Version classiqueVersion mobile

L’économie cistercienne

 | 
Charles Higounet

Communications

La sidérurgie cistercienne en champagne méridionale et en bourgogne du nord (xiie-xve siècle)

Catherine Verna

Texte intégral

  • 1 A.-M. Couvret, A propos des forges de Wassy aux xiie et xiiie siècles, dans Les Cahiers Haut-Murna (...)

1Cette étude sur l’activité minière et sidérurgique cistercienne s’inscrit dans une large enquête menée par l’Université de Paris I et l’École des hautes études en Sciences Sociales. En effet, si l’activité minière et sidérurgique cistercienne avait fait l’objet d’excellentes monographies1, jamais n’avait été tenté un travail de synthèse qui permette d’en définir les caractéristiques en comparant l’activité de plusieurs abbayes au développement général de ce secteur économique à l’époque médiévale. Nous voulions saisir l’amorce de cette exploitation pour en comprendre l’organisation, le fonctionnement ultérieur et en isoler les éléments originaux. En effet, une question s’impose : les Cisterciens ont-ils fait preuve de créativité, d’originalité en matière de sidérurgie ?

2Nous avons choisi de concentrer notre recherche à la Champagne méridionale et à la Bourgogne du Nord, vaste région du Senonais à l’amorce des plateaux de l’Auxois, en bordure du Bassin parisien. Dans ce berceau de l’Ordre cistercien de très nombreuses abbayes avaient essaimé, l’abondance du minerai de fer constituait le second facteur, et combien essentiel, de notre choix. Nous avons ainsi isolé les abbayes de Vauluisant et Pontigny à la lisière de la Forêt d’Othe (Yonne), de Clairvaux (Aube), Longuay, Auberive, Morimond et La Crête disséminées sur le plateau de Langres (Haute-Marne), enfin de Fontenay, Cîteaux et La Bussière en Bourgogne du Nord. Amorçant notre enquête au xiie siècle pour la clore à la fin du xve siècle, si nous étions assurés d’un développement de la sidérurgie cistercienne aux xiie et xiiie siècles, nous devions déterminer comment cette activité avait réagi à la crise du xive et abordé la reprise économique des années 1450-1470. Nous avons ainsi abouti à une périodisation de l’activité minière et sidérurgique cistercienne par la définition de deux phases caractéristiques, de 1140 à 1335 et de cette date à la fin du xve siècle.

1140-1335 : une sidérurgie novatrice et originale

3Ces deux siècles de 1140 à 1335, décomposés en deux phases dont la césure se situe aux alentours de 1225, constituent la période créatrice de la sidérurgie cistercienne.

1140-1225 : le dynamisme de la création

  • 2 Vauluisant : exploitations de Lailly (1134-1168), Cerilly (1150), Les Sièges (1188), Luisant (1198 (...)
  • 3 Auberive : La Chaume (1160), Cussey (1218). Clairvaux : Wassy (1157), La Chaume (1168).
  • 4 Pontigny : Chailley (1143).
  • 5 B. Gille, Les origines du moulin à fer, dans Revue d’Histoire de la Sidérurgie, 1960, p. 27.

4De 1140 à 1225, les moines instaurent les caractères originaux de leur sidérurgie. Ils implantent la majorité de leurs exploitations. Celles de Vauluisant, de Morimond, de Longuay, de La Crête, de La Bussière, enfin de Cîteaux sont toutes établies avant 12252. À cette date, Auberive a créé deux de ses trois exploitations, à Cussey-les-Forges et à La Chaume où elle côtoie Clairvaux qui exploite également à Wassy3. Seule Pontigny est implantée uniquement à Chailley4. Enfin, la forge de Fontenay est élevée au xiie siècle. Sans aucun doute, le potentiel minier et sidérurgique de chaque abbaye est original, mais par-delà cette diversité il existe une logique des implantations. Le minerai est le premier des facteurs de localisation. Il ne fut pas choisi au hasard : affleurant à la surface, il est d’une extraction aisée et sa teneur en fer oscille entre 32 et 45 %, richesse non négligeable. Jusqu’au xve siècle, avec la diffusion du procédé indirect, l’eau apparaît comme un facteur de localisation secondaire. Elle semble intervenir pour deux exploitations : la forge de Fontenay et le moulin des Deux-Poiriers dit de la Forge qui apparaît en 1224. Ces deux forges constituent un type particulier d’implantation située aux abords ou même dans l’enceinte de l’abbaye et transformant, pour l’essentiel, un minerai réduit au sortir de la mine. Ainsi, au xiiie siècle, nous n’assistons pas à la migration de la forge du minerai vers l’eau mais à la juxtaposition de deux types d’implantation. En général, le minerai est encore cuit près de la mine dans des forges à bras qui parfois se perpétueront jusqu’au xve siècle, pour être ensuite transformé dans ces forges hydrauliques. Reste en suspens la fameuse hypothèse de la diffusion du martinet par les Cisterciens5, nos exemples ne nous permettant pas de croire à l’utilisation de la force hydraulique pour la sidérurgie. Dernier facteur de localisation : le bois. Nécessaire, il ne semble pourtant pas avoir joué un rôle déterminant du fait de son abondance et de son omniprésence. Pourvus de ces richesses naturelles, les Cisterciens ont su en jouer. En leur domaine, sur ces terrains ferrugineux, dans ces forêts, près des ruisseaux, les possibilités d’implantation étaient multiples. Quand la nature ne faisait pas défaut, les moines ont toujours concentré leurs implantations autour de l’abbaye ou dans le noyau central de ses possessions. Le fer est au cœur du domaine.

  • 6 1150, Vauluisant, exploitation de Cerilly : Bibl. nat., 9901, fol. 47 et 81.

5Mais par quel biais les exploitations s’y sont-elles intégrées ? Jusqu’en 1225 les donations alimentent le potentiel minier et sidérurgique abbatial. Elles sont, en grande majorité, issues des évêques de Langres, des grands vassaux du duc de Bourgogne ou du comte de Champagne, comme les seigneurs de Marigny, de Grancey, de Joinville, de Trénel, de Saint-Florentin, ou de petits seigneurs locaux, tous seigneurs banaux. Mais, parfois, de simples seigneurs fonciers ou quelques paysans accordent le minerai de leur propriété6. Dans ce cas, la théorie généralement admise quant à la possession minière semblerait bousculée. Le don le plus fréquent se rapporte justement au minerai. Les Cisterciens reçoivent très rarement une mine préalablement exploitée dont ils n’auraient qu’à perpétuer l’extraction. Le plus souvent, le don se réduit à la matière première, au simple minerai. La donation d’une forge est plus rare. Nous en dénombrerons trois dont deux à Wassy octroyées par Henri II, comte de Champagne, aux abbayes de Clairvaux et de La Crête, cette dernière en recevra une seconde dans le bois des Mathons. Dans la majorité des cas, le donateur se contente d’autoriser l’implantation d’une forge près du minerai concédé. Le four de réduction est ainsi considéré comme une annexe de la mine. Quelles qu’elles soient, ces donations s’accompagnent généralement d’un droit de fouage. La donation d’un lavoir est plus exceptionnelle. En fait, il ne s’agit jamais de le concéder mais d’en autoriser l’installation sur une exploitation préexistante, comme à Cussey-les-Forges. Il est parfois simplement mentionné un droit d’usage de l’eau, ce qui relève du même type de donation. Si le don est à l’origine du potentiel minier et sidérurgique cistercien, il ne faudrait pas pour autant faire du donateur le principal créateur des implantations. Les Cisterciens ont, eux-mêmes, créé leur sidérurgie. Ces donations résultent d’une politique qui échappe aux donateurs, derrière chacune d’elles se profile la sollicitation cistercienne. Comment expliquer autrement la richesse des gisements octroyés, la parfaite intégration de l’unité sidérurgique au domaine, ou la proximité de plusieurs exploitations dépendantes les unes des autres et pourtant concédées par des hommes divers à des époques différentes. D’ailleurs, ces donations ne suffisent pas à créer l’exploitation. Le minerai n’est pas la mine ; après l’autorisation il faut élever la forge. Les Cisterciens avaient seulement obtenu des seigneurs une capacité, des conditions d’exploitation qu’il fallait mettre en œuvre.

6L’exploitation, une fois implantée, s’intègre parfaitement dans le mode de production du domaine. La mine, la forge sont aussi des granges. Exceptionnellement, la forge peut en être le noyau, comme pour la Forgeotte de Cîteaux. Dans tous les autres cas, l’exploitation minière et sidérurgique est annexée à une grange préexistante ou en cours de formation, tout en conservant un domaine propre qui lui assure une certaine forme d’autonomie. Elle se constitue comme une ferme dépendante de la grange, d’ailleurs, l’activité pastorale y persiste. Sans aucun doute, cette association rentabilise au maximum les terrains boisés et de médiocre qualité et constitue une des originalités cisterciennes en matière de sidérurgie. Comme toute grange, cette exploitation est gérée en faire-valoir direct, autre originalité dans le domaine du fer. La direction en est confiée à un maître, les convers en forment certainement dès l’origine la main-d’œuvre essentielle. Des salariés, dont la présence est encore indécise en 1200, les envahiront progressivement.

  • 7 Arch. dép. Aube, 3 H 10, p. 17 ; Arch. dép. Haute-Marne, 8 H 20, pièce 2 ; Arch. dép. Yonne, H 674

7Dans ces unités d’exploitation, il semblerait que la production soit en hausse constante, du moins jusqu’en 1225. En effet, dès la seconde moitié du xiie siècle, la production dépasse parfois les nécessités du monastère et alimente un marché du fer. En 1168, 1182 et 1188, à propos des abbayes de Clairvaux, Morimond et Vauluisant la vente du fer est évoquée7. Il semblerait que les Cisterciens n’aient pas simplement commercialisé les surplus d’une production excédentaire, mais qu’ils aient produit en quantité abondante dans le seul but de vendre. En effet, alors qu’ils obtiennent déjà une production dépassant leurs besoins vers 1188, ils se donnent tous les moyens pour l’augmenter encore. Ils multiplient, agrandissent leurs exploitations, ils se font octroyer, comme Cîteaux et La Crête en 1207 et 1210, un véritable monopole d’exploitation. La sidérurgie fut donc conçue, très tôt, comme une activité rémunératrice. Elle le fut grâce aux bonnes conditions d’exploitation et à la moindre concurrence. Il est possible qu’elle ait connu cette ampleur, ce dynamisme du seul fait du profit escompté. Cette hypothèse d’une sidérurgie rémunératrice du domaine est concevable dans le cadre régional de la Champagne et de la Bourgogne. Devant tant de ressources naturelles, les abbayes avaient la tentation d’une large production destinée à la vente locale. De plus, la sidérurgie s’insérait avec aisance dans l’économie du domaine, s’associant aux activités pastorales. Par cette création originale, les Cisterciens ont participé à la reprise de la production du fer et à l’organisation d’un commerce local. Mais en furent-ils les promoteurs ? C’est grâce aux archives cisterciennes que nous croyons, dès 1140, à la reprise d’une activité minière et sidérurgique. Mais ce schéma ne tient-il pas à la richesse relative des chartriers cisterciens et à l’anonymat, au silence d’autres exploitants, qui pourtant, eux aussi, réduisirent le fer à la même époque.

1225-1335 : des freins à l’exploitation

  • 8 Auberive, exploitation de Santenoge, (1248) ; Pontigny, exploitations de Sevyes-les-Venisy (1316) (...)
  • 9 Arch. dép. Côte d’Or, 12 H 93, pièce 6 ; Arch. dép. Aube, 3 H 3268.
  • 10 Arch. dép. Haute-Marne, 6 H 9, pièce 7.

8Si de 1225 à 1335, l’exploitation cistercienne conserve toutes ses caractéristiques et ses originalités, sans aucun doute, son dynamisme est freiné. Les implantations ne se multiplient plus au même rythme. Nous n’en dénombrons que trois, créées de 1248 à 13338. Les moines consolident, améliorent plutôt leurs exploitations antérieures. En majorité, les nouvelles implantations ou l’enrichissement des précédentes résultent de deux nouveaux modes d’appropriation : l’achat ou le métayage. Le premier achat ouvre la période et concerne l’abbaye de La Bussière, le second date de 1292 et se rapporte à Clairvaux9. En 1237, Longuay conclut avec l’évêque de Langres le premier bail à long terme lui permettant d’élargir son exploitation de La Chaume10.

9Ainsi, le temps des donations s’achève. Pour conserver leurs exploitations, les moines doivent lutter car cette réduction du nombre des donations n’est qu’un aspect du conflit livré, à présent, par les anciens donateurs. Instruits de la réussite cistercienne, les seigneurs se veulent aussi exploitants. Ils conservent la richesse de leur sous-sol, la vendent ou l’afferment et les quelques donations persistantes sont soumises à des conditions d’exploitation de plus en plus restrictives, amorcées dès la première décennie du xiiie siècle. Surtout, ils tentent de récupérer le patrimoine aliéné par leurs prédécesseurs. Les procès commencent, ils n’auront plus de fin. Parfois, ces luttes entraînent l’arrêt momentané de la production par la destruction de l’outil de travail. L’exploitation cistercienne harcelée est déjà affaiblie par des frais de production (coûts salariaux, achats d’exploitation et frais de métayage) qui s’accroissent au moment même où la production freinée est soumise sur les marchés à la concurrence d’autres exploitants. Sans aucun doute, la sidérurgie cistercienne conserve toutes ses spécificités, mais sa gestion est plus délicate. Ce ralentissement de l’exploitation n’est pas perceptible si tôt sur l’ensemble du développement minier et sidérurgique médiéval. L’expansion se poursuit, mais les Cisterciens ne la conduisent plus. Leur sidérurgie amorce déjà sa prochaine disparition.

1335-1476 : la disparition de la sidérurgie cistercienne

  • 11 Arch. dép. Aube, 3 H 3270.
  • 12 Comptes du Boursier de l’abbaye de Cîteaux (1377-1389): Arch. dép. Côte d’Or, 11 H 1160.

10De 1335 à 1476, les Cisterciens ne créent plus. Bien plus, la presque totalité des exploitations disparaît. Nos sources s’enferment dans un mutisme définitif. Parfois, la destruction de l’exploitation est clairement attestée comme pour les forges de Clairvaux à Wassy, restaurées en 140911. Celles qui persistent en faire-valoir direct se réduisent le plus souvent à un simple atelier où se transforme un fer marchand. Certaines sont amodiées, subissant cette banalisation du mode de production, cette perte de toute originalité attestée dès 1380. La production chute et ne suffit même plus à l’approvisionnement de Cîteaux qui se pourvoit en fer brut et en objets de fer sur les marchés locaux dès 137712. Si la sidérurgie cistercienne fut frappée par les destructions, elle était de toute façon condamnée car inadaptée. La concurrence seigneuriale a empêché le renouvellement des exploitations qui furent grevées de frais de plus en plus lourds. Les Cisterciens n’ont pas saisi la nécessité d’une concentration dont les exploitations nouvelles, bourgeoises, de type industriel, donnaient l’exemple. L’exploitation qui était née des besoins d’une économie agraire n’a pas voulu se détacher totalement de ce contexte rural. D’ailleurs, le dynamisme entreprenant des Cisterciens s’était assoupi et une assise financière défaillante ne permettait déjà plus d’autres investissements. Les moines n’avaient aucun intérêt à perpétuer une exploitation archaïque et déficitaire, à la production suffisant avec peine aux besoins de l’abbaye et trop chère pour résister à la concurrence des marchés. En quelque sorte, la sidérurgie cistercienne a disparu de ne plus être rénumératrice.

  • 13 1476, Montheries : Arch. dép. Aube, 3 H 2357. 1479, Champigny : Arch. dép. Côte d’Or, 13 H 105, pi (...)

11Pourtant, l’abbaye de Clairvaux tente une nouvelle fois le pari sidérurgique dès 1476, lorsqu’elle implante une affinerie à Montheries. En 1479, elle élève sa superbe usine indirecte de Champigny. Dès 1490, elle possède une seconde affinerie à Longchamp13. Mais Clairvaux n’est pas promotrice d’une telle révolution technique, elle s’y adapte, l’accepte mais ne la dirige plus. Elle élève ses usines dans le seul but de les affermer, délaissant la spécificité de son mode de production. Les moines sont étrangers à cette sidérurgie devenue une source de rentes. Aucune autre abbaye ne fut sensible à la reprise de l’activité sidérurgique et l’exploitation de Clairvaux n’a plus rien de spécifiquement cistercien. Pour produire encore, pour être compétitive, la grande abbaye champenoise s’adapte à un schéma dont elle n’est plus l’initiatrice. Si la fonte coule du haut fourneau de Champigny, la sidérurgie cistercienne s’est éteinte depuis un siècle.

Notes

1 A.-M. Couvret, A propos des forges de Wassy aux xiie et xiiie siècles, dans Les Cahiers Haut-Murnais, 1969, p. 96-100 ; R. Fossier, L’activité métallurgique d’une abbaye cistercienne : Clairvaux, dans Revue d’Histoire de la Sidérurgie, 1961, p. 7-13 ; G. Gille, L’industrie métallurgique champenoise au Moyen Age, dans Revue d’Histoire de la Sidérurgie, 1960, p. 13-20 ; A. Girardot, Forges princières et forges monastiques, coup d’œil sur la sidérurgie lorraine aux xiie et xiiie siècles, dans Revue d’Histoire des Mines et de la Métallurgie, 1970, p. 3-20 ; J.-M. Roger, Les forges de l’abbaye de Clairvaux à Wassy au Moyen Age, d’après les archives de Clairvaux, dans Actes du 98e Congrès national des sociétés savantes, Saint-Etienne, 1973, p. 23-59.

2 Vauluisant : exploitations de Lailly (1134-1168), Cerilly (1150), Les Sièges (1188), Luisant (1198). Morimond : exploitations de Scey-sur-Saône (1172), Chaligny (1182). Longuay : exploitation de La Chaume (1169). La Crête : exploitations de Wassy (1156), Mathon (1207). La Bussière : exploitations de Gissey-sur-Ouche (1211), Moulin des Deux Poiriers (1224). Cîteaux : Grange de la Forge (1197), Gissey-sur-Ouche (1210-1211) ateliers à Moisey, Brétigny, Gilly et à l’abbaye.

3 Auberive : La Chaume (1160), Cussey (1218). Clairvaux : Wassy (1157), La Chaume (1168).

4 Pontigny : Chailley (1143).

5 B. Gille, Les origines du moulin à fer, dans Revue d’Histoire de la Sidérurgie, 1960, p. 27.

6 1150, Vauluisant, exploitation de Cerilly : Bibl. nat., 9901, fol. 47 et 81.

7 Arch. dép. Aube, 3 H 10, p. 17 ; Arch. dép. Haute-Marne, 8 H 20, pièce 2 ; Arch. dép. Yonne, H 674.

8 Auberive, exploitation de Santenoge, (1248) ; Pontigny, exploitations de Sevyes-les-Venisy (1316) et du bois de Francoeur (1333).

9 Arch. dép. Côte d’Or, 12 H 93, pièce 6 ; Arch. dép. Aube, 3 H 3268.

10 Arch. dép. Haute-Marne, 6 H 9, pièce 7.

11 Arch. dép. Aube, 3 H 3270.

12 Comptes du Boursier de l’abbaye de Cîteaux (1377-1389): Arch. dép. Côte d’Or, 11 H 1160.

13 1476, Montheries : Arch. dép. Aube, 3 H 2357. 1479, Champigny : Arch. dép. Côte d’Or, 13 H 105, pièces 1 à 9. 1490, Longchamp : Arch. dép. Aube, 3 H 2200, fol. 6.

© Presses universitaires du Midi, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search