Version classiqueVersion mobile

L’économie cistercienne

 | 
Charles Higounet

Rapports

Aspects économiques de la vie des abbayes cisterciennes de l’Italie du Nord-Ouest (xiie-xive siècle)

Rinaldo Comba

Texte intégral

1Les études sur la vie rurale du xie au xive siècle fournissent un tableau de plus en plus articulé et problématique de l’économie domaniale. Quelles furent, selon les régions, la taille, le faire-valoir, les destinées de la réserve ? Y a-t-il eu des types différents de seigneurie et donc des rapports différents entre celle-ci et les structures sociales, les marchés, les techniques, les formes de l’occupation et de l’exploitation du sol ? Les pages qui suivent constituent le résultat provisoire — limité à certains aspects économiques de la vie des abbayes cisterciennes — d’une enquête plus vaste sur les variétés de l’économie domaniale de l’Italie nord-occidentale au Moyen Age.

  • 1 Il s’agit des chartriers de Staffarda, Rifreddo, Casanova, Rivalta Scrivia, Rivalta Piemonte, Tigl (...)

2Les études sur la vie économique de ces abbayes sont très peu nombreuses et très mal réparties du point de vue géographique et chronologique. La plupart d’entre elles concernent les abbayes piémontaises et lombardes et les premiers siècles de vie de l’Ordre cistercien, tandis que les chartriers édités intégralement se rapportent presque exclusivement à la région piémontaise aux xiie et xiiie siècles1.

  • 2 Voir les travaux de F. Gosso, G. Molteni, E. Nasalli Rocca, cités ci-dessous, notes 13, 16, 21.
  • 3 Voir par exemple les travaux de A. Bellini, G. Bertuzzi, C.E. Boyd, M. Caffi, G. Drei, F. Gasparol (...)
  • 4 Voir, surtout sur la période des origines : R. Manselli, Fondazioni cistercenci in Italia Settentr (...)
  • 5 C. Rotelli, Una campagna medievale. Storia agraria del Piemonte fra il 1250 e il 1450, Torino, 197 (...)
  • 6 Elles sont conservées dans l’Archivio diplomatico, pergamene per fondi, de l’Archivio di Stato di (...)

3Du point de vue de l’histoire économique, il faut préciser que très peu d’ouvrages, et pour la plupart vieillis, concernent directement l’exploitation des domaines cisterciens et le commerce des produits de leur agriculture et de leur élevage2. Les autres, consacrés plus généralement à l’histoire d’une3 ou de plusieurs abbayes4, de la vie économique ou du peuplement d’une région5, n’y consacrent que peu de lignes. Les recherches sont donc très peu avancées et ne permettent pas de tracer un tableau d’ensemble. Un retour aux sources est par conséquent nécessaire, si l’on veut tenter d’esquisser au moins quelques traits fondamentaux de l’économie de l’Italie septentrionale du xiie au xive siècle. À cette fin, ce rapport exploite tant les études et les documents édités jusqu’ici concernant surtout le Piémont, la Ligurie et la région de Plaisance, que les chartes inédites de deux importantes abbayes lombardes, Morimondo et Chiaravalle Milanese, conservées aux Archives d’État de Milan6. Les limites de cette étude nous empêchent pourtant de comparer plus systématiquement les renseignements que nous avons tirés de cette incursion sur un terrain qu’il faudrait défricher encore, avec ceux de nombreuses études, que tout spécialiste connaît, soit sur les Cisterciens, soit sur l’économie domaniale. Les résultats d’une comparaison plus systématique avec des formes différentes d’économie domaniale seront publiés ailleurs.

  • 7 Voir par exemple F. Gasparolo, L’abadia di Santa Giustina. Il monastero di Santo Stefano. Santa Ma (...)
  • 8 Pour une belle étude concernant une abbaye dont l’administration passa aux Cisterciens au xiiie si (...)

4L’espace limité nous oblige enfin à concentrer presque exclusivement nos efforts sur un certain nombre d’abbayes masculines. Ce sont en effet ces abbayes qui ont donné à l’Ordre son prestige économique. On discutera ailleurs les problèmes posés par l’activité économique des monastères de religieuses qui ne pouvaient s’en occuper entièrement7, par les fondations tardives et par les abbayes bénédictines déjà existantes dont l’administration passa aux Cisterciens pendant le xiiie siècle8

****

5Certaines études ont souvent souligné, et peut-être trop, les aspects originaux de l’économie cistercienne et particulièrement, dans les années passées, les éléments nouveaux par rapport à l’organisation du terroir agricole et à l’exploitation des terres. La poursuite des études exige maintenant un examen plus approfondi et attentif, qui ne se limite pas à la mise en évidence de quelques traits caractéristiques, mais qui analyse dans toute leur complexité les différentes situations régionales, leur évolution et leur rapport avec la variété des terroirs, la demande des marchés ou bien les exigences particulières de chaque communauté monastique.

6On peut commencer par la discussion d’une question fondamentale : les granges cisterciennes étaient-elles dans l’Italie du Nord des créations vraiment nouvelles ? Dans quelle mesure, en s’insérant dans le paysage et le réseau de peuplement antérieurs, les ont-elles renouvelés ? Il est difficile de répondre et cela d’autant plus que la documentation, dans la plupart des cas, n’est pas suffisamment explicite. Si l’on ne peut dessiner un tableau exhaustif, il est cependant possible d’identifier les traits fondamentaux du rapport des Cisterciens avec les structures du paysage et du peuplement.

  • 9 Ch. Higounet, Le premier siècle de l’économie rurale cistercienne, dans Istituzioni monastiche e i (...)
  • 10 O. Succo, Paesaggio agrario e insediamenti umani in un territorio campione del Vercellese meridion (...)
  • 11 Pour Vione : L. Osio, Documenti diplomatici tratti da archivi milanesi, I, Milano, 1864, p. 37, n. (...)
  • 12 En 1219 plusieurs témoins affirmèrent à un procès concernant la grange de Fallavecchia (abbaye de (...)
  • 13 G. Molteni, Il contratto di masseria in alcuni fondi milanesi durante il secolo XIII, dans Studi s (...)
  • 14 A.S.M. Perg. fondi, Morimondo, cart. 691, n. 247.
  • 15 Cartario della abazia di Staffarda. par F. Gabotto, G. Roberti, D. Chiattone, I, Pinerolo, 1901 (B (...)
  • 16 E. Nasalli Rocca, La gestione dei beni del monastero cistercense di Chiaravalle della Colomba, dan (...)

7Comme on l’a vu pour d’autres pays9 certaines granges ont été probablement établies là où il existait déjà un village. Ce phénomène est évident surtout dans la région très riche de la Bassa Lombarda et dans celle, très proche, de Verceil. Plusieurs villages, dont les terres avaient été pour la plupart achetées par des abbayes, ont été transformés en granges entre le milieu du xiie siècle et les premières années du siècle suivant. À Montarolo une curtis et à Leri, près de Verceil, une villa (celle-ci munie aussi d’un castrum), qui appartenaient à l’abbaye cistercienne de Sainte-Marie de Lucedio, ont été transformées en granges en moins de cinquante ans10 On peut observer la même chose près de Milan, dans les biens des abbayes de Chiaravalle Milanese et de Morimondo : Vione, Villamaggiore et Fallavecchia, que les sources de la moitié du xiie siècle appelaient respectivement curtis, villa et villa cum Castro, étaient dans la première moitié du siècle suivant de grosses granges exploitées directement par les moines et leurs convers11. Le phénomène entraîna donc probablement un certain dépeuplement de quelques villages12, mais il ne faut pas oublier que la capacité de granges semblables était souvent très proche de celle d’un village quelconque : lorsque, au milieu du xiiie siècle, l’abbaye de Chiaravalle abandonna le faire-valoir direct, elle dut installer à Vione 26 familles et à Villamaggiore 53 familles de massarii13. En 1297 les massarii qui travaillaient dans la grange de Fallavecchia (abbaye de Morimondo) étaient 13 au moins14. D’autres granges furent établies là où il y avait des exploitations agricoles et pastorales moins étendues. C’est le cas d’une grange de l’abbaye de Staffarda près de Saluces, celle de la Morra, dont le toponyme employé dans la première donation suggère l’existence de bâtiments utilisés pour une exploitation pastorale antérieure15. Il est aussi très probable que la grange de Moronasco, appartenant à l’abbaye de Chiaravalle della Colomba près de Plaisance, constitue le développement d’une petite exploitation agricole (mansus) qu’on donna à l’abbaye en 114416.

  • 17 Cartario della abazia di Casanova, par A. Tallone, Pinerolo, 1903 (Bibl. della Soc. stor. sub., 14 (...)
  • 18 Cartario... di Casanova, p. 32, doc. 25 ; p. 46, doc. 43 ; p. 47, doc. 44 ; p. 48, doc. 45 ; p. 50 (...)
  • 19 G Cherubini, Signori, contadini, borghesi. Ricerche sulla società italiana del basso medioevo, Fir (...)

8Plus intéressante est l’histoire de la grange de Rivoli, près d’Alba, donnée à l’abbaye de Casanova en 1180 par un convers, Bonifacius Classus d’Alba, à l’occasion de sa profession17. Une documentation suffisamment riche nous a fourni ici des renseignements sur l’histoire récente des biens qui la composaient : un tenimentum constitué par des constructions et neuf pièces de terre qui les entouraient achetées par Bonifacius Classus entre 1171 et 118018. Dans ce cas aussi, les bâtiments qui vont constituer la future grange existaient donc, au moins en partie, depuis quelque temps. Mais ce qui nous paraît exceptionnel dans cette documentation, c’est qu’elle révèle un cas d’appoderamento (la formation ici d’un tenimentum) ayant lieu bien avant l’achat des Cisterciens qu’on a trop souvent dépeints comme les premiers à avoir poursuivi entre le xiie et xiiie siècles une politique de remembrement des terres. À ce moment-là, il est vrai, les Cisterciens étaient installés dans le Piémont depuis plus d’un demi-siècle, mais il est tout de même important que, lors de la donation à l’abbaye de Casanova, le noyau fondamental de cette grange soit déjà constitué : signe qu’un citoyen avait poursuivi une politique identique, très proche par ailleurs de celle attestée surtout pour les siècles suivants dans les contadi de plusieurs villes italiennes19.

  • 20 Cartario... di Staffarda, p. 26, n. 15 (a. 1156 env.) ; voir Duby, L’économie rurale, p. 135 sq.
  • 21 On peut trouver une liste des granges des abbayes piémontaises dans F. Gosso, Vita economica dette (...)

9Des granges nouvelles enfin furent créées en grand nombre surtout aux limites des vieux finages : souvent, comme le fit la domus que est constructa ad utilitatem [...] monasterii [de Stapharda] inter Scarnafisum et Luignasum, aux marges des vieux districts20. Ainsi cette forme de peuplement par dispersion se répandit sans doute grâce aux Cisterciens et entraîna aussi une certaine désertion de villages. En s’insérant dans un système où l’habitat intercalaire était peu répandu, les granges cisterciennes amplifièrent partiellement ce phénomène21.

  • 22 R. Comba, Rappresentazioni mentali, p. 378 sq.

10On doit toutefois souligner que les traits de continuité du peuplement n’empêchaient pas les contemporains de percevoir des éléments de nouveauté dans les insediamenti cisterciens parce que très vite, dans certaines régions, comme dans le Piémont sud-occidental, on appela granges — le mot était nouveau pour l’Italie — les bâtiments qu’on appelait autrefois domus et tectum22. Cela signifie que les fonctions de ces bâtiments allaient changer (le phénomène, naturellement, est plus évident dans le cas de villages transformés en granges) et qu’on percevait ces derniers comme faisant partie de nouvelles exploitations agricoles et pastorales. Les granges des moines blancs étaient donc devenues des éléments assez actifs surtout dans les régions sous-équipées, comme l’a justement montré M. Fossier, dans la transformation des paysages.

  • 23 Pour la région qui constitue l’objet de notre rapport, cette thèse a été soutenue par plusieurs au (...)
  • 24 R. Comba, La dinamica, p. 547-552. Pour la fin du xiiie siècle : A.S.M., Perg. fondi, Chiaravalle, (...)
  • 25 Cartario... di Staffarda, p. 195 sq., n. 213.
  • 26 Comba, La dinamica..., p. 548-550.
  • 27 Carte inedite e sparse del monastero di Tiglieto, par F. Guasco Di Bisio, F. Gabotto, A. Pesce, da (...)

11Sans vouloir retomber dans les exagérations d’une certaine historiographie sur le rôle des Cisterciens dans la transformation des campagnes23 — la grande majorité de leurs terres étaient en effet déjà défrichées au moment de l’acquisition24 —, ont doit tout de même leur reconnaître une contribution certaine à la poursuite des défrichements et à l’amélioration des systèmes d’irrigation. C’est ainsi que les documents sont assez explicites sur le rôle des moines dans le déboisement d’une centaine de journées (33 hectares environ) du nemus Stapharde25 et dans le creusement de plusieurs canaux d’irrigation26. La même chose peut être constatée en Ligurie27. Pour la Lombardie, une étude plus approfondie montrerait probablement que les moines de Cîteaux y gagnèrent surtout des terres marginales ou périphériques.

  • 28 Cartario... di Casanova, p. 110, n. 120 (a. 1201) ; p. 171 sq., n. 207, 208, 210, 211, 213, 218, 2 (...)
  • 29 Higounet, Le premier siècle..., p. 347.
  • 30 L. Alloatti, Contributo allo studio dell’habitat sparso tra Sesia e Po nel Medioevo. La genesi e l (...)
  • 31 Cartario... di Caramagna, p. 36, n. 30 (a. 1174) ; p. 37, n. 31 (a. 1174) ; p. 40, n. 34 (a. 1176) (...)
  • 32 Comba, Rappresentazioni..., p. 404.
  • 33 Voir encore Cartario... di Casanova, p. 115, d. 127 (a. 1202) ; p. 234, n. 291 (a. 1235) ; p. 254, (...)
  • 34 G. Roupnel, Histoire de la campagne française, Paris, 2e éd., 1955, p. 88.

12On pourrait ainsi multiplier les exemples témoignant d’une activité de valorisation des terroirs, activité dans laquelle les Cisterciens n’étaient évidemment pas les seuls28. Mais, comme l’a noté Charles Higounet, « la question posée sous sa forme générale : moines défricheurs ou non, est un faux débat »29. Surtout il ne faut pas penser, en l’absence de renseignements directs, que tous les terrains agraires ou pastoraux des granges possédant beaucoup de bois, ou dont le toponyme évoque l’existence de la forêt, avaient été conquis sur celle-ci par les moines blancs. On le voit bien sur les terres des granges piémontaises de Gazzo30, de Selvariola et de Bosco31. A la grange de la Morra, le bois recouvrait encore 24 % des terres en 148232. Les moines devaient en effet s’apercevoir de l’amenuisement ou de l’insuffisance de leurs forêts, comme le montrent de nombreuses chartes d’affermage ou d’achat de lots de bois ou du ius boscheacionis33. Les Cisterciens étaient sûrement — Gaston Roupel l’avait bien vu pour la campagne française — allés « vivre dans la forêt aux intentions de s’en servir, et non de la ruiner »34.

  • 35 Pour les techniques de l’aménagement du bois, voir : Boschi : storia ed archeologia, Ancona-Roma, (...)
  • 36 Voir ci-dessous, texte correspondant à la note 70, et Roupnel, op. cit., p. 88 : « ils n’ont défri (...)

