Version classiqueVersion mobile

L’approvisionnement des villes

 | 
Charles Higounet

Rapports

L’approvisionnement des villes des anciens Pays-Bas au Moyen Age

Raymond Van Uytven

Texte intégral

  • 1 W.P. Blockmans, e.a., Tussen crisis en welvaart : sociale veranderingen 1300-1500, dans : Algemene (...)

1Les problèmes d’approvisionnement des villes médiévales étaient plus ardus aux anciens Pays-Bas (grosso modo le Benelux actuel et une partie du nord de la France) que dans le reste de l’Europe, parce que les villes y étaient plus nombreuses et plus grandes que nulle part ailleurs, l’Italie du Nord exceptée. On a estimé la population des Pays-Bas anciens à plus de 2 600 000 habitants vers 1469 ; un tiers en vivait dans les villes. En Flandre, en Flandre Gallicante et en Hollande du Sud, l’urbanisation dépassait sensiblement ce niveau. Dans une seconde zone (Liège, Hainaut, Brabant, Namur, Hollande du Nord), le pourcentage oscillait autour de 30 %. Dans la première zone, la densité atteignait entre 66 et 78 et dans la deuxième zone à peu près 40 habitants par km2. Il faut remarquer que, dans la zone la plus urbanisée et avec les plus grandes villes (Gand : 64 000 habitants vers 1356-1358, Bruges : 46 000 habitants vers 1338-1340, Ypres peut-être 25 000 habitants en 1311), la densité démographique du plat pays était élevée. D’un autre côté, les régions de Zutphen, Overijssel, Veluwe et Eemland étaient caractérisées par un grand nombre de petites et moyennes villes perdues dans une campagne peu occupée. Entre ces deux extrêmes, se situaient les provinces du Hainaut, du Brabant et de l’Artois ; l’urbanisation y était relativement forte mais des villes de plus de 20 000 habitants y étaient peu nombreuses ; par contre, la campagne était relativement bien peuplée (tableau I)1.

  • 2 W. Jappe Alberts, De middeleeuwse stad, Bussum, 1965, p. 37 en 71-72.
  • 3 R. Van Uytven, ed., Geschiedenis van het stadsgewest Leuven, Deel I : tot ca. 1600, Louvain, 1980, (...)
  • 4 F.H. Mertens, K.L. Torfs, Geschiedenis van Antwerpen, I, Anvers, 1845, p. 597 ; F. Prims, Geschied (...)

2Les problèmes d’approvisionnement urbain se posaient évidemment d’une manière différente dans les trois zones. Les villes modestes du Nord-Est avaient gardé un caractère rural prononcé. Les bourgeois d’Arnhem vers le milieu du xive siècle faisaient paître environ 1 100 têtes de bétail dans les prairies urbaines. La ville de Zutphen puisa, en 1445, 23 % de ses revenus dans des loyers de champs et de prés loués à ses bourgeois. A Nimègue, les paysans formaient un groupe distinct dans la procession urbaine et à Maestricht les jardiniers constituaient une gilde spéciale2. D’ailleurs, toutes les villes médiévales gardaient des traits rappelant la campagne. Encore au xve siècle et plus tard, on trouvait dans des villes comme Anvers et Louvain des troupeaux de moutons. En 1389, Louvain ne vendit pas moins de 171 ha de terrains vagues aux confins de la ville pour être convertis en champs. Sa corporation de fruitiers et de jardiniers compta en 1477 trente membres3. A Anvers, le chapitre de Notre-Dame exigea en 1336 des dîmes de lin, de chardons, de grains de pavot, de petits pois, de blé, de garance, de semences de navets, de fruits et de fèves. Dans la paroisse urbaine, on compta, en 1338, 210 pièces de terre excédant les 50 verges, surface qu’on considérait comme étant la dimension maximale d’un jardin familial. D’autre part, il y avait des fermes de plus de 12 bonniers. En 1364, les prés communs d’Arnhem (plus de 300 ha) furent partagés entre les bourgeois-propriétaires de la ville4.

TABLEAU I. — Urbanisation et densité démographique dans quelques régions des anciens Pays-Bas

TABLEAU I. — Urbanisation et densité démographique dans quelques régions des anciens Pays-Bas

Sources : Algemene Geschiedenis der Nederlanden, IV, p. 44-46.

  • 5 Voir la carte chez J.A. Van Houtte, R. Van Uytven, Nijverheid en handel, dans : Algemene Geschiede (...)
  • 6 A. Verhulst, Bronnen en problemen betreffende de Vlaamse landbouw in de late middeleeuwen, dans : (...)
  • 7 G. Sivery, Structures agraires et vie rurale dans le Hainaut à la fin du Moyen Age, I, Lille, 1977 (...)

3Normalement, la campagne environnante devait fournir à la ville la plupart de ses besoins. Cette situation, favorable à l’origine, pouvait très vite s’altérer. En Artois et en Flandre, les villes se sont très tôt excessivement industrialisées, au point que la moitié et plus de leur population active était employée dans l’industrie de la laine et que leurs chiffres de population se sont accrus en conséquence. En Brabant, ce développement se dessinait à partir du xiiie siècle et en Hollande à partir du milieu du xive siècle5. La demande grandissante des villes a, dès le xiiie siècle, poussé l’agriculture à la modernisation. L’intensification de l’agriculture se manifestait surtout par l’abandon de la jachère dans le système de l’assolement triennal, par la culture de plantes fourragères et industrielles dans la jachère et par la culture de navets dans les chaumes, après la moisson du blé d’hiver. Pois, fèves et navets étaient destinés à la consommation urbaine, indirectement par le détour de l’élevage du bétail et directement comme légumes et ingrédients du potage. A côté du pain, petits pois, fèves et navets constituaient la base du menu populaire6. Les plantes tinctoriales et autres plantes industrielles, telles que le houblon au xive siècle, étaient évidemment destinées à l’industrie surtout urbaine elle aussi. D’un autre côté, au moins depuis le xve siècle, les déchets de la guède, employée pour la teinture des draps, étaient réexportés vers la campagne comme engrais. Pareillement, les excréments et les détritus produits par les populations urbaines retournaient aux champs pour les fertiliser7.

  • 8 N.W. Posthumus, De geschiedenis van de Leidsche lakenindustrie, I. De Middeleeuwen, La Haye, 1908, (...)
  • 9 J.A. Van Houtte, Stadt und Land in der Geschichte des flandrischen Gewerbes im Spätmittelalter und (...)
  • 10 E. Thoen, La production agricole et la population dans quelques communes au sud de Gand pendant l’ (...)

4Dans les régions très urbanisées, la vente facile des produits agricoles et le haut niveau de productivité de la terre, aussi bien physique qu’économique, ont eu leur part dans la grande densité démographique de la campagne. En plus, l’industrie de la laine des villes procurait un supplément de revenus aux campagnards parce qu’en boudant, encore au xive siècle, le rouet, on était forcé de faire appel pour le filage à une main-d’œuvre féminine nombreuse. En 1538, la ville de Leyde annonça son règlement sur le filage dans 37 villages et hameaux de la Hollande. Leyde, La Haye, Naarden et Amsterdam se disputaient déjà au xve siècle la main-d’œuvre campagnarde pour le filage de leurs laines. Les drapiers de Courtrai et de Menin, qui éprouvaient une concurrence poussée de drapiers étrangers, reçurent en 1353 le droit exclusif d’embaucher les fileuses des châtellenies d’Ypres et de Courtrai qui se présenteraient au marché de Menin8. Déjà au xiiie siècle, l’industrie de la laine et surtout celle du lin, y compris le tissage, s’étaient fixées dans les campagnes et, à partir du milieu du xive siècle, elles prirent une grande extension. L’industrialisation de la campagne et la productivité élevée de l’agriculture avaient comme corollaire une fragmentation excessive des exploitations agricoles. En somme, les trois phénomènes se corroboraient réciproquement. Les fermettes de moins de 5 ha formaient en fait la moitié ou plus des exploitations dans les régions pour lesquelles des chiffres sont disponibles pour les xiiie et xive siècles. Des données postérieures suggèrent que cela fut la règle générale, sauf dans certaines parties de la principauté de Liège9. La moisson était sujette à des prélèvements importants, tels la dîme (en règle générale 1/11 ou 1/12), éventuellement de droits domaniaux comme le terrage (1/12 ou même 1/5), la ferme (allant d’un quart à plus de la moitié selon les cas) et la semence pour l’année prochaine (au moins 1/10, mais plus probablement 1/6)10.

  • 11 B.H. Slicher Van Bath, De oogstopbrengsten van verschillende gewassen, voornamelijk granen, in ver (...)

5Même si un hectare produisait 1 500 1 de seigle, le produit net après les prélèvements ne serait que la moitié. Compte tenu de l’assolement triennal, bien que mollement appliqué, et les autres cultures indispensables, un hectare d’une exploitation ne produisait en moyenne que 500 1 de seigle. Comme le fermier et sa famille (4,5 à 5 personnes) consommaient par personne au moins 250 1 et donc en tout à peu près 1 250 111, il lui fallait au moins 2,5 ha de terres pour produire sa propre nourriture en grains. Produire pour les marchés urbains ne pouvait se faire que sur les fermes moyennes ou grandes, à moins que le poids des prélèvements soit limité comme pour les fermes directement exploitées par leurs propriétaires. Les fermes à rendements supérieurs n’étaient pas nombreuses. Sur 60 exploitations à Beuvrequin (Fr., dép. du Nord), il n’y en avait que 18 qui disposaient de plus de 5 ha, et elles totalisaient à peu près 170 ha, soit en moyenne près de 9 1/2 par exploitation. Cela n’est pas sans rappeler la situation des trois villages du Namurois, étudiés par Génicot. Les exploitations de plus de 5 bonniers (±5 ha) y avaient une superficie moyenne de 10,8 ha.

  • 12 Génicot, art. cit., p. 17-31 ; J. Mertens, De laat-middeleeuwse tandbouweconomie in enkele gemeent (...)
  • 13 Thielemans, art. cit., p. 181-186 ; A. Verhulst, De Boeren. I. De Middeleeuwen, dans : Flandria No (...)

6Dans la région brugeoise, les fermes de plus de 10 mesures (± 4,4 ha) constituaient encore près de 52 % des exploitations et leur superficie moyenne était à peu près 21,5 ha. A Herzele, il n’y avait que huit fermes valables ; leur superficie moyenne était de quelque 10,8 ha12. Le produit net d’un hectare était de 500 1 de seigle et un fermier ayant besoin d’au moins 2,5 ha pour son autoconsommation, des fermes pareilles versaient annuellement au marché 3 750 1 de seigle. Pour une ville de 20 000 habitants, il fallait quelque 6 500 000 1, c’est-à-dire la production nette d’à peu près 1 733 fermes d’environ 10 ha. Cela revient à dire qu’une ville moyenne des Pays-Bas dépendait pour son approvisionnement en blé panifiable de quelque 150 villages ! Nous ne nous dissimulons pas tous les risques de ce genre d’arithmétique, mais il a au moins le mérite de faire ressortir à quel point la situation des anciens Pays-Bas était critique. Il convient en plus d’insister sur le fait que la propriété des grandes fermes était presque exclusivement le fait d’institutions de mainmorte, de nobles et de riches bourgeois. C’était d’ailleurs les mêmes qui possédaient ou, au moins par les bourgeois, prenaient à ferme la collecte des dîmes13.

  • 14 W. Blockmans, De volksvertegenwoordiging in Vlaanderen in de overgang van middeleeuwen naar nieuwe (...)
  • 15 De Boer, Graaf en grafiek, p. 40-46, 229, 231, 234 et 199.

7Les contemporains ne s’y sont pas trompés : ils constataient à plusieurs reprises que le pays de Flandre était fort habité de gens... ne se povent nourir s’ils n’ont d’autres vivres dehors. Et à une autre occasion : « le blé qui pousse et est cultivé dans nos pays d’embas ne suffit pas ni ne peut satisfaire aux besoins... ; on a coutume d’amener de grandes quantités de blé d’ailleurs, comme de France et autres lieux »14. En Hollande, la situation est devenue dramatique quand l’urbanisation s’y est développée très vite à partir du milieu du xive siècle, tandis qu’en même temps la production agraire, déjà pas brillante à cause de la mauvaise qualité des terres, trop pauvres ou humides, baissait. Le déclin de la production était dû entre autres à l’extraction massive de la tourbe, aux inondations et à l’humidité croissante qui en étaient en partie les conséquences : le rapport des dîmes en Hollande du Nord déclinait de 26 % entre 1356-1359 et 1398-1396, bien que les prix nominaux montaient en même temps de plus de 20 %15.

  • 16 Tits-Dieuaide, La formation des prix, p. 144-150 ; Van Uytven, Stadsfinanciën en stadsekonomie, p. (...)
  • 17 Blockmans, De volksvertegenwoordiging, p. 587-591 ; A. Uyttebrouck, Le gouvernement du duché de Br (...)

8La situation dans les régions intermédiaires (Artois, Hainaut, Brabant) était beaucoup moins tendue ; elles parvenaient encore à exporter du grain vers la Flandre et la Hollande, mais chaque mauvaise saison, en fait un phénomène cyclique, faisait surgir, au moins en Brabant et en Hainaut, le spectre de la faim16. La prépondérance que les villes avaient acquise dans la plupart des Pays-Bas, et notamment dans les États et dans les États Généraux de ces provinces17, a beaucoup contribué à faciliter leur approvisionnement.

  • 18 D. Nicholas, Stad en platteland in de middeleeuwen, Bussum, 1971, p. 65-69 ; R. Marquant, La vie é (...)

9Elles ont réussi à réglementer le trafic et à organiser la région environnante en fonction de leurs propres besoins. Pendant la grande disette de 1438, la ville de Dordrecht décréta que tous grains de la Hollande du Sud devaient être présentés à son marché dedans les trois jours après la moisson. En 1442, elle élargit la mesure jusqu’au laitage. Dans la suite, elle a, à maintes reprises, renouvelé ces édits qui furent chaque fois cassés par le comte, jusqu’en 1520, quand Charles Quint les reconnut officiellement. Groningue a su se faire reconnaître contractuellement comme l’unique marché des Ommelanden, la partie de la Frise autour de la ville. Depuis 1426, la ville de Zierikzee était le seul marché de grains sur l’île de Schouwen. Middelburg avait les mêmes droits dans l’île de Walcheren et Gouda dans le pays de Woerden. De petites villes comme Naarden et La Brielle élevaient des prétentions analogues. Lille était le marché obligatoire pour tous les grains récoltés dans sa châtellenie, tandis que Douai était le lieu de vente obligatoire pour tous les grains récoltés ou passant dans sa châtellenie. Tout le commerce du grain de la mayerie de Tirlemont était en 1460 obligatoirement concentré à Tirlemont, comme cela était coutumier depuis longue date18.

  • 19 Nicholas, op. cit., p. 63-67 ; B. Van Rijswuck, Geschiedenis van het Dordtsche stapelrecht, Den Ha (...)
  • 20 J. Laenen, Geschiedenis van Mechelen tot op het einde der Middeleeuwen, Malines, 19342, p. 83 et 2 (...)

10Une autre manifestation de la politique égoïste des villes était l’instauration d’étapes légales. Elles canalisaient le trafic vers des villes déterminées et obligeaient les marchands d’y offrir en vente à chacun leurs denrées de passage. Les étapes étaient une contribution évidente à l’approvisionnement de la ville, mais représentaient une vraie aubaine pour l’économie locale. Une des réalisations les plus importantes dans ce domaine fut l’étape de Dordrecht. Le comte Jean I de Hollande décréta en 1299 que tout bois, avoine et vin descendant les fleuves de la Merwede et de la Lek et tout sel remontant la Meuse devraient s’arrêter sur les marchés de Dordrecht. Il espéra ainsi améliorer son contrôle sur le trafic et la perception de ses tonlieux. Malgré des abrogations temporaires et la résistance des autres villes, Dordrecht sut maintenir ce droit et même l’élargir au point qu’en 1355 tout trafic fluvial en Hollande du Sud était concentré à Dordrecht19. Une étape de sel, avoine et poisson était depuis 1238 l’objet de contestations entre Anvers et Malines. La dernière ville eut gain de cause en 1358, mais l’essor commercial d’Anvers rendit l’avantage de cette étape presque illusoire20.

  • 21 G. Bigwood, Gand et la circulation des grains en Flandre du xive au xviiie siècle, dans : Viertelj (...)

11Des troubles dans le trafic pendant les années fatidiques 1347-1349 ont été à la base de l’ordonnance gantoise de 1349 : tout blé arrivant à Gand devait être apporté au marché. Neuf ans plus tard, devant une nouvelle menace de pénurie, le magistrat ordonna en plus que la moitié du grain arrivé au marché devait y rester jusqu’à la vente, le marchand ne gardant la libre disposition que de l’autre moitié. En 1364, on défendit en plus des transactions de grains entre bourgeois d’une même ville afin d’éviter des fraudes contre le règlement précédent. La réglementation de l’étape gantoise était peut-être moins restrictive qu’on l’a suggéré, mais elle suffisait largement à faire de Gand un grand marché de grains, surtout des riches terres d’Artois descendant la Lys, et à profiter à toute une série de commerçants et d’artisans. Parmi ces derniers, il convient de citer en premier lieu les bateliers qui étaient particulièrement privilégiés par la rupture obligatoire des charges à Gand21.

  • 22 J. Craeybeckx, Quelques grands marchés de vins français dans les anciens Pays-Bas et dans le nord (...)

12Très nombreuses furent les étapes du vin. On en trouve toute une série commandant les voies d’accès venant de la France et de la Bourgogne : Lille, Douai, Tournai, Mons, Saint-Quentin, Arras, Valenciennes, etc. Arras ne reçut une étape qu’en 1405, visiblement pour consolider une position acquise. Les marchands amenant du vin au-delà de la Somme étaient tenus de les apporter à Arras. Louvain, sur le tronçon principal des routes terrestres entre Cologne et la mer du Nord, se vit confirmer son étape du vin du Rhin en 1523, mais ce droit était constamment violé par les marchands de Bruxelles, Malines, Wavre et autres qui allaient à l’encontre des chariots de vin au-delà de Louvain et même de Tirlemont22.

  • 23 G. Stefke, Ein stadtisches Exportgewerbe des Spatmittelalters in seiner Entfaltung und ersten Blüt (...)
  • 24 E. Sabbe, De Belgische Vlasnijverheid. I. De Zuidnederlandsche vlasnijverheid tot het verdrag van (...)
  • 25 Willems, Brabantsche Yeesten, II, Bruxelles, p. 561 ; Mertens-Torfs, op. cit., II, Anvers, 1846, p (...)
  • 26 J. de Sturler, Les relations politiques et les échanges commerciaux entre le duché de Brabant et l (...)
  • 27 Marquant, op. cit., p. 84-86.

13En fait, tout commerce pouvait être sujet à une étape obligatoire. On cite entre autres les étapes de la bière importée de la Baltique à Amsterdam et à Staveren ou à Biervliet qui en reçut son nom ; l’étape de hareng encaqué à Damme et du poisson séché à Monnikenreede à partir de 1323 ; du sel et des matériaux de construction à Venlo (1343)23 ; du linge, entre autres à Enghien et à Braine l’Alleu, mais à partir de 1458 exclusivement à Ath pour tout le Hainaut24 ; du laitage hollandais à Anvers depuis 135825, etc. Les péripéties de l’étape de la laine anglaise à travers les Pays-Bas (Saint-Omer, Bruges, Dordrecht, Anvers, Middelburg) et sa fixation définitive à Calais sont suffisamment connues26. Certaines villes, particulièrement favorisées par leur position géographique, réussissaient à rassembler plusieurs étapes dans leurs murs. Nous mentionnions déjà les trois étapes malinoises et les étapes de Dordrecht. Lille était, dès avant 1438, une ville-étape pour le vin, mais elle avait aussi un droit d’étape pour les grains de sa châtellenie et pour toute la guède produite dans les localités au sud de la ville27.

  • 28 H. J. Smit, De opkomst van den handel van Amsterdam, Amsterdam, 1914, p. 246 ; J.F. Niermeyer, Een (...)

14Tout en avantageant les vues fiscales du prince et les intérêts économiques de la ville concernée, une étape constituait une entrave à la circulation des biens. En temps normaux, elle pouvait se prévaloir d’un gain de temps et d’argent pour tous en comprimant les frais de transaction ; en période de crise, on la ressentait surtout comme une faveur injuste au profit de la ville-étape. Des embargos réciproques et des contestations continues qui pouvaient amener un pays au bord de la guerre civile en découlaient parfois. Ce fut le cas de la lutte ouverte entre Dordrecht et les villes en amont du Waal (Nimègue) et du Rhin (Wesel, Duisburg, Cologne) dans les années 1442-144528.

  • 29 J. Laenen, Geschiedenis van Mechelen tot op het einde der Middeleeuwen, Malines, 1934, p. 260-264.

