Version classiqueVersion mobile

L’économie cistercienne

 | 
Charles Higounet

Rapports

L’économie cistercienne au Portugal

Robert Durand

Texte intégral

1La relative faiblesse de l’implantation cistercienne au Portugal et le petit nombre de travaux consacrés au sujet pouvaient légitimement faire douter de l’utilité d’un rapport sur l’économie cistercienne de ce pays. Cela dit — et pour paradoxale que soit la remarque après ce préambule —, je me réjouis de pouvoir évoquer un problème d’histoire religieuse et d’histoire économique, mais aussi un problème d’histoire portugaise. Et je remercie les organisateurs de ces Journées internationales d’avoir pensé au Portugal, souvent oublié dans des occasions similaires, et de contribuer ainsi à désenclaver l’historiographie de sa période médiévale.

2Après une brève présentation du cadre géographique et des possibilités bibliographiques, j’analyserai les fondements de l’économie cistercienne au Portugal, puis je présenterai les systèmes de mise en valeur des ressources.

1. État de la question

Géographie cistercienne

  • 1 Cocheril (P. Maur), Recherches sur l’ordre de Cîteaux au Portugal, dans B.E.P., t. XXII (1960) ; É (...)

3La chronologie et la filiation des fondations cisterciennes au Portugal ont été parfaitement établies, notamment grâce aux travaux du P. Maur Cocheril1. On se permettra néanmoins d’en présenter un rapide bilan, ne fût-ce que pour mesurer la densité de l’implantation dans un territoire de quelque 90 000 km2.

4Sigles et abréviations. A.N.T.T. : Arquivo Nacional da Torre do Tombo ; B.E.P. : Bulletin des Études Portugaises ; C.R. : Corporações Religiosas ; D.H.P. : Dicionário de História de Portugal ; Durand, Campagnes : Durand (R.), Les campagnes portugaises entre Douro et Page aux xiie et xiiie siècles, thèse inédite, 1980 ; Fernandes, Acçào : Fernandes (A. de Almeida), Acçào dos Cistercienses de Tarouca (As granjas nos sécs XII e XIII), dans Revista de Guimaràes, vol. LXXXIII (1973) à LXXXVI (1976). R.P.H.: Revista Portuguesa de História.

  • 2 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIII, p. 12.

5En ce qui concerne les monastères d’hommes, on dénombre, au xiie siècle, dix établissements, dont quatre sont des fondations directes de Clairvaux (Tarouca, Alcobaça, Lafoes et Salzedas). Parmi celles-ci, deux seulement devaient essaimer : Tarouca et Alcobaça. La première, fondée vers 11402 est donc contemporaine des premiers établissements espagnols. Elle devait engendrer trois filles au xiie et une quatrième au siècle suivant. Plus connue, apparemment, Alcobaça, née d’une donation royale en 1153, n’engendra cependant pas une prospérité beaucoup plus abondante : au xiie siècle, elle ne contrôlait également que trois filles et au xiiie, six. Au total cependant, ce sont seize abbayes cisterciennes qui naissent au Portugal au cours des xiie et xiiie siècles. Il faudrait y ajouter huit monastères féminins, tous du xiiie, parmi lesquels émergent ceux qui furent fondés par les « infantes cisterciennes », les trois filles du roi Sanche I.

6Du point de vue géographique, on notera la dispersion des établissements, du Minho au nord à l’Estrémadoure au sud, Alcobaça représentant la fondation la plus méridionale. Autrement dit, la géographie cistercienne au Portugal intéresse surtout des régions au relief très compartimenté, voire franchement montagneuses, pratiquement pas — sauf par l’intermédiaire de rares granges excentrées — les grandes plaines céréalières de l’Alentejo, encore moins l’Algarve, libéré de la domination musulmane seulement au milieu du xiiie siècle.

  • 3 Id., ibid., p. 12 et n. 1.
  • 4 Sur Arouca, voir Coelho (M.H. da Cruz), O Mosteiro de Arouca dos século X ao século XIII, Coimbra, (...)

7Aussi intéressantes, sans doute, pour l’évocation de l’économie cistercienne que les données géographiques, sont les circonstances qui entourent ou qui déterminent l’apparition de ces établissements. Deux d’entre elles méritent une particulière attention. C’est d’abord le fait que la plupart des établissements ne naissent pas ex nihilo, mais prennent la place et la suite d’ermitages ou, plus souvent, de monastères : c’est le cas de Tarouca3, mais aussi des deux plus grands monastères féminins, Arouca et Lorvao, relayant deux monastères bénédictins d’origine mozarabe4. On comprend, dans ces conditions, les difficultés pour ces fondations d’entrer de plain-pied dans l’organisation économique cistercienne. La seconde circonstance va dans le même sens, suscitant les mêmes difficultés à intégrer le schéma cistercien : je veux parler des exigences des fondateurs. La remarque vaut ici surtout pour Alcobaça, fondation royale dans un but, certes, de colonisation agraire d’une région à peine débarrassée de la présence musulmane, mais avec surtout une mission de peuplement, c’est-à-dire d’attrait et de fixation d’une population la plus dense possible. Dans une société rurale par ailleurs marquée par l’importance des relations contractuelles, il était difficile d’éviter, par exemple, la perception de cens et de rentes, et cela pratiquement dès le départ.

Les établissements cisterciens au Portugal ( xiie-xiiie siècle) 1. Abbayes d’hommes. — 2. Abbayes de moniales. — 3. Villes repères. — 4. Filiations

État et condition des recherches

  • 5 Le cartulaire de Tarouca (du xiiie siècle) fait partie d’archives privées. Il en existe néanmoins (...)
  • 6 Pour Arouca, M.H. da Cruz Coelho (op. cit.) s’est arrêtée à la période pré-cistercienne.
  • 7 C’est le cas du cartulaire de Tarouca dont les documents les plus intéressants sont publiés par A. (...)
  • 8 Les travaux de Mme Iria Goncalves — que je remercie ici pour les renseignements qu’elle a bien vou (...)
  • 9 Cocheril (P. Maur), Études sur le monachisme, p. 202.
  • 10 Natividade (J. Vieira), Os monges agrónomos do mosteiro de Alcobaça, Alcobaça, 1942.
  • 11 Voir le titre ci-dessus.
  • 12 Le P. Maur Cocheril lui-même, dont l’habituelle clairvoyance a peut-être été émoussée par l’amitié (...)
  • 13 Sousa (M.C.C. Vaz de), Subsidios para o estudo do povoamento e exploraçào agraria dos coutos de Al (...)
  • 14 Fernandes, Acçào (passim).

8Les sources dont disposent les historiens pour étudier l’économie cistercienne au Portugal n’ont rien de singulier. Il s’agit, pour l’essentiel, des documents de la pratique, sous forme d’originaux (Alcobaça, Seiça, Celas, Lorvao, Arouca) ou, plus rarement, de cartulaires du xiiie siècle (Fiaes, Lorvao, Tarouca, Arouca)5. Les censiers y sont rares et relativement tardifs ; les comptes rarissimes : seule Alcobaça en possède, pour les années 1437-1440. Aucun des chartriers ou des cartulaires ou des livres de comptes n’a encore fait l’objet d’une édition intégrale6 et les documents publiés comme pièces justificatives d’études dans diverses revues locales ne sont pas toujours d’un accès facile7. Cela n’excuse pourtant pas la sous-utilisation de cette documentation. Ainsi, la grande abbaye d’Alcobaça attend toujours son historien8 et le P. Maur Cocheril n’a guère travaillé que sur des documents imprimés. Cette situation est en partie due à l’existence d’un autre type de documentation, celle-ci surutilisée : il s’agit des chroniques écrites par les moines d’Alcobaça à partir du xvie siècle. On a ainsi conservé les oeuvres de dix-sept chroniqueurs. Or, au dire du P. Cocheril lui-même, ce sont presque tous des faussaires, notamment les deux plus célèbres d’entre eux, Antonio Brandao et, avant lui, Bernardo de Brito, chroniqueur de l’ordre en 1597 et chroniqueur général du royaume en 1606, auteur de la Monarchia Lusitana et d’une Cronica de Cister, et réputé « le grand maître des légendes nationales »9. Et c’est dans cette littérature de type hagiographique qu’ont puisé, sans beaucoup de discernement, les auteurs qui ont longtemps fait autorité au Portugal en matière d’histoire cistercienne, comme J. Vieira Natividade10. Le résultat, du point de vue qui nous intéresse ici, celui de l’histoire économique, c’est une irrésistible tendance à l’apologie sans nuances de l’action cistercienne — alcobacienne plus spécialement — avec au bout du compte l’attribution sans preuves à ces « moines agronomes » (Vieira Natividade)11 de toutes les innovations techniques ou agraires qui se sont manifestées dans la région à partir de leur installation. Or, ces affirmations ont été reprises sans discussion ni contrôle jusque dans la seconde moitié du xxe siècle et par des auteurs ordinairement critiques et bien informés12. Les réactions sont encore trop timides13 ou trop récentes14 pour renverser la tendance.

9Ce détour historique et historiographique était nécessaire pour justifier les caractères de ce rapport et expliquer ses limites. Mon objectif sera de replacer l’économie cistercienne dans son environnement économique et politique ; mais cela dans un cadre géographique et chronologique limité. N’ayant pas eu accès aux documents de Fiaes, dans le nord du pays, je bornerai mon étude aux établissements situés au sud du Douro, c’est-à-dire essentiellement à ceux de Tarouca et Arouca, à proximité du Douro, de Seiça, Celas et Lorvao dans la région coimbraise et à Alcobaça en Estrémadoure. Les limitations chronologiques seront plus sévères et plus déplorables : la seconde moitié du xive siècle et le xve siècle en entier seront exclus de mon champ d’observation, en raison d’une carence bibliographique totale. Je voudrais néanmoins, sur la période envisagée, marquer et dater, comme vous nous y invitent les organisateurs de ces Journées, les principales mutations. Elles interviennent pour l’essentiel au xiiie siècle. Il est nécessaire, pour en rendre compte, de prendre un peu de recul, en examinant les bases de l’économie cistercienne au Portugal aux xiie et xiiie siècles.

2. Les fondements de l’économie cistercienne aux xiie et xiiie siècles

10La singularité la plus frappante de l’économie cistercienne au Portugal au xiie siècle tient sans doute au fait que l’activité des moines n’est pas monopolisée par la terre, dont la possession et l’exploitation n’absorbent pas toutes leurs préoccupations et tous leurs investissements : à côté du domaine, en effet, le pouvoir et la ville sont les autres piliers de cette organisation économique.

La terre

  • 15 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIV, p. 40-46.
  • 16 On considèrera cela comme une nouvelle et décisive contribution à la solution du problème du dépeu (...)
  • 17 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIV, p. 66.
  • 18 Marques (Maria Alegria Fernandes), Inocêncio II e a passagem do mosteiro de Lorvao para a Ordem de (...)
  • 19 Cocheril (P. Maur), Notes sur l’architecture, p. 49-54 ; Durand, Campagnes, p. 417.

11S’agissant de possessions cisterciennes, on ne peut éluder un premier problème, celui de la situation économique et démographique des terres à partir desquelles se sont constitués les domaines. Concernant les deux abbayes principales de la Beira, Tarouca et Salzedas, il résulte de l’étude minutieuse de A. de Almeida Fernandes que, non seulement le siège des abbayes, mais également le site de chacune des granges correspondent à des lieux préalablement habités et mis en valeur15. Chacune des deux localités où se sont installés les Cisterciens respectivement en 1140 et 1165 était déjà dotée d’une charte de franchise et on note même, à Salzedas, la présence de boni hommes du concelho en tant que témoins et garants de l’adoption de la règle de Cîteaux16. Par ailleurs, quatre années seulement après leur installation à Tarouca, les moines produisent un excédent de vin leur permettant de solder l’achat de biens-fonds17. Il va sans dire que la situation est la même à Arouca, à Celas et à Lorvao au début du xiiie siècle quand s’y installent les moniales cisterciennes. Dans tous ces cas, il est vrai, le changement d’observance est justifié, du côté cistercien, par les difficultés économiques — aussi bien que morales — qu’auraient connues les monastères bénédictins préexistants. Une étude récente a démontré, pour Lorvao, le caractère fallacieux de ces allégations : c’est, bien au contraire, d’un établissement en pleine prospérité économique et où l’activité intellectuelle était remarquable que l’infante D. Teresa fit expulser les moines bénédictins, afin de se procurer un asile matériellement et spirituellement confortable pour y finir ses jours18. Mais ce sont là des situations marginales, plus intéressantes pour l’histoire de l’idéal cistercien que pour celle de l’économie. Avec Alcobaça nous retrouvons une fondation qui entre davantage dans les normes cisterciennes. Or, il semble bien que, dans ce cas encore, le site désigné par le roi pour l’établissement cistercien, au confluent de l’Alcoa et du Baça, était loin d’être désert19. On tiendra donc pour acquis que, loin de s’implanter dans les déserts, la plupart des établissements cisterciens au Portugal, sinon tous, bénéficient d’un environnement économique déjà favorable, ce qui n’exclut cependant pas a priori la possibilité de défrichements.

  • 20 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIII, p. 15.