13Des défrichements vraisemblablement limités et très variables de région à région faisaient donc pendant à une exploitation plus intensive qu’autrefois et doublée d’un aménagement conservatoire des silve, des buschi, des fraschete sur lequel —-en ce qui concerne surtout les buts et les techniques35 — l’on souhaiterait être mieux renseigné. Rien là d’étonnant ou de contradictoire pourtant : défrichements et aménagement des bois en fonction de l’élevage36 étaient l’expression d’une même attitude, alors très diffusée, orientée vers une mise en valeur plus intensive des ressources de la terre.

  • 37 Zerbi, La rinascita..., p. 71.
  • 38 Pour la Lombardie : A.S.M., Perg. fondi, Chiaravalle, c. 578, n. 25 : Cahier des ficta concernant (...)
  • 39 A.S.M., Perg. fondi, Morimondo, cart. 690, n. 113 (a. 1272, moulins, terres et prés de Cerreto), n (...)

14Un facteur aida particulièrement au modelage des terroirs : le regroupement des terres par le rassemblement systématique des parcelles. On peut suivre assez facilement la formation des terroirs des granges. Pendant les premières années de la vie des abbayes, les donations ont été, en principe, plus nombreuses que les achats. Ensuite, la politique de remembrement des terroirs a été poursuivie surtout par achats et échanges37. Cette politique ne concernait pas seulement les alleux, mais aussi, on le voit aisément dans les biens de Chiaravalle Milanese, les terres assujetties à des redevances. Afin de mieux contrôler le territorium entier d’une grange et de supprimer des enclaves gênantes, les moines blancs acceptaient des acensements perpétuels et des baux à temps pour des lots ou des lopins qui les intéressaient38. Par contre, à cause de pénuries plus ou moins temporaires de main-d’œuvre, ils acensaient ou baillaient les terres les plus éloignées des granges, donc difficiles à bien exploiter, ou celles qui avaient été récemment acquises et qui n’entraient pas bien dans l’organisation du patrimoine39.

  • 40 A cette époque « i coltivi [...] danno un totale di 241 pertiche e 6 tavole : perticato per nulla (...)
  • 41 Molteni, Il contralto di masseria..., p. 219.
  • 42 C. Rotelli, Una campagna medievale. Storia agraria del Piemonte fra il 1250 e il 1450, Torino, 197 (...)
  • 43 Voir Comba, Rappresentazioni..., p. 379.
  • 44 A. Lattes, Le ingrossazioni nei documenti parmensi, dans Archivio storico per le province parmensi (...)

15Il faut toutefois souligner que la constitution du terroir d’une grange était toujours une oeuvre de longue haleine. Si vers le milieu du xiie siècle, à moins de huit ans après sa fondation, l’abbaye de Chiaravalle Milanese possédait à Villamaggiore environ 250 pertiche 40 de terre, en 1275 les seuls champs et prés de cette grange dépassaient aisément 6 600 pertiche (420 hectares environ)41. Tout cela explique pourquoi nous avons parlé des granges comme d’éléments assez actifs dans la transformation des paysages. En effet, l’oeuvre patiente d’agrégation de parcelles autour des granges n’est pas seulement un aspect juridique car elle aboutit très souvent à un remodelage du parcellaire et, plus généralement, des terroirs. Son importance était due, d’autre part, au fait qu’il s’agissait d’un essai, poursuivi sur une longue durée, qui visait à modifier les conditions courantes de l’exploitation de la terre42. On explique ainsi que l’exemple des Cisterciens ait été suivi, dès la fin du xiie siècle, par d’autres ordres monastiques43, dans un moment où la préoccupation de s’opposer à la fragmentation excessive du terroir poussait les gouvernements communaux de plusieurs villes italiennes à promulguer des lois qui obligeaient les propriétaires des lots de terre plus petits à les vendre à un propriétaire d’un lot proche plus étendu44.

  • 45 Comba, Rappresentazioni.... p. 401-403. Pour le débat sur la structure des espaces bâtis dans les (...)

16Au cours des quarante dernières années on s’est demandé plusieurs fois en Italie quelle était l’organisation des espaces bâtis dans les exploitations cisterciennes45. Il faut avouer, à cet égard, que les sources écrites nous donnent, en principe, très peu de renseignements sur les bâtiments des granges au xiie siècle. On peut toutefois les supposer très modestes et largement construits en bois. Ces granges primitives comportaient souvent une domus pour le logement des convers et une cabane (tectum) ou hangar (porticus) pour le bétail, les produits et les outils agricoles.

  • 46 A.S.M., Perg. fondi, Morimondo, cart. 689, n. 58. Le document, qui n’est pas daté, peut être attri (...)
  • 47 Par contre, certaines granges n’étaient pas fortifiées : voir H. Kalbfuss, Urkunden und Regesten z (...)
  • 48 Comba, Rappresentazioni..., p. 402 ; Molteni, Il contralto di masseria..., p. 213-221, 227, 241. P (...)
  • 49 La grange de Villamaggiore est, en effet, appelée castrum dans un document de 1265 (Osio, Document (...)

17Pour le xiiie siècle, au contraire, les sources sont plus explicites et nous donnent souvent l’impression de la construction de bâtiments nouveaux diversifiés selon leurs fonctions, que l’agrandissement des terres exploitées par les granges rendait nécessaires et que les gros placements d’argent rendaient possibles45. Une des granges de l’abbaye de Morimondo, la grange de Fornace, brûlée en 1237 environ par les Pavesans, était constituée d’un réfectoire, de deux dortoirs (dont un pour les bouviers), d’une cuisine, de deux hangars (cassine) pour le foin et pour la paille, d’une domus appelée bovaria et vacaria et porcaria et d’une fromagerie (domus in qua fiebat casseus)46. On trouve des bâtiments semblables dans d’autres granges, qui étaient souvent, comme celle de Fornace, entourées d’un mur et gardées par une porte47. Parfois des bicoche, un fossé, un receptum48 donnaient à certaines exploitations cisterciennes l’aspect d’un véritable habitat fortifié49. Ces vérifications permettent donc d’apporter des éléments nouveaux au débat sur l’organisation des espaces de la grange cistercienne aux xiie et xiiie siècles sans que l’on puisse décider si véritablement — enceintes fortifiées à part — les bâtiments agricoles, que les sources évoquent individuellement, tendaient à s’organiser autour d’une « cour fermée ». Il est pourtant certain que la construction de bâtiments nouveaux, et par conséquent la nouvelle organisation spatiale de la grange, faisaient pendant aux transformations fonctionnelles, économiques et sociales des exploitations cisterciennes et au faire-valoir direct de celles-ci : un faire-valoir fondé sur le travail de plusieurs convers aidés par des salariés et dirigés par un grangier.

***

  • 50 Le nombre des convers est toujours difficile à identifier. P. Zerbi a trouvé des renseignements po (...)
  • 51 Molteni situe entre 1230 et 1250 la période pendant laquelle, dans le Milanais, les Cisterciens «  (...)
  • 52 Voir Romeo, Il comune rurale di Uriggio, p. 56-84.
  • 53 Chartriers déjà cités (n. 1), passim.

18Dans les patrimoines cisterciens de l’Italie septentrionale, le faire-valoir direct a été pratiqué pendant le xiie siècle et la première moitié du siècle suivant. Dans quelques cas, il a probablement survécu jusqu’aux dernières années du xiiie siècle. Toutefois, selon ce que l’état actuel des recherches nous permet d’entrevoir, l’exploitation directe des patrimoines cisterciens a une histoire complexe qui s’entrecroise avec celles des défrichements et des transformations des paysages agricoles, de la terre monastique, de l’agrandissement des granges, du nombre des moines et des convers50 par rapport à l’extension des terres à exploiter et, enfin, avec celle des fluctuations du marché de la main-d’œuvre. Il est significatif que, dans les chartes des premières années de vie des abbayes de l’Italie du Nord, il ne soit pas fait allusion à de la terre travaillée par des paysans qui ne faisaient pas partie des communautés et qu’ensuite soient de plus en plus nombreux les baux à temps et les mentions, dans les documents, des familiares des abbayes et de leurs granges. En d’autres termes, les tendances contradictoires qui caractérisaient certains facteurs fondamentaux de l’économie des abbayes cisterciennes (recrutement des convers rendu de plus en plus difficile surtout dans les alentours d’une ville comme Milan, par la concurrence des Franciscains51, élargissement des terres à exploiter par suite de la politique d’expansion foncière ; ouverture progressive sur le commerce52, qui poussait à une exploitation de plus en plus intensive des patrimoines) obligèrent les moines à faire aider leurs convers par une main-d’œuvre d’appoint. Au xiiie siècle, l’appel aux salariés, chargés de travaux spécialisés (pastores, bubulci) ou auxiliaires temporaires destinés aux périodes de presse de l’année culturale (fenaison, moisson, vendanges) apparaît plus massif qu’autrefois53. La poursuite du faire-valoir direct cache donc des transformations profondes dans l’économie cistercienne.

  • 54 A.S.M., Perg. fondi, Morimondo, cart. 690, n. 108 (a. 1271) se rapportant à des « pacta et convent (...)

19D’autres transformations conduisirent, à partir des environs de 1250, plus ou moins tard selon les régions, à la diffusion des baux à temps. Ce dernier phénomène, faute d’études et souvent, comme en Piémont, de documentation, est très mal connu. On dispose pourtant d’excellentes chartes sur la Bassa Lombardia. Sans vouloir généraliser, il semble que dans cette région les premiers baux à temps aient été inspirés par le manque de main-d’œuvre salariée entraîné, pendant le troisième quart du xiiie siècle, par l’insécurité des campagnes consécutives aux guerres opposant Milan et Pavie. Pour Morimondo, à ce que l’on sait, ils furent favorisés par la nécessité de payer des dettes54.

  • 55 Molteni, Il contratto..., p. 223 et 241, à intégrer avec Id., « Loca discordiae » e zone grigie ne (...)

20Plusieurs clauses des contrats de masseria, passés en 1255 entre Chiaravalle Milanese et 18 massarii pour l’exploitation des terres de la grange de Vallera et en 1275 entre la même abbaye et 53 massarii qui allaient habiter la grange de Villamaggiore, en témoignent. Les massarii, dont chacun devait exploiter un lot de terre, étaient astreints à la résidence permanente dans la grange, que l’abbaye, avec leur aide, s’obligeait à fortifier. Il est aussi significatif que la durée du deuxième contrat (le premier couvrait une période de 15 ans) ait été établie donec guerra durabit et erit inter Mediolanenses et Papienses et si pax fieret per annos duos post pacem factam et preconizatam et deinde donec utrique parti placuerit55.

  • 56 Mais en 1255 on avait prévu une quote-part d’un quart sur tous les produits pendant les quatre pre (...)
  • 57 Molteni, Il contratto.... p. 211 et suiv. Pour une comparaison avec d’autres contrats « nomine loc (...)
  • 58 Une lettre de sauvegarde concédée le 23 mai 1299 par Matteo Visconti à l’abbaye de Morimondo et à (...)
  • 59 Molteni, Il contratto..., p. 216 et 218.

21Les clauses, dont le contenu est plus explicitement économique, ne sont pas moins intéressantes. Elles se répètent souvent dans les contrats postérieurs, désormais moins soucieux de la sécurité des granges, ce qui signifie que les baux à temps répondaient désormais aux exigences réelles de l’économie cistercienne de la région dans la deuxième moitié du xiiie siècle. La quote-part des moines variait d’un produit à l’autre ; outre la dîme, elle était souvent d’un tiers pour les grains56, les raisins, le lin et de la moitié pour les foins et les produits des arbres à fruits. À la fin du siècle, la quotepart de certains produits paraît augmenter : elle est de la moitié pour le raisin et le vin et des 2/5 pour le lin57. Mais ce qui nous intéresse peut-être le plus, c’est que l’abandon du faire-valoir direct semble se généraliser seulement à cette époque58. En effet, initialement, le bail à temps n’était appliqué qu’à certaines granges, les plus éloignées de l’abbaye, et ne concernait pas en principe toutes leurs terres, dont une partie (surtout les bois et des prés) était souvent soumise au régime de l’exploitation directe. En d’autres termes, l’abbaye intégrait les revenus des baux par l’activité pastorale ou agricole de quelques convers ou salariés. C’est ainsi, par exemple, que dans les contrats massaricii nomine de 1255 une clause permettait à Chiaravalle d’élever dans la grange jusqu’à 8 trenteniers de brebis. On arrive à la même conclusion par l’examen d’autres contrats de massaricium. La moitié au moins de la quote-part du foin dû à l’abbaye était souvent livrée aux granges, tandis que la partie restante était livrée directement à l’abbaye59. On est donc autorisé à penser que les moines continuaient à élever, dans les terres qu’ils exploitaient directement, une certaine quantité de bétail.

  • 60 Cartario... di Staffarda, p. 13, n. 2 (avant le 9 décembre 1138) ; p. 26, n. 15 (a. 1156) ; p. 37, (...)
  • 61 Duby, L’économie rurale.... p. 251.
  • 62 Cartario... di Staffarda, p. 108, n. 105 (a. 1202) : un tel se dispute avec le monastère à cause d (...)
  • 63 Rotelli, Una campagna medievale, p. 22-24.
  • 64 Cartario... di Staffarda, p. 40, n. 27 (a. 1164) ; p. 42, n. 29 (a. 1165) ; p. 64, n. 52 et 53 (a. (...)
  • 65 Cartario... di Staffarda, p. 86, n. 81. Une carte d’affranchissement semblable fut concédée la mêm (...)

22L’élevage n’était pas une branche d’activité rurale nouvelle pour les Cisterciens. Les premières donations dotèrent en abondance certaines abbayes de forêts, de prés et de droits de pacage et d’alpage60. Les possibilités offertes à l’économie pastorale par ces donations apparaissent bien exploitées quelques années plus tard. S’il est presque impossible de connaître le nombre d’animaux élevés alors par les moines, il est au contraire très facile de comprendre, par l’accumulation des droits d’alpage, de pâturage et de libre passage pour la transhumance accordés par les seigneurs locaux, que les troupeaux des Cisterciens allaient s’accroître et que, pour eux aussi, l’élevage devenait « avant tout affaire d’argent et de commerce »61. Parfois, ils nourrissaient et soignaient des ovins qu’ils avaient pris à cheptel62. Tout cela avait lieu même dans une région très peu urbanisée comme le Piémont méridional, où les abbayes de Casanova et Staffarda obtinrent une longue liste d’affranchissement des péages et des droits de marché63. Les moines et les convers de ces deux abbayes fréquentaient les marchés et les foires les plus connus de la région : Saluces, Bra, Verzuolo, Alba64. En 1188, un seigneur, Bonifacius de Braida, affranchit, pour la moitié des droits qui lui revenaient, les moines de Staffarda du pedagium et curadiam quam ipsi et res eorum et animalia dabant in nundinibus et in mercatis Bragide (Bra)65.

  • 66 Rotelli, op. cit., p. 22-24.
  • 67 G.B. Moriondo, Monumenta Aquensia, I, Torino, 1789, col. 58, n. 53. Voir aussi SERRA, Centri e sta (...)
  • 68 Doc. cité à la note 46.

23L’utilisation commerciale des troupeaux, toujours élevés, à ce que l’on voit, en faire-valoir direct, s’accrût probablement pendant le xiiie siècle, comme le montre aisément l’accroissement des droits d’alpage, de pacage et de parcours et les nouveaux affranchissements des droits de marché66. Il est plus difficile de comprendre quelle était la composition des troupeaux des Cisterciens, parce qu’elle était en rapport avec la variété des exploitations dans des sites et des terroirs différents. En 1149, la concession d’un droit de parcours à l’abbaye de Lucedio concerne surtout les ovins, cités souvent par les chartes du xiie et xiiie siècle67, comme on l’a vu pour Chiaravalle Milanese en 1255. En 1237 environ, les Cisterciens de Morimondo qui possédaient quelques vaccarie pratiquaient certainement l’élevage laitier pour la fabrication du fromage. En même temps, ils s’adonnaient à l’élevage des porcs et des animaux de basse-cour. Le nombre des porcs relativement élevé — 120 —, que les Pavesans volèrent à l’abbaye en 1237, semble montrer le but également commercial de cette forme d’élevage68.

