Version classiqueVersion mobile

Les communautés villageoises

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les communautés rurales en Catalogne et dans le pays valencien (ixe-milieu xive siècle)

Pierre Bonnassie et Pierre Guichard

Texte intégral

1Traiter dans un même rapport des communautés rurales catalanes et de celles du pays valencien peut paraître contestable. D’abord la documentation diffère dans les deux régions : alors que les archives catalanes possèdent une grande abondance de chartes pour les ixe-xe siècles et plus encore pour les xie-xiie siècles, l’histoire Valencienne en est réduite pour ces périodes aux maigres allusions que lui procurent les chroniques et aux informations aléatoires que peuvent fournir la toponymie et l’archéologie. D’autre part, les deux sociétés elles-mêmes paraissent s’opposer : société chrétienne d’un côté, musulmane de l’autre. Même après la conquête de Valence, les problèmes ne sont pas ici et là exactement semblables : celui, par exemple, du sort réservé aux communautés musulmanes soumises, essentiel en pays valencien, ne se pose que marginalement en Catalogne.

2Pourtant il nous a semblé qu’un lien existe entre ces deux histoires. Un même problème majeur en effet les sous-tend : celui des conséquences qu’a eues l’instauration d’un régime de type féodal — ou, si l’on préfère, « seigneurial » — sur la vie des communautés qui lui préexistaient. Régime apparu plus tôt en Catalogne, dès le xie siècle, à la suite d’un processus d’évolution — ou plutôt de révolution — interne ; importé au xiiie siècle en pays valencien par la conquête chrétienne.

I. Les communautés villageoises catalanes

A. Les communautés à l’âge pré-féodal (ixe-xe-début du xie siècle)

1. Les communautés montagnardes

  • 1 Sur la toponymie des hautes vallées catalanes, voir les nombreux et importants travaux de J. Corom (...)
  • 2 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe et à la fin du xie siècle, t. I, Toulouse, 1975, p. 86- (...)

3Pour remonter aussi loin que possible dans le passé des communautés rurales catalanes, c’est en montagne qu’il faut se rendre, dans ces hautes vallées pyrénéennes qui, depuis un temps immémorial, semblent — je dis bien « semblent » — avoir vécu une histoire immobile. Là, habitant des villages dont les noms majoritairement pré-indo-européens traduisent l’ancienneté1 et dont les sites n’ont pas varié depuis leurs plus anciennes attestations au début du ixe siècle2, vivent des populations chez lesquelles il est assurément possible de relever de fortes habitudes de vie collective. Sur celles-ci, la documentation — particulièrement celle des riches archives de la Seu d’Urgell — permet de jeter quelque éclairage.

  • 3 Ces actes sont aujourd’hui publiés : C. Baraut, Les actes de consagracions d’esglésies del bisbat (...)
  • 4 Exemple : C. Baraut, Les actes..., no 13 : Veniens venerabilis Nantigisus pontifex in villa vocita (...)
  • 5 C. Baraut, Les actes..., nos 1 (Lillet, 833), 4 (Campelles, 857), 5 (Saldes, 857), 6 (Gréixer, 871 (...)
  • 6 Ibid., no 26 (913).
  • 7 Ibid., no 12 (899).
  • 8 Ibid., no 4 (Campelles, 857).
  • 9 Cette situation a pu se prolonger exceptionnellement jusqu’au début du xiie siècle : ainsi à Santa (...)

4Les actes au travers desquels les communautés villageoises apparaissent le plus clairement sont les actes de consécration d’églises paroissiales : on en conserve, pour le diocèse d’Urgell, dix pour le ixe siècle, vingt-huit pour le xe3. Il est manifeste en effet que, dans bien des cas, la construction du sanctuaire fut l’œuvre collective des paysans du lieu, qualifiés par les textes de fundatores ou d’edificatores, et que la dédicace elle-même eut lieu à leur seule initiative4. C’est d’eux que l’évêque reçoit l’église, ce sont eux qui la dotent, eux encore qui souscrivent l’acte de consécration : 6 chefs de famille à Lillet et Campelles, 9 à Ardovol, 14 à Saldes et Frontanyà, 16 à Greixer, 18 à Estoll, 22 à Canalda, 31 à La Quar5. Quelquefois, la liste des habitants fondateurs n’est pas donnée, mais — et c’est tout aussi intéressant — leur communauté est désignée d’un mot : c’est la plebs ou le populus : à Saillagouse par exemple, la plebs abitancium in Salagosa6 ; à Corbera, le populus habitancium in dicta parrochia, ecclesiam fundatores7. En contrepartie de son œuvre de dévotion, la communauté peut recevoir elle-même le patronage de l’église, en particulier le droit de choisir le desservant : abeant potestatem ipsi homines qui ipsa ecclesia edificaverunt ad clericum elegendum8. Dans ce cas, le groupe villageois est propriétaire des dîmes, qu’il verse d’ailleurs lui-même : il est seulement astreint par l’évêque à en répartir le revenu selon les règles canoniques9.

  • 10 Arxiu de la Corona d’Aragó, Pergamins, Berenguer Ramon I, no 22 (1019).
  • 11 C. Baraut, Les actes..., nos 9, 10, 21.
  • 12 R. d’Abadal, Les comtois de Pallars i Ribagorça, Barcelone, 1955, vol. Il, no 297, p. 441-442 (995 (...)
  • 13 C’est l’erreur de A. Barbero et M. Vigil, La formación del feudalismo en la Península ibérica, Bar (...)
  • 14 Etude juridique et ethnologique de ces droits d’usage à partir de l’exemple du Capcir : L. Assier- (...)
  • 15 Exemple : plaid de 987 entre les villageois de Gombreny et le monastère de Sant Joan de les Abades (...)

5La propriété indivise de l’église paroissiale peut donc apparaître comme une première forme de possession communautaire : l’église, est-il dit parfois expressément, est l’alleu des habitants10. Peut-on discerner d’autres types de biens collectifs ? C’est certain et les actes de consécration offrent encore sur ce point un témoignage intéressant : il arrive en effet qu’ils distinguent, dans la dotation de l’église paroissiale, des biens donnés individuellement par certains des propriétaires du terroir et des biens cédés collectivement : nos omnes donamus..., nos circummanentes donamus11... L’existence de ces biens communaux est d’ailleurs prouvée par d’autres types de documents, en particulier certaines notices de procès12. Pourtant on aurait tort de généraliser et de croire à une prédominance de l’appropriation collective du sol13 : dès le ixe ou le xe siècle (et sans doute bien avant), la propriété individuelle, dans sa définition romaine, est la forme de loin la plus répandue de détention des biens immobiliers, du moins dans les zones d’habitation et de culture. Par contre, ce que possèdent en indivis les communautés, ce sont des droits sur les vacants — bois, friches, pâturages d’estives — qui, en ces régions de montagne, représentent une étendue considérable. Ces biens relèvent du domaine public, donc de la souveraineté du comte, mais les communautés en ont généralement l’usage ou, plus précisément, pour utiliser le terme catalan, l’« emprise » — adimparamentum, ademprivum, empriu : droit de parcours, de cueillette, de coupe de bois, de pacage des animaux14. Et, lorsqu’à l’occasion ce droit leur est contesté, par exemple par un monastère, les communautés n’hésitent pas à se défendre devant les tribunaux publics15.

  • 16 C. Baraut, Els documents dels anys 981-1010 de l’Arxiu Capitular de la Seu d’Urgell, dans Urgellia (...)
  • 17 A.C. Urgell, Cart. I, nos 492, 924, 925, et P. Bonnassie, La Catalogne..., t. I, p. 311-312.
  • 18 Arxiu de la Corona d’Arago, pergamins sense data, R. Ber. I, nos 183, 185. Texte de ces deux serme (...)
  • 19 P. Bonnassie, La Catalogne..., t. I, p. 158-160.
  • 20 Ibid., t. I, p. 309-310. Le rôle des boni homines est d’ailleurs déjà évoqué par la loi wisigothiq (...)

6Avec ces interventions en justice des collectivités villageoises, nous abordons un autre problème : celui de leur identité juridique et de leur place dans les structures socio-politiques. Il est très difficile de savoir dans quelle mesure elles ont bénéficié — et depuis quelle époque, et pour combien d’entre elles — d’un statut dérogatoire du droit public. Les franchises, dans ces régions de haute Catalogne, ne sont connues que par des allusions et dans des documents tardifs, en tout cas postérieurs à l’an 1000 : ainsi celles des habitants de l’Andorre sont-elles évoquées d’un mot, sans plus, dans un texte de 100316 et celles d’autres communautés, beaucoup plus restreintes, dans divers actes du xie siècle17. Il semble pourtant que, dans leur très grande majorité, les villageois soient soumis aux règles normales du gouvernement des hommes libres et relèvent ainsi soit directement des comtes (dans les domaines du fisc), soit de ses agents — vicomtes et viguiers —, soit encore des abbayes immunistes. Cette obédience peut se marquer par la prestation d’un serment de fidélité collectif18. Elle se définit concrètement par le versement d’un cens — assez analogue au tributum soli aragonais ou fodrum italien — et surtout par la prestation du service militaire19. Car ces paysans sont aussi des combattants qui participent, semble-t-il, activement à la défense des comtés. En contrepartie de ces obligations, les communautés jouissent d’une large autonomie de gestion. Leurs affaires internes sont du ressort des notables du village, de ces boni homines, dont la présence est attestée dès les premiers documents qui nous soient parvenus : auxiliaires de justice, arbitres, experts, ils apparaissent comme les régulateurs des rapports sociaux au sein du groupe paysan20.

  • 21 En 905 par exemple, l’acte de consécration de l’église de Frontanyà applique le nom de boni homine (...)
  • 22 Exemples de dépossession complète : Udina, El archivo condal..., no 38 (913) ; ibid., app. 1, doc. (...)
  • 23 C. Baraut, Els documents..., Urgellia, III, no 286.

7Il ne faudrait pourtant pas voir dans ces premières communautés des sortes d’Arcadies ou de républiques égalitaires. Dès le ixe siècle, les clivages sociaux y sont très marqués, qui pour l’essentiel différencient les familles des boni homines du reste des paysans21. Surtout les communautés ont à faire face à des atteintes de plus en plus graves de l’aristocratie laïque et ecclésiastique sur leurs biens et leurs droits propres. Ces empiètements ne cessent de s’aggraver, principalement au xe siècle, et peuvent aller jusqu’à une dépossession complète.22 D’où déjà de vives ripostes de la part de certaines communautés qui parfois entrent en rébellion ouverte : c’est le cas des habitants de l’Andorre contre lesquels le comte Borrell se défend par la construction d’un château, château que les Andorrans enlèvent de vive force et occupent pendant de longues années23. Simple avant-goût des luttes sociales du xie siècle.

8Enfin, pour autant que ces communautés donnent de multiples preuves de dynamisme, il ne faudrait pas conclure qu’elles se trouvent à l’abri du besoin. Bien au contraire, la plupart d’entre elles semblent plongées dans une profonde misère : misère due au surpeuplement, à l’isolement, à l’exiguïté des terres cultivables, à la précarité de l’outillage agricole. C’est d’ailleurs cette détresse qui poussa les habitants des hautes vallées à entreprendre, au péril du danger, la colonisation du bas pays, laquelle résulta donc d’abord d’un exode de la faim.

2. L’expansion jusqu’au début du xie siècle : le premier âge des franchises

9A priori, le mouvement de colonisation ne se prêtait guère, au moins en ses débuts, à la constitution de communautés villageoises dans les zones repeuplées. Il s’opéra en effet, pour l’essentiel, en ordre très dispersé : il fut le plus souvent l’œuvre de jeunes hommes, de jeunes couples quittant, isolément ou par tout petits groupes leurs villages d’origine pour tenter leur chance sur les terres quasi désertes qui s’étendaient au pied des montagnes. La résultante, dans l’ordre des structures agraires, en fut l’hégémonie de la micro-propriété paysanne, elle-même née du droit d’aprision qui accordait la libre disposition du sol à qui l’occupait, le mettait en culture et, pendant trente ans, en assurait l’exploitation continue. Sur le plan de l’habitat, ce mouvement se traduisit tout aussi fréquemment par un phénomène de dispersion en hameaux ou en fermes isolées que par la création de véritables villages.

10Pourtant, la nécessité de faire face au danger musulman (très pressant jusqu’à la fin du xe siècle), l’extrême dureté des conditions d’existence, la multitude des obstacles rencontrés dans le combat contre une nature difficile amenèrent les hommes à se regrouper et à s’entraider.

  • 24 J.M. Font Rius, Cartas de población y franquicia de Cataluña, t. I, Barcelone, 1969 no 5.
  • 25 Ibid., no 10.
  • 26 M. del C. Carlé, Del concejo medieval castellano-leonés, Buenos Aires, 1968, p. 33-42 ; Cl. Sanche (...)

11L’organisation de défenses collectives est attestée par certains documents de la fin du xe siècle. En 954, par exemple, à Freixà, sur la frontière occidentale, quinze chefs de famille entreprennent ensemble — in communo, dit le texte — la construction d’une tour24. En 990, c’est l’ensemble des habitants de Ribes, en Pénédès, qui reçoit de l’évêque la possession du castrum du lieu et la responsabilité de sa défense : donamus namque vobis predictum castrum25... Il ne fait aucun doute que, jusqu’aux premières années du xie siècle, les communautés villageoises aient joué — comme les concejos castillo-léonais26 — un rôle capital dans la protection militaire du pays, tantôt en l’assumant de manière pratiquement autonome (comme dans les deux cas cités ci-dessus), tantôt — le plus souvent — en y concourant sous la direction des autorités régulières.

  • 27 P. Bonnassie, La Catalogne..., I, p. 461.
  • 28 Ibid., p. 466-469 ; A.C.A., perg. Ber. Ram. I no 30.

12Mais c’est dans l’ordre économique que se manifeste le plus clairement l’action des communautés de colons. Celle-ci peut déjà se lire dans certaines entreprises de défrichement collectif qui, même si elles sont restées rares, sont cependant significatives. Elle se marque surtout, cette fois très clairement, dans la création des infrastructures techniques nécessaires à la mise en valeur des terroirs. Ce rôle fut, en particulier, décisif dans les travaux d’aménagement hydraulique, qui seuls pouvaient permettre l’essor de la production agricole. Les premiers moulins furent assurément de construction paysanne et, vers l’an 1000 encore, beaucoup d’entre eux étaient possédés en copropriété par des groupes de paysans alleutiers27. Il en était de même des conduites d’eau qui, alimentées par les réserves de ces moulins, arrosaient les cultures pratiquées à l’aval. Mais certaines communautés villageoises firent plus encore et parfois créèrent de véritables réseaux d’irrigation. C’est ce que nous montre, par exemple, un contrat de 1020, par lequel un groupe de huit chefs de famille d’un hameau du Vallès achète à la comtesse Ermessend l’eau de plusieurs torrents dans le but d’alimenter le canal qu’il projette de creuser28. Cet acte montre à lui seul que les collectivités villageoises, loin de se complaire dans la routine qu’on invoque trop souvent à leur sujet, étaient capables non seulement d’inventer des solutions de progrès, mais aussi d’épargner sur les fruits de leur travail et d’investir cette épargne commune dans des équipements productifs.

  • 29 A.C.A., perg. Ram. Borrell, no 104.

13Le rôle moteur que jouent ainsi les communautés paysannes dans le développement des forces productives se reflète enfin dans l’organisation des pouvoirs. Les comtes — et particulièrement les comtes de Barcelone — s’appuient sur elles tant pour résister à la menace musulmane que pour contenir les ambitions de l’aristocratie. Ils sont très attentifs à leurs requêtes ou à leurs doléances et accueillent volontiers leurs représentants dans les audiences du palais comtal. On peut même voir tel comte — en l’occurrence Raimond Borrell — accepter de laisser débattre d’une action intentée contre lui-même par des paysans du Vallès et reconnaître magnanimement, devant son propre tribunal, que le droit est de leur côté29. On constate donc, au moins jusqu’au premier tiers du xie siècle, une alliance étroite entre le pouvoir comtal et les communautés villageoises et celle-ci trouve son expression la plus éclatante dans les chartes de franchise.

  • 30 Cette étude a été publiée depuis la rédaction de ce rapport. Elle constitue le tome II de l’ouvrag (...)
  • 31 J.M. Font Rius, Cartas... I, no 15. Voir aussi Cartulario de Sant Cugat del Vallès, éd. J. Rius Se (...)
  • 32 J.M. Font Rius, Cartas..., I, no 7.