12La politique des acquisitions peut aussi éclairer les intentions économiques des moines. Dans le cartulaire de Tarouca, les achats de biens fonciers, au nombre de 150 dès le xiie siècle, représentent plus de la moitié des actes. Ils portent sur tous types de biens, y compris sur des exploitations paysannes dûment constituées (casaux)20. Très vite, ces possessions sont ensuite organisées en granges : en 1163, on en dénombre déjà sept et en 1193 le double.

  • 21 Durand, Campagnes, p. 418.
  • 22 A.N.T.T., Alcobaça, sala 25, m. 32, no 808.

13Beaucoup plus modestes, en comparaison, sont les débuts d’Alcobaça, gênée par l’insécurité entretenue à proximité du Tage par les Maures. Pour le xiie siècle, le nombre des acquisitions dont on a conservé trace est de l’ordre d’une cinquantaine, dont la moitié d’achats. Ceux-ci sont au demeurant d’importance moyenne, se situant exactement au même niveau que ceux qui sont alors effectués par des laïcs et qui sont conservés dans le même fonds. Au xiiie siècle, en revanche, si le nombre d’acquisitions n’augmente pas de façon significative, leur qualité (si l’on en juge par leurs prix) s’améliore sensiblement, témoignant par ailleurs du souci de constituer des ensembles homogènes, soit à proximité du centre domanial principal, soit autour d’autres noyaux d’exploitations bientôt organisés en granges, dont la première mention apparaît en 1 17921. On peut mesurer le résultat de cette politique dans un fragment de censier de 126222, qui décrit les possessions alcobaciennes à cette date. Elles s’éparpillent de Lisbonne, au sud, à Leiria, au nord, respectivement à une centaine et une quarantaine de kilomètres d’Alcobaça, les limites orientales s’établissant vers Santarem, avec quelques prolongements dans l’Alentejo, vers Béja. Elles comportent quelques casaux — moins d’une trentaine — mais surtout des centaines de parcelles à vocation complémentaire : champs de céréales, vignes, olivettes, jardins irrigués, sans compter les espaces réservés à la paissance des troupeaux, qu’ils possèdent en commun avec les villageois.

14Pourtant, pour impressionnante qu’elle soit, cette accumulation de biens fonciers, pas plus à Tarouca qu’à Alcobaça ou à Lorvao, ne suffit pas à rendre compte des potentialités économiques des Cisterciens : à la possession de la terre, il faut ajouter l’exercice du pouvoir.

Le pouvoir

  • 23 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIV, p. 20.
  • 24 Ainsi à Oliveira (c. de Mesào Frio) : ibid., vol. LXXXV, p. 55.

15Le pouvoir, aux xiie et xiiie siècles, au Portugal comme ailleurs en Europe, c’est celui de contraindre et de juger les hommes, c’est — même si le terme est ici inconnu — l’exercice du droit de ban. Il s’appuie sur une charte d’immunité, ou de sûreté (cautum), délivrée par l’autorité royale, mais il peut déborder du cadre géographique initialement fixé et s’étendre par ailleurs à des secteurs juridiques non prévus par la charte. Chaque abbaye cistercienne — mais les Cisterciens n’en ont pas l’exclusivité — a obtenu, souvent lors même de sa fondation, parfois avant, ce privilège recherché. Tarouca l’obtint sans doute dès son rattachement à l’Ordre, en 1140, mais sur une étendue très limitée, d’environ un millier d’hectares, c’est-à-dire probablement l’espace le plus réduit dans lequel l’immunité ait été concédée à un établissement religieux au Portugal23. Cependant, l’extension de ce ressort devait être assurée au fil des ans par des acquisitions auprès de particuliers ou par des donations royales, au point que dans la seconde moitié du xiiie siècle, il couvrait le finage de quatre villages voisins, ce qui représentait une étendue quatre fois supérieure. Par ailleurs, les moines de Tarouca se sont alors fait reconnaître l’immunité sur quelques possessions excentrées déjà constituées en granges24.

  • 25 Natividade (J. Vieira), As granjas do mosteiro de Alcobaça, dans Boletim da Junta da Provincia da (...)
  • 26 Le privilège accordé à Alcobaça est à comparer avec ceux que reçurent alors les ordres militaires (...)

16A Alcobaça, la générosité du roi est, dès le début, beaucoup plus manifeste : l’immunité est d’emblée étendue à un territoire de quelque 40000 hectares, soit dix fois plus, par exemple, qu’à Arouca25. C’est que l’extension géographique et juridique du privilège est à la hauteur des services attendus par l’autorité concédante : or, les moines d’Alcobaça devaient conserver au royaume des territoires encore très contestés par les musulmans26.

  • 27 Ibid., p. 553 et n. 22. Privilège si exceptionnel que les moines durent le faire confirmer sous le (...)

17La nature des droits concédés mérite aussi l’examen. Les monastères cisterciens ont en commun avec les autres établissements religieux portugais d’être exemptés de la fiscalité royale et de pouvoir exercer la justice sur les hommes vivant dans le territoire immune. Alcobaça bénéficie, en outre, dès 1157, d’un privilège alors assez exceptionnel, celui de l’exemption de péages dans toute l’étendue du royaume27.

18Ainsi, dès leur fondation, les monastères cisterciens portugais sont dotés des droits qui font d’eux des seigneurs, avec les pouvoirs de contrainte et les profits y afférents. Ces pouvoirs leur étaient sans doute nécessaires pour mener à bien leur mission de peuplement. Nous verrons aussi qu’ils ont contribué à modifier les modes de faire-valoir des terres, faisant rapidement d’eux des rentiers. Leurs activités urbaines vont également dans le même sens.

La ville et la maîtrise technique

  • 28 Inventaire de 1262 : voir ci-dessus, n. 22.

19C’est pour les besoins de l’exposé que je rapproche ces deux données pour en faire le troisième pilier de la puissance économique cistercienne au Portugal, sans pour autant me dissimuler qu’ils ne procèdent pas du même degré de singularité dans l’univers cistercien. Les soucis d’implantation urbaine ne sont d’ailleurs pas partagés par l’ensemble des établissements : seule Alcobaça les affiche. Cela dit, c’est dès la fondation que les abbés d’Alcobaça manifestent leurs ambitions urbaines, puisque au xiie siècle, le tiers de leurs achats porte sur des maisons situées à Lisbonne, Leiria ou Santarem. Au xiiie, beaucoup de ces maisons auront reçu une affectation précise : on trouve ainsi à Lisbonne une « maison du sel », plusieurs caves, plusieurs pressoirs (à huile et à vin), des silos à grain ; à Santarem, on remarque en outre la présence de boutiques (au moins six)28.

  • 29 Durand, Campagnes, p. 284-298.

20C’est encore en milieu urbain, à Leiria, que les moines d’Alcobaça concentrent leurs efforts pour acquérir des moulins. Dans la seconde moitié du xiiie siècle, ils avaient réussi à se faire connaître ici des droits sur huit moulins : trois étaient leur propriété exclusive et ils poursuivaient patiemment leurs acquisitions de parts dans les autres. Il ne semble pas, de ce fait, qu’ils aient eu quelque initiative dans la construction de ces moulins, autrefois possession collective, mais non indivise, de petites communautés, pas nécessairement familiales. Cependant, il est possible qu’ils aient pris part au mouvement d’amélioration des installations de captage et d’acheminement de l’eau qui se manifeste alors, comme en témoignent les tracasseries dont ils sont l’objet en 1257 de la part de la municipalité de Leiria et qui motivent l’intervention de la justice royale29.

  • 30 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIII, p. 16 et p. 33 (document).

21Un autre de leurs soucis, la maîtrise de l’outillage en fer, nous ramène à la campagne. Ce sont les moines de Tarouca qui, les premiers, manifestent de l’intérêt pour les richesses du sous-sol : dès 1156, ils acquièrent une part de gisement de minerai de fer, puis une seconde en 1182. À cette date, un certain Mendo, surnommé Ferrarius, leur donne une forge (fravega), puis une seconde cinq ans plus tard. Dès 1166, ils avaient soldé l’un de leurs achats par un soc d’araire. C’est trop peu cependant pour qu’on puisse faire d’eux des techniciens de premier ordre répandant dans les campagnes voisines les bienfaits de la métallurgie. Là encore, on l’a vu, l’initiative leur échappe et l’extraction du minerai de fer, comme sa transformation, sont antérieures à leur présence dans la région. Elles continuent d’ailleurs en dehors d’eux, puisque leur possession de part de gisement est conforme « à celle dont disposent les autres villageois »30. Rien d’étonnant à cela, quand on sait qu’au milieu du xiiie siècle encore, certains villages s’acquittaient de leurs redevances agraires en fournissant des ferrures à l’autorité de tutelle : témoignage éclatant de la vitalité d’une métallurgie paysanne.

22A Alcobaça, il faut attendre précisément le milieu du xiiie siècle pour qu’apparaissent dans les documents les premières mentions de minerai. L’abbaye s’est alors assuré la possession de deux gisements qu’elle exploite directement. Elle possède également, à proximité de l’un d’eux, des « maisons contenant des instruments à fondre le fer ». Et quelques inventaires dressés à l’occasion de la mise en régie de granges dans le dernier quart du xiiie siècle témoignent d’une relative richesse de l’outillage en fer : il n’est pas possible de douter de l’activité métallurgique des moines d’Alcobaça.

23On aurait pu évoquer, en contrepoint de ces trois bases de l’économie cistercienne au Portugal que sont la terre, le pouvoir et la ville, un certain nombre de contraintes d’ordre bio-climatique ou d’ordre coutumier, certains types de structures agraires préexistant à leur installation au Portugal. Mais ils apparaîtront en filigrane dans la présentation de leurs activités.

3. L’exploitation des ressources

24J’ai fait allusion à l’organisation en granges des biens de Tarouca et d’Alcobaça. On aurait pu citer aussi Salzedas et, dans une moindre mesure, Arouca. Cette structure n’étonne évidemment pas, mais on doit néanmoins se demander quelles réalités elle recouvre. Il faut aussi en suivre les principales mutations, même si la chronologie n’est pas facile à établir, les Cisterciens portugais étant à la fois, dans un même lieu et un même moment, des chefs d’exploitation, sinon des exploitants, et des rentiers.

L’économie des granges

  • 31 Ibid., p. 28-29.

25Quatorze granges à Tarouca en 1193, une trentaine à la fin du siècle suivant, dont deux à proximité de Lisbonne, en pleine zone d’influence alcobacienne. A Alcobaça, dans le seul périmètre de l’immunité, quatorze granges également au début du xive siècle. Ajoutons que cette dénomination de « grange » apparaît à plusieurs reprises dans des privilèges pontificaux, mais qu’elle a laissé des traces multiples dans la toponymie portugaise31 : c’est dire qu’il s’agit bien d’une réalité reconnue, et pas seulement d’un vocable imposé par des moines étrangers. Mais quelle réalité ?

26En vérité, beaucoup de ces granges — à Tarouca en particulier — ne sont pour nous que des noms et il est hors de propos de prétendre en reconstituer le tissu et la vie. Mais celles qui se laissent approcher sont suffisamment nombreuses pour qu’on puisse établir des hiérarchies, sinon ébaucher une typologie.

  • 32 Durand, Campagnes, p. 442-453.

27L’étendue des granges est parfois perceptible à travers quelques descriptions de biens, rarement complètes à vrai dire. Le plus souvent, c’est au moment de sa disparition en tant que telle qu’on saisit l’étendue d’une grange, quand par exemple elle fait l’objet d’un lotissement en vue d’y établir des familles paysannes. Les plus modestes relèvent du monastère de Tarouca : sur les sept granges établies dans les limites de l’immunité, cinq sont des établissements dont le niveau ne dépasse sans doute guère celui des exploitations paysannes32. Parfois, comme à Nogueira, pour créer une exploitation équilibrée et viable, les moines doivent joindre aux parcelles qu’ils possèdent en propre des terres tenues à cens du domaine royal. C’est sans doute à ce type qu’il faut rattacher plusieurs autres établissements appelés « celliers » et qui présentent les mêmes caractéristiques de taille. A l’opposé, on trouve les grandes granges d’Alcobaça, susceptibles de donner naissance pour certaines, comme celle de Maiorga, à une centaine d’exploitations paysannes et s’étendant vraisemblablement sur plus d’un millier d’hectares (mais dont une infime partie est défrichée et cultivée).

  • 33 Ibid., p. 456-467.
  • 34 Fernandes, Acçào, vol. LX.XXV, p. 54-60.

28Ces établissements n’ont évidemment pas tous la même vocation et il n’est pas certain qu’on puisse tous les considérer comme des exploitations agricoles proprement dites. Certaines d’entre elles se comportent en effet comme des centres de perception des redevances agraires beaucoup plus que comme des centres domaniaux, et en cela l’organisation cistercienne ne fait que reproduire celle de la société globale33. Cette situation peut être originelle, quand la grange apparaît à l’issue d’une série d’achats de casaux dans un heu donné ou, mieux encore, à la suite de la donation d’un village entier34 ; elle peut être aussi le fruit d’une évolution traduisant, au xiiie siècle, l’abandon du faire-valoir direct.

  • 35 A.N.T.T., C.R., Alcobaça, m. 12, no 19 et 33 (de 1271).
  • 36 Ibid., m. 2, no 29, 30, 31 (de 1196).

29Mais il reste que la plupart des granges, même au xiiie siècle, entrent dans le schéma cistercien traditionnel, répondant à la définition de centres d’exploitation directe. La mise en valeur s’appuie alors sur un personnel relativement varié et hiérarchisé. Le responsable de la grange est désigné par une brassée de titres dont l’emploi obéit à des principes qui nous échappent en partie. Normalement, les petits établissements sont dirigés par un simple grangier (grangiarius, bien distinct des habitatores grangiae) : c’est le cas dans quatre granges sur cinq à Tarouca. Mais certaines grosses granges, comme celle de Bombarral, en Estrémadoure, ne connaissent pas d’autre gestionnaire que ce grangier35. Ordinairement pourtant, la responsabilité des établissements de ce type est confiée à un maître de grange (magister grangiae) ou à un cellérier. Mais il faut reconnaître que le vocabulaire est passablement fluctuant : le même responsable d’une grange alcobacienne — celle d’Ota — est dit successivement, dans trois documents datés de la même année (1196), commendator (grangiae), tenens, (grangiam) et domination (grangiae)36. Les titres, en tout cas, sont portés indifféremment par des moines ou par des convers. Ceux-ci constituent également, au moins jusqu’au milieu du xiiie siècle, l’essentiel de la main-d’œuvre. Ils sont néanmoins aidés dans leur tâche par deux types d’appoint.

  • 37 A.N.T.T., sala 25, Alcobaça, m. 32, no 808 ; Fernandes, Acçào, vol. LXXXV, p. 36 ; Durand, Campagn (...)
  • 38 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIV, doc. no 13, p. 62 : et adjuvent nos ad nostrum panem colligendum.
  • 39 Cité par Fernandes, ibid., p. 25.
  • 40 A.N.T.T., C.R., Alcobaça, m. 12, no 33 (1271) : et ipse grangiarius semper debet querere tempus op (...)

30Les granges entretiennent, en effet, des domestiques, notamment des esclaves maures : Tarouca en cède trois en 1155 en contrepartie de biens fonciers, mais un siècle plus tard on en trouve encore dans une grange d’Alcobaça, celle de Mota, où ils disposent d’un logement propre37. Surtout, dès la fin du xiie siècle (1197) au plus tard, ils bénéficient des corvées des paysans auxquels ils ont cédé des terres à cens38. Rapidement même, leur politique vise à se faire concéder des droits sur les terres voisines de la grange de sorte que, comme le dit expressément un document de 1244, « le couvent soit dispensé de la moisson, de la vendange et de la taille » dans ladite grange39. C’est également pour ces mêmes travaux que les moines d’Alcobaça, dans la seconde moitié du xiiie siècle, requièrent les services de leurs tenanciers, avec parfois aussi un coup de main pour les semailles. Il ne faut pourtant pas exagérer l’importance de cet apport de main-d’œuvre, toujours limité à quelques jours (jamais plus de quatre jours par an et par tenancier) et soumis à maintes restrictions, puisque le grangier qui requiert ces services doit le faire à un moment tel que les paysans « n’en souffrent pas » et espacer ses demandes dans Je temps, c’est-à-dire éviter de les grouper « dans une même semaine ou un même mois »40.

  • 41 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIV, doc. no 17, p. 67.
  • 42 A.N.T.T., C.R., Alcobaça, m. 6, no 17, 18, 19 ; m. 14, no 14, 34 ; m. 16, no 9.

31Si chaque grange a sa vie propre, dans le cadre d’une polyculture plus ou moins équilibrée, elle n’est pas pour autant indépendante de ses congénères appartenant à la même abbaye. Au contraire, au Portugal comme ailleurs, partout les granges constituent un réseau d’activités complémentaires destinées à satisfaire les besoins de l’abbaye. La coordination entre les granges est assurée par un ensemble d’agents qui se superposent au personnel de chaque grange. Il est difficile d’en restituer la hiérarchie, mais on notera que le personnage principal est le grand-cellérier (cellerarius major) qui passe, dans les souscriptions d’actes, avant le trésorier41. A Alcobaça, il est secondé par deux cellériers, dont l’un est plus spécialement responsable des terres situées au sud du Tage. Il est également assisté d’un « cellérier des travaux » (cellerarius operis), avec son sous-cellérier. On trouve aussi des « scribes des granges » et un cellerarius de ganatis (dont j’ai fait naguère un « cellérier des troupeaux », mais qui semble être plutôt un « cellérier des acquêts »)42.

  • 43 Fernandes, Acçào, vol. LXXXVI, p. 7-21. Ce sont les granges de Santa Eulalia, Aveiro et Cabanoes.

32Les résultats de cette politique ne sont pourtant pas faciles à évaluer, du point de vue qui nous semble le plus intéressant, c’est-à-dire le poids relatif des différentes productions ainsi promues. Il faut donc se contenter d’une vue qualitative et impressionniste. Les granges les plus proches de l’abbaye, à Tarouca comme à Alcobaça, sont plutôt céréalières. Mais on ne possède aucun élément d’information ni sur les superficies cultivées ni sur les rendements. Chaque abbaye s’assure aussi — Tarouca par trois granges43 — l’accès à la production du sel. Enfin, Alcobaça semble davantage attirée d’une part vers l’élevage, un élevage sédentaire très diversifié intéressant à la fois bovins, ovins et porcs, d’autre part par la viticulture. Autant reconnaître qu’on sait peu de chose sur les activités agricoles des Cisterciens portugais dans le cadre de la grange et du faire-valoir direct. Une certitude cependant : ce mode de faire-valoir est devenu assez rapidement secondaire par rapport à l’ensemble des activités agraires.

Cens, rentes et métayage

33Les Cisterciens portugais, on l’a vu, se sont fait accorder des privilèges d’immunité dès leur installation, privilèges qui apparaissent comme la contrepartie de leur mission de colonisation et de peuplement. Juridiquement, celui-ci s’effectue sous deux formes : soit par des acensements individuels ou collectifs (les uns et les autres dénommés foros), soit par une charte de franchise (forai).La grange n’est pas toujours — elle n’est pas souvent — au point de départ de cette évolution. D’une part, elle ne peut donner naissance à un village doté d’une charte municipale que si les moines y possèdent l’immunité. A l’inverse, des terroirs non organisés en granges et dont la possession n’appartient pas à l’abbaye peuvent être « peuplés » par elle, à condition de figurer dans les limites de l’immunité. De toute façon, qu’elle passe ou non par une charte municipale, l’opération de peuplement suscite toujours la même réalité socio-agraire : celle de la censive à parts de fruits (bien distincte des autres situations issues d’un contrat individuel).

  • 44 Ibid., vol. LXXXIV, p. 77.

34Les monastères de Beira procèdent par acensements individuels ou collectifs, plus que par les chartes de franchise. À Tarouca, les acensements commencent dès la fin du xiie siècle, bien avant que le Chapitre général n’en eût autorisé la pratique. Mais les perceptions de cens sont encore bien antérieures, puisque le monastère a reçu dès le milieu du xiie siècle des biens dont l’exploitation était organisée sous cette forme. Les conditions faites aux tenanciers sont en général assez dures par rapport à ce qui est par ailleurs exigé de la plupart des paysans de la région : les champarts varient du 1/6 au 1/4, mais avec l’obligation, toujours précisée, de s’acquitter de la dîme, de s’astreindre à offrir un ou plusieurs jours de gîte par an et éventuellement quelques jours de corvées. C’est peut-être ce poids qui explique certains échecs : dans la montagne au sud du monastère, le site de Aqua Levada, « peuplé » en 1197, n’était plus que ruines quarante ans plus tard44.

35A Alcobaça, les premiers documents de ce type datent de 1228. Le « peuplement » s’opère dans des conditions démographiques et économiques nettement moins favorables, si bien que les contrats se présentent plus fréquemment sous forme d’appels à colons éventuels (« à tous ceux qui voudront labourer et cultiver ») que comme reconnaissance d’une possession déjà acquise. Souvent aussi, le contrat est nominalement souscrit par un ou plusieurs couples qui s’engagent à recruter un nombre défini de compagnons avec lesquels ils mettront en valeur le finage : le monastère renonce à contrôler l’identité de ses nouveaux tenaciers, mais acquiert sans doute l’assurance de la cohésion de la nouvelle communauté villageoise. Les exigences économiques sont encore plus lourdes qu’au nord, avec des champarts atteignant généralement le quart des fruits, mais pouvant s’élever jusqu’à la moitié, cela dans le cadre d’une polyculture assez variée, comportant l’obligation de produire les quatre « grains » (froment, orge, seigle et millet), ainsi que le vin, le lin et l’huile, avec aussi des redevances (assez nouvelles) sur les légumes (ails, oignons, fèves et pois). En contrepartie, il est vrai, le monastère peut s’engager à pratiquer certains travaux d’infrastructure, comme ceux de la voirie (routes, ponts). C’est lui aussi qui guide l’aménagement du finage, délimitant les lots, désignant les espaces à défricher et fixant le rythme des défrichements, choisissant les terroirs réservés à la vigne ou aux olivettes.

36Les dispositions les plus intéressantes sont celles qui concernent les défrichements, dont la réalité surgit brusquement dans la documentation au milieu du xiiie siècle et dont le mouvement ne se ralentit guère avant le milieu du siècle suivant. L’incitation à défricher se manifeste de diverses façons. L’une consiste à fixer d’emblée et de façon définitive un taux de champarts inférieur sur la terre à défricher ; une autre à déterminer un cens très bas les premières années (1/10) pour arriver progressivement à la norme au bout de six ou sept ans. Dans d’autres cas, le monastère accorde un délai (de 3 à 10 années) pour assurer le défrichement complet de l’espace cédé mais s’engage à consentir un cens plus modique si le travail est effectué avant échéance. Le calendrier des opérations à accomplir et l’ampleur des défrichements à réaliser sont parfois précisés : les deux premières années sont obligatoirement consacrées à la construction des maisons et à l’édification des jardins et des vergers. En même temps et au cours de chacune des huit années suivantes, les tenanciers doivent conquérir à la culture céréalière un espace dont les dimensions sont évaluées en quantité de grains à semer et qu’on peut estimer à environ un hectare, ce qui signifierait que chaque tenancier d’Alcobaça aurait conquis à la culture, à partir de la lande ou de la friche, une moyenne de dix hectares.

  • 45 Ainsi lors de la création, en 1286, du village nouveau dit Cella Nova, les moines se réservent exp (...)
  • 46 En 1314, lors de la création d'un village « d'au moins 40 possesseurs résidant personnellement », (...)

37Ces opérations se font souvent à proximité des granges, mais rarement à leurs dépens et jamais au prix de leur disparition. Beaucoup d’entre elles voient leurs assises et leurs fonctions modifiées par l’extension des cultures au voisinage : certaines se replient sur des productions spécialisées (viticulture, oléiculture) exigeantes en main-d’œuvre temporaire, laquelle est fournie par les tenanciers des environs45. Mais d’autres continuent à s’adonner à des activités plus traditionnelles associant, comme à Turquel, un peu de culture céréalière à l’élevage des moutons : dans ce cas, les moines renoncent à exiger des corvées des nouveaux habitants, mais les obligent, en revanche, à fournir la moitié des olives produites sur la tenure. De toute manière, les intérêts du monastère sont sauvegardés, grâce à une prodigieuse faculté d’adaptation aux temps et aux lieux46.

  • 47 Durand, Campagnes, p. 595-597.

38Une simple charte d’acensement collectif, à plus forte raison une charte de franchises, peuvent comporter des dispositions à implications économiques relevant du pouvoir de contraindre du seigneur. Celles-ci apparaissent, chez les Cisterciens comme dans les autres établissements religieux portugais, vers le milieu du xiiie siècle. Alcobaça est même l’un des premiers seigneurs à établir au Portugal, en 1259, l’usage obligatoire de certains de ses fours, moulins ou pressoirs, sans d’ailleurs pouvoir étendre cette obligation à l’ensemble de ses possessions47. En revanche, le banvin (relego), exigé par les Bénédictins de Lorvao dès la fin du xiie siècle, est à peu près inconnu chez les Cisterciens. Quant aux droits et profits de justice, ils les partagent fréquemment avec les communautés villageoises dans le cadre des chartes de franchises, au terme desquelles les villageois reçoivent le droit de recruter leur juge, d’assurer la justice non criminelle et de percevoir au moins la moitié des amendes judiciaires. En somme, les Cisterciens ont moins usé de leur droit de ban pour susciter des profits extra-économiques que pour organiser l’espace agraire et s’assurer, par le cens, le profit de sa mise en valeur. C’est également ce à quoi tendent de manière plus évidente encore les autres types de contrats.

  • 48 Ibid., p. 166.

39Alors que les censives à parts de fruits sont généralement accordées à perpétuité, avec passage fréquent à l’aîné des enfants, garçon ou fille48, les autres types de cession de biens sont prévus soit pour une vie, soit (rarement) pour une durée déterminée.