  • 69 Molteni, Il contratto..., p. 215.
  • 70 Cartario... di Staffarda, 1, p. 71, n. 62 (a. 1176) ; p. 72, n. 63 (a. 1177) ; p. 127, n. 125 (a. (...)

24On explique ainsi le souci des moines pour ces lots de forêt dont on exploitait le bois d’oeuvre et celui de chauffage69, mais dont le rôle comme terrain de pâture restait évidemment important. Mais surtout il n’est pas sans signification que l’accroissement probable des troupeaux de Staffarda et de Casanova, entre la fin du xiie et la moitié du xiiie siècle, ait fait pendant à l’achat de plusieurs fraschete dont les rameaux (les frasche) étaient utilisés pour l’alimentation du bétail70. La possibilité de nourrir des troupeaux plus nombreux dans un paysage où les prés de fauche n’étaient pas suffisants dépendait donc en partie de la combinaison entre l’élevage et l’aménagement intensif du bois.

  • 71 R. Comba, Testimonianze sull’uso dell’incolto, sut dissodamento e sul popolamenlo nel Piemontc mer (...)

25La culture de la vigne était aussi combinée dans certaines régions avec un aménagement savant du taillis. Elle connut une telle diffusion chez les Cisterciens qu’on peut soutenir que, quand c’était possible, non seulement chaque abbaye, mais chaque grange cherchait à avoir au moins une vigne. Néanmoins, dans l’état actuel des recherches, il est très difficile de savoir quand et dans quelle mesure elle eut un but commercial. Ce but paraît évident dans une série d’investiture ad fictum de la fin du xiiie siècle par lesquelles l’abbaye de Staffarda donnait à défricher, moyennant une quotepart de la production de vin, des lopins de terre dans la région de Saluces71. Avec chacun de ces lopins à défricher, l’abbaye donnait une pecia buschi très proche qui fournissait le bois nécessaire au soutien des pieds.

  • 72 Ughelli, Italia sacra..., IV, col. 180-182, doc. réédité dans Historia diplomatica Friderici secun (...)
  • 73 Cahier des ficta, cité à la note 38. Voir aussi le texte correspondant à la note 56.

26L’agriculture céréalière était au contraire sûrement destinée à la vente pour la plus grande part de sa production. Son importance apparaît évidente surtout dans la Bassa Lombarda72. Comme pour la vigne, on sait que presque toutes les exploitations étudiées jusqu’ici ont cultivé des céréales sans que l’on sache grand-chose de la qualité des grains produits et de la part destinée au ravitaillement des abbayes. Les contrats de masseria, dont on a déjà parlé, se souciaient surtout de la production des grains qui, du reste, constituaient la denrée par laquelle certaines abbayes payaient la plupart de leurs ficti perpetui73.

  • 74 Romeo, Il comune rurale di Origgio..., p. 56 sq.

27Ainsi, une partie au moins des céréales produites par les Cisterciens débouchait elle aussi, par l’intermédiaire direct des moines ou de leurs convers, sur des marchés régionaux en train de se constituer74. De ce point de vue, l’introduction de la masseria avait apporté peu de changements : la vente des produits de leurs terres demeurait aux mains des Cisterciens qui, vers 1300 encore, pouvaient profiter de la conjoncture favorable des prix des grains.

  • 75 A.S.M., Perg. fondi, Chiaravalle, cart. 571, n. 242, 252, 281 ; Morimondo, cart. 693 n. 130, 145, (...)

28Or, un sondage sur les nombreuses chartes de Morimondo et Chiaravalle Milanese montre que pendant le xive siècle les contrats de bail à part avec plusieurs massarii, dont chacun s’obligeait à l’exploitation d’un lot d’une grange, furent abandonnés et remplacés par des contrats de fermage en espèces (le fermage en nature était beaucoup moins fréquent). Ces derniers, qui concernaient souvent tous les biens d’une grange, bois exceptés, étaient stipulés avec un seul fermier — patricien ou moins souvent laboureur75 — qui les faisait exploiter, lui aussi, par des massarii avec lesquels il stipulait des contrats qui étaient probablement très proches des anciens. Dans un contexte plus général, le progrès rapide du fermage dans les domaines des Cisterciens se doublait, sur une échelle plus vaste qu’autrefois, de la mainmise des patriciens des villes d’Italie du Nord sur l’économie du contado par l’acquisition ou l’exploitation de grands domaines appartenant à la propriété ecclésiastique et par le contrôle des marchés. Pour les Cisterciens, tout cela marquait une transformation aussi importante que l’abandon du faire-valoir direct des granges : le fermage leur assurait, il est vrai, face aux fluctuations des marchés, la jouissance de revenus réguliers et pouvait être augmenté si les prix s’orientaient à la hausse, mais il marquait aussi leur retrait, non généralisé, bien sûr, mais évident, des échanges et des marchés régionaux. Ni l’exploitation de leurs terres, ni la commercialisation de leurs produits n’étaient désormais affaire des moines blancs qui étaient devenus de véritables rentiers du sol.

Notes

1 Il s’agit des chartriers de Staffarda, Rifreddo, Casanova, Rivalta Scrivia, Rivalta Piemonte, Tiglieto cités ci-dessous notes 7, 8, 15, 17, 27, 38. Pour les autres abbayes, on ne dispose que de l’édition de quelques documents ou de régestes. Voir les ouvrages de C. Bollea, A. Ferretto, F. Gasparolo, H. Kalbfuss, G.B. Moriondo, E. Nasalli Rocca, L. Osio, F. Ughelli, cités infra : notes 7, 11, 16, 27, 46, 47, 58, 67.

2 Voir les travaux de F. Gosso, G. Molteni, E. Nasalli Rocca, cités ci-dessous, notes 13, 16, 21.

3 Voir par exemple les travaux de A. Bellini, G. Bertuzzi, C.E. Boyd, M. Caffi, G. Drei, F. Gasparolo, P. Lugano, G. Mariotti, G. Salvi, C.F. Savio, I. Vinciguerra, notes 7, 8, 11, 15, 16. 21. 27, 28, 36.

4 Voir, surtout sur la période des origines : R. Manselli, Fondazioni cistercenci in Italia Settentrionale, dans Monasteri in Alla Italia dopo le invasioni saracene e magiare, sec. X-XII, Torino, 1966, p. 199-222 ; P. Zerbi, La rinascita monastica nella Bassa Milanese dopo l’anno 1000, dans Archivio Ambrosiano, XL, Ricerche storiche sulla Chiesa Ambrosiana. Nel XV centenario della nascita di San Benedetto (480-1980), IX, Milano 1980, p. 55-81. Voir aussi : B.G. Bebini, Le abbazie cislercensi in Italia dalla fondazione di Cîteaux alla metà del secolo XIV, Casamari, 1964, et, pour les fondations monastiques de Saint Bernard, A. Dimier, Les fondations de Saint Bernard en Italie, dans Analeeta Saeri Ordinis Cistercensis, 13, 1957, p. 63-68. Toujours utile : L. Janauschek, Originum Cistercensium tomus I, Vindobonae 1877, qu’on lira avec le compte rendu de C. Desimoni, I Cistercensi in Liguria secondo una recente pubblicazione, dans Giornale ligustico, V (1878), p. 216-235, qui a été partiellement réédité dans l’article, du même auteur, Sulle marche d’Italia e sulle loro diramazioni in marchesati, dans Atti della Società ligure di storia patria, XXVIII (1896), p. 282-287.

5 C. Rotelli, Una campagna medievale. Storia agraria del Piemonte fra il 1250 e il 1450, Torino, 1973 ; R. Comba, La dinamica dell’insediamento umano nel Cuneese (secoli XXIII), dans Bollettino storico-bibliografico subalpino, LXXI (1973), p. 511-602 ; ID., Rappresentazioni mentali, realtà e aspetti di cultura materiale nello studio delle dimore rurali : le campagne del Piemonte sud-occidentale fra XII e XVI secolo, dans Archeologia medievale, V (1978), p. 375-414.

6 Elles sont conservées dans l’Archivio diplomatico, pergamene per fondi, de l’Archivio di Stato di Milano, qui dorénavant, seront citées de la manière suivante : A.S.M., Perg. fondi.

7 Voir par exemple F. Gasparolo, L’abadia di Santa Giustina. Il monastero di Santo Stefano. Santa Maria di Banno, 2 vol, Alessandria, 1912 ; C.E. Boyd, A Cistercian Nunnery in Medieval Italy. The Story of Rifreddo in Saluzzo (1220-1300), Cambridge (Mass.), 1943. Le chartrier de Rifreddo a été édité intégralement : Cartario della abazia di Rifreddo, par S. Pivano, Pinerolo, 1902 (Bibl. della Soc. stor. sub., 13). Pour d’autres abbayes féminines près d’Acqui, Asti et Plaisance : E. Nasalli Rocca, I monasteri cistercensi femminili di Piacenza, dans Rivista di Storia della Chiesa in Italia, X (1956), p. 271-274 ; A. Goria, Un fondo archivistico inesplorato concernente monache cistercensi, dans Bollettino storico-bibliografico subalpino, LVII (1959), p. 147-155.

8 Pour une belle étude concernant une abbaye dont l’administration passa aux Cisterciens au xiiie siècle : Ph. Jones, Le finanze della badia cistercense di Settimo nel secolo XIV, dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, X (1956), p. 90-122, réimprimé dans le livre du même auteur : Economia e società nell’Italia medievale, Torino, 1980, p. 317-344. En Piémont, on a édité le chartrier d’une abbaye de ce type : Cartario della prevostura poi abazia di Rivalta in Piemonte, par G.B. Rossano, Pinerolo, 1912 (Bibl. della Soc. stor. sub., 68). Pour une abbaye née aux premières années du xive siècle : G. Drei, La badia cistercense di Valleserena di Parma, dans Archivio storico per le province parmensi, XXVII (1927), p. 202-230.

9 Ch. Higounet, Le premier siècle de l’économie rurale cistercienne, dans Istituzioni monastiche e istituzioni canonicali in Occidente (1123-1215). Atti della settimana internazionale di studio. Mendola 28 agosto-3 settembre 1977, Milano, 1980, p. 355 sg. et ouvrages cités ; G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, I, Paris, 1962, p. 162 ; cf. B.H. Slicher van Bath, The Agrarian History of Western Europe. A.D. 500-1850, London, 1963, p. 153-154.

10 O. Succo, Paesaggio agrario e insediamenti umani in un territorio campione del Vercellese meridionale, dact. inédit conservé à l’Institut d’Histoire (Section Médiévale) de la Faculté des Lettres et de Philosophie de l’Université de Turin, Turin, 1970, p. 28 sq.

11 Pour Vione : L. Osio, Documenti diplomatici tratti da archivi milanesi, I, Milano, 1864, p. 37, n. 29 (a. 1286). Pour Villamaggiore : G. Matteucci, Ricerche sulla propriétà fondiaria di Chiaravalle milanese Ira il XII e il XIII secolo : Consonno, Villamaggiore, dact. inédit, Institut d’Histoire Médiévale et Moderne de l'Université d'État, rapporteur prof. G. Martini, Milan, 1968-1970. Voir aussi P. ZERBI, La rinascita monastica, p. 66-69, à intégrer avec M. Caffi, Dell’abbazia di Chiaravalle in Lombardia, Milano, 1842, p. 14-17, pour le témoignage le plus ancien de cette grange.

12 En 1219 plusieurs témoins affirmèrent à un procès concernant la grange de Fallavecchia (abbaye de Morimondo) : publicam famam esse Faravetulam fuisse antiquitus locum per se et habuisse et habere territorium per se. Ils soutinrent aussi que les anciens murs des maisons de ce lieu étaient iuxta ecclesiam Sancti Georgii ubi fuit hedificatus ipse locus : et major pars ipsius loci fuit versus Besate (A.S.M., Perg. l'ondi, Morimondo, cart. 689, n. 40).

13 G. Molteni, Il contratto di masseria in alcuni fondi milanesi durante il secolo XIII, dans Studi storici, XXII (1914), fasc. 2, p. 218 e 242.

14 A.S.M. Perg. fondi, Morimondo, cart. 691, n. 247.

15 Cartario della abazia di Staffarda. par F. Gabotto, G. Roberti, D. Chiattone, I, Pinerolo, 1901 (Bibl. della Soc. stor. sub., 11), p. 15, doc. 3 (a. 1138) ; G.D. Serra, Sulla terminologia rurale delle stazioni pastorali e agricole fondate da monasteri benedettini e cistercensi, dans Bollettino della Soc. per gli studi stor. arch. ed. art. della prov. di Cuneo, 33 (1954), p. 7-8. Sur cette abbaye : C.F. Savio, L’abbazia di Staffarda, Torino, 1932.

16 E. Nasalli Rocca, La gestione dei beni del monastero cistercense di Chiaravalle della Colomba, dans Economia e storia, III (1956), p. 236. Pour le document de 1144 : G. Bertuzzi, L’abbazia di Chiaravalle della Colomba attraverso i documenti di quattro secoli. Dalla fondazione alla istiluzione della commenda, dans Archivio storico per le province parmensi, XXVII (1927), p. 30.

17 Cartario della abazia di Casanova, par A. Tallone, Pinerolo, 1903 (Bibl. della Soc. stor. sub., 14), p. 56-57, doc. 58. Il donna à l'abbaye unum suum tenementum terre ac vinee et nemoris et castagneti [...] cum caseis et cum édificiis.

18 Cartario... di Casanova, p. 32, doc. 25 ; p. 46, doc. 43 ; p. 47, doc. 44 ; p. 48, doc. 45 ; p. 50, doc. 49 ; p. 50, doc. 50 ; p. 51, doc. 51 ; p. 52, doc. 53 ; p. 55, doc. 56.

19 G Cherubini, Signori, contadini, borghesi. Ricerche sulla società italiana del basso medioevo, Firenze, 1974, p. 145 sgg. ; P I. Jones, From Manor to Mezzadria : a Tuscan Case Study in the Medieval Origins of Modem Agrarian Society, dans Florentine Studies, par N. Rubinstein, London, 1968, p. 193-241.

20 Cartario... di Staffarda, p. 26, n. 15 (a. 1156 env.) ; voir Duby, L’économie rurale, p. 135 sq.

21 On peut trouver une liste des granges des abbayes piémontaises dans F. Gosso, Vita economica dette abaziepiemontesi (sec X-XIV), Roma, 1940. Sur les granges de l’abbaye de Rivalta Scrivia : P. Lugano, Iprimordi dell’abbazia cistercense di Rivalta Scriviapresso Tortona dal 1150 al 1300, Tortona, 1916, p. 177-256. Sur celles des abbayes de Chiaravalle della Colomba et Fontevivo, près de Parme : E. Nasalli Rocca, La gestione, p. 284 sq. ; G. Mariotti, L’abbazia di Fontevivo nel Parmigiano e l’unica sua figlia : l’abbazia di San Giusto presso Tuscania, dans Archivio storico per te province parmensi, XXVII (1927), p. 155 sq.

22 R. Comba, Rappresentazioni mentali, p. 378 sq.

23 Pour la région qui constitue l’objet de notre rapport, cette thèse a été soutenue par plusieurs auteurs. On se bornera à citer : F. Gabotto, L’agricoltura nella regione saluzzese dal secolo XI al XV, dans Miscellanea saluzzese, Pinerolo, 1902 (Bibl. della Soc. stor. sub., 15), p. 23 ; G. Mariotti, art. cit., p. 95-98 ; G. Donna, LO sviluppo storico delle bonifiche e dell’irrigazione in Piemonte, Torino, 1939, p. 45 sq.

24 R. Comba, La dinamica, p. 547-552. Pour la fin du xiiie siècle : A.S.M., Perg. fondi, Chiaravalle, cart. 566, n. 720 et 721 (a. 1298, achat de deux lots insuie seu runchi à Torrevecchia), n. 706 (a. 1296).

25 Cartario... di Staffarda, p. 195 sq., n. 213.

26 Comba, La dinamica..., p. 548-550.

27 Carte inedite e sparse del monastero di Tiglieto, par F. Guasco Di Bisio, F. Gabotto, A. Pesce, dans Cartari minori, 111, Pinerolo, 1912-1913 (Bibl. della Soc. stor. sub., 69/111), p. 275, n. 54 (a. 1217 env.), sentence sur un débat entre les abbayes cisterciennes de Tiglieto et de S. André de Sestri : tertiam partem tantum portionis illius quam contigit eos in nemore Roboreti runcarepossint... Sur S. André de Sestri, voir A. Ferretto, Annali storici di Sestri Ponente e della sua famiglia, dans Atti delta Società ligure di Storia patria, XXXIV (1904), p. 34-37 et G. Salvi, La badia di S. Andrea di Sestri, Subiaco, s.d. [1940].

28 Cartario... di Casanova, p. 110, n. 120 (a. 1201) ; p. 171 sq., n. 207, 208, 210, 211, 213, 218, 221-224, 226-229, 231, 234, 236 ; I. Vinciguerra, Un patrimonio cistercense : Pabbazia di S. Maria di Casanova, dact. inédit, Institut d’Histoire (Section Médiévale) de la Faculté des Lettres et de Philosophie de l’Université de Turin, Turin, 1970-1971, annexes n. 13, 16, 33 ; A.S.M., Perg. fondi, Chiaravalle, cart. 556, n. 43. Cf. Comba, La dinamica..., p. 549 sq.

29 Higounet, Le premier siècle..., p. 347.

30 L. Alloatti, Contributo allo studio dell’habitat sparso tra Sesia e Po nel Medioevo. La genesi e lo sviluppo di una grangia dell’abbazia di Lucedio. La grangia di Gazzo, dact. inédit, Institut d’Histoire (Section Médiévale) de la Faculté des Lettres et de Philosophie de l’Université de Turin, Turin, 1978-79, p. 37.

31 Cartario... di Caramagna, p. 36, n. 30 (a. 1174) ; p. 37, n. 31 (a. 1174) ; p. 40, n. 34 (a. 1176) ; p. 100, n. 108 (a. 1197) ; p. 128, n. 140 (a. 1205). Les documents concernant la grange de Bosco près de Ceresole (abbaye de Casanova) ne parlent jamais de défrichements ; au contraire, les moines y paraissent surtout intéressés à acquérir des droits d’usage au bois : op. cit., p. 115 sq., n. 127 et 128 (a. 1202) ; p. 238, n. 297 (a. 1236) ; p. 356, n. 442 (a. 1268).

32 Comba, Rappresentazioni..., p. 404.

33 Voir encore Cartario... di Casanova, p. 115, d. 127 (a. 1202) ; p. 234, n. 291 (a. 1235) ; p. 254, d. 319 (a. 1240).

34 G. Roupnel, Histoire de la campagne française, Paris, 2e éd., 1955, p. 88.

35 Pour les techniques de l’aménagement du bois, voir : Boschi : storia ed archeologia, Ancona-Roma, 1982 (Quaderni storici, 49). Pour les fraschete, voir les ouvrages indiqués à la note 66.

36 Voir ci-dessous, texte correspondant à la note 70, et Roupnel, op. cit., p. 88 : « ils n’ont défriché que les lieux où le pré pouvait se substituer avantageusement à la forêt [...] les conquêtes qu’ils ont faites ont été réalisées plus sur le marécage que sur la forêt ». Pour leur lutte contre les eaux dans la Bassa Lombarda et dans la région de Parme : A. Bellini, Le origini di Morimondo nel secolare dissidio tra Milano e Pavia (sec. XII e XIII), Milano, 1929, p. 33-34 ; Mariotti, L’abbazia di Fontevivo, p. 95, 132 sq.

37 Zerbi, La rinascita..., p. 71.

38 Pour la Lombardie : A.S.M., Perg. fondi, Chiaravalle, c. 578, n. 25 : Cahier des ficta concernant le monastère de Chiaravalle Milanese (premières années du xive siècle, avec des renseignements à partir de 1239), p. 3 sq. : ficta dus par le monastère. Voir E. Occhipinti, Il contado milanese nel secolo XIII : l'amministrazione della proprietà fondiaria del Monastero Maggiore, Bologna, 1982, p. 137 ; et Moltkni, Il contralto..., p. 197-198. Voir aussi la doc. citée à la note 10. Pour le Piémont : Cartari della abazia di Rivalta Scrivia, par A.F. Trucco, Pinerolo, 1910 (Bibl. della Soc. Stor. sub., 59), p. 22, n. 1 (a. 1205) ; p. 24, n. 2 (a. 1232).

39 A.S.M., Perg. fondi, Morimondo, cart. 690, n. 113 (a. 1272, moulins, terres et prés de Cerreto), n. 174 (a. 1284, moulin à Milan extra portam Ticinensem) ; A.S.M., Perg. fondi, Chiaravalle, cart. 567, n. 43 (a. 1306, moulin sur le fleuve Lambro iuxta Sanction Ambrosium), et surtout cart. 578, n. 25, Cahier..., p. 33 ficta que debentur monasterio... ; Curtario... di Tiglieto, p. 332, n. 118 (a. 1262) ; p. 343, n. 131 (a. 1282) ; p. 344, n. 132 (a. 1284) ; p. 363, n. 143 (a. 1301) ; p. 368, n. 145 (a. 1302).

40 A cette époque « i coltivi [...] danno un totale di 241 pertiche e 6 tavole : perticato per nulla cospicuo, se si tiene presente che un manso, cioè l’unità coltivabile da una sola famiglia, era uguale a circa 150 pertiche » (Zerbi, La rinascita..., p. 68).

41 Molteni, Il contralto di masseria..., p. 219.

42 C. Rotelli, Una campagna medievale. Storia agraria del Piemonte fra il 1250 e il 1450, Torino, 1973, p. 47.

43 Voir Comba, Rappresentazioni..., p. 379.

44 A. Lattes, Le ingrossazioni nei documenti parmensi, dans Archivio storico per le province parmensi, n.s., XIV (1914), p. 207-233 ; N. Tamassia, Il dirilto di prelazione e l’espropriazione forzata negli statuti dei comuni italiani, dans Archivio giuridico, XXXV (1885), p. 282-294.

45 Comba, Rappresentazioni.... p. 401-403. Pour le débat sur la structure des espaces bâtis dans les exploitations cisterciennes, voir aussi Id., Cultura materiale e storia sociale nello studio delle dimore rurali, dans Archeologia medievale, VII (1980), p. 10-11.

46 A.S.M., Perg. fondi, Morimondo, cart. 689, n. 58. Le document, qui n’est pas daté, peut être attribué à l’année 1237 d’après les renseignements donnés indirectement par F. Ugheli.i, Italia sucra, t. IV, Venise, 17192, col. 183-196.

47 Par contre, certaines granges n’étaient pas fortifiées : voir H. Kalbfuss, Urkunden und Regesten zur Reichsgeschichte Oberitaliens, II, dans Quellen und Forschungen uus italieuischen Archiver/und Bibliotheken, XV (1913), p. 258, n. 66 (26 juin 1248).