15Les étapes malinoises avaient perdu au xve siècle beaucoup de leur signification par l’essor d’Anvers, mais la ville, dominant par sa position sur le Rupel le trafic fluvial, nuisait sensiblement aux relations entre les villes brabançonnes et le grand marché anversois. L’obstacle malinois était d’autant plus agaçant et difficile à lever que Malines était une enclave indépendante au sein du duché de Brabant. Les tensions devenaient tellement prononcées qu’en 1411-1412 le duc de Bourgogne prenant partie pour sa ville de Malines et son frère Antoine, duc de Brabant, à la tête de ses villes brabançonnes, ont failli en venir aux mains29.

  • 30 Blockmans, De volksvertegenwoordiging, p. 478-479 et 483.
  • 31 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 345 ; J.M. Cauchies, La législation princière pour le comté de H (...)

16Malgré des frictions pareilles, les villes d’un pays et même de plusieurs pays — cela encore avant l’unification des Pays-Bas par Philippe le Bon — se concertaient souvent pour mettre sur pieds une politique commerciale à leur convenance. Les villes de Flandre, du Brabant, de la Hollande et de la Zélande avaient des pourparlers entre elles et avec leur duc sur le commerce de la laine anglaise en 1431 et 1498. Déjà, en 1427, Malines avait pris l’initiative des contacts entre les villes de Flandre et du Brabant sur le sujet30. D’autre part, les villes obtenaient de leurs princes des défenses d’exportation. Ainsi les États de Brabant firent défendre en 1437 l’exportation de laine et de moutons. Plus fréquentes étaient les défenses d’exportation de vivres, entre autres pour toutes les provinces bourguignonnes en 1473-1474. Les défenses d’exportation de grains sont néanmoins surtout prises par pays et sous l’influence des chefs-villes, aussi bien en Flandre, en Brabant qu’en Hainaut ; quand les besoins vitaux étaient en jeu, les villes se préoccupaient avant tout de leurs propres intérêts. Parfois les villes ne limitaient pas leurs interventions aux seuls grains panifiables, mais visaient même l’exportation de bétail, de viande, de légumes, de fruits et de laitage31.

  • 32 J. Godard, Dans les Pays-Bas bourguignons. Un conflit de politique commerciale, dans : Annales d’h (...)
  • 33 Cauchies, op. cit., p. 381, n. 124 et 386, n. 143.

17En principe, les princes et les classes dirigeantes étaient plutôt partisans de la libre exportation des grains32. Vivant de rentes foncières, de dîmes et de tonlieux, le prince et son entourage bénéficiaient en fait des hauts prix et des libres échanges. En plus, les ducs de Bourgogne ont vaguement senti le besoin de favoriser l’entente entre tous leurs sujets en maintenant la liberté du trafic entre leurs pays en période de disette. Le conseil du Hainaut demanda en 1437 des mesures car on les (blés) menoit hors de tous costés et si en avoit mond. seigneur le duc accordé grant cantité à ceulx de Gand, de Bruges, de Malines et outrez... Quelques mois plus tard, Philippe le Bon ordonna d’envoyer du grain hennuyer à Bruxelles, à Douai et même à Tournai, pourtant enclave française dans ses terres. De même, en décembre 1438, il autorisa les Brabançons à s’approvisionner à Namur. En 1481, les Hainuyers purent acheter des vivres selon leurs besoins en Brabant, Flandre, Hollande, Zélande et Frise33.

  • 34 Marquant, op. cit., p. 146.
  • 35 Blockmans, op. cit., p. 465.

18A plusieurs reprises, les Quatre Membres de Flandre et même les trois grandes villes seules interdisaient de mener oultre la rivière du Lys des vivres ; le duc Philippe s’y opposa en 1425 déclarant que Fille, Douai et Orchies sont de nosdits pais et contés de Flandres et avaient donc droit de s’y approvisionner. Néanmoins dans les années suivantes (e.a. en 1433), les Lillois éprouvaient encore les mêmes dificultés34. La petite ville d’Alost qui trouvait une partie de ses moyens de subsistance dans la réexportation de grains hennuyers, avait obtenu en 1423 du duc une licence d’exportation pour 500 sacs de blé par semaine en dépit de la disette régnante. Gand, la chef-ville du quartier, n’hésita pas à faire emprisonner le magistrat d’Alost pour violation de l’embargo sur les grains35. Visiblement, les grandes villes en période de crises graves ne reculaient devant rien. Elles outrepassaient allègrement leurs pouvoirs en méconnaissant les intérêts des petites villes de leur entourage, des paysans, des propriétaires fonciers, y compris leurs propres bourgeois et même ceux du duc.

  • 36 G. des Marez, L’organisation du travail à Bruxelles au xve siècle, Bruxelles, 1904, p. 341 ; De Pa (...)

19Une ambiguïté analogue se discerne dans la politique intérieure de villes. Les principes sont les mêmes : assurer un approvisionnement suffisant pour ne pas émeuter les masses urbaines, sans trop nuire aux intérêts des marchands et des producteurs ; protéger le consommateur contre la fraude sur la quantité et la qualité des biens, tout en préservant producteurs et commerçants urbains contre la concurrence. Pour réaliser ces objectifs, la ville a surtout recours à des mesures législatives. Des interventions plus actives et directes sont exceptionnelles. Les intentions de la ville sont concrétisées surtout dans les keures, proclamations de police annuelles ou semestrielles, dans des ordonnances spéciales et dans les statuts des corporations. En fait, elles se réduisent à quelques points essentiels. Une des pierres angulaires de la politique urbaine en matière d’approvisionnement était la lutte contre les accapareurs et monopolistes et contre la hausse excessive des prix. Pour cette raison, on défendait d’acheter des produits dans un rayon donné autour de la ville ; c’était en fait une application en miniature du principe de l’étape. La distance dans laquelle on ne pouvait pas aborder les marchands se rendant à la ville était normalement de 2 à 5 lieux : à Bruxelles, 2 pour le laitage en 1360 mais 4 en 1450, 4 pour le poisson en 1450 ; à Gand, 5 pour la guède en 1338, 3 pour le poisson en 1350, 3 pour la volaille et le laitage en 1375. Dans le même ordre d’idées, les Gantois n’étaient pas autorisés à acheter de leurs cobourgeois du vin en dehors de la ville, sauf sur l’étape à Damme. Les Bruxellois ne pouvaient pas aborder à l’extérieur de la ville des marchands de fourrures dans un rayon de 24 lieux36.

  • 37 De Pauw, op. cit., p. 7, 36-37, 48-49 et 20.
  • 38 Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 462 ; R. Huybrecht, Rechtsbronnen der stad Reimerswaal, dans : St (...)
  • 39 Van Uytven, Stadsfinanciën, p. 275.
  • 40 Des Marez, op. cit., p. 226 ; Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 462.

20Pour ne pas laisser dégarnir le marché au profit de quelques riches acheteurs et pour enrayer une hausse brutale des prix, on freinait l’achat et à fortiori l’exportation de grosses quantités en une fois. Ainsi, en 1338 et en 1343 ou 1344, le magistrat gantois défendit à ses bourgeois d’acheter au marché plus d’un setier de blé. En 1343 ou 1344, toute exportation de blé au-delà d’un quart de setier fut défendue. En 1350, ces minima furent fixés respectivement à deux et un setier, mais l’exportation sur chariots ou en bateau était proscrite. Acheter des marchandises pour la revente et donc spéculer sur la hausse des prix était également visé par les ordonnances. A Gand, les forgerons ne pouvaient pas vendre du fer qu’ils n’avaient pas travaillé37. A Anvers, au xive siècle, on ne pouvait pas acheter de la volaille ou du laitage pour les revendre. A Reimerswaal, cela fut même le cas de la drêche38. En général, les marchands en gros et les professionnels du commerce des vivres (boulangers, meuniers, brasseurs, bouchers et autres) ne pouvaient faire des achats au marché qu’après les particuliers39. Très typique était aussi le partage obligatoire d’un achat à la demande des assistants intéressés. A Bruxelles, cette coutume était connue par les cordonniers pour des achats de cuir étranger, par les foulons pour les achats de chardons, et par les pelletiers. Encore plus fort, les bourgeois anversois avaient le droit d’exiger contre le même prix et moyennant une très minime gratification les bêtes que les bouchers venaient d’acquérir en leur présence40.

  • 41 Huybrecht, art. cit., p. 122 ; N.H.L. Van den Heuvel, De ambachtsgilden van’sHertogenbosch, Utrech (...)
  • 42 E. Aerts, De Zuidnederlandse brouwindustrie tijdens het Ancien Regime. Statuts questions van het o (...)
  • 43 Van den Heuvel, op. cit., p. 174-175.

21La méfiance envers les accapareurs était tellement prononcée que la liberté d’association commerciale était strictement limitée. Les marchands de sel à Malines ne pouvaient en 1442 s’associer qu’à deux. Un peu partout, les poissonniers et les bouchers ne pouvaient pas s’associer avec plus de deux, ainsi à Bois-le-Duc, où une prescription analogue existait pour les cordonniers et les tanneurs. Dans le même ordre d’idées, il faut voir la résistance des magistrats contre l’exclusivisme grandissant des corporations. Le monopole des corporations ne fut jamais absolu. Chaque bourgeois pouvait, si l’envie lui venait, bâtir sa propre maison, cuire son propre pain, abattre son bétail pour sa consommation, tisser ses draps. A Anvers, un bourgeois possédant au moins dix moutons peut les abattre et les vendre en entier dans sa maison, toutefois sans les exposer devant la maison ou en vitrine41. Dans beaucoup de villes, les autorités établissaient même une brasserie publique à l’usage des particuliers42. Un protectionnisme contre l’importation de produits étrangers était à l’origine presque inexistant. Tout fer forgé pouvait librement être vendu à Bois-le-Duc en 1302. Des étrangers pouvaient y importer des chaussures, mais les cordonniers locaux ne pouvaient vendre que les produits de leurs propres ateliers ; les travailleurs du bois étrangers pouvaient étaler et vendre leurs marchandises dans toute la ville43.

  • 44 Idem, op. cit., p. 176-180 : R. Van Uytven, What is new socially and economically in sixteenth-cen (...)
  • 45 Des Marez, op. cit., p. 88.

22La crise démographique et la stagnation de la population urbaine, à partir du xive siècle, vont changer fondamentalement cette attitude, d’autant plus qu’après 1302, en Flandre et dans la principauté de Liège et avec un certain retard ailleurs, les corporations gagnèrent de l’influence politique. La libre importation des biens fut limitée au marché hebdomadaire et aux foires. Les corporations tendaient à se fermer et devenir héréditaires. Les magistrats n’octroyaient pourtant les augmentations des droits d’entrée aux corporations qu’au compte-gouttes. Çà et là, dans des périodes de troubles, des corporations ont réussi à se fermer pour les nouveaux venus, mais les magistrats ont continué à combattre cette hérédité en droit44. A Bruxelles, la lutte pour la reconnaissance de leur droit à l’hérédité a poussé les bouchers à une révolte en 1477. Le plaidoyer du magistrat bruxellois de 1458 est particulièrement éloquent à ce sujet : « Ils (les bouchers) finiront par la (corporation) réduire à un nombre tellement restreint... que les bourgeois subiront un dommage considérable, car le temps est proche où le peuple tout entier tombera sous la dépendance et la sujétion d’un, de deux ou de trois bouchers qui vendront leur marchandise au prix qui leur plaira.45 »

  • 46 Des Marez, op. cit., p. 339-340 et 502-503.
  • 47 R. Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek in de Noordelijke Nederlanden van de xive tot de xv (...)

23Dans la même ville, un conflit opposait des marchands malinois et la corporation des fruitiers concernant la vente en détail de cerises et de petits pois. Le magistrat prit parti pour les Malinois en acceptant leur argumentation : « Le consommateur serait dupe de la mesure restrictive (de les forcer à ne vendre qu’en gros), attendu qu’il serait impossible pour les fruitiers bruxellois, qui ne vendroient dans ces conditions que de seconde main, de laisser les marchandises au même prix qu’eux. » Le magistrat décida donc que les Malinois pourraient vendre tous les jours leurs marchandises en demi-quart (± 5,25 1.) et que les fruitiers locaux ne pouvaient pas leur en acheter pour les revendre46. Dans les périodes de disette extrême, on prorogea simplement le monopole des boulangers (Louvain 1481 ; Leyde, 1492)47.

  • 48 Blockmans, De volksvertegenwoordiging..., p. 464.
  • 49 Cauchies, La législation princière, p. 374-375 ; Blockmans, op. cit., p. 477 ; Tits, op. cit., p.  (...)

24Chaque ville prenait à cœur de tenir ses lignes d’approvisionnement ouvertes. Nous avons déjà mentionné l’opposition de certaines villes contre les étapes, mais en général, leur lutte n’avait pas beaucoup de succès, les villes d’étape étant souvent riches et puissantes et jouissant de la faveur du prince qui, d’ailleurs, tirait profit de l’étape. Les villes flamandes ont toujours insisté sur le libre trafic du grain d’Artois, de Picardie et de Hainaut vers la Flandre et elles faisaient pression sur Tournai quand cette ville voulait le limiter48. La ville de Mons protesta en 1481 auprès du souverain contre les ediz et ordonnances fais par les seigneurs subgetz de grains non mener hors de leurs terres... Malines, enclavée dans le duché de Brabant, pâtissait régulièrement des défenses d’exportation de grains promulguées par Bruxelles et Louvain et sollicitait à plusieurs reprises l’appui du comte et des villes de Flandre contre ces mesures49.

  • 50 Van Uytven, Stadsfinanciën, p. 437 ; A. Wauters, Documents concernant le canal de Bruxelles à Will (...)

25Les voies qui menaient en ville furent améliorées pour faciliter le transport des denrées nécessaires. Spécialement les voies d’eau profitaient de la sollicitude des magistrats urbains. En vue du transport de grains, bois et charbons du Brabant wallon vers la ville, Louvain a, à deux reprises, au xve siècle, entrepris des travaux pour canaliser la Dyle en amont. Les résultats furent plutôt désastreux. Bruxelles, de son côté, a canalisé la Senne jusqu’à Vilvorde dans les années 1434, mais le projet de faire de même en amont de Bruxelles ne fut pas réalisé. La motivation mérite citation : « les grands coûts qui se lèvent sur toute sorte de grains, de vivres et autres denrées qu’on amène du pays de Hainaut à Bruxelles »50.

  • 51 D. Nicholas, Town and countryside : social, economic and political tensions in fourteenth-century (...)

26Dès 1251, Ypres entreprit de travaux pour creuser un canal jusqu’à l’Yser, l’Yperlee qui aboutissait à la côte près de Nieuport, constituant ainsi une voie d’importation directe pour la laine anglaise. Pour leur approvisionnement en grains, les Yprois avaient, au début du xve siècle, prolongé l’Yperlee jusque dans le Lys à Warneton. Avant cela, la ville avait pavé le chemin jusqu’à Warneton pour faciliter les transports de grains. La ville de Gand a probablement, depuis le xiie siècle, creusé des canaux et des fossés qui amenaient en ville les bateaux plats chargés de tourbe des tourbières situées principalement au nord de la ville. Pour le transport des marchandises venant d’outre-mer, les Gantois ont d’abord chercher du côté d’Aardenburg. Dès 1251, la liaison par le canal de la Lieve était réalisée, mais déjà, entre 1262 et 1269, une branche latérale vers Damme fut creusée. Damme a vite fait de condamner l’autre avant-port, Aardenburg. La Lieve n’était pourtant pas accessible à des bâtiments de mer. La navigation sur la Lieve était un monopole des bateliers gantois. Seul, Eeklo a joui quelque temps d’une jonction à la Lieve. Eeklo y transportait surtout du bois et des matériaux de construction. Gand, par contre, se servait de la Lieve pour amener de Damme du vin, des grains, des harengs, du beurre, de la bière allemande, de la tourbe, du bois et des pommes51.

  • 52 Espinas, Pirenne, Recueil, I, p. 660.
  • 53 J.M. Yante, La prévoté de Thionville au bas Moyen Age, dans : Annales de l’Institut archéologique (...)

27Courtrai s’intéressa en 1399 vivement à la réparation du chemin, vers Moorsele, où les drapiers envoyaient leur laine pour être filée52. La même préoccupation a inspiré aux villes l’organisation de barques qui reliaient les villes les jours de marché. Ainsi, en 1315, un coche d’eau assure le trajet entre Thionville et Metz. Anvers, à la fin du xive siècle, eut également un coche d’eau53.

  • 54 M.J. Tits-Dieuaide, Le grain et le pain dans l’administration des villes de Brabant et de Flandre (...)

28Une autre mesure pour favoriser les importations en ville était l’achat et éventuellement l’abolition de certains tonlieux ou autres droits. Un cas typique est le droit de louche, un droit seigneurial qui se levait en nature sur toute transaction ou transport de grains. La ville de Bruxelles acheta du duc le droit de louche et la halle aux blés en 1460, moyennant l’énorme rente de 1 000 florins par an. L’opération semble nettement déficitaire, au moins dans les dernières années du xve siècle. Pareille mésaventure arriva à la ville de Louvain en 1544. Elle avait pris à ferme le droit de louche du duc pour un terme de dix ans contre 455 lb. par an, mais elle n’en touchait en moyenne que 285 lb. par an. Cette perte s’explique en partie par le fait que le trafic des céréales était en baisse constante à Louvain. En plus, les années 1544-1555 furent marquées par une disette au point que la ville décida de ne plus lever cette taxe durant quatre ans pour activer le commerce54. Quand une ville continuait à lever le droit, elle pouvait néanmoins se sauvegarder ainsi contre la mauvaise volonté des officiers fiscaux.

  • 55 Des Marez, op. cit., p. 362-365 ; Van Uytven, op. cit., p. 345.

29Pour assurer un approvisionnement suffisant en vin, le magistrat bruxellois avait ordonné que le vin exposé au marché hebdomadaire ne payerait pas de taxe d’entrée, mais uniquement une taxe sur la vente ; ainsi, on espérait ne pas décourager des importateurs éventuels. Le même règlement était appliqué pour le miel et le bétail. Pour encourager l’importation de laine, Louvain l’exempta en 1442 de tout droit d’entrée55.

  • 56 Van Uytven, op. cit., p. 287 et 490 ; Blockmans, Volksvertegenwoordiging..., p. 471 ; H. Van der W (...)

30Malgré la situation précaire des finances urbaines, les villes allaient jusqu’à donner des primes d’importation. Louvain stimula ainsi, au xve siècle, l’importation de poisson. La même ville subsidia en 1494-95 la vente de près de 200 1 de vin : le marchand vendait son vin à 2 sous le pot au lieu de 3 sous, la différence étant à la charge de la ville. La ville de Bruges donnait en 1488 un subside de 5 lb. de gros pour 100 heuds de froment (un heud = 1701) et de 2 1/2 lb. par 100 heuds de seigle. On dépensa pour cela 9991b. de gros pour l’importation de 28 390hl de froment et 13 940 hl de seigle. Anvers accorda en 1488-89 également des primes à des importateurs de grains56.

  • 57 Tits-Dieuaide, op. cit., p. 175-177 et 331-344. Voir aussi H. Van Werveke, Bronnenmaterial uit de (...)
  • 58 W. Kuppers, R. Van Schaik, Levensstandaard en stedelijke economie te Zutphen in de xve en xvie eeu (...)
  • 59 Tits-Dieuaide, op. cit., p. 333, 339 et 176 ; Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek..., p. 2 (...)
  • 60 Blockmans, Volksvertegenwoordiging..., p. 470.
  • 61 Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek..., p. 222-223 ; Cauchies, La législation..., p. 388.

31Un pas plus loin et la ville prend elle-même l’approvisionnement et la distribution en main. On connaît ce genre d’intervention de la part des villes de Bruges et d’Ypres en matière de céréales panifiables : Bruges seize fois et Ypres treize fois durant le xve siècle. En chiffres absolus et par rapport aux chiffres de population, les achats d’Ypres étaient sensiblement inférieurs à ceux de Bruges57. Pourtant, la population d’Ypres était sans doute plus nécessiteuse puisque la prolétarisation y était plus poussée, Ypres étant une ville excessivement industrialisée. En plus la draperie, l’industrie principale de la ville, était en décadence. Ces raisons mêmes sapaient les revenus urbains d’Ypres et donc ses moyens d’action. Les coûts des opérations pareilles étaient assez élevés. D’abord, on revendait à la population nécessiteuse du grain contre un prix réduit, ou on faisait cuire aux frais de la ville des pains pour les revendre à bas prix ou pour les distribuer. A côté des pertes intentionnelles, on devait compter avec les salaires des préposés, parfois nommés à cette fin, le loyer des greniers, les frais de transport, les taxes urbaines, etc. Comme le stockage laissait souvent à désirer, le grain se détériorait vite. C’était d’ailleurs pour cela que les villes n’ont pas eu tellement recours à la formation de provisions en période de bas prix. Des tentatives de ce genre s’avéraient décevantes, aussi parce qu’une chute des prix pouvait causer des pertes énormes58. Ainsi, les achats de grains par les villes, qu’on rencontre surtout depuis la grande crise de 1436-1439, restent limités. Dans les années dramatiques de 1436-1438, les achats de Bruges par tête d’habitants étaient de quelque 56 1, d’Ypres de 17,2 1 et de Deventer de 27 159. Il est vrai qu’on a envisagé des opérations plus ambitieuses. Bruges a joué en 1482 avec l’idée de centraliser l’approvisionnement de toute la Flandre et de distribuer les grains achetés de cette façon selon le Transport de Flandre, c’est-à-dire selon la répartition des aides sur les diverses régions. Dans l’anarchie temporelle, le plan n’a pas eu de suite60. Il est vrai que, normalement, les villes essayaient d’assurer le marché intérieur par les provisions des particuliers. Un peu partout, les bourgeois aisés étaient censés ou obligés de tenir des réserves en grains pour, en période de disette, les verser au compte-gouttes sur le marché. A Leyde (1447), chaque bourgeois ayant des biens de plus de 50 nobles, devait la première semaine d’août se constituer un stock de 227 1 de blé. A Groningue, chaque chef de famille aisée était tenu de garder en réserve entre le 1e mai et le 24 juin (les soi-disant mois de soudure) 20 muids (± 1 845 1) de blé ; dans les mois qui précédaient, chacun était obligé de vendre la moitié de ses réserves, pour autant qu’elles dépassaient 20 muids, contre les prix courants à raison d’un muid par semaine. Pour contrôler le respect des réglementations, les villes procédaient, surtout depuis la crise de 1436-1439, à des visites des greniers61.

  • 62 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 342-343 ; Kuppers, R. Van Schaik, Levens-standaard en stedelijke (...)
  • 63 Kuppers, Van Schaik, Levensstandaard..., p. 37 ; W. Jappe Alberts (ed.), De stadsrekeningen van Ar (...)

32Pour d’autres marchandises, les interventions directes de la part des villes étaient moins fréquentes mais on en connaît néanmoins pour la laine, matière première vitale pour les villes des Pays-Bas. La ville de Louvain envoya ainsi, en 1442, deux marchands pour acheter à Calais 12 sacs de laine qui furent revendus aux drapiers louvanistes. La ville de Zutphen acheta, en 1463, 1 000 lb. de laine pour les besoins de sa draperie nouvellement organisée. La ville de Léau fit de même à plusieurs reprises62. Il convient aussi de citer la vente de vins ou de bières étrangères que certaines villes exploitaient parfois même en monopole. Ces débits de boissons avaient pourtant plus à voir avec le souci des magistrats de diversifier les revenus urbains qu’avec leurs soins pour l’approvisionnement. Cela est vrai aussi pour le monopole du grut, une matière qu’on ajoutait aux brassins pour leur donner plus de goût. Le droit de grut était à l’origine un droit banal, mais dans le Nord et l’Est, il était tombé dans les mains des villes63.

  • 64 Tits-Dieuaide, Le grain et le pain... ; L. Zylbergeld , Le prix des céréales et du pain à Liège da (...)
  • 65 Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek..., p. 215-221 ; Cauchies, La législation..., p. 405, (...)

33Le souci constant des magistrats était de sauvegarder l’ordre public et donc d’assurer un approvisionnement suffisant des masses. Partout, on voit donc édicter des prix maxima, afin que les marchandises et spécialement les denrées restent accessibles aux classes inférieures. En fait, les ordonnances fixaient le poids du pain en fonction des prix des grains et des autres frais de boulanger (bois pour le four, coûts des autres ingrédients, taxes, loyer, etc.). Ce système avait l’avantage de tenir le prix de pain stable aux yeux du public. Le système était peut-être déjà connu au Bas Empire romain et certainement dans l’empire carolingien, où le manque d’un numéraire de très faible valeur forçait de déterminer le poids du pain pour un prix fixe, correspondant à la plus petite pièce du système monétaire. Encore en 1125, la réglementation du poids du pain était de la compétence du comte de Flandre, mais dans les grandes keures que les villes de Flandres ont reçu, entre 1168-1177, elles sont autorisées de mettre ban en pain et en vin et en toutes autres marchandises. Dans l’année 1267-1268, la ville d’Ypres a touché effectivement des amendes de trente personnes de parvo pane, de neuf autres de pane contra curam64. Ypres, visiblement, déterminait le poids du pain pour un prix fixe, système qui était presque général ; néanmoins, dans quelques villes, du Nord surtout, on préférait calculer le prix pour un poids fixe du pain. De toute façon, les fonctionnaires ou des magistrats devaient suivre les prix du grain au marché pour pouvoir intervenir. Souvent, on ne faisait qu’une cuisson expérimentale par an ou par semestre pour déterminer le prix ou le poids du pain en fonction du prix des grains et des autres frais. Pour le reste, les boulangers devaient se régler sur un tableau qui indiquait pour chaque prix des grains le poids correspondant du pain. Il semble que dans plusieurs villes, la corrélation entre prix des grains et poids du pain n’était pas rectiligne. Les frais divers constituaient une donnée stabilisante à côté des prix fluctuants des grains, mais on doit penser aussi au souci des magistrats de ne pas diminuer trop vite le poids du pain (ou augmenter son prix). Ils n’hésitaient pas à rogner sur le bénéfice des boulangers dans le cas de prix élevés. Dans la même perspective, les boulangers étaient obligés de mettre en vente des pains assez petits et des pains de composition pas trop chère afin que tout le monde soit à même d’en acheter65.

  • 66 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 314-317 ; De Pauw, De Voorgeboden..., p. 70, 82 et 94.
  • 67 Cauchies, op. cit., p. 404-405 ; Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek..., p. 233 ; De Pauw,(...)
  • 68 Cauchies, op. cit., p. 403 ; Van Uytven, op. cit., p. 490 ; De Pauw, op. cit., p. 83 et 148.
  • 69 Blockmans, Volksvertegenwoordiging..., p. 470.

34Un système analogue était en vigueur pour la bière. Selon les prix des grains, les brasseurs devaient faire leur bière plus ou moins forte afin de ne pas changer continuellement le prix. Aussi, les brasseurs n’étaient pas libres de brasser la bière de leur choix. A Gand, en 1358, ils ne purent que produire de la bière à 6 et à 4 mites la pinte. En 1360, une ordonnance précisa que les brasseurs qui avaient brassé de la bière à 4 mites devaient continuer de brasser cette bière. En 1366, tout en pouvant brasser à 8 mites, on devait continuer de brasser aussi les deux catégories inférieures. A Louvain, un type de bière brune ne rapportait pas assez de bénéfice selon les brasseurs, mais la ville en désigna un parmi eux par le sort pour la brasser et lui donna des remises de taxes à cette fin en 142266. En période de disette, les villes limitaient l’activité des brasseurs en défendant le brassage de certains grains, ou même tout brassage. En Hollande, on tolérait le brassage et l’exportation de bière uniquement quand on importait des grains en retour. Des prix maxima étaient parfois aussi fixés pour le vin (à Gand, Louvain, Zutphen, etc.). En 1411 et 1444, les chefs-villes de Brabant se sont même mises d’accord pour fixer les maxima67. On retrouve des édits concernant les prix des petits pois (Mons, 1481), du laitage et des œufs (Louvain, 1421), de la volaille (Gand, 1361), des matériaux de construction (Gand, 1378)68. Les contemporains étaient bien conscients des risques que comportaient les maxima. Un projet brugeois précisa en 1482 qu’on prendrait soin de fixer le prix maximum de blé pas trop bas parce qu’autrement les importations s’arrêteraient69.

  • 70 Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 459 ; Huybrecht, Rechtsbronnen van Reimerswaal, p. 122 ; Marquant(...)

35Typique est aussi l’ordonnance qu’un marchand de vin qui avait commencé à débiter son vin contre un certain prix devait se contenter de ce prix jusqu’à la dernière goutte. Pareillement, un détaillant de grains qui avait commencé de vendre un sac devait livrer tout le grain du sac sans augmenter son prix au cours du marché. A Malines, les vendeurs de sel étaient obligés, pendant toute la journée, de vendre leur marchandise le même prix qu’ils avaient exigé le matin70.

36Toute politique de prix exigeait un contrôle des poids et mesures et des qualités. On connaît les petites armées de mesureurs, de peseurs, de compteurs de poissons, de contrôleurs jurés, etc. Les mesures des particuliers étaient d’ailleurs soumises à des inspections et à des étalonnements. La concentration du commerce dans des lieux précis facilitait le contrôle et, en y confrontant les vendeurs, elle rendait service au consommateur en lui économisant du temps et de l’argent. Il y avait des maisons ou halles pour la vente de la laine, des draps, du pain, du grain et de la viande. Dans les villes secondaires, une halle servait pour plusieurs produits. Il y avait des places, des rues ou des endroits désignés pour la vente du bétail, des chevaux, du poisson, du grain, du laitage, de la mercerie, des légumes, du bois, etc. Même là, les vendeurs étaient groupés selon l’origine de leurs marchandises : à Bruxelles dans la rue désignée pour la vente des peaux, les vendeurs de peaux de Bruxelles et ceux de peaux étrangères devaient se ranger chacun d’un côté de la rue. Les marchands de fromage de Tirlemont se trouvaient à Bruxelles séparés des vendeurs de fromage de Flandre. Les vendeurs étrangers devaient en général se ranger derrière la série des échoppes des commerçants locaux.

  • 71 C. Dickstein-Bernard, Activité économique et développement urbain à Bruxelles (xiiie-xve siècles) (...)

37La vente à la maison du commerçant n’était pourtant pas totalement défendue. Là encore, il y avait une certaine concentration puisque les artisans et détaillants avaient tendance à habiter le même voisinage. Ainsi, à Bruxelles, on pouvait acheter du drap en détail chez un fournisseur en ville, mais le vendredi, jour de marché, les détaillants de bons draps se trouvaient dans la Maison des Bouchers, qui ce jour-là ne pouvaient pas débiter de la viande. Ce vendredi, on pouvait acheter les bons draps étrangers à la halle au pain et ceux de moindre qualité au marché au bois. La halle aux draps était occupée par 24 vendeurs des bons draps de la ville, et ceux des draps légers bruxellois débitaient leurs marchandises à la halle au pain, où les chaussetiers bruxellois occupaient également 13 étaux71.

  • 72 Cauchies, op. cit., p. 457-466 ; A. Wauters, Géographie et histoire des communes belges. Arrondiss (...)
  • 73 J. A. Van Houtte, Les foires dans la Belgique ancienne, dans : La Foire. Recueils de la Société Je (...)

38Chaque ville était le siège d’au moins un marché hebdomadaire, mais souvent de plusieurs marchés spécialisés par semaine. Il convient de souligner que la plupart du temps ces marchés hebdomadaires étaient officiellement reconnus. C’est-à-dire que leurs visiteurs jouissaient de sauf-conduits et d’une sécurité garantie par la paix obligatoire du marché, tout comme ceux des foires72. La différence entre marché hebdomadaire et foire est surtout la fréquence, les foires ne se tenant qu’une à quatre fois par année. Cela leur conférait déjà un certain éclat. En plus, la foire était souvent liée à une fête religieuse, la fête du saint local ou d’une relique fameuse. Le marché hebdomadaire était avant tout l’occasion pour les habitants des environs d’écouler leurs produits sur le marché urbain et de s’y pourvoir en biens qui, dans leur village, étaient difficiles à obtenir. La foire avait une attraction régionale, voire internationale. Marchés et foires se différenciaient aussi par leur durée (un jour pour les marchés, un jour ou plus pour les foires). Surtout le temps du sauf-conduit avant et après les jours de vente était plus long pour les foires, puisque ces jours de sauf-conduit devraient donner aux marchands et aux acheteurs le temps d’affluer de loin vers la foire. La durée du sauf-conduit peut ainsi fournir une indication sur la région commandée pour la foire. Qu’on compare par exemple les deux jours d’arrivée de la foire d’Avesnes, d’Enghien, de Léau, aux trois jours de celle de Lens, aux huit jours de celles de Bavay ou de Pont-sur-Sambre, aux quinze jours des foires d’Ypres, Bruges, Torhout, Lille et Menin, et aux quinze jours de celles d’Anvers et de Berg-op-Zoom. On sait d’ailleurs que la durée des foires brabançonnes fut régulièrement prolongée au xve siècle au point qu’on disait en 1484 que la foire d’Anvers durait toute l’année73.

39En somme, la politique d’approvisionnement des villes était plutôt louvoyante entre deux objectifs : sauvegarder les intérêts du commerce et de l’industrie et protéger le consommateur contre des haussements excessifs des prix et contre des disettes. Les milieux dirigeants des villes groupaient des rentiers du sol, des marchands et des maîtres artisans ; en plus, tous étaient des consommateurs et même des consommateurs importants. Dès lors, il s’agissait d’épargner la chèvre et le chou. De toute façon, une longue disette ou une flambée de prix persistante étaient à éviter parce qu’elles pourraient engendrer des révoltes qui risqueraient de secouer les structures politiques et de perturber la vie économique entière.

  • 74 A. Meulemans, Leuvense ambachten : De Barbiers en Chirurgijns, dans : Eigen Schoon en De Brabander (...)

40Dans nos régions au climat pluvieux, l’approvisionnement en eau potable n’était pas un grand problème. La ville était normalement baignée par un ou plusieurs cours d’eau ; elle était entourée de fossés et l’accès à l’eau souterraine par des sources et des puits constituait peu de problèmes. La ville pouvait donc se contenter de promulguer des édits pour la sauvegarde des eaux de surface dans la ville74.

  • 75 R. Van Uytven, Stedelijke openbare diensten te Leuven tijdens het Ancien Régime, dans \L’initiativ (...)
  • 76 A. Vandenpeereboom, Distribution des eaux alimentaires et fontaines d’Ypres, 1880 ; G. Des Marez, (...)
  • 77 C. Dickstein-Bernard, L’administration de « la chaussée » à Bruxelles aux xive et xve siècles, dan (...)
  • 78 Wijntjes, art. cit., p. 193.

41Partout dans la ville, il y avait des accès à l’eau des rivières, des sources et des puits publics ; leur entretien était à la charge des voisins, même de ceux qui disposaient de leur propre installation d’eau (source, puits ou puisard). A Louvain, la contribution de chacun était calculée en fonction de la largeur de sa façade. La ville n’intervenait que pour financer une installation nouvelle ou pour forcer des récalcitrants à payer75. Les difficultés d’approvisionnement en eau potable devenaient plus réelles dans les villes de la région côtière où l’eau prenait parfois un goût saumâtre. Alors, les villes amenaient de l’eau douce dans des canaux ou dans des tuyaux. Dès le xiiie siècle, les villes de Damme et d’Ypres acquéraient des étangs ou en faisaient creuser comme réservoirs d’eau qu’elles amenaient de là en ville et qu’elles distribuaient par un réseau de tuyaux en plomb approvisionnant des abreuvoirs et des fontaines, parfois monumentales. Damme tirait son eau entre autres de Male, Ypres de Dikkebus et Zille-beke. A Ypres, la direction du système était confiée à quatre fonctionnaires urbains, « les comtes de l’eau douce ». Chaque particulier pouvait à ses frais faire installer une jonction au réseau. Des voisins qui voudraient profiter d’une extension devaient payer une participation dans les frais selon la décision des comtes de l’eau. En janvier 1379, chaque habitant fut obligé de contribuer aux frais du réseau ; pourtant quelqu’un qui avait son propre approvisionnement d’eau ne payait que la moitié76. Des réseaux de distribution d’eau sont mentionnés aussi à Tournai, Bruges et plus tard à Saint-Omer et Bruxelles. La petite ville de Binche avait déjà en 1364 une conduite d’eau qui amenait l’eau d’une source dans les hauteurs des environs aux fontaines urbaines et au château comtal. L’installation était entretenue par le comte et la ville à mi-frais77. Dans les villes du Nord (Amsterdam, Monikkerende), des barges ramenaient l’eau de l’intérieur, même pour les brasseurs. En 1505, Amsterdam installa en divers lieux de la ville neuf bassins pour recueillir l’eau de pluie78.

42Il est de l’essence de la ville de dépendre pour son approvisionnement pour une bonne partie du plat pays environnant, qui de son côté bénéficiait des fonctions centrales assurées par la ville. Concernant la symbiose de la ville et de sa campagne, de nombreux modèles et théories ont été développés. En réalité, il est presque impossible de déterminer exactement les contours de la contrée où la ville s’approvisionne, puisque ce territoire change selon la ville, selon la période et, pour une ville donnée, selon les produits qu’on envisage. Même en disposant de sources complètes et suffisamment détaillées, nous ne pourrions qu’aboutir à une série de territoires d’approvisionnement d’une ville, mais ces territoires seraient loin de coïncider.

  • 79 L. Génicot, La structure économique d’une principauté médiévale : le comté de Namur du xiie au xiv(...)
  • 80 M.J. Tits-Dieuaide. Peasant dues in Brabant : The example of the Meldert farm near Tirlemont 1380- (...)
  • 81 Génicot, art. cit., p. 196.
  • 82 R. Van Schaik, Nijmegen, Arnhem en de Betuwe. De relatie stad-platteland rond 1500, dans : Numaga,(...)
  • 83 Van Uytven, Geschiedenis van het stadsgewest..., p. 196 ; P. Leupen e.a., Zalt-bommel en zijn waar (...)
  • 84 Tits-Dieuaide, La formation des prix..., p. 185, n. 19.
  • 85 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 441.
  • 86 Nicholas, Town and countryside..., p. 272-303.

43L. Génicot a tenté d’entrevoir des contrées économiques dans le comté de Namur à partir des mesures à blé en usage. Aux xiiie et xive siècles, les mesures de Namur, de Dinant, mais aussi de Nivelles, de Louvain et de Huy se sont largement dispersées dans le comté, ce qui semble refléter une pénétration plus poussée de la demande de ces villes dans le plat pays du Namurois. L’usage d’une mesure particulière peut néanmoins traduire aussi une dépendance juridique ou politique79. On peut cependant s’imaginer que la résidence des propriétaires, qui souvent a dicté l’emploi d’une mesure déterminée, n’est pas sans signification pour le problème qui nous préoccupe. Un bien foncier ne conférait pas seulement de la considération sociale ; il était un investissement solide, d’autant plus apprécié que son rendement, découlant soit d’une exploitation directe, soit d’un métayage, soit des loyers et rentes payables au moins partiellement en nature, constituait une assurance contre les disettes80. On serait tenté d’admettre que les citadins concentraient leurs investissements fonciers où ils avaient une réelle signification pour leur approvisionnement ou par leurs rendements. Les possessions se situeraient donc dans des lieux indiqués pour les cultures intéressant le capital urbain et situés favorablement du point de vue des coûts de transport. Ainsi la pénétration des Hutois dans la campagne namuroise, au bas Moyen Age, se propageait le long de la Méhaigne81. Les possessions des bourgeois de Nimègue dans le Betuwe au dernier tiers du xve siècle se situaient dans les villages près du Waal, tandis que les gens d’Arnhem se concentraient sur des terres le long du Bas-Rhin. Il va de soi que les pourcentages de possessions des non-villageois sont les plus élevés dans les lieux à proximité des villes : Elden (près d’Arnhem), 79 % ; un peu plus loin Elst, 58 % ; mais Lent (près de Nimègue), 73 %82. La propriété foncière louvaniste est située dans un rayon d’environ 30 kilomètres autour de la ville, mais une occupation vraiment dense ne se trouve que dans un rayon de moins de 15 kilomètres. Les terres des bourgeois de Zaltbommel au début du xvie siècle se trouvent dans un rayon de 10 kilomètres de la ville83. Le rapport entre propriété foncière et approvisionnement urbain se retrouve à plusieurs reprises dans les sources. Ainsi, en 1482, la ville de Louvain envoya des messagers aux mayeurs de Halen, Zichem, Aarschot et Linden afin qu’on respecte l’ordonnance concernant les blés et « que chaque fermier paie son maître avant qu’il vende aucun blé »84. Nous avons évalué pour la ville de Louvain, au milieu du xvie siècle, le trafic terrestre passant les portes urbaines à quelque 43 000 tonnes par an. Dix mille tonnes en étaient constituées par l’apport des revenus en nature des propriétés foncières des Louvanistes en grains, vins, bois, paille, foin, viande, etc., soit à peu près 500 kilos par tête d’habitant85. Aux alentours de 1300, les Brugeois avaient des propriétés dans la plupart des villages du Franc de Bruges ; ils en retiraient des rentes en argent, mais aussi des légumes, des fèves et des grains, surtout dans les villages proches comme Oostburg et Dudzele. Ils recevaient de la tourbe de leurs terres dans le « Métier de Furnes ». Les Gantois retiraient de leurs domaines des moutons, de la laine, de la tourbe, du bétail, des grains86.

  • 87 J. Mertens, Het sociaal-economisch leven 1300-1482 : Landbouw, p. 22 (carte).
  • 88 Z.W. Sneller, De Hollandse korenhandel in het Sommegebied in de xve eeuw, dans : Bijdragen Vaderla (...)
  • 89 Tits-Dieuaide, La formation des prix..., p. 150-151 et 156-166.
  • 90 R. Van Uytven, Politiek en économie : de crisis der late xve eeuw in de Nederlanden, dans : Revue (...)
  • 91 J. Godard, Remarques sur l’économie abbevilloise à la fin du Moyen Age, dans : Bulletin trimestrie (...)
  • 92 Mertens, art. cit., p. 21-22.

44Les provisions du pays environnant ne suffisaient jamais aux besoins de la ville centrale, d’autant moins que les classes aisées affectaient la consommation du pain de froment, qui n’était pas tellement cultivé dans la plupart des Pays-Bas87. Les villes ont dû avoir recours à des importations de plus loin. Les contrées par excellence pour le ravitaillement des Pays-Bas en grain, spécialement en froment, étaient les régions de la Somme et de la Seine, le Hainaut, l’Artois, la Normandie, la Picardie. Par voies terrestres et fluviales, les grains atteignaient la Flandre. Les étapes de Douai, d’Abbeville et de Tournai y jouaient un grand rôle. Par mer, les grains français étaient transportés par les Hollandais, surtout à Kampen, Delft et Gouda88. Mme Tits-Dieuaide a mis en doute l’importance du grain français pour les Pays-Bas et spécialement pour la Flandre, mais, par contre, elle voit une importation massive et constante du blé baltique (surtout du seigle, au moins dès le xiiie siècle). Elle prend ainsi le contre-pied du professeur Lesnikov, qui tirant argument du coût élevé des transports de grains supposait que l’envoi du blé baltique vers la Flandre n’était rentable qu’en période de hauts prix. Il faut bien admettre que les importations de l’Est étaient plus nombreuses et plus massives que M. Lesnikov l’a entrevu89. Les contemporains ont pourtant toujours souligné l’importance de la France pour l’approvisionnement en blé et des données quantitatives, rares il est vrai, le confirment. D’autre part, on n’entrevoit aucune importation de blés de la Baltique en Flandre et en Brabant dans les années 1470. L’exportation totale du Danzig, donc pas uniquement en direction des Pays-Bas, n’atteignait même pas les 2 500 charges (c’est-à-dire 84 550 hl), mais elle s’accrut rapidement à partir des années 1475. Par contre, les flux de grains de la France vers les Pays-Bas et les exportations d’Overijssel vers Utrecht et de la Hesbaye vers le Nord par exemple s’arrêtent dans les dernières décennies du xve siècle et sont remplacés par un trafic de blés en sens inverse. Cela fut nettement visible à Louvain où les exportations vers le Nord baissaient vertigineusement. En 1491, on allait même acheter du blé à Amsterdam et à Utrecht, qui s’approvisionna en 1427 et 1437 à Overijssel et en 1491 à Amsterdam90. Le trafic de grains à Abbeville était, dans les années soixante du xve siècle, orienté principalement sur les Pays-Bas, mais après il se dirigeait surtout vers Paris91. Avant l’émergence d’Amsterdam comme marché du grain de la Baltique, à la fin du xve siècle, les villes hollandaises allaient s’approvisionner dans les régions productrices et éventuellement à Dordrecht, la grande étape où les grains affluaient de différentes directions. Au tonlieu de cette ville, on enregistra entre le 1er avril 1380 et le 30 juin 1385 plus de 6 500 charges (± 200 000 hl), dont les quatre cinquièmes du seigle92. Anvers et Malines distribuaient ces grains vers l’intérieur des Pays-Bas du Sud, tandis que Gand plus que Bruges était le marché des grains en Flandre.

  • 93 Craeybeckx, Un grand commerce d’importation, p. 1-15 ; R. Van Uytven, Het verbruik van land-en vre (...)
  • 94 Craeybeckx, op. cit., p. 21-26 et 45-144 ; De Pauw, op. cit., p. 116.

45Pour l’approvisionnement en vin dont on consommait au xive et même au xve siècle des quantités impressionnantes, les Pays-Bas ne pouvaient compter que sur deux régions vinicoles d’une certaine importance : une première englobant à peu près les arrondissements actuels de Louvain et de Bruxelles et une seconde dans la vallée de la Meuse en amont de Maastricht. Une partie des bourgeois cultivaient du vin pour leur propre usage et pour la consommation locale ; une petite quantité fut exportée le long des rivières vers le Nord. Le vin du pays y croisait les vins étrangers qui montaient vers l’intérieur. En fait, il convient de distinguer deux grandes régions : les pays de Flandre, d’Artois, du Hainaut et de Namur d’un côté, le Brabant, Liège, la Hollande, Utrecht, etc. de l’autre. Les premiers buvaient beaucoup de vin et spécialement du vin français93. La majorité du vin français était du vin de Poitou, d’Aunis et de Saintonge qu’on appelait indistinctement vin de Poitou ou de Saint-Jean. Il arrivait surtout par mer à l’étape de Damme : près de 10 500 tonneaux (de 900 litres) vers 1380, mais déjà moins de 2000 tonneaux au xve siècle. Des bourgeois gantois pouvaient acheter leur vin à Damme ou dans les pays de production, mais la majorité attendait probablement l’arrivée des marchands et leurs chalands à Gand même. Par les voies de terre à travers le nord de la France, du vin dit français (Soissons, Laon, Champagne, Ile-de-France) et vers la fin du xive siècle de plus en plus du vin de Bourgogne (Beaune) arrivaient aussi aux Pays-Bas. Depuis la deuxième moitié du xve siècle, le vin de Bordeaux, amené par mer, gagnait du terrain94.

  • 95 R. Van Uytven, Oudheid en Middeleeuwen, dans : J.H. Van Stuijvenberg (dir.), De economische geschi (...)
  • 96 Cf. n. 94 ; Des Marez, op. cit., p. 317-318 ; M.L. Fanchamps, Le commerce sur la Meuse moyenne dan (...)

46L’image que présentent le Brabant et la Hollande est assez différente. La consommation du vin n’y était pas aussi considérable qu’en Flandre, le Brabant et la Hollande étant pays de la bière. En fait, dans les deux régions le vin du Rhin, dont le commerce fut dominé par l’étape de Cologne, donnait le ton. Il descendait le fleuve vers l’étape de Dordrecht. Vers 1380, plus de 35 000hl de vin y payaient le tonlieu. Presque la moitié de ce vin fut réexporté, pour 45 % vers Bruges et son arrière-pays et pour 26 % vers Anvers et son arrière-pays. Il faut d’ailleurs y ajouter un trafic non négligeable de vin du Rhin par voies terrestres vers le Brabant. La place qu’on a attribuée à Bois-le-Duc dans ce trafic repose sur une interprétation abusive des sources. Le vin français devient de plus en plus important pour la Hollande au cours du xve siècle. Middelburg en devint même une étape importante ; là venaient s’approvisionner également des marchands brabançons. Pourtant, le Brabant préférait aux vins français le vin de Bourgogne qui arrivait au duché par voie terrestre au moins à partir de Namur. Les gens des Pays-Bas attendaient les marchands dans leur propre ville ou dans les villes-étapes, mais fréquemment ils allaient faire leurs achats dans les pays vinicoles mêmes95. Une ville comme Bruxelles par exemple voyait arriver des marchands étrangers, mais aussi ses propres marchands et bourgeois achetaient leurs vins à Cologne (ou à Louvain), Anvers, Dordrecht, Malines, Damme, L’Écluse, Namur et Mézières. Mézières était d’ailleurs une place importante dans le trafic du vin, tout comme Namur. Les vins de Beaune, de Champagne, de Laon et d’Alsace, du Rhin et de la Moselle y étaient expédiés par bateaux descendant la Meuse96.

  • 97 Van Uytven, De Drankcultuur..., p. 29-31 ; Id., Bier und Brauwese, dans : Lexicon des Miltelalters (...)
  • 98 G. Stefke, Ein stadtisches Exportgewerbe des Spätmittelalters. Untersuchungen zur Geschichte der H (...)
  • 99 G. Doorman, De middeleeuwse brouwerij en de gruit, La Haye, 1955 ; R. Van Uytven, Haarlemmer hop, (...)
  • 100 R. Doehaerd, Bierhandel van Brabantse kooplieden met Nederland in de xive eeuw, dans : Handelingen (...)
  • 101 F.F.X. Cerutti (ed.), Geschiedenis van Breda. De Middeleeuwen, Tilburg, 1952, p. 225-226 ; R. A. V (...)

47Depuis la fin du xive siècle, la consommation du vin était partout dans les villes des Pays-Bas en baisse. L’amélioration de la technique de la brasserie a rendu la bière la boisson par excellence des Pays-Bas97. Avant le xive siècle, des brasseurs locaux et les particuliers produisaient la bière de grut. Le grut était un mélange de substances végétales qui étaient censées donner à la boisson plus de goût et retarder la corruption de la bière. Dès le xiiie siècle, des villes de l’Allemagne du Nord (Hambourg, Brême, Wismar) exportaient vers les Pays-Bas de la bière houblonnée qui devait au houblon son goût caractéristique et en plus ne se gâtait pas si vite98. En même temps venait de l’Angleterre une bière forte, l’ale anglaise. A son point culminant vers 1368, l’importation atteignit quelque 45 000 tonneaux de bière hambourgeoise par an à Amsterdam, qui, ainsi que Staveren, la distribuait dans les Pays-Bas. Aux environs de 1420, le débit des bières allemandes aux Pays-Bas était devenu insignifiant99. Depuis 1321, en effet, les villes hollandaises et Utrecht avaient obtenu de leur seigneur, qui en principe détenait le monopole du grut, la permission de brasser elles-mêmes des bières houblonnées. Dans un bref délai, les bières hollandaises conquirent le marché des Pays-Bas. Dans les années 1370, elles étaient même importées à Dunkerque et des centaines de chalands montaient l’Escaut pour le compte de brasseurs hollandais et de marchands de bière indigènes. Parmi ceux-ci, il convient de signaler les fermiers des taxes urbaines qui espéraient faire monter les recettes fiscales en fournissant le marché urbain de bonnes bières. A Termonde, en 1418, les taverniers ne pouvaient même acheter des bières étrangères que chez les fermiers des taxes sur la bière étrangère ; les bourgeois néanmoins avaient l’autorisation d’acheter leur provision où bon leur semblait. La ville d’Anvers commanditait au xve siècle des brasseurs hollandais pour assurer l’approvisionnement. En 1388, pendant six mois, près de 12000 tonneaux de bière de Delft furent importés à Bruges contre une production locale de 2 625 tonneaux. Dans le dernier quart du xive siècle, les brasseurs brabançons ont eu la possibilité de brasser eux aussi au houblon ; en Flandre, le droit du grut fut maintenu plus longtemps. A la fin du xive siècle, les brasseurs hollandais de Gouda, Delft et Haarlem lançaient une nouvelle bière, la coyte, qui connut un énorme succès. Au milieu du xve siècle, on importait annuellement plus de 6 000 tonneaux de coyte à Bruxelles et la Flandre, dans les années 80, en recevait chaque année plus de 32 000 tonneaux. Anvers et les villes côtières de la Flandre, en partie à cause du manque d’eau buvable, mais aussi d’autres villes dépendaient encore à la fin du xve siècle pour une large part de leur approvisionnement en bière des villes hollandaises100. La ville de Breda en 1422 compta 15 brasseurs avec une production de 3 366 1/2 tonneaux de bière ; des bourgeois brassaient pour leur propre compte 842 tonneaux mais en plus on importait 2 850 tonneaux de bières étrangères, surtout hollandaises. A Bois-le-Duc, du 1er octobre 1477 au 1er avril 1478, 23 brasseries produisaient 266 1/2 aimes (de ± 1301) de bières ; les taverniers et des particuliers brassaient 134 1/2 aimes : à côté de cela, 40 taverniers de bière de Gouda vendirent 186 aimes, et on débita en plus 297 1/2 aimes de bière de Delft, Haarlem et Hambourg et 322 aimes de bières étrangères furent achetés en gros par des bourgeois101. Soulignons une fois de plus qu’une partie des bourgeois aisés faisaient brasser leur propre bière ou l’achetaient en gros. Les réglementations urbaines, y comprises celles sur les accises, les y encourageaient d’ailleurs et les favorisaient.

  • 102 Van der Wee, The Growth of the Antwerp Market..., II, p. 381-383 et 393-396 ; R. Van Uytven, La Fl (...)
  • 103 Des Marez, op. cit., p. 229-230.
  • 104 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 282-284 ; A. Lens, Enkele aspecten van de Lierse veermarkt, dans (...)
  • 105 E. Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers (fin xve et xvie siècles), II, Pa (...)

48A partir du xive siècle et surtout au xve siècle, la consommation de viande s’est accrue aux Pays-Bas grâce au haut niveau de vie des bourgeois et des artisans qualifiés. Dans les mois juin 1473-avril 1474, on abattait à Louvain 1 452 bœufs, 867 bêtes à cornes, 4 029 porcs, 11 984 moutons et veaux, 4682 agneaux et 1494 chèvres. Cela se faisait surtout pour le compte des bouchers urbains, mais plus de la moitié des porcs avaient été abattus pour des particuliers102. Pour une bonne partie, les pâturages alluviaux des environs de la ville ou les polders voisins fournissaient les villes en viande. Dans les villes mêmes, les bourgeois élevaient parfois du bétail, des porcs, des moutons, des chèvres, des lapins, etc. Dans les prés communaux, à Vilvorde, les Bruxellois pouvaient envoyer paître 300 moutons. Pour les bouchers, le maximum était de 50 bêtes, et chaque bourgeois qui le faisait enregistrer avait droit d’y faire paître 10 bêtes, mais uniquement pour son propre usage103. Les bouchers jouaient un rôle important dans l’approvisionnement des villes en viande. Ils achetaient des bêtes maigres, entre autres des bœufs de trait de la Campine, ou du bétail qu’on amenait en troupeaux de la Scandinavie, et les engraissaient dans les vallées alluviales et les polders. La Frise, Overijssel et Guelre produisaient également beaucoup de bêtes de boucherie. D’un autre côté, des régions boisées du nord de la France et du Hainaut du Sud, on amenait des troupeaux de porcs vers les régions à population plus dense du Brabant et de la Flandre. Là, les bouchers, mais aussi les brasseurs, les boulangers et les meuniers, qui disposaient de déchets nourrissants, les engraissaient. Mons et surtout Binche, où il y avait une étape de porcs des bois ou porcs à glands, étaient les marchés indiqués, mais des Français les amenaient même à Bruxelles et Louvain. Pour les marchés de bétail interrégionaux, il faut se tourner vers Bois-le-Duc, Zwolle, Deventer, Kampen, Haarlem (foire de saint Luc, 18 octobre), et Arnhem (foire du même jour), Diest et Lierre104. En Flandre et à Anvers, il y avait aussi une importation de bœufs et de jambons de Normandie et de Bretagne105.

  • 106 Van Uytven, Oudheid en Middeleeuwen, p. 33-34 :
  • 107 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 290 ; Van der Wee, The Growth of the Antwerp market, I, p. 210-2 (...)

49Pour autant que la production régionale de beurre et de fromage était insuffisante, on faisait appel au beurre et au fromage de la Hollande du Nord et de la Frise ou de la Flandre. Des marchés régionaux comme Medemblik, Hoorn, Delft, Gouda, Alkmaar, Leeuwarden (1386), Sneek (1456), Staveren, Arnhem et Kampen, le laitage fut envoyé vers des centres de distribution comme Deventer, Anvers et Reemerswaal. Gouda était si important comme marché de rassemblement pour le laitage de la région que la ville espéra en 1489, en défendant son exportation, forcer les marchands d’importer du blé106. La Flandre et le pays de Herve avaient de leur côté aussi du beurre et du fromage à offrir, entre autres à Anvers et Berg-op-Zoom au xve siècle. A Louvain, on trouvait du fromage de Flandre, de Herve, de Nivelles et de Tirlemont, à Bruxelles, au xive siècle, du beurre hollandais, anglais et du beurre du pays, du Zwin (près de Bruges) ou de Suède ( ?), et du fromage hollandais et flamand, à Gand en 1350 du fromage français et du fromage de Tirlemont, à Anvers et dans les villes hollandaises du fromage anglais107.

  • 108 R. Van Uytven, Visserij in de Zuidelijke Nederlanden, dans : Algemene Geschiedenis der Nederlanden (...)

50Etant donné les nombreux jours maigres imposés par l’Église, la consommation de poisson était importante. L’approvisionnement en poisson d’eau douce ou « poisson vert » était assuré par les environs mêmes. Souvent, les bourgeois avaient reçu du prince le droit de pêche dans les rivières qui baignaient leur ville. Des ordonnances, urbaines ou autres, veillaient qu’une pêche trop âpre n’épuisât pas le peuplement des cours d’eau, « le plus beau joyau de la ville », comme on dit à Gand en 1367. Les villes empoissonnaient aussi les fossés urbains et en affermaient la pêche au plus offrant. Des particuliers exploitaient des étangs naturels ou artificiels. Un étang pareil à Saint-Josse-ten-Node-lez-Bruxelles mesurait onze journaux (± 1 ha 50 a) et rapportait entre 1 100 et 2 000 carpes. Vers 1400, la ville de Bruxelles éprouva pourtant des difficultés dans son approvisionnement en poisson vert parce que plusieurs étangs étaient asséchés. La Hollande exportait des poissons verts vers Malines et L’Ecluse. Schoonhoven (Hollande) s’était spécialisé dans le commerce d’esturgeons, de saumons et d’aloses108.

  • 109 R. Degryse, Vlaanderens haringbedrijf in de middeleeuwn, Anvers, 1944, p. 72-74 ; Dickstein-Bernar (...)
  • 110 Degryse, op. cit., p. 72, 30-57 et 83-88.
  • 111 F. Prims, Geschiedenis van Antwerpen, II, 2, Bruxelles, 1929, p. 122-123.
  • 112 Degryse, op. cit., p. 91-99 ; Van Uytven, Oudheid en Middeleeuwen, p. 34-35 ; Van der Wee, De hand (...)

51L’importation de poisson de mer était partout très ancienne. Dès le xie siècle, on perçut à Arras un tonlieu sur le poisson : harengs, plies, cabillauds étaient taxés par chariot, la viande de baleine par cent portions. Le commerce de poisson était dans les villes le premier à s’individualiser et à exiger son propre marché. En 1127 déjà, on mentionne un marché aux poissons à Ypres, en 1191 à Gand, en 1289 à Bruxelles. A Louvain, on fait état d’une poissonnerie en 1169109. A cause de la lenteur du transport, le poisson de mer expédié vers l’intérieur était normalement salé, séché et fumé. Depuis le xiiie siècle au moins, on importait aux Pays-Bas du stockfisch norvégien, mais le poisson par excellence était le hareng, « ce petit poisson, comme le dit Lambert de Saint-Omer vers 1125, qu’on peut très facilement saler et de cette façon conserver longtemps ». N’empêche que les ports de pêche ne pouvaient débarquer du poisson frais que des eaux côtières ; la grande pêche se déroulait trop loin dans la mer du Nord et la prise était alors vendue en Angleterre. Le comte Gui de Dampierre, quelque peu après 1276, défendit à Gravelines d’exporter et de saler plus de 25 000 harengs par jour et par acheteur. Cette mesure était dirigée surtout contre Saint-Omer, dont les marchands achetaient le poisson frais, le faisaient saler et le vendaient en territoire français. L’Aa canalisée reliait d’ailleurs les deux villes. La justice royale à Paris cassa en 1279 l’ordonnance comtale. Ypres dépendait pour son approvisionnement de Nieuport, auquel il fut lié par l’Yperlee et l’Yser. Un contrat yprois de 1276 stipula la livraison en une fois de 21 000 harengs par un bourgeois de Nieuwpoort et un autre de 1284 concerna la vente d’une charge (± 10 000 pièces) de hareng frais. L’importation laissait néanmoins à désirer puisque Ypres ordonna en 1307 qu’un tiers du poisson de mer passant par la ville devait y être mis en vente. Les Yprois se sentirent en 1336 même obligés de contribuer à l’approfondissement du port de Nieuwpoort. En retour, ils auraient le droit pendant la saison de pêche d’acheter de chaque barque de pêche trois charges de harengs sans payer le tonlieu habituel110. Les marchands de poisson anversois desservaient les villes brabançonnes, mais aussi Saint-Trond, Maastricht et Liège. Ils s’approvisionnaient dans les petits ports de pêche des bouches de l’Escaut et à l’île de Walcheren111. Dès la fin du xiie siècle, on importait du hareng salé de la Baltique. Cela fut le fait de marchands allemands, spécialement de Hambourg, surtout à Damme, et de marchands de villes comme Kampen et Groningue et des villes de Frise. Dans la deuxième moitié du xive siècle, des marchands de la Hollande, de Zélande, de Maastricht, de Bois-le-Duc et de Flandre se joignaient à eux. Le hareng danois des centres de Skanor et Falsterbo était le principal objet de leur trafic. En 1323, Damme fut érigé comme étape pour la Flandre et Heusden reçut en 1357 ce droit pour la Meuse. A Dordrecht, dans les années 1381-1384, 1 450 000 harengs passaient annuellement le tonlieu, surtout pour le compte des marchands hanséatiques. A Damme, dans les quatre derniers mois de 1378, 1 626 charges (± 16 260 000 pièces) de harengs encaqués furent débarqués, en majeure partie pour le compte des Hanséatiques112.