14Pour le bas pays catalan, c’est-à-dire principalement le comté de Barcelone, celles-ci nous sont parvenues. Récemment éditées, leur étude est en cours30 : il ne saurait donc être question ici de les évoquer longuement. Disons simplement que leur origine remonte aux premiers temps de l’occupation du pays et que les libertés qu’elles stipulent ont été fermement maintenues pendant tout le ixe et tout le xe siècle. Leur contenu s’est seulement précisé et élargi au fil des ans. Certes, beaucoup de leurs clauses s’adressent spécifiquement aux habitants des villes, mais il en est aussi qui concernent au premier chef les ruraux. Parmi celles-ci doit être mise particulièrement en évidence la garantie solennelle des droits collectifs d’usage des biens considérés comme publics : « les pâturages et les bois, les eaux courantes et les sources, les entrées et sorties de tous les espaces qui relèvent du droit desdites franchises, ayez-les librement et pour cela ne faites aucun service, ne versez aucun cens ni à nous même ni à aucun autre homme31 ». Enfin, le principe de base de ces privilèges est de placer les communautés franches sous l’autorité directe du comte, de les immédiatiser, particulièrement en matière judiciaire. Cette immunité — le mot est expressément prononcé dans la charte de Montmell de 97432 — ainsi accordée aux collectivités villageoises les place théoriquement à l’abri de toute contrainte de type seigneurial.

B. Les communautés dans la crise féodale

1. L’assaut contre les franchises

15Il est donc logique que l’avènement du régime féodal en Catalogne se soit manifesté avant tout sous la forme d’un assaut généralisé de l’aristocratie contre les franchises villageoises et, plus largement encore, contre toutes les libertés paysannes.

16Cet assaut, événement majeur de l’histoire sociale du xie siècle, se préparait en fait de longue date. Il était annoncé dans le processus de concentration du sol qui, durant tout le xe siècle, avait fait passer dans le patrimoine des monastères et des lignages nobiliaires une masse considérable d’alleux paysans. Il était aussi sans doute inscrit dans la transformation des techniques de combat qui privilégiaient désormais de plus en plus le guerrier à cheval par rapport au fantassin et tendaient à rendre dérisoires les pauvres armes des paysans. Ainsi, en dépit du rôle moteur qu’elles jouaient dans le développement économique du pays, les communautés villageoises se trouvaient dans un rapport de force de plus en plus défavorable. Leur affaiblissement, dès la fin du xe siècle, est patent. Pour prendre une dernière fois l’exemple des consécrations d’églises dans le diocèse d’Urgell, on trouve au ixe siècle, sur 10 églises nouvellement consacrées, 9 églises de fondation villageoise ; dans la première moitié du xe siècle, 6 sur 18 ; dans la deuxième moitié 1 sur 10. En moins de deux siècles, les lieux de culte sont donc passés dans leur quasi-totalité du pouvoir des communautés villageoises dans celui des grands lignages et des abbayes.

17Ce déclin est-il général ? Pas exactement. Dans les zones franches du sud et de l’ouest du pays, les communautés résistent mieux et ont même, encore au début du xie siècle, très fière allure. Mais elles doivent ce sursis à la protection jalouse dont les entoure l’autorité comtale. Que celle-ci chancelle et c’en sera fait de leurs pouvoirs et de leurs libertés.

  • 33 A.C.A., perg. sense data, Ram. Ber. I, no 38 (acte édité par F. Carreras Candi, Lo Montjuich de Ba (...)
  • 34 A.C.A., perg. sense date, Ram. Berg. I, nos 33 et 34 ; P. Bonnassie, La Catalogne..., II, p. 612-6 (...)

18La révolution féodale — appelons ainsi, pour simplifier, la prise de commandement brutale et généralisée de l’aristocratie châtelaine —, qui fait rage en Catalogne durant les années 1030-1060, comporte donc deux aspects majeurs et étroitement liés. D’une part, contestation par les armes du pouvoir comtal. D’autre part, démantèlement des franchises villageoises. Ces deux aspects sont particulièrement mis en valeur dans le plaid solennel qu’intente, en 1052 ou 1053, le comte Raimond Bérenger Ier de Barcelone au chef des barons révoltés, Mir Géribert : procès par contumace puisque l’accusé, qui tient à cette date toute la partie occidentale du comté sous sa domination, est bien entendu hors d’atteinte. Ce qui est reproché en premier lieu au magnat rebelle et à ses hommes, ce sont les méfaits opérés à l’encontre des communautés franches (omnia malefacta que predictus Miro et sui homines fecerunt in iamdictis franchedis), méfaits sur lesquels le texte nous renseigne : le Vallès et le Pénédès furent soumis à un régime de terreur, des villages brûlés, leurs habitants passés au fil de l’épée33. A la même époque ou peu après, le Pallars connut les mêmes atrocités : là encore, les documents égrènent une longue litanie de tueries, de pillages et d’incendies34.

19Le résultat de ces insurrections nobiliaires — qui, sous diverses formes, s’étendirent sur plusieurs décennies — fut une transformation complète des rapports sociaux. De fait, elles se terminèrent toujours par un compromis avec le comte. L’autorité de celui-ci fut à nouveau reconnue, mais sur de nouvelles bases, de caractère franchement féodo-vassaliques. Mais nulle part le démantèlement des franchises villageoises ne fut remis en cause. Partout le village fut soumis au château. Le ban seigneurial s’appesantit sur les anciennes communautés franches, avec son accompagnement d’exactions, de mauvais usages, de toltes, d’acaptes, de restrictions à la liberté des mariages et au droit de libre disposition des biens. Un processus d’asservissement commençait, qui devait marquer l’histoire d’une grande partie de la population rurale catalane pendant quatre siècles.

2. Les essais de résistance et leurs résultats

20Face à ces agressions, la paysannerie ne resta pas sans réactions et celles-ci sont d’autant plus intéressantes à observer que les structures de résistance alors mises en place contribuèrent largement à modeler le futur visage des communautés villageoises.

  • 35 A.C. Urgell, Cart. I, no 504.

21A la violence nobiliaire dut répondre, au moins sporadiquement, une contre-violence paysanne. Le fait est certain en Andorre où les communautés parvinrent, en s’y opposant par les armes, à échapper aux sujétions qui les menaçaient35. Il est très vraisemblable en Vallès et Pénédès car on ne s’expliquerait pas sans cela les raisons de la répression sanglante dont ces régions furent l’objet.

  • 36 K. Kennelly, Sobre la paz de Dios y la sagrera en el condado de Barcelona, dans Anuario de Estudio (...)
  • 37 L. Musset, Cimiterium ad refugium tantum vivorum non ad sepulturam mortuorum, Revue du Moyen Age l (...)
  • 38 K. Kennelly, art. cit., p. 133-135.

22Pourtant la résistance paysanne prit le plus souvent la voie de la non-violence. Pour l’essentiel, elle s’intégra dans le mouvement de Paix et Trève de Dieu, dont elle fut ici l’un des ferments majeurs. Parmi les multiples formes que prit ce mouvement, l’une est sans doute à examiner de plus près car elle influa fortement sur l’histoire des villages catalans : tant sur l’histoire de leur organisation sociale que sur celle de leur topographie. Il s’agit de la création des sagreres36. On appelle sagrera (lat. sacraria) l’espace protégé immédiatement attenant à l’église paroissiale : espace circulaire d’un rayon de trente pas, exceptionnellement de soixante pas. Cet espace bénéficie des privilèges attachés à l’église : droit d’asile et inviolabilité. Il jouit en particulier, et de la manière la plus explicite, de toutes les protections dont les Assemblées de Paix entourent les biens ecclésiastiques. Il s’agit en quelque sorte de sauvetés avant la lettre : sauvetés de superficie minuscule, mais très peuplées, voire surpeuplées. La création des sagreres entraîna en effet une contraction spectaculaire de l’habitat villageois qui vint se blottir contre l’église. Ce phénomène, dont on trouverait un parallèle exact dans la fondation des cimetières habités de la France de l’Ouest37 peut être assez bien daté : si certaines mentions (douteuses) de sagreres apparaissent dès le xe siècle dans la région de Vic, l’immense majorité d’entre elles naquit au temps des troubles et en réponse à ces troubles (c’est en 1034, par exemple, que le mouvement démarre dans le comté de Barcelone)38.

23Quelle fut l’efficacité de telles protections ? Dans bien des cas, elle fut illusoire. La menace des sanctions spirituelles n’arrêta pas les exactions. Pire encore, certains barons choisirent de préférence les jours consacrés à la Trêve pour opérer leurs agressions pour profiter de l’effet de surprise. Et leurs objectifs de pillage privilégiés furent les sagreres où les paysans resserraient leurs provisions. Ainsi voit-on agir, par exemple, Artal de Pallars et ses cavaliers, dont, par chance, un texte nous retrace les hauts faits :

  • 39 A.C.A., perg. sense data, Ram. Ber. I, no 34.

... fregit tregua Domini ad Mala, ad Enesess..., ad Corroncui, ad Adonz... ; fregit tregua Domini ad Puio Manions, que suas manus proprias occisit ibi homines ; ad Torella, per tregua Domini, fregit ipsos sacrarios ; ad Agremont, in tregua Domini, fregit sacrarios ; fregit tregua Domini ad Claverol ; fregit tregua Domini et sacrarios ad Segun, fregit tregua Domini et sacrarios ad ipsa serra de Claverols ; fregit tregua Domini et occisit homines ad ipsa Petra ; fregit tregua Domini ad Espillos, ad Clareto, ad Anuu, per multas vices ; fregit tregua Domini et sacrarios ad illo Midiano ; ad Olb, accepit homines et preda ; cavalcavit ad Siarp et fregit sacrarios ; ad Saort fregit sacrarios ; ad Badanui occisit homines et fregit sacrarios ; ad Ssars aprehendit preda multas vices... ; ad Gramened occisit homines suas proprias manus ; sui homines aprehenderunt uno homine de Sancta Maria de Mur et tulerunt ei omnia et fecit ilium redimere... ; fregit tregua Domini de Castellaz et sui homines occiserunt uno homine in tregua Domini... ; in tregua Domini aprehendit captivos et preda ad Liminiana..., etc., etc.39.

  • 40 F. Carreras Candi, art. cit., app. XIX.

24Ce comportement n’est pas isolé. En Vallès et Pénédès par exemple, Mir Géribert et ses hommes s’en prirent tout aussi allègrement aux sagreres qu’ils pillèrent et incendièrent40.

25Pourtant, même si en aucun cas il ne put contrecarrer l’avènement du féodalisme et l’imposition des mauvais usages, le mouvement de résistance paysanne ne fut pas entièrement négatif. La Paix de Dieu, institutionnalisée, devint la paix du comte. D’autre part, les sagreres subsistèrent et s’imposèrent même, de la fin du xie au xiiie siècle, comme structures de base de bien des communautés.

C. Les communautés villageoises au temps du féodalisme triomphant (fin xie-fin xiiie siècle)

  • 41 Cette thèse a été développée pour la première fois par le jurisconsulte Socarrats (Ioannis de Soca (...)
  • 42 Les premières objections ont été formulées par l’historien russe Piskorski (W. Piskorski, El probl (...)

26Au moment d’aborder l’histoire des communautés villageoises aux xiie-xiiie siècles, il convient de lever une hypothèque d’ordre historiographique. Depuis des temps extrêmement anciens (depuis, en fait, le xve siècle), historiens et juristes catalans se sont plu à opposer deux types de paysanneries correspondant à deux aires géographiques différentes : paysannerie asservie en Vieille Catalogne, paysannerie libre en Nouvelle Catalogne41. Ce schéma, déjà contesté à la fin du siècle dernier, doit être aujourd’hui tenu pour faux, du moins sous la forme outrancière sous laquelle il est généralement présenté42. S’il a pu cependant s’imposer si longtemps aux esprits, c’est qu’il se fonde sur une idée juste, à savoir que les populations rurales catalanes ont été soumises aux xiie-xiiie siècles à deux processus d’évolution contradictoires : un processus d’asservissement lié à l’instauration de l’une des formes les plus dures de féodalisme qu’ait connues l’Europe ; un processus d’affranchissement né de la conjoncture particulière créée par la reconquête et le repeuplement. On peut seulement donner acte aux vieux historiens catalans que les contraintes génératrices de servitude ont été plus marquées en Vieille Catalogne alors que les aspirations à la liberté ont eu plus de chances d’aboutir dans la Nouvelle.

1. Les communautés villageoises dans le processus d’asservissement

  • 43 Sur les mals usos : W. Piskorski, ouvr. cit. ; J. Vicens Vives, Historia de los remensas (en el si (...)
  • 44 E. de Hinojosa, El regimen senorial y la cuestión agraria en Cataluña durante la Edad media, Madri (...)
  • 45 Corts de Cervera de 1202 : Ibidem eciam constituit inviolabiliter quod si domini suos rusticos mul (...)

27L’asservissement d’une large partie de la paysannerie catalane constitue la résultante directe de la Révolution féodale du xie siècle. Lorsque en effet les convulsions qui ont marqué celle-ci s’apaisent, lorsque l’imposition du régime seigneurial est définitivement établie, la situation se normalise. Normalisation comme toujours assez sinistre. Les exactions s’institutionnalisent, d’abord sous la forme des ponctions régulièrement opérées sur les ressources paysannes (toltas, questias, forcias,...), ensuite et surtout sous celle des cinq mauvais usages (mals usos) qui définissent la servitude personnelle en Catalogne43. A cela s’ajoute la servitude réelle, liant le paysan à sa tenure, c’est-à-dire bien souvent à l’ancien alleu de ses ancêtres intégré dans une seigneurie. L’attache à la terre se concrétise dans la remensa, c’est-à-dire dans l’obligation pour le paysan de racheter sa tenure en cas de départ. Du début du xiie siècle jusqu’à la fin du xve, hommes et femmes soumis à la remensa et aux mais usos ont ainsi pu être donnés, vendus en tout arbitraire par leur seigneur, avec ou sans leur manse, en tout cas toujours avec les charges — licites et illicites, disent les textes — pesant sur eux : cum questiis debitis vel indebitis et omnibus exactionibus, licitis vel illicitis, gratis vel vi, iuste vel iniuste44. Dans le courant du xiiie siècle, cette situation, doctrinalement justifiée par les légistes, est légalisée par les Corts catalanes qui confirment clairement la pratique du ius maletractandi exercé par les seigneurs sur leurs paysans45.

28Le problème qui nous intéresse ici est de savoir comment ont évolué les communautés villageoises dans ce nouveau climat de servitude.

  • 46 Historia de los remensas..., p. 23.
  • 47 J.P. Cuvillier, Les communautés rurales de la plaine de Vich aux xiiie-xive siècles, dans Mélanges (...)
  • 48 A. Altisent, L’Espluga de Francoli de 1079 a 1200 : un poble de la Catalunya nova els segles XI i (...)
  • 49 P. Freedman, La condition des paysans..., art. cit.

29D’abord quelle fut la proportion des communautés asservies ? La question est difficile. Pour la fin du xive siècle, J. Vicens Vives a estimé que la pagesia de remensa représentait au moins le quart de la population totale de Catalogne46. Il est vraisemblable que cette proportion était supérieure au xiiie siècle, sans qu’il soit possible de fournir un pourcentage même approximatif. En tout cas, à cette époque, communautés asservies et communautés libres coexistaient dans toutes les régions de Catalogne. Dans la plaine de Vic par exemple, au cœur de la Vieille Catalogne, de grandes différences existaient entre les villages dépendant de l’église de Vic qui étaient au moins partiellement libres et ceux qui étaient soumis aux seigneurs laïcs, très rigidement asservis47. Dans la Conca de Barberà, en Nouvelle Catalogne, les villageois de l'Espluga de Francoli (étudiés par Agusti Altisent) semblent avoir été libres dans leur majorité48, alors qu’à six kilomètres de là, ceux de la Guàrdia dels Prats (étudiés par Paul Freedman) étaient tous serfs49.

  • 50 Les communautés rurales..., art. cit., en part. p. 80-82.

30A quoi tiennent ces degrés de liberté et de servitude entre communautés voisines et souvent même ou sein d’une même communauté ? Une étude de J.-P. Cuvillier, portant sur les villages de la plaine de Vic, fournit un élément de réponse50. Il semble en effet que dans cette région — fort représentative puisqu’elle constitue le cœur historique de la Catalogne —, on puisse distinguer deux types de ruraux : d’une part les habitants des mas, isolés sur leurs tenures et soumis (surtout dans les seigneuries laïques) au régime le plus dur ; d’autre part la population concentrée dans les villages et plus spécialement dans le périmètre sacré des églises, qui connaît un sort beaucoup plus clément. En effet, les sagreres, héritières du mouvement de la Paix de Dieu, n’ont pas disparu. Elles se sont même consolidées et elles constituent au xiiie siècle « la clé de voûte des communautés villageoises ». Elles regroupent alors « une sorte d’aristocratie villageoise accumulant privilèges et franchises » et que l’on peut évaluer, dans certains cas, au quart de la population des paroisses. Placés sous la protection des évêques et du chapitre, les habitants des sagreres sont dotés de certaines formes d’administration autonome (ils nomment des représentants qui, par exemple, arbitrent souverainement les conflits relatifs à l’utilisation des eaux) et surtout apparaissent comme les éléments les plus dynamiques tant dans l’aménagement économique (et plus spécialement hydraulique) des campagnes que dans la résistance au régime seigneurial. « Ce sont les sagreres, écrit Cuvillier, qui, dans l’ensemble, inspirèrent jusqu’au milieu du xive siècle l’attitude de résistance au féodalisme laïque qui caractérise la mentalité paysanne de cette partie de la Catalogne. » Ce sont elles qui sont donc souvent à l’origine de ce qu’on peut appeler ici la deuxième vague des franchises, du milieu du xiie au milieu du xive siècle.

2. Les communautés villageoises dans le processus d’affranchissement

  • 51 Ed. J.M. Font Rius, Cartas de población..., ouvr. cit.

31Ces nouvelles franchises présentent un caractère très différent de celles de l’âge pré-féodal51. Celles-ci étaient toujours, par définition, concédées par l’autorité publique (le comte, l’évêque, le vicomte) et avaient pour objet essentiel d’exempter les bénéficiaires des redevances et services de caractère public ; elles concernaient de plus des territoires souvent très vastes (ainsi le comté de Barcelone, presque dans sa totalité). Les franchises des xiie-xiiie siècles peuvent toujours, bien entendu, émaner des comtes (ou, plus exactement, à partir de 1162, des comtes-rois), mais le concédant peut être tout aussi bien un seigneur laïque ou ecclésiastique ; leur finalité principale est l’exemption des servitudes liées au régime seigneurial ; enfin elles concernent des communautés nettement définies. Elles sont accordées en quelque sorte au coup par coup, village par village, terroir par terroir.

  • 52 Ce fut le cas, par exemple, des habitants de Banyoles (dans la région de Gérone) en 1236 (ibid., t (...)
  • 53 Ibid., t. I, no 374, p. 556-558.

32En Vieille Catalogne, la conquête des libertés résulte, on l’a vu, de l’action des habitants des sagreres. Elle s’effectua dans des conditions diverses, variant surtout en fonction du rapport de force existant entre l’autorité ecclésiastique (qui exerçait une sorte de tutelle sur les sagreres) et les seigneuries laïques. Elle put prendre des formes violentes : les habitants se liguèrent parfois en associations jurées, en coniurationes, en confratriae contre leurs seigneurs52. Ces luttes n’aboutirent par ailleurs qu’à des résultats partiels et souvent tardifs. Pour prendre un cas caractéristique, ce n’est qu’en 1342-1344 que les habitants de la sagrera de Sant Hilari Sacalm obtiennent de leur seigneur, Bernard de Gurb, l’abolition des « questes, toltes, services agréables ou forcés, corvées, charrois, courses, messages et autres servitudes », en même temps que celle des banalités du four. Et la garantie des libertés individuelles se limite à l’engagement du seigneur à ne pas capturer d’habitants à l’intérieur du périmètre franc53. C’est déjà beaucoup et cela permet de distinguer fortement la condition des villageois de celle des pageses de remensa qui habitent le reste du district seigneurial.

33En Nouvelle Catalogne, le processus d’affranchissement se présente, en fonction de la conjoncture du repeuplement, selon plusieurs cas de figure.

  • 54 J.M. Font Rius, La comarca de Tortosa a raiz de la reconquista cristiana (1148). Notas sobre su fi (...)

34On peut distinguer d’abord des communautés qui naissent libres. Ce sont celles pour lesquelles la concession de la franchise précède le repeuplement (ayant pour but de le faciliter) et dont le terroir n’est pas inféodé. Emanant directement du comte-roi, la charte de liberté est alors adressée à la communauté des colons elle-même, qui ne relèvera donc que des représentants de l’autorité royale (bayles ou viguiers). Recevant leurs terres soit en alleu soit en censive, les habitants échappent à l’essentiel ou à la totalité des charges habituelles. Il est à remarquer toutefois que le nombre des communautés de ce type ne cessera de décroître par suite des nombreuses inféodations dont sera l’objet le domaine royal dès la deuxième moitié du xiie siècle54.

  • 55 J.M. Font Rius, La comarca de Tortosa..., art. cit., et La reconquista de Lérida y su proyección e (...)

35Les communautés qui se développent dans le cadre seigneurial sont donc les plus nombreuses. C’est au seigneur que sont dévolus les droits publics inféodés : iura regalia, fiscalia, leuda, questias, placita, droits de pêche et de chasse, droits sur les vacants. Ces droits peuvent, même en ces terres neuves, être exercés de manière très coercitive et entraîner pour les paysans certaines formes de servitude. Toutefois les nécessités de la colonisation, le manque de main-d’œuvre jouent en faveur des communautés rurales qui, par ailleurs, sont informées des libertés dont jouissent les habitants des villes toutes proches (Lérida, Tortosa) et réclament que leur soit étendu le bénéfice des franchises urbaines55.

  • 56 La condition des paysans..., art. cit.
  • 57 Très nombreux exemples dans les chartes publiées par J.M. Font Rius, Cartas de población..., ouvr. (...)

36L’émancipation se réalise par deux voies différentes : la première est la reconnaissance d’une personnalité juridique à la collectivité villageoise, la deuxième la libération des mauvais usages. Ces deux types de privilèges sont très distincts. Paul Freedman a bien montré que certains villages ont pu se voir reconnaître une véritable identité collective alors que leurs habitants restent indiscutablement soumis aux marques les plus spécifiques de la servitude56. Inversement, beaucoup de communautés obtiennent l’exemption des exorquias, intestias, cugucias et autres mauvais usages sans pour cela recevoir le moindre embryon d’administration autonome57.

  • 58 J.M. Font Rius, Cartas de población..., t. I, no 185, p. 185 : et ut abeatis ibi cavacequia viccin (...)

37Naturellement pourtant, ces deux formes d’émancipation ont tendu à se rejoindre. Ainsi, au moins au xiiie siècle, on peut penser que la majorité (mais non la totalité !) des paysans de Nouvelle Catalogne bénéficient de libertés à la fois individuelles et collectives. Les premières se marquent par la suppression des corvées et des coutumes infamantes, les secondes par la reconnaissance du libre usage des eaux et forêts, l’abolition d’une partie au moins des banalités et le transfert à la collectivité de certaines compétences judiciaires. De ce dernier point de vue, le seigneur accorde généralement aux habitants le pouvoir de trancher entre eux de certains litiges avant que ceux-ci ne soient portés devant sa cour. Des probi homines peuvent aussi être admis à siéger à celle-ci à côté du bayle seigneurial. Cette justice villageoise semble avoir concerné prioritairement les affaires relatives à l’irrigation et au partage des eaux courantes : en tout cas, dans la région de Tortosa, le premier agent public communal dont le titre nous soit connu est, en 1165, le cavacequia, le garde des eaux de la communauté de Horta58.

  • 59 On trouvera une bibliographie à jour et une excellente étude sur la résistance des communautés mus (...)

38Il resterait, pour en terminer avec ces communautés rurales catalanes, à examiner le cas des rares aljamas musulmanes ayant subsisté après la conquête. En fait la documentation les concernant est assez mince et elles ont été peu étudiées. Comme leur destin n’a guère différé de celui des communautés musulmanes du pays valencien, il convient peut-être de ne pas s’y attarder59.

II. Les communautés rurales du royaume de Valence

39Linguistiquement et, jusqu’à un certain point, géographiquement, la région Valencienne constitue le prolongement méridional des pays catalans. Les huertas côtières de Castellón, Valence, Gandía et une grande partie des zones montagneuses qui les encadrent et contrastent fortement avec elles (Maestrazgo, massif d’Alcoy), ont reçu, depuis la « reconquête » du xiiie siècle, un peuplement chrétien surtout catalan qui, conjugué avec les effets d’un dynamisme économique et culturel supérieur, explique le rattachement linguistique du royaume de Valence à l’ensemble catalan plutôt qu’à l’Aragon, et le fait que l’on parle actuellement le catalan — dans sa variété valencienne — dans la plus grande partie des trois provinces de Castellón, Valence et Alicante qui correspondent à l’ancien royaume de Valence, l’aragonais-castillan se trouvant relégué dans quelques zones intérieures de peu de poids économique et démographique.

  • 60 Voir à ce sujet : Luis Gonzales Anton, Las Uniones aragonesas y las Cortes del reino (1283-1301), (...)

40Initialement, toutefois, c’est à l’Aragon que semblait devoir s’intégrer la région à l’époque de sa reconquête par le roi Jacques Ier dans les années 1230-1245. Si la conquête de Majorque (1228-1230) avait été une entreprise essentiellement catalane, ce sont surtout les Aragonais qui avaient souhaité orienter l’expansion de la monarchie catalano-aragonaise en direction de Valence. C’est la noblesse aragonaise qui participa le plus activement à la conquête et reçut la plus grande partie des seigneuries distribuées par le roi dans les régions nouvellement conquises. Par la suite, et pendant près d’un siècle, les Aragonais ne cessèrent de revendiquer l’application de leur droit « national » dans la zone levantine60. C’est à la volonté personnelle de Jacques I er que l’on doit la création du « royaume de Valence » comme une nouvelle entité administrative et politique, distincte de l’ensemble catalan comme du royaume d’Aragon et contribuant, sur un pied d’égalité avec les deux éléments primitifs de la monarchie, à la constitution de cet Etat original que formait la Couronne d’Aragon. D’emblée, le nouveau royaume fut doté d’un droit propre, très fortement influencé par les tendances romanisantes alors prédominantes, les Furs (fueros) de Valence (1240).

41Dans cet ensemble spécifique, où se mélangèrent et, en un sens, se dénaturèrent en s’unissant, les influences catalanes et aragonaises, la conquête chrétienne laissa subsister un peuplement musulman très important, majoritaire sans doute à l’origine, surtout dispersé dans les zones rurales, les villes et les bourgades concentrant au contraire la majeure partie du peuplement chrétien. Il importe de noter, d’ailleurs, que le terme de « village », au sens ou on l’entend dans la tradition occidentale, correspond assez mal à la réalité médiévale valencienne. L’organisation du peuplement musulman se faisant plutôt sur la base d’un éparpillement en hameaux (alquerías), alors que les Chrétiens tendirent à se regrouper en gros centres de colonisation d’allure souvent presque urbaine. C’est pourquoi on a préféré, dans le titre de cette partie, le terme de « rural » — car c’est bien la terre qui reste la base économique de ces hameaux et bourgades — à celui de « villageois ».

A. Les communautés musulmanes

1. La situation initiale

42Ce qui, dans le panorama social catalan, apparaissait comme un secteur marginal, devient au contraire essentiel à la compréhension de la réalité valencienne. Dans tout le centre et le sud du royaume, l’élément musulman se maintient en grand nombre après la conquête chrétienne. Dans bien des zones rurales, on ne trouve jusqu’à la fin de l’époque morisque aucun peuplement « vieux chrétien ». Il importe donc de connaître la situation de ces paysans musulmans avant leur intégration au royaume chrétien.

  • 61 Voir par exemple les références données dans A.-L. de Premare et P. Guichard, « Croissance urbaine (...)
  • 62 J. Gautier Dalché, Historia urbana de Leon y Castilla en la Edad Media (siglos IXXIII), Madrid, 19 (...)

43Les auteurs qui ont essayé de présenter un tableau de la société rurale dans l’Espagne musulmane ont généralement donné une vision plutôt pessimiste de la condition des masses rurales, que l’on décrit volontiers comme formées principalement de tenanciers assez misérables, économiquement exploités tant par le fisc que par les propriétaires fonciers grands ou moyens, appartenant à l’aristocratie dirigeante et à la bourgeoisie urbaine61. Dans ces conditions, on n’est pas incité à concéder un grand poids à de possibles communautés rurales. Le bref passage que J. Gautier Dalché, n’ayant à sa disposition que les travaux existants, consacre à ce problème, me paraît significatif à cet égard : « Pour mal informé que l’on soit de la vie des campagnes andalouses, écrit-il, on n’y distingue à aucun moment l’existence d’importantes communautés rurales. Les facteurs de cohésion que constituent en Occident la paroisse, les usages communautaires, les relations non seulement économiques mais aussi humaines entre seigneurs et paysans, ne s’y rencontrent pas62. »

  • 63 Exemple de texte sur l’oppression fiscale dans de Premare et Guichard, « Crois«Croissance...», p.  (...)
  • 64 Le Llibre dels feyts ou Cronica de Jacques Ier est publiée dans la « Colleccio popular Barcino », (...)

44Cette absence de témoignages sur l’existence de communautés rurales provient en réalité à la fois de la nature des sources et de l’optique des historiens sans doute trop retenus par l’éclat de la civilisation urbaine andalouse. Les textes arabes n’apportent que très peu de renseignements sur la vie des campagnes à part quelques lamentations stéréotypées des auteurs de l’époque des taifas (xie siècle) sur l’oppression fiscale, et des modèles de contrats agraires conservés dans les formulaires notariaux63. On tend aussi à inférer la situation antérieure à la conquête chrétienne de la condition dépendante des musulmans que l’on constate après celle-ci. La documentation valencienne contemporaine de la grande avancée chrétienne du xiiie siècle — chronique du roi conquérant Jacques Ier et textes des traités passés avec les musulmans64 — fournit au contraire un véritable « instantané », sans doute très partiel mais remarquablement éclairant, sur des communautés rurales extrêmement fortes et cohérentes, les aljamas auxquelles il a été fait allusion à propos de la Nouvelle Catalogne.

  • 65 Voir A. Bazzana et P. Guichard, « Châteaux et peuplement dans la région valencienne », Flaran 1 : (...)

45Le terme même d’aljama évoque sans doute les conseils d’anciens (shuyûkh, que les textes catalans traduisent par vells) ou de notables qui dirigeaient ces communautés et devaient être un peu analogues aux djemaas maghrébines portant le même nom. Les aljamas que nous font saisir les textes, celles dont les représentants négocient souvent directement avec le souverain aragonais les conditions de leur reddition, ne correspondent pas à des « villages », ainsi qu’on l’a signalé plus haut, mais à des districts ruraux relativement vastes formés par plusieurs hameaux (alquerías) groupés autour d’une fortification refuge ou d’un village fortifié de hauteur65. 11 ressort des textes à notre disposition que ces communautés exercent un droit collectif sur l’ensemble des terres du district, ainsi que, dans la plupart des cas, sur la fortification qui en constitue le centre. Il existe bien, surtout aux abords des villes, un secteur de grande propriété foncière, mais il ne paraît pas dominant et ne semble même occuper, dans les zones véritablement rurales, qu’une proportion minime du terroir cultivé. C’est seulement dans les fortifications les plus importantes que l’on trouve un alcaide, officier tenant la place au nom du pouvoir central. Ailleurs, c’est-à-dire dans la plupart des quelque cent cinquante à deux cents districts castraux qui organisent administrativement et sans doute fiscalement les campagnes Valenciennes, on n’aperçoit aucune sorte de pouvoir de type « seigneurial », et les seules autorités coexistant avec l’assemblée des anciens ou des notables sont de nature juridico-religieuse : ce sont les alcadis (juges) et alfaquis (à la fois sans doute juristes, arbitres et maîtres d’école), qui manifestent l’adhésion de ces communautés paysannes aux normes sociojuridiques islamiques.

  • 66 Indications sur cette question dans ma contribution à la récente histoire de la région valencienne (...)
  • 67 C’est le cas en particulier de la charte de capitulation de l'aljama d’Eslida et de la sierra d’Es (...)

46Le rapport de ces communautés au pouvoir central musulman (sultan) ne semble donc avoir été médiatisé par aucun détenteur de droits de nature « féodale ». L’exigence principale de l’Etat est le paiement d’un impôt qui, en principe, devait correspondre à la dîme prévue par le Coran. En pratique, dans les zones irriguées, cet impôt prenait la forme d’une taxe foncière (almagram) pour l’établissement de laquelle on se servait d’une unité appelée alfaba, qui prenait en compte à la fois la superficie et la rentabilité de la terre. Certains comptes fiscaux du début de l’époque chrétienne paraissent indiquer que chaque communauté rurale payait annuellement à l’Etat un nombre de dirhems d’argent égal à celui des alfabas pour lesquelles elle était inscrite sur les registres de l’impôt, et ce collectivement. L’insuffisance des sources ne permet évidemment pas d’évaluer avec précision le poids réel de cette fiscalité, mais plusieurs indices rendent vraisemblable l’hypothèse d’une taxation modérée, ne s’éloignant pas beaucoup du modèle théorique de la dîme légale, seule exigible en droit musulman66. Dans les zones les plus éloignées des villes comme les montagnes et plateaux de l’intérieur où dominent les cultures de secano, les communautés étaient probablement même assez fortes pour imposer à l’Etat le respect des principes de taxation coranique, puisque c’est sur la base du paiement de la seule dîme des récoltes que sont établis les traités de capitulation que les aljamas de ces régions conclurent avec le souverain aragonais au moment de la conquête67.

47L’impression que donne l’étude de la géographie des territoires castraux de la région Valencienne à la veille de son intégration à l’Etat catalano-aragonais est celle d’un système socio-administratif relativement stable, contrastant avec l’apparente anarchie et le caractère éphémère des constructions politiques correspondant à la désorganisation de l’empire almohade. Il apparaît clairement, dans l’abondante documentation chrétienne du milieu du xiiie siècle, que chacun de ces petits districts ruraux constitué par un terroir semé d'alquerias dépendant d’un refuge ou d’un village de hauteur correspond à un espace précis, dont les limites sont fixées depuis longtemps dans la mémoire collective. Si une certaine adaptation aux conditions naturelles peut être observée, chaque aljama occupant un territoire assez bien délimité par le relief, le plus souvent une vallée ou portion de vallée, c’est à l’intérieur de celle-ci l’unité sociale formée par l'aljama qui prédomine sur les unités d’habitat constituées par les alquerías, hameaux de quelques dizaines de maisons au plus, généralement non défendus. Au niveau même des alquerías, dont la géographie à l’intérieur du territoire castrai était peut-être fluctuante, la toponymie fait apparaître une identique subordination de l’organisation spatiale de l’habitat par rapport aux structures sociales : un grand nombre de ces hameaux étaient en effet désignés par des noms qui étaient en réalité des gentilices (du type Beniali, Benisa, c’est-à-dire « le hameau des Banu Ali » ou des Banu Isa), indiquant que dans de nombreux cas l’unité résidentielle se confondait avec un groupe parental. Au contraire de ce que l’on constate souvent en Occident où la communauté rurale paraît naître de la résidence (village), de la commune dépendance (seigneurie), d’une unité de culte (paroisse), tout se passe ici comme si, plus fortement encore que dans les montagnes catalanes préféodales évoquées au début de cette communication, la communauté préexistait aux facteurs d’organisation administratifs, religieux et même, en un sens, territoriaux.

2. L’impact de la conquête chrétienne

  • 68 Je me permets de renvoyer à Nuestra historia, III, p. 9-11, ainsi que, sur la question plus généra (...)
  • 69 Robert Ignatius Burns, Islam under the Crusaders : Colonial Survival in the Thirteenth-Century Kin (...)

48L’historiographie valencienne, dépendante de tout un courant médiéviste hispanique, a eu certainement trop tendance à insister sur les continuités vraies ou supposées que l’on peut observer entre l’époque musulmane et le royaume chrétien de Valence68. Avec des nuances, c’est aussi cette ligne historiographique que me paraissent suivre les travaux du R. Burns sur la société mudéjare valencienne du xiiie siècle69. Il me semble au contraire que la persistance dans le nouvel Etat chrétien d’une masse considérable de musulmans ne doit pas faire illusion. S’il est vrai que dans les toutes premières années de nombreuses communautés urbaines et rurales s’intégrèrent à la monarchie catalano-aragonaise en conservant le statut qui était le leur avant la conquête sur la base des traités de capitulation auxquels il a été fait allusion précédemment, la situation évolua très rapidement dans un sens beaucoup moins favorable aux organisations communautaires existantes. Dès 1247-1248, soit deux ans seulement après la fin de l’occupation militaire et diplomatique du royaume, une révolte musulmane localisée à la région de Denia servit de prétexte au roi pour rompre les pactes existants et décréter une expulsion générale des Musulmans, suivie d’une colonisation accélérée des localités les plus importantes et des castra stratégiquement les mieux situés qui furent vidés de leur population musulmane et repeuplés de Chrétiens, auxquels furent distribuées d’importantes étendues de terres.

  • 70 A. Bazzana et P. Guichard, « Châteaux et peuplement... », p. 197, ainsi qu’un article sur le châte (...)
  • 71 Sur cette chronologie : Nuestra Historia, III, p. 22-39.

49En fait, s’il y eut bien émigration d’une partie des Musulmans — sans doute principalement les élites urbaines — beaucoup restèrent dans le pays, et l’expulsion dut se traduire dans bien des cas par une expropriation plutôt que par un départ effectif. On peut penser que des anciens propriétaires restèrent sur place comme tenanciers, encore que certaines zones comme la région de Burriana, le centre de la Huerta de Valence, la basse plaine du Júcar aient été presque totalement abandonnées par les Musulmans, de même que, de façon plus ponctuelle, toutes les enceintes urbaines, les bourgades murées et la plupart des castra ou villages fortifiés qui servaient de centres aux aljamas rurales. Les grandes enceintes-refuges communautaires furent parfois démantelées, plus souvent utilisées comme châteaux royaux ou seigneuriaux, ce qui provoqua dans certains cas d’importantes transformations de leur structure70. Les communautés urbaines et, dans bien des cas, celles des campagnes les plus riches situées à proximité des villes furent réduites à de misérables morerías confinées dans un faubourg ou éparpillées dans les alquerías périurbaines et constituées d’artisans, d’ouvriers agricoles et de tenanciers. Avec la quasi-destruction des éléments sociaux urbains, c’est tout l’encadrement non seulement politique mais également culturel du système socio-politique musulman qui disparut, alors même que dans bien des cas la base foncière sur laquelle reposait l’autonomie des communautés leur était également enlevée. Dans la seconde moitié du siècle, la répression d’une autre grande révolte en 1276-1277 eut les mêmes effets dans le sud du royaume où les communautés rurales indigènes s’étaient mieux maintenues, la colonisation chrétienne y ayant été moins importante que dans le centre71.

  • 72 Francisco Roca Traver, « Un siglo de vida mudejar en la Valencia medieval », Estudios de Edad Medi (...)

50Un autre facteur important de désagrégation des communautés musulmanes est à prendre en considération : la progressive seigneurialisation du royaume dans le cours du xiiie et la première moitié du xive siècle. Dans un premier temps, on l’a vu, le pouvoir royal ne fit dans bien des cas que se substituer à la puissance étatique musulmane (sultan) dans la perception des impôts hérités du système antérieur (dîmes, almagram), les premières chartes de capitulation laissant aux aljamas la possession collective des terres. Le système étatique musulman des alcaidías fut également conservé pour les châteaux, qui ne furent pas seigneurialisés ni intégrés au système féodal, mais tenus par des officiers soldés révocables au gré du roi (alcaides). Hormis la perte du contrôle des enceintes refuges, ce système n’entraînait donc que peu de changements pour les grandes aljamas rurales du centre et du sud du royaume. Sans que cela ait toujours été clairement formulé dans les textes de l’époque, on peut estimer que les révoltes et répressions du xiiie siècle ruinèrent le fondement même de ce système qualifié de « pactiste » par un historien valencien72. La monarchie ne se sentit plus tenue de respecter le contrat initial, et en particulier ne reconnut plus aux aljamas la pleine propriété des terres. Les expulsions et expropriations liées à l’implantation du peuplement chrétien ne représentèrent que la forme la plus brutale de cette dépossession. Parfois les terres saisies furent, faute de colons chrétiens, restituées aux Musulmans, mais sur la base de concessions individuelles ou collectives impliquant, outre les anciens impôts à caractère étatique, le paiement d’un cens qui concrétisait l’instauration d’un droit seigneurial foncier éminent totalement inconnu dans le système précédent.

  • 73 P. Guichard, « Le problème de la sofra dans le royaume de Valence au xiiie siècle », Awraq (Madrid (...)

51Rien n’illustre mieux le passage de la structure à la fois étatique et communautaire antérieure au cadre seigneurial imposé par les conquérants que l’évolution des sofras ou prestations personnelles. Il semble bien s’être agi à l’origine de « corvées » imposées aux membres de l'aljama par l’Etat ou par la communauté elle-même, et liées à l’approvisionnement et à l’entretien des fortifications collectives ou publiques (transport d’eau et de bois, répartition des murs), donc sans valeur économique et vraisemblablement légères. A l’époque chrétienne, ces prestations d’abord conservées telles quelles tendirent à se transformer soit en une redevance en argent, soit en corvées en travail exigibles par le seigneur contre une faible rétribution, parfois à volonté73. La transformation du rapport étatique qui liait les Musulmans à l’autorité chrétienne en un rapport à caractère seigneurial préludait à une évolution profonde et générale de tout le système dans un sens féodal et seigneurial, transformation déjà presque accomplie dès le début du xive siècle. Dans un premier stade, on assiste à la formation de petites seigneuries foncières assises sur une alquería concédée ou vendue par le roi généralement à un membre de la petite noblesse ou de la bourgeoisie urbaine. Puis, cédant à la pression de l’aristocratie, le roi abandonna dans la plupart des cas le système des alcaidías pour concéder — et dans ce cas sous forme de fief — non plus seulement les petites unités résidentielles et économiques que représentaient les alquerías, mais les châteaux eux-mêmes et leurs territoires. Enfin, dans le cours du xive siècle, on vit la couronne aliéner au profit de la classe seigneuriale qui s’était ainsi progressivement constituée les derniers droits « régaliens » qu’elle avait pu conserver et en particulier la haute justice ou merimperi.

  • 74 Sylvia Romeu Alfaro, « Los fueros de Valencia y los fueros de Aragon : jurisdicción alfonsina », A (...)

52Le problème de la justice est sans doute l’un des plus importants et des plus mal connus. Les communautés musulmanes continuèrent en principe à exercer elles-mêmes leur propre justice par l’intermédiaire d'alcadis qui jugeaient selon la loi musulmane (asuna) et dans la nomination desquels le pouvoir chrétien ne paraît pas être intervenu, du moins dans un premier temps. Dans les cas opposant des musulmans à des chrétiens, cependant, ainsi que dans les affaires d’adultères impliquant aussi un chrétien ou une chrétienne, ou les procès pour les insultes contre la religion chrétienne ou l’autorité royale — qui devaient survenir assez facilement dans une atmosphère de fréquente tension entre communautés — c’était les instances chrétiennes qui étaient compétentes. Les bailes royaux se virent rapidement reconnaître un rôle de juridiction d’appel pour les causes relevant du cadi. Très vite aussi fut pratiqué un système de compositions permettant au roi ou au détenteur du merimperi de commuer les peines de mort, mutilation, coups, en amendes ou parfois vente du condamné comme esclave, ce qui représentait d’importantes possibilités de profit. Il semble bien, par ailleurs, que la seigneurialisation croissante ait entraîné la multiplication des instances seigneuriales compétentes pour des menus délits d’ordre public, des problèmes agraires, etc. Le détail de cette évolution nous reste très mal connu, mais on constate que, dès le début du xive siècle, les droits de justice sur les musulmans sont la source de profits importants âprement convoités et disputés. Particulièrement significatives tant du mouvement de seigneurialisation que de l’intérêt économique que présentait la détention de tels droits sont les dispositions arrêtées par Alphonse IV en 1328-1329 et connues sous le nom de « juridiction alphonsine ». Le nouveau système juridictionnel reconnaissait à tous les seigneurs qui n’exerçaient pas déjà le merimperi un droit de justice civile et criminelle sur leurs dépendants, à condition qu’ils possèdent au moins trois casas de moros à Valence et dans les localités royales et sept dans celles qui dépendaient de grands seigneurs laïques. Etaient exclus les cas qui pouvaient entraîner condamnation à mort ou mutilation, mais pas ceux passibles de coups ou de vente comme esclave du coupable74.

  • 75 Exploitation souvent dénoncée, qu’il ne faut peut-être pas exagérer en ce qui concerne la charge é (...)
  • 76 Voir sur cet alourdissement des charges imposées aux Musulmans : Miguel Gual Camarena, « Mudejares (...)
  • 77 Cet aspect a été souligné par John Boswell dans son étude sur les mudejares de la Couronne d’Arago (...)
  • 78 Id., p. 391 sqq.

53La transformation de la condition des musulmans se réalisa donc progressivement, bien qu’avec une relative rapidité, et surtout de façon inégale selon les lieux. Dans les huertas côtières, les communautés furent généralement détruites physiquement, ou tellement parcellisées en petites seigneuries d’alquerías que les populations musulmanes subsistantes, unies par la seule solidarité religieuse ou la commune soumission à un seigneur, ne conservèrent pratiquement plus rien de ce qui avait fait la force des organisations collectives d’époque mulsumane. Dans les zones montagneuses de l’intérieur, en revanche, moins favorables à la colonisation chrétienne, de grandes aljamas vassales d’un seul seigneur, ayant conservé l’usage de leurs terres et soumises seulement à des impositions relativement légères dérivées de la fiscalité musulmane initiale, purent maintenir, dans un cadre moins modifié, des formes d’organisation et de vie communautaires rappelant davantage celles qu’elles avaient connues avant la conquête. Il ne semble pas que, jusqu’au milieu du xive siècle du moins, ces communautés encore assez bien préservées aient fait l’objet d’une exploitation économique comparable à celle qui leur sera imposée à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne75. On peut douter, cependant que, en dépit des conditions apparemment assez favorables qui leur avaient été maintenues, elles se soient véritablement intégrées sans réticence à l’Etat chrétien auquel elles appartenaient de fait. La documentation du xive siècle montre que ces aljamas, comme celles de Nouvelle Catalogne, supportaient difficilement les nouvelles exigences royales, seigneuriales ou ecclésiastiques (dîmes et prémices réclamées par l’Eglise, sofras liées à l’approvisionnement des châteaux ou au transport de denrées pour le compte du seigneur, fournitures d’œufs et de poulets à bas prix au seigneur ou à des représentants) qui tendaient à alourdir peu à peu, et souvent de façon arbitraire, les charges auxquelles elles étaient primitivement soumises76. Ces exigences, les frictions permanentes avec les chrétiens dans les zones où les deux populations coexistaient, et les fréquents abus de justice contribuaient à entretenir un sentiment d’oppression chez les Musulmans77, et une tension dont les effets apparurent avec éclat lors des guerres du milieu du siècle entre l’Aragon et la Castille au cours desquelles de nombreuses aljamas Valenciennes se soulevèrent contre la Couronne en s’alliant aux Castillans78.

B. Les communautés chrétiennes

54On trouvera peut-être paradoxal que l’on éprouve plus de difficultés à traiter des communautés chrétiennes du royaume de Valence que des communautés musulmanes, alors même que la documentation concernant les chrétiens est infiniment plus abondante que celle relative aux musulmans. On peut attribuer cette disparité d’abord à une différence de nature dans la documentation, résultant elle-même de l’inégalité de statut des deux communautés. Comme toute « minorité » ethno-religieuse, les musulmans valenciens étaient saisis d’abord par les chrétiens comme une masse ou une collectivité particularisée par ses croyances, ses modes de vie, le danger permanent qu’ils représentaient, et non pas comme un ensemble d’individus avec lesquels des relations personnelles pouvaient s’établir. Il en allait de même au niveau de chaque communauté locale, grande aljama de l’intérieur ou petite collectivité d’habitants d’une alquería suburbaine dans ses rapports avec les colons chrétiens, le roi ou le seigneur. Nous ne possédons aucune documentation relative à la vie interne des communautés, mais seulement des documents intéressant tout un groupe pris globalement, dans ses rapports avec le peuplement chrétien ou les autorités, comme les chartes définissant les rapports de telle ou telle aljama avec son seigneur. Inversement, la documentation chrétienne est constituée d’abord, comme dans tout le monde occidental, de chartes royales ou de contrats privés qui mettent en scène des particuliers dans leurs rapports entre eux ou avec le pouvoir. Au milieu de cette abondance d’archives privilégiant les relations à caractère individuel, la réalité des structures collectives apparaît mal.

  • 79 Je ne crois pas que l’on trouve des contrats entre Musulmans dans les registres des notaires chrét (...)

55Je serais tenté de penser, toutefois, que la plus grande consistance apparente de l’aljama musulmane ne résulte pas seulement du regard porté sur elle par les chrétiens, mais aussi et peut-être surtout, comme on a essayé de le faire sentir dans le paragraphe précédent, d’un mode d’organisation politico-social différent, hérité de l’époque antérieure à la conquête chrétienne. Les rares documents notariés concernant des musulmans, par exemple, sont quelquefois des contrats individuels entre un chrétien et un musulman79, mais aussi, de façon significative, des actes concernant une communauté musulmane tout entière que l’on voit racheter un captif ou vendre sa récolte, type de document inconnu de la société chrétienne. Assez remarquables aussi sont les contrats passés entre le roi ou un seigneur et une aljama et correspondant à l’achat, par cette dernière, des rentes royales ou seigneuriales pour une période pouvant varier de une à quelques années. Là encore, cette sorte de relation collective ne paraît pas exister en milieu chrétien où les rentes royales, ecclésiastiques ou seigneuriales sont achetées par de riches particuliers, parfois en association, mais pas par les communautés contribuables elles-mêmes. Dans la société chrétienne, la force des relations collectives me paraît moins grande, et les rapports entre les sujets ou vassaux et le pouvoir royal ou seigneurial d’une part, entre les différents agents de la vie sociale et économique d’autre part, s’organisent plus normalement sur la base de chartes et de contrats à caractère particulier.

1. L’origine des communautés chrétiennes

  • 80 Ils sont expressément exclus par plusieurs cartas pueblas, comme celles de Burriana de 1233, Villa (...)
  • 81 C’est le cas — exceptionnel — pour les populatores de Secha, alqueria proche de Burriana, auxquels (...)
  • 82 Le terme est régulièrement employé dans les documents Valenciens pour désigner les dépendants de l (...)
  • 83 C’est le cas du château de Polop en 1257, pendant la guerre contre le rebelle musulman Al-Azraq (H (...)
  • 84 Plusieurs privilèges à diverses localités : Jâtiva (1265), Alcira (1266), Murviedro (1278, mais re (...)

56Plus nettement sans doute qu’en Nouvelle Catalogne du fait d’une reconquête postérieure d’un siècle, la nécessité d’attirer des hommes pour assurer l’occupation et la mise en valeur du pays crée une conjoncture favorable à la constitution d’une société d’hommes libres. Les « mauvais usages » seigneuriaux catalans sont inconnus en pays valencien80 et les prestations personnelles en travail sont tout à fait exceptionnelles81. Les relations entre seigneurs et vassaux82 sont toujours régies par une sorte de contrat initial, la carta puebla, qui définit clairement les obligations des seconds, généralement légères par rapport à celles de l’époque féodale dans la plus grande partie de l’Europe. Partout, les populatores sont en même temps des colons et des soldats. Dans les secteurs les plus exposés, c’est parfois directement aux premiers habitants chrétiens que le roi confie la garde du château83, et ceux qui sont à même de s’équiper d’un cheval et d’un armement de cavalier sont dispensés des taxes royales et donc fiscalement assimilés à des nobles84. Cette situation ne se modifiera que lentement : pendant tout le xiiie et la plus grande partie du xive siècle, la menace musulmane interne et les possibles incursions grenadines dans le sud rendent chaque valencien chrétien nécessaire à la défense du royaume.

  • 85 Une collection des cartas pueblas Valenciennes avait été réunie par Miguel Gual Camarena, mais ell (...)
  • 86 Le terme apparaît par exemple dans la carta puebla de Cabanes (publiée par J.-M. Font y Rius, Cart (...)
  • 87 Honorio Garcia, Estado economico-social..., p. 44-52.
  • 88 Ce conseil est expréssement mentionné dans la carta puebla de Morella en 1233 (voir le texte dans (...)

57Ces communautés de paysans-soldats nous apparaissent avec autant de netteté dans les zones seigneuriales que dans les zones royales. C’est même la partie septentrionale du royaume, la plus fortement seigneurialisée, qui fournit le plus grand nombre des ces cartas pueblas, chartes constitutives d’une communauté rurale. Dans cette région, reconquise avant la prise de la capitale, le roi dont la position face à l’aristocratie ne s’était pas encore suffisamment affermie, avait dû en effet concéder de vastes señoríos laïques et ecclésiastiques. Le cadre général des chartes de peuplement accordées aux colons par les nouveaux maîtres du sol les soumet incontestablement à un régime seigneurial, en particulier dans le domaine judiciaire. Mais le pouvoir seigneurial se meut à l’intérieur de limites étroites : d’une part les charges imposées aux populatores sont strictement définies et généralement légères (une dîme que se partagent le seigneur laïque s’il y a lieu et l’Eglise, parfois une tasque qui ne devait pas être beaucoup plus élevée), d’autre part le régime juridique reconnu aux habitants et celui d’une ville importante dotée de franchises étendues, en général Saragosse ou Lérida85. Dans ce cadre, le groupe des populatores se définit d’emblée comme un corps solidaire, une universitas86 à laquelle sont reconnus des droits collectifs sur les parties du territoire non distribuées en hereditates particulières87, et régie par un concilium auquel est parfois reconnue la gestion des prémices payées par les habitants88.

  • 89 Cf. supra, note 81.
  • 90 Voir l’étude de M. Gual Camarena citée plus haut (Contribución..., E.E.M.C.A., III, 1947-1948), et (...)

58Plus au sud, les communautés rurales chrétiennes semblent avoir présenté un aspect un peu différent et plus contrasté. Dans la plaine de Burriana et la Huerta de Valence, zones qui reçurent un peuplement chrétien massif, les principaux señoríos furent concédés par le roi aux ordres militaires qui semblent avoir cherché à imposer aux colons qui s’établirent sur leurs terres un régime seigneurial plus rigoureux, en particulier dans le domaine économique, exigeant parfois jusqu’au tiers des récoltes, introduisant dans quelques cas des corvées89. Toutefois, ici encore le bénéfice d’un fuero urbain fut reconnu aux habitants, mais on se référa systématiquement non plus au droit d’une cité aragonaise ou catalane, mais à celui dont venait d’être doté la capitale du royaume, les furs de Valence, ce qui entraîna progressivement l’adoption des institutions Valenciennes elles-mêmes, qui caractérisèrent dès le xiiie siècle les villes et bourgades du centre et du sud90.

  • 91 Ce sont surtout les centres de colonisation de l’actuelle province de Castellón (Nules, Almazora, (...)

59Ce que l’on aperçoit en effet avec le plus d’évidence, dans toute cette zone centrale et méridionale, ce sont des communautés de type urbain ou semi-urbain. La colonisation chrétienne a peuplé d’abord les villes importantes (Valence, Alcira, Játiva) et les bourgades à caractère déjà presque urbain (Segorbe, Burriana, Liria, Cocentaina). Dans plusieurs cas (Castellón, Villareal, Gandía), les Chrétiens ont créé une véritable petite ville dans une zone rurale qui n’en possédait pas antérieurement, et c’est dans ce centre que s’est concentré le peuplement chrétien.91 Ce modèle a été observé même pour des centres de colonisation de moindre importance, comme San Mateo, Nules, Albaida, Pego, où une bourgade de peuplement chrétien s’est superposée à l’éparpillement antérieur des alquerías musulmanes qui ont parfois disparu, parfois au contraire se sont conservées au moins partiellement dans la dépendance de la localité chrétienne autour de laquelle s’est organisé désormais l’ancien terroir castrai. La base économique de ces centres de taille inégale, mais dont les fonctions ne semblent pas fondamentalement différentes, est en effet foncière. Sauf dans les villes les plus importantes, où un secteur important de la population est constitué par des nobles, des clercs, des notaires et des commerçants, la plupart des habitants de ces bourgades de colonisation chrétienne sont avant tout des propriétaires fonciers.

  • 92 Le problème des institutions municipales Valenciennes a fait l’objet d’une étude de Francisco Roca (...)

60Le problème du mode d’exploitation des lots de colonisation distribués aux populatores chrétiens et, s’il y a lieu, celui des rapports qui s’établissent avec les musulmans restés en place, sont extrêmement difficiles à résoudre faute de documentation adéquate, mais il semble bien que la plupart des propriétaires chrétiens exploitent directement leurs terres, seuls ou avec l’aide d’une main-d’œuvre salariée musulmane ou chrétienne. Cependant, l’aspect de la plupart de ces nouvelles poblas créées de toutes pièces, souvent selon un plan régulier autour de la place centrale et de l’église, le fait qu’y résident quelques clercs bénéficiaires des fondations pieuses ou lieux de culte locaux, quelques chevaliers dotés de propriétés foncières sur le territoire, un ou plusieurs notaires, des agents chargés de la gestion des biens de propriétaires absentéistes — bourgeois, nobles ou ecclésiastiques de la capitale ou des villes les plus considérables —, les représentants de l’autorité royale, alcaide ou baile, créent dans ces noyaux de peuplement nouveau généralement pourvus d’une enceinte les conditions d’une vie sociale à caractère déjà semi-urbain. Il est très important d’insister sur le fait que le modèle institutionnel qui préside à l’organisation et au développement de ces bourgades est lui-même un modèle urbain puisque le roi, par l’octroi systématique des furs de Valence aux nouvelles localités, étendit le droit municipal de la capitale à l’ensemble du royaume et dota les nouvelles poblas des mêmes institutions. Avec quelques variations selon les époques, celles-ci sont caractérisées par l’existence d’une charge administrative et judiciaire élective, celle du justicia qui, élu pour un an, rend la justice au nom du roi et, assisté des jurats également élus, préside le consell des prohoms92.

61Sauf dans le nord du royaume où, on l’a vu, prédomine l’influence du droit aragonais, c’est essentiellement dans le cadre de ces municipios de droit valencien, comparables peut-être aux fortes bourgades d’autres régions méditerranéennes, que se développent des communautés auxquelles on hésite à appliquer le qualificatif de « villageoises », généralement soumises directement à l’autorité royale. Le document de fondation est parfois aussi une carta puebla concédant à un groupe de populatores le territoire d’un ancien castrum musulman, à charge pour eux de se le répartir, l’étendue des lots individuels étant en général précisée dans les documents. Souvent le groupe n’est pas encore constitué au moment de la concession, et c’est à quelques individus nommément désignés et investis de la charge de divisores qu’incombe la responsabilité du recrutement des colons et de la répartition des terres. Mais les communautés issues de ce mode de peuplement ne paraissent pas s’être développées de façon différente de celles nées, de façon moins autonome et plus « dirigiste », de l’initiative des bailes royaux distribuant directement les lots de colonisation d’un même territoire à des colons venus d’horizons divers. Dans tous les cas se constitue, sur la base des liens de vicinité, de la relative égalité de statut économique et des institutions de droit valencien évoquées plus haut, une universitas dotée de la personnalité juridique et de la capacité d’agir collectivement.

2. Les limites de l’action communautaire

  • 93 On a indiqué plus haut le recueil non publié du regretté M. Gual Camarena.
  • 94 Dans les travaux déjà cités de M. Gual Camarena, F. Roca Traver, H. García, etc. La tendance à uti (...)
  • 95 Il existe cependant un petit nombre de travaux récents d’excellente qualité. On citera en particul (...)
  • 96 Il s’agit toujours d’une documentation seigneuriale, royale ou de protócolos notariaux. Parmi les (...)
  • 97 Outre les documents royaux, très nombreux mais dispersés dans les registres de Chancellerie des Ar (...)

62On est bien conscient du caractère assez théorique et « juridique » des indications qui précèdent, tirées pour l’essentiel des cartas pueblas du xiiie siècle dont les textes, sans avoir jamais été systématiquement rassemblés ni étudiés dans leur ensemble93, sont cependant connus depuis longtemps94. Il est plus difficile d’aborder la question du fonctionnement concret de ces communautés chrétiennes et de l’étendue de leur « champ d’action ». Les études sont encore peu nombreuses95 et la documentation elle-même, en ce qui concerne le xiiie et le début du xive siècle en tout cas, est insuffisante pour approcher ces communautés de l’intérieur96. Les rapports avec le pouvoir royal seraient sans doute plus faciles à étudier, mais le travail reste à faire. En ce qui concerne les seigneuries, on possède surtout quelques éléments d’information sur celles qui dépendaient de l’Eglise, mais très peu sur les seigneuries laïques97. Les quelques indications qui suivent sont donc fragmentaires, et données à titre provisoire.

  • 98 L’original de la donation de Moncada aux confratres de Calatayud est conservé à l’Archivo Históric (...)

63La communauté ainsi constituée est d’abord une communauté d’intérêts, parfois renforcée par le fait que les colons proviennent d’une même région ou d’une même ville. Un cas intéressant où l’on entrevoit une action collective engagée par un groupe de colons avant même que soit engagée la mise en valeur du territoire et qu’aient pu s’organiser véritablement des formes de vie en commun est celui de la localité de Moncada, dans la Huerta de Valence. Le roi en avait concédé le territoire à cent confratres originaires de Calatayud au lendemain même de la prise de possession de la capitale, en 1240. Du fait du nombre trop élevé des bénéficiaires, on dut répartir des lots trop exigus pour former des exploitations viables, et l’on assiste dans les années suivantes à un intense mouvement de ventes et d’achats au profit d’un nombre plus réduit de possesseurs. Finalement, et peut-être en liaison avec ces difficultés, le roi finit en 1246 par offrir à ces derniers une somme globale supérieure à la valeur effective de ces terres pour les amener à renoncer à leurs droits, après quoi il concède le territoire en seigneurie à l’ordre du Temple98. La documentation conservée sur cette affaire laisse donc apercevoir comme une communauté villageoise avortée qui n’est à l’origine qu’une sorte de groupe d’ayants droit, capables malgré tout d’une action commune.

  • 99 Dans certains cas, comme à Játiva, même les chevaliers devaient contribuer aux charges communales. (...)
  • 100 Exemple d’un conflit de ce genre dans un document des A.C.A. longuement analysé par le P. Burns, « (...)

64Ce que l’on saisit en premier lieu dans la documentation, ce sont les contraintes collectives qui pèsent sur les communautés, en particulier la fiscalité royale à caractère plus ou moins « arbitraire » comme les peytas qui venaient s’ajouter aux charges assez légères prévues par la carta puebla initiale, et étaient imposées globalement à l’ensemble des propriétaires non nobles d’un territoire castrai. Les autorités locales répartissaient ensuite la somme au prorata des biens de chaque contribuable, et les conflits étaient alors fréquents entre les universitates ainsi taxées et les propriétaires absentéistes ou les seigneurs laïques ou ecclésiastiques d’alquerias entières Situées sur le territoire de la localité, qui prétendaient échapper à la taxation pour diverses raisons99. Une autre occasion fréquente d’action collective était fournie par des conflits concernant les limites des anciens territoires castraux musulmans devenus districts dépendant d’un centre de colonisation chrétienne. L’universitas se heurte alors souvent aussi au seigneur d’une localité voisine, souvent de peuplement musulman, et il faut alors recourir à l’arbitrage d’une personnalité désignée par le roi100.

  • 101 Th. F. Glick, Irrigation and Society in Medieval Valencia, Cambridge, Mass., p. 32, insiste sur la (...)
  • 102 Document du 10 kal. mars 1292, A.C.A., reg. Canc. 94, fol. 114 r.
  • 103 Les documents de ce type sont très nombreux dans les registres de Chancellerie des A.C.A., particu (...)
  • 104 Une bonne étude sur l’importance de ce commerce et les groupes sociaux qui en bénéficiaient a été (...)

65On saisit plus rarement les formes collectives de l’activité économique. Les problèmes d’irrigation étaient, par excellence, susceptibles de règlements à caractère communautaire. Cependant, surtout dans la Huerta de Valence, les canaux hérités de l’époque musulmane concernaient généralement plusieurs localités, et les formes d’organisation dépassaient alors nettement le cadre municipal. Mais lorsque le système d’irrigation correspondait au territoire de la vila, c’est aux autorités municipales que revenait sa gestion, et c’est elles qui nommaient le sobresequer chargé de percevoir les taxes d’irrigation et de veiller à l’observation des tours d’eau et à l’entretien des canaux101. Quelques documents montrent que les communautés étaient susceptibles d’initiative économique. Ainsi voit-on l'universitas de Pego, par exemple, se mettre d’accord avec un entrepreneur pour le creusement de canaux destinés à de nouvelles irrigations102. Mais le cas ne nous est connu que parce que le non-accomplissement du contrat donna lieu à un litige porté devant le roi. D’une façon générale, la documentation qui subsiste fait davantage apparaître le contrôle assez étroit exercé sur l’activité économique par l’autorité royale qui intervient directement dans de nombreux aspects de la vie locale relevant des regalias : autorisation de tenue d’un marché ou d’une foire, construction d’un pont ou d’une enceinte, et même déplacement d’un lieu de culte103. A partir de la fin du xiiie siècle surtout, semble-t-il, le contrôle sur le trafic des grains, soumis à une prohibition d’ensemble et donnant lieu à des licences royales individuelles est également très strict, et il est rare qu’une autorisation d’exportation soit accordée à une communauté dans son ensemble104.

  • 105 La documentation, très abondante, se trouve aussi dans la série des registres Graliarum des A.C.A. (...)

66Pour juger de la liberté d’action économique laissée aux universitates Valenciennes, il convient de ne pas oublier que même si les charges pesant sur les sujets et vassaux sont relativement légères, le système socio-économique dans son ensemble reste de type seigneurial. L’alleu est loin d’être inconnu, mais il concerne principalement les classes élevées de la société : grande bourgeoisie urbaine et aristocratie laïque principalement. Les petits possesseurs fonciers sont beaucoup plus rarement détenteurs de biens allodiaux car à l’époque de la conquête les concessions de lots de colonisation ont été généralement faites à ce niveau selon un régime de type emphytéotique qui permettait la révocation en cas de non-résidence, de non-mise en valeur du lot ou de non-paiement du léger cens auquel il se trouvait soumis dans la plupart des cas. A plus forte raison, le roi a-t-il conservé des droits sur les parties non encore exploitées du territoire, limitant ainsi les possibilités d’extension des terroirs mis en valeur à l’initiative des communautés. Celles-ci ne semblent guère avoir eu de part, en particulier, dans le grand mouvement de mise en culture des zones marécageuses ou marjales qui marque le début du xive siècle. Du moins ne les aperçoit-on pas en tant que telles, toutes les concessions royales de lots de terres de cette sorte ayant un caractère individuel, le plus souvent au bénéfice de la bourgeoisie urbaine et de personnages de l’entourage royal105.

  • 106 Honorio Garcia, Estado economico social..., p. 44-52.
  • 107 Archives de la Cathédrale de Valence, Perg. no 2333, année 1242.
  • 108 Bon exemple de concession de bovalar aux populatores de Cullera en 1252 dans : Huici-cabanes, Docu (...)
  • 109 José Hinojosa Montalvo, dans Nuestra Historia, III, p. 123.
  • 110 Archivo Municipal de Valencia, Manuals de Conseil, 1, fol. 256 r.

67Parmi les problèmes difficiles à éclaircir, figure précisément celui des aemprius, ou droits d’usages communaux, particulièrement sur les pâturages naturels et les bois. Parmi les droits du seigneur éminent, qu’il s’agisse du roi dans les zones dites de realenco ou du seigneur laïc ou ecclésiatique dans les autres parties du royaume, figurent toujours les forêts, garrigues, pâtures, friches. Roi et seigneurs perçoivent d’ailleurs l’herbatge sur les troupeaux utilisant ces zones non cultivées. Cependant, la plupart des cartas pueblas seigneuriales du nord du royaume — généralement de droit aragonais — incluent expressément ces étendues dans la concession d’ensemble du territoire faite aux populatores, sans y retenir de droit particulier, sauf la dîme du bétail indiquée en même temps que celle des récoltes, et il est certain que, dans ces régions où l’élevage a une grande importance, les communautés ont dû avoir la gestion de ces zones communales106. Dans le centre et au sud, en revanche, régions où les cultures l’emportent de beaucoup, les communaux ne sont généralement pas transférés de façon aussi nette. A Puzol, par exemple, le seigneur laïc concède l’usage des pâtures, bois, chasses, aemprius, contre versement d’un droit de cinq sous par an payé par chaque exploitant107. Le plus souvent, la carta puebla, qui délimite nettement l’étendue de terre allotie aux colons, ne fait pas mention de ces droits, mais des accords postérieurs établissant un bovalar ou une dehesa où le bétail des habitants de la localité était admis en franchise paraissent indiquer que le seigneur contrôlait assez étroitement l’usage des zones non cultivées du territoire108. Il apparaît nettement, dans les zones royales, que la communauté des habitants n’exerce aucun droit perpétuel sur ces zones, puisque les concessions de lots de colonisation à des nouveaux venus y sont toujours possibles, ainsi qu’on le voit lors de la mise en culture des marjales. Ces problèmes ne se posaient sans doute pas de façon aiguë à l’époque même de la conquête, où la terre était abondante et les hommes peu nombreux. Mais il prit beaucoup d’importance par la suite, et dès le xive siècle, dans le cadre d’un système seigneurial consolidé, la question des aemprius est une cause de litiges permanents entre seigneurs et communautés109. Bien qu’il concerne l’économie rurale d’un territoire urbain, un document peut fournir un point de repère chronologique intéressant : il s’agit d’une délibération du conseil de la ville de Valence du mois de novembre 1325 où les jurés et prohoms consellers prennent des dispositions pour réglementer la dépaissance du bétail des valenciens sur la dehesa de l’Albufera, compte tenu des difficultés que cause la mise en culture généralisée des hauteurs (muntanyes) et zones marécageuses (marjales) entourant la ville110. A Valence, donc, c’est dans le premier quart du xive siècle que les initiatives privées de mise en culture, s’exerçant dans le cadre des concessions de nouveaux lots de colonisation faites par le roi ou par ses bailes, obligent les autorités municipales à se saisir du problème.

3. Les communautés valenciennes face au mouvement de seigneurialisation du xive siècle au début de l’époque moderne

  • 111 Sur le Monedage ou Morabatí, voir mise au point et bibliographie R.I. Burns, Medieval Colonialism,(...)
  • 112 E. Ciscar Pallares, Tierra y señorío, p. 90, 94, etc.
  • 113 Bons exemples de renforcement de la pression seigneuriale au xive siècle pour les localités de Sue (...)

68Pendant une grande partie du xiiie siècle, ainsi qu’il a été dit plus haut, la féodalisation du royaume reste faible, la menace musulmane obligeant le roi à conserver un strict contrôle militaire sur la plupart des châteaux, dans le cadre du système des alcaidías. Les mêmes conditions générales durent être favorables au maintien de la plupart des communautés chrétiennes dans la vassalité directe du roi. Après la répression de la grande révolte de 1276-1277, le danger se trouve grandement diminué, et l’on assiste à un mouvement de seigneurialisation qui, on l’a vu, a des conséquences importantes sur l’évolution des communautés musulmanes. Sans en ressentir les effets aussi rapidement ni aussi fortement, les communautés chrétiennes furent aussi touchées. Il est difficile d’effectuer des comparaisons entre des époques pour lesquelles la quantité de documents conservés et la nature même de la documentation ne sont pas identiques, mais il semble bien que la multiplication des prestations d’hommages, à tous les niveaux sociaux, traduise dès la première moitié du xive siècle et par rapport à la phase antérieure d’établissement et de consolidation du royaume, un renforcement des formes féodales liées à l’extension et à la consolidation des structures et des contraintes seigneuriales. Si les localités les plus importantes restèrent généralement rattachées directement à la Couronne, un certain nombre de petites communautés rurales passèrent sous l’autorité seigneuriale. La condition économique des vassaux ne fut sans doute pas, dans l’immédiat, sensiblement modifiée. Ce furent des bailes seigneuriaux et non plus royaux qui perçurent désormais les cens, puis souvent des impositions régaliennes progressivement aliénées par le roi comme le tercio diezmo et le monetatge111. Au début de l’époque moderne encore, comme l’a bien montré Eugenio Ciscar Pallarés, les cens et impôts seigneuriaux dans la région Valencienne ne semblent pas, surtout en ce qui concerne les chrétiens, avoir constitué une charge économiquement insupportable pour les vassaux112. On assiste cependant, peut-être surtout dans les seigneuries ecclésiastiques — mais c’est sur elles que l’on possède le plus d’informations — à un effort tenace du pouvoir seigneurial pour élever progressivement le niveau de ses revenus en ne laissant passer aucune occasion d’accroître les charges existantes ou d’en imposer de nouvelles113.

  • 114 Voir l’étude citée plus haut de S. Romeu Alfaro sur l’établissement de la jurisdicción alfonsina.
  • 115 A.C.A., Reg. Canc. no 85, fol. 128 r. (analyse dans Gallofre Guinovart, Documentos del reinado de (...)
  • 116 L’ordre de Montesa reprit les terres du Temple et celles de l’Hôpital dans le royaume de Valence. (...)
  • 117 A. Furio, Camperols del Pais Valencia, p. 96-103 et 164-177.

69Il semble bien que, parmi les aspects divers que revêtit le renforcement du pouvoir seigneurial sur les communautés, l’aliénation de ses prérogatives judiciaires — essentiellement le merimperi — par la Couronne fut l’un des faits les moins bien supportés par les vassaux. On constate en même temps que le mouvement de multiplication des basses justices seigneuriales noté pour les Musulmans concerne aussi les Chrétiens, puisque la juridiction alfonsina de 1328-1329 bénéficiait non seulement aux seigneurs de trois casas de moros, mais aussi à ceux des sept casas de cristianos114. La documentation fait apparaître çà et là une résistance des communautés au mouvement de seigneurialisation et de féodalisation. A Corbera, par exemple, qui avait jusque-là dépendu directement du roi, on voit en 1291 le justicia, les jurés et les prohoms de la communauté refuser de prêter au noble catalan Dalmau de Castelnou à qui a été concédé le château le serment et l’hommage qu’il exige d’eux115. L’exemple de la localité voisine de Sueca, étudié par Antoni Furió, fait bien apparaître, de la part d’une communauté, un refus d’entrer dans une sorte d’engrenage où se combinent l’appesantissement de la seigneurie judiciaire, les structures foncières et le système féodal. Le cas est peut-être d’autant plus significatif qu’il s’agit non pas d’une localité royale, mais d’une seigneurie ancienne dépendant de l’ordre de l’Hôpital depuis la conquête, où l’on perçoit nettement le durcissement du régime seigneurial dans la première moitié du xive siècle. L’occasion du conflit est fourni par le transfert des biens de l’Hôpital au nouvel ordre militaire valencien de Montesa créé par le pape en 1317 à la suite de la suppression de l’ordre du Temple à la demande du roi d’Aragon116. Le justicia et les jurés de Sueca firent alors la sourde oreille aux demandes du commandeur de Montesa de prêter hommage à l’ordre en arguant du fait que, à l’époque du Temple, le merimperi de Sueca appartenait au roi. Après quelques mois, les représentants des habitants, menacés de confiscation de leurs biens en vertu de la « commise » féodale, durent mettre fin à leur opposition et put avoir lieu la cérémonie du serment prêté par tous les possesseurs de biens fonciers de Sueca, réserve faite de la conservation du merimperi par le roi. Peu d’années après, cependant, on voit l’ordre tenter d’usurper l’usage de la juridiction criminelle, et en 1343 le merimperi de Sueca est finalement vendu à Montesa par le roi117.

  • 118 Id., p. 171.
  • 119 Mateu Rodrigo Lizondo, « La Union valenciana y sus protagonistas », Ligarzas (Valence), VII, 1975, (...)
  • 120 A. Furio, Camperols del Pais Valencia, p. 172.

70La résistance des communautés au renforcement du pouvoir seigneurial se poursuit au cours du xive siècle. Aussi à Sueca voit-on les habitants refuser d’envoyer des hommes participer à une expédition contre le royaume de Grenade en 1344 en allégeant un accord de 1280 entre l’Hôpital et les représentants des habitants selon lequel ces derniers ne devaient le service d’ost qu’en cas de guerre contre les Musulmans dans le royaume de Valence118. La pression seigneuriale croissante explique sans doute les aspects populaires et antiseigneuriaux qui caractérisent le mouvement de révolte dit « de l’Union », qui affecte le royaume de Valence en 1348 et a fait l’objet d’études récentes remettant en question les interprétations traditionnelles de cette phase de troubles qui perturbent la région au milieu du xive siècle119. Un peu plus tard encore, il semble que diverses communautés chrétiennes se soient à nouveau soulevées contre le pouvoir seigneurial, profitant en particulier des guerres contre la Castille qui furent aussi, on l’a signalé plus haut, l’occasion de nombreuses révoltes des communautés musulmanes120.

  • 121 R. Garcia Carcel, Las Germanias de Valencia, Barcelona, 1976.
  • 122 Les agermanados réclamaient la suppression du système de l’insaculación, utilisé pour le choix des (...)
  • 123 E. Ciscar Pallares, Tierra y senorio, p. 128.
  • 124 F. Garcia, « La incorporació... », p. 268-275.
  • 125 A. Furio, Camperols del Pais Valencia, p. 177, et E. Ciscar Pallares, Tierra y senorio, p. 126-133

71Les affrontements entre pouvoir seigneurial et communautés rurales dans le royaume de Valence connaîtront une autre phase aiguë au début de l’époque moderne avec le mouvement des Germanías de 1519-1522, contemporain de celui des Comunidades de Castille et bien étudié par Ricardo Garcia Carcel121. C’est surtout à l’occasion de ces troubles et de leur répression que l’on voit formulés nettement, tant du côté des révoltés que de la part de l’aristocratie le problème du mode d’élection des représentants des communautés122. Après l’échec des Germanías, exception faite de mouvements isolés, on n’assiste plus à des troubles armés du même genre, et la résistance des communautés s’en tiendra à d’autres formes d’opposition qui n’étaient évidemment pas inconnues auparavant comme la menace d’abandonner leurs terres, privant ainsi le seigneur de tout revenu. Ainsi, dans la seconde moitié du xive siècle, les chrétiens d’Amulsafes obligent-ils par ce moyen le monastère de Valldigna à renoncer à élever du sixième au quart la part des récoltes de grains due par les habitants selon les conditions de la carta puebla qui leur avait été faite en 1281123. Cette solution désespérée ne semble cependant avoir été employée qu’à la suite de l’échec d’une action contre le seigneur engagée devant le Procurateur Général du royaume et portant sur divers abus reprochés à Valldigna par les syndics de la communauté124. C’est en effet par la voie de procès de ce genre que dès la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne s’expriment surtout les protestations des communautés valenciennes contre la pression constante du pouvoir seigneurial125.

  • 126 Dès les xiiie et xive siècles la liberté des mouvements des Musulmans non soumis à un statut qui, (...)

72La résistance des Musulmans, puis des Morisques — qui ne pouvaient quant à eux abandonner leurs terres126 — prit également à cette époque la forme d’une multitude de procès opposant les aljamas à leurs seigneurs. Cependant, il n’y eut jamais de conjonction de l’opposition des communautés musulmanes et chrétiennes contre le pouvoir seigneurial, mais au contraire une hostilité permanente, sourde ou déclarée, entre les deux ethnies. On connaît bien le caractère violemment antimusulman des soulèvements des communautés chrétiennes, particulièrement de celui des Germanías qui s’accompagne de nombreuses attaques contre les morerías, et débouche sur le baptême forcé des Musulmans, événement capital dans l’évolution du royaume de Valence puisque c’est à partir de ce moment que se pose l’insoluble problème morisque. Cette opposition radicale et religieuse qui double et complique le conflit entre la classe seigneuriale et les communautés paysannes facilita sans doute le renforcement constant du pouvoir des seigneurs, alors même que, comme on l’a vu, les atouts des communautés étaient loin d’être négligeables à l’origine.

