Version classiqueVersion mobile

Les communautés villageoises

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les communautés villageoises du nord de la Péninsule ibérique au Moyen Age

José Angel Garcia de Cortazar

Texte intégral

  • 1 Por tierras de España, publié en 1913, dans l’anthologie Campos de Castilla.
  • 2 Publiée pour la première fois en 1903.
  • 3 Dans Peñas arriba, rédigée en 1894.

1Avant d’entamer notre sujet, certains témoignages d’auteurs de la fin du xixe et du début du xxe siècle nous offrent trois images bien contrastées des communautés. D’abord, Antonio Machado, avec sa description pessimiste de l’homme campagnard de Soria : « A la campagne et au village, les hommes mauvais, capables de vices et crimes, foisonnent. Ils cachent, sous leurs habits bruns, une âme vile, esclave des sept péchés capitaux1. » Dans une seconde optique, le village apparaît, au contraire, idyllique ; c’est un monde plein d’harmonie, tant du point de vue esthétique qu’économique, social ou politique. C’est ce monde qui commence à mourir dans les vallées des Asturies, et que nous décrit Armando Palacio Valdés dans son roman La aldea perdida (Le village perdu)2, ou ce monde pour qui José Maria Pereda plaide, dans la vieille Cantabrie, s’adressant au gouvernement central : « Prends selon tes critères ce que, par une bonne et stricte justice, notre pauvreté te doit afin de lever les charges communes de la patrie. Mais laisse nos biens communs, nos sages lois et nos conseils municipaux traditionnels et libres3. »

  • 4 Repris par G. Diaz Plaja, Tesoro breve de las letras hispánicas, t. VI, Madrid, p. 188.

2Cependant, il faut reconnaître dès le début de cet exposé que cette image idyllique du monde rural en Asturies et Cantabrie change avec le Pays Basque. Ici, la couleur est plus individualiste. Ainsi, en 1864, le poète basque-français Jean Baptiste Elizamburu nous offre une image populaire, typique, du caserio, stéréotypé bientôt. Celui-ci apparaît comme centre de rassemblement et d’assise du groupe familial, de la famille souche, selon la qualification de Le Play, et transmetteur des traditions. Le poète le décrit ainsi : « Voyez dans la lumière matinale, sur la colline, parmi les chênes, une petite maison à façade blanche ; un chien blanc est à la porte. A côté, une petite fontaine. Bien que ce ne soit pas un château, j’aime cet endroit où je suis né, que mes ancêtres ont choisi. Hors de chez moi, j’ai l’impression d’être perdu. Je voudrais mourir là où je suis né4.

  • 5 Ensayo sobre la historia de la propiedad territorial en España, Madrid, 1873 ; Ensavo sobre la his (...)
  • 6 Los foros de Galicia en la Edad Media, Madrid, 1884.
  • 7 Parmi d’autres études : Origen del régimen municipal en León y Castilla, dans Estudios sobre la hi (...)

3Enfin, la troisième image de ce monde rural du nord de la péninsule que nous offrent divers auteurs, se rapproche davantage de notre sujet. En effet, à la fin du xixe siècle, Francisco de Cardenas, Gumersindo de Azcárate ou Joaquín Costa se sont intéressés à l’histoire de la propriété foncière, ainsi qu’au fonctionnement des communautés administrant les bien de la collectivité, et en définitive, aux communautés de village5. Dans cette même optique, Villaamil y Castro étudie le domaine de l’évêque de Lugo et, plus précisément, l’institution du foro en Galice6. Un peu plus tard, ce sera Eduardo de Hinojosa qui approfondira le sujet du point de vue juridique7. Cependant, l’étude de la communauté villageoise, qui avait été traitée superficiellement par les historiens de la propriété communale, et dans les débats politiques de la fin du xixe siècle sur les questions agraires, s’estompe alors dans notre historiographie.

  • 8 Première édition, Buenos Aires, 1956. D’autres études apportent des précisions sur le thème qui no (...)

4Sans écarter complètement la vision entremêlée du réalisme sombre, du romantisme régional, du populaire aux racines proudhoniennes, Sanchez Albornoz, dès 1920, a apporté sa solide formation juridique au service d’hypothèses générales sur les collectivités rurales de la vallée du Duero. Dans son ouvrage Espana, un enigma histórico8, publié en 1956, ses hypothèses, chaque fois plus étudiées, donnent lieu à une interprétation globale — nous permettant d’étudier ainsi la structure sociale et politique de ces petits villages castillans, nés aux ixe et xe siècles au fur et à mesure de la colonisation. L’un des leitmotiv de Sánchez Albornoz consiste en l’inévitable relation propriété-liberté. Au Moyen Age, les Castillans étaient libres ; libres parce qu’ils étaient héritiers d’une terre d’hommes libres (celle des montagnes cantabriques et du Pays Basque), mais aussi parce qu’ils protégèrent leurs petites possessions plus longtemps que d’autres groupes de la Péninsule. Ces biens personnels, ainsi que la présence de petites communautés administrant des biens non répartis individuellement, sauvegarda leur liberté.

5Au risque de trop simplifier, on pourrait dire peut-être que Sánchez Albornoz, dans ses écrits, transfère, peu à peu, son intérêt pour les habitants libres du village à des familles établies par la pressura collective. D’ailleurs, il parle des communautés mais il ne les analyse pas. Pour lui, elles sont en grande partie une entéléchie, dont les profils historiques, dans leur géographie et leur chronologie, s’estompent à mesure que cet historien s’éloigne du xe siècle.

  • 9 Dans son travail cité dans la noté 12, R. Pastor met en rapport les plus significatives de ces œuv (...)
  • 10 Références bibliographiques concrètes dans J.A. Garcia de Cortazar, La historia rural medieval. Un (...)

6Les travaux d’histoire rurale de ces quinze dernières années sur la région nord-occidentale de la Péninsule ibérique ont concerné une histoire rurale presque sans communautés villageoises. La région, les domaines monastiques, les corvées, les revenus du seigneur sont étudiés. On essaie de préciser la valeur du lexique relatif au peuplement, au paysage agraire, aux activités des paysans, mais la communauté villageoise reste toujours à l’écart9. Même dans le cas des behetrias, ou, pour des raisons sociales, économiques et politiques, il semblerait évident d’en parler, elle n’y est pas mentionnée. Son étude semble plutôt l’affaire des ethnologues et des anthropologues, tels Caro Baroja et Lisón Tolosana, ou bien des géographes intéressés par l’histoire comme García Fernández ou Ortega Valcárcel10. Nous, historiens, nous leur demandons souvent des informations que nous devrions donner nous-mêmes. En conséquence, il ne nous semble pas exagéré de dire que, dans la Péninsule, l’étude historiographique du thème de la communauté villageoise a commencé il y a environ quatre ans.

  • 11 Publiée à Barcelona, 1978.
  • 12 Publiée à Madrid, 1980.

7En effet, laissant de côté certains travaux succincts de Prieto Bances, il nous faut arriver à l’œuvre de Barbero y Vigil sur La formacíon del feudalismo en la Peninsula Ibérica11, pour trouver au dernier chapitre un paragraphe intitulé « La communauté villageoise ». Deux ans plus tard, Reyna Pastor fait de ces communautés les protagonistes de son étude sur Resistencias y luchas campesinas en la época del crecimiento y consolidacíon de la formacíon feudal. Castilla y León, siglos X-XIII12. Dans ces deux ouvrages, le paysan n’est pas vu foncièrement comme un homme libre ; il apparaît déjà menacé par sa future dépendance. C’est surtout dans le livre de Pastor que l’on voit comment les pouvoirs du seigneur dominent par coaction extra-économique et le paysan et la communauté à laquelle il appartient.

8Tous ces travaux, les hypothèses de Sánchez Albornoz, les études sur l’histoire rurale, les présentations de Barbero y Vigil y Pastor, nous serviront de points de référence et de réflexion. Pour la Galice et la Castille, il existe déjà des applications plus concrètes, mais ces travaux viennent d’être présentés comme thèses doctorales et ne sont pas encore édités. Cependant, malgré ces études, il est à remarquer que le thème de la communauté villageoise offre encore plus de questions que de réponses.

  • 13 Ouvrage cité à la note 10, p. 85-96.

9Il y a quatre ans, j’ai systématisé quelques-unes de ces questions en essayant de souligner théoriquement le rôle du village et de sa communauté dans l’histoire rurale du Moyen Age espagnol. Mes questions d’alors s’adressaient à la terminologie, à la morphologie, à la fonction, à l’activité économique, à la sociabilité, aux fortunes, au cadre juridique, aux décisions du pouvoir au sein de la communauté villageoise13, d’une communauté villageoise que l’on souhaiterait définir géographiquement et chronologiquement avec plus de rigueur.

10Chronologiquement, notre étude s’étendra donc du ixe au xive siècle ; géographiquement, elle comprendra la région située entre la mer Cantabrique et la Cordillère centrale. Et elle aura pour objectifs : ces groupements de familles paysannes fixés dans un lieu précis, les villages, ceux-ci vus non seulement comme la somme des différentes unités familiales, mais encore comme une unité d’exploitation de certains biens non répartis individuellement comme les forêts, les eaux, etc. Ces biens communs développent une certaine sociabilité, nous pouvons supposer encore que cette sociabilité pourrait se renforcer afin de préserver, face aux pouvoirs extérieurs du village, les intérêts communs. Nous entendons par pouvoir extérieur celui des seigneurs, de plus en plus étendu.

11Ainsi, les villages offriraient une assise aux petites exploitations familiales et leur permettraient une subsistance non seulement par l’exploitation de céréales, de vigne ou d’horticulture, à titre individuel ou familial, mais encore par la jouissance communautaire des forêts, des pâtures et des eaux. Le pouvoir féodal profitant de cette structure (en la maintenant et en s’y introduisant) protégeait ainsi l’existence de la petite exploitation familiale en tant que cellule reproductrice du système, et, par conséquence, du schéma de la communauté du village exposé plus haut. Cela suppose donc que le pouvoir renforçait face à lui les traits de cette communauté dans sa solidarité. Ainsi, la systématisation et la répétition de gestes, de rythmes et de rites feraient que les hommes d’un même village y adhèrent. Bien qu’on ne puisse pas penser à la naissance d’une conscience de classe, on suppose que dans les situations d’entente, mais surtout dans celles de conflit, la communauté villageoise s’unissait face au pouvoir féodal. Cependant, le résultat final serait inévitablement la soumission à ce dernier.

12Cet ensemble de propositions peut servir de point d’appui à nos questions. Y répondre est une tâche qui exige de saisir à l’esprit la carte régionale du nord-ouest de la Péninsule ou, tout au moins, des terres qui se situent grosso modo au nord et au sud de la cordillère cantabrique.

13Notre première question sera : l’origine des communautés de village est-elle un héritage néolithique ou une création du haut Moyen Age ? Ou, posée d’une autre manière, y a-t-il communauté de village du moment que l’activité économique s’oriente, bien qu’en partie, vers l’agriculture et les groupes humains deviennent plus sédentaires ou de résidence plus prolongée ? Ou, au contraire, pouvons-nous penser que la communauté de village ne naît pas spontanément lorsqu’il y a effort agricole, même partiel, mais que la répartition des titres et des biens fonciers entre les divers membres du village et les obligations d’entraide dépendent-elles de moments historiques différents ? La réponse que nous pouvons donner selon les renseignements fournis par le nord de l’Espagne nous pousse à penser vers la deuxième hypothèse. En effet, la zone comprise entre la Cordillère centrale et la mer Cantabrique laisserait voir, vers le ive siècle, une région nantie de villae, conséquence de la ruralisation qui apparaissait depuis cent ans, ainsi que quelques groupements humains, les villages. Dans ces villages, à ce moment-là, existait-il une organisation de la communauté, c’est-à-dire des alleutiers complétant leur activité agricole avec l’exploitation de biens non répartis individuellement, comme la forêt, biens communautaires ? Nous n’en sommes pas sûr. Nous pouvons dire, néanmoins, que, pendant le Haut Empire, on trouve des traces de propriétés collectives dans la vallée de Duero, mais pendant la crise du iiie siècle, nous ignorons si ces biens communautaires passèrent à l’usage personnel, exclusif, de grands propriétaires de villae. Les petits alleutiers se recommandèrent à ceux-ci, étant en quelque sorte transformés en colons, et n’abandonnant pas les formes traditionnelles de peuplement, les vici, se trouvèrent ensuite intégrés dans celte nouvelle formule économique et sociale des grands latifundia.

  • 14 J. Caro, Los vascos, 2e éd., Madrid, 1958, p. 56-61.

14Dans une deuxième région, au nord de la première et en grande partie au nord de la Cordillère cantabrique, apparaît une forte structure gentilice, titulaire collective des biens, la forêt et le bétail d’habitude. Il est même probable que dans des régions de transition comme Alava, la structure des latifundia ne trouble pas celle des communautés gentilices14.

  • 15 P. D. King, Derecho y sociedad en et reino visigodo, Madrid, 1981, p. 232.
  • 16 Ibidem, p. 193.

15L’arrivée et l’établissement des Visigoths ne toucha que la première des deux régions mentionnées. On ne sait pas concrètement comment ils se fixèrent. Il est difficile de généraliser, mais on peut admettre une récupération des petites propriétés libres. Ce fut peut-être le résultat des appropriations collectives de sortes de la part des Visigoths qui ne faisaient pas partie de la cour d’un chef et qui pouvaient former ainsi de véritables communautés de village15. A proximité, des chefs s’établiraient, ayant sous leur autorité des hommes dont quelques-uns vivraient chez eux. Avec le temps (les textes du viie siècle sont explicites), la dégradation de la situation démographique et économique provoquerait une nouvelle aggravation de la situation sociale de la plus grande partie des hommes libres. C’est un fait au moins, non seulement l’augmentation des colons en dépendance, mais aussi du servage, dont les membres étaient en grande majorité des travailleurs directs des domaines seigneuriaux plutôt que des esclaves « casés »16.

16Au début du viiie siècle, et dans des proportions que nous ignorons, il existait, dans le territoire étudié, de nombreuses villae ou grands domaines ; en moindre nombre, des communautés de village ; et des zones où le titre de propriété foncière était maintenu à part entière au sein de la famille élargie, du grand groupe domestique. Le premier cas abonde dans la vallée du Duero et dans des régions de la Galice ; le deuxième se retrouve aussi dans la vallée du Duero, tandis que le troisième est fréquent dans la zone montagneuse comprise entre Asturies et les Pyrénées, avec une densité plus forte vers cette chaîne. L’hégémonie incontestable de l’élevage dans ces régions assurait la continuité des formules indivises de propriété.

  • 17 Le débat sur le degré de dépeuplement de la vallée du Duero au viiie siècle se poursuit. Les prise (...)
  • 18 J.A. Garcia de Cortazar y C. Diez Herrera, La formación de la sociedad hispanocristiana del Cantáb (...)

17L’arrivée des Musulmans dans la Péninsule en 711, les années de sécheresse et de famine entre 750 et 755, les campagnes d’Alphonse I d’Asturies, vers les mêmes années, diminuèrent la densité de la population, densité déjà faible dans les terres comprises entre la Cordillère cantabrique et la Cordillère centrale. Une partie des habitants, généralement les plus nantis socialement et économiquement, se réfugièrent au nord des monts Cantabriques, provoquant ainsi un dépeuplement de la vallée du Duero. On discute encore aujourd’hui sur le nombre — en l’occurence, les plus faibles — de ceux qui restèrent dans la région et qui renforcèrent probablement les communautés de village17. En même temps, dans la Cordillère cantabrique, il y avait des tentatives d’établissement de l’économie agricole, du christianisme et de la féodalité existant dans le sud : héritage que ni les Romains ni les Visigoths — vu l’obstacle des montagnes — n’avaient pu promouvoir18.

  • 19 Et, dans le cas d’aliénation, celui de retour à la famille souche. En 1107, la fille du comte de V (...)

18Cette influence sur les terres montagneuses du Nord, inégale et lente selon les contrées, provoquera soit la formation de villae gérées par un seul propriétaire, soit la création de villages. Les serfs ou les colons des villae, d’une part, et les membres des communautés villageoises, d’autre part, étaient soit des réfugiés du Sud, soit les membres épars des anciennes grandes familles gentilices désagrégées. Cette désagrégation de la famille fut peut-être le résultat de l’introduction du nouveau modèle de culture méridionale méditerranéenne. Elle eut pour conséquence l’attribution en titre de l’ensemble des biens aux membres les plus importants de la lignée familiale, et la conservation du principe de transmission indivise du patrimoine19.

  • 20 Ouvrage et chapitre cités dans la note 11.
  • 21 J.A. Garcia de Cortazar, La sociedad alavesa medieval antes de la concesión del fuero de Vitoria, (...)

19Peu à peu, par les procédés de l’adoption, de la donation, de la dotation, les habitants des régions montagneuses les plus acculturés brisèrent la cohésion du patrimoine20. Cette rupture apparut d’abord dans la région de Liébana, en Vieille Castille, dans une partie d’Asturies et de Galice ; puis ensuite en Trasmiera, Vizcaya, Alava y Guipúzcoa. La différente intensité de l’implantation des hommes venus du sud sur les terres du nord de la Cordillère cantabrique, ainsi que le facteur d’acceptation préalable de l’héritage romain, pourraient expliquer ces décalages. Sans doute, et pendant des siècles, la partie orientale d’Alava et surtout la totalité de Vizcaya n’acceptèrent les modèles proposés que beaucoup plus tard21. Au contraire, vers la moitié du viiie siècle, il y aura en Asturies une révolte de serfs, sans doute signe de la promptitude d’acceptation des schémas sociaux du monde visigoth. Cela n’est pas étrange, car c’est dans cette même région que prit naissance la résistance espagnole contre l’Islam.

20Vers l’an 800, à la veille du début de la colonisation de la vallée du Duero, la carte des communautés de village était encore à peine dessinée. Au nord de la Cordillère cantabrique, l’hégémonie des villae gérées par un seul propriétaire à l’ouest, puis les grands groupes domestiques possédant des terres, dont les membres pouvaient profiter, à l’est, apparaît incontestable. Tandis qu’au sud de la ligne des montagnes, sur un territoire peu peuplé, il y avait les vieilles communautés villageoises. Selon les régions, et entre les années 900 et 1050, nous assistons, grâce aux documents, à la cristallisation et à la généralisation du modèle des communautés de village. Seule, la région basque échappe encore, pendant un certain temps, à ce modèle, bien que — nous le verrons plus tard — la morphologie de son habitat s’y apparente beaucoup.

  • 22 Cartulario de San Millán de la Cogolla (759-1076), éd. A. Ubieto, Valencia, 1974, no 64.

21Les raisons de l’apparition du village et de l’assise de sa communauté appartiennent jusqu’aujourd’hui davantage à la filiation qu’à l’interprétation. Pour l’instant, nous nous contenterons avec l’idée que les villages apparaissent grâce à l’établissement de divers propriétaires ou possesseurs fonciers dans un même lieu. Il y a deux chemins pour arriver là. Le premier serait d’établir les serfs de l’ancienne exploitation de la villa, en un mot, les caser, en les rendant responsables de parcelles individuelles. Ceux-ci qui résidaient alors, soit dans la maison principale, soit dans des cabanes annexes groupées et dépendant des villici, étaient transformés ainsi en casatos, que nous trouvons, par exemple, en l’an 952 à Alava22. Le second chemin consisterait à rompre les anciens liens de la grande communauté gentilice, et à former des petits groupes de familles étroites en même temps que l’installation plus sédentaire et agricole de ces grands groupes domestiques traditionnels voués à l’élevage et jusqu’alors peu stables.

