Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’approvisionnement des villes

 | 
Charles Higounet

Avant-propos

Charles Higounet

Texte intégral

1J’ai eu la malchance de tomber malade l’avant-veille de l’ouverture de ces Cinquièmes Journées d’études. Aussi bien, ai-je laissé le soin d’introduire leurs travaux à mon vieil ami, notre vice-président, Maurice Bordes. Ces travaux se sont donc ouverts sur le rappel mélancolique de la disparition de Charles Samaran, à la mémoire duquel notre institution gardera un attachement filial. Mais ils ont reçu aussi, entre temps, la consécration de la page bleue des Annales E.S.C., avec cette boutade qui nous est allée droit au cœur « l’histoire désormais se fait aussi dans le Gers » : formule qui confirme bien que nous avons réussi la percée dans le festival des grandes réunions d’historiens, loin des centres de réflexion parisiens et sans le support de structures universitaires. On ne dira jamais assez le mérite du groupe d’administrateurs et d’animateurs départementaux qui ont permis, par leur détermination, de faire du Centre culturel de Flaran ce haut lieu de l’histoire européenne, tout en lui conservant son caractère et la chaleur de son accueil gascons. Une journée de travail à Lectoure a, cette année-ci, encore confirmé la volonté de « décentralisations » régionale du colloque et démontré la sympathie que rencontrent nos recherches.

***

2D’aucuns auront pu s’étonner du thème retenu puisque nous étions convenu de mettre l’accent à Flaran, à des degrés divers, sur une histoire attachée au sol et aux sociétés rurales. Mais, qu’on ne s’y trompe pas : ce qui est en cause dans l’approvisionnement des villes durant les longs siècles médiévaux et modernes, c’est, en réalité, l’un des aspects les plus importants du phénomène géo-historique de tous les temps : les relations villes-campagnes ; et par là nous avons bien retrouvé nos préoccupations fondamentales. Le choix de ce thème n’a pas été exempt, cependant, d’une certaine arrière-pensée pratique. En effet, la Commission internationale pour l’histoire des villes avait mis à son programme de travail, en vue de sa réunion de 1985 à l’occasion du Congrès international des Sciences historiques de Stuttgart, le réseau urbain et les campagnes en Europe, du xive au xviiie siècle. De ce fait, ces Journées sont devenues des séances préparatoires à l’étude de ce thème et ont fourni une matière de haute et exceptionnelle qualité à la démarche générale des historiens des villes. Quoi d’étonnant, dans ces conditions, que figurent au nombre des collaborateurs de ce recueil, l’ancien et l’actuel président de la Commission internationale, nos amis Philippe Wolff et Sergij Vilfan. L’importance des mises au point et la densité d’une documentation souvent dans des langues difficilement accessibles au public français, même universitaire, n’échapperont à personne. Parmi les problèmes plusieurs fois soulevés, la politique frumentaire des villes et le long trafic des bœufs « hongrois » vers l’Ouest auront bénéficié ici d’un traitement de choix. Mais les lecteurs ne seront pas insensibles non plus aux diverses conceptions de l’histoire que révèlent les rapports et communications, plus socio-économiques chez les uns, plus géographiques chez les autres, mais témoignant par là de la variété et de la richesse de la pensée historique contemporaine.

© Presses universitaires du Midi, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.