Version classiqueVersion mobile

L’économie cistercienne

 | 
Charles Higounet

Rapports

Réalités et évolution de l’économie cistercienne dans les duché et comté de Bourgogne au Moyen Âge

Essai de synthèse

Benoît Chauvin

Texte intégral

1Tenter aujourd’hui une présentation d’ensemble de l’économie cistercienne médiévale des deux Bourgogne est assurément une gageure ; quinze années d’assidue fréquentation du sujet font de cette habituelle formule de prudence une certitude absolue. Vis-à-vis du lecteur d’abord parce qu’il y a là un immense champ de recherche encore bien peu exploré ; vis-à-vis de l’auteur ensuite car en livrant dès maintenant les directions de travail suivies et les premières connaissances acquises, il se condamne un jour ou l’autre à regretter d’avoir écrit bon nombre de ces lignes. Il est vrai que les contreparties, aussitôt entrevues et effectivement récoltées, justifiaient amplement qu’un tel pari fût relevé : pour les satisfactions retirées de la rencontre des hommes et de la confrontation des idées, outre la nécessité personnelle de délaisser pour un temps une quête souvent laborieuse et toujours fragmentaire afin de dresser une ébauche de bilan.

2Avant d’aborder cet essai, il est indispensable de commencer par en présenter les fondements et les sources pour mieux en cerner les limites exactes. Il sera alors possible d’analyser la mise en place et l’évolution des activités des Cisterciens de part et d’autre de la Saône jusque vers le milieu du xiiie siècle. Il faudra enfin chercher à déceler les modalités et les raisons du déclin, puis de l’effacement de leur économie aux deux siècles suivants.

***

Fondements et sources

3Quelles sont donc d’abord les bases naturelles et humaines sur lesquelles se fonde cette approche ? Duché et comté de Bourgogne, a-t-il été indiqué dans le titre. Avec le comté, aucun problème majeur ; il s’agit pratiquement des trois départements franc-comtois actuels, Doubs, Haute-Saône et Jura, qui connurent l’une des plus fortes implantations cisterciennes avec près d’une vingtaine d’abbayes, treize de moines et au moins cinq de moniales, sans qu’aucune ne se soit installée hors comté, ni dans le pays de Montbéliard au nord, ni dans la terre de Saint-Claude au sud. Le cas du duché est moins simple car ses frontières médiévales ne correspondent pas du tout à celles de la région administrative moderne. Doivent en effet être écartés Nièvre et Yonne, départements largement constitués à partir d’entités historiques indépendantes. Mais le caractère mouvant et la complexité des limites ducales empêchent de s’en tenir strictement aux deux autres départements, Côte-d’Or et Saône-et-Loire. À l’extrême sud et aujourd’hui lyonnaise, l’abbaye de la Bénisson-Dieu pourtant juridiquement duchoise ne sera pas intégrée à cet article ; au nord, inversement, il convient de déborder sur la partie la plus méridionale de l’ancienne terre de Langres, avec l’intégration d’Auberive. Moins vaste il est vrai mais berceau de l’Ordre, le duché a paradoxalement été moins touché par l’expansion cistercienne avec une dizaine de monastères, six d’hommes et trois de femmes. Cette étude s’appuie donc sur une trentaine d’abbayes, soit environ le douzième du nombre total de maisons de l’Ordre de Cîteaux tel qu’il s’est développé dans les frontières françaises contemporaines.

4Malgré leur appartenance commune au bassin hydrographique du Rhône, il n’y a dans ces deux Bourgogne aucune unité géographique véritable mais bien une réelle mosaïque de quatre principaux types de terroirs fondamentalement différents par leurs sols et leurs climats. Des montagnes plus ou moins élevées, toujours froides et humides, calcaires ou granitiques, largement boisées, avec presque tout le Haut-Jura plissé à l’est et la partie orientale du Morvan à l’ouest. Des plaines généralement plus chaudes et plus sèches, souvent dotées de sols riches, lourds comme dans l’Auxois ou le Charolais, légers sur les terrasses bordant de loin la Saône et le Doubs ; quelquefois pauvres car trop imperméables et inondables, en Bresse ou le long des rivières. Mais surtout de vastes plateaux comme celui de Langres et son prolongement dans la Montagne, ceux de Haute-Saône et du Jura tabulaire aux conditions d’ensemble assez ingrates ; y dominent les conséquences d’une altitude moyenne, de certaines humeurs climatiques, de sols calcaires perméables, peu profonds et caillouteux. Au contact de ces zones enfin, d’étroites mais très riches bordures, Côte-d’Or bourguignonne et Vignoble comtois.

5Comment dès lors s’étonner de l’extrême inégalité de peuplement de ces régions avant le milieu du xiie siècle ? A s’en tenir à la seule source globale disponible, c’est-à-dire aux statistiques tirées des mentions d’habitats relevés dans les chartes, les contrastes sont à cette époque saisissants entre de vastes zones encore largement vides, presque vierges, comme le Haut-Jura, partie du Morvan ou de la Bresse, et les bordures précitées très humanisées où le semis villageois actuel est déjà complètement en place.

6Tous les plateaux apparaissent comme des zones intermédiaires, partiellement mises en valeur, souvent par de petites communautés plus éparses et plus fragiles.

7Il semble bien qu’on retrouve une certaine unité à travers les réalités sociales des deux Bourgogne. Du monde des puissants et au-delà de l’enchevêtrement des droits seigneuriaux, il faut retenir l’existence de quelques rares grandes familles à la tête de vastes domaines ; mais surtout l’extrême fourmillement de petits chevaliers pourvus de modestes fiefs et plus encore d’alleux. Une réelle ambiguïté masque d’autre part les conditions des hommes des campagnes chez lesquels se rencontre, entre servi encore attachés à la terre et liberi pleinement détenteurs d’alleux en cours de féodalisation, toute une gamme d’individus aux liens de dépendance complexes. Chez les clercs enfin, le monachisme bénédictin offre des aspects très variés : abbayes de vieille souche ou relevant de Cluny, parfois en crise aiguë, généralement en régularité somnolente et même, çà et là, en expansion ; souvent célèbres mais somme toute assez peu denses malgré la multiplication inégale de leurs prieurés. Aussi fort sinon plus puissant qu’ailleurs existe surtout un double courant, érémitique et canonial, révélateur d’aspirations spirituelles nouvelles non satisfaites par les structures traditionnelles. Avec, dominant le tout, les personnalités marquantes de certains prélats, bisontins notamment, très soucieux de réforme.

8Rares sont donc en définitive les régions présentant des traits aussi favorables au développement de l’Ordre cistercien. De là un succès qui prendra même l’allure d’une véritable lame de fond, brève dans le temps mais irrégulière dans l’espace.

9Outre Cîteaux, appartiennent en effet à la toute première génération, celle en place dès 1119-1120, les abbayes de La Ferté, Fontenay, Bellevaux et bientôt de Tart. L’essaimage de Cîteaux et de Morimond, directement ou par l’intermédiaire de Bellevaux, constituera la première cause de l’extraordinaire expansion cistercienne dans les deux Bourgogne entre 1130 et 1140. Même si, selon certaines traditions mal assurées, quelques fondations furent peut-être précédées de petits ermitages, cette décennie vit la création de dix nouvelles abbayes d’hommes — Auberive, Bithaine, La Bussière, Clairefontaine, La Grâce-Dieu, Lieucroissant, Maizières, Le Miroir, Rosières et Theuley — et de deux maisons de moniales, Colonges puis, un peu plus tard, Ounans. Et dans le même temps eut lieu l’affiliation à l’Ordre, souvent grâce à l’intervention de saint Bernard et ainsi dans la lignée claravallienne, de cinq communautés dont l’existence précistercienne ne fait aucun doute : Acey, Balerne, Buillon, La Charité et Cherlieu. Si bien que, dès 1140, la presque totalité de la forte implantation cistercienne bourguignonne était réalisée ; il est certainement peu de provinces où le mouvement fut si précoce et si rapide. La seconde moitié du xiie siècle ne verra en effet que la création de quatre petits monastères féminins, Corcelles, Lieu-Dieu, Molaise et Montarlot ; bien accidentelles semblent l’affiliation plus ou moins spontanée en 1199 d’un groupe d’ermites qui donnera naissance à l’abbaye de Mont-Sainte-Marie dans les hautes terres du Jura et la fondation du couvent urbain de moniales dit de Battant à Besançon, en 1227.

10Cette implantation fut d’une densité très variable selon les terroirs. Sur la trentaine d’abbayes étudiées, aucune ne se trouve ni dans la haute montagne jurassienne — hormis le cas tardif et exceptionnel de Mont-Sainte-Marie — ni dans le Morvan, pas plus que dans le Charolais, l’Auxois et la Bresse ; c’est d’emblée suffisamment dire combien le caractère répulsif de ces régions a dû jouer. Deux types de terroirs ont en fait concentré toute l’occupation cistercienne : les plateaux et les proches pays des zones de bordure. Si avec seulement Auberive, Fontenay et La Bussière, Balerne et La Grâce-Dieu les vastes plateaux du duché et du Jura tabulaire furent moins touchés, ceux bordant le cours amont de la Saône et de ses principaux affluents, Doubs et Ognon, furent l’objet d’une véritable colonisation avec l’installation d’une douzaine de monastères : Acey, Bellevaux, Bithaine, La Charité, Cherlieu, Clairefontaine, Colonges, Corcelles, Lieucroissant, Montarlot et Theuley. Et les dix dernières s’installèrent en des sites proches des bordures, soit en avant-plaine, soit en arrière-côte : Cîteaux, La Ferté, Maizières, Lieu-Dieu, Le Tart et Molaise le long du rebord bourguignon ; Buillon, Le Miroir, Ounans et Rosières le long de la côte du Jura.

11La seconde série de questions à traiter avant d’aborder cette tentative de synthèse est celle des sources archivistiques et bibliographiques disponibles. Les chartriers cisterciens médiévaux des deux Bourgogne se révèlent à la fois très inégaux et relativement peu commodes à exploiter.

12Inégalité déterminante d’abord entre les fonds d’abbayes d’hommes, plutôt riches, et ceux des couvents de femmes dont la pauvreté habituelle est ici pleinement confirmée. Naturellement plus modestes, ces derniers ont toujours beaucoup souffert lors des guerres des xive et xviie siècles puis fréquemment été dispersés à la Révolution. On ne dispose d’aucun cartulaire médiéval pour les huit maisons concernées et les chartes connues ne dépassent la centaine que pour Tart (173) et Molaise (157). Les replis systématiques de ces couvents dans les villes au début du xviie siècle et les fusions imposées ont d’autre part abouti à de trop nombreux mélanges et de sérieux tris préliminaires seraient indispensables. Les principales ressources sont en fait constituées par les inventaires dressés au xviiie siècle ; mais même à doubler le nombre de documents utilisables, leurs mentions sont souvent fautives et toujours incomplètes. Une enquête minutieuse menée sur les archives de Colonges a bien montré l’ensemble de ces problèmes (117). Si bien qu’en fin de compte, il est absolument impossible d’avoir une vue significative de l’économie des monastères féminins bourguignons ; tout au plus, peut-on utiliser çà et là quelques points précis sortant de l’ombre.

13Seule en revanche l’abbaye d’hommes de La Grâce-Dieu, incendiée à plusieurs reprises, présente une situation analogue (130). Les fonds masculins les moins bien pourvus, Bithaine (59), Buillon (64) et Lieucroissant (135), sont semblables à ceux des maisons de moniales les mieux loties. La réalité commune est celle de chartriers permettant, grâce à plusieurs centaines de pièces, une certaine approche de l’histoire médiévale de Balerne (39), La Bussière (69), La Charité (74), Clairefontaine (106), Fontenay (124), Le Miroir (152) et Theuley (179) ; avec plus d’un demi-millier de documents, les archives de Cherlieu (78), La Ferté (122), Maizières (145), Mont-Sainte-Marie (159) et Rosières (169) offrent davantage de possibilités ; celles d’Acey (28), Auberive (34), Bellevaux (52) et Cîteaux (83) sont plus riches encore. La presque totalité de ces monastères sont par ailleurs dotés d’un et même parfois de plusieurs cartulaires. Tous sans exception enfin ont vu, à la faveur d’une ultime remise en ordre de leurs chartriers au xviiie siècle, la rédaction de volumineux inventaires qui pallient, au moins partiellement et malgré leurs imperfections, les soustractions effectuées à la Révolution par les remises trop fréquentes de pièces aux acquéreurs de biens nationaux. Il y a dans l’ensemble de ces archives la première base d’une étude sur l’économie cistercienne médiévale bourguignonne.

14Mais force est de constater, et c’est là une seconde inégalité, que les documents sont beaucoup plus nombreux pour les xiie et xiiie que pour les deux siècles suivants. Une statistique évidemment impossible à établir donnerait probablement un rapport de l’ordre de quatre à cinq contre un. De fait, la plupart des cartulaires ont été rédigés avant la fin du xiiie siècle. Et l’une des originalités locales est l’existence de longues pancartes épiscopales résumant plusieurs dizaines de chartes disparues et citant de multiples transactions verbales ; outre le nombre assez élevé des bulles pontificales confirmatives et des diplômes émanés des grandes familles. Un seul de ces textes permet parfois de dresser une carte presque complète du temporel de l’abbaye bénéficiaire à l’époque où il a été établi, c’est-à-dire antérieurement au début du xiiie siècle. Signe des temps, après 1250 les documents se raréfient, surtout entre 1330 et 1420 ; leur formalisme juridique les rend certes plus précis mais occupe de longs développements pour des apports somme toute mineurs. Il n’est dès lors pas étonnant de retrouver cette inégalité quantitative et qualitative des sources à travers les différents répertoires et autres instruments de travail.

15À l’exception de ceux des deux abbayes de moniales de Côte-d’Or, Tart (173) et Lieu-Dieu (141) encore présentés selon le système du placier, et de celui non trié d’Ounans (166) dans le Jura, tous les autres fonds ont fait l’objet de classements définitifs. Seuls les répertoires d’Auberive et, pour peu de temps encore, de Fontenay et de Maizières (4), sont à l’état de manuscrits consultables aux Archives départementales. Ils ont été tous publiés mais à des époques et selon des méthodes différentes. Saône-et-Loire (9) et Haute-Saône (7) dès 1894 et 1901 selon le principe de l’inventaire sommaire avec numérotation continue des liasses de la série H, donc sans numéro d’identification des fonds, mais avec analyse des principales chartes de chaque cote, dates limites et indication du nombre des pièces.

16Ceux du Jura (8) et du Doubs (5, 6), édités en 1947 et 1962-65, ne sont que des répertoires numériques avec chiffre spécifique pour chacun des fonds mais où la rubrique de chaque cote se contente des dates limites des documents et du mot clef qui les résume. Le même système a été appliqué pour ceux de Côte-d’Or datant de 1950 (2) et 1953 (3), avec toutefois une ébauche d’analyse de quelques pièces essentielles. Des inventaires sommaires, il convient de se méfier à cause de leurs choix subjectifs et de leurs fréquentes erreurs ; des répertoires numériques, on ne peut que regretter le caractère parfois vraiment trop succinct, dans le Doubs et le Jura notamment. Signalons aussi que seulement deux fonds ont fait l’objet d’une publication, celui de Cïteaux pour les années 1098-1182 (85) et celui de La Ferté pour 1113-1178 (122). Précieux quoi que bien incomplets se révèlent enfin les deux volumes consacrés aux bulles pontificales bourguignonnes antérieures à 1198 (15, 17).

17Mais ce qui a le plus nui aux études cisterciennes locales est incontestablement le défaut de répertoires généraux que l’on trouve dans certaines provinces. Certes les deux volumes de la Gallia christiana couvrant les archidiocèses de Lyon (14) et de Besançon (16) rendent d’utiles services ; mais les recherches récentes ont permis de mieux mesurer leurs insuffisances. Les deux ouvrages correspondants dans la célèbre collection Abbayes et prieurés de l’ancienne France lancée par Dom Besse au début du siècle n’ont malheureusement jamais vu le jour ni pour la province de Besançon ni pour celle de Lyon en ses diocèses de Mâcon, Autun et Chalon ; seuls ceux qui concernent Lyon-Saint-Claude et Langres-Dijon (11) ont été édités avec profit pour les fonds d’Auberive (36) et de Tart (174). Si bien que les érudits locaux ont éprouvé le besoin de pallier cette absence. Vers 1950 est sorti un répertoire traitant de l’ensemble des fonds d’archives de l’Église régulière comtoise (12) ; mais il est très superficiel. En 1973, nous avons tenté de dresser une Bibliographie cistercienne franc-comtoise (13) ; mais son but n’était que de présenter les travaux imprimés ou manuscrits. L’ouvrage général bourguignon, fruit de recherches approfondies et systématiques sur les fonds monastiques, manque encore.