48 Comba, Rappresentazioni..., p. 402 ; Molteni, Il contralto di masseria..., p. 213-221, 227, 241. Pour des granges cisterciennes semblables dans la région de Macerata : E. Saracco Previdi, Grange cistercensi nel territorio maceratese : insediamenti rurali monastici dei secoli XII e XIII, dans Proposte e ricerche (Urbino), 7-1 (1981), p. 16, 17, 22. Pour des granges cisterciennes fortifiées (abbaye de Lucedio, fin du Moyen Age) : G.C. Sciolla, L’arte a Trino e net suo territorio, Vercelli, 1977, p. 37, et tableaux 101-103.

49 La grange de Villamaggiore est, en effet, appelée castrum dans un document de 1265 (Osio, Documenti..., I, p. 3, n. 1 : commentaire dans R. Romeo, Il comune rurale di Origgio net secolo XIII, Assisi, 19702, p. 13). Dans un contrat de masseria de 1305 concernant la grange de Vione, qui est munie d’une turris, les massarii s’obligent à facere de lignis illius monasterii fossata grangie et finite que sunt [...] remondare et relevure (A.S.M. Perg. fondi, Chiaravalle, cart. 567, n. 38).

50 Le nombre des convers est toujours difficile à identifier. P. Zerbi a trouvé des renseignements pour Chiaravalle dans un manuscrit du xvie siècle qui semble s’appuyer sur des documents authentiques : 27 moines et 29 convers en 1198-1212, 60 moines et 18 convers en 1221 (La rinascita..., p. 69). Mais les convers étaient une catégorie de personnes qui, en principe, échappait à la documentation rassemblée dans les chartriers. Il faudrait donc pouvoir s’appuyer aussi sur des sources différentes, comme les chroniques (voir la note suivante) et sur une exploitation plus intensive des archives.

51 Molteni situe entre 1230 et 1250 la période pendant laquelle, dans le Milanais, les Cisterciens « abbisognarono in grandissima parte del lavoro mercenario » (art. cité, p. 203). Mais, si les renseignements fournis par une chronique concernant Morimondo (De Morimundensis coenubii desolatione, publiée par Ughelli, Italia sacra, IV, col. 183-196) sont vrais, les convers étaient nombreux encore en 1237. La chronique — dont on souhaite une édition critique, sans pourtant que personne n’ait jamais douté de son authenticité (Repertorium fontium historiae medii aevi, IV, Fontes, par A. Potthast et d’autres, Roma, 1976, p. 160) — nous dit en effet qu’à Morimondo, il y avait à cette époque cinquante moines et presque deux cents convers environ. Peut-être était alors encore vivante la dernière génération de convers qui avait choisi la vie cistercienne avant l’implantation des Franciscains à Milan ; P.M. Sevesi, L’ordine dei Frati Minori nella metropoli di Milano, extrait de Memorie storiche della diocesi di Milano, 1, 1954 (mais édité à Milan en 1955), p. 43.

52 Voir Romeo, Il comune rurale di Uriggio, p. 56-84.

53 Chartriers déjà cités (n. 1), passim.

54 A.S.M., Perg. fondi, Morimondo, cart. 690, n. 108 (a. 1271) se rapportant à des « pacta et conventiones de 1260 ».

55 Molteni, Il contratto..., p. 223 et 241, à intégrer avec Id., « Loca discordiae » e zone grigie nelle relazioni diplomatiche tra Milano e Pavia, dans Archivio storico lombardo, Il s., 1923, p. 233-235 et surtout Romeo, Il comune..., p. 13. Voir aussi Bellini, Le origini., p. 59-66.

56 Mais en 1255 on avait prévu une quote-part d’un quart sur tous les produits pendant les quatre premières années du contrat et d’un tiers pendant les autres onze ans couverts par le contrat : Molteni, Il contratto..., p. 211.

57 Molteni, Il contratto.... p. 211 et suiv. Pour une comparaison avec d’autres contrats « nomine locationis et massacricii » de la même région : Occhipinti, Il contado..., p. 178 sq.

58 Une lettre de sauvegarde concédée le 23 mai 1299 par Matteo Visconti à l’abbaye de Morimondo et à ses granges ne parle désormais que de massarios consuetos ad ipsas grangias commorantes : L.C. Bollea, La Zelata morimondese e visconteu e gli ultimi suoi signori, Pavia, 1934, tiré du Bollettino delta Società pavese di storiapatria, XXXIII (1933), p. 21-174 ; XXXIV (1934), p. 5-162, p. 220, n. 7. Pour d’autres preuves sur l’abandon du faire-valoir direct dans les terres de Morimondo : A.S.M., Perg. fondi, Morimondo, cart. 690, n. 108 (a. 1270, grange de Fallavecchia), n. 148 (a. 1281, gr. de Ticinello), n. 182 (a. 1288, gr. de Basiano) ; cart. 691, n. 247 (a. 1297, gr. de Fallavecchia). Pour Chiaravalle : Osio, Documenti..., I, p. 39, n. 31 (a. 1289, gr. de Villamaggiore, Vione, Grangietta et Campomorto).

59 Molteni, Il contratto..., p. 216 et 218.

60 Cartario... di Staffarda, p. 13, n. 2 (avant le 9 décembre 1138) ; p. 26, n. 15 (a. 1156) ; p. 37, n. 24 (a. 1161) ; p. 46 sq, n. 33, 36, 37 (a. 1162).

61 Duby, L’économie rurale.... p. 251.

62 Cartario... di Staffarda, p. 108, n. 105 (a. 1202) : un tel se dispute avec le monastère à cause de viginti IIII ovibus quas dicebat se commendasse fratri Guigoni. Voir G.D. Serra, Centri e stazioni pastorali dell’antica Liguria, dans le vol. du même auteur, Lineanienti di una storia linguistica dell’Italia medioevale, III, Napoli, 1965, p. 161-162.

63 Rotelli, Una campagna medievale, p. 22-24.

64 Cartario... di Staffarda, p. 40, n. 27 (a. 1164) ; p. 42, n. 29 (a. 1165) ; p. 64, n. 52 et 53 (a. 1174) ; Cartario... di Casanova, p. 32, n. 25 (a. 1171). Voir aussi les textes correspondants aux notes 15 et 59.

65 Cartario... di Staffarda, p. 86, n. 81. Une carte d’affranchissement semblable fut concédée la même année à Casanova : Cartario... di Casanova, p. 86, d. 93.

66 Rotelli, op. cit., p. 22-24.

67 G.B. Moriondo, Monumenta Aquensia, I, Torino, 1789, col. 58, n. 53. Voir aussi SERRA, Centri e stazioni pastorali, p. 162-163.

68 Doc. cité à la note 46.

69 Molteni, Il contratto..., p. 215.

70 Cartario... di Staffarda, 1, p. 71, n. 62 (a. 1176) ; p. 72, n. 63 (a. 1177) ; p. 127, n. 125 (a. 1214) ; p. 128, n. 126 (a. 1214) etc. ; Cartario... di Casanova, p. 234, n. 291 (a. 1235) ; p. 293, n. 369 (a. 1257) ; p. 307, n. 383 (a. 1259) ; p. 327, n. 410 (a. 1264). Sur l’utilisation pastorale des fraschette, parfois transformées en prés : G.D. SERRA, Centri e stazioni pastorali, p. 163 sq. (avec beaucoup de renseignements sur les abbayes cisterciennes de Rivalta Scrivia et de Tiglieto).

71 R. Comba, Testimonianze sull’uso dell’incolto, sut dissodamento e sul popolamenlo nel Piemontc meridionale (XIII-XIV secolo), dans Bollettino storico-bibliografico subalpino, LXVIII (1970), p. 431-433.

72 Ughelli, Italia sacra..., IV, col. 180-182, doc. réédité dans Historia diplomatica Friderici secundi, par J.-L.-A. Huillard-Breholles, t. I/2, Paris, 1852, p. 686-688.

73 Cahier des ficta, cité à la note 38. Voir aussi le texte correspondant à la note 56.

74 Romeo, Il comune rurale di Origgio..., p. 56 sq.

75 A.S.M., Perg. fondi, Chiaravalle, cart. 571, n. 242, 252, 281 ; Morimondo, cart. 693 n. 130, 145, 168.

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search