Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les communautés villageoises

 | 
Charles Higounet

Avant-propos

Charles Higounet

Texte intégral

  • 1 On lira les nécrologies publiées dans les Annales du Midi, 1983, p. 365-370 (Ch. Higounet-J. Favier (...)

1Cette quatrième session des Journées de Flaran a commencé dans l’inquiétude. Pendant que se déroulaient nos travaux, notre président d’honneur, M. Charles Samaran, était en effet à l’hôpital de Nogaro, à quelques lieues de nous, en train de lutter contre l’agression des années et de terminer sa longue et admirable vie d’honnête homme et d’érudit. Décédé le 11 octobre, quelques jours avant son cent troisième anniversaire, plusieurs d’entre nous l'avons accompagné, avec ses amis de Cravencères et les autorités nationales et départementales, à sa dernière demeure près de la vieille chapelle de l’hôpital Sainte-Christie d’Armagnac1 Notre Comité est désormais orphelin, mais il conservera le souvenir affectueux du grand historien gascon qui avait présidé à sa naissance.

2Cependant, nous avons eu l’occasion, au cours de cette session, de nous réjouir des promotions survenues dans l’administration du département, du Comité du tourisme et du Centre culturel qui nous abritent. M. Jean-Pierre Joseph, précédemment président du Comité départemental du tourisme, a accédé à la présidence du Conseil général du Gers. L’on sait que c’est grâce à son action persévérante et efficace que notre institution a pu se réaliser ; aussi bien, avons-nous été heureux de lui présenter nos plus sincères félicitations. C’est le docteur Garcia, maire de Castéra-Verduzan, conseiller général de Valence, qui est devenu, de ce fait, le président du Comité du tourisme ; avec lui et avec le nouveau directeur du Comité, notre ami, M. G. Courtès, s’annonce aussi une confiante collaboration.

3Quant à nos Journées elles-mêmes, leur rayonnement est aujourd’hui bien établi dans la communauté scientifique nationale et internationale. Il nous plaît de penser que dans la promotion qui s’esquisse de Flaran comme Centre culturel de rencontre interrégional, notre initiative originale et la haute tenue de nos programmes et de nos premières publications ont compté parmi les éléments déterminants de décision. Quoique à vocation internationale, notre Centre n'oublie pas néanmoins son implantation au cœur de la Gascogne et il a conscience qu'il doit participer à l’irrigation culturelle du département. C’est pourquoi, nous avons tenu l’an dernier une de nos journées de travail à Mirande et cette année-ci une autre à Vic-Fézensac, en obtenant chaque fois, malgré le niveau élevé des rapports, l’adhésion d’un large public. L’expérience sera continuée.

***

  • 2 Le rapport de G. Cherubini sur les communautés villageoises de l’Italie du Nord et du Centre au Moy (...)

4Nous avions bien le sentiment en proposant le thème des communautés villageoises qu’il ouvrait un champ démesuré... En fait, même si nous l’avons beaucoup et fort heureusement débroussaillé, nous ne l’avons certainement pas épuisé2. Une fois lancée la percutante formule de Paul Ourliac : « Qui cherche la communauté, la trouve », les problèmes et les questions affluent.

5Les médiévistes ont été naturellement sensibles à la question des origines lesquelles se posent en termes de solidarités. Et d’abord, la solidarité entre les habitants d’un village ou d’un hameau était-elle naturelle, comme en a discuté l’historiographie britannique, ou bien, là au moins où prévalait une conception individualiste de la famille, est-elle née de la nécessité ? On touche par là aux rapports étroits entre les formes de communautés et les notions juridiques que croit discerner Paul Ourliac, mais aussi aux pesanteurs sociologiques auxquelles nos Journées n’ont pas assez fait référence.

6Quoi qu’il en soit, l’accord s’est fait, au sujet des origines plus ou moins lointaines des communautés, sur le rôle d’un certain nombre de solidarités. Solidarités spirituelles et solidarités économiques se partagent la première place, suivant les lieux et l’optique des historiens. Que ce soit en France, dans le nord de la péninsule Ibérique ou en Angleterre, le cadre paroissial et les manifestations de la vie religieuse ont beaucoup contribué à la création de liens communautaires. En Vieille Catalogne, la construction et la propriété collective des églises a été au xe siècle la première manifestation des communautés. R. Fossier insiste sur la place essentielle des restitutions d’églises dans les premiers moments des communautés : les fidèles se resserrant alors autour de leur église et de leur desservant. Les cérémonies, les processions, les fraternités étaient autant d’expressions de solidarité sociale. Dans le cas particulier de la Flandre wallone en 1449, A. Derville n’hésite pas à dire que la communauté ne se définit ni par l’habitat, ni par le cadre seigneurial, ni par les disciplines agraires collectives, mais qu’elle s’identifie avec la paroisse. Cependant, le poids des nécessités économiques a été tout autant déterminant aussi bien dans la façade occidentale du continent que dans les zones « coloniales » de l’Espagne. En Allemagne, la dissolution de la villicatio a forcé les habitants des villages à prendre en mains l’organisation et la discipline d’exploitation des champs. En Angleterre, dans une agriculture où les parcelles individuelles étaient dispersées dans des champs ouverts, la gestion des vaines pâtures, des prés, des bois, des terres incultes et les grands travaux annuels ne pouvaient être que communs. Ailleurs encore, ce sont les contraintes agraires, l’administration des biens communaux et des droits d’usage qui ont fait le ciment des communautés, et dans le Levant valencien les nouvelles colonies chrétiennes se sont réalisées par des défrichements collectifs et par la gestion des systèmes d’irrigation.

7Les solidarités sociales le cèdent à peine aux précédentes : entraide, assistance mutuelle, recherche de la sécurité dans le groupe quand la famille large a éclaté, contrôle collectif des mœurs, communauté de croyances « folkloriques » ont été invoqués. Par contre, le cadre politique a rarement rendu compte, du moins aux origines, des solidarités villageoises. La villata anglaise, « unité de base de l’Etat », est le seul exemple d’une pression venue d’en haut dans la formation des communautés. C’est plutôt la résistance en commun aux exactions seigneuriales qui a contribué à forger la cohésion des groupes villageois. Mais le type le plus original des solidarités rurales est celui de la veziau de la Gascogne et des pays pyrénéens. Il ne s’agit pas ici de liens entre des individus mais entre des « maisons », avec des solidarités de voisinage, des responsabilités collectives et une conception juridique communautaire : « institution fossile qui permet de remonter aux origines », écrit P. Ourliac ; mais quelles origines ?

8Cette quête des origines n’est, somme toute, qu’une longue préhistoire des communautés, et il est apparu que la « prise de conscience » ne s’est vraiment manifestée qu’avec l’obtention de chartes de franchises à des dates plus ou moins tardives. En Languedoc et en Provence, ces concessions se généralisent au xiiie siècle. En Picardie, c’est aussi aux environs de 1250 : franchises obtenues par accommodement et, R. Fossier y insiste, sans imitation de ce qui s’est passé dans les villes. En Allemagne, la consolidation des communautés par la concession de Weistümer a été plus tardive. Mais les choses n’ont pas été aussi simples en Catalogne : dans le haut pays, les anciennes communautés ont eu à résister, voire à lutter pour obtenir les franchises des xiie et xiiie siècles ; tandis qu’en Nouvelle Catalogne, comme dans la région de conquête du Levant, beaucoup de communautés sont sorties tout armées de cartas de poblacion. Cependant, l’Angleterre s’inscrit en faux contre cette conception de la communauté désormais reconnue et corsetée par des textes. Ici point de chartes de franchises, mais l’acceptation explicite par les autorités de la communitas villae et des statuts locaux inscrits dans les rouleaux des cours manoriales organisant la vie des groupes villageois.

9A partir de la fin du xive siècle et à l’Epoque moderne, l’histoire des communautés a pris des orientations différentes. On s’est d’abord préoccupé de savoir comment s’est opéré à l’intérieur de ces groupes un clivage social et quelques familles ont accaparé les offices de la communauté. A Heacham en Norfolk au xive siècle, la stratification socio-économique était déjà très différenciée et 32 % des familles seulement, riches ou aisées, participaient aux offices manoriaux. En Provence au début du xve siècle, la « cadastration » révèle aussi une population paysanne fort différenciée et des « dirigeants» en majeure partie propriétaires importants. Cette tendance, avec des modalités diverses, s’est perpétuée un peu partout jusqu’au xviiie siècle : le pouvoir est resté « aux plus intéressés », tenants de la richesse foncière. Mais alors, quand les autorités seigneuriales ou royales ont renforcé leurs contraintes, ces notables ont estimé qu’il y avait rupture de contrat : d’où, dès le xive siècle en France, la Jacquerie, la grève de l’impôt en Berry, les révoltes du xvie siècle dans le Levant. En Allemagne, ces réactions des communautés se sont élargies au xvie siècle au plan politique, en un mouvement que P. Blickle appelle le « communalisme » ; mais en fin de compte le « féodalisme » territorial et l’État ont récupéré les communautés villageoises à leur service.

10Les modernistes ont eu beau jeu enfin à nous décrire l’organisation des communautés, sans omettre néanmoins de faire saisir ce qui au xviiie siècle encore manifestait leur vitalité, assistance mutuelle et défense contre les pouvoirs, mais surtout leurs faiblesses : mainmise des notables, tensions internes, efficacité limitée, perte des biens communaux, indigence des ressources, progrès de l’individualisme. Cependant, comme P. Charbonnier pour le Moyen Age, ils posent aussi la question de la vie communautaire dans les hameaux, mal connue faute de documents. Et pour terminer, en ce qui concerne la France du moins, nous ferons nôtre la conclusion de G.-P. Gutton : la recherche qui paraît désormais devoir être importante, c’est le passage de la communauté d’Ancien Régime à la communauté du xixe siècle, en essayant d’y retrouver, ou non, des continuités.

Notes

1 On lira les nécrologies publiées dans les Annales du Midi, 1983, p. 365-370 (Ch. Higounet-J. Favier), la Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1983, p. 410-426 (J. Favier) et la Revue historique, no 548, 1983, p. 533-535 (R.H. Bautier).

2 Le rapport de G. Cherubini sur les communautés villageoises de l’Italie du Nord et du Centre au Moyen Age ne nous est malheureusement pas parvenu pour l’impression. La communication de Mme E. Magnou-Nortier sera pubiée, sous le titre « A propos de la villa et du manse dans les sources méridionales du haut Moyen Age », dans les Annales du Midi, 1984 ; celle de F. Brumont, dans le Bulletin hispanique, 1984.

© Presses universitaires du Midi, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter