Version classiqueVersion mobile

L’économie cistercienne

 | 
Charles Higounet

Communications

Les granges de l’abbaye de Cîteaux (v. 1250-v. 1480)

Jacques Poloni

Texte intégral

1Après la fondation de Cîteaux, les donations de biens fonciers affluèrent, augmentées des acquisitions de l’abbaye. Pour exploiter ces étendues organisées en domaines agricoles, les moines établirent une structure : la grange, fondement de la prospérité abbatiale, qui subit d’importantes transformations à la fin du Moyen Age. La grange, construction architecturale, était synonyme de domaine foncier, sur lequel se greffèrent des prérogatives seigneuriales ; pour des raisons diverses, elle posa aux religieux des problèmes d’exploitation.

2L’abbaye de Cîteaux possédait 19 granges, situées dans le duché de Bourgogne — une dans la partie impériale — et dans l’évêché de Chalon-sur-Saône. Ces centres d’exploitation rurale se partageaient en trois espaces géographiques : la vaste plaine de la Saône (13), le plateau bourguignon (4) et la vallée de l’Ouche (2). Deux groupes se distinguaient : les granges centrales distantes de moins de 7 kilomètres du monastère (10) et les granges périphériques (9) entre 13,5 et 39 kilomètres.

3Mais chaque grange, où qu’elle fût située, se ressemblait quant à l’aspect extérieur que les documents terriers de la fin du xve siècle nous présentent. Aux confins des villages voisins, elles se détachaient du paysage par l’enceinte — mur de pierre ou palissade de bois — précédée d’un fossé. Un ou plusieurs portails (de brique ou de pierre, avec toit de tuiles plates) permettaient l’accès au « pourpris » s’étendant sur 2,74 hectares à Moisey, 6,08 à Tontenans. À l’intérieur de cet espace, s’élevaient les bâtiments d’exploitation : granges, étables, porcheries, greniers, fromageries, et le bâtiment d’habitation comprenant : réfectoire, chambres, cuisine, hôtellerie et parfois chapelle. Ces bâtiments étaient construits en briques dans la plaine, en pierre sur les plateaux, parfois en torchis. La couverture était de tuiles plates, de pierres ou de paille. Il semble que ces bâtiments étaient globalement dans un état convenable. Mais le coût de l’entretien pesait lourdement sur les finances abbatiales. Même après l’amodiation, une partie était assurée par le cellérier, touchant surtout les travaux de charpente et de couverture.

  • 1 Archives départementales de la Côte d’Or. 11 H 992*, Toutenans ; 11 H 943*, Ouges ; 11 H 735*, Ros (...)

4Autour de l’enceinte, s’étendait le patrimoine foncier. À la fin du Moyen Age, il est clair que les granges ne réunissaient pas l’ensemble des biens fonciers : en plus des domaines viticoles de la côte bourguignonne, certaines possessions relevaient de seigneuries de Cîteaux. Le patrimoine foncier de certaines granges périphériques fit l’objet de descriptions1. Aux terres, prés, bois, placés dans un rapport variable, certaines granges ajoutaient des étangs (dans la plaine) et quelques vignes. Les étendues pouvaient être considérables, 1314 journaux de terre à Tontenans, 1014 arpents de bois à Neuilly.

5Il semble que le patrimoine foncier se présentait sous deux structures différentes : l’une homogène, l’autre dispersée. Autour de l’enceinte s’étendait un bloc foncier, assez compact pour être appelé « finage » ; et les granges centrales ne comportaient que peu d’écarts. En revanche, la plupart des granges périphériques possédaient des biens répartis dans de nombreux finages voisins.

  • 2 11 H 955.

6C’est au cours de cette période que la formation du patrimoine des granges s’arrêta : 19 donations et 21 acquisitions (hormis Ouges) pour deux siècles et demi, dont respectivement 13 et 15 pour la fin du xiiie siècle. Cela traduit de la part de la population une désaffection, refusant de s’appauvrir pour enrichir encore les religieux ; et de la part de Cîteaux une difficulté d’investir et un désintérêt pour ses granges (puisque l’abbé investit dans ses seigneuries). Seule Ouges, avec 199 achats, subit une augmentation foncière, mais qui s’achève avec la deuxième moitié du xive siècle (5 actes). Ce cas s’explique par le fait que Cîteaux a acquis la seigneurie d’Ouges en 12252, dans laquelle se trouvait la grange. Dans le même temps, l’abbaye effectua 6 échanges fonciers, racheta ou se fit donner des cens qu’elle devait pour certaines terres.

7Le patrimoine foncier des granges resta donc dans l’état des xiie et xiiie siècles (sauf Ouges), l’abbaye visant à supprimer certaines charges et des enclaves non cisterciennes, à rendre plus homogène la structure foncière en abandonnant des parcelles excentriques, sans pour autant l’amputer (deux ventes seulement rencontrées). Mais cette politique foncière fut de faible ampleur, même si les chiffres de l’investissement et des superficies ne peuvent être avancés du fait de l’imprécision des textes.

  • 3 11 H 1160*, fol. 88.

8La grange n’était plus alors l’unique structure organisant le patrimoine abbatial, et la possession foncière n’était plus seule source de richesse, l’abbaye s’étant attachée à acquérir les prérogatives seigneuriales. À la fin du xiiie siècle, l’essentiel était obtenu, l’abbé cherchant confirmation à la faveur de conflits judiciaires. Cette orientation de la politique abbatiale atteignit inégalement les granges. Loin de l’abbaye, la grange servit de point d’appui, devint le signe de la puissance seigneuriale ; près de l’abbaye, ce développement s’effectua dans toutes les directions, le monastère lui-même en étant le signe. Lorsque Cîteaux amodia ses granges dans les années 13803, elle afferma les prérogatives seigneuriales avec l’exploitation rurale à la périphérie, l’exploitation rurale seule au centre. Un siècle plus tard, la même opposition se rencontrait. Les granges périphériques étaient devenues des granges seigneuriales, les granges centrales étaient restées des granges agricoles. Les droits seigneuriaux s’honoraient dans le premier cas à la grange, dans le deuxième cas au monastère.

Les granges de l’abbaye de Cîteaux.
1. Granges. — 2. Localités repères.

9Ces droits possédés dans le cadre des granges recouvraient l’ensemble des prérogatives d’un seigneur : privilège d’immunité à l’intérieur du pourpris ; droit de justice, la plupart du temps haute, moyenne et basse. Aux granges périphériques était rattachée la possession de manses (réduits à la maison et au jardin), de serfs (11 à Ouges au moins) et d’autres redevances telle que la tierce. À Tontenans, Cîteaux possédait deux droits de passage : l’un sur la Saône, l’autre sur un affluent, l’Ausson ; et pour certaines granges, les droits de chasse et de pêche. Exemptés de la dîme, les religieux en levaient de nombreuses sur les terres proches de leurs domaines périphériques.

10La seigneurie a supplanté la grange près de l’abbaye et a transformé l’acceptation de ce terme loin de l’abbaye. L’essentiel pour Cîteaux restait le problème de la mise en valeur de cet important patrimoine. Dans l’organisation classique des granges, les terres étaient mises en valeur par les convers. Or, leur recrutement posa des problèmes à Cîteaux dès le xiiie siècle. Et dans les documents ils n’apparaissent jamais. À la fin du xive siècle, ils étaient remplacés par des serviteurs séculiers (une dizaine environ) recevant un salaire en argent et leur entretien ; certains étaient affectés à des tâches précises, d’élevage en particulier. Seul le maître de grange était religieux, convers ou même moine. Le cellérier avait recours à des ouvriers temporaires pour les gros travaux agricoles. Deux granges, La Loge et La Borde, étaient placées chacune sous l’autorité d’un officier de l’abbaye : le portier, le maître forestier.

  • 4 11 H 992.

11La fin du Moyen Age est marquée par la mise en place du faire-valoir indirect, selon trois modes : censives, enchères annuelles, amodiation. L’acensement utilisé précocement concerna tout d’abord les parcelles les plus éloignées de la grange (celles de Crépey étaient situées dans les villages alentour). Mais la documentation n’a pas conservé l’ensemble des actes : 692 journaux de terre de Tontenans étaient exploités de cette façon4, or les acensements sont inexistants. Cette pratique fut utilisée continuellement : à Ouges, 2 pour la fin du xiiie, 8 pour le xive, et 43 pour le xve siècle. Le cens, en nature ou en argent, était payable à la grange ou à l’abbaye. Chaque parcelle n’excédait pas 4 journaux (le plus souvent un journal seulement). Certains acensements ne comportaient qu’une parcelle — conférant au bail un aspect réduit — ou plusieurs, mais alors dispersées à travers le finage.

12Le second mode ne fut utilisé avec certitude qu’à Tontenans : chaque année la jouissance de deux prés était mise aux enchères : 132 soitures sous forme de 7 lots, et 163 sous forme de lots d’une soiture.

  • 5 11 H 142*.

13Le troisième mode fut le plus lourd de conséquences : dans les années 1380, et auparavant certainement pour quelques granges, neuf actes furent passés — comprenant parfois deux granges : Gergueil-Détain, Rosey-Neuilly — au total celles de la périphérie sauf Moisey, et quatre du centre furent données à ferme pour une durée de 9 ans à des convers ou des moines — les anciens maîtres de grange. Au centre, ils recevaient les terres et les prés avec quelques amputations, à la périphérie l’exploitation agricole et les prérogatives seigneuriales, les religieux se réservant toutefois les forêts. L’abbé contrôlait la gestion par son droit de visite annuel et réglementait l’exercice de la seigneurie. Annuellement, l’abbé recevait 140,5 émines de froment, 76,5 d’avoine, 10 d’orge, 5 de légumes, 66 aunes de tissu, et 28 livres de cire. Jusqu’aux années 1460 et 14705, les archives n’ont pas conservé d’actes d’amodiation. En cette fin du xve siècle, toutes les granges étaient amodiées, mais alors à un ou plusieurs séculiers, pour 9 ou 12 années (9 pour les domaines éloignés, 12 pour les proches). Au cours du xve siècle, les religieux sont donc devenus des rentiers du sol. Seules les forêts étaient conservées. Avec la grange était parfois affermée la tuilerie, lorsqu’il y en avait une ; mais elle pouvait être amodiée seule. En un siècle, les recettes en argent avaient supplanté les recettes en céréales : 509 francs 30 livres, 340 émines de céréales, 2 de légumes, 1 setier d’huile, 204 aunes de tissus, 84 livres de cire, 17 porcs et 1 veau. Les besoins de la communauté avaient changé.

  • 6 B. 11531.
  • 7 11 H 468.
  • 8 11 H 128*, fol. 229...

14La raréfaction du nombre des convers est fondamentalement la cause de ce changement de politique rurale. En conséquence, des terres furent acensées, et l’entrée des séculiers a transformé la signification de la grange. Les coûts de production s’en trouvaient accrus, au moment où l’abbaye avait des difficultés financières. Aucune conclusion sur le niveau de la production n’est possible à la fin du faire-valoir direct. Les guerres, épidémies, pénuries durent prendre des hommes et augmenter les salaires ; les droits divers rapportaient moins, les cens étaient indus, les tenanciers éventuels se raréfiaient. Phénomène subi et indésiré, l’amodiation représenta la seule issue possible quoique Cîteaux y recourût beaucoup plus tardivement que d’autres abbayes. Mais après les premières amodiations, les difficultés continuèrent : d’autres granges furent affermées, deux étaient inoccupées en 14236, les acensements se multipliaient, les amodiateurs étaient endettés auprès de Cîteaux. L’amodiation entraîna dans un premier temps une baisse des revenus, mais supprimait le fardeau de la gestion et nombre de dépenses. Dans un second temps une hausse, puisque les fermages de 1460 étaient supérieurs à ceux de 1380. Indéniablement, il y eut crise, puis reconstruction ; mais ces deux moments ne peuvent être clairement mis en évidence en raison de l’indigence des textes. Si, en 1452, Cîteaux abandonna Détain7 en raison d’arriérés de cens au monastère qui, en 1164, la lui avait concédée ; si, en 1492, Chandenay8 passa de l’amodiation à l’acensement, l’économie des granges de Cîteaux ne semble pas avoir subi de catastrophes.

15Représentant un bouleversement du mode de gestion, l’amodiation n’entraîna pas de césure quant aux activités économiques : agriculture, élevage et leurs méthodes, textiles, fromagerie, utilisations de la forêt (si ce n’est la constitution de bois de revenus au xve siècle), production de briques, tuiles, faîtières, carreaux dans les six tuileries, vente de produits de base excédentaires, achats de produits manufacturés. Cette transformation entamait la pureté de la réforme cistercienne, tout comme le faire-valoir indirect qui transformait fondamentalement la grange et faisait des religieux des rentiers du sol.

Notes

1 Archives départementales de la Côte d’Or. 11 H 992*, Toutenans ; 11 H 943*, Ouges ; 11 H 735*, Rosey, Neuilly ; 11 H 828*, Moisey ; 11 H 245, Crépey.

2 11 H 955.

3 11 H 1160*, fol. 88.

4 11 H 992.

5 11 H 142*.

6 B. 11531.

7 11 H 468.

8 11 H 128*, fol. 229...

Table des illustrations

Légende Les granges de l’abbaye de Cîteaux.1. Granges. — 2. Localités repères.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Presses universitaires du Midi, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search