  • 113 W. Blockmans, Voor wijn en vis : de politieke roi van de Vlaamse kustplaatsen aan de vooravond van (...)

52L’importation du hareng encaqué de Scanie était à plusieurs reprises perturbée par des frictions politiques. Ainsi les gens de Flandre, Zélande et Hollande se sont aventurés à encaquer le hareng en mer. Cette innovation technique se butait d’abord à la résistance de la part des magistrats des grandes villes, qui peut-être voulaient ainsi sauvegarder leur commerce traditionnel du hareng de Scanie et qui craignaient une baisse d’importation du poisson frais. Le déplacement des bancs de harengs du sud de la Suède vers le nord mina à la même période le quasi-monopole de la Hanse sur le hareng. Dès lors, le besoin de hareng étant tellement grand aux Pays-Bas, les Hollandais, spécialement La Brielle, puis les petits centres de Biervliet et Hugevliet et à partir de 1408 tous les ports de pêche s’adonnaient à l’encaquement. Néanmoins, les grandes villes de Flandre continuaient à s’opposer à la vente du hareng encaqué indigène. En 1406-1407, les villes de Mons, Cambrai et Douai envoyèrent même des émissaires auprès du magistrat d’Ostende afin qu’il les approvisionne en poisson. Encore en 1420, les Quatre Membres de Flandre défendirent l’encaquement du hareng « vu que le pays de Flandre communément a usage de vivre, de se soutenir et de s’alimenter de hareng frais ainsi que du hareng appelé vivelo (une sorte de hareng frais d’Angleterre) et beaucoup plus que du hareng caqué... ». Les protestations des villes de pêche sont venues à bout de cette défense113.

  • 114 Van Uytven, Stadsfinanciën, p. 287 ; Des Marez, op. cit., p. 320 ; Van der Wee, The Growth..., I, (...)

53Pour l’approvisionnement de l’intérieur, les grands centres étaient : La Brielle, Anvers, Malines, Breda, Bois-le-Duc, Nimègue, Damme, L’Ecluse et Blankenberge. Les marchands des ports de pêche flamands allaient vendre du hareng et du poisson à Tournai, Valenciennes, Cambrai et Douai. Le succès du hareng encaqué sur les marchés étrangers était si grand que l’approvisionnement de l’intérieur restait précaire tout le long du xve siècle114.

  • 115 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 294.
  • 116 Van der Wee, De handelsbetrekkingen..., p. 273 ; J. Mertens, Biervliet, een laatmiddeleeuws centru (...)

54Pour la conservation du poisson, de la viande, du beurre, etc., le sel était le moyen par excellence. La cuisine médiévale en employait aussi des quantités effrayantes. La consommation de sel par tête d’habitant était de quelque 48 kilos à Louvain dans les années 1367-1377115. Le sel était produit dans les Pays-Bas par une combinaison d’ébullition d’eau de mer et de combustion de tourbes saumâtres. Des centres de production étaient Reimerswaal, Schiedam, Tholen, Steenbergen, Zevenbergen qui exportaient entre autres vers Anvers et Diest et en Flandre Axel, Hulst et Biervliet116.

  • 117 Van Uytven, Oudheid en Middeleeuwen, p. 36-37 ; Van der Wee, The Growth..., I, p. 287-288 ; Van de (...)

55Au cours du xive siècle, la tourbe saumâtre devenait rare. Steenbergen devait en importer de Saaftinge. Des inondations, telles que celle du jour de la Sainte-Elisabeth 1421, ont encore aggravé la situation. Pire encore était la concurrence du sel français de la Baie de Bourgneuf déjà au xive siècle et depuis le xve siècle du sel de Brouage et de Ré, du Portugal et de l’Espagne. Ces sels, probablement de moindre qualité, pouvaient se prévaloir d’un prix beaucoup plus bas, mais ils demandaient en fait un raffinage, qu’on commençait à leur donner d’abord à Axel, Hulst et Biervliet. Dans les années 1442, Reimerswaal importait régulièrement à Malines un bateau de sel indigène contre deux bateaux de sel de la Baye raffiné. Le sel de Hulst semble être particulièrement recherché117.

  • 118 J.F. Niermeyer, Dordrecht als handelsstad in de tweede helft van de veertiende eeuw, dans : Bijdra (...)
  • 119 F. Prims, De Antwerpsche zoutkwestie in 1259, dans : Antwerpiensia, 2 (1928), p. 178-185 ; Id., Ge (...)

56Dans le Nord, Dordrecht commandait le commerce du sel zélandais. Roermond et Venlo étaient des marchés de distribution bien fréquentés118. Dans le bassin de l’Escaut, Anvers dominait le trafic du sel dans un vaste arrière-pays, qui englobait le duché de Brabant, mais aussi des villes comme Termonde, Gand, Lille et Valenciennes. Zierikzee et Biervliet en étaient les fournisseurs principaux. L’étape du sel était l’objet des convoitises de Malines, qui en 1358 l’acquit définitivement. On y rencontrait des acheteurs de Louvain, Bruxelles, Diest et Léau, mais aussi des pays wallons. Les vendeurs de Reimerswaal, ignorant le français, pouvaient se faire assister d’un interprète pour traiter avec eux119.

  • 120 Des Marez, op. cit., p. 339-340, 502-503 ; F. Prims, Geschiedenis van Antwerpen, VI, 2, Anvers, 19 (...)
  • 121 De Pauw, op. cit., p. 89, 97-98, 107-108, 114, 128.
  • 122 K. Slootmans, Invloed van tollen op de Bergse vrije jaarmarkten, dans : Varia historica Brabantica (...)

57Dans la littérature, on trouve peu de données sur la consommation de légumes et de fruits dans les villes. Il serait pourtant erroné d’en sous-estimer l’importance. La plupart des bourgeois avait leurs propres potagers et leurs arbres fruitiers. Des corporations de fruitiers et de jardiniers et les paysans des environs qui apportaient leurs récoltes, parfois en brouettes, complétaient l’approvisionnement. Comme il s’agit de denrées de petite valeur, les sources ne les mentionnent pas souvent. On peut néanmoins apercevoir un commerce interrégional. Malines, encore actuellement un centre du commerce de légumes, importait des fruits (cerises) et des légumes (petits pois) à Bruxelles aux xve siècle. Cette ville prit d’ailleurs des mesures pour définir le contenu officiel des paniers de fraises. Anvers prescrivit en 1431 des tonneaux (de 125 1) et des demi-tonneaux étalonnés pour la vente des fruits et des pots standardisés pour la vente des fraises120 A Gand, on pouvait acheter des pommes, des noix, du raisin, même de France, et d’autres fruits et de l’ail, des oignons, des petits pois, sans oublier des fleurs, chez des vendeurs installés avec leurs chariots ou leurs échoppes dans les rues et sur les ponts121. Un fruitier de Berg-op-Zoom acheta en 1480 des pommes au village de Hedel (Pays-Bas, prov. Gueldre), et encore cent tonneaux de pommes dans les villages gueldrois de Rossem et de Driel. Il les avait visiblement achetées avant la cueillette et les expédia le long du Waal vers les bouches de l’Escaut. Le transport de pommes, poires, prunes, noix et oignons avait un certain volume dans les dernières décennies du xive siècle à en croire les comptes de tonlieux de Dordrecht et de Heusden122.

  • 123 H. Installé, De ordonnantie op de Cruithalle vernieuwd in 1342, dans : Handelingen Kon. Kring voor (...)

58Des fruits plus exotiques, comme figues, raisins, amandes, ainsi que les épiceries étaient vendus surtout par les merciers, les épiciers et les apothicaires, en règle générale dans leurs maisons, mais parfois sur des échoppes dans la rue ou dans une halle aux épices. Leurs marchés d’approvisionnement étaient Bruges et, depuis la deuxième moitié du xive siècle, les foires internationales d’Anvers et de Berg-op-Zoom et les autres foires. Néanmoins, encore en 1450, les merciers anversois tiraient leurs épices de Bruges123.

  • 124 Van Houtte-Verhulst, art. cit., p. 75-76 ; P. Van Schaik, De economische betekenis van de Turfwinn (...)

59La tourbe et le bois étaient les combustibles principaux. La tourbe était dominante en Flandre dès le xiiie siècle à cause du déboisement précédent. Elle l’est aussi en Hollande qui n’avait jamais été très boisée. Très tôt, un réseau étendu de canaux est creusé pour relier les tourbières aux centres de consommation. Au début, les bourgeois ont certainement essayé de s’approvisionner par une propre tourbière, mais vite des marchés de tourbes apparaissent dans les villes. Gand et Aardenburg étaient déjà des marchés régionaux au xiiie siècle. Dès 1307, le portage de la tourbe était un métier officiel à Anvers. L’expansion des villes et leurs industries naissantes créaient une demande constante. Des entrepreneurs urbains, spécialement des brasseurs, des propriétaires de briqueteries ou de fours à chaux, qui ont pour leur propre entreprise besoin de combustibles, se sont engagés dans l’extraction et le commerce de la tourbe à grande échelle. Ainsi des bourgeois aisés de Gouda acquirent, en 1341, plus de 35 morgen (±30 ha) de tourbières et, en 1386, un groupe de la même ville reçut le droit de creuser sur 100 morgen. En Hollande, des villages entiers s’occupent en été dans les tourbières et vendent leur production en hiver dans les villes de Leyde, La Haye et Delft. Heusden s’approvisionnait à Baardwijk. Bruges recevait au e siècle même par mer de la tourbe de l’ouest de la Flandre zélandaise. Déjà au xive siècle, un transport à longue distance s’était manifesté puisque la Hollande défendit toute exportation de tourbe hollandaise hors de ses frontières. Vers 1440, de la tourbe des régions du Vecht et de la Hollande du Sud était expédiée à Deventer. Dès le xiiie siècle, un réseau de canaux reliait Gand à des tourbières au nord de la ville124.

  • 125 D. Rochette, Que savons-nous de l’exploitation de la forêt de Soignes au xve siècle, dans : Cahier (...)

60Dans le Brabant, en Haute Belgique et dans l’est des Pays-Bas du Nord se trouvaient des forêts étendues qui livraient du bois de chauffage et du charbon de bois aux villes voisines. Le bois et le charbon étaient de préférence transportés par voie d’eau, parfois même sur des radeaux qui descendaient les rivières vers le Nord. On procédait à la canalisation de plusieurs d’entre elles à cette fin. De grandes surfaces boisées faisaient partie du domaine du prince ou des grands propriétaires fonciers. Afin de ne pas épuiser cette source de revenus, la coupe se faisait très parcimonieusement. De l’immense forêt de Soignes au sud de Bruxelles, chaque année le receveur ducal ne vendait qu’une cinquantaine de bonniers (± 60 ha) aux enchères. Ces tailles ne suffisaient visiblement pas aux besoins de la grande ville puisque tout au long du xve siècle les prix montaient régulièrement. Les acheteurs étaient surtout des Bruxellois (e.a. plafonneurs, boulangers, charrons, forgerons) et des gens des villages avoisinants. La montée des prix allait de pair avec une baisse du nombre des acheteurs. A la fin du xive siècle, ils étaient 72, vers 1400 26 et à la fin du xve siècle pas plus de 20125.

  • 126 Van Houtte, Verhulst, op. cit., p. 76 ; Van Uytven, Stadsfinanciën, p. 409-411 ; Niermeyer, Bronne (...)

61A cause du progrès du déboisement et de l’épuisement des tourbières, on faisait appel à la houille provenant des mines wallonnes ou des environs de Venlo et même, dans les régions côtières, du bassin de Newcastle. En dehors de la région liégeoise, elle fut uniquement employée dans l’industrie (ferronnerie, brasserie, teinturerie)126.

  • 127 Des Marez, op. cit., p. 29 ; Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 409 ; H. Janse, Bouwers en bouwen i (...)

62Encore au xve siècle, les matériaux de construction pour la plupart des maisons étaient en bois. On pouvait même faire préparer le poutrage à la campagne et l’ériger soi-même, éventuellement aidé d’un charpentier urbain. Les murs étaient ensuite complétés par du torchis, des planches ou des pierres. Pour les grandes constructions publiques et les demeures des riches, le bois restait indispensable pour la charpente. Les régions pauvres en bois l’achetaient sur les marchés spécialisés : Dordrecht, Deventer, Kampen, Zutphen, Anvers et Amsterdam et dans une moindre mesure à Bruges. Ce bois provenait soit de Scandinavie et des pays de la Baltique, soit de la Rhénanie, des Ardennes, du Brabant du Sud. Dans ce cas, il descendait les fleuves pour aboutir à Dordrecht, à Zutphen ou à Anvers, en bateau, sur des radeaux ou simplement en flottant. Il est à remarquer qu’une bonne partie du bois était partiellement travaillé : Amsterdam était un marché spécialisé dans les planches et les soliveaux. Le comble de l’église Sainte-Catherine à La Brielle fut fabriqué en 1476 à Bruxelles avec du bois des environs127.

  • 128 Janse, op. cit., p. 47-54 ; Sosson, op. cit., p. 88-93 ; Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 407 et (...)

63La pierre naturelle n’est pas si abondante dans les Pays-Bas, sauf dans les régions du Sud et de l’Est. Le tuf descendait le Rhin et était distribué à partir de Deventer et d’Utrecht jusqu’en Hollande et en Flandre. Après 1200, il ne fut plus importé, mais le tuf déjà présent était parfois réemployé. Dans l’ouest des Pays-Bas du Nord et en Flandre, on a employé surtout de la pierre calcaire de Tournai, e.a. à Bruges, Dordrecht, Zierikzee. Le petit granit de Féluy et d’Ecaussines fut, depuis le xive siècle, exporté vers Bruges et Mons. La pierre bleue de Valenciennes parvenait au xve siècle jusqu’à Middelburg. Les grès brabançons (le Lédien d’entre Bruxelles et Gand et le Gobertange de près de Jodoigne) ont eu une grande vogue par le succès des maîtres architectes du gothique brabançon. La pierre de Drachenfels sur le Rhin y fut employée jusqu’au milieu du xve siècle ; le grès de Bentheim prit la relève. La pierre calcaire du bassin de la Meuse entre Dinant et Huy trouva également son chemin jusqu’en Hollande. L’extraction dans les environs du grès (brunâtre parce que ferrugineux) du Diestien donnait à l’architecture des vallées du Demer (Diest, Aarschot) et de ses confluents son aspect caractéristique. Les marchés pour les pierres étaient selon le cas Tournai, Ypres, Malines, Anvers, Bruxelles, Vilvorde, Dordrecht, Zwolle ou Deventer. La pierre était souvent taillée sur mesure dans les carrières pour économiser des frais de transport. L’extraction et le commerce des pierres étaient surtout aux mains d’entrepreneurs et de maîtres maçons urbains128.

  • 129 Sosson, op. cit., p. 87-88 ; M.L. Fanchamps, Les ardoisières des Ardennes et le transport des ardo (...)

64Les mesures contre les risques d’incendie ont, à partir du xive siècle, contribué à faire employer des matériaux plus résistants comme la pierre et pour le toit les tuiles et les ardoises. Les ardoises des Ardennes, notamment celles de Fumay et de Martinfosse, jouissaient d’un quasi-monopole. Elles descendaient la Meuse vers les grands marchés : Dordrecht, Anvers, Malines et Namur. Dans le dernier cas, elles pouvaient être expédiées par Louvain vers le Nord129.

  • 130 Van Uytven, Stadsfinancieën..., p. 432-433 et 442-443 ; W. Jappe Alberts, De economische betrekkin (...)

65Le coût de transport élevé de ces marchandises lourdes par excellence130 a incité à faire appel à la pierre artificielle. Après le milieu du xiie siècle, la briqueterie est sollicitée de plus en plus dans les plaines de l’ouest et du nord des Pays-Bas où la roche était absente ou rare, mais où la tourbe comme combustible et l’argile étaient abondants. Les premières briqueteries aux Pays-Bas sont organisées dans le Nord, où les frais de transport des pierres naturelles pesaient le plus. Après 1200, on en trouve aussi en Flandre et dans l’est des Pays-Bas. Les briqueteries se situaient aussi près que possible des chantiers mais, vu leur caractère nuisible, en dehors des villes certainement quand les fours sont devenus permanents. Ces fours permanents, qui disposaient donc d’un accès facile à la tourbe et à l’argile (qu’on amenait parfois en bateau) et qui jouissaient de bonnes voies d’eau vers les grandes villes, ont connu une grande vogue. Le paysage de Boom et des autres villages du Rupel porte les traces de ce que leurs briqueteries alimentaient une bonne partie de l’expansion d’Anvers depuis le xve siècle.

  • 131 J. Hollestelle, De steenbakkerij in de Nederlanden tot omstreeks 1560, Assen, 1961 ; Sosson, op. c (...)

66Les autorités urbaines se sont directement intéressées aux briqueteries. Des ordonnances définissaient la qualité et les dimensions des briques et des tuiles qu’on pouvait vendre en ville. Dans la deuxième moitié du xve siècle, des modèles standardisés de briques étaient exposés dans les murs des hôtels de ville (Gand, Delft, Weerden et Bois-le-Duc). Souvent, la ville même exploitait une briqueterie, éventuellement par le truchement d’un fermier. La production n’en était pas uniquement destinée aux travaux urbains, mais elle était vendue aussi aux particuliers131.

  • 132 Sosson, op. cit., p. 88-93 ; Van Uytven, op. cit., p. 442.

67Le pavage était un élément important de l’aspect des villes. Plusieurs roches des Pays-Bas du Sud y convenaient. Bruges, par exemple, achetait des pavés de Tournai et de la région bruxelloise, des quartsites des environs de Tirlemont-Léau et des grès de l’Artois132.

  • 133 Janse, op. cit., p. 57-58 ; Sosson, op. cit., p. 83-87 ; Van Uytven, op. cit., p. 407 et 442 ; F. (...)

68La chaux était obtenue par la calcination de coquillages ou de pierres calcaires. La chaux de coquillages était fréquente dans le Nord. Elle fut produite ou au moins vendue à Leyden, Zierikzee et Dordrecht. La pierre calcaire fut exhumée dans le Tournaisis, dans l’axe Calais-Douai et dans la vallée de la Meuse, et souvent calcinée aux lieux de destination ou dans les villages spécialisés comme Boom et Rupelmonde. Bruges tirait sa chaux de Saint-Omer, de Gravelines, d’Axel, d’Ypres, d’Anvers et de Malines. Les deux derniers marchés s’imposaient de plus en plus au xve siècle. Louvain s’approvisionnait à Namur et dans la région bruxelloise. Utrecht fit venir en 1469 de la chaux de roche du marché d’Arnhem133.

69L’industrie des draps de laine était l’industrie par excellence des villes des Pays-Bas. Ses débuts sont liés aux grands troupeaux de moutons des prés salés le long des côtes flamandes, dans les îles zélandaises et en Frise ; ces troupeaux étaient en général la propriété des abbayes. La laine indigène restera d’ailleurs très largement utilisée dans l’industrie urbaine même au bas Moyen Age, malgré la diminution des prés salés et des terrains de pâture par les défrichements. En Condroz, dans la Veluwe, en Campine et en Brabant wallon, les terres incultes, nécessaires à l’élevage du mouton, étaient encore abondantes. D’ailleurs en Flandre, suite à un renversement de la conjoncture à la fin du xiiie siècle, l’élevage progressa de nouveau. La production était le fait des grands propriétaires fonciers, mais aussi de riches citadins, entre autres par le contrat de cheptel.

  • 134 A. Verhulst, La laine indigène dans les anciens Pays-Bas entre le xiie et le xviie siècle. Mise en (...)

70La laine s’achetait sur place par des marchands spécialisés ou s’écoulait sur les marchés des villes. Le commerce de laine indigène atteignait les dimensions interrégionales. La laine flamande est travaillée dans les villes hollandaises et à Tournai ; les laines de Montreuil et de Ponthieu apparaissaient à Saint-Omer, Audenarde et Bergues-Saint-Winoc. La laine de Frise est mentionnée à Aardenburg et Oudenburg et un marchand de Liège livrait de la laine indigène (du Condroz ?) à Léau en 1287134.

  • 135 T.H. Lloyd, The English Wool Trade in the middle ages, Cambridge, 1977, p. 1-98 ; E. Power, The wo (...)
  • 136 C. Wyffels, Hanse, grands marchands et patriciens de Saint-Omer, dans : Mémoires de la Société aca (...)

71Vers les années 1100, la Flandre, devant le déclin de ses troupeaux, avait dû recourir à l’importation de laines anglaises. Il ne faut surtout pas surévaluer le poids de ces importations. A son maximum, l’exportation totale d’Angleterre fut d’environ 41 500 sacs de laine. Cela ne correspond qu’à 207 500 draps, équivalant la production de draps de quatre villes comme Ypres à l’époque. Au cours du xiiie siècle, le Brabant, puis Liège et la Hollande ont également importé de la laine anglaise. Jusque vers 1270, les acheteurs flamands, d’abord ceux du Sud, tenaient le haut du pavé en Angleterre, mais des frictions politiques entre les princes d’Angleterre et du comté les ont temporairement éliminés. Le vide ne fut que partiellement rempli par les Brabançons qui devaient laisser un rôle important aux Italiens, aux Allemands et aux Anglais dans l’exportation des laines vers les Pays-Bas. Les Flamands ne sont jamais plus parvenus à reconquérir leur importance antérieure dans le trafic135. Il est tout de même utile de souligner que l’importation active de laine anglaise continuait, dans une mesure réduite il est vrai, jusqu’aux années 1330 au moins. Les Yprois qui exportèrent, en 1290, 91 sacs à Boston, en expédièrent quelque 500 sacs en 1322-25. L’achat de laine en Angleterre était en fait réservé aux membres des Hanses ou des gildes des marchands. Bien qu’un chacun pût s’y inscrire contre paiement d’un droit d’entrée, pas trop élevé semble-t-il, ces organismes formaient des corporations exclusives puisqu’on devait avoir abandonné le travail manuel depuis un an pour pouvoir se faire admettre136.

72Les préoccupations financières des rois d’Angleterre, concentrant à plusieurs reprises, à partir de 1294, la vente des laines anglaises dans des villes des Pays-Bas (Dordrecht, Malines, Anvers), ont stimulé l’activité de vendeurs étrangers aux Pays-Bas. On aboutit finalement à des étapes obligatoires temporaires à Saint-Omer, Anvers, Bruges, Dordrecht et Middelburg, et à partir de 1363, à Calais. Cela et les prêts qu’accordaient les marchands anglais volontiers à leur roi ont pratiquement coupé les acheteurs des Pays-Bas des marchés intérieurs anglais. Par contre, une multitude de petits entrepreneurs industriels avaient maintenant la chance de se pourvoir chez les vendeurs anglais, dans les villes d’étape ou chez les marchands de l’étape et des intermédiaires aux grands marchés et aux foires, ou même d’attendre dans leur propre ville l’arrivée de la laine.

  • 137 C. Wyffels, Hanse..., p. 29-34 ; Id., De Vlaamse Hanze..., p. 18-21 ; H. Van Werveke, De koopman-o (...)

73Les étapes n’ont pourtant que fortifié une tendance à la «démocratisation » du commerce de la laine, qui se traduisait d’ailleurs dans une ouverture plus large des hanses et des gildes. En 1306, la gilde bruxelloise permit à un chacun l’achat de laine en Angleterre137, mais cette concession n’avait plus de valeur !

  • 138 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 341-343 ; Peeters, De betekenis der stad Zoutleeuw..., p. 430 ; (...)
  • 139 N.W. Posthumus, De geschiedenis van de Leidsche lakenindustrie. I. De middeleuwen, La Haype, 1908, (...)
  • 140 J.P. Peeters, De aard van de betrekkingen der Mechelse lakenhandelaars met deze uit Vilvoorde of d (...)

74Sous le régime de l’étape, les achats des provisions de laine étaient régulièrement confiés à quelques mandataires pour toute une association d’intéressés. Souvent, la ville elle-même y prêtait son concours et même son crédit, ainsi Louvain en 1442 et Vilvorde en 1459, pour des achats à Calais, et Léau en la même année pour des achats à la foire d’Anvers138. Leyde, qui était preneur de la presque totalité des toisons offertes à Calais, répondait du crédit pour les achats faits au nom de ses drapiers et en période de crise achetait elle-même ces toisons. Les toisons furent normalement importées par mer et par voies d’eau, mais dans des années moins sûres, on expédiait les toisons de Calais par chariot vers Gravelines, Bruges et L’Ecluse et au-delà en bateau vers Leyde139. Nous sommes particulièrement bien renseignés sur les voies d’approvisionnement en laines d’étape, en ce qui concerne la ville de Lierre. En 1467, la ville acheta elle-même de la laine à Calais. Quelques années plus tard, on fonda une « bourse commune » d’une douzaine de compagnons qui se chargèrent des achats au nom de la ville. Même sous le régime de l’étape, les marchands de laine et les tisserands achetèrent dans les années 1419-1435 encore 20 % de leurs laines de marchands italiens et brugeois à Bruges, mais la position de Bruges s’affaiblit après 1425, au profit d’Anvers. Entre 1428-1434 déjà, près de la moitié des transactions, spécialement avec des Anglais, se déroulèrent à Anvers. La place de Malines et des vendeurs malinois, qui d’ailleurs s’étaient taillé une place dans la distribution des laines anglaises au siècle précédent, était considérable (près de 20 %). Dans les années 1419-1427, 32 % des laines travaillées à Lierre y étaient vendues par des firmes brugeoises, malinoises et lierroises même ; 20 % étaient achetées à Anvers, 19 % à Bruges, 19,7 % à Malines, et des quantités négligeables à Berg-op-Zoom et Herentals. Les marchands de laine de Lierre même étaient ou de petits entrepreneurs qui revendaient une partie de leurs achats, ou une douzaine de firmes spécialisées qui, grâce à l’octroi de crédits, accaparaient près de 60 % de toutes les transactions de laine à Lierre. La laine fut normalement transportée en bateau de Calais par Bruges et Anvers à Lierre par des bateliers de Bruges, Malines et Lierre140.

  • 141 O. Mus, De verhouding ven de waard tot de drapier in de Kortrykse draperie op het einde van de xve(...)

75Courtrai, qui se spécialisait à la fin du xve siècle dans la fabrication de draps des meilleures laines anglaises, était approvisionné en laines d’étapes par des compagnies de marchands courtaisiens et anglais et des sociétés de marchands brugeois, espagnols et italiens, résidant à Bruges. Des hôtes et courtiers courtraisiens leur servaient de facteurs141.

  • 142 Van Houtte, Economische geschiedenis, p. 98 ; R. Van Uytven, Cloth in medieval literature of Weste (...)
  • 143 R. Van Uytven, « Hierlandsche » wol en lakens in Brabantse documenten (xiiie-xvie eeuw), dans : Bi (...)

76Comme depuis le xive siècle, les grands centres drapiers des Pays-Bas ne travaillaient que les meilleures laines anglaises, ils avaient volontairement rétréci leur approvisionnement. La rareté de la bonne laine anglaise aux Pays-Bas, à partir de la fin du xive siècle, a néanmoins poussé à une reconversion. Les laines anglaises de petite qualité échappaient à l’obligation de l’étape. Elles furent exportées directement vers les centres de production ou vers les grands centres commerciaux de Bruges, Dordrecht, Anvers, Berg-op-Zoom, Middelburg, etc.142. Eventuellement, les drapiers allaient s’approvisionner en Angleterre (Newcastle). Cela vaut aussi pour la laine écossaise qui fut vendue entre autres à Bruges et à Veere, où se tenait un moment l’étape des importations écossaises. La laine irlandaise n’a presque pas eu d’importance aux Pays-Bas. L’importation de laines de France et d’Allemagne n’a jamais eu grande importance. Par contre, la laine espagnole avait, dès la fin du xiiie siècle, trouvé emploi à Bruges, et elle fut très demandée au xve siècle par les villes secondaires de Flandre pour leur nouvelle draperie ou draperie légère. Les marchands flamands allaient acheter ces laines jusqu’à l’intérieur de la Castille, à Tolède et Cordoue, mais elles étaient surtout importées par les Catalans eux-mêmes à Bruges143.

  • 144 Van Houtte, op. cit., p. 89-91 ; de Poerck, op. cit., p. 150-159 ; Van der Wee, op. cit., p. 154 ;(...)
  • 145 G. Asaert, De handel in kleurstoffen op de Antwerpse markt tijdens de xve eeuw, dans : Bijdragen e (...)

77Parmi les autres matières premières de la draperie, citons la guède qui donnait la couleur bleue et ses dérivés. La plante de la guède (Isatis tinctoria) était cultivée sur grande échelle en Hesbaye, en Thuringe et au pays de Juliers, en Flandre française et dans les pays de la Somme, et surtout en Languedoc. Les drapiers allaient s’y approvisionner. Les Douaisiens s’en procuraient à Douai même, et à Quiery-la-Motte (Pas-de-Calais, ar. Arras, c. Vimy) et à Encre (Somme, ar. Péronne, c. Albert). A Douai, des bourgeois, mais aussi des marchands des centres de production (Hénin-Liétard), la mettaient en vente. Dans les centres drapiers, le commerce était centralisé à une étape ou dans un local officiel, où la guède était d’ailleurs eswardée. Lierre faisait venir beaucoup de colorant bleu par chariots du Brabant du Sud ; la dernière partie du voyage était faite en bateau. Leyde tirait sa guède de France, par l’intermédiaire de marchands lillois ou l’achetait parfois à Anvers144. Le grand marché d’Anvers était, au xve siècle, pour les deux tiers fourni de guède par le pays rhénan. Une partie plus modeste venait, surtout en bateau, du nord de la France actuelle, où Lille, Amiens et Cambrai donnaient le ton, et une partie encore plus petite venait de la Hesbaye. Cette guède était surtout destinée aux nombreuses teintureries anversoises, mais des teinturiers des centres secondaires brabançons étaient également des acheteurs assidus. Des acheteurs des villes zélandaises étaient aussi présents, mais les grands centres brabançons (Bruxelles, Malines), flamands (Gand) et hollandais n’apparaissaient qu’exceptionnellement145.

  • 146 Asaert, art. cit., p. 390-393.
  • 147 K. Slootmans, Meekraphandel op de jaarmarkten van Bergen op Zoom, dans : Jaarboek « De Ghulden Roo (...)

78Anvers n’était visiblement pas un grand marché pour la garance, le colorant rouge. La plante était cultivée sur grande échelle en Zélande, où Zierikzee était le grand marché, et dans les polders de Flandre. L’importation à Anvers était principalement aux mains de marchands d’Anvers et de Berg-op-Zoom et subsidiairement de ceux de Zélande. La présence de quelques gens de Lillo (dans les polders), probablement des producteurs, se détache. La garance était en premier lieu achetée par les petits fabricants de draps et de linge mais, curieusement aussi, par des marchands de Berg-op-Zoom146. Les foires de cette ville semblent jouer un rôle important dans le commerce de la garance. Les foires d’hiver (après le 1er novembre) et de Pâques se situaient mieux que les foires d’Anvers (Pentecôte, et début octobre) par rapport à la moisson de la garance. La proximité des régions productrices de Zélande les a également favorisées. Les villes mosanes (Maastricht, Roermond) s’y approvisionnaient. Un marché important était Bruges, e.a. pour Leyde et Herenthals ; la garance était importée à Leyde par les drapiers mêmes. Valenciennes s’approvisionnait en Hainaut et dans le Cambrésis, dans les villes de Tournai, Douai, Lille, Arras, Hesdin et même en Flandre, en Hollande et Zélande. Ypres employait la garance locale, mais en importait aussi de Lille et des environs de Bruges et de Dixmude. En 1361, des Malinois achetèrent de la garance à Bruges, Biervliet et aux foires d’Angers et de Berg-op-Zoom pour la revendre en détail dans leur ville. Les drapiers, de leur côté, s’en allaient acheter aux marchés spécialisés, tandis que des étrangers en importaient également pour la vente en gros147.

79Les autres colorants rouges (bois de Brésil, kermès) étaient d’origine lointaine. Au xiiie siècle, les marchands des centres drapiers les achetaient aux foires de Champagne des marchands italiens, mais l’émergence de Bruges et puis des foires d’Anvers et de Berg-op-Zoom a probablement situé les centres d’importation aux Pays-Bas mêmes.

  • 148 Installé, De ordonnantie op de Cruithalle..., p. 88-89 ; H. Joosen, Documents relatifs à l’histoir (...)

80La teinture en rouge nécessitait l’usage d’un mordant. Le plus généralement usité était l’alun, qui devait être importé également de la Méditerranée. L’importation en était aux mains des Italiens. Avec la découverte de l’alun de Tolfa, fut institué un monopole papal sur la vente aux Pays-Bas. Le marché central était Bruges, jusqu’à ce que Maximilien d’Autriche transfère en 1491 l’étape de l’alun à Anvers. Cela n’empêchait pas que des foires d’Anvers, de Middelburg et de Berg-op-Zoom des chargements d’alun, entre autres pour le compte de commerçants anversois et maastrichtois, partaient vers Maastricht déjà avant cela. Ajoutons que d’autres matières premières, comme le cendre et la lie du vin, étaient importés de la Baltique et de la Bourgogne148.

  • 149 J.A. Van Houtte, Van Uytven, Nijverheid en handel, dans : Algemene Geschiedenis der Nederlanden, I (...)

81L’industrie de cuivre est une autre grande industrie des Pays-Bas, située celle-là dans les villes mosanes, mais dans le dernier tiers du xve siècle aussi à Malines, Bruxelles, Middelburg en Flandre et ailleurs. Jusqu’au xiie siècle, les gens de Liège, Huy, Dinant et Namur, allaient chercher le minerai du cuivre dans les montagnes du Harz, ou à Goslar, ou à Cologne. Il fut allié avec de l’étain et du zinc. L’étain devait être acheté en Cornouailles ou en Rhénanie, spécialement à Cologne. Encore en 1487, des marchands dinantais de batterie achetaient en Angleterre l’étain dont leur industrie avait besoin149. Le zinc fut extrait autour de Namur et de Huy, et surtout sous forme de calamine dans le duché de Limbourg. La mine de « la Vieille Montagne » à Kelmis n’était que la plus fameuse parmi d’autres. La calamine fut expédiée le long de la Meuse vers les villes réputées pour leur batterie, dont Dinant était incontestablement le chef de file.

  • 150 M. Yans, Histoire économique du duché de Limbourg sous la Maison de Bourgogne, Bruxelles, 1936, p. (...)
  • 151 C. Gaier, L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés belges du xiiie à l (...)

82En instituant, en 1469, un monopole au profit du fermier de la Vieille Montagne et en obligeant ses villes de s’approvisionner à des prix excessifs150, le duc de Bourgogne a contribué à miner l’essor de la batterie dans ses pays. Des associations de marchands d’Anvers, Bruxelles, Middelburg en Flandre, se sont chargées de vendre la calamine dans les villes travaillant le cuivre. Ils avaient d’ailleurs des intérêts dans la batterie. A partir du xive siècle, le cuivre de Suède fait son apparition sur les marchés des Pays-Bas. Il est importé via Cologne ou par Bruges et plus tard par Anvers, surtout par des Hanséates151.

  • 152 Gaier, op. cit., p. 226.

83L’industrie des armes était concentrée dans les villes. Sur son approvisionnement en matières premières, rappelons simplement les conclusions de C. Gaier. « Pour répondre à cette demande, toutes les ressources indigènes connues étaient mobilisées... Sans les importations massives... de produits bruts, le développement artisanal des Pays-Bas du Sud eut été enrayé... »152. Comme nous l’avons déjà indiqué, sans l’importation massive du froment du nord de la France, l’industrie de la bière dans les villes hollandaises n’aurait jamais pu se développer.

  • 153 On sait que notre maître J.A. Van Houtte a combattu la qualification de « marché international » p (...)

84Il est évident que dès le xiie siècle, l’urbanisation des Pays-Bas d’abord au Sud et, à partir du xive siècle, également au Nord était telle qu’un approvisionnement régional ne pouvait plus suffire. Il est vrai que pour toute une série d’articles de la campagne (denrées, bois, briques, etc.) la région autour de la ville, dans un rayon disons de 20 kilomètres, était intensément sollicitée. Dans ce rayon mais aussi au-delà, la politique urbaine visait à organiser l’approvisionnement de la ville, si nécessaire au détriment des autres villes et des campagnards. Au sein de la ville même, les milieux dirigeants se sont évertués à ménager à la fois les intérêts des producteurs et commerçants et ceux des consommateurs. Uniquement quand les disettes risquaient d’engendrer de graves perturbations politiques et économiques, les magistrats sont intervenus d’une manière plus directe, n’hésitant pas à entraver le libre cours du commerce et à heurter les droits des possédants. Si quelque part la notion de « Stadtwirtschaft » de K. Bûcher a eu quelque réalité, elle n’a jamais été valable pour les villes des Pays-Bas. De par leur approvisionnement en vivres et en matières premières, les villes étaient intensément impliquées dans une économie internationale. En somme, elles étaient d’une certaine façon des « marchés internationaux » en miniature dans le même sens qu’on l’a dit de Bruges153. En cela, les villes des Pays-Bas n’étaient nullement uniques au Moyen Age. Seule, l’échelle de leur implication dans le trafic international et le degré de leur dépendance des importations d’au-delà de la contrée « sous les fumées de la ville » étaient plus larges.

Notes

1 W.P. Blockmans, e.a., Tussen crisis en welvaart : sociale veranderingen 1300-1500, dans : Algemene Geschiedenis der Nederlanden, IV, Haarlem, 1980, p. 42-52.

2 W. Jappe Alberts, De middeleeuwse stad, Bussum, 1965, p. 37 en 71-72.

3 R. Van Uytven, ed., Geschiedenis van het stadsgewest Leuven, Deel I : tot ca. 1600, Louvain, 1980, p. 130-144.

4 F.H. Mertens, K.L. Torfs, Geschiedenis van Antwerpen, I, Anvers, 1845, p. 597 ; F. Prims, Geschiedenis van Antwerpen, IV, 1, Anvers, 1933, p. 138-140 ; F. Prims, Hoven en hoveniers te Antwerpen in 1338, dans : Bijdragen tot de Geschiedenis, 23 (1932), p. 150-156 ; C.L. Verkerk, La population des villes de Gueldre au xive siècle, en particulier celle de la ville d’Arnhem, dans : Rotterdam Papers, IV, Rotterdam, 1982, p. 179-184.

5 Voir la carte chez J.A. Van Houtte, R. Van Uytven, Nijverheid en handel, dans : Algemene Geschiedenis der Nederlanden, IV, p. 107.

6 A. Verhulst, Bronnen en problemen betreffende de Vlaamse landbouw in de late middeleeuwen, dans : Algemene Geschiedenis der Nederlanden, IV, p. 107 ; A. Verhulst, Bronnen en problemen bçtreffende de Vlaamse landbouw in de late middeleeeuwen, dans : Agronomisch-Historische Bijdragen, VI (1964), p. 214-217 (english summary) ; B.H. Slicher Van Bath, The rise of intensive husbandry in the Low Countries, dans : Britain and the Netherlands. Papers delivered to the Oxford-Netherlands Conference, Oxford, 1960, p. 150-153 ; R. Van Uytven, Vroege inbreuken op de braak in Brabant en de intensieve landbouw in de Zuidelijke Nederlanden tijdens de dertiende eeuw, dans : Tijdschrift van de Belgische Vereniging voor aardrijkskundige studies, 53 (1984), p. 63-72.

7 G. Sivery, Structures agraires et vie rurale dans le Hainaut à la fin du Moyen Age, I, Lille, 1977, p. 120-121 et 136-138 ; P. Lindemans, Geschiedenis van de landbouw in België, II, Anvers, 1952, p. 127, n. 37 ; D.E.H. De Boer, Graaf en grafiek. Sociale en economische ontwikkelingen in het middeleeuwse “Noordholland” tussen ± 1345 en ± 1415, Leiden, 1978, p. 279 ; Van Uytven, Vroege inbreuken..., p. 69.

8 N.W. Posthumus, De geschiedenis van de Leidsche lakenindustrie, I. De Middeleeuwen, La Haye, 1908, p. 290-295 ; G. Espinas, H. Pirenne, Recueil de documents relatifs à l’histoire de l’industrie drapière en Flandre. Première partie, 1, Bruxelles, 1906, p. 659-660.

9 J.A. Van Houtte, Stadt und Land in der Geschichte des flandrischen Gewerbes im Spätmittelalter und in der Neuzeit, dans ses Essays on medieval and early modem economy and society, Louvain, 1977, p. 278-280 ; L. Génicot, L’étendue des exploitations agricoles dans le comté de Namur à la fin du xiiie siècle, dans ; Etudes rurales, 5-6 (1962), p. 5-31, spécialement p. 22 ; M.R. Thielemans, La confiscation des biens des sujets du prince-évêque de Liège dans les ressorts de Poilvache, Montaigle et Bouvignes, 1469-1474, dans : Liège et Bourgogne. Actes du colloque, Liège, 1972, p. 169-172 ; F. Daelemans, Repartitie en exploitatie van het areaal te Herzele eind xive-begin xve eeuw, Bruxelles, s.d., p. 26-29 ; P. Deprez, De Boeren, IL De xvie, xviie en xviiie eeuw, dans : Flandria Nostra, I, Anvers, 1957, p. 126-127.

10 E. Thoen, La production agricole et la population dans quelques communes au sud de Gand pendant l’Ancien Régime (xive-xviiie siècle), dans : A. Verhulst, C. Vandenbroeke (ed.), Productivité agricole en Flandre et en Brabant xive-xviiie siècle, Gand, 1979, p. 137 ; F. Daelemans, Tithe revenues in rural south western Brabant, 15th-18th centuries, dans : H. Van der Wee, E. Van Cauwenberghe (ed.), Productivity of land and agricultural innovation in the Low Countries (1250-1800), Louvain, 1978, p. 28 ; D.E.FL de Boer, op. cit., p. 213 ; E. Scholliers, F. Daelemans, De conjunctuur van een Domein : Herzele 1444-1752, Bruxelles, 1981, p. 16 et 64 ; M.J. Tits-Dieuaide, Peasant dues in Brabant. The example of the Meldert farm near Tirlemont 1380-1797, dans : H. Van der Wee, E. Van Cauwenberghe, op. cit., p. 120 ; E. Van Cauwenberghe, Het vorstelijk domein en de overheidsfinanciën in de Nederlanden ( xve en xviie eeuw), Bruxelles, 1982, p. 270 ; F. Daelemans, Peiling naar de evolutie van de landbouw te Grimbergen aan de hand van enkele pachtcontracten (xiiie-xviiie eeuw), dans : Eigen Schoon en de Brabander, 54 (1971), p. 17-18 : A Grimbergen aux xiv-xve siècles la ferme oscillait autour de 9 setiers de seigle par ha (donc ± 440 1), tandis qu’une production de 1400 1 semble une estimation raisonnable ; M.J. Tits-Dieuaide, La formation des prix céréales en Brabant et en Flandre au xve siècle, Bruxelles, 1975, p. 84-94 ; L. Génicot, L’économie rurale namuroise au bas Moyen Age (1199-1429), Namur, 1943, p. 236 ; J. Mertens, Landbouw, dans : Algemene Geschiedenis der Nederlanden, 4, Haarlem, 1980, p. 28-30.

11 B.H. Slicher Van Bath, De oogstopbrengsten van verschillende gewassen, voornamelijk granen, in verhouding tot het zaaizaad ca. 810-1820, dans ; A.A.G. Bijdragen, 9, p. 34-42 ; Van Cauwenberghe, op. cit., p. 270. Cette moyenne de consommation de grains est encore très inférieure au minimum vital de calories (c’est-à-dire 300 à 350 1 de blé).

12 Génicot, art. cit., p. 17-31 ; J. Mertens, De laat-middeleeuwse tandbouweconomie in enkele gemeenten van het Brugse platteland, Bruxelles, 1970, p. 42. (La moyenne est peut-être trop élevée par un trop grand nombre de fermes d’institutions de main-morte) ; Daelemans, Repartitie en exploitatie, p. 27.

13 Thielemans, art. cit., p. 181-186 ; A. Verhulst, De Boeren. I. De Middeleeuwen, dans : Flandria Nostra, I, p. 107-110 ; R. Van Uytven, Stadsfinanciën en Stadsekonomie te Leuven van de xiie tot het einde der xvie eeuw, Bruxelles, 1961, p. 265-266 ; P. Leupen, Zaltbommel en zijn waarden, dans ; Gelre. Bijdragen en Mededelingen 69 (1976-1977), p. 88-93 ; R. Van Schaik, Nijmegen, Arnhem en de Betuwe, dans : Numaga 26 (1979), p. 100-113 ; L. Zylbergeld, Le prix des céréales et du pain à Liège dans la première moitié du xiiie siècle, dans : Revue belge de philologie et d’histoire, 51 (1973), p. 278-283.

14 W. Blockmans, De volksvertegenwoordiging in Vlaanderen in de overgang van middeleeuwen naar nieuwe tijden (1384-1506), Bruxelles, 1978, p. 463, n. 3 ; R. Van Uytven, Politiek en économie. De crisis der late xve eeuw in de Nederlanden, dans : Revue belge de philologie et d'histoire, 53 (1975), p. 1110.

15 De Boer, Graaf en grafiek, p. 40-46, 229, 231, 234 et 199.

16 Tits-Dieuaide, La formation des prix, p. 144-150 ; Van Uytven, Stadsfinanciën en stadsekonomie, p. 267-270 ; J.M. Cauchies, La législation princière pour le comté de Hainaut. Ducs de Bourgogne et premiers Habsbourg (1427-1506), Bruxelles, 1982, p. 347-410.

17 Blockmans, De volksvertegenwoordiging, p. 587-591 ; A. Uyttebrouck, Le gouvernement du duché de Brabant au Moyen Age (1355-1430), I, Bruxelles, 1975, p. 429-550 ; et les contributions de J. Dhondt, J. Gilissen, e.a. dans : Assemblées d’États, Louvain-Paris, 1965.

18 D. Nicholas, Stad en platteland in de middeleeuwen, Bussum, 1971, p. 65-69 ; R. Marquant, La vie économique à Lille sous Philippe le Bon, Paris, 1940, p. 84-85 ; P.V. Bets, Histoire de la ville et des institutions de Tirlemont, Louvain, 1860-1861, p. 89 et

19 Nicholas, op. cit., p. 63-67 ; B. Van Rijswuck, Geschiedenis van het Dordtsche stapelrecht, Den Haag, 1900.

20 J. Laenen, Geschiedenis van Mechelen tot op het einde der Middeleeuwen, Malines, 19342, p. 83 et 253-259 ; F. Prims, Geschiedenis van Antwerpen, II, 2, Bruxelles, 1929, p. 73-77 ; IV, 1, Anvers, 1933, p. 128-131 et V, 1, Anvers, 1934, p. 19-20, 26-27, 48-55.

21 G. Bigwood, Gand et la circulation des grains en Flandre du xive au xviiie siècle, dans : Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, IV (1906), p. 397-460 ; Tits-Dieuaide, La formation des prix..., p. 146-149 ; la plupart des édits urbains concernant le marché des grains dans : N. de Pauw, De voorgeboden der stad Gent in de xive eeuw, Gand, 1885.

22 J. Craeybeckx, Quelques grands marchés de vins français dans les anciens Pays-Bas et dans le nord de la France à la fin du Moyen Age et au xvie siècle, dans : Studi in onore di Armando Sapori, II, Milan, 1957, p. 847-882 et Idem, Un grand commerce d’importation : Les vins de France aux anciens Pays-Bas ( xiiie-xvie siècle), Paris, 1958, p. 54-77 et 171-179 ; Van Uytven, Stadsfinanciën, p. 307-308.

23 G. Stefke, Ein stadtisches Exportgewerbe des Spatmittelalters in seiner Entfaltung und ersten Blüte. Untersuchungen zur Geschichte der Hamburger Seebrauerei des 14. Jahrhunderts, Hamburg, 1979, p. 54-128 ; H.J. Smit, De opkomst van den handel van Amsterdam, Amsterdam, 1914 ; R. Degryse, Vlaanderens haringbedrijf in de middeleeuwen, Anvers, 1944," p. 93-94 ; T.L.M. Thurungs, A.A.P. Van Drunen, Sociaal-economische geschiedenis dans Limburg’s Verleden, I, Maastricht, 1960, p. 198-205 ; W. Jappe Alberts, H.P.H. Jansen, Welvaart in wording, Sociaal-economische geschiedenis van Nederland van de vroegste tijden tot het einde van de Middeleeuwen, La Haye, 1964, p. 227.

24 E. Sabbe, De Belgische Vlasnijverheid. I. De Zuidnederlandsche vlasnijverheid tot het verdrag van Utrecht, 1713, Bruges, 1943, p. 95-106 et 112.

25 Willems, Brabantsche Yeesten, II, Bruxelles, p. 561 ; Mertens-Torfs, op. cit., II, Anvers, 1846, p. 280 et 553.

26 J. de Sturler, Les relations politiques et les échanges commerciaux entre le duché de Brabant et l’Angleterre au Moyen Age. l’étape des laines anglaises en Brabant et les origines du port d’Anvers, Paris, 1936 ; T.H. Lloyd, The English Wool Trade in the middle ages, Cambridge, 1977, p. 101-112, 195-196, 202-210, 229-231.

27 Marquant, op. cit., p. 84-86.

28 H. J. Smit, De opkomst van den handel van Amsterdam, Amsterdam, 1914, p. 246 ; J.F. Niermeyer, Een vijftiende eeuwse handelsoorlog : Dordrecht contra de Bovenlandse steden 1442-1445, dans : Bijdragen en Mededelingen van het Historisch Genootschap, 66 (1948), p. 1-59.

29 J. Laenen, Geschiedenis van Mechelen tot op het einde der Middeleeuwen, Malines, 1934, p. 260-264.

30 Blockmans, De volksvertegenwoordiging, p. 478-479 et 483.

31 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 345 ; J.M. Cauchies, La législation princière pour le comté de Hainaut. Ducs de Bourgogne et premiers Habsbourg (1427-1506), Bruxelles, 1982, p. 376-381 ; Tits-Dieuaide, La formation des prix céréaliers, p. 187-191 et p. 345-349 ; Blockmans, op. cit., p. 463-477.

32 J. Godard, Dans les Pays-Bas bourguignons. Un conflit de politique commerciale, dans : Annales d’histoire sociale, 1 (1939). p. 417-420.

33 Cauchies, op. cit., p. 381, n. 124 et 386, n. 143.

34 Marquant, op. cit., p. 146.

35 Blockmans, op. cit., p. 465.

36 G. des Marez, L’organisation du travail à Bruxelles au xve siècle, Bruxelles, 1904, p. 341 ; De Pauw, De voorgeboden..., p. 14, 47, 116 et 137.

37 De Pauw, op. cit., p. 7, 36-37, 48-49 et 20.

38 Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 462 ; R. Huybrecht, Rechtsbronnen der stad Reimerswaal, dans : Stichting tot Uitgaaf der Bronnen van het Oud-Vaderlandse Recht. Verslagen en mededelingen Nieuwe Reeks, I (1978), p. 112.

39 Van Uytven, Stadsfinanciën, p. 275.

40 Des Marez, op. cit., p. 226 ; Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 462.

41 Huybrecht, art. cit., p. 122 ; N.H.L. Van den Heuvel, De ambachtsgilden van’sHertogenbosch, Utrecht, 1946, p. 171-176 et 200-201 ; Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 460-461.

42 E. Aerts, De Zuidnederlandse brouwindustrie tijdens het Ancien Regime. Statuts questions van het onderzoek, dans : Handelingen Kon. Zuidnederlandse Maatschappij voor Taal-en Letterkunde en Geschiedenis, 33 (1979), p. 27-28.

43 Van den Heuvel, op. cit., p. 174-175.

44 Idem, op. cit., p. 176-180 : R. Van Uytven, What is new socially and economically in sixteenth-century Netherlands, dans : Acta historiae neerlandicae, 7 (1974) p 29-30

45 Des Marez, op. cit., p. 88.

46 Des Marez, op. cit., p. 339-340 et 502-503.

47 R. Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek in de Noordelijke Nederlanden van de xive tot de xviie eeuw : bronnen en Problemen, dans : Tijdschrift voor Geschiedenis, 91 (1978), p. 234 ; Van Uytven, Stadsfinanciën, p. 275.

48 Blockmans, De volksvertegenwoordiging..., p. 464.

49 Cauchies, La législation princière, p. 374-375 ; Blockmans, op. cit., p. 477 ; Tits, op. cit., p. 184, n. 17.

50 Van Uytven, Stadsfinanciën, p. 437 ; A. Wauters, Documents concernant le canal de Bruxelles à Willebroeck précédés d’une introduction contenant un résumé de l’histoire de ce canal, Bruxelles, 1882, p. VI-VIII et 1-18.

51 D. Nicholas, Town and countryside : social, economic and political tensions in fourteenth-century Flanders, Bruges, 1971, p. 126-132 ; Bigwood, Gand et la circulation..., p. 402-403 ; J. Decavele e.a., Gent op de wateren en naar de zee, Anvers, 1976, p. 30-48.

52 Espinas, Pirenne, Recueil, I, p. 660.

53 J.M. Yante, La prévoté de Thionville au bas Moyen Age, dans : Annales de l’Institut archéologique de Luxembourg, 106-108 (1976), p. 158 ; Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 497.

54 M.J. Tits-Dieuaide, Le grain et le pain dans l’administration des villes de Brabant et de Flandre au Moyen Age, dans : L’initiative publique des Communes en Belgique. Fondements historiques (Ancien Régime), Colloque Spa 1982, Bruxelles, 1984, p. 453-491 ; Van Uyten, Stadsfinanciën..., p. 135-136 en 267-274.

55 Des Marez, op. cit., p. 362-365 ; Van Uytven, op. cit., p. 345.

56 Van Uytven, op. cit., p. 287 et 490 ; Blockmans, Volksvertegenwoordiging..., p. 471 ; H. Van der Wee, The Growth of the Antwerp market and the European Economy, II, Louvain, 1963, p. 98.

57 Tits-Dieuaide, op. cit., p. 175-177 et 331-344. Voir aussi H. Van Werveke, Bronnenmaterial uit de Brugse stadsrekeningen betreffende de hongersnood van 1316, dans : Bulletin Commission Royale d’Histoire, 125 (1960), p. 431-510.

58 W. Kuppers, R. Van Schaik, Levensstandaard en stedelijke economie te Zutphen in de xve en xvie eeuw, dans : Gelre, Bijdragen en Mededelingen, 72 (1981), p. 17.

59 Tits-Dieuaide, op. cit., p. 333, 339 et 176 ; Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek..., p. 226.

60 Blockmans, Volksvertegenwoordiging..., p. 470.

61 Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek..., p. 222-223 ; Cauchies, La législation..., p. 388.

62 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 342-343 ; Kuppers, R. Van Schaik, Levens-standaard en stedelijke économie, p. 37 ; J.P. Peeters, De betekenis der stad Zoutleeuw aïs centrum van lakennijverheid in Brabant van de xiiie de tot de xvie eeuw, dans : Eigen Schoon en De Brabander, 65 (1982), p. 21-22 et 430-432.

63 Kuppers, Van Schaik, Levensstandaard..., p. 37 ; W. Jappe Alberts (ed.), De stadsrekeningen van Arnhem, 1 :1353-1377, Groningue, 1967, p. 47-49, 77-78 ; G. Doorman, De middeleeuwse brouwerij en de gruit, La Haye, 1955, p. 32-38.

64 Tits-Dieuaide, Le grain et le pain... ; L. Zylbergeld , Le prix des céréales et du pain à Liège dans la première moitié du xiiie siècle, dans : Revue Belge de Philologie et d’Histoire, LI (1973), p. 777-785.

65 Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek..., p. 215-221 ; Cauchies, La législation..., p. 405, n. 220.

66 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 314-317 ; De Pauw, De Voorgeboden..., p. 70, 82 et 94.

67 Cauchies, op. cit., p. 404-405 ; Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek..., p. 233 ; De Pauw, De Voorgeboden..., p. 15, 45, etc. ; Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 490 et 521 ; Van Schaik, Prijs- en levensmiddelenpolitiek..., p. 221.

68 Cauchies, op. cit., p. 403 ; Van Uytven, op. cit., p. 490 ; De Pauw, op. cit., p. 83 et 148.

69 Blockmans, Volksvertegenwoordiging..., p. 470.

70 Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 459 ; Huybrecht, Rechtsbronnen van Reimerswaal, p. 122 ; Marquant, La vie économique, p. 118 ; Des Marez, L’organisation du travail..., p. 307-309 et 335.

71 C. Dickstein-Bernard, Activité économique et développement urbain à Bruxelles (xiiie-xve siècles) dans : Cahiers bruxellois, 246 (1979), p. 54-56 ; Id., L’organisation du commerce dans les halles aux draps : l’exemple de Bruxelles au xive siècle, dans : Annales de la Société royale d’Archéologie de Bruxelles, 58 (1981), p. 69-90 ; voir aussi : De Pauw, De voorgeboden, p. 89-90, 142 et passim ; Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 454-463.

72 Cauchies, op. cit., p. 457-466 ; A. Wauters, Géographie et histoire des communes belges. Arrondissement de Louvain. Canton de Léau, Bruxelles, 1887, p. 9.

73 J. A. Van Houtte, Les foires dans la Belgique ancienne, dans : La Foire. Recueils de la Société Jean Bodin, V, Bruxelles, 1953, p. 177-205 ; E. Coornaert, Caractères et mouvements des foires internationales au Moyen Age et au xvie siècle, dans : Studi in onore di Armando Sapori, I, Milan, 1957, p. 369.

74 A. Meulemans, Leuvense ambachten : De Barbiers en Chirurgijns, dans : Eigen Schoon en De Brabander, 39 (1956), p. 298-299 ; De Pauw, De voorgeboden..., p. 25 (1338), et p. 153 (1378) ; Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 466 et 478. Voir aussi : W.C. Wijntjes, The water supply of the medieval town, dans : Rotterdam Papers IV, Rotterdam, 1982, p. 198.

75 R. Van Uytven, Stedelijke openbare diensten te Leuven tijdens het Ancien Régime, dans \L’initiative publique des Communes en Belgique, p. 30 ; Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 458 et 624-625 ; Wijntes, art. cit., p. 200.

76 A. Vandenpeereboom, Distribution des eaux alimentaires et fontaines d’Ypres, 1880 ; G. Des Marez, E.H. de Sagher, Comptes de la ville d’Ypres de 1267 à 1329, II, Bruxelles, 1913, p. 212-229 ; P. de Pelsmaeker, Coutumes des Pays et comté de Flandre. Registres aux sentences des échevins d’Ypres, Bruxelles, 1914, p. 106-107.

77 C. Dickstein-Bernard, L’administration de « la chaussée » à Bruxelles aux xive et xve siècles, dans : Annales XLIIIe Congrès Fédération des Cercles d’archéologie et d’histoire de Belgique, Saint-Nicolas, 1974, p. 80 ; E. d’Herbomez, Philippe le Bel et les Tournaisiens, dans ; Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, 5e s., 3 (1893), p. 102.

78 Wijntjes, art. cit., p. 193.

79 L. Génicot, La structure économique d’une principauté médiévale : le comté de Namur du xiie au xive siècle, dans : Etudes historiques à la mémoire de Noël Didier, Paris 1960, p. 163-171.

80 M.J. Tits-Dieuaide. Peasant dues in Brabant : The example of the Meldert farm near Tirlemont 1380-1797, dans : H. Van der Wee et E. Van Cauwenberghe, Productivity of land..., p. 107-123 ; F. Daelemans, Peiling naar de evolutie van de landbouw..., p. 16-18 ; H.P.H. Jansen, Landbouwpacht in Brabant in de veertiende en vijftiende eeuw, Assen, 1955 ; Nicholas, Town and countryside..., p. 272 et 250-329 ; Van Uytven, Stadsfinanciën en stadsekonomie..., p. 265-266 et p. 597-633 ; Id., Geschiedenis van het stadsgewest I, p. 195-197.

81 Génicot, art. cit., p. 196.

82 R. Van Schaik, Nijmegen, Arnhem en de Betuwe. De relatie stad-platteland rond 1500, dans : Numaga, 26 (1979), p. 100-107.

83 Van Uytven, Geschiedenis van het stadsgewest..., p. 196 ; P. Leupen e.a., Zalt-bommel en zijn waarden, dans : Gelre. Bijdragen en Mededelingen, 69 (1976), p. 89.

84 Tits-Dieuaide, La formation des prix..., p. 185, n. 19.

85 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 441.

86 Nicholas, Town and countryside..., p. 272-303.

87 J. Mertens, Het sociaal-economisch leven 1300-1482 : Landbouw, p. 22 (carte).

88 Z.W. Sneller, De Hollandse korenhandel in het Sommegebied in de xve eeuw, dans : Bijdragen Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, 6e s., 2 (1925), p. 161-178.

89 Tits-Dieuaide, La formation des prix..., p. 150-151 et 156-166.

90 R. Van Uytven, Politiek en économie : de crisis der late xve eeuw in de Nederlanden, dans : Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 53 (1975), p. 110-113 ; Van Uytven, Stads-financiën..., p. 266-270 et 274, n. 5 ; Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek..., p. 231.

91 J. Godard, Remarques sur l’économie abbevilloise à la fin du Moyen Age, dans : Bulletin trimestriel de la Société des Antiquaires de Picardie, 1975, p. 14.

92 Mertens, art. cit., p. 21-22.

93 Craeybeckx, Un grand commerce d’importation, p. 1-15 ; R. Van Uytven, Het verbruik van land-en vreemde wijnen in Brabant gedurende de xvie eeuw, dans : De Brabantse Folklore, 167 (1965), p. 299-305 ; Id., De ondergang van de wijnteelt in de Nederlanden, dans : Spiegel Historiael, 1 (1966), p. 52-59 ; Id., De drankcultuur in de Zuidelijke Nederlanden, dans : Drinken in het Verleden, Louvain, 1973, p. 22-24, 26-29.

94 Craeybeckx, op. cit., p. 21-26 et 45-144 ; De Pauw, op. cit., p. 116.

95 R. Van Uytven, Oudheid en Middeleeuwen, dans : J.H. Van Stuijvenberg (dir.), De economische geschiedenis van Nederland, Groningue, 1977, p. 38 ; Van Uytven, De drankcultuur..., p. 26-29 ; R. Van Uytven, Die Bedeutung des Kölner Weinmarkten im 15. Jahrhundert, dans : Rheinische Vierteljahrsblatter, 30 (1965), p. 234-252.

96 Cf. n. 94 ; Des Marez, op. cit., p. 317-318 ; M.L. Fanchamps, Le commerce sur la Meuse moyenne dans la seconde moitié du xve siècle et dans la première moitié du xvie siècle, d’après les comptes de tonlieux, dans : Histoire économique de la Belgique : Traitement des sources et état des questions, Bruxelles, 1972, p. 288-290.

97 Van Uytven, De Drankcultuur..., p. 29-31 ; Id., Bier und Brauwese, dans : Lexicon des Miltelalters, II, Munich, 1981, col. 136-139.

98 G. Stefke, Ein stadtisches Exportgewerbe des Spätmittelalters. Untersuchungen zur Geschichte der Hamburger Seebrauerei des 14. Jahrhunderts, Hamburg, 1979, p. 64-128 ; H.J. Smit, De opkomst van de handel van Amsterdam, Amsterdam, 1914, p. 35 et 89 ; Id., De registers van den biertol te Amsterdam, dans : Bijdragen en Mededelingen van het Historisch Genootschap te Utrecht, 38 (1917), p. 29-97 ; F.C. Berkenvelder, Frieslands handel in de late middeleeuwen, dans : Economisch Historisch Jaarboek, 29 (1963), p. 145, 166-177.

99 G. Doorman, De middeleeuwse brouwerij en de gruit, La Haye, 1955 ; R. Van Uytven, Haarlemmer hop, Goudse kuit en Leuvense Peterman, dans : Arca Lovaniensis 4 (1975), p. 334-342.

100 R. Doehaerd, Bierhandel van Brabantse kooplieden met Nederland in de xive eeuw, dans : Handelingen Kon. Kring voor Oudheidkunde te Mechelen, 50 (1946), p. 84-89 ; Id., Comptes du tonlieu diAnvers (1365-1404), Bruxelles, 1947, p. 157 ; A. de Vlaminck, Notice historique sur les accises communales de Termonde, Termonde, 1873, p. 8 ; F. Prims, Geschiedenis van Antwerpen, VI, 2, Anvers, 1937, p. 196-197 ; Van Uytven, Haarlemmer hop..., p. 339-341. Pour l’histoire de la brasserie en Hollande, voir maintenant : De Boer, Graaf en Grafiek, p. 273-294 ; H. Van der Wee, De handelsbetrekkingen tussen Antwerpen en de Noordelijke Nederlanden tijdens de xive, xve en xvie eeuw, dans : Bijdragen voor de Geschiedenis der Nederlanden, 20 (1965-1966), p. 268-270.

101 F.F.X. Cerutti (ed.), Geschiedenis van Breda. De Middeleeuwen, Tilburg, 1952, p. 225-226 ; R. A. Van Zuylen, Inventaris der archieven van de stad’s-Hertogenbosch. Stads-rekeningen van het jaar 1399-1800, III, Bois-le-Duc, 1863, p. 2039-2042.

102 Van der Wee, The Growth of the Antwerp Market..., II, p. 381-383 et 393-396 ; R. Van Uytven, La Flandre et le Brabant « terres de promission » sous les ducs de Bourgogne ?, dans : Revue du Nord, 43 (1961), p. 305-309 ; Id., What’s new economically and socially, p. 28 et 46-51 ; Van Schaik, Prijs-en levensmiddelenpolitiek..., p. 234-235 ; Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 280-282.

103 Des Marez, op. cit., p. 229-230.

104 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 282-284 ; A. Lens, Enkele aspecten van de Lierse veermarkt, dans :’t Land van Ryen, 10 (1960), p. 114 ; K. Wildiers-Van der Wee, De geschiedenis van het Lierse veemarktprivilegie, dans :’t Land van Ryen, 16 (1966), p. 125-136 ; Jappe Alberts, Jansen, Welvaart in wording, p. 236 et passim.

105 E. Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers (fin xve et xvie siècles), II, Paris, 1961, p. 102-103.

106 Van Uytven, Oudheid en Middeleeuwen, p. 33-34 :

107 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 290 ; Van der Wee, The Growth of the Antwerp market, I, p. 210-217 ; A. Slootmans, Kooplui uit de Maasstreek, p. 128 ; P. Lindemans, Uit het archief der Brusselsche ambachten : De Vettewariërs, dans : Eigen Schoon en De Brabander, 30 (1947), p. 36 ; De Pauw, op. cit., p. 51 et 107 ; Jappe Alberts, Jansen, op. cit., p. 145.

108 R. Van Uytven, Visserij in de Zuidelijke Nederlanden, dans : Algemene Geschiedenis der Nederlanden, 6 (1979), p. 141-143 ; De Pauw, op. cit., p. 47-48, 51, 82, 90, 99-100, 124-126 ; Des Marez, op. cit., p. 28 et 319-320 ; Van Uytven, Oudheid en Middeleeuwen, p. 34.

109 R. Degryse, Vlaanderens haringbedrijf in de middeleeuwn, Anvers, 1944, p. 72-74 ; Dickstein-Bernard, Activité économique et développement urbain..., p. 56 ; J. Cuvelier, La formation de la ville de Louvain des origines à la fin du xive siècle, Bruxelles, 1935, p. 109.

110 Degryse, op. cit., p. 72, 30-57 et 83-88.

111 F. Prims, Geschiedenis van Antwerpen, II, 2, Bruxelles, 1929, p. 122-123.

112 Degryse, op. cit., p. 91-99 ; Van Uytven, Oudheid en Middeleeuwen, p. 34-35 ; Van der Wee, De handelsbetrekkingen tussen Antwerpen..., p. 270-272.

113 W. Blockmans, Voor wijn en vis : de politieke roi van de Vlaamse kustplaatsen aan de vooravond van de Nieuwe Tijden, dans : Ostendiana, 36 (1978), p. 128-133 ; J.A. Van Houtte, Economische geschiedenis van de Lage Landen 800-1800, Haarlem, 1979, p. 81 ; Van der Wee, De handelsbetrekkingen, p. 271-272 ; Degryse, op. cit., p. 103-105.

114 Van Uytven, Stadsfinanciën, p. 287 ; Des Marez, op. cit., p. 320 ; Van der Wee, The Growth..., I, p. 277-278 ; Van den Heuvel, op. cit., p. 343-352 ; Blockmans, Voor wijn en vis..., p. 131.

115 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 294.

116 Van der Wee, De handelsbetrekkingen..., p. 273 ; J. Mertens, Biervliet, een laatmiddeleeuws centrum van Zoutwinning (eerste helft der xve eeuw), dans : Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, n.s., 17 (1963), p. 3-15 ; J. Ameryckx, F. Moormann, Daringdelven in de polders, dans : Biekorf, 57 (1956), p. 225-230.

117 Van Uytven, Oudheid en Middeleeuwen, p. 36-37 ; Van der Wee, The Growth..., I, p. 287-288 ; Van der Wee, De handelsbetrekkingen..., p. 275-277 ; Huybrecht, Rechtsbronnen van Reimerswaal, p. 122-123.

118 J.F. Niermeyer, Dordrecht als handelsstad in de tweede helft van de veertiende eeuw, dans : Bijdragen voor Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, 8e s., 3 (1942), p. 1-36, 177-222, et 4 (1943), p. 86-113 et 145-168 ; Jappe Alberts, Jansen, Welvaart in wording..., p. 226-227.

119 F. Prims, De Antwerpsche zoutkwestie in 1259, dans : Antwerpiensia, 2 (1928), p. 178-185 ; Id., Geschiedenis van Antwerpen, II, 2, Bruxelles, 1929, p. 12-125 ; Marquant, op. cit., p. 147 ; Huybrecht, Rechtsbronnen..., p. 122-123.

120 Des Marez, op. cit., p. 339-340, 502-503 ; F. Prims, Geschiedenis van Antwerpen, VI, 2, Anvers, 1937, p. 49-50.

121 De Pauw, op. cit., p. 89, 97-98, 107-108, 114, 128.

122 K. Slootmans, Invloed van tollen op de Bergse vrije jaarmarkten, dans : Varia historica Brabantica, 1 (1962), p. 102-103 ; J.F. Niermeijer (ed.), Bronnen voor de economische geschiedenis van het Beneden-Maasgebied. Eerste deel : 1104-1399, La Haye, 1968, p. 403-711.

123 H. Installé, De ordonnantie op de Cruithalle vernieuwd in 1342, dans : Handelingen Kon. Kring voor Oudheidkunde, Letteren en Kunst van Mechelen, 85 (1981), p. 81-90 ; De Pauw, op. cit., p. 97 ; Prims, Geschiedenis van Antwerpen, VI, 2, p. 31 ; Slootmans, Kooplui uit de Maasstreek..., p. 101-102, 116, 126-131.

124 Van Houtte-Verhulst, art. cit., p. 75-76 ; P. Van Schaik, De economische betekenis van de Turfwinning in Nederland, dans : Economisch- en sociaal-historisch Jaarboek, 32 (1970), p. 142, 170, 192-195, et 33 (1971), p. 194-195 ; Sosson, Les travaux publics, p. 68 ; Decavele, De Herdt, Gent op de wateren..., p. 30-31 et 44 ; K. J. Brand, Bijdrage tot de historische geografie van Oost Zeeuws-Vlaanderen, dans : Oudheidkundige Kring « De Vier Ambachten » Jaarboek, 1970-1971, p. 32-72 ; Van der Wee, The Growth..., I, p. 254.

125 D. Rochette, Que savons-nous de l’exploitation de la forêt de Soignes au xve siècle, dans : Cahiers bruxellois, 11 (1966), p. 1-12.

126 Van Houtte, Verhulst, op. cit., p. 76 ; Van Uytven, Stadsfinanciën, p. 409-411 ; Niermeyer, Bronnen..., p. 536, n. 3, et P. 412-687.

127 Des Marez, op. cit., p. 29 ; Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 409 ; H. Janse, Bouwers en bouwen in het verleden. De bouwwereld tussen 1000 en 1650, Zaltbommel, 1965, p. 36-47 ; J.P. Sosson, Les travaux publics de la ville de Bruges, xive-xve siècles. Les matériaux. Les hommes, Bruxelles, 1977, p. 102-112 ; M.L. Fanchamps, Transport et commerce du bois sur la Meuse au Moyen Age, dans ; Le Moyen Age, 72 (1966), p. 59-81.

128 Janse, op. cit., p. 47-54 ; Sosson, op. cit., p. 88-93 ; Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 407 et 432-433, 442 ; M.A. Arnould, Les métiers de la pierre au xvie siècle dans quelques villages du Hainaut septentrional, dans : Actes du Colloque international de Glyptographie, Saragosse, 1982, p. 219-222 ; Des Marez, op. cit., p. 213 ; Slootmans, Invloed van tollen, p. 130-132.

129 Sosson, op. cit., p. 87-88 ; M.L. Fanchamps, Les ardoisières des Ardennes et le transport des ardoises sur la Meuse (xiie-xvie siècles), dans : Le Moyen Age, 78 (1972), p. 229-266 ; Janse, op. cit., p. 600.

130 Van Uytven, Stadsfinancieën..., p. 432-433 et 442-443 ; W. Jappe Alberts, De economische betrekkingen van Overijssel met de aangrenzende territoria in de xive en xve eeuw, dans : Verslagen en Mededelingen van de Vereeniging van Overijsselsch regt en geschiedenis, 71 (1956), p. 27-46 ; Id., Beitrag zur Witschaftsgeschichte des Rheins in Zusammenhang mit der spätmittelalterlichen Wirtschaftsentwicklung der Niederlande, dans : Rheinische Vierteljahrsblatter, 26 (1961), p. 322.

131 J. Hollestelle, De steenbakkerij in de Nederlanden tot omstreeks 1560, Assen, 1961 ; Sosson, op. cit., p. 67-69 ; Janse, op. cit., p. 55-57 ; Van der Wee, op. cit., I, p. 257 ; Jappe Alberts, Jansen, op. cit., p. 133-134 ; Van Uytven, op. cit., p. 407-408 ; De Pauw, op. cit., p. 122, 148-149, 163 ; Mertens, Torfs, op. cit., II, p. 476, 486-487, 499-500.

132 Sosson, op. cit., p. 88-93 ; Van Uytven, op. cit., p. 442.

133 Janse, op. cit., p. 57-58 ; Sosson, op. cit., p. 83-87 ; Van Uytven, op. cit., p. 407 et 442 ; F. Courtoy, Le travail et le commerce de la pierre à Namur avant 1500, dans : Namurcum, 21 (1946), p. 17-29 ; L. Génicot, L’industrie dans le comté de Namur à la fin du Moyen Age (1350-1430), dans : ibidem, p. 55.

134 A. Verhulst, La laine indigène dans les anciens Pays-Bas entre le xiie et le xviie siècle. Mise en œuvre industrielle, production et commerce, dans : Revue historique, 96 (1972), p. 281-322 ; J.P. Peeters, De betekenis der stad Zoutleeuw als centrum van de lakennijverheid in Brabant, dans : Eigen Schoon en de Brabander, 65 (1982), p. 463-465.

135 T.H. Lloyd, The English Wool Trade in the middle ages, Cambridge, 1977, p. 1-98 ; E. Power, The wool trade in English médiéval history, Oxford, 1941, p. 41-62 ; O. Mus, Het aandeel van de Ieperlingen in de Engelse wolexport 1280-1330, dans : Histoire économique de la Belgique. Traitement des sources et états des questions, Bruxelles 1971 p. 233-258.

136 C. Wyffels, Hanse, grands marchands et patriciens de Saint-Omer, dans : Mémoires de la Société académique des Antiquaires de la Morinie, 38 (1962), p. 4-29 ; Id., De Vlaamse Hanze van Londen op het einde van de xiiie eeuw, dans : Handelingen van het Genootschap « Société d’Emulation » te Brugge, 97 (1960), p. 5-30 ; H. Van der Wee, E. Van Mingroot, The charter of the clothier’s guild of Lier 1275, dans : Cloth and clothing in Médiéval Europe. Essays in Memory of Prof. E.M. Carus-Wilson, Londres, 1983, p. 134 et 137.

137 C. Wyffels, Hanse..., p. 29-34 ; Id., De Vlaamse Hanze..., p. 18-21 ; H. Van Werveke, De koopman-ondemerner en de ondernemer in de Vlaamse lakennijverheid van de middeleeuwen, Bruxelles, 1946 ; F. Favresse, Sur un passage du privilège ducal du 12 juin 1306 concernant la gilde bruxelloise de la draperie, maintenant dans ses Etudes sur les métiers bruxellois au Moyen Age, Bruxelles, 1961, p. 124.

138 Van Uytven, Stadsfinanciën..., p. 341-343 ; Peeters, De betekenis der stad Zoutleeuw..., p. 430 ; Id., Nieuwe gegevens betreffende de draperie te Vilvoorde op het einde der middeleeuwen, dans ; Eigen Schoon en De Brabander, 61 (1978), p. 157-159.

139 N.W. Posthumus, De geschiedenis van de Leidsche lakenindustrie. I. De middeleuwen, La Haype, 1908, p. 183-220.

140 J.P. Peeters, De aard van de betrekkingen der Mechelse lakenhandelaars met deze uit Vilvoorde of de bevoorrading in Engelse wol van secundaire centra door grote lakensteden, dans : Handelingen Kon. Kring voor Oudheidkunde, Letteren en Kunst van Mechelen, 74 (1970), p. 60-69 ; H. Van der Wee, Die Wirtschaft der Stadt Lier zu Beginn des 15. Jahr-hunderts. Analyse eines Zollbuches und eines Wollinspectionsregister, dans : Beitrage zur Wirtschafts-und Stadtgeschichte. Festschrift für H. Ammann, Wiesbaden, 1965, p. 147-153.

141 O. Mus, De verhouding ven de waard tot de drapier in de Kortrykse draperie op het einde van de xve eeuw, dans ; Handelingen Société d’Emulation Brugge, 98 (1961). p. 160-178 et 186-201.

142 Van Houtte, Economische geschiedenis, p. 98 ; R. Van Uytven, Cloth in medieval literature of Western Europe, dans ; Cloth and clothing in medieval Europe. Essays in memory of Prof. E.M. Carus-Wilson, Londres, 1983, p. 177-180 ; De Poerck, op. cit., I, p. 28.

143 R. Van Uytven, « Hierlandsche » wol en lakens in Brabantse documenten (xiiie-xvie eeuw), dans : Bijdragen tot de Geschiedenis, 53 (1970), p. 5-16 ; Verhulst, La laine indigène..., p. 283-295 ; G. de Poerck, La draperie médiévale en Flandre et en Artois. Technique et terminologie, I, Bruges, 1951, p. 29.

144 Van Houtte, op. cit., p. 89-91 ; de Poerck, op. cit., p. 150-159 ; Van der Wee, op. cit., p. 154 ; Posthumus, op. cit., p. 235-236.

145 G. Asaert, De handel in kleurstoffen op de Antwerpse markt tijdens de xve eeuw, dans : Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederlanden, 88 (1973), p. 377-390.

146 Asaert, art. cit., p. 390-393.

147 K. Slootmans, Meekraphandel op de jaarmarkten van Bergen op Zoom, dans : Jaarboek « De Ghulden Roos » Roosendaal, 18 (1958), p. 49-83 ; Posthumus, op. cit., p. 236 ; J.R. Verellen, Lakennijverheid en iakenhandel van Herentals in de xve en xvie eeuw, dans : Taxandria, n.r., 27 (1955), p. 55 ; De Poerck, op. cit., I, p. 176.

148 Installé, De ordonnantie op de Cruithalle..., p. 88-89 ; H. Joosen, Documents relatifs à l’histoire de l’industrie drapière à Malines (des origines à 1384), dans : Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 99 (1935), p. 408-409 ; M.L. Heers, Les Génois et le commerce de l’alun à la fin du Moyen Age, dans : Le Moyen Age, p. 31-53 ; L. Liagre, Le commerce de l’alun en Flandre au Moyen Age, dans : Le Moyen Age, 61 (1955), p. 177-206 ; Id., Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont d’après les archives notariales génoises (1320-1400), I, Bruxelles, 1969, p. CXXXVII-CXLI ; De Poerck, op. cit., I, p. 170-171 ; K. Slootmans, Kooplui uit de Maasstreek op de Bergse Jaarmarkten, dans : Publications : Jaarboek van het Limburgs Geschieden Oudheidkundig Genootschap, 1962-1963, p. 131 ; W.S. Unger, Rekening van den invoer van aluin in de Scheldedelta 1473-1475, dans : Economisch-Historisch Jaarboek, 19 (1935), p. 75-88.

149 J.A. Van Houtte, Van Uytven, Nijverheid en handel, dans : Algemene Geschiedenis der Nederlanden, IV, Haarlem, 1980, p. 109-110 ; Van Houtte, Economischegeschiedenis..., p. 39 ; H. Pirenne, Les villes et les institutions urbaines, II, Paris-Bruxelles, 1939, p. 72-76.

150 M. Yans, Histoire économique du duché de Limbourg sous la Maison de Bourgogne, Bruxelles, 1936, p. 224-226.

151 C. Gaier, L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés belges du xiiie à la fin du xve siècle, Paris, 1973, p. 202-206 ; Slootmans, Kooplui uit de Maasstreek..., p. 114 ; Sosson, op. cit., p. 114, n. 107 ; Id., Les marchands brabançons et plus spécialement les marchands bruxellois aux foires de Berg-op-Zoom, dans : Cahiers bruxellois, 8 (1963), p. 45-49 ; Yans, op. cit., p. 261-270.

152 Gaier, op. cit., p. 226.

153 On sait que notre maître J.A. Van Houtte a combattu la qualification de « marché international » pour Bruges, parce que le commerce des étrangers était avant tout concerné par l’importation des marchandises destinées à l’approvisionnement de la Flandre et des pays avoisinants et à l’exportation de leurs produits finis.

© Presses universitaires du Midi, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search