Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les communautés villageoises

 | 
Charles Higounet

Communications

Pouvoir et société : les communautés villageoises de l’étang de Berre au Moyen Age1

Yves Grava

Texte intégral

  • 1 Les limites de cet article dispensent l’auteur de donner toutes ses références et confèrent nécess (...)

1Sous le terme commode de communauté villageoise, on aura évidemment reconnu, pour partie, ce que le Moyen Age nomme lui-même des « universités », nanties de liberté, franchises et privilèges. Tester la force ou la faiblesse de la communauté villageoise revient à en éprouver la cohésion. C’est bien à ce niveau, comme le précise le titre, que se situe cet exposé. Enquête difficile, façon à la fois ancienne et nouvelle d’approcher le sujet. Ce projet s’articule autour de deux propositions :

  1. Le castrum provençal au Moyen Age est une forte construction, pas seulement matérielle ; c’est une totalité, dans les différents domaines de l’économie, comme centre d’exploitation d’un terroir — de la société et des formes d’habitat, des mentalités aussi. Les institutions enfin sont un bon reflet de la densité de la vie communautaire.
  2. La communauté villageoise telle qu’on l’a vue prospérer jusqu’à une époque toute récente n’est pas un modèle constitué de toute éternité. Il me paraît prendre toute sa consistance au xive siècle, un siècle entendu au sens large, entre 1340 et 1450, dans un temps, paradoxalement, de crise profonde de la société rurale ; et mon propos est bien de la saisir à ce moment particulier de son évolution.

Le milieu

  • 1 La présentation du milieu naturel a été faite lors des Journées de Flaran par projections de diapo (...)

2Le choix du terrain s’est porté sur quelques communautés riveraines de l’étang de Berre, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Marseille, dans une zone naturelle bien délimitée par la mer (S), le vide de la Crau (W), le moutonnement des collines (N), la coupure franche des falaises de Vitrolles (E).1 L’ensemble se regroupe autour d’une vaste pièce d’eau de plus de 15 000 ha formant déjà en soi un espace communautaire qui propose, voire impose, un même genre de vie : les contraintes naturelles d’un pays de marais, les « paluds ». Les enquêtes démographiques de la seconde moitié du xive siècle découvrent un pays bien peu peuplé : 400 feux répartis inégalement en une vingtaine de villages, au total à peine le poids d’une petite capitale régionale comme l’est Salon au même moment, plus au nord, siège de baillage et gros marché agricole. Enfoncés dans la ruralité, sans horizon urbain immédiat, c’est dans un triangle mort de la présence urbaine que se sont développés les plus gros d’entre eux, bourgades émergeant à peine de la médiocrité d’ensemble, celle-ci en soi facteur certain d’unité.

  • 2 A comparer avec profit aux échelles chronologiques des archéologues du village provençal. Dans les (...)

3Pourtant, sous cette unité apparente la diversité l’emporte. Celle des activités et des ouvertures, à d’autres pays, tous différents : ceux de Marseille, d’Arles, d’Aix et de Salon, dans cette zone de confins partagée entre des obédiences multiples : comtes de Provence, archevêques d’Arles et seigneurs de Baux. La multiplicité aussi des formes d’habitat est en un sens révélatrice et correspond à plusieurs générations d’habitats fortifiés, les castra, qui, pour simplifier, s’ordonnent en trois States successives2 :

  • A l’ouest de l’étang, sur une ligne méridienne, de très vieux châteaux dont les origines remontent aux premiers textes connus du xe siècle, entre Saint-Chamas, Istres et Fos. Ils forment barrage aux incursions des pirates dans leur remontée de la basse vallée du Rhône.
  • Sur le revers est, sont ces pointements en castra dont la création est liée aux brigandages féodaux du xiie siècle et au démembrement des seigneuries les plus fortes pour tenir les routes et collecter l’habitat paysan.
  • Enfin, chose rare en Provence, la génération des villes neuves au xiiie siècle est présente avec la fondation comtale de l’Ile Saint-Geniès, au sud et à l’entrée de l’étang ; la bourgade exprime la volonté politique du souverain d’installer son pouvoir dans un milieu hostile à ses entreprises3.

4Prolonger cette ébauche chronologique dans sa simplicité pourrait paraître naturel. Il faut prendre garde pourtant qu’avec le xive siècle on aborde là un tournant majeur, les choses se compliquant, avec le secours en outre d’une documentation plus abondante.

Crises et mutations du xive siècle

5C’est sur ce fond de bouleversements sociaux et d’économie contractée que se modèle un paysage social nouveau, aux images puissamment contrastées :

  1. La cassure se marque dans un phénomène de rejet. Incontestable sclérose de la communauté villageoise, quasi abandon de nombreux villages et pour ceux qui subsistent le grand enfermement derrière leurs murailles4. Guerre, épidémies, mais aussi et surtout appauvrissement lié à des causes plus générales comptent pour beaucoup. C’est en ces temps que disparaît la noblesse au village. La question est mal connue et nécessiterait une enquête à l’échelle de toute la région provençale. Aboutissement du régime débilitant de la coseigneurie ? Extinction naturelle des lignages ? Reprise en main par les puissants ? Abandon volontaire et repli sur la ville pourvoyeuse d’emplois, la présence au village étant par ailleurs devenue inutile à la manifestation du pouvoir seigneurial ? Transformations profondes de la société qui rapprocherait nobles et non-nobles dans la médiocrité des temps difficiles ? Nouvelles habitudes d’écriture qui ferait disparaître le titre nobiliaire des listes nominatives ? Quoi qu’il en soit, cet effacement qui a pu apparaître aux paysans comme un élan vers la liberté peut être tout aussi bien interprété après coup par l’historien comme un facteur d’appauvrissement, une perte de dynamisme, la disparition d’un élément de cohésion dans la société villageoise.
  2. Appauvrissement et sclérose au demeurant, on l’aura compris par ce qui précède, ne sont pas exclusifs de remaniements. La société villageoise se recompose et d’une certaine manière se renforce par l’activation de solidarités nouvelles dans la recherche de nouveaux équilibres. Mais c’est au seul niveau des possédants ; le regroupement des patrimoines et l’émiettement de la toute petite propriété laisse pour compte un grand nombre de pauvres acculés à la misère et forcés au départ5. Qui plus est, du consulat au syndicat, la progressive mutation des institutions villageoises s’accompagne de la restriction de la participation populaire et exprime bien ce resserrement des élites autour du pouvoir et de la richesse. Doit-on pour autant associer ces reclassements sociaux à de nouvelles formes d’exploitation du terroir ? Déjà les conflits entre les paysans et les éleveurs sont nombreux et la menace des nourriguiers étrangers au village clairement perçue dans une zone pourtant où l’économie pastorale n’est vraiment active que sur les rives les plus occidentales de l’étang de Berre, sur les « coussous » de la Crau.

6En réalité, cette histoire n’est pas linéaire et on ne peut parler de mouvement continu de mise en valeur du terroir. Pertes et gains s’équilibrent dans ce pays de colonisation agraire toujours précaire et soumise à la mauvaise conjoncture du Moyen Age finissant. De plus, assiste-t-on au recul à cette époque de l’exploitation paysanne face aux empiètements du pouvoir comtal qui impose son monopole de la vente du sel. Il faut donc bien se garder d’associer trop automatiquement l’appropriation des richesses par la communauté paysanne au progrès dans l’élaboration des pratiques communautaires. Il me paraît toutefois important de souligner cette redistribution des forces et des pouvoirs qui culmine dans la prise de pouvoirs par un petit groupe de nantis.

L’histoire du village au xive siècle est très largement celle des pouvoirs au village

7Sans avoir le loisir de développer chacun d’eux, j’ai voulu pourtant organiser la réflexion autour de trois thèmes :

1. L’action du pouvoir souverain

8Il y a là un progrès particulièrement sensible dans une région où l’emprise comtale est faible et récente. C’est le pays des terres « adjacentes » de l’archevêque d’Arles et des terres « baussenques ». A partir de leur capitale proche d’Aix-en-Provence, les comtes mènent une action continue et opiniâtre, depuis la création d’une modeste bourgade en 1226 à l’Ile Saint-Geniès, mais c’est un poste clé à l’entrée de l’étang — jusqu’à la création d’une vicomté en 1471, regroupant tous les pays de l’étang de Berre, prélude à la principauté du xvie siècle, la plus belle de Provence.

2. L’approfondissement de l’action communautaire

9C’est un mouvement qui vient de loin et que les crises accélèrent. Le progrès ne s’accompagne pas forcément de la multiplication des signes tangibles du pouvoir communal mais les coutumes anciennes sont enregistrées. De nouvelles s’y ajoutent pour imposer la justice locale, la répression des fraudes, la police des marchés, l’extension de pouvoirs champêtres dont la cour et le conseil se partagent les amendes. Et surtout, sous la pression de la nécessité et sous le poids des dépenses de guerre dans la seconde moitié du xive siècle le passage d’une fiscalité communale occasionnelle et toujours légère à celle, massive et régulière qui prend pour modèle l’exploitation oppressive de l’administration centrale.

3. L’émergence, enfin, d’une bourgeoisie de village, dans la frange haute de la société villageoise

10Cet élargissement de l’action communautaire en même temps que l’appauvrissement et la sclérose du tissu social ouvrent le champ libre aux entreprises d’un petit groupe de possédants, placés tout en haut de l’échelle des fortunes paysannes. Un groupe, au conseil et ailleurs, qui dispose maintenant de pouvoirs singulièrement étendus pour combler le vide laissé par la faiblesse et l’absentéisme seigneurial. C’est au niveau des anciennes familles et des véritables chefs de clans que se renforce la pratique des indivisions et des alliances. La gestion du village passe par celle de leurs intérêts propres, toujours prioritaires, les mêmes hommes se renouvelant sans fin au conseil. Je terminerai en remarquant que la structure même de leur fortune dans sa diversité accompagne l’adaptation continue aux formes nouvelles de la richesse : propriétaires fonciers, négociants en cabotage ou en navigation au long cours, ils sont fermiers des pêcheries royales quand celles-ci rapportent gros dans le premier tiers du xive siècle, éleveurs et bouchers lorsque à la fin du siècle l’activité pastorale devient prépondérante. Leurs enfants se marient entre eux pour former rapidement un groupe fermé. Et c’est bien sûr dans la clientèle comtale ou ducale que prospèrent ces oligarchies locales. Fournisseurs et fermiers du comte, ils en sont aussi au conseil les interlocuteurs naturels quand leur mémoire collective sollicitée par les enquêtes administratives et largement fabriquée, préside pour partie aux destinées du village.

Conclusions

  • 6 Dans le même recueil, l’image parfaitement contraire que donne A. Derville, « Les communautés de l (...)

11Une monographie ne doit pas faire perdre de vue l’ensemble provençal, voire méditerranéen. Il m’a semblé qu’en dépit des différences de rythmes aisément perceptibles même à l’échelle réduite d’une petite région, se dessinait un mouvement d’ensemble : l’individualisation progressive du castrum. Présenter un schéma chronologique trop rigide comporterait inévitablement une grande part d’artifice. Il apparaît pourtant que le xive siècle dans sa seconde moitié a joué un grand rôle dans cette maturation progressive qui mène le village, création médiévale de la simple existence matérielle, à un système institutionnel où la communauté d’habitants forme la véritable armature de la vie paysanne. Un système où les mécanismes socio-économiques isolent un noyau dur dominant qui confère au village une cohésion nouvelle tout en servant aussi de relais ou de médiation à l’action du pouvoir souverain toujours plus conquérant dans cette région, le tout préparant les soumissions plus strictes des temps modernes6.

Notes

1 La présentation du milieu naturel a été faite lors des Journées de Flaran par projections de diapositives. La figure 1 a seulement un caractère de schéma mémotechnique.

2 A comparer avec profit aux échelles chronologiques des archéologues du village provençal. Dans les phases successives d’encellulement, aux temps des créations frustes succède entre le xiie et le xiiie siècle celui des installations plus élaborées. G. Demians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers, Paris, 1980.

3 L’expérience comtale manque d’échouer face à la détermination des Marseillais, de l’archevêque d’Arles et des sires de Baux, vers 1230. E. Baratier. « La fondation de l’Ile Saint-Geniès, xie-xiiie siècle », dans Provence historique, 1964, p. 26-40.

4 Evolution que souligne le vocabulaire juridique opposant les privati, résidents à l'abri de l’enceinte, aux extranei et aux forestieri, gens des écarts — que refoule maintenant la communauté.

5 Là encore le vocabulaire est révélateur dans la mise en place de nouvelles et soigneuses titulatures et hiérarchies villageoises. La création même des confréries, contemporaine d’un abandon des formes traditionnelles de la charité, est en soi plutôt le signe du fractionnement que de l’entraide. Y. Grava, « Assistance et solidarités collectives. Les mutations du xive siècle à Martigues », à paraître dans Provence historique, Congrès de la Fédération historique de Provence à Martigues, 1981. A noter pourtant que l’exemption fiscale en faveur des plus pauvres fonctionne alors comme une forme nouvelle d’assistance.

6 Dans le même recueil, l’image parfaitement contraire que donne A. Derville, « Les communautés de la Flandre wallone d’après les enquêtes fiscales (1449-1549) » d’une société sans chef ni pouvoir, baignant dans une sorte d’innocence primitive amène à s’interroger au travers de réalités aussi éloignées sur les différences d’organisation et de sociétés villageoises au nord et au sud de l’Europe. Sans sous-estimer la personnalité d’un isolat flamand, la force, l’ancienneté (le « municipe ») des liens communautaires et leur expression dans les pays méridionaux ne plaident-elles pas pour ces différences ? La vicinia, sous des formes et des graphies diverses, saisine collective sur le terroir par la communauté des voisins (P. Ourliac), est à juste titre revenue souvent dans les interventions. Sur ce sujet, on relira avec profit le gros article de P. Toubert, « Les statuts communaux et l’histoire des campagnes lombardes au xive siècle », dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1960.

Notes de fin

1 Les limites de cet article dispensent l’auteur de donner toutes ses références et confèrent nécessairement à cet exposé le caractère de propositions plus que de démonstrations appuyées sur des exemples.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Presses universitaires du Midi, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter