Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’économie cistercienne

 | 
Charles Higounet

Communications

Vignes et vins de Vaucelles : une esquisse

Stéphane Lebecq

Texte intégral

  • 1 Voir L. Duval-Arnould, Le vignoble de l’abbaye cistercienne de Longpont, Le Moyen Age, 1968, p. 20 (...)
  • 2 Le fonds de Vaucelles se trouve aux Archives départementales du Nord, sous la cote 28 H.
  • 3 28 H 75/1533.

1Les fonds d’archives cisterciens, et plus généralement monastiques, livrent volontiers d’amples informations sur l’histoire de la vigne et du vin au Moyen Age ; leur exploitation a déjà donné lieu à de remarquables monographies : c’est le cas de Longpont1. Pourquoi donc ouvrir le dossier de Vaucelles, a priori assez voisin, puisqu’il s’agit aussi d’une fille de Clairvaux fondée en 1132 sur les plateaux nord du Bassin parisien et que, comme ceux de Longpont, les moines de Vaucelles ont surtout développé leur activité viticole dans le Soissonnais ? En fait, la documentation léguée par Vaucelles est sinon très abondante, du moins originale2. Et cela en dépit d’une déconvenue que j’ai eue en préparant cette étude : la pièce à coup sûr la plus intéressante du dossier (un rôle de rentes foncières dues sur des terres du Laonnois, doublé sur son verso d’une liste de vignes avec énumération des travaux nécessaires à chacune3) a sûrement été attribuée à tort au fonds de Vaucelles par des archivistes du xixe siècle. C’est dire que la documentation doit être sérieusement critiquée avant d’être mise en œuvre. Comme je n’ai pas la place de développer ici cette critique, je me contenterai de livrer les principaux résultats de l’enquête, ne désespérant pas de donner un jour à cette esquisse les développements d’une étude définitive, avec publication des sources. En attendant, je voudrais montrer comment des Cisterciens ont su, au cours des xiie et xiiie siècles, créer un grand vignoble dans des contrées très septentrionales.

2Très septentrional était, en effet, eu égard à la géographie et même à la géohistoire de la vigne, le site du monastère lui-même, dans la très haute vallée de l’Escaut, à une bonne dizaine de kilomètres au sud de Cambrai.

  • 4 28 H 39/1112. Expression qu’on retrouve en 1282 (28 H 33/992)
  • 5 28 H 42/1146.
  • 6 M.L. Colpin, Le temporel de l’abbaye Saint-André du Cateau, de 1021 à 1525 (D.E.S. Lille 1972), ra (...)
  • 7 Texte cité par Le Glay, Glossaire topographique de l’ancien Cambrésis, Cambrai 1849, p. LX1.

3La donation initiale impliquait des terres cultivées, des friches, des prés, des bois, des eaux — le tout situé sur les deux rives du fleuve. Pas de vignes. Or, un terrier établi vers 1275 et qui recense les terres sises à proximité du monastère — en gros, donc, celles qui correspondent à la donation initiale4 — signale l’existence d’un « champ de la vigne » parmi les terres situées « au-delà de l’eau », donc sur la rive opposée à celle du monastère. L’indication serait de peu de portée si, bien plus tard, en 1491, un document n’en venait à évoquer dans le même secteur « la rue des vignes et les maisons d’icelle rue »5. Nul doute, par conséquent, que le « champ » devint suffisamment important pour justifier qu’un chemin, ou une rue, portât son nom ; et aussi pour appeler dans sa proximité un habitat qui allait si bien se développer qu’aujourd’hui encore le village des Rues des Vignes s’allonge sur la rive gauche de l’Escaut, en face du monastère, que d’ailleurs il inclut dans son finage. L’apparition médiévale de ce toponyme est d’autant plus saisissante que là même s’était développée aux époques romaine, mérovingienne puis carolingienne l’agglomération de Vincy, illustrée par une victoire de Charles Martel en 717 (in loco nuncupante Vinciaco) et abandonnée, semble-t-il, d’après des fouilles récentes, à la fin de l’époque carolingienne. C’est le vignoble monastique qui, de nouveau, a attiré les hommes ici — un vignoble qui a pu prospérer grâce à une situation idéale : le coteau de la rive gauche de l’Escaut était parfaitement exposé en direction du sud-est ; il était de ce fait protégé des agressions des vents d’ouest qui, sur la rive opposée, ont été capables de venir à bout des limons superficiels, mettant à nu la craie du crétacé. D’autres abbayes cherchèrent d’ailleurs à s’établir ici — Saint-André du Cateau6, Saint-Aubert de Cambrai7 ; en sorte que Vaucelles paraît avoir été la petite « capitale » d’un vignoble important — eu égard, du moins, à sa latitude très septentrionale.

  • 8 Viticulture ecclésiastique et viticulture princière au Moyen Age, Revue Historique t. CCXII, 1954, (...)
  • 9 Voir notamment H. van Werveke, Comment les établissements religieux belges se procuraient-ils du v (...)
  • 10 28 H 1/5 et 28 H 74/1501.
  • 11 28 H 74/1499.
  • 12 28 H 74/1507, 1516, 1526-1527, 1529-1530.
  • 13 28 H 74/1499, 1502, 1519, 1522-1523 ; 28 H 71/1489.
  • 14 28 H 74/1505 ; 28 H 71/1470, 1472, 1473, 1481.
  • 15 28 H 71/1468, 1469, 1471, 1474, 1479-1480, 1483, 1487, 1488.

4En effet, comme écrivait Roger Dion8, « on ne pouvait être assuré que (des récoltes) qu’on obtenait auprès du monastère lui-même ou, mieux encore, à l’intérieur de son enceinte ». Sans doute. N’empêche que le vignoble scaldien devait, en dépit de son importance, n’être suffisant ni par la quantité ni par la qualité de sa production ; et que l’abbaye fut amenée à chercher des terroirs plus propices. Il lui fallait en effet satisfaire aux impératifs de la liturgie et de l’hospitalité. Bien au-delà, sa réussite allait lui permettre de vendre une partie, majeure sans doute, de sa production. Il faut dire qu’elle ne s’installa pas n’importe où. Dès les temps carolingiens, on avait vu des abbayes septentrionales — Saint-Bavon, Marchiennes et tant d’autres9 — s’établir en Soissonnais. Vaucelles fit comme elles. Comme Longpont aussi, qui s’y prit un peu plus tôt, mais était mieux placée. Au départ, une importante donation à Vailly faite vers 1180 par Nicolas, seigneur du village voisin d’Ostel10. Donation sûrement provoquée d’une façon ou d’une autre ; d’ailleurs un document de 117711 avait déjà montré Vaucelles attentive à se procurer du bien dans les parages. Il s’agissait en tout cas de maison, jardins, terres, vignes, prés, bois. Bien que les vignes n’y tinssent pas une place exclusive, on ne peut douter que ce sont elles qui attirèrent les moines dans la région. D’autres acquisitions, étalées de 1195 à 1281 et comprenant des vignes, des terres, même des aulnaies, permirent d’arrondir le domaine de Vailly12. Dans les environs immédiats, Vaucelles acquit des biens à Aizy, entre 1187 et 127913 ; à Celles, entre 1191 et 125914 ; à Sancy enfin, entre 1200 et 1276, où il faut faire une place spéciale au domaine de La Loge, acquis en 127015.

Fig. 1. — Situation de l’abbaye de Vaucelles.

  • 16 28 H 75/1513.
  • 17 On relève simplement, en 1321, l’arrentement perpétuel de 53 arpents de terre arable près de Vaill (...)

5Quatre pôles se partageaient donc les possessions de Vaucelles en Soissonnais ; à chacun, ou presque, était attachée une maison d’exploitation ; mais toutes étaient dans la dépendance de celle de Vailly, où la maison acquise en 1180 fut rapidement transformée en grange et investie d’une délégation de l’autorité abbatiale. Dès 1204 il est question de la grangia de « Vaccellettes »16, et, aujourd’hui encore, une grosse ferme, sise un peu à l’écart de l’agglomération de Vailly, porte le nom de Vaucelles. Son domaine a sans doute été préservé du démantellement par la pratique prolongée du faire-valoir direct, jamais démentie avant le xive siècle17.

6Regardons la carte : les quatre localités dans lesquelles Vaucelles est implantée se présentent suivant un dispositif remarquable. Au confluent de l’Aisne et de deux ruisseaux dirigés parallèlement du nord au sud, on trouve respectivement Vailly en amont et Celles en aval. A trois ou quatre kilomètres au nord, près de la source des deux ruisseaux, on trouve Aizy à l’est et Sancy à l’ouest. Le domaine de Vaucelles paraît donc envelopper le promontoire calcaire que les rivières ont isolé en creusant leurs vallées. Au sud, ce promontoire porte, aujourd’hui encore, le nom de « Terres de Vaucelles ». Tout cela donne à penser que le domaine était assez compact et homogène. Impression que confirme la lecture des archives — la plupart des acquisitions concernent des terres contiguës à celles que Vaucelles possédait déjà. Et quand on constate que, beaucoup plus que partout ailleurs, ces acquisitions ont été surtout, même en plein xiiie siècle, le produit de donations plutôt que d’achats, on ne peut manquer de penser que les moines se firent très persuasifs pour conduire une politique domaniale aussi cohérente.

Fig. 2. — Situation du domaine soissonnais de Vaucelles.
1. Paroisses dans le finage desquelles Vaucelles avait des biens.
2. Grange et maisons de Vaucelles.

  • 18 L’abbaye reçut le droit de moudre elle-même son grain ; un « moulin de Vaucelles » est signalé à V (...)
  • 19 Ainsi Vaucelles se vit-elle accorder des droits de pâture pour mille moutons à Celles en 1191 (28  (...)

7Domaine homogène sans doute, mais nullement uniforme. La nature des acquisitions suffit à montrer qu’il n’était pas question pour Vaucelles de pratiquer en Soissonnais la monoculture de la vigne. Les terres du plateau, les « terres de Vaucelles » donc, s’offraient à la céréaliculture18 ; les fonds de vallée humides accueillaient le bétail, un bétail au demeurant fort nombreux19. Les coteaux, quant à eux, notamment ceux qui regardaient en direction de l’est ou du sud, étaient les terres d’élection de la vigne. Partout aujourd’hui, ils sont recouverts de bois, mais l’un d’eux porte encore le nom des Vignards.

  • 20 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris 1962, p. 238.
  • 21 28 H 75/1533. Pour les techniques de la viticulture dans les contrées de la France septentrionale, (...)
  • 22 D’où l’importance des aulnaies évoquées plus haut. Par exemple, 28 tt 74/1529-1530.
  • 23 28 H 74/1510.
  • 24 28 H 71/1485.
  • 25 Les cépages utilisés devaient donc être du fromentel, du savignien, du meslier ou du samoreau. Voi (...)
  • 26 Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au xixe siècle, Paris, 1959, p. 240-241.
  • 27 Fourquin, op. cit., p. 83.

8C’est sûrement ici que se déroulait l’essentiel de l’activité soissonnaise de Vaucelles. Une activité qui, de l’hiver à l’automne, « appelait un gros apport de main-d’œuvre20 ». Le document laonnois évoqué tout à l’heure et que le hasard (?) a placé parmi les archives de Vaucelles, permet d’évoquer les façons de la vigne21 : il fallait la sarcler, la tailler, fouir le fiens, prouvigner (on dirait ailleurs marcotter), transporter et effichier les escarchons (les échalas22) ; il fallait refouir, reloyer les tonneaux, resarcler ; enfin vendanger, porter et carier au pressoir. Des pressoirs, Vaucelles en avait : elle s’était fait exempter de la banalité du pressurage détenue ici par Notre-Dame de Soissons23, là par Saint-Crépin24. Si l’on en croit les quelques indications fournies par les archives, le vin qui en sortait était surtout du blanc25 — ce qui n’étonnera pas le lecteur de la Bataille des Vins, ou encore celui de Roger Dion26, même si M. Fourquin a montré que les vins blancs n’étaient pas nécessairement les plus prisés dans les régions septentrionales27. Ce qui est sûr, c’est que Vaucelles était une très grosse productrice.

Fig. 3. — Exemptions de péages accordées à l’abbaye de Vaucelles.
1. Granges ; 2. Maisons ; 3. Exemptions de péage.

  • 28 28 H 5/152. Un muid de Soissons équivaut à 246 1.
  • 29 28 H 5/143.
  • 30 Un tonneau fait trois muids (Dion, op. cit., p. 651-654). Le muid de Vailly fait 234 1.
  • 31 28 H 6/186.
  • 32 Duval-Arnould, op. cit., p. 222, où l’on voit seulement que les vignerons de Presles (le plus gros (...)
  • 33 Au total, Clairvaux ne produisait peut-être pas plus de 2000 hl. Voir R. Fossier, La vie économiqu (...)
  • 34 C’est en vain qu’en Picardie on voudrait connaître le rendement de la vigne : R. Fossier, La terre (...)

9Avant d’étudier dans le temps et dans l’espace la très longue série des exemptions de péages ou vinages qui nous est parvenue, penchons-nous sur deux cas particuliers qui autorisent peut-être une approche quantitative de la production de Vaucelles. D’une part, en 1199, Jean Châtelain de Noyon et de Thourotte (localité située sur l’Oise, tout près de son confluent avec l’Aisne), autorisa l’abbaye à faire passer chaque année par ses eaux 400 muids de vin à la mesure de Soissons28 — ce qui équivalait à 984 hectolitres. Un peu plus tôt, en 1190, Raoul de Coucy inaugura une longue série d’exemptions dont sa famille allait gratifier Vaucelles tout au long du xiiie siècle : les moines pourraient faire passer sur ses terres tout ce qu’ils voudraient, sauf le vin, dont il limitait l’exemption à vingt chariots de huit chevaux29, c’est-à-dire — la suite nous le dira — des chariots capables de porter quatre tonneaux de trois muids de Vailly chacun30, au total donc 560 hectolitres. Voici donc que, dès la fin du xiie siècle, alors que Vaucelles n’était installée que depuis quelques années en Soissonnais, elle était capable d’acheminer 984 hectolitres de vin par la rivière et 560 par la route de terre, soit au total 1 550 hectolitres. Faisons un petit bond dans le temps : en 1266, c’est à « douze cens muis de vin chascun an et nient plus au mui de Valli » qu’Enguerrand IV de Coucy étend l’exemption31 : qu’est-ce à dire, pour le seul péage de Coucy ? Plus de 2 800 hectolitres ! Le chiffre paraît énorme, comparé à ce que l’on entrevoit de la production de Longpont32 ou de celle de Clairvaux33. Ça amène à se poser plusieurs questions. D’abord, y a-t-il un rapport réel entre la quantité exemptée de vinage et la quantité qui transite vraiment ? Sûrement ! Imagine-t-on que le seigneur élargisse régulièrement l’exemption (comme ce fut le cas au moins quatre fois à Coucy, entre 1190 et 1267), si cela ne lui est pas explicitement demandé par les bénéficiaires, qui en ont un réel besoin ? Seconde question : la quantité de vin que fait passer Vaucelles provient-elle exclusivement de ses domaines propres ? La seule réponse que je ferai est qu’on ne la voit pas acquérir la moindre rente foncière, ni la moindre dîme en Soissonnais. J’incline donc à croire que les quantités de vin évoquées par les exemptions de vinages sont des quantités au moins susceptibles d’y transiter vraiment, et que d’autre part, elles sont, au moins pour l’essentiel, le produit des vignes de Vaucelles. Produit au demeurant tellement considérable qu’on est tenté de parler d’une extension, ou d’une intensification, de la viticulture sur les terres abbatiales — mais on manque d’arguments34.

  • 35 28 H 81/1663. Document étudié et publié dans mon article sur Les Cisterciens de Vaucelles en Fland (...)
  • 36 Carte établie d’après les pièces d’archives contenues dans les cartons 28 H 4 à 28 H 8.
  • 37 28 H 5/142 : les près étaient-ils destinés à assurer du fourrage aux animaux de trait ?
  • 38 28 H 5/145. L’exportation vers l’Angleterre des vins du Laonnois et du Soissonnais a souvent été c (...)
  • 39 Voir Sivéry, Les comtes de Hainaut et le commerce du vin au xive et au début du xvesiècle, Lille 1 (...)

10On comprend en tout cas que dans ces conditions l’abbaye soit devenue marchande. D’ailleurs, si un contrat de fermage de 1263 envisageait la visite régulière dans la grange flamande de Cuvele du chelerier et du markant de l’abbaye35, on est en droit de penser que leurs tournées passaient aussi par le Soissonnais, qui était le foyer de l’activité sûrement la plus lucrative exercée par les moines. Une carte des exemptions de péages montrera mieux que de longs discours les itinéraires suivis par les vins de Vaucelles et le trafic dont ils étaient l’objet36. Dans un premier temps (fin du xiie siècle), il s’est surtout agi pour les moines d’assurer la liaison entre le vignoble et le monastère : la liaison pouvait se faire par eau (Aisne-Oise : on a déjà évoqué le passage de Thourotte) ou par terre : dans ce cas, il fallait traverser les terres de Coucy, à Coucy même ou à Pont-à-Bucy. Les voies de terre rejoignaient la voie fluviale sur la haute vallée de l’Oise, entre Mézières et Hauteville. Alors, il fallait gagner le haut Escaut par la haute vallée de la Somme et le seuil du Vermandois, aujourd’hui emprunté par le canal de Saint-Quentin. Comment s’étonner qu’à la croisée de ces chemins, exactement à Mézières-sur-Oise, l’abbaye acquit dès 1189 une maison et deux fauchées de prés37 ? En cette première période, l’abbaye commence à s’implanter sur des marchés éloignés. L’exemption de Gournay38 — sur la route de Soissons à Rouen par Compiègne et Beauvais — permet de supposer qu’elle s’intéresse à l’exportation vers l’Angleterre. Surtout des jalons sont posés dès avant 1200 en direction du nord, dans le Hainaut, notamment dans le bassin scaldien — ce qui est logique ; mais aussi à Prisches, marché du vin connu au xiie siècle39, où elle est autorisée à vendre.

  • 40 C’est ce que précisent les exemptions de Mortagne, d’Antoing, de Hasnon (respectivement 28 H 6/175 (...)
  • 41 28 H 6/163 — donné par Gossuin, seigneur de Menin : c’est lui qu’on doit reconnaître derrière le G (...)
  • 42 Je renvoie à mon article cité n. 35, notamment p. 371 (document de 1237 : 28 H 85/1710). Exemption (...)
  • 43 28 H 6/169.

11La route des Pays-Bas, et de leurs énormes marchés, est ainsi ouverte. Elle n’est vraiment exploitée qu’à partir de 1220-1230 : Vaucelles est désormais présente à Saint-Omer ; tout au long du bassin de l’Escaut, qu’on descend tant par eau que par terre40 ; et de ses affluents, qu’on remonte : la Scarpe jusqu’à Hasnon (porte du Douaisis ?) et la Lys jusqu’à Menin (porte du pays lillois41) Anvers même, à l’embouchure du fleuve, où l’exemption est à peu près contemporaine de l’installation foncière de Vaucelles en Flandre zélandaise42 ; enfin la lointaine Utrecht, où l’abbaye se voit reconnaitre par l’évêque Otton en 1235 le droit « d’aller et venir tant par terre que par eau », d’y transporter et d’y vendre tout ce qu’elle voudra (surtout du vin, bien sûr), tant dans les marchés qu’au dehors43. Indubitablement, on atteint l’apogée.

***

  • 44 Suivant l’exemption de 1267 : 28 H 6/187.
  • 45 Suivant l’exemption de 1226 : 28 H 6/186.
  • 46 28 H 6/187.
  • 47 28 H 6/179.

12Plutôt que de revenir en conclusion sur la tentative fructueuse de la création d’un vignoble cambrésien, ou sur la réussite éclatante du domaine soissonnais, je solliciterai une fois de plus les exemptions de vinages octroyées par la maison de Coucy, pour leur demander une simple évocation — celle de ces énormes convois de vin qui traversaient leurs terres, escortées par des « pourveeur44 », qui n’étaient autres que « li moines ou li convers de Vaucieles45 ». En 1267, Marie de la Fère, veuve d’Enguerrand III, le fameux bâtisseur, les autorisait à « mener et faire mener deus cens toniaus de vin par nostre wienage dou Pont a Buci sans paier wienage ; ce est a savoir quatre touniaus de vin seur un char et deus touniaus de vin seur une charrette46 » ; un acte de 1248 précisait : « chascun car doit avoir VIII chevaus et se li frere vuelent mener caretes por cars, il poirront mener II caretes pour un car, ensi que a chascune carete doit avoir quatre chevaus...47 »

13Arrêtons-nous sur ces images : rien ne montrera mieux l’importance du vignoble développé par Vaucelles en Soissonnais que l’évocation de ces cinquante chars à huit chevaux, ou de ces cent charrettes à quatre chevaux, tous et toutes chargés de tonneaux, franchissant le Pont de Bucy, sur la petite rivière de la Serre, entre Vaucelettes-en-Soissonnais et Vaucelles-en-Cambrésis.

Notes

1 Voir L. Duval-Arnould, Le vignoble de l’abbaye cistercienne de Longpont, Le Moyen Age, 1968, p. 207-236.

2 Le fonds de Vaucelles se trouve aux Archives départementales du Nord, sous la cote 28 H.

3 28 H 75/1533.

4 28 H 39/1112. Expression qu’on retrouve en 1282 (28 H 33/992)

5 28 H 42/1146.

6 M.L. Colpin, Le temporel de l’abbaye Saint-André du Cateau, de 1021 à 1525 (D.E.S. Lille 1972), rapporté par G. Sivéry dans la Revue du Nord, t. LV, 1973, p. 391.

7 Texte cité par Le Glay, Glossaire topographique de l’ancien Cambrésis, Cambrai 1849, p. LX1.

8 Viticulture ecclésiastique et viticulture princière au Moyen Age, Revue Historique t. CCXII, 1954, p. 1-22 (p. 9).

9 Voir notamment H. van Werveke, Comment les établissements religieux belges se procuraient-ils du vin au haut Moyen Age ?, Revue Belge de Philologie et d’Histoire, t. II 1923, p. 643-662.

10 28 H 1/5 et 28 H 74/1501.

11 28 H 74/1499.

12 28 H 74/1507, 1516, 1526-1527, 1529-1530.

13 28 H 74/1499, 1502, 1519, 1522-1523 ; 28 H 71/1489.

14 28 H 74/1505 ; 28 H 71/1470, 1472, 1473, 1481.

15 28 H 71/1468, 1469, 1471, 1474, 1479-1480, 1483, 1487, 1488.

16 28 H 75/1513.

17 On relève simplement, en 1321, l’arrentement perpétuel de 53 arpents de terre arable près de Vailly : 28 H 75/1534.

18 L’abbaye reçut le droit de moudre elle-même son grain ; un « moulin de Vaucelles » est signalé à Vailly en 1281 (28 H 75/1529).

19 Ainsi Vaucelles se vit-elle accorder des droits de pâture pour mille moutons à Celles en 1191 (28 H 74/1505).

20 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris 1962, p. 238.