18Les sources bibliographiques, manuscrites ou imprimées, appartiennent quant à elles de façon nettement tranchée à deux écoles d’époque et de tradition radicalement différentes.

19Bourgogne et Franche-Comté ont vu durant la seconde moitié du xixe siècle se multiplier les ouvrages cisterciens. Outre de rares articles, on compte près de deux douzaines de monographies, le plus souvent d’abbayes, parfois d’un seul domaine par le biais d’une étude communale. Les trois quarts d’entre elles ont été écrites par des curés de campagne ; aussi leur but commun est-il nettement hagiographique — quantité de pages entières mériteraient citation tant elles rivalisent d’emphase et de naïveté — plutôt que véritablement historique. La méthode et le plan suivis sont toujours ceux d’une analyse chronologique, se contentant d’énumérer sans aucun approfondissement ni références les actes rencontrés, fréquemment abbatiat par abbatiat. 11 n’est pratiquement nulle part fait appel au contexte général et on y chercherait en vain la moindre synthèse d’ensemble. Plus grave, les aspects économiques ne sont à peu près jamais abordés, les cartes de temporel toujours absentes, l’évolution foncière complètement ignorée. Quant aux simplifications extrêmes, elles fourmillent ; à preuve ce brave auteur, constatant que telle seigneurie cistercienne du xviiie siècle comptait 855 journaux (soit près de 300 hectares) de terres arables et attribuant sans sourciller leur défrichement aux moines du Moyen Age (125) ! Soyons juste cependant. Il y a quand même çà et là quelques utiles indications à glaner dans ces ouvrages ; à condition toutefois de les contrôler systématiquement.

20La période comprise entre 1900 et 1958 n’a produit que de rares travaux intéressants. Mais dès les années soixante, c’est à un véritable réveil des études cisterciennes bourguignonnes auquel on a assisté. A la faveur de l’essor démographique d’après-guerre et du gonflement des effectifs étudiants, les facultés des lettres de Dijon et de Besançon ont vu chacune la soutenance d’une douzaine de diplômes de maîtrise d’histoire médiévale, particulièrement entre 1967 et 1973 ; quatre abbayes d’hommes seulement, Acey, La Ferté, Maizières et Rosières, n’ont pas été étudiées. Malgré leur valeur nécessairement inégale, tous ces diplômes ont largement exploité les archives toujours bien citées, posent et résolvent certains problèmes, esquissent et même parfois livrent d’utiles synthèses. Ils abordent tous les questions économiques ; la moitié d’entre eux y font d’ailleurs référence explicite dans leurs titres. Et si trois diplômes sur quatre sont encore des monographies d’abbayes, les autres se sont attachés à des études fouillées sur une ou plusieurs granges. Toutes ces études et plusieurs articles de revues locales ou cisterciennes constituent la seconde base du présent essai de synthèse.

21Base qui souffre cependant, et logiquement, des deux mêmes inégalités que celles constatées dans les archives. Tous les diplômes, sauf un (176), et tous les articles sans exception concernent les abbayes de moines ; il n’y a donc presque rien sur les monastères de moniales. Plus gênant encore pour une tentative désireuse d’embrasser la totalité du Moyen Age cistercien est le profond déséquilibre entre les xii-xiiie et xiv-xve siècles. Le quart des travaux abordent bien la totalité de la période, en titre du moins, car en fait ils sont toujours moins développés sur les deux derniers. Mais les deux tiers s’attachent uniquement aux deux premiers siècles et le reste seulement aux deux autres. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner si cet essai reflète ces déséquilibres ; en l’état actuel de la recherche, il ne peut en être autrement.

22L’ensemble de cette documentation archivistique et bibliographique autorise par conséquent une présentation intéressante des principaux aspects et de l’évolution de l’économie cistercienne bourguignonne jusque vers 1250 ; mais au-delà, une simple ébauche de ses réalités revêtira bien davantage les caractères d’une problématique encore largement en suspens.

La primauté du travail de la terre (xiie s.-1250)

23Patiente mise en place puis essor continu, telles sont les deux caractéristiques de l’économie cistercienne des deux Bourgogne jusque vers le milieu du xiiie siècle. Mais cette réalité cache en fait une lente et inexorable mutation qui, dans tous les domaines, écartera progressivement l’Ordre de ses préceptes originels pour le faire entrer de plain-pied dans son temps. Aussi à la primauté de l’agriculture verra-t-on succéder différentes activités nouvelles qui, tout autant sinon davantage, contribueront à l’incontestable réussite économique des moines blancs.

24Conformément à leur idéal, les Cisterciens ont fondé leur première économie sur le travail de la terre, seul susceptible au début du xiie siècle de les faire vivre de leurs mains. Mais ils firent beaucoup mieux en apportant d’originales solutions à trois problèmes indissociablement liés : par leurs défrichements et divers modes d’acquisitions, ils purent se rendre maîtres du sol ; par la généralisation du système des granges et la variété de leurs activités, ils surent l’exploiter au mieux ; par l’habileté de leur gestion enfin, ils en dominèrent l’évolution jusque vers les années 1250.

25La lecture de l’ensemble des travaux bourguignons confirme de façon très tranchée l’existence de deux écoles historiques déjà présentées sur la sempiternelle question des défrichements. Celle de la seconde moitié du xixe siècle développe à l’excès et idéalise à l’envi le fameux cliché du moine défricheur ; de façon simpliste et assurément fausse, on l’a vu à travers un exemple significatif. Inversement, les travaux récents se montrent sur ce sujet d’une discrétion presque aussi gênante ; bon nombre ne l’abordent même pas. Ceux qui s’y risquent sont cependant unanimes pour constater l’extrême pauvreté des sources disponibles toujours limitées à de brèves mentions glanées au hasard de trop rares documents par ailleurs souvent difficiles à interpréter. Il y a d’abord le problème, trop négligé et pourtant primordial, du vocabulaire posé par les termes latins utilisés et leur traduction à travers deux notions aussi différentes que déboisement et défrichement. Il y a aussi et surtout la double et irrévocable impossibilité presque totale d’attribuer le déforestage à tel endroit précis et sur telle surface exacte. Que dire, à plus forte raison, du grignotage plus ou moins légal des forêts mené en fonction des nécessités et de la force de travail des monastères complètement ignorées elles aussi ?

26Les Cisterciens bourguignons ont déboisé, c’est un fait attesté pour presque toutes les abbayes. Les autorisations que les seigneurs leur consentirent et plus encore les interdictions qu’ils prirent aussi fréquemment le soin d’édicter le prouvent sans ambiguïté. Mais ils ont bien davantage pratiqué le défrichement stricto sensu, c’est-à-dire la remise en état de terroirs abandonnés ; c’est même là une constante dont témoignent les très nombreuses acquisitions de tenue incultae. Aussi sûr est le soin qu’ils mirent à aménager leurs forêts pour les exploiter au mieux (27) ; de nombreux textes le prouvent et des moines forestarii sont cités dans plusieurs abbayes, à Cîteaux, La Ferté et Fontenay entre autres, au cours de la seconde moitié du xiie siècle. On dispose également d’indices laissant penser que ça et là les religieux associèrent les paysans à leurs entreprises. Au-delà enfin de réelles disparités locales, révélatrice est la progressive diminution puis la quasi-disparition des documents abordant cette question après les années 1220-30. Dans le même ordre d’idées, il y eut aussi le rôle actif joué par les Cisterciens dans l’assainissement des fonds humides, là où la nature s’y prêtait, principalement le long de la vallée de la Saône et de ses affluents. Parfois mentionnés dans les chartes et encore souvent visibles sur le terrain, nombreux sont en effet les canaux dits des moines à la fonction double de drainage et d’adduction d’eau.

27Comme beaucoup d’autres, cette question devrait faire l’objet d’une étude approfondie. En commençant par un relevé systématique de tous les textes se rapportant à la maîtrise du sol ; il est sûr que l’on en trouverait davantage que ceux cités à titre d’exemples. Seule une telle démarche permettrait une statistique sémantique et chronologique du phénomène. En essayant ensuite de reconstituer aussi minutieusement que possible la création du temporel forestier cistercien extrêmement vaste en Bourgogne, encore largement en place aujourd’hui, et dont les fondements remontent incontestablement aux deux premiers siècles de l’Ordre. En s’aidant enfin d’une microtoponymie caractéristique omniprésente autour des abbayes et de leurs granges. Tâche aussi difficile assurément que le défrichement lui-même, mais unique solution pour dépasser utilement le stade des nombreuses hypothèses encore à vérifier et des rares certitudes tout juste acquises.

28Nul doute ainsi que les Cisterciens constituèrent leur patrimoine foncier principalement grâce à des acquisitions de terres déjà déboisées, soit par donations pures et simples, soit par diverses opérations supposant une certaine contrepartie.

29Malgré l’extrême inégalité des sources disponibles et la disparité des travaux publiés, tout montre que, répondant à une attente et placées dans un contexte très favorable, les abbayes de Cîteaux bénéficièrent d’un extraordinaire élan de générosité à peu près ininterrompu jusque vers le milieu du xiiie siècle de la part de toutes les catégories sociales. Les motifs de ces dons sont toujours la piété avec la volonté de s’assurer prières et salut éternel lors d’une entrée en religion, un départ en croisade, devant la maladie ou face à la mort. Mais quelle variété entre l’abandon de droits hypothétiques par le plus modeste des paysans et la cession d’un finage tout entier par le plus grand des seigneurs ; entre les donations souvent vagues du xiie et celles toujours plus précises voire minutieuses du siècle suivant ! Il faut signaler également la place déterminante des approbations, reconnaissances et autres confirmations des évêques notamment, sous la forme d’imposantes pancartes jusque vers la fin du xiie siècle ; rien ne traduit mieux que ces documents le fourmillement des donateurs, alleutiers et chevaliers locaux qui créèrent partout les bases du temporel foncier cistercien. Une statistique basée sur près d’un millier de textes indique dans les deux cas d’Auberive (38) et de Bellevaux (57) que les donations représentèrent environ les deux tiers des actes connus jusqu’en 1250.

30Mais une telle donnée se trouve en fait largement faussée par la pratique très tôt généralisée de dons comportant compensation. Les chartriers édités de Cîteaux (85) et de La Ferté (123) en fournissent d’éloquents témoignages dès les premiers actes. Le double problème à jamais insoluble est celui de déterminer dans quelle mesure les religieux n’hésitèrent pas à solliciter l’abandon de telle terre et dans quelle proportion les récompenses remises, depuis le symbolique habit de futaine jusqu’à la somme d’argent, constituaient encore un geste de charité ou déjà une transaction financière. Plus clairs sont en ce sens les cas assez rares mais significatifs d’acensements et d’engagements de terres consentis durant la seconde moitié du xiie siècle par des particuliers sur des fonds toujours manifestement convoités par les religieux qui, après remise du cens ou défaut de remboursement par l’engagiste, en devenaient le plus souvent propriétaires. Ce sont là bel et bien trois formes d’acquisitions transitoires qui, avant la pratique généralisée puis finalement admise de l’achat, permirent aux moines d’élargir leur temporel au-delà des limites des strictes nécessités de l’autarcie.

31Restent bien entendu les achats officiels avec emploi du verbe vendere et indication explicite du prix payé. Ils n’apparaissent que tardivement, vers l’extrême fin du xiie siècle. Mais partout ils ont été précédés d’acquisitions camouflées dont, malgré l’emploi du verbe dare, le caractère financier ne fait aucun doute en raison de la grande utilité des biens en jeu et du montant du prix payé par les moines. Il en est des cas évidents dès 1150-60 à Cîteaux par exemple et, pour la plupart des abbayes, dès 1160-70, encore que la raréfaction des documents comtois pendant le schisme victorien obscurcisse le phénomène. Ceci dit, le nombre d’achats fonciers et immobiliers crût régulièrement jusque vers 1230 ; il représente alors environ le dixième des transactions. Mais à partir de cette date, l’autorisation contrainte du Chapitre général entraîna un véritable déferlement d’acquisitions, parfois encore de terres, le plus souvent d’immeubles urbains, auprès de seigneurs dans le besoin ou de bourgeois spéculateurs et pour des sommes de plusieurs centaines de livres, sans commune mesure avec les cas précédents.

32Tels sont, en dépit d’une schématisation extrême, les trois types de procédés utilisés conjointement et plus encore successivement par les religieux pour mettre en place leur considérable patrimoine foncier. Une question d’évidence s’impose dès lors : les Cisterciens ont-ils subi ou conduit une telle progression immobilière ? La réponse ne peut être que nuancée car incontestablement hasard et volonté ont joué leurs rôles respectifs mais à des moments différents. À chacun des renoncements aux statuts, généralement suscité par des donations fortuites auxquelles ils ne surent pas résister, a correspondu une ascension temporelle d’abord incontrôlée puis petit à petit mieux maîtrisée par des acquisitions sans cesse davantage monnayées avant d’aboutir au palier suivant. La multiplication des échanges de rationalisation foncière et économique, surtout à partir de 1220, est à cet égard très révélatrice des divers objectifs globaux successifs suivis ; ils contribuèrent à toujours mieux asseoir l’économie agraire cistercienne. Encore fallait-il que les moines disposassent d’un système d’exploitation efficace.

33Les Cisterciens couvrirent les deux Bourgogne d’un réseau très dense de granges destinées à mettre leurs fonds en valeur. Avant d’en étudier l’évolution jusqu’au milieu du xiiie siècle, il convient d’en présenter les caractères essentiels et les principales productions.

34La notion de grange a recouvert en ces régions la même double réalité qu’ailleurs ; le mot est partout employé pour désigner un domaine agricole à travers ses bâtiments et ses terres. Les termes de curia ou de curtis, utilisés parfois dans le nord du comté et dans la plupart des diplômes émanés des Hohenstaufen, comtes de Bourgogne entre 1156 et 1208, sont parfaitement synonymes. Les seuls problèmes sont ceux d’exploitations aux qualificatifs flous : grangia devenant ensuite une simple terra, ou citée une seule fois dans les textes... ; ou bien encore à la réalité foncière changeante : domaine démembré en une grangia majeure et une grangiola annexe, ou deux fermes voisines tantôt différenciées tantôt réunies sous une même appellation. Mais à la vérité, ces difficultés mineures sont relativement rares et n’altèrent guère la conception traditionnelle du domaine rural cistercien. Différentes par conséquent sont les maisons urbaines même si elles eurent presque partout une fonction agricole secondaire ; semblables en revanche sont les nombreux celliers bourguignons qu’il faut nécessairement comptabiliser dans toute statistique.

35Chacune des abbayes masculines eut une moyenne de dix à douze granges ; c’est le cas de Fontenay en Bourgogne ou de Rosières en Franche-Comté ; les plus modestes, comme La Bussière ou Lieucroissant, sept à huit ; Cîteaux ou Cherlieu, les plus riches, près d’une vingtaine. Les moniales de Tart en eurent une demi-douzaine et toutes les autres maisons féminines une ou deux seulement. Compte tenu des inévitables imprécisions, on peut donc estimer entre 200 et 220 le nombre des granges et celliers cisterciens des deux Bourgogne ; un chiffre qui, mieux que tout argument, montre l’emprise rurale de Cîteaux car il multiplie singulièrement celui des abbayes. Il y a là une donnée fondamentale.

36Faute de sources suffisamment nombreuses et explicites, il n’est pas possible de dresser un tableau aussi précis des conditions d’implantation de ces domaines. Il est certain que tous les cas habituels ont existé en ces régions mais dans des proportions assurément très inégales. Sauf localement, comme dans le Haut-Jura, les créations de granges ex nihilo furent rares ; une hypothèse plausible paraît les limiter au dixième des cas environ. Les données apparentes sont à peine du même ordre pour les évictions de communautés villageoises bien installées et chassées de leurs finages pour créer artificiellement un désert prêt à accueillir les moines. Dans presque tous les cas, on constate des reprises de terroirs entièrement abandonnés ou plutôt très insuffisamment exploités par des populations peu denses ou ne résidant pas sur place sinon de façon précaire ; partout où ils le purent, les Cisterciens s’insérèrent entre les mailles trop lâches du tissu humain, souvent après les avoir repérées, et n’hésitèrent pas à se fondre dans l’organisation foncière préexistante (43).

37Les religieux bourguignons respectèrent leur propre législation concernant les distances entre chaque abbaye et ses granges ; plus de la moitié des domaines se trouvent à moins d’une quinzaine de kilomètres de leur monastère et même cinq sur six à moins d’une journée de marche en donnant à cette mesure subjective une valeur double. Mais toutes les maisons ont eu une sinon deux ou trois exploitations plus éloignées encore qui, toutes, se rattachent à un ou deux des quatre cas suivants : donations en bloc de tout un finage par un grand seigneur, recherche d’un terroir propice à l’élevage de montagne et bien plus encore à la viticulture, volonté d’établir une grange-relais entre l’abbaye et une ville importante. C’est dire si, une fois de plus, le pragmatisme l’emporta souvent sur la règle. Peu respectée fut aussi la distance normale de deux lieues... de Bourgogne imposée entre les granges d’abbayes différentes. Dans les étroites bordures viticoles, cela n’entraîna que rarement des conflits car le partage des zones d’installation fut réel et se trouva matérialisé sur le terrain par les plantations de vignes. Mais sur les plateaux de Haute-Saône, en des régions de forte densité cistercienne et vouées à l’élevage itinérant, que de différends le Chapitre général dut-il arbitrer ! Ailleurs, il y eut souvent une véritable répartition de fait ou de droit des zones d’implantation ; ainsi vit-on Cîteaux céder dès 1145 à La Bussière sa grange de Veuchey très excentrée en plein Auxois (72).

38Les bâtiments de ces granges sont mal connus. Certes, quelques-uns existent encore en Bourgogne et, comme les celliers de Cîteaux à Vougeot (92) ou de Clairvaux à Dijon (112, 113, 114), confortent la vision stéréotypée de la bâtisse monumentale allongée et à pignons triangulaires ; d’autres moins connus subsistent, à l’Oizerolle (La Bussière) (73) ou à Répans (Maizières) (148) par exemple. Mais en Comté, il ne reste apparemment rien sinon quelques vestiges bien limités dont le relevé n’a jamais été dressé. Les archives ne sont guère plus utiles ; elles se bornent à indiquer qu’au début du xiiie siècle plusieurs granges étaient ceintes de fossés et de solides clôtures avec, de plus en plus, des chapelles propres malgré la réglementation cistercienne. Si bien que le vrai problème reste largement irrésolu : dans quelle mesure y eut-il en Bourgogne une vaste campagne de construction de granges entre la fin du xiie et le milieu du xviiie siècle selon le type classique si répandu sur les terres du Bassin Parisien ? Si la réponse semble plutôt affirmative pour les celliers, il convient de rester très prudent sur les autres cas. Bon nombre de granges, notamment celles de montagne tournées vers l’élevage, n’ont dû être autre chose que de modestes constructions adaptées aux conditions locales ; sans compter avec le réalisme des Cisterciens qui, souvent, se firent donner ou achetèrent en même temps que les fonds des bâtiments déjà en place.

39Il faut souligner d’emblée que partout les activités agricoles cisterciennes sont assez mal perçues. Particulièrement nette pour la céréaliculture, cette constatation l’est moins pour l’élevage et la viticulture qui paraissent bien avoir été les deux productions principales des granges bourguignonnes.

40Comme pour les déboisements, toutes les études déplorent l’extrême rareté et la grande imprécision des textes concernant les céréales. Surfaces emblavées, outillage, pratiques culturales et rendements sont partout ignorés la lacune est à peu près totale. Il ne fait pourtant aucun doute, ne serait-ce que pour la simple alimentation de communautés alors nombreuses, que les Cisterciens cultivèrent largement les terres favorables. Mais il faut attendre le xiiie siècle pour savoir, à travers les dîmes et autres redevances, ce qu’ils semaient et récoltaient. Blé et avoine, souvent mélangés, eurent leur faveur, devant les seigles, orge et autre millet. On trouve aussi parfois mention de légumineuses, fèves, pois, lentilles et, dans un autre ordre d’idées, de chanvre, de fruits et de miel. Il y a donc là un aspect essentiel de l’activité cistercienne à jamais dans l’ombre ; peut-être parce qu’en raison des conditions naturelles il prit rarement le caractère spéculatif et parfois conflictuel de l’élevage et de la viticulture.

41Comme celle de la pisciculture et plus encore de la pêche partout présentes, l’importance de l’élevage cistercien en Bourgogne est révélée avant tout par le nombre des actes de donation ou de contestation des droits de parcours que les abbayes ont toujours mis autant de soin à acquérir qu’à défendre. Ils concernent le plus souvent des finages entiers grâce aux libéralités de seigneurs locaux ou de véritables petites régions à la suite des générosités de quelques grandes familles. Entre 1150 et 1230, on voit ainsi la plupart des monastères bourguignons se faire donner ou acheter méthodiquement ces droits dans tous les villages qui les entourent et plus encore à proximité de leurs granges de plateaux ; avec, en plus, les autorisations de passage nécessaires et l’exemption d’amendes en cas de dégâts commis par le bétail. On a cru pouvoir avancer le chiffre énorme de 900 km2 de parcours pour la seule abbaye d’Auberive (38), en une région particulièrement favorable il est vrai. Beaucoup plus rares sont les mentions de prés, en général sur les fonds humides que souvent les Cisterciens se chargèrent de drainer.

42Curieusement, les troupeaux de bovins sont relativement peu cités et paraissent avoir été le plus souvent cantonnés autour des abbayes ou des granges de plateau et de montagne. Les chevaux sont apparemment rares, sans doute plus réservés aux charrois qu’aux attelages d’instruments aratoires. Mais les bêtes menues abondent sur les terroirs médiocres, aptes à un pâturage extensif et itinérant révélé par le droit qu’ont les convers de construire bordes et enclos à la belle saison. Les troupeaux cités dans chaque affaire comptent fréquemment une à deux centaines de têtes ; mais sans que l’on sache jamais le cheptel total de chaque abbaye. Avec, il faut le signaler, une tradition déjà différente entre la Bourgogne tournée vers les ovins et la Franche-Comté vers les porcins, en dépit des dispositions restrictives dont la glandée faisait l’objet. En conséquence, même si l’on ignore tout de la production et de la commercialisation des viandes et produits lactés, nul doute que le terme moderne de spéculation s’applique à l’élevage cistercien.

43Bourgogne oblige, que dire alors de la viticulture ? On la trouve omniprésente, même s’il faut distinguer de part et d’autre d’une ligne imaginaire Dijon - Besançon - Genève : au nord, les conditions climatiques limitèrent quelque peu cette expansion qui dans le sud, très favorable, prit les allures d’une véritable conquête. À l’exception apparente de Clairefontaine et de La Grâce-Dieu, toutes les abbayes septentrionales eurent au moins un cellier, parfois deux, comme Auberive ou Cherlieu. Tous obéirent à deux types de localisation distincte. Ou bien ils ont été installés à proximité relative du monastère, en des sites dûment choisis où sols et exposition rendaient possible la culture de la vigne : c’est le cas de plusieurs coteaux disséminés à Esnoms (Auberive) (38), Champlitte (Theuley) (186), Chariez (La Charité) (77), Jussey (Cherlieu) (82) ou encore Fresnes (Fontenay) (126). L’abbaye de Bellevaux semble par contre s’être spécialisée dans la production de cidre par le biais de sa filiale normande du Gard (56). Mais plusieurs communautés n’hésitèrent pas à transgresser allègrement les distances imposées par l’Ordre pour aller créer des celliers dans des régions plus propices, en Alsace même (Lieucroissant), et bien davantage au sud de la limite précédemment indiquée. Parfaitement régulières sont certaines installations comme celles, à une trentaine de kilomètres, de Buillon à Montigny (67) ou de Bellevaux à Besançon (56). Que penser par contre de l’existence à Dijon des celliers d’Auberive et de Fontenay ? La centaine de kilomètres est même largement dépassée avec ceux de Clairvaux à Dijon et de Fontenay à Beaune. Ces entorses aux dispositions des statuts ne peuvent s’expliquer que par la recherche de vins de qualité.

44Et, tout compte fait, c’est le même raisonnement qui va présider à la mise en place des celliers au sud de la ligne Dijon - Besançon - Genève. Les abbayes ont cette fois systématiquement concentré leurs domaines dans les deux grands terroirs de côtes et même sur les meilleurs finages de la Côte bourguignonne et du Vignoble comtois. De Dijon à Mercurey-Givry, en passant par Morey-Vougeot et Beaune-Meursault existe un véritable chapelet de quatre-vingts kilomètres le long duquel s’égrennent une vingtaine de celliers aux noms prestigieux. Plus ponctuelle et de moindre renom se présente la réalité comtoise avec des concentrations autour de Besançon, Salins-Arbois-Poligny et Lons-le-Saunier. Mais la plupart des abbayes ont aussi cherché à s’assurer une production quantitativement importante avec chacune au moins deux celliers, La Bussière (72) et Le Miroir (154) par exemple, voire trois ou même quatre comme Balerne ou Cîteaux. On trouve sept maisons-celliers d’abbayes différentes à Beaune et quatre à Arbois. Ainsi les deux Bourgogne ont-elles porté avant 1250 une quarantaine de celliers ruraux ou urbains cisterciens, chiffre suffisamment éloquent par lui-même pour être commenté.

45Mais il faut dépasser cette simple analyse statistique de la maîtrise du sol et du système des granges pour aborder leur évolution d’ensemble pendant un siècle et demi afin de mieux saisir l’originalité du travail de la terre par les moines blancs bourguignons. Tenter de cerner les modalités et la chronologie de l’installation de leurs domaines, des modes de faire-valoir pratiqués et des méthodes de gestion appliquées est assurément malaisé tant les processus furent apparemment variés et les décalages multiples. Mais, pris dans leur ensemble, ils permettent de dégager des traits fondamentaux assez précis pour mieux comprendre l’efficacité agricole cistercienne.

46On distingue plusieurs modes de création combinés à trois générations successives de granges. Près de la moitié ont été créées dans les trente années qui suivirent la fondation de la plupart des abbayes, soit avant 1160-70. Bien que la part du hasard et des générosités gratuites ne soit certainement pas à négliger, il semble s’agir dans la majorité des cas de créations volontaires, mûrement réfléchies selon les critères de l’esprit cistercien primitif, même si les religieux n’hésitèrent pas fréquemment à solliciter les donations et/ou acensements nécessaires pour prendre pied aux endroits choisis. En ce premier cas, c’est donc toujours la grange qui a donné naissance au domaine souvent constitué d’un noyau central. Celles d’Auberive à Amorey, Crilley, La Salle et au Val Serveux sont de ce type (38). La politique ultérieure des abbayes consista à arrondir l’exploitation plus facilement grâce à des achats déguisés et modérés jusque vers 1190-1200 puis, après cette date, à investir systématiquement le finage concerné par des échanges et des acquisitions officielles assez coûteuses, destinées à éliminer enclaves foncières et droits divers.

47Un bon tiers des granges furent mises en place entre 1160-70 et 1190-1200, pendant la plus grande période d’expansion foncière cistercienne. Les religieux provoquèrent alors souvent des dons de propriétés les plus vastes possibles pour les transformer immédiatement en exploitations. La volonté sous-jacente semble l’acquisition de la terre pour elle-même, a priori sans grand souci de localisation, sauf pour les finages aux aptitudes agricoles spécialisées. Quitte ensuite, souvent après bornage, par une intelligente politique d’échanges et d’achats, à rationaliser le tout comme précédemment. Logiquement, bon nombre de ces fermes paraissent avoir été davantage constituées par d’assez vastes unités culturales plutôt éparpillées autour de la grange. Domaine et grange ont dans ce cas été acquis et créés en même temps, comme à Aquenove, Plongerot, Esnoms et Mussy pour Auberive (38).

48On constate enfin qu’environ un domaine sur six, et cette proportion constante est à peu près partout confirmée, entra dans le temporel monastique après 1190-1200 selon deux procédés bien différents. Soit par un ou deux achats globaux très coûteux portant souvent sur des finages entiers, auquel cas on a naturellement affaire à des exploitations très groupées. Soit par création tardive d’une grange rendue indispensable en raison de l’étendue des biens possédés par une abbaye en une région donnée ; par sa dispersion, le parcellaire reflète alors au contraire une politique plus subie que décidée. Auberive illustre toujours ces deux cas avec l’achat de la grange d’Erelles aux templiers de Morment en 1202 pour la somme de 400 livres provinois et par la création de celles de Ruffey-lès-Echirey aux portes de Dijon, entre 1218 et 1222 (38).

49Reste qu’on ne peut trop demander à ce genre de présentation. Basée sur une statistique, la répartition chronologique correspond bien à une réalité dûment constatée, du moins selon les sources disponibles. Mais il subsiste une large part d’appréciation subjective dans la forme et la consistance foncière de ces exploitations. Il n’existe pour les deux Bourgogne aucun cadastre véritable et aucune superficie exacte de grange n’est connue ; probablement passe-t-on de quelques hectares de vignes pour les celliers de la Côte bourguignonne à plusieurs centaines de pâturages forestiers pour les granges d’élevage des plateaux jurassiens ; une moyenne mathématique de plusieurs dizaines d’hectares semble plausible. Plus difficiles encore à saisir sont les réalités et l’évolution des modes de mises en valeur de ces exploitations.

50Nul doute que les abbayes pratiquèrent d’abord et avant tout le faire-valoir direct. Mais le monde des frères convers demeure à peu près totalement inconnu. De rares mentions de témoignage au bas des chartes en citent çà et là quelques-uns, mais jamais la totalité du personnel d’une même grange ; des fonds d’archives pourtant riches ne fournissent qu’une ou deux dizaines de prénoms et seulement ceux de quelques maîtres de grange. Certaines décisions du Chapitre général montrent à l’occasion d’affaires souvent violentes le mode de vie assez fruste de ces hommes qui, en Bourgogne comme ailleurs, ont si largement contribué à la fortune et au renom de Cîteaux. C’est tout. Et comme ces maigres sources se rencontrent jusque vers le milieu du xiiie siècle, rien ne confirme la crise de recrutement rencontrée en d’autres régions à cette époque ; il se pourrait qu’elle ait été moins précoce qu’ailleurs, particulièrement en Franche-Comté.

51C’est du moins ce qui semble découler des indices souvent tardifs de la lente progression vers le faire-valoir indirect. Les quelques mentions de serviteurs laïcs sont un peu plus nombreuses à partir du dernier quart du xiie siècle. Exceptionnelles avant 1170, les acquisitions d’hommes se rencontrent de temps en temps avant 1200, fréquemment ensuite ; les Cisterciens reçoivent alors ou achètent des manses avec leurs tenanciers et paraissent les laisser sur place ; mais ceux-ci travaillaient-ils les tenures pour eux-mêmes ou pour l’abbaye ? Il y a enfin les acensements à autrui des terres les plus marginales à partir de 1190-1200, fréquentes après 1220-30 et seulement courantes vers 1250-60 ; on ne connaît aucun exemple d’amodiation de grange entière à cette époque.

52Le troisième volet de cette approche sur l’évolution du système des granges doit aborder les méthodes de gestion, notamment à travers les orientations économiques choisies — ou subies ? — par les religieux. On retrouve les trois phases trentenaires signalées précédemment ; elles démontrent clairement les modifications de l’esprit cistercien et sa progressive orientation vers des activités sans cesse plus commerciales.

53Jusque vers 1160-70 au plus tard, c’est à l’évidence le double souci d’autarcie et d’équilibre qui l’emporte partout. Toutes les abbayes offrent le tableau désormais classique de granges peu éloignées installées sur des terroirs aux aptitudes agricoles variées et complémentaires. Suivons cette fois l’exemple de Balerne. L’abbaye possède alors cinq granges : deux de médiocre culture sur le premier plateau jurassien, Rubea Aqua et Ardon, deux d’élevage sur le second plateau, Le Rotour et Loulle (45) et une en plaine, Glénon (42) tournée vers une riche polyculture et une modeste production viticole.

54Mais partout le changement est sensible dès cette décennie avec la volonté d’expansion déjà analysée ; se multiplient, on l’a vu, les dons provoqués, acensements et engagements puis achats déguisés révélés par les procès de bornage et les querelles de voisinage. Particulièrement significative est la montée des conflits avec les seigneurs, les communautés villageoises et les autres abbayes cisterciennes à la suite de dépaissance indue. Les granges dont le nombre double avant 1190-1200 ne sont plus uniquement des centres d’exploitation, mais deviennent de véritables pôles de gestion d’une partie du patrimoine abbatial. Balerne se dote ainsi de trois nouvelles petites granges de culture le long du rebord du Jura, à Salins, Poligny et Lons-le-Saunier et de trois autres d’élevage, beaucoup plus vastes, sur les plateaux, à Saffloz, Songeson et Montorge.

55À partir de 1190-1200 enfin, c’est nettement un souci de rationalisation et plus encore de spécialisation qui partout préside aux destinées des granges cisterciennes. Tous les domaines alors achetés ou créés ont une fonction économique prédominante qu’avec un pragmatisme certain les moines adaptent aux conditions locales. L’élevage continue manifestement de constituer la grande activité dans les régions de plateaux et au nord des duchés et comté de Bourgogne ; mais il semble désormais stabilisé car le nombre des textes diminuent très nettement. Le relais est en réalité pris pratiquement partout par la viticulture, encore plus lucrative, particulièrement au sud de la ligne Dijon - Besançon - Genève. Balerne transforme ainsi ses granges de Salins, Glénon (42) et Poligny en celliers en obtenant de significatifs privilèges — droit de ban avec liberté de construction, de plantation, de vendanges, exemption de péages — en achetant des terres bien exposées et en créant un quatrième cellier à Cuiseaux. Mieux, l’abbaye n’hésite pas à se défaire en 1226 au profit de Mont-Sainte-Marie de sa grange de Montorge trop excentrée et de trop haute altitude, très probablement pour pouvoir investir dans d’autres secteurs économiques non agricoles mais plus fructueux (47).

56La boucle est bouclée, le système des granges désormais bien en place va rapporter gros jusque vers le milieu du xiiie siècle, mais conjointement avec d’autres activités, industrielles et commerciales. La tradition des Cisterciens travailleurs de la terre se trouve donc pleinement justifiée en Bourgogne. Sur l’ensemble des granges et celliers, les 9/10 sont aujourd’hui encore des lieux habités, villages (20 °%), hameaux (20 %) et surtout fermes isolées (50 %). C’est bien la meilleure preuve des choix judicieux et de l’extraordinaire impact des moines blancs sur les campagnes bourguignonnes.

La montée de nouvelles activités (xiie s.-1250)

57L’influence des Cisterciens dans les domaines industriel et commercial fut également déterminante. C’est le sens premier du mot industrie — transformation des ressources naturelles — qu’il faut entendre ici pour aborder trois types d’activités principales concernant les produits agricoles, le travail du fer et la production de sel.

58La maîtrise de l’eau permit l’utilisation de la force hydraulique à travers les installations techniques nécessaires pour la transformation des produits agricoles. Partout, ce ne sont que dérivations de ruisseaux distribuant l’eau dans toutes les parties du monastère, en plein accord avec les pages dithyrambiques écrites par d’Arbois de Jubainville au sujet de Clairvaux. Mais les travaux entrepris pour les moulins et les forges eurent plus souvent une tout autre envergure quand il s’est agi de détourner une rivière, comme à Acey dès le milieu du xiie siècle, ou quand il fallut capter plusieurs sources et, parfois à contre-pente, créer un véritable canal dont le débit et la hauteur de chute fournissaient à l’abbaye eau et énergie. Le plus bel exemple est celui du Cent-Font, épousant les courbes de niveau du terrain sur une dizaine de kilomètres, surplombant même çà et là la plaine dijonnaise par une imposante digue, franchissant le ruisseau du Chairon par le pont des Arvaux et qui, après une chute aménagée, alimente depuis le début du xiiie siècle l’abbaye de Cîteaux (105). La fausse Dheune, creusée par les moines de Maizières sur huit kilomètres, les étangs de Fontenay méritent également d’être mentionnés.

59Aussi n’est-il pas étonnant de constater que toutes les maisons d’hommes se dotèrent d’un moulin dès les deux ou trois décennies qui suivirent leur fondation. Remarquable est par ailleurs la quantité d’installations à réparer ou à reconstruire que reçurent les Cisterciens, manifestement considérés dès l’origine comme de véritables entrepreneurs ; les exemples abondent. Le nombre des moulins donnés par les seigneurs ou construits par les moines avant 1180 confirme d’autre part la puissance économique respective des monastères déjà entrevue avec les granges : deux à trois pour la plupart des abbayes qui, à l’évidence, ne recherchent pas encore ce type de propriété, cinq à six pour les plus riches. Révélatrice enfin est l’évolution constatée partout après cette date : le nombre des moulins double à la suite d’une politique volontariste d’acquisitions de plus en plus monnayées. Et, à partir de 1210-20, se multiplient les preuves de ce qu’il faut bien appeler une boulimie d’achats aux montants parfois très élevés et souvent sur des parts minimes (1/8, 1/16) d’installations qui, réunies soit par un lent et tenace grignotage pendant une vingtaine d’années, soit par une vague concertée d’achats sur deux ou trois ans, aboutissent presque toujours à une mainmise cistercienne à peu près complète. Très significative à cet égard est l’obtention par Theuley en 1228 d’une bulle pontificale concernant exclusivement ses moulins et ses fours (183). Si bien que, vers le milieu du xiiie siècle, rares sont les abbayes ne disposant pas d’au moins une demi-douzaine de moulins ; la moyenne paraît d’une dizaine ; quelques monastères comme Bellevaux, Cherlieu et, probablement, Cîteaux, en ont le double. Les chiffres oscillent de un à deux pour les maisons de moniales les plus modestes à au moins quatre pour Tart.

60Mais il est impossible de dresser un bilan aussi précis pour les fours ; tout au plus rencontre-t-on çà et là des indices permettant de supposer une évolution apparemment assez semblable à celle des moulins. On trouve aussi mentions de carrières, de tuileries, mais de façon presque accidentelle ; il suffit pourtant d’admirer les constructions cisterciennes de cette époque pour constater le rôle essentiel joué par ces installations dans l’édification, la couverture et l’ornementation des abbayes.

61Une constatation analogue s’impose pour toutes les formes de ce que l’on peut appeler le petit artisanat ; il faut toujours se contenter de quelques bribes isolées au hasard des textes pour deviner plus que connaître ces formes pourtant fondamentales de la première économie cistercienne. Il s’agit le plus souvent, durant la seconde moitié du xiie siècle, de menues contreparties — peausseries, chaussures, habits... — offertes par les religieux à leurs bienfaiteurs.

62En réalité, il en va pour tous ces produits naturels et leurs installations de transformation comme pour le problème du déboisement-défrichement. Trop peu nombreux sont les fonds d’archives ayant fait l’objet d’un relevé systématique, ce qui exclut toute approche exhaustive ; avec toutefois certaines difficultés propres. Il est par exemple certain que moulins, fours et autres ateliers ne sont pas toujours cités dans les textes, parce que leur existence dans le périmètre abbatial est une réalité évidente. Il est aussi impossible de déterminer nettement, à condition qu’elle ait existé, la ligne de partage entre moulins et fours purement monastiques ou déjà banaux, hormis pour quelques cas postérieurs à 1220.

63Tel n’est pas, globalement, le cas du travail du fer et de la production de sel qui ont, l’un et l’autre, été abordés de façon plus poussée. Les recherches en cours sur la sidérurgie cistercienne bourguignonne (26) et comtoise (25) ont permis de retrouver à ce jour près d’une cinquantaine de textes antérieurs au milieu du xiiie siècle. Il y a donc là matière à une approche intéressante que, sauf découvertes imprévues, il sera difficile de dépasser.

64La grande inégalité de la répartition spatiale de ces documents s’impose immédiatement : la moitié concerne les finages de La Chaume et de Cussey-les-Forges, à l’extrême nord de la Bourgogne, par l’intermédiaire presque exclusif des abbayes d’Auberive et de Longuay ; un quart, les plateaux bourguignons avec Cîteaux et La Bussière ; le dernier quart enfin, le nord de la Franche-Comté avec Bellevaux et Cherlieu, peut-être Bithaine et La Charité. Les investigations menées dans les fonds cisterciens des actuels départements de Saône-et-Loire, Doubs et Jura n’ont rien donné. Assurément surprenante est l’absence de tout document dans les archives de Fontenay dont le splendide bâtiment de forge est cité partout comme exemple ; ou dans celles de Buillon, Clairefontaine ou Theulay dont l’activité sidérurgique est attestée avant la fin du Moyen Age. Pour la même raison d’évidence que les moulins sans doute, l’absence de documentation sur les forges situées dans l’enclos ou à proximité immédiate des monastères paraît vraisemblable ; l’existence de lieux-dits « La Forge » auprès de pratiquement toutes les abbayes l’implique assurément ; mais à quelle époque remontent-ils ? Il y a aussi la perte de documents ; on voit par exemple en 1349, lors d’un procès contre la comtesse de Bourgogne, Cherlieu arguer de son bon droit « en possession d’ancienneté de faire tirer mine à faire fer en ladite grange [des Craies] et ès appartenances » sans que le riche chartrier de l’abbaye ne contienne aucune preuve écrite de cette prérogative (82). Malgré ces réserves, cette répartition apparemment déséquilibrée correspond quand même bien à celle des principaux affleurements ferrugineux bourguignons.

65Les dates de ces documents fournissent une première indication plus instructive. Aucun n’est antérieur à 1160/68 et la moitié d’entre eux sont à attribuer aux deux seules décennies 1210-1230. Sans tenir compte des renseignements purement techniques recueillis, presque tous ces textes se rattachent à quatre thèmes principaux. Le droit d’extraction du minerai est concédé dans une quinzaine de documents tout au long de la période, avec deux pointes entre 1160/68, 1180 et 1210-30. La constatation est la même pour les autorisations de construction de forges ; les installations effectivement mises en place sont prouvées à La Forgeotte pour Cîteaux entre 1165 et 1182, aux Deux-Poiriers pour La Bussière entre 1211 et 1224. On dispose aussi d’une dizaine de textes de contestations ou de confirmations concernant l’exploitation du minerai et datant tous des décennies 1210-1230. Et de deux documents de 1217 et 1237 dans lesquels les moines de Cîteaux et de Longuay passent de véritables contrats de prospection et d’exploitation aux clauses particulièrement intéressantes avec le duc de Bourgogne et l’évêque de Langres.

66De là une interprétation chronologique assez simple. Il semble bien que jusque vers 1180 les Cisterciens se soient contentés d’une production destinée à leurs propres usages ; l’autorisation donnée en 1168 à Clairvaux par l’évêque de Langres de construire une forge à La Chaume le précise explicitement. Le passage à une fabrication moins autarcique symbolisé par la forge de Fontenay7 encore située dans l’enceinte de l’abbaye mais déjà d’une ampleur nouvelle, se situerait entre 1180 et 1210 ; et le stade vraiment industriel atteint entre 1210 et 1230.

67Il reste toutefois à évoquer un problème commun aux moulins et aux forges rencontré dans les archives comtoises. Assez nombreux sont en effet les documents indiquant l’existence de foulons, battoirs, ribbes..., sans qu’on puisse avec certitude leur attribuer une activité précise : meunerie, huilerie, sidérurgie ou draperie. Mais il est vrai que leur nombre et leur datation ne sont pas de nature à modifier sensiblement les conclusions précédentes. Il n’y a donc apparemment rien de spécifiquement bourguignon dans la transformation des produits agricoles et du travail du fer par les Cisterciens. Tout au plus y trouve-t-on, avec davantage de précisions, la confirmation de données sans doute applicables à d’autres régions de France.

68Aussi la véritable mainmise des moines blancs sur la production de sel avant le milieu du xiiie siècle apparaît-elle mieux comme la grande originalité de l’industrie cistercienne des deux Bourgogne même si, en fait, elle concerne la seule Franche-Comté. Rappelons que la nature a doté cette province de deux zones principales d’affleurements triasiques de marnes à gypse et d’argiles schisteuses renfermant de considérables amas de sel gemme transportés en surface par l’intermédiaire de sources salées souvent connues et parfois exploitées dès l’Antiquité. Au nord, ce sont les bassins supérieurs de la Saône et de l’Ognon avec la présence de plusieurs petits centres salicoles ; mais c’est, au sud, le rebord occidental du Jura central qui, de tout temps, a livré l’essentiel de la production comtoise avec Salins et Lons-le-Saunier, les deux véritables capitales du sel.

69Pour les sources du nord du comté, contentons-nous d’indiquer que la plupart de leurs rares archives antérieures à 1250 appartiennent à des fonds cisterciens et datent des années 1170-1210. L’abbaye de Lieucroissant était possessionnée à Saulnot, Lucelle à Soulce ; et la branche cadette des comtes dota largement celles de Bellevaux, Cherlieu, Clairefontaine, La Charité et même Morimond au puits de Scey-sur-Saône en deux vagues de donations, entre 1170-73 puis 1190-1210. Mais le nombre limité de textes connus, une quinzaine environ, empêche toute autre constatation que cette présence cistercienne déjà significative. On retrouve les mêmes données d’ensemble, moins imprécises, avec les sources de Grozon, au sud. Sur la trentaine de documents retrouvés les concernant entre les milieux des xiie et xiiie siècles, plus de la moitié sont tirés de fonds cisterciens et même presque exclusivement du chartrier de l’abbaye toute proche de Rosières (24). Ils montrent bien comment les religieux reçurent puis se firent donner et finalement achetèrent à des particuliers des installations salicoles souvent ruinées, les remirent en état puis les exploitèrent jusqu’en 1250, date à laquelle Jean de Chalon voulant mettre la main sur cette petite saline n’eut qu’à traiter avec les moines de Rosières pour acquérir l’essentiel des droits en relevant.

70Très différent est le cas de Salins car la documentation est cette fois-ci tellement riche qu’elle semble avoir découragé les historiens. Les archives cisterciennes mériteraient à elles seules une thèse car les textes se comptent assurément par plusieurs centaines ; mais ils n’ont fait l’objet que de quelques pages dans certaines monographies. Toute présentation synthétique est par conséquent actuellement impossible et il faut se contenter d’énoncer avec prudence et à grands traits les données qui illustrent toutes, et surabondamment, l’intérêt exceptionnel que portèrent les Cisterciens aux sources salinoises.

71Le début de la mise en place de ce temporel semble bien se situer pour les abbayes comtoises proches et pour Cîteaux dans les deux décennies 1140-1160. Les religieux reçurent alors en don certaines quantités d’eau salée et quelques installations, là encore souvent à remettre en état. À partir de 1180 environ, plusieurs monastères, notamment Balerne, Cîteaux et Rosières, commencèrent à se doter d’un véritable patrimoine immobilier dans la ville avec l’acquisition monnayée de nombreuses chaudières et la création de maisons-relais où résidaient en permanence des frères convers assurant la production de sel ; selon une tradition largement répandue, Balerne et Rosières auraient même participé à l’aménagement des deux principales sources ; et pratiquement tous les monastères cisterciens des deux Bourgogne participèrent au mouvement. Dès 1220-30, celui-ci prit l’allure d’une véritable conquête et aboutit à la création de ce qu’il faut bien appeler l’empire cistercien salinois ; il suffit pour s’en convaincre d’ouvrir par exemple les cartulaires spécialisés de Cîteaux ou celui de Balerne, uniquement consacrés aux titres de Salins : ce ne sont qu’achats à des prix sans cesse plus élevés de quantités de muire toujours plus considérables. Et Jean de Chalon, maître de la ville dès 1237, prit bien soin dans sa politique d’appui sur les abbayes de n’en oublier absolument aucune, ni de moines ni de moniales, dans ses multiples largesses. En ce milieu du xiiie siècle, la puissance cistercienne salinoise est à son apogée.