  • 49 À Bombarral, où l’on connaît l’existence d’une grange, un laïc reçoit, en 1248, « les maisons, les (...)
  • 50 Ibid., m. 15, no 36. Mêmes dispositions à Elvas (sala 25, m. 60, no 2).

40Les premiers contrats expressément dits « de rente » (de renda) datent, à Alcobaça, de 1276. Mais en fait, la pratique du bail à rente est nettement plus ancienne (1232). Ce type de contrats est le plus souvent passé avec des citadins (de Lisbonne, de Santarem) qui s’engagent à verser au monastère, en contrepartie de la jouissance de biens définis, une rente annuelle en argent. Ce procédé, contrairement à l’acensement, ne change rien, en apparence, aux réalités agraires, puisqu’il se traduit simplement par la mise en place d’un intermédiaire entre le propriétaire cistercien et le paysan exploitant. Et cela d’autant moins que ce type de cession affecte ordinairement des biens déjà mis en valeur : pressoirs, olivettes, vignes. Pour le monastère, le procédé peut constituer un palliatif à une crise de main-d’œuvre : en tout cas, ces preneurs semblent bien (au moins provisoirement) se substituer à des gérants de granges49. Parfois aussi, le contrat de rente — ou de prise de ferme — s’accompagne de dispositions proches du métayage. Ainsi quand l’abbé d’Alcobaça cède pour six ans et contre une somme de 400 livres annuelles, à un fonctionnaire royal, « tous les biens que le monastère possède à Santarem », y compris des outils, des animaux de trait et un troupeau de vaches, il est prévu que le croît des troupeaux serait partagé par moitié des profits et des pertes50.

  • 51 Ibid., m. 16, no 12, 14, 16-18, 31.

41Les contrats de métayage proprement dits apparaissent peu avant 1280. On possède pour cette date une série de sept contrats, portant sur autant de lots d’une même grange s’étendant sur trois terroirs (marécageux, sablonneux et argileux), et auxquels était joint un espace à défricher (en trois ans). Les moines fournissaient la moitié des semences et réclamaient la moitié des fruits51. On notera, à partir de cet exemple, que le métayage, contrairement à ce qui a pu se passer ailleurs, ne contribue pas au maintien d’une grande exploitation, mais qu’il s’inscrit au contraire dans des structures agraires identiques à celles qui sont issues des censives à parts de fruits. On notera aussi que la grange ne disparaît pas totalement en tant qu’exploitation, puisque chacun des métayers doit un jour de corvée par an.

  • 52 Ibid., m. 14, no 24.

42On pourrait aussi faire état d’autres formes de gains assez inattendues chez les Cisterciens à cette époque : toutes les formes du commerce de l’argent y compris celle du mort-gage52. En somme, une attitude économique tout à fait comparable à celle de leurs contemporains, laïcs et religieux.

***

  • 53 Durand, Campagnes, p. 536.

43Sur cette période relativement courte (moins de deux siècles) de l’histoire cistercienne au Portugal, les mutations économiques, pour sensibles qu’elles soient, n’ont rien de spectaculaire, encore moins de violent. La nécessité — politique — d’assurer le peuplement et la mise en valeur de territoires étendus a fait que les acensements collectifs y ont été nombreux à partir du second quart du xiiie siècle. Mais les premières perceptions de cens y sont bien antérieures, puisqu’elles interviennent au plus tard dans le dernier quart du xiie. Par ailleurs, les acensements et autres types de contrats, s’ils ont réduit l’exploitation directe du domaine par les convers ou leurs domestiques, ne l’ont que rarement fait disparaître : au xive, la plupart des granges existent toujours, et pas seulement comme centres de perception. Beaucoup ont même profité de la main-d’œuvre mise à leur disposition par la multiplication des tenures à proximité, voire à l’intérieur de leur finage. Toutes se sont repliées sur des activités spécialisées, notamment l’oléiculture et l’élevage. Le résultat économique, c’est le maintien, dans les établissements les plus importants (ceux qui disposent du droit de ban dans un territoire étendu, comme Alcobaça), d’une prospérité presque sans faille jusque dans le premier quart du xive siècle. Mais les plus petits — qu’il s’agisse de Lorvao, réduite à « un extrême dénuement », ou de Seiça où « ni les moines ni les frères ne peuvent plus vivre » — n’échappent pas aux difficultés que connaissent alors d’autres monastères portugais53.

44Si on essaie maintenant de faire le compte des innovations suscitées par l’activité économique des Cisterciens au Portugal, on découvre un bilan largement positif, même si on doit contredire ou nuancer certaines affirmations trop souvent répétées. Concernant les améliorations techniques, on mettra à leur actif le développement de l’outillage en fer et l’accroissement de la capacité des moulins. Mais ils ne sont pour rien dans la conception ni de l’outillage, ni des moulins, ni des pressoirs, pas plus qu’ils n’ont influencé les techniques culturales de la céréaliculture ou de l’oléiculture. Dans ce dernier domaine toutefois, il est possible qu’ils soient responsables, par l’intermédiaire d’Arouca ou de Tarouca, de la brusque progression de l’olivier de la région de Coimbre jusqu’au bord du Douro au milieu du xiiie siècle. À leur actif aussi, en Estrémadoure, le formidable accroissement de l’espace cultivé, moins d’ailleurs par le travail direct des moines ou des convers, que grâce à l’effort d’organisation de l’espace, effort répondant à la fois à la mission de peuplement dont ils étaient investis et à leurs intérêts matériels bien compris.

45En somme, quoi qu’on ait dit, on rencontre peu, au Portugal, de « moines défricheurs », encore moins de « moines agronomes », mais d’excellents gestionnaires.

Notes

1 Cocheril (P. Maur), Recherches sur l’ordre de Cîteaux au Portugal, dans B.E.P., t. XXII (1960) ; Études sur le monachisme en Espagne et au Portugal, Lisbonne, 1966 ; Notes sur l’architecture et le décor dans les abbayes cisterciennes du Portugal, Paris, 1972 ; Routier des abbayes cisterciennes du Portugal, Paris, 1978. Voir aussi Mattoso (J.), Cistér, dans D.H.P., p. 586-587.

2 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIII, p. 12.

3 Id., ibid., p. 12 et n. 1.

4 Sur Arouca, voir Coelho (M.H. da Cruz), O Mosteiro de Arouca dos século X ao século XIII, Coimbra, 1977 ; Montfort (A.), La vie rurale au Portugal d’après les documents du monastère d'Arouca ( xe- xiiie siècles), Mémoire de maîtrise, Nantes, 1972. Sur Lorvào : Azevedo (R. de), O Mosteiro de Lorvào na reconquista cristà, dans Archivo Historico de Portugal, vol. I (1933), p. 183-239.

5 Le cartulaire de Tarouca (du xiiie siècle) fait partie d’archives privées. Il en existe néanmoins un microfilm à la Bibliothèque Nationale de Lisbonne.

6 Pour Arouca, M.H. da Cruz Coelho (op. cit.) s’est arrêtée à la période pré-cistercienne.

7 C’est le cas du cartulaire de Tarouca dont les documents les plus intéressants sont publiés par A. de Almeida Fernandes dans Acçào et dans Esparsos de História (sécs. XII e XIII), dans Boletim da Casa Regional de Beira-Douro, vol. XV-XIX (1963-1970).

8 Les travaux de Mme Iria Goncalves — que je remercie ici pour les renseignements qu’elle a bien voulu me fournir — devraient prochainement combler cette scandaleuse lacune.

9 Cocheril (P. Maur), Études sur le monachisme, p. 202.

10 Natividade (J. Vieira), Os monges agrónomos do mosteiro de Alcobaça, Alcobaça, 1942.

11 Voir le titre ci-dessus.

12 Le P. Maur Cocheril lui-même, dont l’habituelle clairvoyance a peut-être été émoussée par l’amitié qui le liait aux auteurs en question, n’a pas pris soin de consulter le chartrier d’Alcobaça pour réaffirmer le caractère novateur de pratiques « cisterciennes » par ailleurs largement répandues. Voir en particulier, Études sur le monachisme, p. 336.

13 Sousa (M.C.C. Vaz de), Subsidios para o estudo do povoamento e exploraçào agraria dos coutos de Alcobaça (séculos XII à XIV), Mémoire de licence, Lisbonne, 1958.

14 Fernandes, Acçào (passim).

15 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIV, p. 40-46.

16 On considèrera cela comme une nouvelle et décisive contribution à la solution du problème du dépeuplement de la vallée du Douro, solution dans un sens défavorable aux thèses pessimistes de Sanchez Albornoz. Voir aussi le rapport de J. Gautier-Dalche aux Premières Journées internationales de Flaran, dans Flaran I, p. 96, n. 7.

17 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIV, p. 66.

18 Marques (Maria Alegria Fernandes), Inocêncio II e a passagem do mosteiro de Lorvao para a Ordem de Cister, dans R.P.H., t. XVIII (1980), p. 231-284.

19 Cocheril (P. Maur), Notes sur l’architecture, p. 49-54 ; Durand, Campagnes, p. 417.

20 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIII, p. 15.

21 Durand, Campagnes, p. 418.

22 A.N.T.T., Alcobaça, sala 25, m. 32, no 808.

23 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIV, p. 20.

24 Ainsi à Oliveira (c. de Mesào Frio) : ibid., vol. LXXXV, p. 55.

25 Natividade (J. Vieira), As granjas do mosteiro de Alcobaça, dans Boletim da Junta da Provincia da Estremadura, série II, no 5 (1944), p. 12.

26 Le privilège accordé à Alcobaça est à comparer avec ceux que reçurent alors les ordres militaires de part et d’autre du Tage à l’est du pays. Durand, Campagnes, p. 585.

27 Ibid., p. 553 et n. 22. Privilège si exceptionnel que les moines durent le faire confirmer sous le règne suivant {Documentas de D. Sancho I, éd. R. de Azevedo, Coimbre, 1979, p. 11).

28 Inventaire de 1262 : voir ci-dessus, n. 22.

29 Durand, Campagnes, p. 284-298.

30 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIII, p. 16 et p. 33 (document).

31 Ibid., p. 28-29.

32 Durand, Campagnes, p. 442-453.

33 Ibid., p. 456-467.

34 Fernandes, Acçào, vol. LX.XXV, p. 54-60.

35 A.N.T.T., C.R., Alcobaça, m. 12, no 19 et 33 (de 1271).

36 Ibid., m. 2, no 29, 30, 31 (de 1196).

37 A.N.T.T., sala 25, Alcobaça, m. 32, no 808 ; Fernandes, Acçào, vol. LXXXV, p. 36 ; Durand, Campagnes, p. 627, n. 28.

38 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIV, doc. no 13, p. 62 : et adjuvent nos ad nostrum panem colligendum.

39 Cité par Fernandes, ibid., p. 25.

40 A.N.T.T., C.R., Alcobaça, m. 12, no 33 (1271) : et ipse grangiarius semper debet querere tempus opportunum ad hoc quod non sit ad dampnum ipsorum nec petat ipsos dies in ebdomada vel mense sed per spacia temporum.

41 Fernandes, Acçào, vol. LXXXIV, doc. no 17, p. 67.

42 A.N.T.T., C.R., Alcobaça, m. 6, no 17, 18, 19 ; m. 14, no 14, 34 ; m. 16, no 9.

43 Fernandes, Acçào, vol. LXXXVI, p. 7-21. Ce sont les granges de Santa Eulalia, Aveiro et Cabanoes.

44 Ibid., vol. LXXXIV, p. 77.

45 Ainsi lors de la création, en 1286, du village nouveau dit Cella Nova, les moines se réservent expressément les terroirs spécialisés de deux granges voisines (A.N.T.T., sala 25, Alcobaça, m. 47, no 9).

46 En 1314, lors de la création d'un village « d'au moins 40 possesseurs résidant personnellement », cela « dans le finage (in termino) même de la grange de Turquel », les moines, tout en s’engageant à ne pas créer d’autres villages dans un certain rayon autour de la nouvelle pobla, se réservent la possibilité d’envoyer leurs brebis et même de semer du grain dans toute l’aire de non-aedificandi (ibid., m. 1, caderninho).

47 Durand, Campagnes, p. 595-597.

48 Ibid., p. 166.

49 À Bombarral, où l’on connaît l’existence d’une grange, un laïc reçoit, en 1248, « les maisons, les vignes, les possessions, les terres cultivées ou incultes avec tous leurs droits, qu’ont les moines en ce lieu », contre une rente annuelle de trente morabotins et quinze sous. Quatorze ans plus tard, un nouveau bail est conclu pour quatre ans. Mais en 1271 apparaît de nouveau un grangiarius de Bombarral (A.N.T.T., C.R., Alcobaça, m. 7, no 28 ; m. 10, n° 21, m. 12, no 19).

50 Ibid., m. 15, no 36. Mêmes dispositions à Elvas (sala 25, m. 60, no 2).

51 Ibid., m. 16, no 12, 14, 16-18, 31.

52 Ibid., m. 14, no 24.

53 Durand, Campagnes, p. 536.

Table des illustrations

Légende Les établissements cisterciens au Portugal ( xiie-xiiie siècle) 1. Abbayes d’hommes. — 2. Abbayes de moniales. — 3. Villes repères. — 4. Filiations
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Presses universitaires du Midi, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search