauffage ne devînt pas trop cher pour les classes sociales les plus pauvres.

  • 60 Heinz Geistfeldt, Untersuchungen zur Geschichte der Flößerei und Flößeretverwaltung in Kursachsen,(...)

36Pour les grandes constructions urbaines, les églises, les hôtels de ville, les magasins, etc., et évidemment pour la construction navale dans les centres de commerce maritime, le bois des forêts voisines suffisait rarement. Par conséquent, des réseaux suprarégionaux et transcontinentaux d’approvisionnement se développèrent, d’une part de l’est à l’ouest sur les routes maritimes hanséatiques, d’autre part du sud au nord par le flottage60 sur l’Elbe, le Main, la Moselle et le Rhin, qui déjà vers 1500, était hautement spécialisé.

  • 61 Franz Irsigler, Die wirtschaftliche Stellung der Stadt Köln im 14. und 15. Jahrhundert. Strukturan (...)
  • 62 Gerda Bergholz, Die Beckenwerkergilde zu Braunschweig (Werkstücke aus Museum, Archiv und Bibliothe (...)
  • 63 Irsigler, Köln (cf. n. 61), p. 167 sq.
  • 64 Hektor Ammann, Die wirtschaftliche Stellung der Reichsstadt Nürnberg im Spätmittelalter (Nürnberge (...)
  • 65 Cochlaeus (cf. n. 1), cap. VI, 2, p. 112 sq.

37Le succès économique du commerce d’exportation de toutes les importantes villes allemandes était fondé en premier lieu sur la disposition de matières premières à proximité de la ville. Cette relation se manifeste clairement dans les industries métallurgiques. Les gisements de calamine de la Vieille Montagne près du Moresnet n’étaient pas seulement essentiels pour les villes du bassin de la Meuse, mais également pour l’industrie métallurgique non ferreuse d’Aix-la-Chapelle et de Cologne61 ; le cuivre de Rammelsberg dans le Harz jouait un rôle identique pour les chaudronneries de Brunswick62. La productivité élevée de l’industrie sidérurgique de Cologne, Dortmund, Siegen, Düren, Ratingen, Remscheid, Solingen, Radevormwald, Breckerfeld et d’autres villes de cette région était due aux riches et bons gisements de fer du Nord-Eifel, du Siegerland, du pays de Berg et du Sauerland63. Le développement de Nuremberg qui devint la plus importante ville métallurgique européenne aux xve et xvie siècles a été attribué avec raison par Hektor Ammann64 au fait que la ville a déjà très tôt réussi à intégrer la région métallurgique de l’Oberpfalz et du Fichtelgebirge dans l’« Union Economique Nurembourgeoise ». Cochläus a décrit65 cette relation comme une dépendance unilatérale : « Les montani vivent dans une région infertile, riche en bois et en pierres, et ils constitueraient vraiment un peuple pauvre, s’il n’y avait pas Nuremberg si proche dans le voisinage, où ils peuvent acheter du vin et les autres aliments et où ils peuvent changer leurs biens ruraux et le fer contre de l’argent comptant. »

  • 66 Franz Irsigler, Stadt und Umland im Spätmittelalter. Zur zentralitätsfördernden Kraft von Fernhand (...)

38Une pareille dépendance existait également entre Cologne et la région minière et métallurgique sur la rive droite du Rhin, car Cologne jouait un rôle important dans l’approvisionnement en céréales de la région. Les investissements de capitaux urbains dans les entreprises minières et métallurgiques, et l’établissement de systèmes d’entreprises sous forme du Zunftkauf, c’est-à-dire l’achat contractuel de la production totale d’une corporation, étaient aussi obligatoires. J’ai essayé, il y a quelques années, de dresser une petite carte de l’expansion territoriale de l’Union économique de Cologne (carte 2)66. L’ampleur et la structure de l’espace couvert par la ville étaient différentes pour chaque métier, mais la concentration dans un rayon d’environ 40 à 50 kilomètres ressort très nettement.

39Le dernier aspect que je voudrais traiter, et qui à mon avis a été trop peu étudié, est l’approvisionnement en énergie, qui souligne également l’interdépendance des villes médiévales avec leurs environs.

  • 67 Rudolf Kiess, Bemerkungen zur Holzversorgung von Städten, dans Städtische Versorgung und Entsorgun (...)
  • 68 Cf. plusieurs contributions dans Siedlungsforschung. Archäologie - Geschichte - Géographie, 2 (198 (...)
  • 69 Irsigler, Kölner Wirtschaft (cf. n. 40), p. 255.