72Mais c’est finalement à Lons-le-Saunier qu’il est possible de cerner avec le plus de précision la réalité et l’évolution du rôle des Cisterciens dans la production de sel comtois entre 1150 et 1250. Ici, ni défaut ni excès d’archives avec un peu plus de trois cents pièces parmi lesquelles près des deux tiers proviennent encore de fonds cisterciens. Tous les chartriers des abbayes d’hommes des deux Bourgogne, et même parfois d’au-delà, contiennent au moins quelques documents relatifs au sel lédonien. Avec une douzaine de chartes, ceux d’Acey, Auberive, du Miroir et de Rosières sont bien utiles ; pour en détenir le double, les fonds de Bellevaux, La Charité et de Cîteaux mériteraient une étude ; celui de Balerne enfin, avec une cinquantaine de textes, se révèle comme le plus riche et a fait l’objet d’une étude systématique dont voici les conclusions essentielles (46).

73L’abbaye s’intéressa au sel à partir des années 1150-60 et jusque vers 1175 se constitua presque uniquement par des dons un petit patrimoine salicole diversifié destiné à satisfaire sa consommation comme l’indiquent plusieurs documents. Signalons quand même le texte exceptionnel de 1171 aux termes duquel certains bourgeois de Lons-le-Saunier passèrent un véritable contrat avec Balerne qui reçut de l’eau salée contre les services du convers Rodolphe, qualifié deperitissimus in hujus modi et d’un charpentier pour réparer leurs puits alors presque détruit. Entre 1190 et 1210, l’abbaye doubla une première fois sa quantité de muire, acquit des chaudières et ses premières maisons ; elle prit soin également d’exempter fiscalement et de consolider ce temporel en pleine expansion par diverses confirmations et règlements amiables ; le stade de l’autarcie est de toute évidence déjà dépassé. Celui de l’industrie fut atteint grâce à la multiplication des achats à partir de 1230 : nouveau doublement de l’eau salée possédée, toujours aussi systématiquement exemptée de taxes, nouvelles chaudières avec un net souci de rationalisation, emploi d’ouvriers salariés... Les sondages menés dans les autres fonds montrent une évolution générale analogue malgré certains décalages et une ampleur moindre.

74Si bien qu’en fin de compte, les mêmes conclusions s’imposent avec netteté une fois envisagés les trois principaux types de transformation des produits naturels : partout les Cisterciens sont présents dès le milieu du xiie siècle et ont manifestement la réputation de bons entrepreneurs. L’autarcie imposée par les statuts fut abandonnée dès 1170-80 et les moines n’hésitèrent pas, à partir de 1220-30 à orienter délibérément leur économie vers des activités d’envergure et de conception préindustrielle ; en satisfaisant les besoins locaux avec leurs moulins, leurs fours et leurs forges ; en contrôlant la production de sel comtois largement commercialisée sur place et dans les provinces limitrophes.

75Mais les réalités de cette commercialisation restent complètement ignorées, comme celles d’ailleurs de tous les autres produits agricoles et industriels. Il n’existe aucun document véritablement éclairant, chiffres de production ou livre de compte par exemple ; il y a pourtant là incontestablement un aspect essentiel de l’économie cistercienne. Quelques indices disponibles permettent quand même de lever un peu le voile sur le trafic et l’écoulement de ces marchandises.

76Seules les exemptions de péages accordées aux moines blancs laissent supposer l’existence d’échanges entre les abbayes et le monde extérieur. Mais ces textes sont toujours du même type : remise contre prières par un seigneur des taxes qu’il percevait sur les produits transitant sur l’ensemble de ses terres ou en un endroit particulier de son domaine. Ce sont donc plutôt les dates d’obtention, le nombre, la nature et surtout les emplacements de ces exemptions qui fournissent les plus utiles renseignements, d’autant qu’ils révèlent partout les mêmes idées directrices.

77Rares furent les exemptions obtenues avant 1160-70. Il faut citer celles octroyées à tous les monastères vers 1133 par le comte Rainaud III et vers 1170 par le duc Hugues III à travers tous leurs domaines respectifs. Les affranchissements spéciaux sont d’autre part toujours acquis en des lieux situés sur des axes de ravitaillement des abbayes ; Cîteaux reçut ainsi dès 1140 le libre passage dans l’évêché de Metz pour son approvisionnement en sel venant de Marsal. Ces concessions traduisent donc davantage le souci des religieux de pouvoir transporter librement les productions nécessaires aux monastères que celui de véritablement commercer.

78Tel n’est plus à l’évidence le cas à partir de la décennie 1170-80. Toutes les abbayes obtiennent alors avec méthode de très nombreuses exemptions autour de leurs granges, des principaux centres économiques, le long des voies à emprunter et des rivières à franchir. On voit même se tisser une véritable toile de franchises superposée aux propriétés cisterciennes mais aussi, fait nouveau, aux principales agglomérations et aux grands axes d’échanges de l’époque : capitales administratives, cités épiscopales, villes viticoles et salicoles, bacs et ponts sur la Saône et le Doubs, cols transjurassiens et voies transbourguignonnes, en faveur des moines, de leurs serviteurs, de leurs chariots et de leurs troupeaux. Réseau occulte mais combien révélateur, car à l’exemption de péages s’ajoutent désormais celles des tonlieux et éminages sur les places de marché, à un moment où précisément les religieux créent la plupart de leurs maisons urbaines.

79Cette appellation ne convient d’ailleurs guère pour caractériser ces installations cisterciennes car nulle part, au début du moins, elles se bornèrent à cette simple réalité. Le mot relais est plus satisfaisant ; il traduit mieux leur double fonction originelle — pied-à-terre pour les religieux en déplacement et centre de stockage des produits — identique par conséquent à celle des granges jusqu’en 1160-70. Seuls de rares monastères en possèdent alors un ou deux petits et uniquement dans les villes à vin ou à sel.

80Mais à partir de 1170-80, on assiste partout à la multiplication et à la transformation de ces installations urbaines. Ce sont toutes les abbayes qui reçoivent, se font donner et achètent de plus en plus emplacements et/ou maisons. Il s’agit cette fois d’être présent dans tous les lieux de commerce. Significative est l’implantation de nombreux relais à proximité immédiate des portes des villes, comme celui de Cîteaux à Dole avant 1218 par exemple (102). Inexistantes avant 1170, les acquisitions urbaines de Bellevaux représentent alors 10 à 15 % des transactions connues (58). Chaque monastère se dote ainsi de deux ou trois relais qui deviennent aussitôt de véritables centres de gestion d’une partie de son temporel et, plus que probablement, centres de commercialisation de ses produits.

81Il faut cependant attendre les années 1220-30 pour voir les abbayes franchir un palier supplémentaire. Les acquisitions de maisons deviennent si nombreuses qu’elles finissent par créer dans toutes les villes importantes de véritables petits quartiers dont le souvenir s’est fréquemment perpétué à travers des noms de rues, de portes ou de tours de remparts ; il suffit d’ouvrir n’importe quelle monographie urbaine bourguignonne pour en trouver témoignage (44). Et ces relais constituèrent vite des pôles d’attraction autour desquels se mit en place un temporel foncier d’un type nouveau. Les petites villes virent également s’installer les moines, surtout quand elles abritaient foires et marchés. Souvent même les religieux créèrent en des agglomérations parfois éloignées de véritables petits comptoirs auxquels était attaché un habile cortège de privilégiés commerciaux. Vers 1250, Auberive possède ainsi au moins cinq relais principaux, à Dijon et Mussy pour la vigne, à La Chaume pour le fer, à Lons-le-Saunier pour le sel et à Langres à cause de la cour épiscopale ; et plus d’une vingtaine de maisons disséminées (38). Les données sont de même nature et du même ordre pour Fontenay (126). Toutes jouèrent enfin, et de plus en plus, le rôle de centre de perception des redevances, preuve de la transformation complète de l’esprit des Cisterciens qui, partout, tirent désormais revenu du travail d’autrui.

82Tel est le dernier point à aborder pour en avoir terminé avec ce tour d’horizon de l’économie cistercienne bourguignonne jusqu’au milieu du xiiie siècle. Le problème est assez délicat car il faut cerner les étapes et les biais par lesquels les moines blancs en sont peu à peu arrivés à accepter un tel renoncement à la règle bénédictine dont le strict respect avait pourtant constitué leur raison d’être.

83C’est à travers la possession d’hommes que l’on peut d’abord le mieux suivre ce long cheminement car les sources, assez abondantes et souvent datées, ont été bien étudiées. Hormis deux cas apparemment tout à fait exceptionnels à Cîteaux vers 1140 (85) et Auberive vers 1160 (38), les abbayes bourguignonnes ne détinrent aucun serf avant 1170. Cette année-là marque un premier tournant car d’un coup plusieurs monastères en reçurent quelques-uns. Mais les modalités de ces cessions montrent bien qu’il s’agit toujours d’une atteinte à peine ressentie à la règle : ces hommes sont très peu nombreux, un ou deux par abbaye, donnés et non achetés, par les plus grands personnages, comtes de Bourgogne notamment, et affectés à des tâches manifestement spécialisées comme le fonctionnement des chaudières à sel ; il est en outre probable que ces serfs aient été incontinent affranchis et transformés en convers ou en familiers. La faille était néanmoins ouverte car après 1200 leur nombre s’accrût, il y eut fréquemment contrepartie à leur acquisition, leur spécialisation disparut et leur affranchissement semble douteux. Ce n’est qu’à partir de 1220-30 qu’ils se comptent par dizaines, qu’ils sont bel et bien achetés et assujettis à de multiples charges au profit de l’abbaye.

84On voudrait pouvoir dresser un tableau aussi précis pour les manses, les redevances en nature, les rentes en argent et les droits seigneuriaux. Ce n’est pas possible, faute d’une approche suffisante du sujet dans les travaux récents. Mais on retrouve assez nettement à travers les indices recueillis une évolution très voisine. La décennie 1220-30 s’impose en particulier comme celle de l’abandon des derniers freins...

85La question si controversée des dîmes va fournir un second canevas instructif à condition de distinguer les exemptions dont bénéficièrent les religieux et les dîmes qu’ils levèrent sur autrui avec, dominant le tout, le problème de la détention d’églises.

86Les abbayes de la première génération reçurent et acceptèrent de nombreuses remises de dîmes sur les terres qu’elles désiraient mettre en valeur ; le plus souvent incultes, cela ne provoqua guère de conflits, même si çà et là les Cisterciens remirent des contreparties. Le privilège pontifical de 1132 conforta la situation et aurait dû mettre les moines blancs à l’abri. Or on constate de très fréquentes querelles dues sans doute à l’ardeur avec laquelle les religieux firent fructifier les fonds dont ils s’étaient rendus maîtres. Le très célèbre différend des moines du Miroir avec les bénédictins de Gigny au sujet de la terre de Gizia entre 1150 et 1155 illustre ce problème maintes fois rencontré jusque vers 1160 (155, 156). De là d’inévitables transactions parfois monnayées au prix fort. Rien que de désormais connu dans tout cela.

87Ce qui l’est moins, et apparaît avec force dans les deux Bourgogne, est l’autre méthode, plus efficace, que les Cisterciens utilisèrent pour s’affranchir du paiement des dîmes : ils n’hésitèrent pas à solliciter, et à obtenir, directement le patronage d’églises ce qui eut pour résultat de supprimer le problème. Certes l’idéal cistercien s’interdisant ces patronages subsista quelque temps : les anciens bénédictins de Balerne abandonnèrent ainsi leur église de Cognos en 1136, la même année que leur affiliation à l’ordre (48). Mais, dès 1145, Bellevaux, faisant preuve de plus de réalisme, obtint la possession de celle de Cirey sur la paroisse de laquelle elle se trouvait. Et l’on vit, à partir de 1160, et plus encore de 1170, s’étendre cette pratique sur les chapelles puis les églises dont relevaient certaines granges : Purgerot en 1158 pour Cherlieu (82) ou Détain en 1164 pour Cîteaux (98) par exemple. Tout à fait révélatrice est même la récupération de l’église de Cognos par Balerne en 1178 car l’abbaye et quatre de ses granges relevaient de cette paroisse (48). La multiplication de ces patronages et, à défaut, les acquisitions de moins en moins déguisées puis les achats délibérés vont à peu près partout libérer les Cisterciens de cet impôt. Mais il s’agissait encore que de se soustraire à son paiement et non pas de le prélever sur autrui.

88L’amorce de ce phénomène est plus difficile à saisir. C’est incontestablement par l’intermédiaire des rentes en nature puis en argent affectées sur les dîmes d’une terre que les Cisterciens entrèrent dans le cycle dès 1170-80. Diverses statistiques fondées sur les chartes d’Auberive (38), La Charité (77) et Cherlieu (82) montrent clairement une lente montée de ces dons jusque vers 1200-10. Après cette date, les moines sont devenus partout décimateurs et transforment leur exemption en sources de revenus. D’abord grâce à leurs églises — de deux ou trois à plus d’une douzaine pour chaque abbaye — décimatrices sur des terres qui ne leur appartiennent pas, puis, progressivement, sur les leurs à la faveur des premiers acensements. Après 1220-30 apparaissent même les achats purs et simples de dîmes nues, c’est-à-dire sans l’intermédiaire de la possession ni d’églises ni de fonds. Pas plus que pour les fondations d’anniversaires, sépultures et autres pitances, il n’y eut plus dès lors aucune retenue...

89Mais il est temps de conclure sur l’économie cistercienne des deux Bourgogne jusque vers 1250. Deux premières caractéristiques, intimement liées, se dégagent avec évidence : la succession significative de différents pôles d’activité en relation étroite avec l’évolution de l’esprit cistercien. Au travail obscur de la terre destiné à satisfaire uniquement les besoins des abbayes succéda une expansion foncière davantage axée sur l’élevage, source de surplus commercialisables ; une mise en valeur des meilleurs sols permit ensuite une importante production viticole à but ouvertement mercantile ; le passage enfin à des activités préindustrielles assura de plus grands profits encore. C’est dire combien les Cisterciens bourguignons surent exploiter toutes les ressources naturelles de leurs régions.

90C’est aussi déceler les étapes successives de l’abandon progressif de leurs préceptes. Malgré de réels décalages, on pourrait, en schématisant à l’extrême, distinguer quatre phases trentenaires : jusque vers 1160, c’est le respect strict des statuts qui s’impose, sauf de rarissimes exceptions inévitables ; les décennies 1160-1190 virent partout l’ouverture de l’Ordre sur les réalités du monde du moment avec le contournement des entraves les plus pesantes ; les années 1190-1220 furent ensuite celles d’une extraordinaire expansion avec l’abandon accéléré de la plupart des principes originels ; 1220-1250 enfin, le plein épanouissement économique avec la disparition totale de tout frein.

91Les explications de cette évolution parallèle débordent, on s’en doute, le cadre bourguignon : fuite du temps et succession des générations de moines, inadaptation de la rigidité de la règle bénédictine à une époque de progrès et d’échanges... L’approche des réalités bourguignonnes a cependant permis de mieux cerner les modalités de cette transformation. L’idéal cistercien attira à lui des donations contraires à son esprit mais auxquelles les religieux ne surent pas résister ; mais ils trouvèrent toujours les formes intermédiaires, ni vraiment interdites ni complètement autorisées par les statuts, et qui leur permirent de sans cesse s’adapter. En somme, dominant, écrasant le tout, un pragmatisme total. C’est cette maîtrise terriblement efficace qui est la principale caractéristique de l’économie cistercienne bourguignonne jusque vers le milieu du xiiie siècle. Et quand, après 1250, elle va leur échapper, il n’y aura plus que l’économie des Cisterciens, c’est-à-dire une tout autre chose, plus banale, plus subie ; presque plus humaine aussi.

Déclin et effacement (1250-1450)

92La période qui s’ouvre à partir du milieu du xiiie siècle se présente bien différemment de la précédente. Nous ne reviendrons ni sur la raréfaction croissante des sources disponibles, ni sur le trop petit nombre de travaux menés à ce jour. Deux données nouvelles doivent cependant être immédiatement mises en avant car elles conditionnent largement l’évolution économique des abbayes qui vont désormais subir la double et pesante influence de l’usure du temps et de la pression des événements extérieurs.

93Le temps est un facteur que les Cisterciens d’avant 1250 surent domestiquer. Les quatre ou cinq générations de moines qui se succédèrent depuis 1120-40 furent absorbés, presque englouties dans une recherche permanente d’adaptation et de progrès tout au long d’une époque de paix, de prospérité et d’essor continu ; ils gagnèrent la course de vitesse engagée et assurèrent ainsi leur succès. À partir de 1250, et jusqu’à la fin du Moyen Age, huit à dix générations de religieux — le double — n’eurent pour principale tâche que de maintenir les situations acquises. D’entrepreneurs actifs, les moines furent condamnés à devenir de simples gestionnaires qui, cette fois, vont perdre la course d’endurance et, de la sorte, rejoindre le commun de la société dans sa difficile survie face aux guerres, épidémies et incessants replis. Aussi convient-il d’analyser les deux phases distinctes qui vont marquer le déclin interne jusqu’en 1330 puis l’effacement de l’économie cistercienne bourguignonne devant les crises répétées des xive et xve siècles.

94Le trait dominant qui s’impose avec force dès le milieu du xiiie siècle et jusque vers 1330 est l’ébranlement puis la disparition progressive des principaux fondements de l’économie cistercienne triomphante. Or, malgré certaines adaptations, les moines ne surent, ou ne purent, relever les nouveaux défis lancés par leur propre évolution et par les changements du monde extérieur.

95Il y a d’abord la question essentielle du recrutement. Faute de sources globales, elle n’a pas été évoquée avant 1250 ; le nombre des fondations, l’ampleur de leurs bâtiments et leurs assises économiques prouvent suffisamment le succès considérable de Cîteaux dans les deux Bourgogne à cette époque. En filigrane semble apparaître, et seulement vers le second tiers du xiiie siècle, des difficultés, parmi les convers probablement. Sans atteindre pour autant les chiffres imprudents et gratuits avancés çà et là dans les monographies du xixe siècle, il ne fait aucun doute que les monastères trouvèrent leur grande force de travail dans leur abondante population.

96En l’état actuel des recherches, on dispose pour les deux provinces bourguignonnes d’une trentaine de documents postérieurs à 1330 citant l’intégralité du personnel des abbayes masculines. Aucune communauté — sauf Cherlieu et Cîteaux — ne dépasse le chiffre de vingt ; certaines n’atteignent même pas le nombre de dix ; la moyenne statistique s’établit autour d’une quinzaine, moines, novices et sans doute convers compris, familiers et domestiques exclus. Les trois seules données antérieures à 1330 sont identiques. Malgré l’absence de renseignements probants, c’est donc bien entre 1230 et 1330 qu’il faut placer l’effondrement du recrutement cistercien bourguignon ; les conséquences économiques furent déterminantes.

97Avec, en premier lieu, l’abandon du faire-valoir direct et le spectaculaire recul du travail de la terre. On a précédemment indiqué que les acensements connus de terres ne deviennent courants qu’à partir de 1250 (42) sans toutefois encore concerner des granges entières. Mais le phénomène apparaît d’un coup, presque avec brutalité, entre 1250 et 1270, à peu près partout. Voici quatre exemples significatifs, parmi les plus précoces, montrant clairement à travers différentes destinées la moindre rentabilité et plus encore l’impossibilité pour les Cisterciens de maintenir la situation originelle. En 1256, le Chapitre général protesta, en arguant de l’honnêteté de l’Ordre, contre l’édification par Henri de Vergy d’une forteresse sur le territoire de la grange de Montcierge relevant de Theuley (183). L’année suivante, les moines de Cherlieu demandèrent et obtinrent de l’archevêque de Besançon l’autorisation de construire une église sur le finage de leur grange de Cornot où le lotissement d’un nouveau village est présenté comme déjà réalisé (82). En 1258, l’abbaye de Lieucroissant vendit pour 200 livres sa grange de Courcelles à Thiébaut IV de Neuchâtel (140) ; en 1264, La Ferté céda celle de Clux au duc de Bourgogne contre la somme de 5 000 livres. Après 1270 enfin, se multiplient les contrats de métayage de granges entières avant que ne soient signés, un peu plus tard, les premiers véritables actes d’acensements généraux. Une étude systématique dans les archives de La Charité a même montré que l’appellation granges disparaît des textes pour chacun de ses neuf domaines entre 1271 et 1295 (77). La substitution répétée à cette époque par les abbayes des cens qu’elles devaient en nature par des cens en argent est une preuve supplémentaire de cette très nette désaffection du travail de la terre ; comme l’abandon de droits d’usage dans les forêts aux paysans locaux contre des journées à la tâche ; la nouvelle poussée des acquisitions urbaines de certains monastères à partir de 1270-80 va dans le même sens (58).

98Inversement, et de façon logique, les archives de toutes les maisons montrent avec une belle unanimité comment, passé le cap fatidique des années 1240-60, les moines recherchèrent, parfois avec la même boulimie qu’ils avaient mise dans leur quête immobilière, à acquérir tous les droits susceptibles de leur assurer un revenu régulier sans l’emploi d’aucune main-d’œuvre : la seconde moitié du xiiie siècle vit partout les Cisterciens bourguignons devenir des rentiers de la terre. Les exemples sont tellement nombreux qu’il est inutile d’en présenter quelques-uns ; une typologie se révèle plus convaincante. Il y a d’abord la multiplication de profitables achats de rentes en argent sur les puits salés de Salins et de Lons-le-Saunier. Il y a aussi la poursuite et l’amplification du mouvement faisant des Cisterciens des décimateurs comme les autres : acquisitions d’églises et véritables partages des dîmes entre les curés desservants, déjà réduits à la portion congrue, et les religieux-patrons, bénéficiaires des plus grosses parts. Il y a enfin, et peut-être plus encore, les achats de droits seigneuriaux, avec l’augmentation nette des reprises de fiefs, du nombre des banalités, moulins et fours, d’hommes désormais taillables et corvéables, des droits de justice... ; parfois, tout est même acquis en bloc, par villages entiers... pour faire bonne mesure et simplifier les procédures.

99C’est que toutes les abbayes ressentent la nécessité absolue de se procurer des revenus à une époque où, avec autant d’unanimité, s’estompent puis disparaissent les donations. Là encore, les années 1240-60 marquent bien un tournant décisif. Amorcée dès 1220-30, la baisse des dons devient alors telle qu’on peut parler de tarissement à peu près complet de ces ressources pour la fin du xiiie et le début du xive siècle. Les Cisterciens semblent avoir perdu tout prestige spirituel. Ils doivent désormais se contenter des rares et modestes générosités de quelques vieux fidèles. Les monastères deviennent les nécropoles de lignages familiaux qui y fondent leurs anniversaires ou prennent en charge un luminaire contre le paiement de petites rentes en argent ou de pitances supplémentaires. Les abbés sont aussi de temps à autre les exécuteurs testamentaires de personnages renommés mais peu fortunés. Plus aléatoire et moins lucrative, cette vente de sépultures ou de prières ne remplace pas, tant s’en faut, les revenus réguliers et abondants de la générosité populaire dont les Cisterciens sont maintenant coupés.

100Le problème est encore aggravé par la disparition d’autres ressources habituelles et l’apparition de dépenses nouvelles. Les premières guerres locales vont inaugurer à partir du milieu du xiiie siècle l’ère d’insécurité et de destruction qui va tout balayer à partir de 1330. On sait par exemple que les salines de Lons-le-Saunier cessent d’exister entre 1314 et 1320. Bien que limités dans le temps et l’espace, ces désordres suscitèrent aussi de nombreuses contestations de droits pour la défense desquels les communautés furent contraintes à de coûteux procès. On vit alors, entre 1270 et 1320, fleurir les contrats qui sous des appellations diverses — avouerie, garde, paréage — placèrent les abbayes sous la défense, et la dépendance, de quelques grandes familles au prix de l’abandon d’une partie de leurs revenus et de la construction, à mi-prix, d’un « châteauneuf » à proximité. Une étude systématique et approfondie de la localisation et de la chronologie, des termes officiels et des conditions occultes de tous ces contrats contribuerait certainement à éclairer de façon instructive l’évolution interne des abbayes bourguignonnes.

101Nul doute que les Cisterciens crurent, au début du moins, qu’ils réussiraient une fois encore à s’adapter aux temps nouveaux. De là, et en continuité avec le rythme de leurs fougueuses dépenses d’avant 1250, cette espèce de fuite en avant pour trouver les nouvelles ressources nécessaires destinées à faire face, mais aussi ces achats encore somptuaires et inconsidérés ; le nombre des abbés déposés par le Chapitre général pour leur prodigalité et fautes de gestion à partir de 1260 est révélateur à cet égard. De là aussi les très nettes tentatives de rationalisation temporelle auxquelles les abbayes se livrèrent en multipliant les échanges et les ventes entre elles. De là enfin, après que les dures réalités les eussent amenées à plus de prudence, ces contrats d’association certainement ressentis comme le symbole de leur déchéance et néanmoins acceptés comme dernière planche de salut. Mais rien n’y fit puisque partout on constate le même résultat : endettement progressif, aliénation partielle du temporel et, en fin de compte, effacement de la plupart des monastères avant même la tourmente des années 1330.

102Les archives permettent toutefois de largement nuancer le tableau. Outre la date de ces associations, celle à laquelle chaque maison apparaît endettée pour la première fois de façon sérieuse mériterait une recherche poussée. Les monastères les plus pauvres furent touchés les premiers. Le cas de Theuley, dès 1260-70, est significatif : 1261, vente pour 118 livres d’une vigne avec abandon définitif de tout cens ; même année, dispense de paiement des subsides au Saint-Siège ; 1263, dispense de réception des hôtes pour cinq ans ; 1264, rappel par Urbain IV d’interdiction de toute aliénation temporelle ; 1268, vente de la grange de Bourberain ; 1269, demande au Chapitre général de dispersion de la communauté... (185). Or, à la même époque, les abbayes les plus riches achètent encore, et pour des sommes considérables, des villages entiers, des rentes sur les salines. Entre 1250 et 1300, Bellevaux aurait ainsi dépensé pour plus de 3 500 livres en acquisitions diverses (56), quitte d’ailleurs à emprunter en 1258 les 1 220 livres nécessaires pour l’achat de cinq montées de muire à Lons-le-Saunier et à les rembourser sans coup férir tout juste trois ans plus tard. Les abbayes moyennes comme Auberive et La Charité ne furent endettées que vers 1290-1310. Une indication très précieuse de l’état des revenus des couvents comtois est livrée par le dénombrement que fournit Othon IV à Philippe le Bel en 1295 : Bithaine, Buillon et Rosières ont moins de 500 livres de revenus annuels ; Acey, Balerne, La Grâce-Dieu et Lieucroissant de 500 à 1000 ; Bellevaux, La Charité et Mont-Sainte-Marie de 2 à 3 000 ; Cherlieu, plus de 7 000 ! Le rapport est presque de un à vingt. Et en 1300, quand Cîteaux, la plus fortunée de toutes, prête encore 7 000 livres à Saint-Germain-des-Prés avant de lui acheter pour la somme de 10000 livres plus une rente annuelle de 400 son prieuré de Gilly, d’autres abbayes sont contraintes de mendier des prêts de moins de 100 livres qui leur sont accordés à des taux usuraires. Mais dès 1330, Cîteaux fut obligée d’emprunter à son tour (97).

103C’est donc incontestablement à un corps déjà malade que les difficultés du xive siècle portèrent le coup de grâce à la suite duquel l’économie des Cisterciens va complètement sombrer dans l’anonymat d’une survie entièrement dépendante d’événements extérieurs à elle-même. C’est d’ailleurs bien là le premier problème pour continuer plus avant dans le temps cette présentation d’ensemble. On retrouve certes partout mentions des calamités qui s’abattirent sur les deux Bourgogne entre 1330 et 1370 : guerres intérieures, peste noire, troubles de la guerre de Cent Ans avec invasion anglaise et Grandes Compagnies avec leur cortège d’effets désastreux : dépopulation, dévastations, pillages... Les abbayes incendiées, les petites communautés dispersées ou réfugiées dans leurs maisons-fortes urbaines, les fermes abandonnées sont le lot commun ; et tous les chartriers montrent de significatives lacunes pour ces décennies de malheur durant lesquelles on peut, sans grand risque, énoncer la disparition de la notion même d’économie.

104Mais au-delà de 1370, et c’est un second problème cette fois insurmontable pour toute tentative de synthèse, il n’y a plus ni idée dominante ni réellement originale dans la timide reprise qui suivit puis dans la seconde vague de calamités qui ruinèrent à nouveau les Bourgogne épisodiquement tout au long du xve siècle. Comme d’autre part seules les propriétés de Cîteaux ont fait l’objet de quelques travaux (87, 90, 96 à 99), il est hors de propos d’en exposer ici les principaux résultats ne relevant que de l’analyse de cas trop particuliers ; et encore plus absurde d’imaginer qu’ils puissent être étendus à toutes les autres abbayes. L’insuffisance regrettable d’études entreprises exclut donc actuellement toute vue globale sur l’économie des monastères cisterciens bourguignons en ce Moyen Age finissant. En fait, dès 1330 au plus tard, rien ne la différenciait plus de celle des autres seigneuries ecclésiastiques, hormis sans doute la formidable puissance foncière à peine ébrêchée et qui, seule, assurera le maintien d’abbayes vivotantes jusqu’à la Révolution.

***

105Bien qu’involontairement tronqué, cet essai de synthèse sur l’économie de l’Ordre de Cîteaux dans les duché et comté de Bourgogne au Moyen Age aura permis de dégager quelques lignes directrices assez nettes ; chemin faisant, nombreuses ont toutefois été les questions soulevées auxquelles il a été insuffisamment répondu ou restées sans réponse.

106On retiendra d’abord la division de son évolution de part et d’autre du milieu du xiiie siècle en deux phases bien distinctes. Avant 1250, l’économie cistercienne témoigne d’une rapide mise en place puis d’une progression continue doublée d’un souci permanent d’adaptation ; bref, de réussites agricoles, préindustrielles et commerciales pleinement maîtrisées et fruits d’un pragmatisme total auquel les moines blancs n’hésitèrent pas à sacrifier les freins d’une règle en contradiction sans cesse plus criarde avec une période de prospérité et d’échanges. Mais des pans entiers comme le problème du déboisement/défrichement, celui des productions agricoles, de l’artisanat et de la mainmise sur le sel, de la commercialisation attendent encore de nouveaux approfondissements. Passé le cap des années 1250, ce qui est alors devenu l’économie des Cisterciens va subir un déclin interne résultant de l’usure du temps, puis connaître un effacement dû à la pression d’événements extérieurs. Dès 1330, le grand souffle cistercien a bel et bien cessé ; on aurait aimé mieux cerner les modalités de cette disparition.

107On retiendra ensuite et surtout combien les idées avancées et les hypothèses émises devront être complétées, nuancées, voire corrigées par de nouvelles études ; celles-là mêmes, laborieuses et fragmentaires, que nous évoquions en tête de ces lignes. La tâche est à la vérité encore immense, pleine de longues heures d’interrogation des archives, de délicates interprétations, de difficiles cheminements. Puissent ces pages avoir simplement contribué à faire avancer la connaissance d’un sujet que les Troisièmes journées internationales d’histoire, Flaran 1981, se sont honoré d’avoir choisi et auquel, modestement, nous avons tenté de répondre.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abréviations utilisées :

= : compte rendu.

* : ouvrage manuscrit.

AB : Annules de Bourgogne, Dijon.

ADCO : Archives départementales de la Côte-d’Or, Dijon.

ADD : Archives départementales du Doubs, Besançon.

ADJ : Archives départementales du Jura, Lons-le-Saunier.

ADHS : Archives départementales de la Haute-Saône, Vesoul.

ADSL : Archives départementales de Saône-et-Loire, Mâcon.

BAB : Bibliothèque de l’Académie... de Besançon.

BCFC : Bibliographie cistercienne franc-comtoise (no 13).

BM : Bulletin monumental, Paris.

BMB : Bibliothèque municipale de Besançon.

BN : Bibliothèque nationale, Paris.

BSAHS : Bulletin de la Société d’agriculture... de la Haute-Saône, Vesoul.

BUD : Bibliothèque universitaire de Dijon.

CCC : Cîteaux, commentant cistercienses, Achel.

CHM : Cahiers Haut-Marnais, Chaumont.

FL : Faculté des lettres.

MAB : Mémoires de l'Académie... de Besançon.

MAD : Mélanges Anselme Dimier, Pupillin.

MCACO : Mémoires de la Commission des antiquités de la Côte-d’Or, Dijon.

MCAHS : Mémoires de lu Commission des antiquités de la Haute-Saône, Vesoul.

MSHD : Mémoires de la Société pour l’histoire du droit..., Dijon.

TSEJ : Travaux... de lu Société d’émulation du Jura, Lons-le-Saunier.

INSTRUMENTS DE TRAVAIL

Répertoires d'archives

Côte-d'Or

1. Claudon (F.), Répertoire critique des anciens inventaires des archives de la Côte-d’Or, t. II, Dijon, 1942, 296 p.

2. Richard (J.), Répertoire numérique... 11 H, abbaye de Cîteaux, Dijon, 1950, 11-47 p.

3. Richard (J.), Répertoire numérique... 12, 13, 14 H, abbayes de La Bussière, Clairvaux, La Ferlé, Dijon, 1953, 11-40 p.

4. Richard (J.) et Vignier (F.), Répertoire numérique... 15, 16 H, abbayes de Fontenay, Maizières. À paraître.

Doubs

5. Duhem (G.) et Courtieu (J.), Répertoire de la série H. 1 : ordres et communautés d’hommes, Besançon, 1962, XII-132 p. [Abbayes cisterciennes, p. 43-58].

6. Courtieu (J.), Répertoire de la série H. 2 : ordres et communautés de femmes..., Besançon, 1965, p. X11I-XVI et 133-194 [Abbayes cisterciennes, p. 136-139].

Haute-Saône

7. Dunoyer De Segonzac et Eckel, Inventaire sommaire... séries G et H, Vesoul, 1901, 386 p. [Abbayes cisterciennes, p. 107-217 et 343-345].

Jura

8. Duhem (G.), Répertoire numérique de la série H. 2. Cisterciens, Lons-le-Saunier, 1947, 24 p.

Saône-et-Loire

9. Michon (L.), Bénet (A.) et Lex (L.), Inventaire sommaire... série H, Mâcon, 1894, 496 p. [Abbayes cisterciennes, p. 7-38 et 172-184].

10. Oursel (R.), Inventaire de la série H. 2 : ordres et communautés de femmes, Mâcon, 1969, 45 p. [Abbayes cisterciennes, p. 9-10].

Ouvrages bibliographiques

Bourgogne

11. Laurent (J.) et Claudon (F.), Diocèses de Langres et de Dijon, coll. Abbayes et prieurés de l’ancienne France, t. XLV, Ligugé-Paris, 1941, VIII-626 p.

Franche-Comté

12. [Doyen] De Trévillers (J.), Sequania monastica. Dictionnaire des abbayes... de Franche-Comté, Vesoul, [1950], 241 p. Premier supplément, Vesoul, [1955], 138 p.

13. Chauvin (B.), Bibliographie cistercienne franc-comtoise, coll. Documentation cistercienne, vol. 9. Abbaye de Rochefort, 1973, 144 p.

Ouvrages généraux

Bourgogne

14. Piolin (P.), Gallia christiana..., t. IV, provincia Lugdunensi, Paris, 1876.

15. Wiederhold (W.), Papsturkunden in Frankreich. II. Burgund mit Bresse und Bugey, Berlin, 1906, 98 p.

Franche-Comté

16. Hauréau (B.), Gallia christiana..., t. XV, provincia Vesuntionensi, Paris, 1868.

17. Wiederhold (W.), Papsturkunden in Frankreich. I. Franche-Comté, Berlin, 1906, 145 p.

TRAVAUX GÉNÉRAUX

18. Brelot (J.), La fondation et le développement des abbaves cisterciennes dans le comté de Bourgogne au xiie siècle, MSHD, 1953, t. XV, p. 133-152 (= CCC, 1956, t. VII, p. 158-159).

19. *Bordet (G.), L’ordre cistercien en Franche-Comté au xiisiècle, FL Besançon, 1958, 302 p. ; ADD, diplôme 310 (= BCFC, p. 86-90).

20. Bligny (B.), Le développement de l’Ordre cistercien dans le royaume bourguignon, dans L’Eglise et les ordres religieux dans le royaume de Bourgogne aux xie et xiie siècles, Paris, 1960, p. 326-394.

21. Locatelli (R.), L’implantation cistercienne dans le comté de Bourgogne jusqu’au milieu du xiie siècle, dans Cahiers d’histoire, 1975, t. XX, p. 167-225 (= CCC, 1978, t. XXIX, p. 345-346).

22. Bouton (J.), L’établissement des moniales cisterciennes, provinces de Bourgogne et de Franche-Comté, MSHD, 1953, t. XV, p. 103-108.

23. Bouton (J.) et Grosjean (E.), Tart et ses filiales, MAD, vol. 3, no 146. À paraître (cf. no 176).

24. Chauvin (B.), Documents pour servir à l’histoire du sel de Grozon au Moyen Age : les archives des abbayes cisterciennes (1147-1374), MAD, vol. 4, no 181. À paraître.

25. Chauvin (B.), Documents franc-comtois pour servir à l’histoire de la sidérurgie cistercienne au Moyen Age, MAD, vol. 3, no 147. À paraître.

26. Verna (C.), Les mines et les forges cisterciennes en Champagne méridionale et en Bourgogne du Nord (xiie-xve siècle), Paris I, 1981, 259 p.

27. Plaisance (M.-G.), Les Cisterciens et la forêt, dans Revue du Bois, 1955, t. X, p. 3-8, ill. (= CCC, 1956, t. VII, p. 138).

ABBAYES

Acey

28. Archives : AD Jura, 15 H 1-517 (Duhem, p. 3-13) ; AD Haute-Saône, H 27-40 (Dunoyer et Eckel, p. 107-115) ; AD Doubs, 53 H 1-13 (Duhem et Courtieu, p. 43).

29. Cartulaire : A) BN, ms. latin 5683.

30. Bibliographie : BCFC, p. 22-26.

31. Blanchoi (Ch.), Histoire de N.-D. d'Acey, Besançon, 1898, VI-265 p. ill. (= BCFC, p. 91-92).

32. N., L’abbaye de N.-D. d’Acey, esquisse d’histoire, Nancy, 1948, 60 p. ill. (= BCFC, p. 93).

33. Ebersolt (J.-G.), La seigneurie et la société dans les chartes de l’abbaye cistercienne d’Acey au XIIe siècle, MSHD, 1953, t. XV, p. 153-172.

Auberive

34. Archives : AD Haute-Marne, 1 H 1-130.

35. Cartulaires : A) ADHM 1 H 3 et 1 H 4.

36. Bibliographie : Laurent et Claudon, p. 359-363.

37. Grandmottet (O.), Aspects du temporel de l’abbaye d’Auberive, des origines à la fin du xiiie siècle, CHM, n° 52, 1958, p. 1-13 ill. (= CCC, 1961, t. XII, p. 178-179).

38. *Lauvergeon (G.), Le temporel de l’abbaye d’Auberive aux xiie et xiiie siècles. FL Dijon, 1959, 271 p. ill. : BUD, 190279.

Balerne

39. Archives : AD Jura, 16 H 1-117 (Duhem, p. 14-16) ; AD Doubs, 54 H 1-10 (Duhem et Courtieu, p. 43).

40. Cartulaire : B) Bibl. château Montmirey-la-Ville, ms. 7201.

41. Bibliographie : BCFC. p. 27-30.

42. *Chauvin (B.), Histoire de la terre de Glénon, t. I (... 969-1445) : le hameau de Glénon et la grange de l’abbaye cistercienne de Balerne, FL Dijon, 1969, 308 p. ill. ; ADJ, in-4° F 59 ; BMB, D 3921 1 ; BUD, 191685 (= BCFC, p. 94-96 ; CCC, 1979, t. XXX, p. 100-102).

43. Chauvin (B.), De la « villa carolingienne » à la grange cistercienne : le cas de la terre de Glénon (Arbois, Jura) du milieu du xe à la fin du xiie siècle, dans Villa - Curtis - Grangia, Beihefte der Francia, t. XI, 1983 p. 164-184 ill.

44. Chauvin (B.), Un exemple de microtoponymie monastique : le lieu-dit « Balerne » dans les cadastres jurassiens, TSEJ, 1970-72, p. 97-143 ill. ; Revue Mabillon, 1973, t. LVIII, no 254, p. 189-237 ill.

45. Chauvin (B.), La grange d’Els, dépendance de l’abbaye cistercienne de Balerne aux xiie et xiiie siècles, dans Actes 99e Congrès Sociétés savantes, Besançon 1974 ; Section philologie et histoire jusqu’en 1610, Paris, 1977, p. 99-112.

46. Chauvin (B.), Notes et documents pour servir à l’histoire du sel de Lons-le-Saunier au Moyen Age : les archives de l’abbaye de Balerne (1170-1267), TSEJ, 1975-76, p. 33-126 (= CCC, 1979, t. XXX, p. 103-104).

47. Chauvin (B.), Les abbayes de Balerne et de Mont-Sainte-Marie et la grange de Montorge au début du xiiie siècle, CCC, 1977, t. XXVIII, p. 268-305 ill.

48. Chauvin (B.), Un cas exemplaire de l’esprit cistercien primitif et de son évolution : l’abbaye de Balerne et la propriété de l’église de Cognos au xiie siècle, CCC, 1980, t. XXXI, p. 131-162.

Battant

49. Archives : AD Doubs, 114 H 1-57 (Duhem et Courtieu, p. 136-138).

50. Bibliographie : BCFC, p. 31-32.

51. Droz (S.), Monographie de l’abbaye des dames de Battant, dans Annuaire du Doubs, 1861, p. 250-282 ill.

Bellevaux

52. Archives : AD Haute-Saône, H 41-215 (Dunoyer et Eckel, p. 115-168) ; AD Doubs, 55 H 1-21 (Duhem et Courtieu, p. 43).

53. Cartulaires : A) Bibl. château de Colombier. A') microfilms, ADHS, 1 Mi 1 et 2.

54. Bibliographie : BCFC, p. 33-37.

55. *Viard, Recherches et documents sur l’abbaye de Bellevaux ; BAB, mss. 63 et 439, 130 et 97/174 p. (= MAB, août 1845, p. 18-21).

56. *Aubert (A.-M.), Histoire et développement économique d'une abbaye cistercienne, Bellevaux en Franche-Comté, du xiie à la fin du xvie siècle, Paris, École des Chartes, 1926, 309 p. ill. ; BAB, ms. 4 (= BCFC, p. 97-100).

57. *Redoutey (J.-P.), La société en Franche-Comté aux xiie et xiiisiècles d’après le cartulaire de l'abbaye de Bellevaux, FL Besançon, 1968, 236 p. ill. ; ADD, diplôme 719 ; ADHS, in-4° 935 (= BCFC, p. 101-103).

58. Redoutey (J.-P.), L’insertion d'une abbaye cistercienne dans la vie économique d’une région : le cas de Bellevaux en Franche-Comté aux xiie et xiiie siècles, MAD, vol. 4, no 192. À paraître.

Bithaine

59. Archives : AD Haute-Saône, H 216-234 (Dunoyer et Eckel, p. 168-174) ; AD Doubs, 56 H 1-4 (Duhem et Courtieu, p. 44).

60. Cartulaire : B) BN, Moreau ms. 872, fol. 143-304.

61. Bibliographie : BCFC, p. 38-39.

62. *Brultey (H.) el Prailleur (F.), Étude d’histoire sur l’abbaye de Bithaine de l'Ordre de Citeaux ; BAB, ms. 79, 1867, 260 p. (= MAB, août 1862, p. 24-26).

63. *François (D.), L’abbaye de Bithaine au Moyen Age, FL Besançon, 1970, XII-118 p. ill. ; ADD, diplôme 1016 ; ADHS, in-4° 763 (= BCFC, p. 104-106).

Buillon

64. Archives : ADD, 57 H 1-99 (Duhem et Courtieu, p. 44-45).

65. Cartulaire : Chauvin (B.), Le pseudo petit cartulaire de l’abbaye de Buillon, MAD, vol. 4, no 179. À paraître.

66. Bibliographie : BCFC, p. 40-41.

67. *Prier (Y.), L’abbaye cistercienne de Buillon au Moyen Age, FL Besançon, 1968, 173 p. ill. ; ADD, diplôme 700 (= BCFC, p. 107-109).

68. Chauvin (B.), Une pancarte de Thierry, archevêque de Besançon pour l’abbaye de Buillon [1189], MAD. vol. 4, no 178. À paraître.

La Bussière

69. Archives : AD Côte-d’Or, 12 H 1-225 (Richard, p. 1-10), (Claudon, p. 66-68).

70. Cartulaire : A) BN, ms. latin 5463, (Richard, p. 27-36).

71. Fyot (E.), L’abbaye de La Bussière, Dijon, 1925, 76 p. ill.

72. *Gori (M.-F.), L’abbaye de La Bussière-sur-Ouche et son temporel aux xiie et xiiie siècles, FL Dijon, 1962, 61 p. ill. ; BUD, 190400.

73. Colombet (A.), Les domaines ruraux de l'abbaye de La Bussière du xiie au xixe siècle, MCACO, 1976-77, t. XXX, p. 279-309 p. ill. (= CCC, 1979, t. XXX, p. 92-93).

La Charité

74. Archives : AD Haute-Saône, H 235-245 (Dunoyer et Eckel, p. 174-177) ; AD Doubs, 58 H 1-25 (Duhem et Courtieu, p. 45-46).

75. Bibliographie : BCFC, p. 42-44.

76. *Viard. Notes pour un mémoire historique sur l’abbaye de La Charité ; BAB, ms. 440, 1867, 34 p.

77. *Labreuche (J.-L.), L’abbaye cistercienne de La Charité aux xiie et xiiie siècles. Réalités économiques et sociales comtoises, FL Besançon, 1977, XIII-306 p. ill.

Cherlieu

78. Archives : AD Haute-Saône, H 246-341 (Dunoyer et Eckel, p. 177-196) ; AD Doubs, 59 H 1-11 (Duhem et Courtieu, p. 46).

79. Cartulaire : A) BN, ms. latin 10973.

80. Bibliographie : BCFC, p. 45-47.

81. Besson (L.), Mémoire historique sur l’abbaye de Cherlieu, Besançon, 1847, XXXV-114 p. (= BCFC, p. 110-111).

82. *Kempf (J.-P.), L'économie et la société aux xiie et xiiie siècles d'après le cartulaire de l’abbaye cistercienne de Cherlieu au comté de Bourgogne, FL Besançon, 1971, XXXII-292 p. ill. ; ADD, diplôme 1154 ; ADHS, in-4° 775 (= BCFC, p. 112-113). Publié dans BSAHS, 1973, no 9, p. 1-56 ; 1974, no 10, p. 57-121 ; et en tiré à part, Vesoul, 1976, 127 p. ill. (= CCC, 1982, t. XXXIII, p. 111-113).

Cîteaux

83. Archives : AD Côte-d’Or, 11 H 1-1181 (Richard, no 2) ; AD Jura, 17 H 1-58 (Duhem, p. 17-18) ; AD Doubs, 60 H 1-19 (Duhem et Courtieu, p. 46).

84. Cartulaires : A) ADCO, 11 H 63-80 (Claudon, p. 84-91).

85. Marilier (J.), Chartes et documents concernant l'abbaye de Cîteaux, 1098-1180, Rome, 1961, VIII 251 p.

86. Tribout (H.), Une bulle inconnue d'innocent IV pour la perception des navales à Cîteaux, 1246, CCC, 1971, t. XXII, p. 98-99.

87. *Poloni (J.), Les granges de l’abbaye de Cîteaux (vers 1250-vers 1480), FL Dijon, 1981, X-181 p. ; BUD, 193171.

88. *Goetschel (J.-F.), Le terrier des biens de l'abbaye de Cîteaux en 1451, FL Besançon 1967.

89. Chalmandrier (J.-E.), Histoire du village de Gilly-lès-Vougeot, Dijon, 1894, 120 p. ill.

90. *Moniot (H.), Recherches sur Gilly-lès-Vougeot et sa seigneurie cistercienne au Moyen Age, FL Dijon, 1955, 75 p. ill. ; BUD, 190073 (= AB, 1955, t. XXVII, no 108, p. 286-288).

91. Marilier (J.), Le vin à Cîteaux au xiie siècle, dans Mém. Acad. Dijon, 1943-46, p 267-272.

92. Rodier (C.), Le Clos de Vougeot, Dijon, 1949, 182 p. ill.

93. Humbel (X.), Les pressoirs du Clos de Vougeot, dans Tastevin en main, mai 1975 no 59, p. 29, ill.

94. Marc (H.), Monographie du village d'Ouges, Dijon, 1889, 148 p.

95. *Lorber (O.), La seigneurie cistercienne d’Ouges depuis ses origines jusqu’au milieu du xve- siècle (1202-1450), FL Dijon, 1950, 173 p. ill. (= AB, 1950, t. XXII, no 88 p. 301-306).

96. Lorber (O.), L’exploitation d'une grange cistercienne à la fin du xive et au début du xve siècle, AB, 1957, t. XXIX, no 115, p. 161-180.

97. Lorber (O.), Une communauté d'habitants dans une seigneurie de Cîteaux aux xiiie et xive siècles, AB, 1958, t. XXX, no 117, p. 7-36.

98. *Razafimandimby-Roozeboom (J.), Recherches sur trois granges de l’abbaye de Cîteaux au Moyen Age : Gergueil, Détain et Crépev, FL Dijon, 1967, 133 p. ; BUD 190957 (= CCC, 1973, t. XXIV, p. 79-81).

99. *Troubat (M.-F.), Recherches sur la propriété cistercienne dans la région de Losne, xiiie-xve siècles, FL Dijon, 1973, 128 p. ill. ; Bud, 191988 (= CCC, 1975, t. XXVI p. 100-101).

100. Delissey (J.), Le vieux Beaune..., Beaune, 1941, p. 416-420.

101. Fyot (E.), Dijon, son passé évoqué par ses rues, Dijon, 1928, p. 281-283.

102. Theurot (J.), La maison de Cîteaux, dans Ordres religieux et établissements hospitaliers à Dole au Moyen Age, Cahiers Dolois, n° 3, 1979, p. 23-27 et 37-38.

103. Picard (E.), Les forêts de l’abbaye de Cîteaux, dans Mém. Soc. Eduenne, 1882, t. XI, p. 165-232 ; 1883, t. XII, p. 207-255 ; 1887, t. XV, p. 323-386.

104. Cateland (M.), La forêt domaniale de Cîteaux, dans Revue du Bois, 1952, t. X, p. 10-13.

105. Quillot (A.), Conduite du Cenfont à Cîteaux, dans Bulletin d’histoire et d'archéologie religieuse du diocèse de Dijon, 1886, t. IV, p. 124-126.

Clairefontaine

106. Archives : AD Haute-Saône, H 342-393 (Dunoyer et Eckel, p. 196-208) ; AD Doubs, 61 H 1-12 (Duhem et Courtieu, p. 46).

107. Mariotte (J.-Y.), Le schisme de 1159, la légation de Roger de Vico Pisano et leurs traces diplomatiques à Clairefontaine, dans Archiv für Diplomatik..., 1972, t. XVIII, p. 303-341 ill. (= CCC, 1975, t. XXVI, p. 123-125).

108. Bibliographie : BCFC, p. 49-50.

109. Brultey (H.), Etude historique sur le cartulaire de l’ancienne abbaye de Clairefontainelès-Polaincourt de l’Ordre de Cîteaux : BAB, ms. 78 (= MAB, août 1860, p. 54-59. Publié dans MCAHS, 1867, p. 373-524 ; et tiré à part, Vesoul, 1867, 152 p. (= BCFC, p. 114-117).

110. Affolter (E.), L’abbaye de Clairefontaine aux xiie et xiiesiècles FL Besançon, 1973, XXVII-385 p. ill. ; ADD, diplôme 73-102 ; ADHS, in 4° 1017. Publié partiellement dans BSAHS, 1978, no 12, p. 1-98 ; et tiré à part, Vesoul, 1978, 98 p. ill. (= CCC, 1982, t. XXXIII, p. 113-114).

Clairvaux

111. Archives : AD Côte-d’Or, 13 H 1-272 (Richard, p. 11-23).

112. Chabeuf (H.), Les celliers de l’ancien hôtel de Clairvaux à Dijon, MCACO, 1901-05, t. XIV, p. 9-14 ill.

113. Tillet (J.), Le cellier de Clairvaux, dans Congrès archéologique de France, xcie session, Dijon, 1928, p. 121-126 ill.

114. Gremaud (G.), Un plan inédit du cellier de Clairvaux à Dijon au xviiie siècle, dans Mélanges Saint Bernard, Dijon, 1953, p. 370-371 ill.

Colonges

115. Archives : AD Haute-Saône, H 933-938 (Dunoyer et Eckel, p. 343-345).

116. Bibliographie : BCFC, p. 51-52.

117. Chauvin (B.), Bibliographie commentée et présentation des archives. L’abbaye de Colonges, dans Terroir, revue Soc. hist. tour. Fontaine-Française, no 80, 1979, p. 1-20 ill.

118. Mouton (P.-D.), L’abbaye de Colonges, dans Histoire d’Autrey et de sa seigneurie et de ses dépendances, Gray, 1868, p. 300-321 ill.

Corcelles

119. Archives : AD Doubs, 115 H 1-13 (Courtieu, p. 138).

120. Bibliographie : BCFC, p. 53-54.

121. Gauthier (J.), Notice sur l’abbaye cistercienne des dames de Corcelles (Doubs), dans Annuaire du Doubs, 1878, p. 65-92 ill.

La Ferté

122. Archives : AD Saône-et-Loire, H 24-53 (Michon..., p. 7-19) ; AD Côte-d’Or, 14 H 1-38 (Richard, p. 24-25).

123. Duby (G.), Recueil des pancartes de l’abbaye de La Ferté-sur-Grosne, 1113-1178, Gap, 1953, 260 p. (= AB, 1954, t. XXVI, n° 101, p. 61-63 ; CCC, 1954, t. V, p. 289).

Fontenay

124. Archives : AD Côte-d’Or, 15 H 1-376 (Richard, no 4 ; Claudon, p. 124-126).

125. Corbolin (J.-B.), Monographie de l’abbaye de Fontenay, Cîteaux, 1882, 245 p. ill.

126. *Piard (Ch.), Fontenay, abbaye cistercienne de 1119 à 1330, FL Dijon, 1967, 146 p. ill. ; BUD, 190953.

127. Dupont (A.), Monographie de Flacey-lez-Montbard (Côte-d’Or) aux xiie et xiiie siècles, BM, 1860, t. XXVI, p. 323-337.

128. Dupont (A.), Monographie d’Etormay (Côte-d’Or), BM, 1861, t. XXVII, p. 143-170.

129. Chauvin (B.), Une bulle d’Alexandre III pour l’abbaye de Fontenay (1169), MAD, vol. 4, no 180. À paraître.

La Grâce-Dieu

130. Archives : AD Doubs, 62 H 1-65 (Duhem et Courtieu, p. 47-48).

131. Bibliographie : BCFC, p. 56-57.

132. Richard, Histoire de l'abbaye de La Grâce-Dieu, au diocèse de Besançon, Besançon, 1857, XII-315 p. ill. (= BCFC, p. 118-121).

133. Tripard (Ch.), Le bassin d’Audeux, l’abbaye de La Grâce-Dieu, Brémondans, Leugney et Orsans ; BAB, ms. 422, 1889, 160 p ; publié, Besançon, s.d., 101 p.

134. N., La Grâce-Dieu où revit Port-Royal, Besançon, 1957, 46 p. ill. (= BCFC, p. 122-123).

Lieucroissant

135. Archives : AD Doubs, 63 H 1-36 (Duhem et Courtieu, p. 48-49).

136. Cartulaire : A) BMB, ms. 774.

137. Bibliographie : BCFC, p. 59-61.

138. *Brultey (H.), Mémoire historique sur l’abbaye de Lieucroissant ou des Trois Rois ; BAB, ms. 77, 1858, 412 p. (= BCFC, p. 124-126).

139. *Brultey (H.), Mémoire historique sur l’hospice et le village de Sénargent, ancienne dépendance des Trois Rois ; BAB, ms. 76, 1856, 280 p.

140. *Péquinot (A.), L’abbaye de Lieucroissant et le prieuré de Lanthenans au Moyen Age, FL Besançon, 1971, 117-XLI p. ill ; ADD, diplôme 1156. (= BCFC, p. 127-128).

Lieu-Dieu

141. Archives : AD Côte-d’Or, 79 H ; Claudon, p. 152.

142. Cornu (L.), Notice historique sur l’abbaye du Lieu-Dieu, dans Mém. Soc. hist. arch. litt. arr. Beaune, 1891, t. XVI, p. 103-192, ill.

143. Delissey (J.), Le vieux Beaune..., Beaune, 1941, p. 334-343.

144. Marilier (J.), L’abbaye cistercienne du Lieu-Dieu. Cahiers de Vergy, no 2, L’Etang-Vergy, 1971, 20 p. ill. (= CCC. 1972, t. XXIII, p. 133-135).

Maizières

145. Archives : AD Saône-et-Loire, H 54-80 (Michon..., p. 19-27) ; AD Côte-d’Or, 16 H 1-346 (Richard et Vignier, no 4) ; Claudon, p. 158-159.

146. Cartulaire : B) BN, nouv. acq. fran. 8672-8681.

147. Gabin (E.), Histoire de l’abbaye de Maizières et du prieuré de Sermesse (Saône-et-Loire), Verdun-sur-le-Doubs, 1952, 63 p. ill. (= CCC, 1974, t. XXV, p. 87).

148. BECK(P.), Une grange cistercienne en Beaunois au Moyen Age, Répans, dans Hommage à G. Chevrier et A. Geslan, Chantiers d’études médiévales, 1975, no 13, p. 45-50 ill. (= CCC. 1978, t. XXIX, p. 120).

149. Delissey (J.), Monographie de la commune d’Aloxe-Corton, dans Mém. Soc. arch. Beaune, 1967-68, t. LVI, p. 33-106.

150. Delissey (J.), Monographie de la commune de Saint-Loup de la Salle, dans Mém. Soc. arch. Beaune, 1952-60, t. LI, p. 57-117.

151. Edou(j.), Une dépendance de l’abbaye de Maizières, la métairie d’Aubigny, dans Mém. Soc. hist. arch. Chalon-sur-Saône, 1938, t. XXVIII, p. 173-191 ill. (= CCC, 1974, t. XXV, p. 88).

Le Miroir

152. Archives : AD Saône-et-Loire, H 81-114 (Michon..., p. 27-38) ; AD Jura, 18 H 1-7 (Duhem, p. 19).

153. Cartulaire : A) ADSL, non coté (perdu ?).

154. *Pacaud (M.), L’abbaye cistercienne du Miroir aux xiie et xiiie siècles, FL Lyon, 1944.

155. Constable (G.), Cluniac tithes and the controversy between Gigny and Le Miroir, dans Revue Bénédictine, 1960, t. LXX, p. 591-624.

156. Gaspard (B.), Histoire de Gigny, de sa noble et royale abbaye et de saint Taurin, son patron, Lons-le-Saunier, 1843, p. 39-51 et 638-646.

Molaise

157. Archives : AD Saône-et-Loire, H 603-673 (Michon..., p. 172-184) ; H 1631-1635 (Oursel, p. 10).

Montarlot

158. Bibliographie : BCFC, p. 62.

Mont-Sainte-Marie

159. Archives : AD Doubs, 64 H 1-485 (Duhem et Courtieu, p. 49-57).

160. Cartulaire : B) BN, Moreau 872, fol. 355-451.

161. Bibliographie : BCFC, p. 63-65.

162. Barthelet (M.), Recherches historiques sur l'abbaye de Mont-Sainte-Marie et sur les prieurés de Romain-Mothier ou de Vaux et de Saint-Point, Pontarlier, 1858, VI1-243 p. (= BCFC, p. 129-130).

163. *Locatelli (R.), L’abbaye de Mont-Sainte-Marie au Moyen Age ; étude de ses origines et de son développement, FL Besançon, 1958, 218 p. ; ADD, diplôme 302 (= BCFC, p. 131-133).

164. Locatelli (R.), La région de Pontarlier au xiie siècle et la fondation de Mont-SainteMarie, MSHD, 1967, t. XXVIII, p. 1-87 (= BCFC, p. 134-137).

165. *Offredi (E.), L’abbaye cistercienne de Mont-Sainte-Marie, xive-xv siècles, FL Besançon, 1979, 146 p. ill.

Ounans

166. Archives : AD Doubs, 116 H 1 (Courtieu, p. 138).

167. Bibliogaphie : BCFC, p. 67-69.

168. *Dusillet (A.-M.), Nottes et mémoires pour servir à l’histoire du monastère N.-D. d'Ounans... ; BMB, ms. 800, 18 + 109 p. ; Bibl. mun. Dole, ms. 333, 285 p.

Rosières

169. Archives : AD Jura, 19 H 1-249 (Duhem, p. 20-24) ; AD Doubs, 65 H 1-11 (Duhem et Courtieu, p. 57).

170. Cartulaire : B) BN, Moreau 871, fol. 318-512.

171. Bibliographie : BCFC, p. 71-72.

172. Prost (B.), Notice historique sur l’abbaye de Rosières, dans Bull. Soc. agri. Poligny, 1869, t. X, p. 296-302, 327-334, 360-367.

Tart

173. Archives : AD Côte-d’Or, 78 H ; Claudon, p. 265-266.

174. Bibliographie : Laurent et Claudon, p. 590-591.

175. Bouton (J.), L'abbaye de Tart, dans L’Établissement des moniales cisterciennes, MSHD, 195.3, t. XV, p. 90-98.

176. Grosjean (E.), Les premières moniales cisterciennes, Tart et ses filiales, FL Dijon ; publié avec le concours de Bouton (J.), MAD, vol. 3, no 146. À paraître.

177. Gruere (H.), Histoire des dames de Tart, première abbaye cistercienne... (1120-1790). S.l, 1939, 46 p. ill.

178. Delissey (J.), La grange de Battault dans Le Vieux Beaune, Beaune, 1941, p. 366-378.

Theuley

179. Archives : AD Haute-Saône, H 395-426 (Dunoyer et Eckel, p. 208-217) ; AD Doubs, 66 H 1-17 (Duhem et Courtieu, p. 58).

180. Cartulaire : B) BN, Moreau 873, fol. 105-169.

181. Dumont (J.-M.), Un cartulaire de l’abbaye de Theuley, dans Bul. phil. hist. Comité travaux hist. scien., 1955-56, p. 27-33 (= CCC, 1964, t. XV, p. 88-89).

182. Bibliographie : BCFC, p. 73-75.

183. Brultey (H.), Étude d’histoire sur le cartulaire de l’ancienne abbaye de Theuley ; BAB, ms. 80, 1865, 548 p. (= MAB, août 1865, p. 148-157).

184. Froely (W.), Vie et mort d’un cloître. Notice historique sur l’ancienne abbaye de Theuley (1130-1791), S.I., 1951, 115 p., ill. (= BCFC, p. 140-142).

185. *Bailly (F.), L’abbaye de Theuley, de sa fondation à la fin du xve siècle, FL Besançon, 1971, VIII-133 p. ill. ; ADD, diplôme 1155 ; ADHS, in-4° 776 (= BCFC, p. 138-139).

186. Brultey (H.), Notice sur la commune et la paroisse de Vars, MCAHS, 1867, p. 362-372 : Annales Franc-comtoises, 1868, t. IX, p. 368-376.

187. Corberon (L.), La grange Sainte-Marie de Fâa ou ferme de Saint-Aubin, dans Terroir..., no 76, 1977, p. 8-19, ill. (= CCC, 1979, t. XXX, p. 99).

188. De Montenay (S.), La grange de Bourberain, dans Terroir..., 1956, p. 11-15 (= CCC, 1975, t. XXVI, p. 105).

© Presses universitaires du Midi, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search