*

73Il est peut-être bon, au terme de ce rapport, d’insister sur quelques-uns des points communs que l’on décèle clairement dans les deux histoires — a priori bien disparates — des communautés rurales catalanes et valenciennes : points communs qui dessinent peut-être comme un modèle d’évolution (vérifiable en d’autres lieux ? ce colloque apportera sans doute des éléments de réponse).

  1. Ce qui frappe d’abord, c’est la cohésion de ces communautés avant l’instauration du régime seigneurial. Cette cohésion est évidente dans le cas des aljamas Valenciennes d’avant la conquête, elle apparaît aussi dans celui des plus anciennes communautés catalanes (au ixe, au xe et encore au début du xie siècle) ; on la discerne même dans les premiers établissements chrétiens en pays valencien (immédiatement après la conquête). Dans tous les cas, ces collectivités ne relèvent que de l’autorité publique ; elles détiennent une large part (parfois l’essentiel) des moyens de production et de défense ; elles possèdent souvent les lieux de culte ; elles s’administrent enfin assez largement elles-mêmes sous l’autorité de « notables », de « bons hommes », d’« anciens ».
  2. Ces pouvoirs sont toujours mutilés lors de l’installation de la seigneurie. Certaines communautés disparaissent purement et simplement (telles beaucoup de celles de la huerta valencienne). Les autres survivent avec des droits diminués. Et si elles survivent, c’est souvent — c’est le cas des sagreres catalanes — en tant qu’organismes de résistance (active parfois, passive la plupart du temps) à l’emprise de l’aristocratie.
  3. Les contraintes auxquelles sont soumises dès lors les communautés ne sont pas seulement de nature seigneuriale, mais aussi de nature proprement féodale. En pays valencien, on doit remarquer le parallèle exact qui existe entre l’extension du régime des fiefs (selon la coutume de Barcelone) et l’entrée en dépendance des communautés par le biais d’hommages collectifs (avec, comme conséquence, la menace de commise des biens détenus par les membres de la communauté). Les incidences du phénomène de féodalisation sont peut-être encore plus nettes en Catalogne : là, le fief a été vraiment le moyen privilégié de redistribuer entre les membres de la classe dominante (« seigneuriale ») la plus grande partie des pouvoirs, des droits et des revenus précédemment détenus par les membres des communautés villageoises.

Notes

1 Sur la toponymie des hautes vallées catalanes, voir les nombreux et importants travaux de J. Coromines, aujourd’hui regroupés dans Estudis de Toponimía catalana, 2 vol., Barcelone, 1966-1970 (en part. I, p. 83-91, 112-141, 153-217).

2 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe et à la fin du xie siècle, t. I, Toulouse, 1975, p. 86-89.

3 Ces actes sont aujourd’hui publiés : C. Baraut, Les actes de consagracions d’esglésies del bisbat d’Urgell (segles IX-XII), dans Urgellia, t. I, 1978, p. 11-182.

4 Exemple : C. Baraut, Les actes..., no 13 : Veniens venerabilis Nantigisus pontifex in villa vocitata Kanativa, rogatus a populo ibidem abitancium qui aeclesiam ibi edificaverunt et ad culmen sacrationis perduxerunt... (Sant Julià de Canalda, 900).

5 C. Baraut, Les actes..., nos 1 (Lillet, 833), 4 (Campelles, 857), 5 (Saldes, 857), 6 (Gréixer, 871), 7 (Ardovol, 890), 9 (La Quar, 899), 12 (Canalda, 900), 19 (Frontanyà, 905), 25 (Estoll, 913).

6 Ibid., no 26 (913).

7 Ibid., no 12 (899).

8 Ibid., no 4 (Campelles, 857).

9 Cette situation a pu se prolonger exceptionnellement jusqu’au début du xiie siècle : ainsi à Santa Eugenia d’Ollà, en Cerdagne, où, en 1122-1123, les habitants restituent les dîmes à l’évêque Ot d’Urgell et s’engagent à ne plus nommer eux-mêmes le prêtre de leur église, mais à accepter celui que l’évêque leur enverra (Arxiu Capitular de la Seu Urgell, Cartulari, I, no 829, f° 241).

10 Arxiu de la Corona d’Aragó, Pergamins, Berenguer Ramon I, no 22 (1019).

11 C. Baraut, Les actes..., nos 9, 10, 21.

12 R. d’Abadal, Les comtois de Pallars i Ribagorça, Barcelone, 1955, vol. Il, no 297, p. 441-442 (995) ; B. Alart, Cartulaire roussillonnais, Perpignan, 1880, no 32, p. 49-51 (1027).

13 C’est l’erreur de A. Barbero et M. Vigil, La formación del feudalismo en la Península ibérica, Barcelone, 1978, p. 354-362, qui généralisent à partir d’exemples peu nombreux et peu significatifs.

14 Etude juridique et ethnologique de ces droits d’usage à partir de l’exemple du Capcir : L. Assier-Andrieu, Coutume et rapports sociaux : étude anthropologique des communautés paysannes du Capcir, Toulouse, C.N.R.S., 1981, en part. p. 23-27.

15 Exemple : plaid de 987 entre les villageois de Gombreny et le monastère de Sant Joan de les Abadeses devant le tribunal du comte de Cerdagne (F. Udina Martorell, El archivo condal de Barcelona en los siglos IX-X. Estudio critico de sus fondos, Barcelone, 1951, App. 1, Doc. D, p. 446-447.

16 C. Baraut, Els documents dels anys 981-1010 de l’Arxiu Capitular de la Seu d’Urgell, dans Urgellia, t. 111, 1980, no 286, p. 117-118 : ex franceda de homines de valle Andorra.

17 A.C. Urgell, Cart. I, nos 492, 924, 925, et P. Bonnassie, La Catalogne..., t. I, p. 311-312.

18 Arxiu de la Corona d’Arago, pergamins sense data, R. Ber. I, nos 183, 185. Texte de ces deux serments prêtés par deux communautés du haut Pallars, dans P. Bonnassie, La Catalogne..., t. I, P. 140, n. 32.

19 P. Bonnassie, La Catalogne..., t. I, p. 158-160.

20 Ibid., t. I, p. 309-310. Le rôle des boni homines est d’ailleurs déjà évoqué par la loi wisigothique (V, 6, 3).

21 En 905 par exemple, l’acte de consécration de l’église de Frontanyà applique le nom de boni homines à ceux des paroissiens qui participent, sur leurs biens patrimoniaux, à la dotation de l’église, les opposant donc implicitement à la cetera plebs qui n’a pu fournir que son travail (C. Baraut, Les actes..., Urgellia, 1, no 19).

22 Exemples de dépossession complète : Udina, El archivo condal..., no 38 (913) ; ibid., app. 1, doc. D (987) ; R. d’Abadal, Els comtats de Pallars i Ribagorça, no 297 (995).

23 C. Baraut, Els documents..., Urgellia, III, no 286.

24 J.M. Font Rius, Cartas de población y franquicia de Cataluña, t. I, Barcelone, 1969 no 5.

25 Ibid., no 10.

26 M. del C. Carlé, Del concejo medieval castellano-leonés, Buenos Aires, 1968, p. 33-42 ; Cl. Sanchez Albornoz, Conséquences de la reconquête et du repeuplement sur les institutions féodovassaliques de León et Castille, Annales du Midi, t. LXXX, 1968. Voir aussi, dans le présent recueil, le rapport de J.A. Garcia de Cortazar.

27 P. Bonnassie, La Catalogne..., I, p. 461.

28 Ibid., p. 466-469 ; A.C.A., perg. Ber. Ram. I no 30.

29 A.C.A., perg. Ram. Borrell, no 104.

30 Cette étude a été publiée depuis la rédaction de ce rapport. Elle constitue le tome II de l’ouvrage de J.M. Font Rius (cité ci-dessus, note 24).

31 J.M. Font Rius, Cartas... I, no 15. Voir aussi Cartulario de Sant Cugat del Vallès, éd. J. Rius Serra, Barcelone, 1946, t. II, no 436.

32 J.M. Font Rius, Cartas..., I, no 7.

33 A.C.A., perg. sense data, Ram. Ber. I, no 38 (acte édité par F. Carreras Candi, Lo Montjuich de Barcelona, dans Memorias de la Real Acad. de Buenas Letras de Barcelona, t. VIII, 1903, app. XIX). Sur ces événements, P. Bonnassie, La Catalogne..., t. II, p. 641 - 644, 677-678.

34 A.C.A., perg. sense date, Ram. Berg. I, nos 33 et 34 ; P. Bonnassie, La Catalogne..., II, p. 612-618.

35 A.C. Urgell, Cart. I, no 504.

36 K. Kennelly, Sobre la paz de Dios y la sagrera en el condado de Barcelona, dans Anuario de Estudios Medievales, t. V, 1968, p. 107-138 ; P. Bonnassie, La Catalogne...,II, p. 653-656.

37 L. Musset, Cimiterium ad refugium tantum vivorum non ad sepulturam mortuorum, Revue du Moyen Age latin, janv.-avril 1948, p. 56-60 ; L. Musset, Le cimetière dans la vie paroissiale en Basse-Normandie (xie-xiiie siècles), Cahiers Léopold Delisle, XII, 1963, p. 7-27 ; P. Duparc, Le cimetière séjour des vivants (xie-xiiie siècles), Actes du 89e Congrès national des Sociétés savantes (1964), Paris, 1967, p. 483-504. En dernier lieu, E. Zadora-Rio, Les cimetières habités en Anjou (xie-xiie siècles), dans 105e Congrès national des Sociétés Savantes (Caen 1980).

38 K. Kennelly, art. cit., p. 133-135.

39 A.C.A., perg. sense data, Ram. Ber. I, no 34.

40 F. Carreras Candi, art. cit., app. XIX.

41 Cette thèse a été développée pour la première fois par le jurisconsulte Socarrats (Ioannis de Socarratis Iuriconsulti Cathalani in Tractatum Petri Alberti, Barcelone, 1551, p. 501). Elle a été reprise presque sans modification jusqu’à la fin du xixe siècle et jouit encore d’une large créance. [On appelle Vieille Catalogne la partie de la Catalogne, située pour l’essentiel au nord et au nord-est de Barcelone, reconquise par les Chrétiens au début du ixe siècle. La Nouvelle Catalogne (Catalogne du Sud-Ouest) n’a été pour sa part reconquise qu’au milieu du xiie siècle, lors des campagnes de Raimond-Bérenger IV contre Lérida et Tortosa.]

42 Les premières objections ont été formulées par l’historien russe Piskorski (W. Piskorski, El problema de la significación y del origen de los seis « malos usos » en Cataluña, trad. esp. Barcelone, 1929). Etat actuel de la question dans P. Freedman, La condition des paysans dans un village catalan du xiiie siècle, Annales du Midi, t. 94, 1982, p. 231-244 ; et, du même auteur, The Enserfment Process in Medieval Catalonia : Evidence from Ecclesiastical Sources, Viator, t. 13, 1982, p. 225-244.

43 Sur les mals usos : W. Piskorski, ouvr. cit. ; J. Vicens Vives, Historia de los remensas (en el siglo XV), Barcelone, 1945 (rééd. Barcelone, 1978) ; P. Bonnassie, La Catalogne..., II, p. 824-828 ; P. Freedman, The Enserfment Process, art. cit.

44 E. de Hinojosa, El regimen senorial y la cuestión agraria en Cataluña durante la Edad media, Madrid, 1905, p. 251 (n. 3), p. 252 (n. 1).

45 Corts de Cervera de 1202 : Ibidem eciam constituit inviolabiliter quod si domini suos rusticos mule tractaverint vel sua abstulerint, tam eu que sunt in pace et treuga quam alia, nullo modo teneantur Domino Regi in aliquo, nisi sint de feudo Domini Regis vel religiosorum locorum... Sur ce sujet, Hinojosa, El regimen señorial..., p. 95 et suiv. ; Vicens Vives, Historia..., p. 30-34 ; Manuel Riu, La feudalització del camp català, dans Cuadernos de Historia económica de Cataluna, t. XIX, 1978, p. 29-46 ; P. Freedman, The Enserfment Process..., art. cit.

46 Historia de los remensas..., p. 23.

47 J.P. Cuvillier, Les communautés rurales de la plaine de Vich aux xiiie-xive siècles, dans Mélanges de la Casa de Velazquez, t. IV, 1968, p. 73-103.

48 A. Altisent, L’Espluga de Francoli de 1079 a 1200 : un poble de la Catalunya nova els segles XI i XII, dans Anuario de Estudios Medievales, t. III, 1966, p. 131-209.

49 P. Freedman, La condition des paysans..., art. cit.

50 Les communautés rurales..., art. cit., en part. p. 80-82.

51 Ed. J.M. Font Rius, Cartas de población..., ouvr. cit.

52 Ce fut le cas, par exemple, des habitants de Banyoles (dans la région de Gérone) en 1236 (ibid., t. I, 2e partie, p. 624).

53 Ibid., t. I, no 374, p. 556-558.

54 J.M. Font Rius, La comarca de Tortosa a raiz de la reconquista cristiana (1148). Notas sobre su fisionomía politico-social dans Cuadernos de Historia de España, t. XIX, 1953, p. 104-128.

55 J.M. Font Rius, La comarca de Tortosa..., art. cit., et La reconquista de Lérida y su proyección en el orden juridico, Lérida, 1949.

56 La condition des paysans..., art. cit.

57 Très nombreux exemples dans les chartes publiées par J.M. Font Rius, Cartas de población..., ouvr. cit.

58 J.M. Font Rius, Cartas de población..., t. I, no 185, p. 185 : et ut abeatis ibi cavacequia viccinaliter per manum vestra...

59 On trouvera une bibliographie à jour et une excellente étude sur la résistance des communautés musulmanes du Bas Ebre au pouvoir seigneurial dans : José Maria Font Rius, « La carta de seguridad de Ramon Berenguer IV a las morerias de Asco y Ribera del Ebro (siglo XII) », Homenaje a don José Maria Lacarra, I, Saragosse, 1977, p. 261-283.

60 Voir à ce sujet : Luis Gonzales Anton, Las Uniones aragonesas y las Cortes del reino (1283-1301), 2 vol., Saragosse, 1975, passim.

61 Voir par exemple les références données dans A.-L. de Premare et P. Guichard, « Croissance urbaine et société rurale à Valence », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 31, 1981-1, p. 29, n. 34.

62 J. Gautier Dalché, Historia urbana de Leon y Castilla en la Edad Media (siglos IXXIII), Madrid, 1979, p. 7.

63 Exemple de texte sur l’oppression fiscale dans de Premare et Guichard, « Crois«Croissance...», p. 19 ; les formes de contrats agraires sont analysées dans E. Levi Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, III, Paris, 1967, p. 266-270.

64 Le Llibre dels feyts ou Cronica de Jacques Ier est publiée dans la « Colleccio popular Barcino », 2 volumes, Barcelone, 1926-1962. On fera plus loin référence à certains des traités de l’époque de la conquête.

65 Voir A. Bazzana et P. Guichard, « Châteaux et peuplement dans la région valencienne », Flaran 1 : Châteaux et peuplements en Europe occidentale du xe au xviiie siècle, Auch, 1980, p. 191-198.

66 Indications sur cette question dans ma contribution à la récente histoire de la région valencienne publiée sous le titre : Nuestra Historia, Valence, 1980, vol. II, p. 249 et 273 et vol. III, p. 75-76.

67 C’est le cas en particulier de la charte de capitulation de l'aljama d’Eslida et de la sierra d’Espadan en 1242, publiée dans : A. Huici et M.-D. Cabanes, Documentos de Jaime I de Aragon, II, Valence, 1976, p. 138-140.

68 Je me permets de renvoyer à Nuestra historia, III, p. 9-11, ainsi que, sur la question plus générale des tendances « traditionalistes » de l’historiographie médiévale espagnole, à P. Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane Paris-La Haye, 1977, p. 7-16.

69 Robert Ignatius Burns, Islam under the Crusaders : Colonial Survival in the Thirteenth-Century Kingdom of Valencia, Princeton, 1973, et Medieval Colonialism : Postcrusade Exploitation of Islamic Valencia, Princeton, 1975.

70 A. Bazzana et P. Guichard, « Châteaux et peuplement... », p. 197, ainsi qu’un article sur le château de Perpunchent, à paraître dans le vol. XVIII, 1982, des Mélanges de la Casa de Velazquez et A. Bazzana, « Le château d’Alcada de Chivert », Château-Gaillard, VIII, 1976, p. 21-46.

71 Sur cette chronologie : Nuestra Historia, III, p. 22-39.

72 Francisco Roca Traver, « Un siglo de vida mudejar en la Valencia medieval », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragon, V, 1952, p. 115-208.

73 P. Guichard, « Le problème de la sofra dans le royaume de Valence au xiiie siècle », Awraq (Madrid), 2, 1979, p. 64-71.

74 Sylvia Romeu Alfaro, « Los fueros de Valencia y los fueros de Aragon : jurisdicción alfonsina », Anuario de Historia del Derecho Español, 1972, p. 75-115.

75 Exploitation souvent dénoncée, qu’il ne faut peut-être pas exagérer en ce qui concerne la charge économique. Bonne étude dans Eugenio Ciscar Pallares, Tierra y señorío en el Pais valenciano (1570-1620), Valence, 1977.

76 Voir sur cet alourdissement des charges imposées aux Musulmans : Miguel Gual Camarena, « Mudejares valencianos. Aportaciones a su estudio », Saitabi, VII, 1949, p. 165-199.

77 Cet aspect a été souligné par John Boswell dans son étude sur les mudejares de la Couronne d’Aragon dans les années 1355-1366 intitulée : The Royal Treasure : Muslim Communities under the Crown of Aragon in the Fourteenth Century, Yale University Press, 1977, p. 324-369, chapitre intitulé : « The oppression of Mudejares ».

78 Id., p. 391 sqq.

79 Je ne crois pas que l’on trouve des contrats entre Musulmans dans les registres des notaires chrétiens. La documentation écrite interne des aljamas a presque totalement disparu, à l’exception de quelques bribes (cf. par exemple un contrat de 1297 conservé aux Archives de la Couronne d’Aragon, publié dans : W. Hoenerbach, Spanisch-Islamische Urkunden ans der Zeit der Nasriden und Moriscos, University of California Press, 1965, doc. no 4).

80 Ils sont expressément exclus par plusieurs cartas pueblas, comme celles de Burriana de 1233, Villafamés de 1241, Puzol de 1243, la première publiée par le P. Ramon de Maria, Repartiment de Burriana y Villareal, Valence, 1935, p. 21, la seconde par M. Beti dans le Boletín de la Sociedad Castellonense de Cultura (B.S.C.C.), III, 1922, p. 264, la troisième inédite (Archives de la Cathédrale de Valence, Perg. 2333).

81 C’est le cas — exceptionnel — pour les populatores de Secha, alqueria proche de Burriana, auxquels le Temple impose une jova (corvée de labour) une fois par an. Les réserves seigneuriales (dominicaturas) sans être inconnues des cartas pueblas du milieu du xiiie siècle, y sont relativement rares, et il existait sans doute une main-d’œuvre musulmane servile ou salariée suffisamment nombreuse pour qu’il ne soit pas nécessaire de recourir à des corvées. (La carta puebla de Secha, de 1243, se trouve dans les Pergaminos particulares de Montesa, n° 73 P., Archivo Histórico Nacional).

82 Le terme est régulièrement employé dans les documents Valenciens pour désigner les dépendants de la seigneurie, qui prêtent serment de fidélité et hommage « ore et manibus » au seigneur. Les témoignages de ces cérémonies collectives de prestation d’hommage se multiplient à partir de la fin du xiiie siècle.

83 C’est le cas du château de Polop en 1257, pendant la guerre contre le rebelle musulman Al-Azraq (Huici-Cabanes, Documentos de Jaime I, III, p. 259-260), et de ceux de Penáguila et Jijona, particulièrement exposés sur la frontière méridionale, dans les années 1268-1278 (J.-E. Martinez Ferrando, Catálogo de los documentas del antiguo reino de Valencia, Madrid, 1934, I, doc. no 792 et 1998, et document des A.C.A., Reg. Canc. no 207, fol. 188 V.-189 r. (Ce dernier document, qui est la carta puebla de Penáguila, a été récemment publié par Ricardo Bano Arminyana dans le no 33 de la Revista de Estudios Alicantinos, p. 56-61, d’après une copie des Archives paroissiales de Penáguila).

84 Plusieurs privilèges à diverses localités : Jâtiva (1265), Alcira (1266), Murviedro (1278, mais reprenant les dispositions antérieures) ; documents indiqués par Martinez Ferrando, Catalogo, I, nos 627 et 651, et II, no 630.

85 Une collection des cartas pueblas Valenciennes avait été réunie par Miguel Gual Camarena, mais elle n’a pas été publiée. On peut voir cependant, du même auteur : « Contribución al estudio de la territorialidad de los fueros de Valencia », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragón, III, 1947-1948, p. 262-289. Celles de l’actuelle province de Castellón, en majorité publiées dans le Boletin de la Sociedad Castellonense de Cultura, ont servi de base à l’utile étude de Honorio Garcia y Garcia, Estado económico social de los vasallos en la Gobernación foral de Castellón, Vich, 1943.

86 Le terme apparaît par exemple dans la carta puebla de Cabanes (publiée par J.-M. Font y Rius, Cartas de población y franquicia de Cataluña, Madrid-Barcelone, 1969, I, p. 408-410).

87 Honorio Garcia, Estado economico-social..., p. 44-52.

88 Ce conseil est expréssement mentionné dans la carta puebla de Morella en 1233 (voir le texte dans Roca Traver, Justicia de Valencia, p. 406-407) et dans d’autres de la zone septentrionale, comme celle d’Ares, de 1243 (B.S.C.C., I, 1920, p. 187), et celle d’Alcolea de 1245 dont le texte précise : « et primicia sit de consilio, et quod expendat ad voluntatem domini et consilio in ecclesiis et in rebus que necessite sint in ecclesiis et in fortitudine castri » (Archivo Historico Nacional, Cod. 542 C., fol. 22, v.-23 r.).

89 Cf. supra, note 81.

90 Voir l’étude de M. Gual Camarena citée plus haut (Contribución..., E.E.M.C.A., III, 1947-1948), et le travail classique de Roque Chabas, Genesis del derecho foral Valenciano, Valence, 1902.

91 Ce sont surtout les centres de colonisation de l’actuelle province de Castellón (Nules, Almazora, Villareal et Castellón elle-même) qui présentent un plan « hippodamique » caractéristique ; mais on peut retrouver la trace de noyaux initiaux et tracé géométrique dans d’autres localités, comme Gandia.

92 Le problème des institutions municipales Valenciennes a fait l’objet d’une étude de Francisco Roca Traver, El justicia de Valencia (1238-1321), Valence, 1970. Les conclusions de cet ouvrage ne peuvent être totalement retenues pour le xiiie siècle. On dira seulement qu’à cette époque le justicia est normalement élu par le consell (dont le mode de désignation nous échappe), ou par la communauté entière dans les petites localités ; on citera, comme particulièrement significatif, le texte de la carta puebla concédée en 1278 aux populatores de Planes par le seigneur : « Quod possitis eligere quolibet anno justiciam, juratos et mustaçafium, prout est quondam assuetum eligendi et ponendi in civitate valentina » (pub. par A. Dominguez Molto, El señorio de la baronía de Planes, Valence, 1978, p. 272).

93 On a indiqué plus haut le recueil non publié du regretté M. Gual Camarena.

94 Dans les travaux déjà cités de M. Gual Camarena, F. Roca Traver, H. García, etc. La tendance à utiliser principalement les cartas pueblas, qui sont des textes normatifs, donne un caractère quelque peu a-historique à la plupart des études existantes sur cette époque.

95 Il existe cependant un petit nombre de travaux récents d’excellente qualité. On citera en particulier : Antonio Furio, Camperols del Pais Valencia : Sueca, una comunitat rural a la tardor de l’Edat Mitjana, Valence, 1982, et Ferran Garcia, « La incorporació d’Almussafes al senyoriu del monestir de la Valldigna (1351) », dans Economica agraria i historia local, I Assemblea d’Historia de la Ribera, Valence, 1981, p. 263-289. Pour la période postérieure, l’ouvrage déjà cité d’E. Ciscar Pallares, Tierra y señorio, fournit de nombreuses indications.

96 Il s’agit toujours d’une documentation seigneuriale, royale ou de protócolos notariaux. Parmi les rares archives locales conservées pour les époques les plus anciennes, il faut cependant mentionner le remarquable fonds de la Cort del Justicia, aux archives municipales de Cocentaina, qui remonte à 1268. Pour le bas Moyen Age, de nombreux fonds locaux attendent d’être exploités comme l’ont été ceux des archives de Sueca par Antoni Furio, Camperols...

97 Outre les documents royaux, très nombreux mais dispersés dans les registres de Chancellerie des Archives de la Couronne d’Aragon, il existe surtout des documents ecclésiastiques aux Archives de la Cathédrale de Valence et dans les fonds du Clero de l’Archivo Histórico Nacional de Madrid. Les fonds à caractère seigneurial (Osuna, à l’A.H.N., Gandía à l’A.R.V.) ne comportent que peu de documents du xiiie et de la première moitié du xive siècle.

98 L’original de la donation de Moncada aux confratres de Calatayud est conservé à l’Archivo Histórico Nacional, dans les pergaminos reales de Montesa, no 73 r. Au dos du document, une note indique qu’il fut remis aux Frères Prêcheurs de Valence qui ne devaient le donner au roi que lorsque celui-ci se serait acquité de sa dette de 18.000 sous.

99 Dans certains cas, comme à Játiva, même les chevaliers devaient contribuer aux charges communales. Parfois le roi, en cédant une alqueria, à un non-noble, l’avait affranchi de la taxation royale. Les membres de la familia du roi, très nombreux, étaient également exemptés.

100 Exemple d’un conflit de ce genre dans un document des A.C.A. longuement analysé par le P. Burns, « Los limites interiores de la Valencia de la reconquista : Un genero de la tipologia documental », Medievalia (Barcelone), 1, 1980, p. 9-34.

101 Th. F. Glick, Irrigation and Society in Medieval Valencia, Cambridge, Mass., p. 32, insiste sur la distinction entre les deux formes d’organisation de l’irrigation.

102 Document du 10 kal. mars 1292, A.C.A., reg. Canc. 94, fol. 114 r.

103 Les documents de ce type sont très nombreux dans les registres de Chancellerie des A.C.A., particulièrement dans la série Gratiarum de l’époque de Jacques II. Pour les années 1290-1304, un index des documents valenciens de cette série a été publié par Rafael Conde Delgado, dans le 1er volume du 1er Congrès d’histoire du pays valencien déjà cité, p. 220-232. Pour la période antérieure, on trouvera des analyses plus détaillées dans les catalogues des documents des mêmes registres de chancellerie déjà cités de Martinez Ferrando et dans Rafael Gallofre Guinovart, Documentas del reinado de Alfonso III de Aragón relativos al antiguo reino de Valencia, Valence, 1968.

104 Une bonne étude sur l’importance de ce commerce et les groupes sociaux qui en bénéficiaient a été réalisée par Jean-Pierre Cuvillier, « La noblesse catalane et le commerce des blés aragonais au début du xive siècle (1316-1318) », Mélanges de la Casa de Velázquez, VI, 1970, p. 113-130.

105 La documentation, très abondante, se trouve aussi dans la série des registres Graliarum des A.C.A., principalement dans les années 1310-1320.

106 Honorio Garcia, Estado economico social..., p. 44-52.

107 Archives de la Cathédrale de Valence, Perg. no 2333, année 1242.

108 Bon exemple de concession de bovalar aux populatores de Cullera en 1252 dans : Huici-cabanes, Documentos de Jaime I, III, p. 70. Le texte précise nettement : « Damus et assignamus... medium milliarium boalarii... extra terram que vobis fuit sogueita pro vestris jovatis ; in quo boalario totum bestiarium de Cullera... paschat libere et franche... et aliud bestiarium aliorum hominum, qui non sint populatores de Cullera... non paschat in dito boalario sine voluntate vestra. » Sur le reste de la terre non sogueiata (c’est-à-dire ce qui n’avait pas été mesuré par les partidores royaux pour être concédé aux colons), le roi y perçoit en effet un droit d’herbatge sur les troupeaux qu’il autorise à utiliser comme pâturages naturels, et qui peuvent appartenir aux habitants de la localité ou à des cabañas de bétail en transhumance.

109 José Hinojosa Montalvo, dans Nuestra Historia, III, p. 123.

110 Archivo Municipal de Valencia, Manuals de Conseil, 1, fol. 256 r.

111 Sur le Monedage ou Morabatí, voir mise au point et bibliographie R.I. Burns, Medieval Colonialism, p. 150-153, et Pedro Lopez Elum, El impuesto del Morabati, Anales de la Universidad de Valencia, no 139, 1972, p. 6-19. Le tercio diezmo (terç de delme) correspondait au tiers de la dîme ecclésiastique qui, dans les Etats de la reconquête, avait été concédé aux souverains par la Papauté. Les principales aliénations de ces droits au xive siècle se trouvent consignées dans le registre 614 du Real Patrimonio, aux Archives du Royaume de Valence.

112 E. Ciscar Pallares, Tierra y señorío, p. 90, 94, etc.

113 Bons exemples de renforcement de la pression seigneuriale au xive siècle pour les localités de Sueca et Almusafes dépendant respectivement de l’ordre de Montesa et du monastère de Valldigna, dans les travaux déjà mentionnés de A. Furio, Camperols del Pais Valencia, et F. Garcia, « La incorporació d’Almusafes ». Pour le début de l’époque moderne, bonne étude dans E. Ciscar Pallares, Tierra y señorío, p. 88-113, mais qui porte principalement sur les seigneuries musulmanes.

114 Voir l’étude citée plus haut de S. Romeu Alfaro sur l’établissement de la jurisdicción alfonsina.

115 A.C.A., Reg. Canc. no 85, fol. 128 r. (analyse dans Gallofre Guinovart, Documentos del reinado de Alfonso III, p. 425, no 2063).

116 L’ordre de Montesa reprit les terres du Temple et celles de l’Hôpital dans le royaume de Valence. A partir du xive siècle, il représente l’une des principales puissances seigneuriales dans la région Valencienne.

117 A. Furio, Camperols del Pais Valencia, p. 96-103 et 164-177.

118 Id., p. 171.

119 Mateu Rodrigo Lizondo, « La Union valenciana y sus protagonistas », Ligarzas (Valence), VII, 1975, p. 133-166, montre que la guerre de l’Union fut une véritable guerre civile où l’on observe une adhésion massive de la noblesse Valencienne au parti monarchique, alors que les forces révolutionnaires sont, bien qu’on y ait compté des chevaliers, de caractère fondamentalement citadin d’une part et d’autre part populaire. Le travail d’A. Furio sur Sueca permet d’apercevoir nettement l’aspect de révolte rurale antiseigneuriale que prit le mouvement (p. 171-172).

120 A. Furio, Camperols del Pais Valencia, p. 172.

121 R. Garcia Carcel, Las Germanias de Valencia, Barcelona, 1976.

122 Les agermanados réclamaient la suppression du système de l’insaculación, utilisé pour le choix des autorités municipales, le considérant comme trop favorable au pouvoir. De son côté, on voit des pouvoirs seigneuriaux imposer une modification du système en vigueur dans un sens plus favorable à la seigneurie, comme à Sueca en 1523 (Furio, p. 176).

123 E. Ciscar Pallares, Tierra y senorio, p. 128.

124 F. Garcia, « La incorporació... », p. 268-275.

125 A. Furio, Camperols del Pais Valencia, p. 177, et E. Ciscar Pallares, Tierra y senorio, p. 126-133.

126 Dès les xiiie et xive siècles la liberté des mouvements des Musulmans non soumis à un statut qui, par lui-même, implique la non-liberté (esclaves et exaricos aragonais) se trouve progressivement réduite dans les faits, en dépit des textes (chartes de capitulation en particulier) qui en affirmaient le principe (voir J. Boswell, Royal Treasure, p. 293-321). Au début du xvie siècle, l’une des caractéristiques du statut des mudejars, puis des morisques après la conversion, est la « servitude de la glèbe » (E. Ciscar Pallares, Tierra y senorió, p. 84).

© Presses universitaires du Midi, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search