21 28 H 75/1533. Pour les techniques de la viticulture dans les contrées de la France septentrionale, voir Guy Fourquin, Les campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Age, Paris 1964, p. 83 sq. ; et H. Duchaussoy, La vigne en Picardie et le commerce des vins de la Somme, Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, t. XLI 1926 et t. XLII 1927 ; voir en particulier le t. XLI, p. 49 sq.

22 D’où l’importance des aulnaies évoquées plus haut. Par exemple, 28 tt 74/1529-1530.

23 28 H 74/1510.

24 28 H 71/1485.

25 Les cépages utilisés devaient donc être du fromentel, du savignien, du meslier ou du samoreau. Voir Fourquin (ci-dessus n. 16), p. 81-82.

26 Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au xixe siècle, Paris, 1959, p. 240-241.

27 Fourquin, op. cit., p. 83.

28 28 H 5/152. Un muid de Soissons équivaut à 246 1.

29 28 H 5/143.

30 Un tonneau fait trois muids (Dion, op. cit., p. 651-654). Le muid de Vailly fait 234 1.

31 28 H 6/186.

32 Duval-Arnould, op. cit., p. 222, où l’on voit seulement que les vignerons de Presles (le plus gros domaine yiticole de Longpont) récoltaient un minimum (certes) de 350 hl.

33 Au total, Clairvaux ne produisait peut-être pas plus de 2000 hl. Voir R. Fossier, La vie économique de l’abbaye de Clairvaux des origines à la fin de la Guerre de Cent Ans (1115-1471), Positions des thèses de l’École des chartes, Paris 1949, p. 61.

34 C’est en vain qu’en Picardie on voudrait connaître le rendement de la vigne : R. Fossier, La terre et les hommes en Picardie, Paris-Louvain 1968, t. 1, p. 412.

35 28 H 81/1663. Document étudié et publié dans mon article sur Les Cisterciens de Vaucelles en Flandre maritime au xiiie siècle, Revue du Nord, t. LIV, 1972, p. 371-384.

36 Carte établie d’après les pièces d’archives contenues dans les cartons 28 H 4 à 28 H 8.

37 28 H 5/142 : les près étaient-ils destinés à assurer du fourrage aux animaux de trait ?

38 28 H 5/145. L’exportation vers l’Angleterre des vins du Laonnois et du Soissonnais a souvent été constatée. Voir Dion, op. cit., p. 216-217 ; Doehaerd, Un paradoxe géographique : Laon, capitale du vin au xiie siècle, Annales, E.S.C., t. V, 1950, p. 145-165, notamment p. 157-158 ; les vins de Longpont aussi gagnaient Rouen : Duval-Arnould, op. cit. p. 233.

39 Voir Sivéry, Les comtes de Hainaut et le commerce du vin au xive et au début du xvesiècle, Lille 1969, p. 45 et 116.

40 C’est ce que précisent les exemptions de Mortagne, d’Antoing, de Hasnon (respectivement 28 H 6/175, 173 et 165).

41 28 H 6/163 — donné par Gossuin, seigneur de Menin : c’est lui qu’on doit reconnaître derrière le Gossuin de Melin (sic) évoqué par Duval-Arnould, op. cit., p. 227.

42 Je renvoie à mon article cité n. 35, notamment p. 371 (document de 1237 : 28 H 85/1710). Exemption d’Anvers : 28 H 6/170.

43 28 H 6/169.

44 Suivant l’exemption de 1267 : 28 H 6/187.

45 Suivant l’exemption de 1226 : 28 H 6/186.

46 28 H 6/187.

47 28 H 6/179.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Situation de l’abbaye de Vaucelles.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21467/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 2. — Situation du domaine soissonnais de Vaucelles.1. Paroisses dans le finage desquelles Vaucelles avait des biens.2. Grange et maisons de Vaucelles.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21467/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 3. — Exemptions de péages accordées à l’abbaye de Vaucelles.1. Granges ; 2. Maisons ; 3. Exemptions de péage.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21467/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

© Presses universitaires du Midi, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter