Version classiqueVersion mobile

L’économie cistercienne

 | 
Charles Higounet

Rapports

L’économie cistercienne dans les plaines du nord-ouest de l’Europe

Robert Fossier

Texte intégral

  • 1 Arbois de Jubainville (H. d’), Études sur l'état intérieur des abbayes cisterciennes..., Paris-Tro (...)
  • 2 Voir par exemple : Bordeaux (M.), Aspects économiques de la vie de l’Église aux xive et xve s., Pa (...)
  • 3 Quignon (H.), « ... Étude des rapports de l’abbaye cistercienne de Chaalis du diocèse de Senlis ave (...)
  • 4 Canivez (J.M.), L’ordre de Cîteaux en Belgique, des origines (1132) au xxes., Forges, 1929 ; Fossie (...)

1Il pourrait apparaître, sinon oiseux du moins superflu, voire inutile, de se pencher encore sur l’économie cistercienne, particulièrement pour des régions largement étudiées et de surcroît bien proches du foyer essentiel d’où essaimèrent les moines blancs. Ne risque-t-on pas de répéter ce que l’on sait déjà depuis cent ans sur leur organisation, leurs techniques de travail, leur rôle dans l’essor économique du xiie siècle européen. D’Arbois de Jubainville, Jean Berthold-Mahn, U. Berbère, Ph. Schmitz, Anselme Dimier, Jean Canivez et, en ce moment même, Charles Higounet n’ont-ils pas tout dit à ce propos1. Pourtant le succès de l’Ordre, inégal dans l’espace ou le temps, devrait suggérer avant tout l’idée de la relativité ou de l’importance de la conjoncture locale, soulever le problème d’une adaptation plus ou moins aisée dans un cadre géographique ou dans un autre. Or, un sondage bibliographique rapide convainc vite qu’en réalité — et du moins pour les régions dont j’ai à parler — il ne manque pas d’allusions dans les travaux d’ensemble sur l’Église ou sur l’Ordre, ou encore sur telle ou telle région qui fournissent des exemples et des cas2 ; du côté monographique d’illustres abbayes ont vu leurs archives consultées ou même passées au crible : Chaalis, Ourscamp, Beaubec, Preuilly, Valloires, Le Gard, Vaucelles, Les Dunes, Lieu-Dieu, Villers-en-Brabant ou Le Val-Saint-Lambert pour en citer des plus notoires3. Mais de synthèse point : un article de J.M. Canivez pour la Belgique, un autre de moi-même pour la Picardie4 ; l’Ile-de-France, la Champagne, la Beauce ou la Brie demeurent des zones insuffisamment éclairées, surtout pour nos exigences érudites modernes. Et aucun essai de compréhension globale de l’attitude cistercienne dans un espace géographique ou historique uniforme n’est encore possible. Je vais donc m’y risquer.

  • 5 Voir entre autres : Champier (L.), « Cîteaux, ultime étape de l’aménagement agraire de l’Occident  (...)

2Auparavant, il me faut toutefois attirer l’attention de mon lecteur sur deux problèmes, l’un général et de méthode, l’autre local et de fond. En premier lieu, la relative pauvreté des synthèses sur l’économie cistercienne me paraît fondée sur deux notions également contestables : l’aisance présumée des études sur un couvent de l’Ordre, la tradition historiographique relative aux Cisterciens. C’est vrai que les cartulaires d’abbayes cisterciennes sont nombreux, souvent fort bien articulés ; qu’ils présentent avec une régularité, d’ailleurs quelquefois lassante, privilèges, donations, actes de gestion des granges et, en toile de fond, délibérations du Chapitre général. Guère de surprise non plus à attendre sur les phases successives de puissantes aumônes au xiie siècle, d’achats et de procès au xiiie, avec le glissement d’un recrutement « démocratique » à celui d’une élite. Mais en réalité, qui ne voit qu’il nous manque l’environnement social où s’est développé ce kyste qu’est le couvent cistercien, aspect pourtant fondamental de notre problème. Quant à l’historiographie, elle a décidé une fois pour toutes que les moines blancs avaient défriché plus que quiconque, modifié l’élevage, inventé l’assolement, qu’ils avaient été les « pionniers », les « modèles » de l’essor, pardon du « take off », de l’Europe médiévale. Or, les dates prouvent à l’évidence qu’ils ont fait partie du dernier train, mais cela n’arrête pas grand monde5. On fera donc sagement de soumettre à nouveau ces postulats à la critique.

3Quant à ma deuxième observation, elle touche à la région même qui m’intéresse, et m’oblige à anticiper quelque peu sur les développements qui suivent. Sur les 64 monastères d’hommes de l’Ordre qu’on y dénombre, 44 ont été fondés de 1120 à 1150, 10 autres dans les trente ans qui suivirent ; mis à part les couvents de moniales, qui me retiendront tout à l’heure, les derniers s’égrènent aux xive et xve siècles : ce sont quasi des anomalies ou des caprices. D’ailleurs, tous ces établissements sont en crise générale et grave, une fois passé 1250. En résumé, le mouvement cistercien a été un éclair : un demi-siècle de foudroyant élan, un demi-siècle de maintien, puis la ruine ; comparée à celle des Bénédictins d’ancienne observance, des chanoines réguliers ou plus tard des Mendiants, ce rythme et cette brièveté posent problème : les Cisterciens constituent-ils un accident ? Dans ce cas, il faut renoncer aux dithyrambes d’usage courant. Ou bien ont-ils échoué ? Alors, la question de leur aptitude à s’insérer, mieux ici ou moins bien là, doit être examinée. J’espère avoir convaincu, qu’en dépit d’une solide tradition, le problème de l’économie cistercienne a donc besoin d’être repris.

  • 6 J’ai consacré divers travaux à l’abbaye de Clairvaux : « La vie économique de l’abbaye de Clairvau (...)

4Ayant en charge le nord-ouest de l’Europe, archipel britannique excepté, il m’a semblé qu’il fallait faire un choix géographique. Je me suis attaché exclusivement aux régions de plateaux et de plaines alluviales, d’âge jurassique, crétacé ou d’époque tertiaire et quaternaire. Le mobile est clair et ne souffre guère de discussion sur le principe : il faut dessiner une zone de paysages et d’aptitudes assez homogènes, dans l’ensemble sans reliefs accusés, peu forestière, particulièrement vouée aux céréales, voire à l’élevage localisé ; en outre, nous avons là une région de peuplement ancien et abondant, une partie du royaume ou de l’Empire de grande unité politique, j’y reviendrai. J’ai donc écarté à l’ouest la Normandie au-delà de la Dive, au sud le Berry non solognot (ce qui au reste importe peu en raison d’une très légère et tardive implantation cistercienne dans cette région), à l’est les côtes des Bars et de Meuse, au nord les terres de Hollande et de Frise. Procédant ainsi, je me suis privé de Clairvaux, de Pontigny, d’Orval ou de La Trappe, et, pour la première au moins, j’espère que le lecteur appréciera mes mérites6.

5Ce cadre dressé, il me faut fixer une grille de questions et y soumettre ce que l’on sait des Cisterciens en ces régions. La première série des interrogations pourrait se résumer en une seule : les moines blancs arrivent-ils bien ? Je veux dire par là qu’il faut mesurer si, dans cette zone, les possibilités de recrutement local, la disponibilité de sols à céder ou, si l’on veut, les chances d’une insertion aisée dans le tissu économique et social leur sont favorables. Il faudra ensuite s’interroger sur les conditions de cette intégration, mesurer si la nature de l’organisation économique, le niveau des techniques s’adaptent aux pratiques locales, les confortent ou les heurtent, en d’autres termes si l’insertion est volontariste, artificielle, fragile ou, au contraire, souple, naturelle, durable. Enfin, se posera le difficile problème du bilan de l’action cistercienne, non en elle-même mais comme moteur des progrès économiques ou des améliorations sociales. Pour chacune de ces interrogations, malheureusement, un voile dissimule quelque peu la réalité ; il nous est difficile, impossible même, de faire la part soit de la piété du moment, c’est-à-dire de motivations irrationnelles susceptibles de forcer les réalités économiques, soit de la conjoncture, par exemple le poids du prestige personnel d’un individu, saint Bernard ou le roi de France, là aussi en mesure de vicier une analyse purement matérielle des faits ; mais dans ce secteur, que ne peuvent prétendre éclairer ni les préambules stéréotypés des chartes, ni les dithyrambes intéressés, l’historien ne voit pas assez clair pour faire leur part aux reins et aux cœurs.

1. Les Cisterciens arrivent-ils bien ?

  • 7 Citons une fois pour toutes les monographies régionales touchant l'aire considérée, étant entendu (...)

6S’il fallait caractériser d’une expression la zone que j’ai retenue, je la qualifierais de « vieux pays franc ». On y observe en effet une homogénéité dans le peuplement et une harmonie dans le semis d’habitat très remarquables, au-delà des nuances locales que je ne cherche pas à esquiver : Boulonnais, Beauce, Sologne, Flandre maritime. D’une part, cette région est de communications très faciles, offrant un réseau de rivières en majorité orientées sud-est - nord-ouest, coupé orthogonalement soit par d’autres cours d’eaux comme l’Oise, la Meuse moyenne et l’Escaut, soit par des itinéraires piétons, celtes ou romains. La circulation des produits du sol et du sous-sol y est donc ancienne et intense. De ce fait, l’habitat, après la forte remise en ordre des ixe et xe siècles, s’offre sous l’aspect d’unités villageoises de type nucléaire, sites souvent anciens, dont les toponymes — pour les 4/5 au moins — sont antérieurs à l’an mille. Le semis urbain est relativement égal, plus dense au centre de la région, zone de la « France » au Vermandois, mais, ce qui importe le plus ici, sans agglomérations aux exigences alimentaires dévoreuses ou aux traditions dominatrices du plat pays, comme on en trouverait maints exemples plus au sud. De ce fait — et autant qu’on puisse l’estimer — une population nombreuse, largement paysanne, ne laissant plus guère d’espaces non pénétrés7.

  • 8 Outre les observations figurant dans les ouvrages cités note précédente, voir les c.r. à paraître (...)

7Sur ce dernier point, en effet, celui de l’occupation du sol, nous sommes en présence d’une région au dynamisme économique ancien et fort. Sans doute n’est-elle pas la première à s’animer lors de l’éveil agricole et démographique du xie siècle ; la France méridionale ou centrale l’a précédée. Mais les études faites ici et là permettent d’en placer les premiers signes, moulins, forges, charrues, etc., autour de l’an mille, au plus tard 1050-1080. Les sols sont dans l’ensemble de bonne qualité, souvent recouverts de limons excellents, et les progrès de la culture céréalière y ont été rapides ; rapide aussi la disparition des zones d’abord répulsif, « brennes », « riès », « savarts », comme celles du Berry nord ou de la Flandre. Outre une couverture forestière naturelle peut-être légère, en tous cas très largement abattue depuis la protohistoire, ce qui subsiste vers 1130 ou 1150 de forêts, en Picardie, en Normandie, au Brabant, paraît préservé plus par souci de ménager le pacage que par impuissance technique ou faiblesse démographique. D’ailleurs, même dans les zones peu attractives, comme l’a montré récemment Adrian Verhulst pour le confluent de la Lys et de l’Escaut, la microtoponymie permet de constater que l’occupation des sols (manses et « koutter ») est complète, même si le système de mise en valeur exige encore d’assez vastes espaces de culture extensive légère ; et j’ai essayé, quant à moi, d’en fournir un exemple identique plus au sud, près de Montreuil8.

  • 9 Hennebique(R.), « Espaces sauvages et chasses royales dans le nord de la France... », dans Revue du (...)
  • 10 Je me suis efforcé de dresser un tableau de ces différences géographiques dans : Enfance de l’Euro (...)
  • 11 Voir avec la bibliographie nécessaire Fossier (R.), Chartes de coutume en Picardie ( xie-xiiie), P (...)

8Sur ces plaines, les gros ensembles territoriaux, particulièrement les morceaux du fisc antique puis royal, demeurent en gros paquets, parfois aux mains mêmes des princes ou de leurs serviteurs immédiats9. Et voici un troisième trait original : le poids de l’autorité publique y est plus fort que partout ailleurs dans l’Europe du temps, Angleterre ou Italie normande exceptées. Non seulement cette zone est le cœur du domaine personnel du Capétien, mais aussi de princes qu’on cite souvent, soit pour la force de leur contrôle économique ou politique, Flandre, Normandie, soit pour leur fidélité à leur seigneur, comtes de Vermandois, de Hainaut ou de Ponthieu, dignitaires ecclésiastiques d’Empire. L’un des effets de cette situation fort rare est que l’éparpillement de l’autorité jusqu’aux niveaux inférieurs de la pyramide sociale ne s’est pas effectué comme ailleurs ; les châtelains n’y sont pas « indépendants » ; les chevaliers restent des garnisaires sans fief ; les « nobles » ne forment pas une classe ; les seigneurs maîtres du ban resteront rares jusqu’au terme du xiie siècle ; nous ne sommes ici ni au Mâconnais, ni au Poitou, ni en Provence10. Cette société est donc très cohérente, très hiérarchisée, sans fissures ou rivalités évidentes, L’esprit d’association horizontale s’y est donc, très tôt, plus tôt que partout ailleurs, développé à chaque niveau de la société ; les villes d’Italie ont pu débuter précocement leur émancipation, ce sont celles de la Somme, de l’Oise et de l’Escaut, qui ont atteint le but les premières, depuis 1077, 1090, jusqu’en plein xiie siècle ; quant aux villages, il est à peine besoin de rappeler, j’espère, que c’est là le pays des plus solides et des plus amples franchises, Espagne exceptée, la zone de Prisches, de Lorris, pour ne pas parler de Beaumont toute proche et de tant d’autres11.

9Au total donc, et cette mise au point n’est en rien excursive, une trame sociale dense, à mailles serrées, un sol fortement tenu et sollicité, un dynamisme dont l’essor premier est du xie siècle débutant.

  • 12 Moreau (E. de), Histoire de l’Église en Belgique, Bruxelles, 1945, t. III. Cartes, assez confuses d (...)

10« Vieux pays franc » ai-je dit ; j’aurais pu tout de suite ajouter « et intense foyer chrétien ». En dépit, ou peut-être à cause d’une christianisation somme toute tardive, guère achevée avant Charlemagne très au nord, des foyers de piété, des centres intellectuels se sont multipliés. Toutefois, ici, il faut nuancer largement cette constatation : le plus souvent, on a le sentiment que l’impulsion est venue de l’extérieur ; que même d’illustres couvents, comme Corbie, Le Bec, Saint-Denis, Saint-Bavon ou Saint-Bertin n’ont pas pris d’initiatives réformatrices ou évangélisatrices ; que c’est des terres celtiques ou aquitaines, jadis de Lotharingie ou de Bourgogne ensuite, que sont venus ermites, évêques ou abbés ; à cet égard, le mouvement de Gorze, puis plus tard celui de Cluny, l’effort grégorien aussi, ont très profondément mordu sur cette Francie du nord, et il n’y a guère que l’Italie ou le val de Saône qui offrent une pareille densité d’établissements religieux de toutes sortes12. Outre les 22 sièges cathédraux, il faut compter, en effet, 147 abbayes ou prieurés clunisiens ou d’ancienne observance bénédictine, assez également répartis : 32 entre Seine et Cher, 38 en « France », 32 en Picardie, le reste par moitié en Champagne ou aux pays mosan et flamand. À l’extrême fin du xie ou au tout début du xiie, se développent également sur place, la congrégation d’Arrouaise et celle de Prémontré, en plein cœur de notre région, et qui y implantent plus de 130 maisons d’hommes ou de femmes. Les Templiers, venus de Champagne, ont là — et de très loin — leur principale zone d’influence, plus de 200 commanderies. Enfin, Jean-François Lemarignier a montré que le développement des collégiales, généralement d’inspiration familiale et seigneuriale, y a trouvé, de 1075 à 1150, son principal théâtre de floraison.

  • 13 Moreau, Villers-en-Brabant, op. cil. ; communication de S. Lebecq.

11Je me résume : avant 1120 ou en tout cas 1150, il existe sur cette région, déjà fortement tenue et exploitée par les laïcs, plus de 650 organismes ecclésiastiques, disposant d’un temporel et de droits divers sur les hommes, soit en moyenne un pour trois ou quatre villages. Cette floraison est, je l’ai dit, sans autre exemple régional, me semble-t-il, que l’Italie. La région offre donc — Prémontré excepté, encore est-ce l’œuvre d’un Allemand — la particularité d’avoir reçu plus que donné, et ceci importe évidemment pour l’histoire de Cîteaux ; on peut sans doute admettre que c’est la richesse du sol et l’abondance des hommes, donc la certitude de vocations en nombre suffisant, qui attira moines et chanoines. Ce problème débouche pourtant sur une difficulté : dans ces régions, la piété et la ferveur des populations ne s’est pas traduite, au Moyen Age, avec autant de vigueur qu’ailleurs, sauf peut-être en quelques zones d’exception, Flandre, confins du Maine ; lorsqu’ils partent, sans hâte excessive, à la Croisade, les nobles du Boulonnais, du Brabant, de Picardie ou du Valois ne déploient pas un zèle pieux digne des éloges de la chronique, pour ne pas parler des Normands aux motifs pour le moins ambigus. Pourtant, les communautés cisterciennes seront abondantes : Vaucelles ou Villers-en-Brabant compteront plus de 100 moines et 300 convers chacune vers 118013. En sorte que je me demande, pour résoudre cette contradiction, s’il ne faudrait pas plutôt établir un lien entre le recrutement abondant, eu égard au nombre des couvents demandeurs, et une structure familiale s’orientant très tôt vers la primogéniture et dégageant un volant de cadets disponibles ; la forte population et le peu de terres à hériter a pu ici jouer dans ce sens imprévu, mais on en tirera vite une conséquence importante : ces pratiques étant aristocratiques, le recrutement des moines le sera aussi ; pour Cluny ou Prémontré, c’est chose connue ; mais cette contrainte, Cîteaux disait la refuser.

  • 14 D.H.G.E., art. cit. ; Moreau, Histoire Église ; Devailly, op. cit., 281.
  • 15 Devailly, op. cit., 468.
  • 16 Ibid., 283 ; Higounet, Vaulerent, 16 ; communication S. Lebecq.

12En dépit de circonstances, dont le lecteur a bien vu, j’espère, qu’il y en avait bien peu qui lui aient été favorables, Cîteaux a cependant essaimé ici. Mais elle l’a fait quasi de force et du dehors. Ce que l’on sait des conditions de fondation montre que la part des interventions princières est très forte : du roi, comme pour Ourscamp ou Chaalis sans compter Royaumont ; plus tard, des comtes de Flandre, de Saint-Pol, de Ponthieu, de Blois, du duc normand, mais aussi d’ecclésiastiques, archevêque de Bourges, évêques de Liège, de Laon, etc.14. C’est d’ailleurs sur cette zone que s’étendit en premier lieu la garde royale15. Ceci n’exclut pas les initiatives plus modestes, mais au niveau des donations initiales ou précoces en faveur d’une grange, comme on l’a noté en Berry, pour Vaucelles ou à Vaulerent16 La paysannerie, la petite aristocratie n’ont pas rechigné sous l’effet du premier élan cistercien à offrir des terres ou de l’argent, comme partout ; en revanche, il est frappant de noter combien les titulaires de seigneuries moyennes sont demeurés réticents : les collégiales sans doute leur coûtaient déjà trop cher ! Ici, pas de milieu : princes ou humbles. On voudrait pouvoir juger si le recrutement des moines, dont je parlais tout à l’heure, a reproduit cette image : malheureusement, à l’exception de quelques listes de moines témoins, au Gard ou à Valloires, et d’ailleurs d’emploi difficile, rien n’est utile avant 1200 et au-delà.

13Il reste un dernier élément à présenter pour comprendre cette installation difficile, mais il est fondamental. En s’en tenant aux seuls monastères masculins, 64 abbayes ont été fondées sur l’aire considérée, un dixième de tout l’effectif cistercien, un dixième du total des établissements de la région. La répartition du rythme et de la provenance est particulièrement instructive :

  • 17 Dans le volume collectif Bernard de Clairvaux, op. cit., notamment 185 et sq., 339-348. Dans les M (...)

14La part de Clairvaux et de sa filiation, 49, soit 73 %, est écrasante, plus qu’elle ne l’est sur l’ensemble des monastères de l’Ordre ; d’autre part, la période d’implantation massive est très brève, 44 entre 1126 et 1155 ; enfin, l’arrêt est brusque et quasi définitif après cette date. Il ressort à l’évidence, ce que bien d’autres sources d’ailleurs nous disaient, que l’implantation des Cisterciens en France du nord et aux Pays Bas est, avant toute chose, l’œuvre de saint Bernard ; qu’elle y a donc quelque chose d’artificiel, d’explosif, de forcé, puisque l’abbé de Clairvaux n’avait dans ces régions nulle attache familiale ou spirituelle, que l’Ordre n’y était ni nécessaire ni favorisé. Alors, s’agit-il d’un essaimage, j’allais dire d’un « quadrillage », comme Cluny en avait pratiqué en son temps ? De la faveur royale dont on sait, en effet, que Bernard y tenait fortement ? D’une rivalité avec les moines noirs ? Ou, pis, d’un intérêt bien compris pour les gras revenus probables en cette région peu pourvue cependant des « déserts » en principe convoités par Cîteaux17 ?

15En tout cas, à ma première question, la réponse, à présent, ne doit faire de doute pour personne. Dans la région dont je m’occupe, où ne restaient plus que des miettes à gagner, où se bousculaient les compétiteurs, les Cisterciens n’étaient pas attendus, ni sans doute souhaités ; les structures locales ne leur étaient pas favorables. Les princes et l’abbé de Clairvaux les y ont pourtant imposés. Il importe donc de voir comment ils ont tenté de s’y enraciner.

2. Les Cisterciens s’intègrent-ils bien ?

  • 18 Cf. note 5.

16Il ne saurait être question de dresser, même brièvement, un tableau des prescriptions économiques progressivement fixées par le Chapitre général de l’Ordre dans la mise en valeur des biens abandonnés aux communautés pour leur permettre de vivre sans trop dépendre de l’extérieur. De même est-il bien inutile de s’interroger sur le réalisme du retrait absolu au désert dans un monde qui, au même moment précisément, s’engage vers l’économie de marché ; soulignons seulement qu’il y a toujours quelque conservatisme mental dans le contemptus mundi et que toutes les réformes monastiques, les unes après les autres, ont eu quelque chose de « réactionnaire » au sens exact du mot. Toutefois, chez les Cisterciens, je le rappelais tout à l’heure, c’est ordinairement leur « progressisme » qui est loué : en sorte qu’on ne parvient à résoudre cette contradiction qu’en leur attribuant une volonté de réformer la vie économique ; et si on en fait crédit aux moines — d’ailleurs sans preuve certaine — on a le choix entre l’hypothèse de L. Grill : il s’agit d’ébranler le nuisible ordre féodal pour soulager les hommes, ou celle de Champier : établir un faire-valoir direct, seule solution rentable à l’exploitation du sol, paralysée par le vieux régime « domanial »18.

  • 19 Communication de S. Lebecq.
  • 20 Higounet, Vaulerent, 32 et Types ; Lohrmann (D.), « La grange de Troussures-Sainte-Eusoye et le déf (...)
  • 21 Higounet, Vaulerent, 24.
  • 22 D.H.G.E., art. cit. ; Devailly, op. cit., 280.
  • 23 Henocq, op. cit., et Fossier, Cisterciens Picardie, op. cit.

17Je me garderai de prendre parti dans une alternative qui repose sur des problèmes de principe ; je suis personnellement convaincu qu’il y a moins d’arrière-pensées dans l’esprit des abbés et des moines que ne leur en prêtent ces deux auteurs. Au reste, ce qui m’importe, c’est le cas d’espèce de la France du nord. Or, je suis immédiatement frappé par la contradiction formelle qui existe entre les usages de gestion cistercienne et ceux qu’on pratiquait avec de plus en plus de force dans la région en question. D’un côté, l’installation dans un « désert » présumé, mais qui ira jusqu’à l’enclôture du sol, réservant autour du monastère même de très gros paquets de terres (1 575 ha sur les 3 000 de Vaucelles)19, ou autour des granges ainsi soustraites du terroir villageois. Or, il ne s’agit pas de n’importe quels sols ; la volonté de mettre la main sur des terres de qualité, qu’on pourra ensuite remembrer en « bouverots », en « censes », comme on dit en Champagne ou aux Pays Bas, de plusieurs centaines d’hectares chacun, ne fait pas plus de doute ici qu’ailleurs : là où on a étudié les étapes de formation des granges, Vaulerent ou Troussures pour Chaalis par exemple20, on distingue facilement, après l’étape des aumônes anarchiques, une lente ascension des achats et des échanges, surtout après 1200, pour combler les interstices ou éliminer les morceaux inutiles, médiocres ou trop lointains21. On doit d’ailleurs rappeler que les « donations initiales » ont très souvent facilité cette politique : même en exceptant le cas des six abbayes de l’obédience de Savigny, passées en bloc à l’Ordre en 1147, et donc déjà constituées, beaucoup de sites avaient été précédemment soit celui de communautés irrégulières, ainsi les Dunes (1138), soit celui d’un ermitage vénéré22. On put même pousser le souci de cet isolement rentable jusqu’au déplacement du site initialement cédé ; créé à Balance, près de Crécy en 1131, une communauté gagna Valloires sur l’Authie en 1145, prit ce nom et l’emporta encore un peu plus loin en 1 16023.

  • 24 « Les granges de Clairvaux et la Règle cistercienne », dans Cîteaux in de Nederlanden, 1955, 259-2 (...)
  • 25 D.H.G.E., art. cit. ; communication S. Lebecq.
  • 26 Ouvrages cités note 3 pour Ourscamp, Valloires, Val-Saint-Lambert.
  • 27 Idem pour Beaubec, Chaalis, Preuilly, Villers, Val-Dieu ; cf. aussi Higounet, Types ; et communica (...)

18Sur le cas de Clairvaux, j’ai tenté, voici plus de vingt-cinq ans, d’esquisser une typologie de ces granges, précisément en fonction des conditions successives de leur formation24 ; admise ici et là, par D. Lohrmann ou C. Higounet par exemple, cette répartition mériterait, je crois, d’être testée dans tous les cas que nous connaissons dans la région. En effet, j’ai cru observer que sur les meilleures terres, souvent anciennement cultivées, se formaient, en quelques années seulement, des blocs compacts, concentrés, imperméables à l’action extérieure, mais ne débordant pas ce lot initial ; qu’au contraire, les terres les plus neuves, et souvent à la suite d’achats, donnaient naissance à des ensembles rappelant un peu la villication carolingienne : granges et maisons dépendantes plus ou moins éloignées, type plus souple, évidemment susceptible d’évolution et d’une adaptation économique plus grande. À première vue, mais je ne me borne ici qu’à une impression, cette dernière catégorie paraît assez rare dans le nord-ouest de la France et les Pays Bas ; la très forte occupation du sol tout autour de la donation primitive de la grange, à moins que ce ne soit l’arrêt très rapide des aumônes (plus rien à Chaalis après 1202 et 1248, à Valloires après 1225, etc.) le justifieraient25. Mais on peut en tirer l’observation de sérieuses difficultés à appliquer alors le principe de la grange avec convers nombreux. Pourtant, en dépit des obstacles locaux, l’Ordre, indifférent à ces contingences, a maintenu l’idée fondamentale : toutes les abbayes auront des granges, mêmes réduites, et tout de suite créées et dotées : 7 à Ourscamp entre 1130 et 1153, 6 à Valloires de 1138 à 1163, 9 au Val-Saint-Lambert avant 1210, etc.26. Alors qu’avec 28 000 hectares, Clairvaux n’avait que 22 dépendances, Chaalis en a 15, Preuilly 11, Vaucelles 17, Villers 16 avec des surfaces beaucoup plus petites, et même le Val-Dieu 14 avec un temporel de 1 500 hectares au total ou Beaubec 13 avec 800 hectares27. C’est donc bien une volonté de créer des blocs de faire-valoir direct au milieu de terroirs qui pratiquent largement l’acensement, et dont les usages communautaires d’openfield, pacage sur la jachère notamment, plus tard rotation des soles, exigent une entente sans faille de tous les exploitants.

  • 28 D.H.G.E., art. cit. ; Fossier, Granges ; Gatheron (R.), « Sur la continuité du rôle agraire des Ci (...)
  • 29 D.H.G.E., art. cit. ; Fossier, Cisterciens Picardie ; Henocq, op. cit. ; Moreau, Villers.
  • 30 Berthold-Mahn, op. cit., 103.
  • 31 Ibid., 107-113 ; Devailly, op. cit., 505 ; Moreau, Villers.
  • 32 D.H.G.E., art. cit. ; Berthold-Mahn, op. cit., 116.

19En contradiction, sinon en opposition ouverte avec les usages de l’openfield chartrain, picard ou brabançon, les moines blancs ont assez vite aggravé leur cas dans le domaine des rapports humains. Il est juste de dire que cette fois la déviation est certaine par rapport aux principes, et probablement involontaire. Affirmée en 1119, puis plus fortement encore en 1134, on connaît l’interdiction de posséder des hommes, des droits seigneuriaux ou des machines ; on renouvellera inlassablement l’interdiction après 1190 et jusqu’en 1242 où sa vanité apparaîtra évidente28 ; les manquements datent de 1164 à Ourscamp, 1185 à Valloires, 1202 à Villers-en-Brabant ; en 1222, Le Gard exige même des tailles de ses hommes29. Le problème des dîmes est de même nature bien qu’à deux faces ; d’un côté, l’Ordre avait demandé, à l’exemple des Bons Hommes de Grandmont, à être exempté30 : quant à elle, Cluny le lui avait consenti, mais bien d’autres abbayes s’y refusèrent, tout comme des laïcs, entraînant d’interminables procès, comme ceux que soutinrent Villiers-en-Brabant, Clairmarais ou Les Vauxde-Cernay31 ; le ive concile de Latran, en passant l’éponge sur tous les cas antérieurs à 1214, mais en prévoyant le paiement des dîmes pour les sols qui seraient acquis ultérieurement, déclencha, sans le vouloir, un phénomène de riposte ; obligés à payer, les Cisterciens se retournèrent contre leurs hommes et exigèrent âprement les dîmes ; la pratique en existait d’ailleurs en Allemagne depuis 1170 ; elle se note au Brabant après 123032.

  • 33 Fossier, Cisterciens Picardie.
  • 34 Higounet, Types.
  • 35 Fossier, Cisterciens Picardie.

20Il y eut de plus graves causes de mésentente avec la paysannerie. La création des grosses unités d’exploitation cisterciennes sur des sols de qualité aurait pu être le point de départ d’un développement d’habitat, si la mise en valeur des terres ne s’était tout de suite bloquée sur le plan de l’exploitation directe ; dès lors, deux cas se présentèrent aux moines, tous deux périlleux pour la paysannerie avoisinante : ou bien la grange naît sur un espace déjà en culture, voire au coeur d’un hameau, et ce dernier est, plus ou moins vite, vidé de ses habitants sans qu’on connaisse bien les étapes : un maire monastique d’abord puis une expulsion ? L’abbaye de Vaucelles nous a laissé des exemples de ces coups de force aux limites du royaume et de l’Empire, à Baudivat, Epéhy, etc, entre 1137 et 117033. Ou bien le sol était vierge ou forestier, dans quelques autres cas largement à l’écart d’un village : alors le remembrement progressif autour des bâtiments neufs de la grange a contribué à retrancher du terroir des terres différemment travaillées, comme à Vaulerent34 ; en pays d’openfield, c’était évidemment compromettre ce que la communauté paysanne attend du bois, zone de pacage et de cueillette usagère. On doit donc s’attendre à des heurts assez vifs avec les rustres, particulièrement là où la formation des groupements villageois est forte et précoce, comme je l’ai constaté en Picardie : nous n’y avons pas trace de violences physiques, semblables à celles dont furent victimes les Clunisiens, lorsqu’au début du xiiie siècle leur administration seigneuriale apparut par trop pesante et archaïque. C’est que les Cisterciens ne sont que peu les maîtres de domaines acensés ; en revanche, les procès s’éternisent comme celui qui opposa, de 1176 à 1191, sur les dîmes et les usages au bois, l’abbaye du Gard et les bûcherons de Longuevillette au sud de Doullens35.

21Par souci d’adaptation au fur et à mesure des résistances rencontrées, ou simplement parce qu’ils y furent acculés lorsque fléchit — assez vite — la ferveur populaire et la générosité, les Cisterciens suivirent deux voies de secours, au reste bien différentes de tracé.

  • 36 Berthold-Mahn, op. cit., 105 ; D.H.G.E., art. cit. ; Fossier, Granges ; Lebecq, Vaucelles.
  • 37 Berthold-Mahn, op. cit., 116.
  • 38 Verhulst, Paysages agraires, 113 ; communication S. Lebecq ; Moreau, Villers ; Van Derveeghde, Val (...)
  • 39 Deck, op. cit.
  • 40 Lebecq, Vaucelles ; Lohrmann, Troussures ; Higounet, Vaulerent, 52.

22La première, en contradiction évidente avec les prescriptions et l’idéal initiaux fut la mise en loyer. Au départ, c’est-à-dire vers 1175 (Valloires), 1179 (Vaucelles), 1182 (Villers) il ne s’agit que d’accepter des censives, voire d’en acheter et de faire déguerpir le travailleur36 ; les difficultés de cette « solution finale » amenèrent à conserver le locataire ; généralement, il s’agit de redevances en nature, terrages ou champarts ; on justifie au Chapitre ces manquement, en faisant valoir que certains « bouverots », insuffisamment céréaliers, auraient sans cela peine à se nourrir et s’exposeraient aux périls des opérations commerciales. En 1208, le Chapitre consentit à justifier ces achats « en cas de besoin » pour les convers ; puis, en 1224, il lâcha la bride37. Il est vrai qu’à cette date, les aumônes sont taries ; taries aussi très souvent les possibilités d’achat : les caisses sont vides, le sol est « plein ». Alors apparaît la mise en fermage : Ter Doest en donnerait un premier exemple en 1243, puis Vaucelles, vingt ans plus tard ; ensuite, le mouvement s’étend : Villers-en-Brabant, le Val-Saint-Lambert, Vaulerent, Le Gard38 ; c’est l’amorce d’une deuxième phase, celle du lotissement où se conjuguent un endettement acculant le couvent à la liquidation, et une rétraction des vocations, contraignant à déléguer les biens : un des plus anciens exemples, celui de Beaubec, en 1305, titre son intérêt de ce que le retournement de la politique de l’Ordre entraîne des effets eux aussi inversés ; le lotissement à Beaubec s’accompagne d’un acte d’« abergement » qui attire les paysans ; un village, celui de Criquiers, naît de la grange mutilée, comme on en a vu d’autres cas en Bourgogne ou en Allemagne39. Après 1330, Vaucelles, Ourscamp, plus tard, la grange de Vaulerent suivront ces exemples40.

  • 41 Bouton (Jean de la Croix), « Saint Bernard et les moniales », dans Mélanges SaintBernard, op. cit. (...)
  • 42 Fossier, Cisterciens Picardie.

23Si la diminution du nombre des convers ou même des moines contraignait les abbayes d’hommes à reculer devant un faire-valoir direct, devenu impraticable faute de bras, les abbayes de femmes, dès leur fondation, y avaient été conduites. On dédaigne ordinairement beaucoup cette branche vivace de l’Ordre. C’était là pourtant une autre voie de développement, dont il faut d’ailleurs dire tout de suite que l’influence fut plus sociale qu’économique. Dès 1120, saint Bernard avait vivement encouragé ces vocations féminines, fortement œuvré aussi pour rattacher à Cîteaux des communautés moribondes, comme celle du Tart ; mais son effort (36 monastères à sa mort en 1153) avait été surtout bourguignon41. Il me semble donc qu’en ce qui concerne notre région, le mouvement assez modeste (18 couvents), tardif (Le Verger et Le Vivier en 1225, Flines en 1234, Royaumont en 1238, etc.), géographiquement très localisé (surtout la Normandie, la Flandre et l’Artois) avait plutôt pour but d’offrir aux filles nobles l’abri que les structures des familles aristocratiques les contraignaient à chercher hors du siècle ; la commassation de terres est alors très secondaire : Le Paraclet ne possédait que 600 hectares dont 100 étaient lotis, le reste étant cultivé par des journaliers42.

24Est-il possible de répondre à présent à ma deuxième interrogation ? Certainement avec moins de netteté que j’ai pu le faire tout à l’heure ; car le bilan est partagé. Dans l’écosystème médiéval classique, celui des intérêts partagés, de l’équilibre entre pacage et labours, d’un habitat en harmonie avec un terroir ouvert, l’irruption des Cisterciens ne peut être considérée que comme désastreuse : en rompant l’esprit communautaire, en expulsant des hommes, en fermant le paysage, et cela sans pourtant parvenir à maintenir l’austère intégralité de son isolement, l’Ordre a porté préjudice aux villageois. Mais à l’inverse, on peut plaider, en un deuxième temps, en faveur des remembrements et des mises en ferme auxquels l’avenir devait réserver une place de choix dans l’évolution des campagnes d’Occident ; naturellement, je n’aurais pas de peine à démontrer que telle n’était point l’intention des pères fondateurs, et que, de surcroît, cette évolution, presque « capitaliste », a surtout profité aux laboureurs déjà aisés et non aux pauvres ou aux moines. Mais l’arbre doit être jugé à tous ses fruits et ceux-ci ne sont pas amers.

3. Les Cisterciens vont-ils jouer un rôle moteur ?

25Au reste, les laudateurs de l’Ordre ont vite fait de dresser en face de ces ombres un tableau de lumière ; de quelque prix qu’ils l’aient fait payer aux autres, les moines blancs ont pris la tête de l’essor agricole : on leur doit mille choses qu’ils inventèrent et ont été le fer de lance de l’économie médiévale. La proposition est d’importance et il est essentiel de la tester dans une région qui passe précisément pour avoir été à l’avant-garde, sinon à la tête, de l’expansion.

  • 43 Cf. les observations contenues dans les ouvrages cités note 7.
  • 44 Fossier, Terre et hommes, op. cit., 331-345.

26Sans préjuger de la réponse, mais seulement pour bien fixer la ligne de départ, il faut d’abord rappeler qu’à leur arrivée en France du nord ou au Pays Bas, entre 1130 et 1160, il y a belle lurette que tout avait commencé ; j’ai dit plus haut que charrues, forges, moulins à grains et même à fer sont assurés avant 1100 ; les cultures délicates comme la vigne ou la guède remontent loin dans le temps et sont le fait de gens des villes ou d’autres monastères ; quant au commerce, les péages, depuis 950, égrènent des tarifs qu’on ne voit en rien se gonfler ou évoluer sous quelque action cistercienne. Ne nous laissons donc pas emporter par l’enthousiasme. Quant aux défrichements, ils sont à présent assez bien connus dans ces régions pour qu’on puisse en faire remonter à 1050-1080 les premières manifestations puissantes, sans préjudice d’essais plus modestes et plus anciens43. Enfin, si je ne crois guère personnellement à l’« assolement » du fisc carolingien d’Annappes au ixe siècle, je puis en revanche fournir forces preuves, et rien moins que cisterciennes, dès le début du xiie siècle, en Picardie, de pratiques de double emblavement, et même de rotations occasionnelles44. Il est donc sage de compter tout d’abord nos pièces.

  • 45 Cité par Champier, art. cit.
  • 46 Cf. surtout les observations D’higounet, Types ; Duby, Le monachisme, art. cit. ; Fossier, Granges

27Incontestablement, les Cisterciens ont été soucieux de bien produire. Non parce que saint Bernard conseillait aux moines de s’installer là où le grain rendrait « cent pour un »45, car ceci parlerait plutôt en faveur d’une fort grande ignorance des choses de la terre, mais parce que se libérer des entraves politiques et juridiques, d’une part, et, d’autre part, organiser le travail dans les conditions alors les meilleures de rentabilité, main-d’œuvre volontaire gratuite et active, procuraient à l’Ordre les éléments dont l’absence chez les laïcs ou d’autres religieux freinait indiscutablement la productivité. Il s’agit bien, en effet, me semble-t-il, d’un problème de cet ordre, trop souvent esquivé : dévots qu’aveugle l’admiration ou sceptiques qui ne font que constater des progrès ne vont pas toujours jusqu’aux causes structurelles. C’est l’organisation du travail à l’intérieur des communautés qui explique la rigidité et l’ampleur des progrès, bien plus qu’un zèle quasi surnaturel ou au contraire, une âpreté au gain dont on ne voit pas par quelle faille de la Règle elle se serait, dès l’origine, introduite dans l’Ordre : production entièrement autonome, pas de frais salariaux, des liquidités obtenues par aumônes. Tant que le recrutement des convers ne se tarit pas, non plus que la générosité des fidèles, ce système fonctionna parfaitement, et d’autant mieux que le nombre des moines ou l’ampleur des terres restaient modestes. À cet égard un optimum, d’ailleurs variable selon les possibilités de productivité locale, devrait pouvoir être calculé, où entreraient en compte production, consommation, nombre des hommes, pour dégager le type le plus équilibré de la grange cistercienne, unité d’exploitation quasi autarcique46. Mais je m’éloigne de l’étude régionale.

  • 47 D.H.G.E., art. cit. ; Devailly, op. cit., 293 ; Higounet, Vaulerent, 25.
  • 48 Champier, art. cit. ; Henocq, art. cit.
  • 49 Cf. les observations de R. Noël dans Aureavallis, op. cit.
  • 50 Lebecq, Vaucelles ; Devailly, op. cit., 293.
  • 51 Devailly, ibid.
  • 52 D.H.G.E., art. cit. ; Fossier, Granges.

28C’est au travail du sol que l’on pense d’abord en évoquant l’œuvre des moines, et il ne manque pas, en effet, de miniatures ou de procès qui ne nous les montrent ou les révèlent laboureurs, vendangeurs ou bûcherons. S’installer « au désert » n’implique pas, je l’ai dit, la recherche de sols de mauvaise qualité ou le refus de donations prometteuses. Il est bien entendu que les créations ne manquent pas, qui furent faites dans les broussailles : Cercamp, Chaalis, Noirlac, ce qui d’ailleurs diminue quelque peu la beauté du geste du donateur ; c’est racheter son âme au rabais47. Mais en définitive, soit tout de suite, soit après cette politique de réajustement foncier, dont j’ai dit un mot, la majorité des établissements se trouve dans des conditions très satisfaisantes ; une négociation a pu aussi permettre un choix entre plusieurs sites possibles ; on a même l’impression que les implantations initiales dans un site discutable, comme les clairières isolées, n’ont été admis que parce qu’il s’agissait de sites d’occupation humaine très ancienne, par exemple gallo-romaine, et ultérieurement délaissés : ainsi, à Valloires, à Noirlac, au Gard48 ; souvent, en outre, l’archéologie ou la palynologie, comme à Orval, ont fourni la preuve d’une activité agraire ancienne49. En revanche, ce qui est le plus net, c’est qu’au moment de la fondation des granges dépendantes, il s’agit sans conteste de les implanter, à la suite du mouvement de commassation, dans des sites correspondant au mieux au type d’économie qu’on entend y développer, qu’il s’agisse de zones de polders et d’élevage comme pour Vaucelles ou Bourbourg en Flandre maritime, de bois à exploiter comme à Noirlac ou aux Vaux-de-Cernay50. On a même des signes de refus de terres médiocres passé le milieu du xiie siècle, comme dans la Brenne berrichonne51. Le Chapitre général se voit contraint de prescrire des règles assez strictes d’implantation, notamment des distances minimales entre les granges, mais la répétition de ces exigences, en 1180, 1183, 1184, 1185, 1188, 1190, 1195, 1196, 1198 en montre vraisemblablement la vanité ; pour Clairvaux j’avais naguère montré que seul l’intérêt de la communauté avait prévalu ; je ne pense pas qu’on trouverait autre chose ailleurs52.

  • 53 Fossier (R. et L.), « Aspects de la crise frumentaire en Flandre gallicante... », dans Recueil... (...)
  • 54 Fossier, Terre et hommes, 407-410 ; observations de même nature dans SIVERY, op. cit.
  • 55 Communication S. Lebecq pour Vaucelles ; Nazard, Villers ; Fossier, Cisterciens Picardie. Voir l’e (...)
  • 56 Higounet, Vaulerent, 42 et sq.

29Si le sol est bon et la main-d’œuvre active, la production doit être de qualité : en général, le grain blanc est le plus semé et les rendements — quand nos sources commencent à devenir précises — sont très forts : du 10 et même du 15 pour un à Notre-Dame-des-Prés de Douai, des femmes cependant, au début du xive siècle ; plus de 12 quintaux à l’hectare à Chaalis estime Charles Higounet, ce qui est du même ordre et atteint des chiffres dignes de la France de 190053. Attention ! aux mêmes moments et dans la région, des terres laïques ou celles d’autres religieux atteignent le même niveau ; ne nous laissons pas abuser54. Le problème particulier de la technique culturale a beaucoup captivé les chercheurs ; comme d’ordinaire, on a fait crédit aux Cisterciens d’avoir « inventé l’assolement triennal » : j’ai rappelé plus haut qu’il leur était antérieur sous ses diverses formes, double emblavement et jachère, rotation puis division du terroir en soles égales. Mais, naturellement, les moines inclinèrent à l’adopter pour eux-mêmes : on en a des signes pour 1133 à Vaucelles, 1162 à Ourscamp, 1194 au Gard, 1225 à Villers ; en réalité, cette fois encore, les mêmes dates se retrouvent en d’autres fonds d’archives, chanoines réguliers entre autres55 ; et si Charles Higounet a pu établir sans discussion qu’en 1246 la grange de Vaulerent est régulièrement assolée, c’est d’une part affaire d’archives, d’autre part qu’il faut entendre un assolement total et régulier, ce qui ne semble pas avoir été le cas des autres exemples56. En 1255, le Chapitre général lui-même s’intéresse à ces procédés, mais nous sommes alors dans notre région en pleine efflorescence de ces pratiques et la chose n’a plus guère d’importance. Par leurs domaines compacts et bien dominés, les Cisterciens font donc figure de pionniers, mais dans leurs résultats, ils ne sont que dans un peloton de tête.

  • 57 Parmi les auteurs cites au cours de cet exposé, c’est, semble-t-il, le cas de Chédeville, Higounet (...)
  • 58 Ainsi Devailly ou moi-même.
  • 59 Lohrmann, Troussures ; communication S. Lebecq pour Vaucelles ; Fossier, Cisterciens Picardie ; Ch (...)
  • 60 Fossier, Terre et hommes, 308 et sq.

30Naturellement, le problème des défrichements surgit à son tour très vite : les « moines défricheurs », beau thème historiographique, malheureusement aujourd’hui hors d’usage. Non que je dénie toute action de cette nature aux religieux, mais il me semble que pour certains d’entre eux, et les Cisterciens tout particulièrement, l’isolement du monde devait plus les conduire à préserver le bois qu’à l’abattre, et que les actes qui enregistrent les essarts, tous d’Église d’ailleurs et comme de bien entendu, ne faussent pas assez notre jugement pour qu’on n’y aperçoive l’œuvre des laïcs, capitale à mon sens. En ce qui touche plus spécialement les moines blancs et notre région, leur place et leur rôle dans l’extension du terroir arable font problème : de nombreux auteurs les en créditent généreusement57 ; d’autres nient ou réduisent amplement leur part, insistant au contraire sur la préservation des usages en forêt et les progrès des procédés de sauvegarde et de coupe58. En Picardie et un peu plus tard au sud, j’ai tenté, ainsi que d’autres, des appréciations quantitatives et comparatives : il y apparaît qu’il faut réserver aux Cisterciens, généralement à la suite de contrats avec les laïcs, de grosses entreprises globales, par exemple la forêt de Noirvaux pour la grange de Troussures, les 600 hectares du Bois du Géant pour Vaucelles, 1 800 hectares pour Valloires et 1 150 pour le Gard dans l’ancienne Vicogne, au nord d’Amiens ; plus au sud, près de 1 000 dans le Chartrain autour d’une grange des Vaux-de-Cernay59. Toutefois, livrés à euxmêmes, les convers vont lentement : il a fallu 45 ans à Valloires pour défricher 150 hectares ; autour de Vaulerent une moyenne de 13 à 50 hectares annuels paraît un maximum. En définitive, je pense que sur ce plan, et en raison même de leurs pratiques économiques, les Cisterciens n’ont pas concouru pour plus d’un dixième aux défrichements picards, loin derrière les chanoines réguliers, les Clunisiens ou les ordres militaires60.

  • 61 Nazard, Ourscamp ; Mulon, Preuilly ; Higounet, Types pour Chaalis.
  • 62 Lebecq, Vaucelles ; Fossier, Cisterciens Picardie.
  • 63 Berthold-mahn, op. cit., 120 ; Fossier, Granges.

31En revanche, et quelles que soient les aptitudes médiocres de notre région à cet égard, on aurait tort de sous-estimer la part des Cisterciens dans le développement du vignoble local ; dans les donations ou les achats qu’enregistrent, dès 1163-1190, les cartulaires d’Ourscamp, de Preuilly, de Chaalis, les vignes occupent jusqu’à plusieurs centaines d’hectares ; encore sommes-nous là dans des régions à l’époque honorablement viticoles61 : mais en 1250 Vaucelles fait convoyer jusqu’à 3 000 hectolitres de vin vers Reims ; Le Gard vend son vin à la taverne à Amiens, tout comme Le Paraclet62 ; les celliers de Chaalis ou d’Ourscamp semblent d’une taille comparable à ceux de leurs sœurs bourguignonnes ; on trouvera une preuve supplémentaire dans la prépondérance croissante, aux dépens du portier, de l’office du ou des cellériers, une fois passé 1175, dans les abbayes de la région, comme dans tout l’Ordre d’ailleurs63.

  • 64 Fossier, Cisterciens Picardie ; Devailly, op. cit., 325, 555.

32Vignoble malgré tout secondaire, forêts plus préservées qu’attaquées, l’Ordre trouvera-t-il son éclat en d’autres secteurs où on le cherche aujourd’hui, particulièrement en Angleterre ou en Bourgogne ? Du sel, je ne parlerai point car si les octrois de salines et de chaudières au long de la côte picarde abondent, nous ne savons rien du volume comme de l’écoulement ; non plus que des harengs dont les comtes de Flandre et de Boulonnais distribuèrent généreusement des rentes pour les réfectoires et les porteries. Quant au développement des moulins, des viviers, voire des cultures maraîchères, je ne pourrais ici, entre 1158 et 1189, qu’énumérer sans commentaires possibles des dates et des noms au Berry, le long de la Somme, de l’Oise, de l’Escault64. Rien qui se distingue de ce que l’on voit ailleurs. Il faut du moins s’arrêter à deux domaines actuellement largement prospectés.

  • 65 Sprandel (R.), Das Eisengewerbe im Mittelalter, Stuttgart, 1968 ; équipes animées par P. Braunstei (...)
  • 66 Devailly, op. cit., 578.

33L’étude de la métallurgie médiévale est restée longtemps au niveau de l’approche technique. Cependant, R. Sprandel déjà et plus récemment des équipes de chercheurs français ont entrepris de poursuivre sur la voie tracée par Bertrand Gille65. Or, très vite, il est apparu que l’Ordre cistercien avait joué là un rôle fondamental. Cette fois encore, il n’a rien inventé, ni haut fourneau, ni méthode de cuisson, ni techniques d’extraction ; mais de nombreux cartulaires témoignent de cet intérêt, ne serait-ce qu’en groupant dans une rubrique spécifique « forges » les actes de donation de minières ou les procès d’usage sur le combustible et les eaux proches. La chose vaut d’être notée parce que, dans l’ensemble, l’Église est demeurée très réticente, Clunisiens, Chartreux, à la mine et au fer, réunissant dans la même opprobe, les périls courus dans la terre ouverte et l’usage du métal forgé ; tout au plus encourageait-elle, et l’Ordre n’y faillit pas, la recherche du métal précieux, telle, vers 1234, l’exploitation de la petite mine de plomb argentifère du Puy-Dabert dont se chargea Noirlac66. Il est donc normal que nous nous interrogions dans la zone prospectée sur la métallurgie cistercienne du fer : depuis 1150, en Champagne, Clairvaux, Igny, Vauluisant multiplient les établissements ; voilà qui est prometteur. Las ! en Picardie, en Ile-de-France, au val d’Oise, le long de la Sambre ou de l’Escaut, silence à peu près complet. On signale bien une forge monastique ici ou là, mais sans rien qui vaille. L’argile ferrugineuse est-elle trop pauvre ? Les rares bancs sont-ils déjà en mains ? Le bois est-il trop rare ? En tout cas sur ce plan, qu’aujourd’hui on juge primordial, Cîteaux en France du nord ne compte pas.

  • 67 Lebecq, Vaucelles ; Deck, op. cit. ; Fossier, Cisterciens Picardie.
  • 68 Lebecq, Vaucelles ; Fossier, Terre et hommes, 415-417 ; Verhulst, Paysages agraires, 113.

34Serons-nous plus heureux pour l’élevage ? Depuis que R. Donkin a tracé du mouton cistercien et de ses méfaits un tableau éclatant, on se demande si là n’est pas l’originalité de l’Ordre. Cette fois, le bilan est plus riche pour notre région. D’une part, quelques données chiffrées permettent d’entrevoir de copieux troupeaux : en 1367, à Vaucelles, 150 bovins, une centaine d’équidés, deux fois plus de porcs et 1 500 moutons ; à Beaubec, en 1396, 100 porcs, 200 bovins, 500 moutons ; plus tôt même la grange du Gard à Longuevillette, au tout début du xiiie siècle, compte 1 300 ovins67. D’autre part, ce n’est pas là hasard ou accident : la volonté d’acquérir des terres à pacage ne se dissimule pas ; en Flandre, A. Verhulst a noté que l’abbaye de Ter Doest avait après 1240 systématiquement recherché les « veld » ; un peu plus tôt, Vaucelles entreprend une politique d’achat sur les prairies hennuyères, puis un peu plus tard, sur les polders de Cuvele, non loin des zones que Bourbourg fait assécher dans la même intention ; et les Bas-Champs picards voient affluer les troupeaux du Gard, de Longvillers et de Valloires68. On pourrait donc tenir la cause pour entendue : passé 1220 ou 1230, les Cisterciens, de ce côté-ci de la Manche, et notamment sur prés salés, se sont adonnés à l’élevage spéculatif du mouton. Que nous ne rencontrions aucun signe économique ou social de bouleversement des campagnes, comme on le voit dès 1235 dans l’archipel, ne pourrait être invoqué à l’encontre de cette hypothèse, parce que nous aurions ici, manifestement al taire à un élevage cantonné sur des sols peu cultivés, moeres, marquenterre, etc. Malheureusement, pour esquisser l’écho, même affaibli, de ce qui se passe en Angleterre, il nous manque une donnée fondamentale : dans aucun compte n’est noté une importante et régulière vente de laine brute ou tissée, ou le coût d’un transport à la ville ou au port. On a invoqué une tout autre activité, le « nourrissage », perspective d’un grand intérêt, mais qui ne vaut guère pour les moutons de loin les plus nombreux et dont la viande se mange peu. Nous voici donc à nouveau acculés à l’expectative.

35Éleveurs oui, forgerons sans doute, et dans les deux cas le bois est précieux et doit être entretenu, ce qui achève d’éliminer la prétendue vocation de défrichement. En sorte qu’on aboutit à une constatation finalement de grande importance : l’économie cistercienne de production est fondée en premier lieu sur les bois, et sera d’autant plus forte que l’Ordre pourra s’en faire céder de plus vastes morceaux. Ce bois n’est pas seulement une matière à vendre, c’est un combustible, c’est un pacage, c’est un rempart contre les autres, un réservoir d’échalas, de palis, de poutres et de clôtures, tout ce dont a besoin la communauté. Et je dirais volontiers que c’est par la conservation et l’entretien des forêts que les moines blancs ont joué un rôle important en toutes régions.

  • 69 D.H.G.E., art. cit. ; Fossier, Granges ; Leclercq(j.), « Comment vivaient les frères convers », da (...)
  • 70 D.H.G.E., art. cit. ; Grill, art. cit.
  • 71 D.H.G.E., art. cit.

36Ce vin, ce sel, ce bois, ce fer, cette laine peut-être, dont les moines n’absorbent, n’utilisent ou ne distribuent qu’une part infime, ce sont des produits d’échange. La communauté peut trouver dans l’élevage ou la viticulture le type d’opus manuum le plus délicat et le plus constant ; mais quelques clos eussent suffi à satisfaire cette exigence de la Règle. Nous voici donc en présence d’un problème clef de l’économie cistercienne. À peu près vers l’aurore de son histoire l’Ordre, en dépit de son idéal de vie repliée sur elle-même, a produit plus qu’il n’avait besoin, et, ne pouvant tout donner, a vendu. Un entraînement que la structure de sa productivité rendait quasi inévitable l’a jeté sur la voie de l’économie de marché. J’ai déjà fait allusion à la racine de ce mal : la main-d’œuvre volontaire et gratuite des convers, des paysans bien souvent, mais aussi des artisans. Les dons d’hommes, oblats plus ou moins volontaires, que le Chapitre général est amené à tolérer dans les granges après 1192, ont relayé le mouvement lorsque l’afflux des vocations chez les demi-moines que sont les convers s’essouffla69. La réhabilitation du travail manuel était certes une des grandes idées de la réforme cistercienne à usage interne en principe ; mais les monastères féminins offraient déjà sur ce plan quelques difficultés d’application ; dans quelques cas d’exception, et fort tôt comme aussi fort haut dans la hiérarchie de l’Ordre, 1135 à Clairvaux, on doubla les convers par l’emploi de salariés d’occasion70. Le mot principal est dit : s’il me fallait caractériser l’apport essentiel de Cîteaux à l’économie de l’Europe médiévale, je dirais que ce n’est ni dans le défrichement ou l’élevage, ni dans la vente du fer ou du vin qu’il réside, mais dans le développement du salariat ; le travail payé par les hommes d’Église y a gagné une dignité où je suis tenté de voir l’un des ressorts de son développement ultérieur. L’emploi de ces salariés dans les granges n’a peut-être été durant longtemps qu’occasionnel : vendanges, battages, travaux de maçonnerie. Mais le nombre des convers décroît au xiiie siècle, par exemple après 1225-1230 où le Chapitre général se plaint de leur médiocre niveau moral comme de leur inutilité économique71 ; il est vrai que depuis 1195 lui-même avait légitimé l’appel à la main-d’œuvre extérieure. On trouve donc désormais dans les granges et à poste fixe des travailleurs laïcs spécialistes de la métallurgie, de la menuiserie, de la poterie, mais paysans aussi ; or on a constaté que les salaires qui leur étaient versés étaient d’un niveau très bas, ce qui s’explique peut-être par la gratuité de leur logement et de leur nourriture. De toutes manières et jusqu’à 1250-1275, on est fondé à dire que sous les habits successifs du convers dévoué, puis de l’oblat consentant, enfin du salarié à temps plein, l’Ordre a toujours disposé d’une main-d’œuvre non ou sous-payée, et que c’est là l’origine de sa surproduction, de ses progrès et de son insertion dans les échanges.

  • 72 Devailly, op. cit., 548.
  • 73 Deck, art. cit. ; Lebecq, Cisterciens Vaucelles ; Lohrmann, Troussures ; Nazard, Villers ; Quignon,(...)
  • 74 Fossier, Cisterciens Picardie ; Henocq, art. cit.
  • 75 Fossier, Cisterciens Picardie.
  • 76 Devailly, op. cit., 575.

37Ce dernier point est évidemment le plus éloigné de la Règle. Ces surplus que l’on achemine au marché local ou urbain le plus proche, il faut les entreposer, comme il faut aussi prévoir d’héberger le mercator, un moine mais qui, à Aubignac par exemple, revêt un costume spécial pour sa tâche, au besoin aussi le cellérier, un prieur, voire l’abbé72. Des « refuges », bientôt des « maisons », puis des « hôtels » poussent en ville : Chaalis en a dès 1171 à Beauvais, Ourscamp à Saint-Quentin, à Compiègne, à Soissons, à Paris, pour vendre son vin, et Vaucelles à Damme pour les produits de son élevage, comme Beaubec à Dieppe et à Neufchatel, pour s’en tenir à quelques exemples73. D’ailleurs les revenus perçus en ville, des aumônes d’abord, des achats ensuite, nécessitent une présence : comment les moniales du Paraclet, qui perçoivent annuellement 300 livres sur les 1 000 que rapporte le tonlieu de Nesle pourraient-elles ne pas avoir une maison sur place ? Il vaut même mieux en acheter, et les louer, comme Valloires qui perçoit des loyers à Rue et à Abbeville après 122574. Il reste une dernière étape et on ne voit pas, au point où en est l’Ordre, pourquoi elle ne serait pas franchie : cet argent est bien utile aux travaux de construction ou au renouvellement du matériel ; tant pis s’il provient de la vente en taverne ou à l’étal ; mais les « budgets » qu’on possède comme celui du Paraclet à la fin du xiiie siècle dégagent des reliquats : on peut donc prêter, et dans une zone de forte circulation monétaire et commerciale comme celle où nous sommes, la pratique ne manque pas. Avant 1175 des sommes modestes à des villageois, puis plusieurs centaines de livres à des seigneurs, 500 en 1197 à celui d’Honnecourt, 700 en 1221 à celui de Saint-Souplet75. À cette même date, au Berry, Fontmorigny tente même de se faire rembourser en une monnaie de meilleur aloi, sans succès d’ailleurs76.

  • 77 D.H.G.E., art. cit. ; Despy (G.), « Les richesses de la terre : Cîteaux et les Prémontrés devant l (...)
  • 78 Communication S. Lebecq ; Van Derveeghde, art. cit.

38Ces pratiques sont indignes, peut-être pourtant moins répandues qu’on ne pourrait le craindre ; moralement parlant — si l’on ose dire — elles sont compensées par le phénomène inverse : il se peut que beaucoup d’abbés cisterciens aient été des gestionnaires avisés ; mais pas tous, car dès 1182, 1195, le Chapitre général s’inquiète des trésoreries défaillantes, engage les communautés à vendre des biens pour éponger les dettes dépassant cent livres77. Passé le milieu du xiiie siècle, sans doute au moment où les charges de gestion, peut-être aussi la concurrence salariale de la ville voisine, croissent, l’édifice économique cistercien s’ébranle ; les ventes deviennent plus difficiles parce que débute une récession dont on sait qu’elle n’a pas attendu la Peste ou même la crise frumentaire de 1315-1317 : en 1275, le Val-Saint-Lambert est endetté jusqu’au cou ; en 1330, Vaucelles malgré ses fermages doit emprunter et mettre en gage, à l’intérieur même de l’Ordre, il est vrai, auprès d’établissements mieux gérés78. Deux siècles après leur arrivée dans notre région, les Cisterciens n’ont plus rien qui ressemble aux communautés conquérantes et originales qu’elles étaient alors.

39Faut-il, donc pour la troisième fois, offrir au terme de cette dernière interrogation une réponse négative ? Comme tout à l’heure, les ombres ne manquent pas : une simple contribution à un effort dès longtemps commencé et poursuivi sans les moines ; rien ici de spécifiquement neuf, ni le fer comme en Bourgogne, ni la laine comme en Angleterre, ni l’élevage comme en Sicile. Rien même dont on puisse dire que les Cisterciens y aient laissé leur marque : assolement, vignobles, défrichements ; tout cela ne leur doit guère. En revanche leur passage, combien bref, 1140-1190 dans le meilleur des cas, a donné un coup de fouet à l’économie, nullement là où la tradition historiographique leur ménage une place de choix, techniques ou volume, mais dans la secteur de l’organisation du travail et de sa productivité ; même de courte durée, cet exemple a beaucoup marqué l’économie médiévale.

***

40Pour conclure, je n’aurai qu’à rapprocher deux faits : ici et là, mais pas dans la région dont on m’a confié l’examen, l’économie cistercienne a joué un rôle important, quelquefois capital ; ailleurs son passage est négligeable et relève, comme en France du nord, du domaine de la théorie plus que de la pratique économique ; et on a pu, on a même dû, souligner les dégâts commis. Je ne peux concilier ces deux termes contradictoires que d’une seule manière : telle que la Règle initiale, puis ses assouplissements au xiie siècle finissant ou au début du xiiie siècle la fondaient, l’économie cistercienne a joué un rôle positif ou presque exclusivement positif là où l’évolution technique, la production, le tissu humain n’avaient pas encore atteint un degré de développement suffisant ; si, au contraire, le cadre où ils s’installaient offrait l’aspect inversé, c’est-à-dire si les Cisterciens n’étaient ni attendus, ni utiles, ni même admis, leur action resta terne et secondaire avant de sombrer fort bas. En sorte que pour conclure, et ne craignant pas une formule anachronique, je dirai que l’économie cistercienne me paraît avoir eu les qualités et les défauts d’une économie « coloniale ».

Notes

1 Arbois de Jubainville (H. d’), Études sur l'état intérieur des abbayes cisterciennes..., Paris-Troyes, 1858 ; Berthold-Mahn (J.), L'ordre de Cîteaux et son gouvernement, des origines au milieu du xiiie siècle, Paris, 1945 ; Berlière (dom U.), L’ordre monastique, des origines au xiie siècle, Paris-Maredsous, 1921 ; Schmitz (dom P.), Histoire de l’ordre de saint Benoît, Paris-Maredsous, 1942-48 ; Dimier (A.), Les moines bâtisseurs ; architecture et vie monastique, Paris, 1964 ; Canivez (J.M.), « Cisterciens », dans Dict. d’hist. et de géog. ecclés., t. XII, col. 917-926 ; Higounet (C.), La grange de Vaulerent. Structure et exploitation d’un terroir cistercien de la plaine de France, xiie-xive s., Paris, 1965, et du même, « Les types d’exploitations cisterciennes et prémontrées du xiiie s. et leur rôle dans la formation de l’habitat et des paysages ruraux », dans Géographie et histoire agraire, Colloque Nancy 1957, Nancy, 1959, 260-271.

2 Voir par exemple : Bordeaux (M.), Aspects économiques de la vie de l’Église aux xive et xve s., Paris, 1969 ; Duby (G.), « Le monachisme et l’économie rurale », rééd. dans Hommes et structures du Moyen Age, Paris, 1973, 379-392 ; Viard (J.), « État des abbayes cisterciennes au commencement du xive siècle », dans Rev. d’hist. de l'Église de Fr., 1910 110-145.

3 Quignon (H.), « ... Étude des rapports de l’abbaye cistercienne de Chaalis du diocèse de Senlis avec Beauvais et le Beauvaisis, xiie-xviie s. », dans Bull. hist. et philol. du CTHS, 1914, 389-404, et Higounet, Vaulerent ; Nazard (L.M.), « Le temporel et les constructions de l’abbaye d’Ourscamp jusqu’à la fin du Moyen Age », dans Pos. des thèses... EdC, 1970, 165-171 ; Deck (S.), « Le temporel de l’abbaye cistercienne de Beaubec », dans Annales de Normandie, 1974, 221-46 ; Mulon (M.), « Le vignoble de l’abbaye de Preuilly », dans Bull. soc. hist. et archéol. de Provins, 1971, 81-89 ; Henocq (J.P.), « Une abbaye cistercienne aux xiie et xiiie s., Valloires », dans Bull. soc. d’émulation hist. et lit. d’Abbeville, 1970, 486-534 ; Tribout de Morembert (H.), « La fondation de l’abbaye de Blandecques », dans Cîteaux, 1968, 94-96 ; du même : « Les origines de l’abbaye de Clairmarais », ibid. 1969, 197-200 ; du même : « Les possessions de l’abbaye du Gard », ibid., 1972, 218-222 ; Lebecq (S.), « Les Cisterciens de Vaucelles en Flandre maritime au xiiie s. », dans Revue du Nord, 1972, 371-385, et communication intégrale du même au présent Colloque (avec mes remerciements à l’auteur pour avoir bien voulu me communiquer son texte avant impression) à paraître dans Cîteaux ; Van Derveeghde (D.), Le domaine du Val-Saint-Lambert de 1202 à 1387, Liège, 1955 ; Janssens de Bisthoven (B.), De abdij van de Duinen te Brugge, Bruges, 1963 ; Marilier (J.), L’abbaye cistercienne du Lieu-Dieu, s.L, 1971 ; Moreau (E. de), L’abbaye de Villers-enBrabant, Bruxelles, 1909 ; Mathy (J.), Histoire de l’abbaye de Signy, Reims, 1970 ; et pour Orval un peu à l’écart de cette zone : Tilliere (N.), Histoire de l’abbaye d’Orval, Orval, 1967, et le recueil AureavaUis, Mélanges hist. ixe centenaire Orval, Liège, 1975.

4 Canivez (J.M.), L’ordre de Cîteaux en Belgique, des origines (1132) au xxes., Forges, 1929 ; Fossier (R.), « La place des Cisterciens dans l’économie picarde des xiie et xiiie s. », dans AureavaUis, 1975, 273-281. Cf. aussi SABBE (E.), « De cistercienser economie », dans Cîteaux in de Nederlanden, 1952, 24-51.

5 Voir entre autres : Champier (L.), « Cîteaux, ultime étape de l’aménagement agraire de l’Occident », dans Mélanges Saint-Bernard, Dijon, 1953, 254-261, et Grill (L.), « Saint Bernard et la question sociale », ibid., 194-211. Dans son ouvrage général sur l’économie rurale, Georges Duby lui-même continue à accorder aux Cisterciens une place essentielle notamment dans le domaine du commerce.

6 J’ai consacré divers travaux à l’abbaye de Clairvaux : « La vie économique de l’abbaye de Clairvaux, des origines à 1475 », thèse d’École des chartes (1948), dont certains éléments ont été repris pour les temps initiaux dans les Mélanges Saint-Bernard cité supra, dans Bernard de Clairvaux, Paris, 1953 ; « L’activité métallurgique d’une abbaye cistercienne : Clairvaux », dans Rev. d’hist. de la sidérurgie, 1961, 7-14, et sur les granges de Clairvaux cité infra.

7 Citons une fois pour toutes les monographies régionales touchant l'aire considérée, étant entendu qu’il y est fait, ici et là, on le verra, directement allusion à l’activité cistercienne : Bur (M.), La formation du comté de Champagne, Nancy, 1977 ; Chédeville(A.), Chartreset ses campagnes, Paris, 1973 ; Devailly (G.), Le Berry du xe au milieu duXIIIe s., Paris-La Haye, 1973 ; Fossier (R.), La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du xiiie s., ParisLouvain, 1968 ; Fourquin (G.), Les campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Age, Paris, 1964 ; Genicot (L.), L'économie rurale namuroise au bas Moyen Age, Louvain, 1940-60 ; Neveux (H.), Vie et déclin d’une structure économique : les grains du Cambrésis (fin du xive-début du xviie s.), Paris-La Haye, 1980 ; Plaisse (H.), La baronnie de Neubourg, Paris, 1961 ; Sivery (G.), Structures agraires et vie rurale dans le Hainaut à la fin du Moyen Age, Lille, 1979-80 ; Verhulst (A.), Histoire du paysage rural en Flandre, Bruxelles, 1966, pour s’en tenir au plus récent.

8 Outre les observations figurant dans les ouvrages cités note précédente, voir les c.r. à paraître du colloque tenu à Paris en mai 1980 par la Société française des sciences et des techniques. Verhulst (A.), « Le paysage rural en Flandre intérieure ; son évolution entre le ixe et le xiiie siècle », dans Revue du nord, 1980, 11-30 ; Fossier (R.), « Étapes de l’aménagement du paysage agraire au pays de Montreuil », ibid., 97-116.

9 Hennebique(R.), « Espaces sauvages et chasses royales dans le nord de la France... », dans Revue du nord, 1980, 35-57 ; D.H.G.E., art. cit.

10 Je me suis efforcé de dresser un tableau de ces différences géographiques dans : Enfance de l’Europe : aspects économiques et sociaux, (xie-xiie s.), Nouvelle Clio, Paris, 1982.

11 Voir avec la bibliographie nécessaire Fossier (R.), Chartes de coutume en Picardie ( xie-xiiie), Paris, Doc. inéd., 1975.

12 Moreau (E. de), Histoire de l’Église en Belgique, Bruxelles, 1945, t. III. Cartes, assez confuses d’ailleurs, dans le Grosser historischer Weltatlas, iier Teil, pl. 80 et sq.

13 Moreau, Villers-en-Brabant, op. cil. ; communication de S. Lebecq.

14 D.H.G.E., art. cit. ; Moreau, Histoire Église ; Devailly, op. cit., 281.

15 Devailly, op. cit., 468.

16 Ibid., 283 ; Higounet, Vaulerent, 16 ; communication S. Lebecq.

17 Dans le volume collectif Bernard de Clairvaux, op. cit., notamment 185 et sq., 339-348. Dans les Mélanges Saint-Bernard, op. cit., les articles cités de Grill et Champier.

18 Cf. note 5.

19 Communication de S. Lebecq.

20 Higounet, Vaulerent, 32 et Types ; Lohrmann (D.), « La grange de Troussures-Sainte-Eusoye et le défrichement de la forêt de Noirvaux au xiie s. », dans Cîteaux, 1975 175-184.

21 Higounet, Vaulerent, 24.

22 D.H.G.E., art. cit. ; Devailly, op. cit., 280.

23 Henocq, op. cit., et Fossier, Cisterciens Picardie, op. cit.

24 « Les granges de Clairvaux et la Règle cistercienne », dans Cîteaux in de Nederlanden, 1955, 259-269.

25 D.H.G.E., art. cit. ; communication S. Lebecq.

26 Ouvrages cités note 3 pour Ourscamp, Valloires, Val-Saint-Lambert.

27 Idem pour Beaubec, Chaalis, Preuilly, Villers, Val-Dieu ; cf. aussi Higounet, Types ; et communication S. Lebecq et du même : Vaucelles.

28 D.H.G.E., art. cit. ; Fossier, Granges ; Gatheron (R.), « Sur la continuité du rôle agraire des Cisterciens », dans Saint Bernard et son temps, II, 89-94.

29 D.H.G.E., art. cit. ; Fossier, Cisterciens Picardie ; Henocq, op. cit. ; Moreau, Villers.

30 Berthold-Mahn, op. cit., 103.

31 Ibid., 107-113 ; Devailly, op. cit., 505 ; Moreau, Villers.

32 D.H.G.E., art. cit. ; Berthold-Mahn, op. cit., 116.

33 Fossier, Cisterciens Picardie.

34 Higounet, Types.

35 Fossier, Cisterciens Picardie.

36 Berthold-Mahn, op. cit., 105 ; D.H.G.E., art. cit. ; Fossier, Granges ; Lebecq, Vaucelles.

37 Berthold-Mahn, op. cit., 116.

38 Verhulst, Paysages agraires, 113 ; communication S. Lebecq ; Moreau, Villers ; Van Derveeghde, Val-Saint-Lambert ; Higounet, Vaulerent, 52 ; Fossier Cisterciens Picardie.

39 Deck, op. cit.

40 Lebecq, Vaucelles ; Lohrmann, Troussures ; Higounet, Vaulerent, 52.

41 Bouton (Jean de la Croix), « Saint Bernard et les moniales », dans Mélanges SaintBernard, op. cit., 244.

42 Fossier, Cisterciens Picardie.

43 Cf. les observations contenues dans les ouvrages cités note 7.

44 Fossier, Terre et hommes, op. cit., 331-345.

45 Cité par Champier, art. cit.

46 Cf. surtout les observations D’higounet, Types ; Duby, Le monachisme, art. cit. ; Fossier, Granges.

47 D.H.G.E., art. cit. ; Devailly, op. cit., 293 ; Higounet, Vaulerent, 25.

48 Champier, art. cit. ; Henocq, art. cit.

49 Cf. les observations de R. Noël dans Aureavallis, op. cit.

50 Lebecq, Vaucelles ; Devailly, op. cit., 293.

51 Devailly, ibid.

52 D.H.G.E., art. cit. ; Fossier, Granges.

53 Fossier (R. et L.), « Aspects de la crise frumentaire en Flandre gallicante... », dans Recueil... Cl. Brunel, 1955, 446-457, suivi des observations de Derville(a.), « Le rendement du blé dans la région lilloise (1285-1541) », dans Bull. com. hist. du dép. du Nord, 1978, 23-39 ; Higounet, Vaulerent, 52.

54 Fossier, Terre et hommes, 407-410 ; observations de même nature dans SIVERY, op. cit.

55 Communication S. Lebecq pour Vaucelles ; Nazard, Villers ; Fossier, Cisterciens Picardie. Voir l’essai récent de Rorive (J.P.), « Un cas précoce d’assolement triennal en Hesbaye hutoise (1178) », dans Bull. de l’Inst. archéol. liégeois, 1978, 1-6.

56 Higounet, Vaulerent, 42 et sq.

57 Parmi les auteurs cites au cours de cet exposé, c’est, semble-t-il, le cas de Chédeville, Higounet, Lebecq, Lohrmann.

58 Ainsi Devailly ou moi-même.

59 Lohrmann, Troussures ; communication S. Lebecq pour Vaucelles ; Fossier, Cisterciens Picardie ; Chédeville, op. cit., 114.

60 Fossier, Terre et hommes, 308 et sq.

61 Nazard, Ourscamp ; Mulon, Preuilly ; Higounet, Types pour Chaalis.

62 Lebecq, Vaucelles ; Fossier, Cisterciens Picardie.

63 Berthold-mahn, op. cit., 120 ; Fossier, Granges.

64 Fossier, Cisterciens Picardie ; Devailly, op. cit., 325, 555.

65 Sprandel (R.), Das Eisengewerbe im Mittelalter, Stuttgart, 1968 ; équipes animées par P. Braunstein et P. Benoît ; voir communication de C. Verna à ce Colloque.

66 Devailly, op. cit., 578.

67 Lebecq, Vaucelles ; Deck, op. cit. ; Fossier, Cisterciens Picardie.

68 Lebecq, Vaucelles ; Fossier, Terre et hommes, 415-417 ; Verhulst, Paysages agraires, 113.

69 D.H.G.E., art. cit. ; Fossier, Granges ; Leclercq(j.), « Comment vivaient les frères convers », dans Analecta Cisterciensia, 1965, 239-258.

70 D.H.G.E., art. cit. ; Grill, art. cit.

71 D.H.G.E., art. cit.

72 Devailly, op. cit., 548.

73 Deck, art. cit. ; Lebecq, Cisterciens Vaucelles ; Lohrmann, Troussures ; Nazard, Villers ; Quignon, Chaalis.

74 Fossier, Cisterciens Picardie ; Henocq, art. cit.

75 Fossier, Cisterciens Picardie.

76 Devailly, op. cit., 575.

77 D.H.G.E., art. cit. ; Despy (G.), « Les richesses de la terre : Cîteaux et les Prémontrés devant l’économie de profit aux xiie et xiiie siècles », dans Revue de l’Univ. de Bruxelles, 1975, 400-421.

78 Communication S. Lebecq ; Van Derveeghde, art. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Presses universitaires du Midi, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search