40L’énergie de chauffage provenait principalement du bois67 ; ce n’est que dans les contrées marécageuses de l’Allemagne du Nord et de la Bavière que la tourbe jouait un rôle assez important68. Le charbon qui, depuis le xiiie siècle, était extrait en petites quantités dans la région d’Aix-la-Chapelle et dans le bassin de la Ruhr fut occasionnellement utilisé comme charbon de forge, mais la plupart du temps comme matériel de chauffage. Le lignite était principalement destiné à la production de matière colorante brune, commercialisée comme terra Coloniensis69.

  • 70 Irsigler, Kölner Wirtschaft (cf. n. 40), p. 236 ; Clemens von Looz-Corswarem, Das Finanzwesen der (...)
  • 71 Irsigler, Köln (cf. n. 61), p. 47, 146, 165 sq.
  • 72 Cf. Wolfgang von Stromer, Innovation und Wachstum im Spätmittelalter : Die Erfindung der Drahtmühl (...)

41Les fournisseurs d’énergie les plus importants pour la production industrielle étaient — à part l’énergie humaine et animale (le manège !) — le vent, l’eau, le bois, le charbon de bois. Des moulins à vent, construits sur les tours des remparts, caractérisaient la silhouette de beaucoup de villes de la Basse-Rhénanie et de l’Allemagne du Nord. Cologne édifiait en 1392 un de ces moulins à blé, utilisé seulement comme réserve quand le niveau des eaux était extrêmement haut ou bas et destiné également à faire pression sur l’archevêque, qui partageait avec la ville les droits de mouture des grands moulins flottants sur le Rhin70. Le Rhin actionnait aussi deux grues flottantes. Ainsi les possibilités urbaines pour l’exploitation de l’énergie hydraulique étaient déjà épuisées. Les industries textile et métallurgique étaient obligées d’établir les moulins à foulon, à polir et à forge sur les ruisseaux des environs, surtout du pays de Berg71. Nuremberg constitue un exemple impressionnant dans le domaine de l’exploitation de l’énergie hydraulique, surtout grâce à une source figurative exceptionnelle, un prospectus regroupant tous les moulins et barrages dans le bassin de la Pegnitz, de Wöhrd à Doos. Ce prospectus a probablement été rédigé vers 1590 par l’architecte municipal Wolf-Jakob Stromer à l’occasion d’une nouvelle réglementation sur les cours d’eau et reflète une phase de développement, déjà atteinte au xve siècle72. A l’intérieur de la ville se trouvaient huit moulins, six le long de la Pegnitz avec chacun dix à douze roues, et deux au Fischbach. A l’extérieur des remparts se trouvaient encore une douzaine de moulins, appartenant à la ville ou à des habitants. Leurs utilisations étaient très variées : allant du moulin à blé, en passant par la forge, les ateliers de polissage, laminoirs et tréfileries pour l’industrie métallurgique, aux moulins à papier et moulins de tournage pour le travail du bois et la fabrication de jouets.

  • 73 Lothar Suhling, Der Seigerhüttenprozeß. Die Technologie des Kupferseigerns nach dem frühen metaliu (...)

42Jusque peu après 1450, quelques-uns de ces moulins actionnaient également les soufflets des fonderies de cuivre. La fonte du cuivre, c’est-à-dire l’extraction de l’argent du cuivre grâce à l’emploi du plomb comme dissolvant, procédé qui a été développé par les Nurembourgeois, nécessitait, outre l’énergie hydraulique, énormément de charbon de bois, ce qui mettait en péril les forêts autour de Nuremberg. La conséquence en fut le transfert de la technologie des fonderies de cuivre dans le territoire de Mansfeld et le Thüringer Wald73.

  • 74 Cf. Hans Schubert, Geschichte der Nassauischen Eisenindustrie von den Anfängen bis zur Zeit des Dr (...)

43Comme dans les environs de Nuremberg, l’exploitation des sources d’énergie en eau et bois dans le Mittelgebirge, situé sur la rive droite du Rhin, atteignait vers 1500 les frontières du possible. Des mesures, prises par les princes et destinées à la protection forestière, ainsi que des limitations des droits sur les cours d’eau pour les fonderies de fer évitèrent l’exploitation dévastatrice des ressources naturelles74.

IV

  • 75 Ludolf Kuchenbuch, Bürger und Bauern. Neues zum Verhaltnis von Stadt und Land im späten Mittelalte (...)

44La structure complexe des territoires d’approvisionnement des villes médiévales peut être présentée de plusieurs façons : de façon cartographique, de façon verbale en se référant à des exemples typiques, ou à l’aide d’un modèle généralisateur. Un bon exemple pour la première possibilité est donné par Ludolf Kuchenbuch75 ; il décrit l’exploitation différenciée de toutes les ressources locales dans le territoire urbain de Hildesheim, une ville moyenne comptant environ 7 000 habitants : « Immédiatement devant les remparts une ceinture de jardins, puis, très loin vers les villages... s’étendent les champs urbains. Dans les basses terres, près des cours d’eau, les prairies ; sur les coteaux, des champs de houblon et des vignobles, dispersés ou concentrés. Plus de dix petits bois, utilisés par les habitants, se trouvent dans l’hémicycle sud, plus particulièrement dans la chaîne de collines de la forêt d’Hildesheim, à la périphérie du territoire, à 2 à 8 kilomètres des portes ; tout près se trouvent des carrières, des fours à chaux, des meules à charbon. Les habitants disposent par ailleurs de deux terrains pour la chasse aux oiseaux, de dix terrains de chasse de huit pêcheries, de neuf pâturages pour le bétail et finalement de huit sablières et de cinq glaisières pour la construction et la poterie. » A quoi s’ajoutent des moulins, des prés réservés au blanchissage et d’autres équipements directement devant les portes des remparts. Quelques bourgeois disposent en outre de produits d’intérêts, de dîmes, de bergeries, de droits de pêche, de prairies et du rapport des moulins, provenant de plus de vingt villages dans un rayon d’environ 30 kilomètres.

  • 76 Cf. note 5.

45Pour construire un modèle, on peut développer et simplifier celui que Johann Heinrich von Thünen76 a élaboré pour la période autour de 1850. Malheureusement, il n’est pas possible ici de présenter ce modèle en détail et l’on se référera à deux esquisses en annexe (2 et 3).

46Dans mon modèle (4), le cercle intérieur, indiquant l’horticulture très intensive, correspond à « l’agriculture libre » de Thünen. Le deuxième cercle est divisé en cinq parties : le bois municipal, le pâturage, les cultures particulières, des gisements de matériaux de construction et des installations urbaines pour l’exploitation de l’énergie hydraulique. Le troisième cercle étroit — chez Thünen, l’assolement — peut être désigné à la fin du Moyen Age comme zone d’assolement triennal amélioré avec la culture partielle des champs en friche et la fumaison régulière, la ville jouant un rôle important comme fournisseur de fumier. Puisque l’agriculture mixte a été établie assez tard et seulement en Allemagne du Nord et de l’Est, le quatrième cercle du modèle médiéval sera une large zone d’assolement normal et le cinquième cercle désignera une région avec l’assolement biennal, particulièrement typique pour les régions du Mittelgebirge. Dans ces deux cercles est introduit un secteur potentiel pour l’industrie minière et métallurgique. Le sixième cercle extérieur n’inclut pas seulement l’élevage, comme nous le montre Thünen, mais également une zone d’exploitation forestière en relation avec le secteur métallurgique.

  • 1 Pour la traduction, je remercie vivement Mlle Marie-Paule Quix, Bruxelles, et pour la relecture, M(...)

47La constitution réelle des zones d’approvisionnement est évidemment différente pour chaque ville, selon la dimension, les moyens de communication, la nature du sol et autres conditions géologiques et géo-morphologiques. Néanmoins, il faut retenir que nous trouvons pour toutes les villes des concordances et un ordre rationnel dans l’organisation des environs, qui est en fait également le résultat de la politique urbaine d’approvisionnement1.

CARTE 1. — Territoires d’approvisionnement des villes rhénanes à la fin du Moyen Age.

Chiffres de population des villes rhénanes et chiffres du territoire complet approvisionnement

Chiffres de population des villes rhénanes et chiffres du territoire complet approvisionnement

CARTE 2. — Union économique de Cologne.
Extr. de : F. Irsigler, Stadt und Umland im Spätmittelalter. Zur zentralitätsfördernden Kraft von Fernhandel und Exportgewerbe, in : E. Meynen (éd.), Zentralität als Problem der mittelalterlichen Stadtgeschichtsforschung, Köln/Wien, 1979, p. 14.

GRAPHIQUE 1. — L’offre saisonnale des poissons à Cologne, fin du xive siècle.
Extr. de : F. Irsigler, Ein großbürgerlicher Kölner Haushalt am Ende des 14. Jahrhunderts, in : Festschrift Matthias Zender, Bonn, 1972, p. 650.

Annexes

ANNEXE 1

Carte de base : Bodengütekarte 1 :1 000 000 der Bundesrepublik Deutschland, 1958, avec les chiffres de productivité entre 21 et 80.

Données de base :

Chiffres de la population des villes rhénanes avec plus de 1 000 habitants : cf. la liste à la page 139.

Consommation annuelle de céréales par personne : 220 kg.

Quantité des semences : 175 kg/ha.

* Quantité négligeable.

Formule pour calculer le territoire (T) minimum, qui doit être cultivé avec des céréales afin de pouvoir assurer l’approvisionnement d’une ville :

Exemple : ville de 2 000 habitants/qualité de terre I :

Exemple pour le calcul du territoire complet d’approvisionnement en considérant les différentes classes des terres pour une ville de 2 000 habitants :

Classe

Net

Assol triennal (x 3)

+ la proportion des terres non agricoles

Cologne (40 000 hab)

I

15 km2

45 km2

+ 25 % = 57 km2

1 134 km2

II

36

108

+ 45 % = 157

3 178

III

93

281

+ 55 % = 435

8 706

ANNEXES 2 et 3. — Le modèle de Thünen

Extr. de : Joh. Heinrich v. Thünen, Der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalôkonomie, 1842/1850, Jena2 1910, p. 387 et 389.

ANNEXE 4. — Le modèle médiéval

Modèle de Thünen
I. Freie Wirtschaft (agriculture libre)
II. Forstwirtschaft (expl. forestière)
III. Fruchtwechselwirtschaft (assolement)
IV. Koppelwirtschaft (agric. mixte, d’enclos)
V. Dreifelderwirtschaft (assol. triennal)
VI. Viehzucht (élevage)
Modèle médiéval
I. horticulture
II a. bois municipal
b. pâturage
c. gîtes de matériaux
e. énergie hydraulique
III. assolement triennal amélioré
IV. assolement triennal *
V. assolement biennal *
VI a. élevage
b. exploitation forestière
* Secteur IV/V : industrie minière et métallurgie.

Notes

1 Johannes Cochlaeus, Brevis Germaniae Descriptio (1512), éd. par Karl Langosch (Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte der Neuzeit. Freiherr vom Stein-Gedächtnisausgabe, t. I), Darmstadt, 1969, cap. IV, 6, p. 76-77.

2 Nürnberger Urkundenbuch 907-1300, éd. par Gerhard Pfeiffer, Nürnberg, 1951-59, no 178 ; cf. Hanns Hubert Hoffmann, Nürnberg. Gründung und Frühgeschichte, dans Jahrbuch für fränkische Landesforschung, 10 (1950), p. 1-35.

3 Conrad Celtis, De origine, situ, moribus et instituas Norimbergae, Nürnberg 1502 cap. 4 ; cf. Albert Werminghoff, Conrad Celtis und sein Buch über Nürnberg, Nürnberg,’

4 Cochlaeus (cf. n. 1), cap. IV, 5-20, p. 76-85.

5 Johann Heinrich von Thünen, Der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalökonomie (1842/1850), Jena, 2 1910.

6 Mme Claudine Billot a eu la grande amabilité de me signaler « que non seulement la zone proche d’approvisionnement des villes correspond à la zone la plus intensive d’origine des migrants, mais que la zone lointaine d’approvisionnement des produits plus chers et plus rares correspond, elle aussi, à la seconde auréole d’origine des migrants, et qu’au moment de l’essor économique exceptionnel d’une ville qui augmente encore ces deux zones précédentes et crée une troisième zone d’extension maximum, parfois de brève durée, la zone d’origine des migrants suit également cet agrandissement » (Lettre du 4.10.1983). Cf. Claudine Billot, Chartres aux xive et xve siècles, une ville et son plat pays. Thèse d’Etat, Univ. de Paris VIII, 1980 ; Yves Bonfils, Le premier livre des bourgeois de Fribourg (1341-1416), Fribourg, 1941, introduction, p. 24.

7 Cf. la liste des travaux dans Günther Franz, Die Geschichte des deutschen Lebens-mittelhandels, dans Der deutsche Landwarenhandel, éd. par Günther Franz, Wilhelm Abel et Gisbert Cascorbi, Hannover, 1960, p. 27, n. 18 ; Wolfgang Habermann et Heinz Schlot-Mann, Der Getreidehandel in Deutschland im 14. und 15. Jahrhundert. Ein Literaturbericht, dans Scripta Mercaturae, 11/2 (1977), p. 27-55, et 12 (1978), p. 107-136.

8 Ernst Kelter, Geschichte der obrigkeitlichen Preisregelung I (Bonner Staats-wissenschaftliche Untersuchungen, H. 21), Jena, 1935.

9 Wilhelm Abel, Massenarmut und Hungerkrisen im vorindustriellen Europa. Versuch einer Synopsis, Hamburg/Berlin, 1974 ; Agrurkrisen und Agrarkonjunktur. Line Geschichte der Land- und Ernährungswirtschaft Mitteleuropas seit dem hohen Mitteiaiter, Hamburg/Berlin, 3 1978.

10 Mortiz J. Elsas, Umrijl einer Geschichte der Preise und Löhne in Deutschland, 2 vol., Leiden, 1936-1949.

11 Dietrich Ebeling et Franz Irsigler, Getreideumsatz, Getreide- und Brotpreise in Köln 1368-1797, 2 vol. (Mitteilungen aus dem Stadtarchiv von Köln, 65 et 66), Köln/Wien 1976-1977.

12 Edith Schlieper, Nahrungsmittel und Ernahrung in der Landgrafschaft Hessen-Kassel von 1650 bis 1730, dans Zeitschrift des Vereins für hessische Geschichte und Landeskunde, 81, 1970, p. 65-88 ; Peter Hertner et Thomas Fox, Lebensmittelpreise in Marburg 1764-1830 : Agrarkonjunktur und obrigkeitliche Versorgungspolitik in der vorindustriellen Gesellschaft, dans Historische Demographie a/s Sozialgeschichte. Giejien und Umgebung vom 17. zum 19. Jahrhundert, éd. par Arthur E. Imhof, Darmstadt/Marburg, 1975, t. 2, p. 855-917.

13 Wilhelm Naudé, Deutsche städtische Getreidehandelspolitik vom 15.-17. Jahrhundert, mit besonderer Berücksichtigung Stettins und Hamburgs, Leipzig, 1889, S. 41.

14 Cf. Corinne Beutler, Traditions et innovations dans les techniques de conservation des grains à la campagne et à la ville (Europe occidentale, xve-xviie siècle). Examen critique des sources, dans Les techniques de conservation des grains à long terme, leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et des sociétés, t. 2, Paris, 1981, p. 19-43.

15 Cf. Heinrich Hofmann, Die Getreidehandelspolitik der Reichsstadt Nürnberg insbesondere vom. 13. bis zum 16. Jahrhundert, Niirnberg, 1912.

16 Franz Irsigler, Getreidepreise, Getreidehandel und stadtische Versorgungspolitik in Köln, vornehmlich im 15. und 16. Jahrhundert, dans Die Stadt in der europaischen Geschichte. Festschrift Edith Ennen, Bonn, 1972, p. 571-610 ; Dietrich Ebeling, Versorgungskrisen und Versorgungspolitik während der zweiten Halfte des 16. Jahrhunderts in Köln, dans Zeitschrift für Agrargeschichte und Agrarsoziologie, 27 (1979), p. 32-59.

17 Irsigler, Getreidepreise (cf. n. 16), p. 589 sq.

18 Die Chroniken der deutschen Städte vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, t. 11 (Die Chroniken der fränkischen Städte : Nürnberg, t. 5), Stuttgart, 2 1961, p. 464, 512, 516 et t. 10 (Nürnberg, t. 4), Stuttgart, 2 1961, p. 328 ; Hofmann, Getreidehandelspolitik (cf. n. 15), p. 84.

19 Irsigler, Getreidepreise (cf. n. 16), p. 574 sq. ; Erich Wisplinghoff, Untersuchungen zur Wirtschafts- und Besitzgeschichte der Benediktinerabtei Brauweiler bei Köln, dans Jahrbuch des Kölnischen Geschichtsvereins, 43 (1971), p. 131-191 ; Hans Mosler, Der Altenberger Hof in Köln, dans Annalen des Historischen Vereins für den Niederrhein 158 (1956), p. 87-103.

20 Dietrich Ebeling, Zur zentralörtlichen Funktion des Kölner Getreidemarktes in der Frühen Neuzeit, dans Geschichte in Köln, H. 10 (1981), p. 102-113. Cf. prochainement Franz Irsiger et Rainer Metz, Getreideumsatz, Getreide- und Brolpreise in Köln, vol. 3 : Der Kölner Getreidemarkt am Ende des 18. Jahrhunderts.

21 Johannes Hansen, Beiträge zur Geschichte des Getreidehandels und der Getreidepolitik Lübecks, Lübeck, 1912, p. 56-59.

22 Cf. n. 16.

23 Cf. prochainement Christian Reinicke, Agrarkonjunktur und technisch-organisatorische Innovationen auf dem Agrarsektor im Spiegel niederrheinischer Pachtvertrage 1200-1600, Phil. Diss. Trier, 1984, cap. VI. C.

24 Corinne beutler, De l’approvisionnement en grains de quelques villes européennes au Moyen Age et à l’époque moderne, dans Les techniques de conservation des grains à long terme, leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et des sociétés, I, Paris, 1979, p. 95-104, cit. p. 96.

25 Bodengütekarte 1 : 1.000.000 der Bundesrepublik Deutschland, à la base du « Gesetz über die Schätzung des Kulturbodens » du 16 octobre 1934.

26 Dans le Geschichtlicher Atlas der Rheinlande, Lief. 1, Köln, 1982, carte VI/1.

27 Franz Irsigler, La Mercuriale de Cologne (1531-1797) : structure de marché et conjoncture des prix céréaliers, dans AESC, 33/1 (1978), p. 93-114.

28 Friedrich Lau, Die Entwicklung der kommunalen Verfassitng und Verwaltung der Stadt Köln bis zum Jahre 1396, Bonn, 1898, p. 383 sq. et 391. Cf. Franz Irsigler, Köln extra muros : 14.-18. Jahrhundert, dans Siedlungsforschung. Archäologie-Geschichte-Geographie 1 (1983), p. 146 sq.

29 Gustav Schmoller, Die historische Entwicklung des Fleischconsums, sowie der Vieh- und Fleischpreise in Deutschland, dans : Zeitschrift für die gesamte Staatswissenschaft, 27, 1871, p. 284-362 ; Wilhelm Abel, Wandlungen des Fleischverbrauchs und der Fleischversorgung in Deutschland seit dem ausgehenden Mittelalter, dans Berichte über Landwirtschaft, N.F. 22 (1938), p. 411-452.

30 Cf. Internationaler Ochsenhandel (1350-1750). Akten des 7th International Economic History Congress Edinburgh 1978, éd. par Ekkehard Westermann, Stuttgart, 1979 ; Wolfgang von Stromer, Wildwest in Europa. Der transkontinentale Ochsenhandel in der frühen Neuzeit, dans Kultur und Technik. Zeitschrift des Deutschen Museums, 3/2 (1979) p. 36-43.

31 Cf. la contribution de M. Sergij Vilfan dans ce volume.

32 Koelhoffsche Chronik, dans Die Chroniken der deutschen Städte, t. XIV Leipzig 1968, 1877, repr. Stuttgart, 1968, p. 899.

33 Franz Irsigler, Zum Kölner Viehhandel und Viehmarkt im Spätmittelalter dans Internationaler Ochsenhandel (cf. n. 30), p. 225 sq.

34 Franz Lerner, Die Bedeutung des internationalen Ochsenhandels für die Fleischversorgung deutscher Städte im Spätmittelalter und der frühen Neuzeit, dans Internationaler Ochsenhandel (cf. n. 30), p. 212.

35 Christian Reinicke, L’élevage des moutons dans les régions montagneuses de l’Allemagne occidentale au Moyen Age et à l’époque moderne, particulièrement dans les régions de l’Eifel et du Hunsrück, dans L’élevage et la vie pastorale dans les montagnes de l’Europe au Moyen Age et à l’époque moderne, Clermont-Ferrand, 1984, p. 37-54.

36 Cf. Quellen zur Rechts- und Wirtschaftsgeschichte der Rheinischen Städte, B. I, Kurkölnische Städte : Neuss, éd. par Friedrich Lau, Bonn, 1911, intr., p. 47 ; D. I, Jülichsche Städte : Düren, éd. par August Schoop, Bonn, 1920, intr., p. 104.

37 Cf. Bruno Kuske, Die Entstehung der Kreditwirtschaft und des Kapitalverkehrs (1927), dans B. Kuske, Koln, der Rhein und das Reich, Köln/Graz, 1956, p. 81 sq. ; Lerner, Die Bedeutung (cf. n. 34 et 30), p. 201.

38 Herbert Hitzbleck, Die Bedeutung des Fisches für die Ernährungswirtschaft Mitteleuropas in vorindustrieller Zeit unter besonderer Berücksichtigung Niedersachsens, Phil. Diss. Göttingen, 1971 ; Wilhelm Abel, Geschichte der deutschen Landwirtschaft vont frühen Mittelalter bis zum 19. Jahrhundert, Stuttgart, 3 1978, p. 131 sq.

39 Bruno Kuske, Der Kolner Fischhandel vom 14.-17. Jahrhundert, dans Westdeutsche Zeitschrift für Geschichte und Kunst, 24, 1905, p. 227-313.

40 Cf. n. 38 ; Franz Irsigler, Kölner Wirtschaft im Spätmittelalter, dans Zwei Jahrtausende Kölner Wirtschaft, éd. par Hermann Kellenbenz, t. I, p. 244 sq. ; Willi Cnopf, Die Entwicklung und wirtschaftliche Bedeutung der Teichwirtschaft in Mittelfranken, Diss. Erlangen, 1927, o.O. (1927).

41 Franz Irsigler, Ein großbürgerlicher Kölner Haushalt am Ende des 14. Jahrhunderts, dans Festschrift Matthias Zender, éd. par Edith Ennen et Günter Wiegelmann, t. II, p. 64 sq.

42 Cf. Karl E. Demandt, Das Katzenelnbogener Rheinzollerbe 1479-1584, vol. 1, Wiesbaden, 1978, p. 321 sq.

43 Rudolf Endres, Problème des Bauernkriegs in Franken, dans Der Bauernkrieg 1524-26. Bauernkrieg und Reformation. Neun Beitrage, éd. par Rainer Wohlfeil München, 1975, p. 90-115, p. 94.

44 Cf. Dietrich Schaefer, Zur Vorgeschichte des Stecknitz-Kanals, dans Hansische Geschichtsblatter, 36 (1909), p. 115-121 ; Charles Higounet, Lunebourg, capitale du sel au Moyen Age, dans L'Information Historique, 24 (1962), p. 47-53 ; Harald Witthöft, Struktur und Kapazität der Lüneburger Saline seit dem 12. Jahrhundert, dans Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 63 (1976), p. 1-117 ; Charles Hiegel, L’industrie de sel en Lorraine du ixe siècle au début du xviie siècle, dans Ecole nationale des Chartes, Position des thèses soutenues... 1961, Paris, 1961, p. 1-48 ; Hall und das Salz. Beiträge zur hällischen Stadt- und Salinengeschichte, éd. par Kuno Ulshöfer et Herta Beutter, Sigmaringen, 1983.

45 Fernand Braudel, Die Geschichte der Zivilisation, 15. bis 18. Jahrhundert, München, 1971, p. 111 sq.

46 Passio Karoli Comitis auctore Galberto, éd. par Georg Heinrich Pertz, dans MGH-SS, 12, Hannover, 2 1968, p. 563 c. 3.

47 Franz Irsigler, Die Gestaltung der Kulturlandschaft am Niederrhein unter dem Einfluß städtischer Wirtschaft, dans Wirtschaftsentwicklung und Umweltbeeinflussung (14-20. Jahrhundert), éd. par Hermann Kellenbenz, Wiesbaden, 1982, p. 173-195 ; Intensivwirtschaft, Sonderkulturen und Gartenbau als Elemente der Kulturlandschaftsgestaltung in den Rheinlanden (13.-16. Jahrhundert), dans Agricoltura e trasfonnazioni dell’ambiente : Secoli XII-XVIII (Atti della 11a Settimana di Studio, Istituto F. Datini, Prato), Firenze, 1985 (sous presse).

48 Irsigler, Köln extra muros (cf. n. 28).

49 Cf. Alexander Kaufmann, Der Gartenbau im Mittelalter und während der Periode der Renaissance, Berlin, 1892, p. 40 sq. et 44.

50 Ulf Dirlmeier, Umweltprobleme in deutschen Städten des Spätmittelalters, dans Technikgeschichte, 48 (1981), p. 191-205 ; Die kommunalpolitischen Zuständigkeiten und Leistungen süddeutscher Städte im Spätmittelalter, dans Städtische Versorgung und Entsorgung im Wandel der Geschichte (Stadt in der Geschichte 8), éd. par Jürgen Sydow, Sigmaringen, 1981, p. 113-150.

51 Cochlaeus (cf. n. 1), cap. IV, 11, p. 80 sq. ; Celtis (cf. n. 3), cap. 4.

52 Irsigler, Köln extra muros (cf. n. 28), p. 141 et 143.

53 Herbert Schwarzwälder, Technische Sehenswürdigkeiten im Bremen der Barockzeit, dans Bremisches Jahrbuch, 55 (1977), p. 19-75.

54 Cf. Brigitte Fiedler, Die gewerblichen Eigenbetriebe der Stadt Hamburg im Spätmittelalter, Phil. Diss. Hamburg, 1974.

55 Cochlaeus (cf. n. 1), cap. IV, 12, p. 80 sq.

56 Franz Irsigler, Die Wirtschaftsführung der Burggrafen von Drachenfels im Spätmittelalter, dans Bonner Geschichtsblätter, 34 (1982), p. 87-116. /

57 Manfred Huiskes, Andernach im Mittelalter. Von den Anfängen bis zum Ende des 14. Jahrhunderts (Rheinisches Archiv, 111), Bonn, 1980, p. 217 sq. et 234 sq.

58 Cochlaeus (cf. n. 1), cap. IV, 13, p. 80-83.

59 Wolfgang von Stromer et Lore Sporhan, Die Nadelholz-Saat in den Nürnberger Reichswäldern 1469-1600, dans Zeitschrift für Agrargeschichte und Agrarsoziologie, 17 (1969), p. 79-106 ; Wolfgang von Stromer, Die Erfindung der Nadelwaldsaat durch Peter Stromèir 1368, dans Schöpferische Leistung. Zur Verleihung der Dieselmedaille, 1968, Nürnberg, 1968, p. 58-61.

60 Heinz Geistfeldt, Untersuchungen zur Geschichte der Flößerei und Flößeretverwaltung in Kursachsen, forstwiss. Diss. Berlin (Humboldt-Universität), 1963, ms. dactyl. ; Philippe Dollinger, Die Hanse, Stuttgart, 2 1976, p. 290 sq. ; Franz Irsigler, Kölner Wirtschaftsbeziehungen zum Oberrhein vom 14. bis 16. Jahrhundert, dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 121 (1974), p. 14-21 ; Karl E. Demandt, Das Katzenelnbogener Rheinzollerbe 1479-1584, vol. III, Wiesbaden, 1981, p. 417.

61 Franz Irsigler, Die wirtschaftliche Stellung der Stadt Köln im 14. und 15. Jahrhundert. Strukturanalyse einer spatmittelalterlichen Exportgewerbe- und Fernhandelsstadt, Wiesbaden, 1979, p. 122 sq.

62 Gerda Bergholz, Die Beckenwerkergilde zu Braunschweig (Werkstücke aus Museum, Archiv und Bibliothek der Stadt Braunschweig, 17), Braunschweig, 1954 ; Franz Fuhse, Schmiede und verwandte Gewerbe in der Stadt Braunschweig, Leipzig, 1930.

63 Irsigler, Köln (cf. n. 61), p. 167 sq.

64 Hektor Ammann, Die wirtschaftliche Stellung der Reichsstadt Nürnberg im Spätmittelalter (Nürnberger Forschungen 13), Nürnberg, 1970, p. 45 sq. et 194 sq.

65 Cochlaeus (cf. n. 1), cap. VI, 2, p. 112 sq.

66 Franz Irsigler, Stadt und Umland im Spätmittelalter. Zur zentralitätsfördernden Kraft von Fernhandel und Exportgewerbe, dans Zentralitat als Problem der mittelalterlichen Stadtgeschichtsforschung (Städteforschung, A/8), éd. par Emil Meynen, Köln/Wien, 1979, p. 1-14.

67 Rudolf Kiess, Bemerkungen zur Holzversorgung von Städten, dans Städtische Versorgung und Entsorgung im Wandet der Geschichte (cf. n. 50), p. 77-98.

68 Cf. plusieurs contributions dans Siedlungsforschung. Archäologie - Geschichte - Géographie, 2 (1984).

69 Irsigler, Kölner Wirtschaft (cf. n. 40), p. 255.

70 Irsigler, Kölner Wirtschaft (cf. n. 40), p. 236 ; Clemens von Looz-Corswarem, Das Finanzwesen der Stadt Köln im 18. Jahrhundert. Beitrag zur Verwaltungsgeschichte einer Reichsstadt (Veröffentlichungen des Kölnischen Geschichtsvereins, 34), Köln, 1978, p. 92.

71 Irsigler, Köln (cf. n. 61), p. 47, 146, 165 sq.

72 Cf. Wolfgang von Stromer, Innovation und Wachstum im Spätmittelalter : Die Erfindung der Drahtmühle als Sdmulator, dans Technikgeschichte, 44 (1977), p. 89-120 ; Franz Irsigler, Luthers Herkunft und Umwelt-Wirtschaft und Gesellschaft der Zeit, dans Martin Luther und die Reformation in Deutschland, Frankfurt/M., 1983, catalogue no 27, p. 32.

73 Lothar Suhling, Der Seigerhüttenprozeß. Die Technologie des Kupferseigerns nach dem frühen metaliurgischen Schrifttum, Stuttgart, 1976, p. 56 sq. ; Bergbau, Territorial-herrschaft und technologischer Wandel. Prozeßinnovationen im Montanwesen der Renaissance am Beispiel der mitteleuropäischen Silberproduktion, dans Technikgeschichte. Historische Beiträge und neuere Ansätze, éd. par Ulrich Troitzsch et Gabriele Wohlauf, Frankfurt/M., 1980, p. 151 sq.

74 Cf. Hans Schubert, Geschichte der Nassauischen Eisenindustrie von den Anfängen bis zur Zeit des Dreißigjährigen Krieges, Marburg, 1937, p. 21 sq. ; Irsigler, Köln (cf. n. 61), p. 206 et 213 ; cf. prochainement Hermann-Josef Braun, Eisenbergbau und Eisenhüttenwesen im Hunsrück von den Anfängen bis zum Ende des 18. Jahrhunderts, Phil. Diss. Trier, 1985.

75 Ludolf Kuchenbuch, Bürger und Bauern. Neues zum Verhaltnis von Stadt und Land im späten Mittelalter, dans Journal für Geschichte, 3/3 (1981), p. 9-13.

76 Cf. note 5.

Notes de fin

1 Pour la traduction, je remercie vivement Mlle Marie-Paule Quix, Bruxelles, et pour la relecture, Mme Calixte Hudemann, Trèves.

© Presses universitaires du Midi, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search