22Cependant, aucune de ces raisons n’explique pourquoi ce phénomène eut lieu précisément entre les ixe, xe et xie siècles. Il est vrai qu’à cette époque, les effectifs démographiques augmentèrent au nord de la Cordillère cantabrique, mais cette augmentation fut-elle antérieure ou postérieure à ce changement de structure sociale qui donna naissance à la communauté villagoise ? Peut-être fut-elle antérieure, car ce fut sans doute cette augmentation de la population qui entraîna une installation et une exploitation du territoire plus stables, ainsi que l’occupation plus individualiste du terroir. Mais on peut alors s’interroger sur l’origine de cette augmentation de population. Quelles en seraient les causes ? Est-ce le déplacement préalable de la population du sud vers le nord de la Cordillère cantabrique ? Est-ce le développement du secteur agricole dans les vallées du nord dû aux exigences de nouveaux arrivés ? Est-ce la pression toujours vivante des seigneurs visigoths et leurs héritiers ?

23Maintenant, nous ne pouvons pas répondre exactement mais il apparaît clair qu’entre 800 et 850, dans les vallées de transition entre les montagnes de la Cordillère cantabrique et le plateau du Duero, il y eut des cellules de peuplement correspondant à des schémas connus : la villa comme unité d’exploitation ; et le petit village peuplé de plusieurs familles simples d’alleutiers ou de tenanciers. A partir des deux réalités, deux chemins différents, mais une même destinée : la création de la communauté villageoise. Nous entendons celle-ci comme un groupement de noyaux familiaux de petites dimensions et comme une personne juridique capable de titularité ou, au moins, de gestion de biens accordés aux finages du village et non répartis.

  • 23 Ibidem, no 88.
  • 24 Ibidem, no 231 : De defesis antiquis in Matrice et terminis de Colia, ab usu antiquo confirmatas, (...)

24Le premier chemin, nous pouvons le reconstruire sur la base du village de Villagonzalo en Rioja. L’année 971, le roi Sancho Garcès II de Pamplona fait donation au monastère de San Millán de la Cogolla de deux villae (Villa Gundissalvo et Villa Cordovin), avec obligation, pour leurs habitants de travailler deux jours par semaine au profit de leur nouveau maître23. L’exploitation directe exclusive, remplacée par des corvées aussi lourdes que celle de dédier un tiers du temps au seigneur, a disparu en faveur de l’installation des anciens serfs dans leurs terres respectives : les casatos. Dès leur nouveau foyer, les hommes des deux anciennes villae auront la possibilité de mettre en valeur les possessions accordées et celle de les élargir par le moyen du défrichement et de l’accès aux ressources de la forêt, soit celle qui se trouve dans les finages très petits, accordés à leurs villae, soit celui d’autres finages voisins, Madriz, par exemple24. Le monastère de San Millán rachètera, soixante-dix années plus tard, à son propre profit, quelques corvées que les habitants de ces noyaux-là devaient au palais royal de Nájera.

25Peu à peu, l’histoire individuelle de chaque famille qui habite Villagonzalo et Cordovin différera des autres : une bonne moisson, un défrichement profitable, un achat convenable, une vente obligée, une répartition, une donation pieuse contribueront à distinguer les destinées respectives. L’ensemble du village, à l’égal de ceux qui se trouvent plus proches du noyau central du domaine de San Millán, subira une situation de soumission plus forte que celle d’autres villages plus éloignés du domaine. Le servage y sera présent. A la fin du xie siècle, la structure de la famille titulaire des biens fonciers sera encore bien élargie dans plusieurs cas connus. A ce moment-là fonctionne déjà, du moins à Villagonzalo, un concilium, qui sanctionne les actes juridiques. Il y a eu un changement presque insensible de l’ancienne villa, grande exploitation, à la communauté villageoise. Le concilium, siège de fortunes déjà inégales et centre qui gère les destinées communautaires, ne servait peut-être que pour traduire à l’intérieur du village les normes de fonctionnement dictées par une autorité supérieure : celle du monastère.

26Les villages nés à partir des villae, soumis dès le début à un seul pouvoir et transférés d’un domaine à un autre comme une collectivité à laquelle on édicte des normes d’application générale, nous offrent, sans aucun doute, une des histoires possibles des communautés villageoises. Mais, avant la généralisation de la seigneurie juridictionnelle, ces villages-là ont dû être une formule moins usuelle que celle de la communauté villageoise qui naît d’en bas. Et c’est aussi d’en bas qu’elle observe comment à travers les interstices d’activités et de situations sans nombre, le pouvoir s’infiltre peu à peu. Il finira par la dominer : à l’intérieur, par les membres distingués de la communauté elle-même ; à l’extérieur, par le seigneur ou, plutôt, par les seigneurs, parce que dans chacune d’elles conflueront des intérêts de plusieurs seigneuries.

  • 25 Ouvrage cité à la note 18, p. 183-209. A. Barbero y M. Vigil, La formacíon del feudalismo, p. 354- (...)

27A travers les documents conservés, on peut suivre plus facilement le cheminement de la création de la communauté villageoise à partir du groupement initial dans un même endroit de groupes familiaux pourvus de terres allodiales. A ce type-là appartiennent, sans doute, les noyaux qui foisonnent précoces dans les terres situées entre la Cordillère cantabrique, l’Ebre et la partie haute du Pisuerga : Lomana en Tobalina ; Villamanca en Cuartango ; Branosera, au pied méridional de Pena Labra, semblent habitées avant la moitié du ixe siècle par des familles qui constituent déjà une communauté villageoise. Au nord de la Cordillère, à Liebana et aux Asturies de Santillana, les documents montrent même le morcellement de vieilles et primitives communautés gentilices. Voilà le point de départ du groupement des familles plus réduites, en définitive, l’apport humain des premières communautés villageoises foris montis25. L’histoire des anteiglesias biscayennes, proches en géographie, mais très éloignées en chronologie, parce qu’elles sont toujours datées à partir du xive siècle environ, montre, avec son archaïsme, la vraisemblance de l’image. Elle est beaucoup plus précoce dans les autres zones.

28En résumé, l’occupation effective de l’espace dans tout le nord de la Péninsule, d’une très faible densité de peuplement au début du viiie siècle, a dû se réaliser premièrement par des groupes humains qui étaient surtout des fractions, soit de communautés gentilices primitives, soit de vastes groupes familiaux. Une telle organisation sociale était encore au début du viiie siècle très fréquente dans les terres montagneuses du nord. A partir de maintenant, le déplacement vers le sud se fait dans des conditions de terre abondante par rapport au nombre de colonisateurs. Cela fait naître, à côté de l’activité agricole permanente, une occupation importante tournée vers l’élevage. La gestion de toutes les deux, surtout de la dernière, correspond à l’ensemble de la communauté, qui l’exerce à travers l’autorité incontestée du chef familial. C’est, peut-être, pour cette raison-là qu’elle n’est pas expressément constatée dans les rares documents qui se conservent relatifs à cette époque initiale.

  • 26 La toponymie que l’on peut tirer de la documentation, spécialement de celle du monastère de San Mi (...)
  • 27 Cartulario de San Millán, no 27 (940).

29Les caractéristiques démographiques et économiques des premières avances colonisatrices significatives n’ont pas exclu, non plus, la mise en place, dans les nouveaux territoires, de la troisième formule connue au nord de la Cordillère cantabrique. Cette formule, celle du profit indivis d’une grande étendue forestière aux mains d’une lignée familiale importante, apparaît moins fréquente au sud de la Cordillère. Peut-être que certains groupes de Basques occidentaux — ceux de Vizcaya et d’Alava — l’y apportèrent, quand, selon la toponymie, ils occupaient des endroits situés dans la Rioja, entre l’Ebre et le haut Arlanza26. Dans cette zone montagneuse, les documents font part, et celui depuis longtemps, de la soigneuse utilisation des espaces forestiers entre les diverses petites communautés villageoises. On le suppose à Oca dans la deuxième moitié du ixe siècle, et, cent ans plus tard environ, un peu plus à l’est, dans les hautes vallées des rivières Tirón et Oja. Au contraire, il y a des exemples d’appropriation individuelle de biens précis, d’usage continu, dans les vallées moyennes et basses des rivières déjà cités. Nous en avons un dans le cas du moulin de Sietefenestras, qui sic fuit ipso molino in presura de christianos et populatione de christianos27.

30Pendant les ixe et xe siècles, la plus grande partie de l’espace compris entre la Cordillère cantabrique et le cours du Duero avait été témoin d’un grand effort de colonisation. La formule la plus générale d’occupation du territoire fut la presura, la prise de l’espace, presque vide, par les nouveaux arrivants. Théoriquement démocratique, cette modalité provoquait d’abord un grave déséquilibre économique, puis ensuite social. En effet, il y avait d’abord les petits groupes familiaux prenant, selon leurs possibilités d’exploitation directe, un morceau de terroir ; venait ensuite l’ensemble des nouveaux arrivés déclarant un autre comme d’utilisation commune ; puis enfin, certains membres de la collectivité étaient reconnus comme possesseurs des espaces beaucoup plus grands. Ceux-ci étaient le roi, les comtes, quelques administrateurs, ou bien les chefs des anciens groupes domestiques ; en général, des hommes d’un état supérieur, dirigeant ou non des serfs et des iuniores, s’approprièrent des surfaces plus grandes.

  • 28 J.A. Garcia de Cortazar, La serna, una etapa del proceso de ocupación y explotación del espacio, d (...)
  • 29 J. Corominas, Diccionario critico-etimológico de la Lengua castellana, Madrid, 3e réimpression, 19 (...)

31Une partie de ces surfaces pouvait être travaillée grâce à la main-d’œuvre dont ceux-là disposaient, mais les autres terres, plus éloignées des cultures permanentes dès le début, étaient réservées pour plus tard, lorsque leur exploitation deviendrait nécessaire. Ces terrains étaient les sernas ; et quelques-uns d’entre eux, bien que ce fut rare, pouvaient devenir possession de toute la communauté du village28. A partir du xie siècle, sous la pression démographique, ces sernas s’intégrèrent peu à peu aux zones de culture agricole permanente. C’est alors que les propriétaires de ces sernas posèrent leurs conditions pour l’exploitation des terres. Cela explique donc pourquoi le mot serna, vaguement « champ des seigneurs »29, évolua et en vint à désigner les corvées permettant la mise en culture de ces terres. Puis, finalement, sous la pression démographique, sa destination à l’obtention de céréales donna à ce mot le sens de « champ des céréales », souvent, comme en Asturies, le terroir céréalier de la communauté villageoise.

  • 30 Dans les années 955 et 1012, dans ceux de Berbea, San Zadornil et Barrio, près du siège épiscopal (...)
  • 31 Cette distinction régionale, très riche en symptômes qui expriment des processus plus complexes, n (...)

32La croissance démographique s’est répercutée sur la création ou la revivification d’une grande quantité de noyaux. En même temps, se sont probablement fortifiés des principes exogamiques, qui tâcheraient de s’imposer spatialement. Ils seraient nés, aussi, d’inévitables compromis de répartition de l’espace entre plusieurs groupes, entre plusieurs communautés. Et avec eux, ceux de chercher le moyen d’exprimer la volonté de chacune de ces communautés-là. En accord avec l’histoire des groupes familiaux, il paraît que la formule choisie soit celle de faire participer dans la prise de décision tous les membres qui y sont installés. Les documents parlent de barones et mulieres, seniores et iuvenes unis par la simple condition d’habitantes d’un endroit30. De cette façon-là, la rupture des liens à l’intérieur de la communauté familiale élargie favoriserait dans chaque zone la transition de la représentation politique comarcale entre les mains de chefs, les seniores terrae — ce qui est caractéristique pendant des siècles en Vizcaya et dans une partie d’Alava — à la représentation politique locale de la communauté villageoise : le concilium31.

  • 32 Me C. Pallares et E. Portela, Aproximación al estudio de las explotaciones agrarias en Galicia en (...)
  • 33 Me C. Pallares, El monasterio de Sobrado : un ejemplo del protagonismo monástico en la Galicia med (...)

33Et voilà la deuxième voie d’accès à la communauté villageoise. Il faudrait étudier un à un les villages formés ou reformés de cette façon-là pour connaître par régions la proportion existante entre les villages ayant leur origine dans les groupes de familles alleutiers et ceux qui naissent dans la villa ou grande exploitation. Le fait qu’un même mot désigne ces deux réalités augmente la difficulté de l’enquête, quoique, dans certaines zones réduites, une étude ait été essayée32. Le résultat ne nous fait pas oublier que soit dans la zone de colonisation du Duero, soit surtout dans les Asturies et la Galicie, le modèle de la grande exploitation continua, servi parfois par la tribu servile. Les actes du monastère de Santa Maria de Sobrado en Galicie ou de San Vincente de Oviedo en Asturies montrent la présence de villae gérées par un seul propriétaire jusqu’à la moitié du xie siècle33. Vers cette même époque, dans les terres de Castilla et en plus petite proportion dans celles du Leôn, le village apparaît comme un modèle définitivement instauré. De même en Rioja, où le nombre des villae royales au xe siècle avait été important.

34Nous pouvons donc penser que l’affaiblissement de la pression démographique en Galicie et aux Asturies, dû à l’émigration vers la vallée du Duero, a permis de maintenir la structure de la grande exploitation. Le même phénomène sur les terres de Vizcaya et d’Alava supposait une paralysation du disloquement des vieilles structures de lignage qui avait eu lieu dès le ixe siècle. Ce sera le dynamisme provoqué par les villes naissantes au xiiie siècle qui entraînera dans ces régions, bien que partielle, une rupture avec le passé.

  • 34 J.A. Garcia de Cortazar, La organizacíon del territorio en la formación de Alava y Vizcaya en los (...)

35Les exemples les plus évidents de ces retards dans la généralisation du modèle du village furent sans doute ceux de la partie est d’Alava et ceux de l’ensemble de Vizcaya. Dans ce dernier cas, il semble que la morphologie du village s’instaura avant la formation de la communauté. Sous ces deux aspects, dans tout l’espace compris entre la mer Cantabrique et la Cordillère centrale, l’affermissement de l’Eglise séculière, dessinant alors la carte de l’institution paroissiale, y contribuera fortement. Mais, justement, dans ces deux régions retardataires, le contrôle des petites églises, appartenant ailleurs, dès le début du xiie siècle, aux évêques, restera encore longtemps sous la direction de laïques34.

36Sur le reste du territoire étudié, la lutte de l’Eglise pour dominer les églises privées que les premiers colonisateurs — soit des groupes domestiques ou familiaux simples à titre collectif, soit des seigneurs à titre individuel — avaient établies, eut plus de succès. Elle eut souvent à lutter contre les grands monastères : San Millán de la Cogolla, San Salvador de Oña, Sahagún, San Pedro de Cardena, San Pedro de Montes, San Julián de Samos. Mais elle imposa assez tôt la doctrine que les laïcs n’aient pas la possession d’églises. Elle hiérarchisa l’institution diocésaine, définit les bases de soutien aux serviteurs du culte, ainsi que la dimension de la communauté à rattacher à chacun d’entre eux. Ceci aboutit au renforcement du village dans sa communauté et sa morphologie.

  • 35 F.J. Fernandez Conde et alii, El monasterio de San Pelavo de Oviedo, II, Oviedo, 1981, no 186 (135 (...)
  • 36 Cartulario de San Millań, no 70.

37L’expression « communauté de village » évoque sans doute un groupement humain, une population réunie autour d’une église dont le clocher a sa place dans la vie de la collectivité. Peu à peu, le temple construit en pierre contraste avec les maisons du village bâties en bois et torchis comme nous pouvons le voir aujourd’hui à Calatanazor et dans de nombreux villages castillans, ou bien encore les maisons en bois recouvertes de chaume : « la casa de madera techada de palla » d’un document du xive siècle de la puebla de Grado en Asturies35. Il s’agit, généralement, d’une maison d’un étage, ou, comme nous le voyons en 956 à Bayas, sur le bord de l’Ebre, cum sotalo et soperatum, avec rez-de-chaussée et grenier36.

  • 37 J. Ortega, La transformacíon de un espacio rural. Las Montañas de Burgos, Valladolid, 1974, p. 299 (...)
  • 38 J. Garcia, Sociedad y organización tradicional del espacio en Asturias, Oviedo, 1976, p. 59-78.

38Ainsi que la majorité des images simplifiées — fort nombreuses sur le thème du village — le regroupement, lorsqu’il existe, apparaît comme le résultat d’une certaine évolution historique. Pour s’en rendre compte, le moment et le lieu de l’histoire sont très importants. Ils expliquent que la morphologie du village apparaisse à un niveau ou à un autre. Dans ses lignes générales, on peut s’aventurer à penser que son stade le plus ancien dans la zone comprise entre la Cordillère centrale et la mer Cantabrique est celui que l’on peut voir actuellement dans la région des montagnes de Burgos37. Là, il traduit exactement dans l’espace le schéma du fonctionnement de la communauté de village. Celle-ci comprise comme un regroupement de plusieurs propriétaires fonciers, et dont l’exploitation se divise en deux grands cercles : le premier, très réduit, comprend les terres d’exploitation permanente tandis que le second, plus grand, comprend les terres travaillées de temps à autre. Le premier cercle économique, autour des maisons séparées les unes des autres par des jardins potagers ou de petits champs de céréales presque toujours clôturés. Ainsi étaient le solar castillan primitif et la quintana asturienne, que l’on trouve identique dans tout le nord de la Péninsule38. Le deuxième cercle appartient à la forêt et permet d’établir ainsi un équilibre adéquat entre l’agriculture et l’élevage, qui caractérise ces communautés de village.

  • 39 Nous pensons que la modalité juridique du caserio — installation permanente dans un foyer stable d (...)

39Dans certains cas concrets, l’habitat villageois de la zone nord-ouest de la Péninsule s’est développé lentement — pas avant la fin du Moyen Age — et s’est défini au Pays Basque comme le caserio, unité de peuplement et d’exploitation individuelle, et, par conséquent, dispersée. Le caserio, dans sa version morphologique, ressemble, par la disposition de ses propriétés foncières autour de la maison, à une réserve en rond, un coto redondo. Par contre, dans la version juridique — présentée un peu plus tôt, vers la moitié du xie siècle39 —, il ne semble pas différent des autres modèles du nord de la Péninsule. Ici, il existe aussi presque partout la caseria comme unité d’exploitation familiale, bien que, physiquement, groupée dans le village.

  • 40 Licentia populandi in suis ferraginibus, c’est-à-dire, dans les herrenales ou petits enclos autour (...)

40Un deuxième résultat de l’évolution morphologique du village, à partir de sa modalité la plus ancienne vraisemblablement selon les documents, fut son regroupement progressif. Dans cette course, la première étape fut l’exclusion des champs de céréales du premier des cercles économiques, ce qui sépara ainsi les différents éléments du village : les maisons rapprochées avec les petits enclos de jardins fruitiers et potagers ; les champs de céréales et vignes ; et la forêt. Une autre étape fut poussée par les pressions démographiques et seigneuriales40 provoquant la séparation définitive entre les espaces d’habitation et ceux d’exploitation économique en beaucoup de villages. On put alors parler de regroupement proprement dit. Dans l’ensemble des villages du nord de l’Espagne, un tel fait ne correspond pas seulement à une seule date. Les recherches dans ce domaine sont encore à faire.

41Ces recherches ont un intérêt plus grand que la seule érudition archéologique. On peut penser, en effet, qu’un habitat groupé détient des habitudes communautaires plus développées qu’un habitat dispersé ; et, en allant plus loin, on peut supposer que plus il y a regroupement, plus il y a de pratiques communautaires. Nous pouvons passer ainsi de la morphologie du village à la morphologie de l’espace dominé par la communauté qui y est installée. Puis, dans une deuxième étape, étudier le fonctionnement de l’ensemble. Sous les deux aspects, sans aucun doute, les questions importantes sont : à quelle date l’organisation économique du village prend-elle un aspect communautaire sérieux ? c’est-à-dire, à quel moment l’exploitation agricole et l’élevage cessent-ils d’être individuels pour se placer à l’échelle communautaire ? et, par conséquent, à quels endroits et quand trouvons-nous des changements significatifs dans cette course ?

  • 41 J. Garcia, Champs ouverts et champs clôturés en Vieille Castille, dans Annales E.S.C., 20 (1965), (...)

42Les questions précédentes ont été posées pour une réalité bien connue : le fait qu’une grande partie des terres entre la Cordillère cantabrique et la Cordillère centrale offre au début du xvie siècle l’image d’une rigoureuse organisation du terroir. Les éléments se trouvent non seulement séparés, mais ils régissent des fonctions différentes et concrètes : le lieu habité ; le terroir du finage partagé en pagos spécialisés dans une culture ; les céréales en assolement obligatoire, séparant les champs ensemencés des terres en jachère. Enfin, l’espace forestier réduit précisément à cause de l’augmentation des terrains destinés à la culture est un symptôme des croissantes nécessité d’une population en hausse41. Cette organisation exigeait dans le village un respect rigoureux du calendrier agricole : le rythme de la petite transhumance avec, le soir, le retour du bétail parti le matin ; et surtout le rythme des semailles et des moissons afin de permettre au bétail, une fois rentrée la moisson, de profiter des champs en vaine pâture.

43Comme on le voit, les faits sont trop nombreux pour correspondre à une seule date valable pour tout l’ensemble de l’espace étudié. Il semble plus sûr de penser que le processus global était en relation avec la nécessité de maintenir un équilibre entre la culture des céréales et l’élevage, de plus en plus précaire à cause du défrichement, et de penser aussi que la chronologie des modèles de cet équilibre variait selon divers facteurs : le nombre des habitants du village, les dimensions du finage attribué et la qualité de la terre. Cela variait aussi selon les droits des seigneurs ; soit le droit de sauvegarder du défrichement des espaces boisés et de se faire payer leur utilisation ; soit la remise d’une partie de la production agricole.

  • 42 Privilegium terrarum et vinearum domus Sancte Marie (de Nájera), rédigé peut-être au xiie siècle : (...)
  • 43 M. Bonaudo, op. cit., même si l’auteur signale l’existence de quelques pagos, p. 55.
  • 44 A. Vaca, La Tierra de Campos entre los reinados de Alfonso X y Pedro I, thèse de doctorat, inédite (...)

44Les dates d’accomplissement sont donc différentes selon les villages. Ainsi dans la Rioja, fortement colonisée, les témoignages nous montrent un paysage agraire qui tend à s’ordonner en pagos spécialisés à la fin du xie siècle42. Deux cents ans plus tard, par contre, dans les villages proches d’Oña, semble dominer un paysage sans organisation, où les différentes parcelles ont des attributions diverses43. Mais, dans la Tierra de Campos, on peut parler pour le xiiie et xive siècle d’un regroupement et d’une spécialisation des cultures en pagos44.

45La constitution de ce paysage agraire plus organisé arrive à son terme quand un espace de champs ouverts irréguliers formant une mosaïque de petits morceaux quadrillés est apparu. Son objectif : tirer le maximum d’un produit, les céréales. Dans sa forme la plus définie, une telle organisation confirme les progrès de la culture agricole permanente, ainsi que la diminution du temps de jachère. Du système primitif d’essarts éventuels, fréquent dans de nombreux endroits, qui exigeait le repos long du sol, on était passé à l’assolement biennal, de ano y vez.

  • 45 Fuero Viejo de Vizcaya, cap. CXLIII ; Fuero Nuevo de Vizcaya, tit. 34, ley I. Les deux textes reco (...)

46Au nord de la Cordillère cantabrique et dans la zone de transition entre celle-là et le plateau du Duero, on a noté ce même effort pour combiner les ressources économiques et profiter de la culture des céréales. En Guipúzcoa et en Vizcaya, les actes proviennent presque exclusivement des villes, et l’on ne peut en dégager une image sûre du monde rural. Mais le reste du versant cantabrique offre des témoignages assez convaincants, similaires au schéma décrit précédemment, bien que la taille maigre des lieux de peuplement et l’étendue de la forêt ne permettent pas de voir avec autant de clarté qu’au sud de la Cordillère. D’ailleurs, des chapitres même du Fuero Viejo de Vizcaya de 1452, tel celui de l’utilisation des fougeraies, ou du Fuero Nuevo de 1526, se référant à la conduite du bétail sur les montagnes afin d’éviter la détérioration des parcelles ensemencées45, démontrent un minium d’organisation communautaire à l’échelle des petits hameaux (barriadas).

  • 46 J. Garcia, Sociedad... Asturias, p. 90-91. E. Portela, La región... Tuy, p. 163-164.
  • 47 J. Ortega, La transformación, p. 330-334.

47Plus clairement, l’intérêt porté à l’approvisionnement des céréales se traduira en Asturies et en Galice par la création de grandes parcelles clôturées appartenant à la communauté de village. Ce sont les serna ou lerias d’Asturies, les agros de Galice. A l’intérieur de ces grosses parcelles, les lots personnels de chaque possesseur (les leiras en Galice) témoignent de cet espace limité, séparé matériellement de l’ensemble du terroir villageois. Ainsi, le terroir pour la culture des céréales était collectif, quoique individuellement on pouvait en profiter46. Sur ces terres du nord de la Cordillère cantabrique, comme sur celles de transition des montagnes de Burgos47, le paysage agraire semble plus compliqué que dans le plateau de Duero. Là, il comprend trois cercles économiques : l’un, individuel, se composait des petits en dos autour des maisons, ce qui donnait au village une forme alvéolaire caractéristique. L’autre, collectif, clôturé, était voué à la culture des céréales et, bien que d’exploitation individuelle, soumis aux exigences communautaires. Enfin, le troisième, aussi collectif, l’espace utilisé pour le bétail. Cet espace était souvent clôturé dans les villages des montagnes de Burgos. Les droits d’utilisation de cette troisième catégorie d’espace entre la Cordillère cantabrique et la Cordillère centrale ont eu, eux aussi, une histoire complexe.

  • 48 Cartulario de San Millán, no 39 (945).
  • 49 Le moment venu, voir le travail en collaboration cité à la note 39.

48Cette histoire, il faut la rapprocher d’une autre : celle de la dimension spatiale dans laquelle on peut comprendre des expressions telles que « collectif » et « communautaire ». Et cela parce qu’unité de peuplement, le village, et le cadre d’exploitation des biens de la forêt n’ont pas été toujours des réalités foncièrement appareillées. En effet, l’exercice du sens communautaire s’est très souvent développé sur deux espaces différents : l’un pour l’exploitation agricole, celui qui correspondait au terroir permanent de chaque village : erias, sernas, agros, divisé en parties individuelles. L’autre, plus grand, dédié au bétail, partagé par les finages des différents villages : communem pastum et habitationem peccorum cum illis de Espinosa et de Sancto Vicentio et de Heterrena, et cum aliis circum aiacentibus villis, in pas tu et in cedendo ligna48. Ces exemples de la moitié du xe siècle sont différents de ceux qui vont être fréquents à partir du xiie siècle. Dans les premiers exemples, la pression démographique, plus réduite permettait aux villageois d’être moins exigeants face aux limites encore imprécises de leurs finages. Ou, plus exactement, le sens de la communauté comme titulaire d’un espace absolument précis, délimité, peut se maintenir plus indéfini dans des zones ou dans des situations historiques vouées à l’élevage, sans conflits par l’utilisation de la forêt. Ce sera la pression démographique qui l’obligera alors à prendre conscience de ces limites et de les défendre. La délimitation administrative tardive des anteiglesias de Vizcaya — postérieure au xiiie siècle, et résultat de la création des villes — nous offre un exemple extrême pour appuyer notre idée49.

  • 50 La región... Tuy, p. 220. En reprenant uniquement la première fois que chacune des paroisses appar (...)
  • 51 Dans les premières années du xive siècle (voir à la note 35).

49Dans le déroulement historique de ce processus, il y a eu une conclusion avec deux modèles différents avant la fin du xve siècle. L’un, celui des anteiglesias de Vizcaya qui est absolument représentatif dans sa morphologie de ce qui arrive dans l’ensemble de la Cordillère cantabrique. L’autre, celui des noyaux du plateau du Duero. Le premier suppose que la paroisse, renforcée dès le xiie siècle, groupe plusieurs anciens villages. L’augmentation du nombre de mentions de cette nouvelle réalité, mesurée par Portela pour le diocèse de Tuy50, signale un avancement très significatif de la paroisse comme point d’encadrement spatial, économique et humain dans la seconde moitié du xiiie siècle. La même chose arrive en Asturies, bien qu’ici les documents du monastère de San Pelayo d’Oviedo signalent une généralisation un peu plus tardive51. Le deuxième modèle, celui du plateau du Duero, fait coïncider apparemment le noyau de chaque village avec les finages de la paroisse.

50Entre les deux modèles, dans les zones de transition, comme les montagnes de Burgos, la paroisse groupe les habitants de deux ou trois bourgades, quoique la séparation entre ceux-ci, perceptible à vue d’œil, ne soit pas de loin aussi grande que dans les hameaux des anteiglesias de Vizcaya ou les villages des paroisses de la Galice.

51On voit bien que, de ce point de vue aussi, les liens de la communauté villageoise se resserrent plus fortement dans les noyaux de la Vallée du Duero. Dans ceux-ci les liens de la sociabilité, de la piété, avec sa constellation large de rites, doublent exactement ceux de la pratique économique. Ce que nous ignorons, pour l’instant, c’est le nombre de noyaux qui, dans la Vallée du Duero, ont favorisé avec sa disparition cet arrangement des deux types de liens complémentaires. L’histoire des villages désertés reste aussi à faire dans la zone que nous étudions.

  • 52 Voir note 39.

52Au nord de la Cordillère, la paroisse a servi aussi à insérer dans la communauté les petits établissements humains épars qui se multipliaient comme résultat de la croissance démographique. C’est peut-être le cas de quelques casales galiciens ; ce l’est, sans doute, celui des caserios biscaïens, bien que pour ceux-ci le phénomène se soit produit plus tardivement52 ; et, dans tous les cas, celui des petits villages ou bourgades qui se sont installés dans des lieux très précis par initiative personnelle ou, plus fréquemment, à partir du xiiie siècle, par une politique seigneuriale délibérée. En même temps, le village où s’établit l’église paroissiale commence à jouer le rôle de chef-lieu par rapport aux autres. Autour de lui naît un réseau de nouvelles relations. Et si, dans la plupart des régions étudiées, le temple consolide le peuplement existant, en Vizcaya, elle a dû très souvent le fixer. En tenant compte que, dans les 95 % des cas, la bourgade où se trouve l’église paroissiale, devenue capitale de l'anteiglesia, se trouve sur une cote plus basse que les autres bourgades, nous permet de penser ainsi.

  • 53 L. Sanchez Belda, Cartulario de Santo Toribio de Liébana, Madrid, 1948, no 13.

53Village, communauté villageoise ; paroisse, communauté paroissiale : jusqu’à présent, tout nous amène à soutenir l’image d’une coexistence cordiale que le vocable communauté suggère et la littérature romantique a versé sur notre sujet. Tout nous amène à cela, sauf ces références, jusqu’à maintenant volontairement vagues à un pouvoir seigneurial. Mais ce sont elles qui nous amènent à poser une troisième et dernière question : une communauté d’égaux ou bien d’inégaux ? La réponse n’est pas trop difficile. Déjà, dans les témoignages les plus anciens, on réitère un échelon social qui va plus loin que les simples groupements en raison d’âge et de sexe. Quelquefois cela arrive de façon implicite : encomendaciones comme celle des frères Pepino et Petronio à Fraterno et Vistregoto, en 875, dans la région de Liébana53. D’autre fois, le phénomène est plus explicite avec la parution de titres indicateurs d’une hiérarchie : comes, senior, dompno, propriétaires de biens plus ou moins étendus dans les villages documentés plus tôt.

  • 54 T. Munoz y Romero, Colección de fueros municipales y cartas pueblas de los reinos de Castilla, Leó (...)

54D’une façon plus claire, l’échelon social des petites collectivités rurales apparaît dans la documentation à partir de la moitié du xe siècle. Caballeros, infanzones, peones à Castrojeriz en 974. Ou quarante années plus tard, avec une description sociologique plus ample, à Berbea, Barrio et San Zadornil, dans la plus vieille Castille54 où l’on parle de barones et mulieres, seniores et iuvenes, maximos et minimos... villanos et infanzones. Les deux documents nous offrent de nombreux points de réflexion concernant notre sujet. Dans les deux cas, il s’agit de collectivités rurales locales directement subordonnées au comte de Castille, à ce moment-là indépendant du roi de Leon. A Castrojeriz, le comte soulage les habitants des anciens fueros en éliminant, parmi d’autres droits, le nuncio et la maneria et en réduisant les corvées. A Berbea et Barrio, les habitants sont obligés de défendre leurs anciennes exemptions menacées, en proclamant devant les juges qu’ils n’ont jamais eu fuero de pectare omicidio neque pro fornicio et neque calda et non saionis de rege ingressio, et même pas une seule restriction pour chasser le gibier dans la forêt ou bien pour en tirer profit pour leurs vaches et leurs cochons.

  • 55 Me C. Carle, Del concejo, p. 9-42.

55Les deux textes coïncident pour signaler une augmentation ou une reconnaissance des libertés des habitants de ces villages. La différence se trouve dans le fait que la concession du comte de Castille est à titre gracieux à Castrojeriz ; comme s’il s’agissait des habitants d’une villa ou grande exploitation dont la situation sociale aurait évoluée jusqu’au point enregistré dans le document qui deviendrait de la sorte l’acte de reconnaissance de son importance. Cependant, à Berbea, Barrio et San Zadornil, c’est la communauté qui se défend de ce qu’ils considèrent une spoliation. Une communauté de village qui dispose déjà de l’instrument juridique-politique pour se faire entendre : le concilium. En étant celui-ci une réunion de ses membres, il sanctionne les affaires juridiques qu’ils réalisent et il gère les biens non accordés individuellement. C’est sans doute l’élément catalyseur de l’existence de la communauté elle-même. Sans lui, le village n’existerait que d’un point de vue morphologique ou bien comme réunion, dans un seul endroit, des membres d’un lignage dont la fonction de chef est incontestée et non partagée. Le concilium, le concejo, témoigne de la répartition de la titularité des biens et des fonctions publiques. Parfois, c’est la preuve de la rupture de la famille élargie d’autorité non divisée à laquelle il remplace ; d’autres fois, ce sont les membres du groupe, établis par le seigneur et soumis jusqu’à ce moment à sa seule autorité, ceux qui prennent le pouvoir55.

56Comme émanation de la communauté, le concilium reflète son histoire. Cela est vrai aussi au niveau de la structure sociale. Au fur et à mesure que le processus de colonisation devient plus intensif, chaque communauté villageoise se fait plus grande. A son intérieur commencent à apparaître des individus qui n’ont pas participé à l’assignation initiale inégale de l’espace. Quelques-uns, non plus, ne sont pas en état d’acquérir une partie de celui-ci, qui est le seul moyen de devenir hereditarios dans les finages accordés au village. Pour s’y installer ils devront souscrire de différentes formes de contrats agraires avec les membres les plus puissants de la communauté. C’est la même destinée pour de nombreux petits propriétaires qui souhaitent compléter conjoncturellement leurs moyens de subsistance. Tout propriétaire de minifundium est, en puissance, titulaire d’un bail.

  • 56 J.A. Garcia de Cortazar, La historia rural, p. 80-84.

57De cette façon, à côté des groupes d’âge et de sexe, on constate, avant la moitié du xe siècle, d’autres groupes qui sont divisés selon leur niveau de fortune en maximos et minimos. A partir de l’an 1000 cette division s’accompagne — en la doublant — d’une stratification sociale en infanzones et villanos. L’inégalité sociale correspond à une participation déséquilibrée dans la gestion des affaires de la communauté. Cette gestion est restée de plus en plus dans les mains des barones, des hommes, et, parmi eux, des hereditarii, propriétaires du terroir. Aux xie et xiie siècles surtout, se concentre encore plus la titularité effective du pouvoir. Un ensemble de membres distingués du village, les boni homines, arrive à s’en emparer. Pour le moment, on sous-entend que leur voix est celle de tous les feux, auxquels appartient l’exploitation des ressources non réparties de l’espace accordé au village. Mais la possibilité qu’ils ont de rédiger ou arranger les ordonnances d’exploitation finira par approfondir la différence de statuts entre les membres représentatifs de la communauté et le reste. L’exemple que nous offre la politique de défense d’une activité destinée à l’élevage dans beaucoup de villages castillans, c’est un témoignage décisif du destin divergent des membres d’une même communauté villageoise56.

58Ce différent destin nous fait poser beaucoup de questions. La première, à quelle communauté peut-on assigner les membres puissants de la société, propriétaires de biens dans plusieurs villages séparés souvent par dizaines de kilomètres ? Ou, simplement, les propriétaires de terres dans plus d’un village ? La seconde, comment peut-on concilier l’inégalité de statuts avec l’apparente réalité d’une communauté de comportement ? Il faut chercher peut-être la réponse aux deux questions dans une double direction : la première, la perte progressive d’importance de l’exploitation directe des terres assignées sur une grande échelle aux membres les plus puissants de la société, en faveur de formules d’exploitation indirecte. Bien qu’aux contrats on ajoute éventuellement des corvées, celles-ci sont en diminution à mesure que la croissance démographique élargit le nombre de ceux qui sont obligés de les accomplir. Cela permet de distinguer, de plus en plus clairement, le niveau des groupes familiaux directement impliqués dans les travaux d’exploitation, de leurs propres biens et de ceux d’autrui. Et, d’un autre côté, le niveau de ceux qui, par des moyens divers, reçoivent une partie du résultat de cet effort d’exploitation. Ces derniers seront, en fait, des rentiers. Ils resteront à l’écart de la dynamique interne de la communauté villageoise, pourvu que leurs revenus soient assurés. Les premiers, par contre, sont obligés de s’y assujettir. Elle est et leur obligation et leur défense.

59La progressive personnalisation des statuts des habitants villageois entre le xe et le xiiie siècle est la raison complémentaire de la divergence de destinées entre eux. Leur richesse inégale et leurs différentes fonctions finissent par les cristalliser. Dans une société fondamentalement guerrière, la fonction militaire l’emporte. Les membres qui ne sont pas directement concernés par elle voient se rétrécir leurs capacités politiques. Ceux qui le sont reçoivent les aides nécessaires pour les maintenir et même les accroître. Mais l’activité guerrière elle-même éloigne certains membres de la communauté de village. Le repeuplement de terres chaque fois plus méridionales attirera d’autres habitants. Partout, apparaissent des possibilités pour sortir de la communauté. Ceux qui y restent seront, inévitablement, plus conscients d’y appartenir : chaque solar, chaque quintana, chaque casal, chaque caserio connaîtra ses limites physiques et sociales. Une communauté de gestes, de rites et de rythmes consacrés encerclera progressivement les habitants permanents du village.

60Avec le temps, vers le début du xvie siècle, ce ne sera pas difficile pour eux de déterminer le code d’admissions et d’exclusions de la communauté. A l’intérieur restent les bons, c’est-à-dire ceux qui ont accepté une constellation de valeurs forgées depuis longtemps. A l’extérieur, les mauvais, ceux qui ont décidé de rester à l’écart de la communauté, peut-être à cause de leurs façons de vivre différentes, déjà individuelles, parce qu’ils s’adonnent exclusivement à l’élevage : vaqueiros de alzada en Asturies, pasiegos qui habitent les montagnes entre Vieille Castille et Cantabrie. Tous ceux-ci ne sont pas des groupes ethniques différents, mais — surtout — ils sont exclus de la communauté, des communautés de village de leurs régions respectives.

  • 57 B. Clavero, Behetria, 1255-1356. Crisis de una institutión de señorio y de la formación de un Dere (...)

61La formalisation de ces codes collectifs de comportement de village a été possible par l’expulsion lente de ceux qui, par en haut et par en bas, détonnent de l’ensemble de la communauté. A une telle dynamique ont contribué plusieurs agents très précis. Les mêmes membres distingués de celle-là ont été l’un de ces agents. Leur exclusion n’a pas empêché la permanence, réelle ou fictive, de l’image d’une filiation, d’une succession historique appuyée bien sûr sur la matérialité des possessions familiales dans le village. Les villages de behetria dans le nord du Duero ont ce caractère d’une façon simplifiée ; et un destin final : la sélection, à l’intérieur de la famille, d’un lignage, d’une ligne de prééminence et de succession. Seulement celle-ci, avec exclusion du reste, verra reconnue la naturaleza à l’intérieur du village. Quand, en 1352, le Becerro de las Behetrias a enregistré les droits correspondants à chacun d’eux, il a reconnu et décrit soigneusement cette situation57. A cette époque-là, chaque village de behetria est déjà, en fait, une seigneurie ou bien une partie d’une autre.

  • 58 J. Gautier-Dalché, Historia urbana de León y Castilla en la Edad Media (siglos IX-XIII), Madrid, 1 (...)

62La seigneurie, les seigneuries, voilà sur quoi débouche notre histoire. A côté de celles qui ont subi les membres distingués à l’intérieur de la communauté villageoise, celle-ci a souffert les effets de l’érosion sociale et politique de deux autres facteurs extérieurs : les grands concejos et les seigneuries. L’influence des premiers, plus tardive, s’est développée par les moyens de la hiérarchisation du peuplement, en profit des villes les plus stratégiquement situées. Leur érosion, fondamentalement économique au début, est devenue à la suite juridique et politique. Les villages se sont transformés peu à peu en simples appendices de la naissante communauté urbaine. Voilà une destinée très commune, à partir de la fin du xie siècle, des membres exclus, par en haut et par en bas, de la communauté villageoise58.

  • 59 R. Pastor, Resistencias y luchas, en général.

63S’il est vrai que les grands concejos n’ont pas poursuivi consciemment cette destinée pour les villages, les seigneuries, par contre, l’ont soigneusement cherchée. Reyna Pastor en a donné de nombreux exemples et elle a proposé une chronologie des types les plus fréquents d’intromission des seigneuries dans la vie des communautés villageoises. Leur entrée dans l’ensemble des hereditarii, par des moyens comme aumônes, donations, prêts, exécutions hypothécaires, pousse les seigneurs à intervenir dans la gestion de la communauté et à y profiter des biens non répartis individuellement. Ils transforment petit à petit les droits d’usage sur les forêts, les bois, les eaux, les moulins, etc., en droits de propriété ; les exploitations collectives en dehesas. Mais, d’autres fois, sans arriver à tel point, la seule possibilité d’utiliser l’espace boisé offre aux seigneurs — riches en bétail — des revenus indirects auxquels les paysans, qui en sont dépourvus, ne peuvent pas prétendre. Avec le temps, une communauté d’intérêts s’est établie entre les seigneurs, éloignés du village, et les membres les plus distingués de celui-ci. Ces derniers étaient peut-être eux aussi déjà des habitants de la ville la plus proche. En même temps, les fueros et les coutumes favoriseront la nouvelle destinée des espaces collectifs. L’expropriation d’une bonne partie de ceux-là est déjà un fait accompli. Malgré tout, les conflits qui y jaillissent seront peu significatifs dans l’ensemble de l’histoire des communautés villageoises59.

  • 60 E. Saez, Cartas de población del monasterio de Meira, dans Anuario de Historia del Derecho Español (...)
  • 61 J.I. Ruiz de la Pena, Fueros agrarios asturianos del siglo XIII, dans Asturiensia medievalia, 4 (1 (...)
  • 62 E. Portela, La colonización cisterciense en Galicia (1142-1250), Santiago de Compostela, 1981, p.  (...)

64A ce sujet il ne faut pas oublier, non plus, d’autres initiatives seigneuriales ; par exemple, la fondation de villages avec l’établissement de familles. Le monastère de Santa Maria de Meira sur les rivages de l’Eo fait naître exprès, au milieu du xiiie siècle, des communautés de villages, soumises dès le début à sa seigneurie60. Les conditions de leur établissement sont enregistrées dans onze chartes de peuplement qui, entre 1238 et 1262, y organisent l’établissement de 312 familles61. Il s’agit de tirer profit des espaces qui, à un moment donné, ont été accordés à ces domaines monacaux au-dessus des intérêts ou des possibilités d’exploitation immédiate. C’est aussi la philosophie des très nombreux contrats agraires du xiiie siècle. La nouveauté se trouve, peut-être, dans la mise en jeu d’un mécanisme qui, par le moyen du contrat, établit un ensemble d’obligations seigneuriales en faveur des propriétaires. Ainsi, dans la Galice, les premiers contrats collectifs, dont le modèle formel est pris des fueros urbains et dont le contenu des chartes de coto, de réserves seigneuriales, datent de la fin du xiie siècle. La formule permettra dans les premières décennies du xiiie siècle, d’inclure des exigences de vassalité dans les contrats individuels d’exploitation. C’est ainsi que le foro, appelé à connaître une longue vie, est né62.

65En conclusion, au début du xive siècle, une puissante vague de « seigneuralisation » unira de nombreuses destinées ici présentées, et quelquefois aussi celles des grands concejos et villages. Les habitants deviendront surtout des sujets de contribution, soit-elle seigneuriale ou royale. Ce qui arrivera à l’intérieur de leurs respectives communautés, commencera à intéresser moins. Arracher leurs habitants à l’oubli, c’est une entreprise qui vaut la peine. Ces journées en sont un beau témoignage.

Notes

1 Por tierras de España, publié en 1913, dans l’anthologie Campos de Castilla.

2 Publiée pour la première fois en 1903.

3 Dans Peñas arriba, rédigée en 1894.

4 Repris par G. Diaz Plaja, Tesoro breve de las letras hispánicas, t. VI, Madrid, p. 188.

5 Ensayo sobre la historia de la propiedad territorial en España, Madrid, 1873 ; Ensavo sobre la historia del derecho de propiedad, Madrid, 1883 ; El colectivismo agrario en España, Madrid, 1898, respectivement.

6 Los foros de Galicia en la Edad Media, Madrid, 1884.

7 Parmi d’autres études : Origen del régimen municipal en León y Castilla, dans Estudios sobre la historia del Derecho español, Madrid, 1903, p. 5-70.

8 Première édition, Buenos Aires, 1956. D’autres études apportent des précisions sur le thème qui nous occupe : Despoblacion y repoblacion del valle del Duero, Buenos Aires, 1966 ; Repoblacion del reino asturleonés : proceso, dinámica, proyecciones, dans Viejos y nuevos estudios sobre las instituciones medievales españolas, II, Madrid, 1976, p. 579-790 ; et El régimen de la tierra en et reino asturleonés hace mil años, ibidem. III, Madrid, 1980, p. 1313-1521.

9 Dans son travail cité dans la noté 12, R. Pastor met en rapport les plus significatives de ces œuvres d’histoire rurale (p. 262-281).

10 Références bibliographiques concrètes dans J.A. Garcia de Cortazar, La historia rural medieval. Un esquema de análisis estructural de sus contenidos a través del ejemplo hispanocristiano, Santander, 1978, p. 138.

11 Publiée à Barcelona, 1978.

12 Publiée à Madrid, 1980.

13 Ouvrage cité à la note 10, p. 85-96.

14 J. Caro, Los vascos, 2e éd., Madrid, 1958, p. 56-61.

15 P. D. King, Derecho y sociedad en et reino visigodo, Madrid, 1981, p. 232.

16 Ibidem, p. 193.

17 Le débat sur le degré de dépeuplement de la vallée du Duero au viiie siècle se poursuit. Les prises de position se sont quelque peu rapprochées et on admet une faible densité dans le degré de peuplement de la vallée. L’affrontement sur la valeur du terme dépeupler est encore maintenu : diminution de la population jusqu’à sa disparition ? (Sanchez Albornoz), ou bien désorganisation ? (Menendez Pidal, et, dernièrement, surtout, A. Barbero et M. Vigil). D’après ces derniers, la noblesse serait partie vers le nord avec Alphonse I, mais une partie des villageois, des éleveurs et des agriculteurs, serait restée dans leurs bourgades du plateau. L’archéologie paraît donner raison à cette deuxième interprétation.

18 J.A. Garcia de Cortazar y C. Diez Herrera, La formación de la sociedad hispanocristiana del Cantábrico al Ebro en los siglos VIII a XI. Planteamiento de una hipótesis y análisis del caso de Liébana, Asturias de Santillana y Trasmiera, Santander, 1982.

19 Et, dans le cas d’aliénation, celui de retour à la famille souche. En 1107, la fille du comte de Vizcaya fit donation au monastère d’Ona d’une église de sa propriété en Arrigorriaga, sub tali tamen conditione quod si, in alico tempore, ad aliquem hominem volueritis illud monasterium camiare aut vendere, que non intret in illo si non meo filio aut filia, aut de meis neptis, aut de visneptis, aut de omni mea progenie, sie de filiis comitis Lupi : que altero domine vivente nullus comparet nec nullus camiet. J. del Alamo, Colección diplomática de San Salvador de Ona, Madrid, 1950, I, no 127.

20 Ouvrage et chapitre cités dans la note 11.

21 J.A. Garcia de Cortazar, La sociedad alavesa medieval antes de la concesión del fuero de Vitoria, dans Vitoria en la Edad Media, Vitoria, 1982.

22 Cartulario de San Millán de la Cogolla (759-1076), éd. A. Ubieto, Valencia, 1974, no 64.

23 Ibidem, no 88.

24 Ibidem, no 231 : De defesis antiquis in Matrice et terminis de Colia, ab usu antiquo confirmatas, et quomodo debent pascere cum eis Villa Gonzalvo et Cordovin et Terrero (1044).

25 Ouvrage cité à la note 18, p. 183-209. A. Barbero y M. Vigil, La formacíon del feudalismo, p. 354-380.

26 La toponymie que l’on peut tirer de la documentation, spécialement de celle du monastère de San Millân de la Cogolla, permet de considérer les habitants de Vizcaya et d’Alava comme protagonistes de cette occupation.

27 Cartulario de San Millán, no 27 (940).

28 J.A. Garcia de Cortazar, La serna, una etapa del proceso de ocupación y explotación del espacio, dans En la España medieval. Estudios dedicados al profesor don Julio González González. Madrid, 1980, p. 115-128.

29 J. Corominas, Diccionario critico-etimológico de la Lengua castellana, Madrid, 3e réimpression, 1976, offre long développement sur le terme serna.

30 Dans les années 955 et 1012, dans ceux de Berbea, San Zadornil et Barrio, près du siège épiscopal de Valpuesta au nord de l’Ebro. Cartulario de San Millán, nos 67 et 145, respectivement.

31 Cette distinction régionale, très riche en symptômes qui expriment des processus plus complexes, n’a pas été prise en considération au moment d’étudier les origines du concilium. Les interprétations les plus solides s’orientent plutôt vers la dimension juridique : Me C. Carle, Del concejo medieval castellano-leonés, Buenos Aires, 1968.

32 Me C. Pallares et E. Portela, Aproximación al estudio de las explotaciones agrarias en Galicia en los siglos IX-XII, dans Actas de las I Jornadas de Metodologia Aplicada de las Ciencias Historicas, II, Historia Medieval, Santiago de Compostela, 1975, p. 95-113. Pour la région du Bierzo, M. Durany, San Pedro de Montes. El dominio de un monasterio benedictino de el Bierzo, León, 1976, p. 69-81 ; pour la plus Vieille Castille, R. Martinez, La ordenación del territorio en la más vieja Castilla en los siglos IX a XI, dans Boletin de la Institución Fernán González, no 189 (1977) spécialement, p. 297-314.

33 Me C. Pallares, El monasterio de Sobrado : un ejemplo del protagonismo monástico en la Galicia medieval, La Coruña, 1979. De son côté, en 1147, dompna Gontrodo Petri fit donation au monastère de San Vicente d’Oviedo de quelques biens : parmi ceux-ci, un ensemble de treize familles de serfs cités par leurs noms. Pero nec solum cum predictis servis et ancillis, sed etiam aliis omnibus ubicumque eos inveneritis : P. Floriano, Colección diplomática del monasterio de San Vicente de Oviedo, Oviedo, 1968, no CCXXIV.

34 J.A. Garcia de Cortazar, La organizacíon del territorio en la formación de Alava y Vizcaya en los siglos VIII a fines del XI, dans El hábitat en la historia de Euskadi, Bilbao, 1981, p. 133-155.

35 F.J. Fernandez Conde et alii, El monasterio de San Pelavo de Oviedo, II, Oviedo, 1981, no 186 (1353). De son côté, M. Bonaudo recueille quelques renseignements sur la morphologie de la bourgade et de la maison pendant la période du xie au xiiie siècle (El monasterio de San Salvador de Oña. Economia agraria, sociedad rural, dans Cuadernos de Historia de España, LI-LII (1970), p. 61-64).

36 Cartulario de San Millań, no 70.

37 J. Ortega, La transformacíon de un espacio rural. Las Montañas de Burgos, Valladolid, 1974, p. 299-326.

38 J. Garcia, Sociedad y organización tradicional del espacio en Asturias, Oviedo, 1976, p. 59-78.

39 Nous pensons que la modalité juridique du caserio — installation permanente dans un foyer stable d’un groupe familial réduit bien que souche — a été historiquement antérieure à la modalité morphologique. La première n’exclut pas la bourgade ; la deuxième donne origine à un peuplement absolument éparpillé. Une plus ample justification de cette conception se trouve dans El Señorio de Vizcaya en la Edad Media. Cet ouvrage, réalisé par J.A. Garcia de Cortazar, B. Arizaga, Me L. Rios et Me I. del Val, n’a pas encore été publié. De son côté, l’ouvrage d’E. Portela, La región del obispado de Tuy en los siglos XII a XV, Santiago de Compostela, 1976, p. 85-86, trouve dans le sud de la Galice des casales qui sont également dans cette double modalité.

40 Licentia populandi in suis ferraginibus, c’est-à-dire, dans les herrenales ou petits enclos autour des maisons c’est une faculté que les nobles cherchent et parviennent à obtenir des rois : Alfonso VIII au monastère d’Oña en 1176, par exemple. J. del Alamo, no 254.

41 J. Garcia, Champs ouverts et champs clôturés en Vieille Castille, dans Annales E.S.C., 20 (1965), p. 701 ss.

42 Privilegium terrarum et vinearum domus Sancte Marie (de Nájera), rédigé peut-être au xiie siècle : I. Rodriguez de Lama, Colección Diplomática Medieval de la Rioja, II, Logroño, 1976, no 14.

43 M. Bonaudo, op. cit., même si l’auteur signale l’existence de quelques pagos, p. 55.

44 A. Vaca, La Tierra de Campos entre los reinados de Alfonso X y Pedro I, thèse de doctorat, inédite, Salamanca, 1982. On peut comparer cette situation avec celle-la de trois siècles avant : Me J. Minguez, El dominio del monasterio de Sahagún en el siglo X : paisajes agrarios, producción y expansión económica, Salamanca, 1980, spécialement p. 65-133.

45 Fuero Viejo de Vizcaya, cap. CXLIII ; Fuero Nuevo de Vizcaya, tit. 34, ley I. Les deux textes reconnaissent pourtant les progrès de l’individualisme dans l’organisation et l’exploitation de l’espace.

46 J. Garcia, Sociedad... Asturias, p. 90-91. E. Portela, La región... Tuy, p. 163-164.

47 J. Ortega, La transformación, p. 330-334.

48 Cartulario de San Millán, no 39 (945).

49 Le moment venu, voir le travail en collaboration cité à la note 39.

50 La región... Tuy, p. 220. En reprenant uniquement la première fois que chacune des paroisses apparaît dans les documents : 4 au xiie siècle ; 12 dans la première moitié du xiiie siècle ; 31 dans la seconde moitié du xiiie siècle.

51 Dans les premières années du xive siècle (voir à la note 35).

52 Voir note 39.

53 L. Sanchez Belda, Cartulario de Santo Toribio de Liébana, Madrid, 1948, no 13.

54 T. Munoz y Romero, Colección de fueros municipales y cartas pueblas de los reinos de Castilla, León, Corona de Aragón y Navarra, Madrid, 1847, p. 37-38, a publié le texte du fuero de Castrojeriz. Le document relatif à Berbea et les deux autres bourgades a été cité à la note 30.

55 Me C. Carle, Del concejo, p. 9-42.

56 J.A. Garcia de Cortazar, La historia rural, p. 80-84.

57 B. Clavero, Behetria, 1255-1356. Crisis de una institutión de señorio y de la formación de un Derecho regional de Castilla, dans Anuario de Historia del Derecho Español, LIV (1974), p. 201-342.

58 J. Gautier-Dalché, Historia urbana de León y Castilla en la Edad Media (siglos IX-XIII), Madrid, 1979, spécialement p. 324-342.

59 R. Pastor, Resistencias y luchas, en général.

60 E. Saez, Cartas de población del monasterio de Meira, dans Anuario de Historia del Derecho Español, XIV (1942-1943), p. 500-519.

61 J.I. Ruiz de la Pena, Fueros agrarios asturianos del siglo XIII, dans Asturiensia medievalia, 4 (1981), p. 144-149. Elles sont plus amplement étudiées par Me D. Marino, El dominio del monasterio de Santa Maria de Meira : formación y evolución de un dominio monástico cisterciense, thèse de doctorat, inédite, Santiago de Compostela, 1981.

62 E. Portela, La colonización cisterciense en Galicia (1142-1250), Santiago de Compostela, 1981, p. 127-131.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search