Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’économie cistercienne

 | 
Charles Higounet

Avant-propos

Charles Higounet

Texte intégral

1Flaran, fondée en 1151 dans la filiation de Morimond, est l’ancienne abbaye cistercienne la mieux conservée et la plus pittoresque de la Gascogne ; elle est située au cœur d’une des plus denses provinces cisterciennes puisqu’elle était entourée par une quinzaine d’autres maisons de moines blancs ; elle est au centre aussi des vieilles terres rurales d'Armagnac et de Fezensac qui fleurent bon la polyculture et la vigne : autant de raisons qui, après deux ans de « rodage » de ces Journées, ne pouvaient qu’imposer le grand thème de l’économie cistercienne.

2Certes, la bibliographie de ce thème est déjà immense ; mais il faut reconnaître que dans les études cisterciennes qui se multiplient, l’économie de l’Ordre vient bien après l'art et la spiritualité. Cependant, c’est parce que l’abondance des monographies est devenue telle que nous avons pensé qu’un effort de synthèse et une nouvelle discussion étaient nécessaires pour essayer de faire le point et de repartir, peut-être, à nouveaux frais.

  • 1 Nous nous permettons de renvoyer à R.A. Donkin, The Cistercians : Studies in the Geography of medie (...)

3D’années en années, le confort du logis abbatial du XVIIIe siècle qui abrite nos travaux s’améliore. Les autorités départementales et locales qui nous accueillent avec la générosité et l’hospitalité gasconnes appréciées de tous, sont de plus en plus conscientes de la dimension scientifique que les Journées donnent au Centre culturel. Malheureusement, une fois encore, notre Président d’honneur, M. Charles Samaran, avait dû s’excuser pour assister à Munich au Congrès international de paléographie — le dernier congrès hélas ! auquel il aura présidé. Une autre personnalité à laquelle nous avions demandé sa participation, R.A. Donkin, le meilleur connaisseur de l’économie cistercienne en Angleterre, s’était aimablement récusée : c’est pourquoi les Iles britanniques manquent à notre tableau1. Mais le R.P. Mikkers, directeur de la revue « Cîteaux », avait bien voulu nous faire l’honneur et l’amitié de sa présence qui, dans des débats qui s’annonçaient au niveau du sol, devait introduire la note de la spiritualité. Notre thème a, enfin, trouvé son application dans l’étude sur le terrain des granges de l’abbaye de Berdoues dont l’une a donné naissance à la bastide de Mirande, fondée en 1281, qui nous a fait à cette occasion un chaleureux accueil.

***

4Le premier sous-titre du programme suggérait une « géographie » de l’économie cistercienne, et le découpage des rapports engageait dans cette voie. En effet, les historiens ont parfois la fâcheuse tendance à la généralisation à partir de quelques exemples régionaux qu’ils connaissent bien. Ce n’est pas parce qu’en Bourgogne les Cisterciens ont été plutôt ménagers des forêts qu’ils n’ont pas ailleurs été défricheurs ; ce n’est pas parce qu’ils ont dû s’insérer avec une certaine difficulté en Brabant et dans les plaines du Nord où il y avait peu de terres à prendre, qu’ils n’ont pas été ailleurs d’actifs agents de la colonisation du sol ; ce n’est pas parce qu’il y a eu des abbayes résolument tournées vers une politique viticole que les Cisterciens ont été partout des propagateurs de la viticulture ; ce n’est pas parce que la grange de Vaulerent a réalisé un magnifique terroir assolé pour que les Cisterciens aient toujours été des novateurs en matière de techniques agraires... L’Ordre cistercien a eu une vocation européenne. À l’échelle du continent, son économie ne pouvait pas, même en conservant l’essentiel de ses principes, se glisser partout dans un même moule. Le tableau géographique dressé à l’occasion de ces Journées l’aura, croyons-nous, confirmé.

5Le système de gestion par faire-valoir direct n’a pas trouvé partout une main-d’œuvre de convers suffisante et il a fonctionné très tôt et surtout grande nouveauté grâce au salariat et, à l’est de l’Europe et dans la Péninsule ibérique, avec des serfs voire des esclaves. Pour s’introduire dans le dispositif seigneurial et créer un « désert » relatif, les Cisterciens ont dû souvent « dépeupler » d’anciens habitats. Les défrichements « cisterciens » ont pris suivant les lieux et les abbayes un régime différent : ici, à peine marginaux ; là, ponctuels ; ailleurs, massifs et systématiques. Il faut en finir avec la querelle sans nuances : défricheurs ou pas défricheurs ! S’ils n’ont pas « inventé » des techniques nouvelles, les Cisterciens se sont adaptés à celles du pays où ils se sont installés et ils ont beaucoup œuvré pour mettre en valeur les terres et les ressources à eux confiées. Ils ont su créer des complexes économiques complémentaires dans le cadre des abbayes en utilisant au mieux les possibilités locales. En bref, au moins jusqu’à la période d’apogée du système, vers 1220-1250, on peut se rallier à la formule de notre ami R. Fossier : « les Cisterciens ont pris le train en marche », à laquelle nous ajouterions qu’ils l’ont bien pris, soucieux qu’ils ont été d’exploitation rationnelle, bientôt contre leurs principes, par souci de rentabilité. Sur des données simples et originales et dans un admirable réseau de granges, il y a eu à travers l’Occident médiéval des économies cisterciennes vigoureusement greffées sur le tronc commun des économies régionales.

6Le second sous-titre du programme, « mutations », affirmait la nécessité, après la diversité géographique, d’observer cette économie dans sa durée ; car, trop souvent aussi, du fait d’ailleurs du déséquilibre des sources, l’économie de Cîteaux a été considérée en bloc d’après ses manifestations tes plus spectaculaires du XIIe et de la première moitié du XIIIe siècle. On épuise les cartulaires qui ne donnent qu’un aspect des choses et qui ne s’aventurent guère au-delà de 1250 puis on abandonne granges et activités économiques à leur triste sort. En effet, il est d’évidence qu’il y a eu une chute apparemment brusque après 1250. Il y avait eu auparavant beaucoup d’accommodements avec les principes des statuts : acensements plus ou moins précoces, censives à part de fruits et même quelques baux à ferme. Il faudra également envisager, plus qu’il n’a été fait au cours de ces Journées, le problème des dettes de cet Ordre triomphant, au sommet de sa fortune économique. Pourquoi tout s’est-il détraqué de cette belle organisation ? On cherche dans tous les sens : pénurie de convers, cette main-d’œuvre gratuite sur qui tout reposait ; augmentation des salaires et déclin persistant du prix du blé ; déclin de la discipline ; déséquilibre d’une gestion dont les surplus n’ont pas suffi à compenser des dépenses devenues somptuaires ; impact évident des conflits et de la dépression généralisée des XIVe et XVe siècles. La constatation des faits est simple, par contre : à partir du XIVe siècle, le système idéal a vécu ; les terres cisterciennes sont acensées en détail, alloties en bloc sous forme de villages neufs, plus généralement données à ferme temporaire ou à vie, vendues parfois. Les statuta des Chapitres généraux enregistrent cette débandade, et l’étude de chaque abbaye ou de chaque grange peut illustrer, encore avec des nuances de lieu et de temps, la chute de l’édifice. Quoique certaines granges aient tenu longtemps en autarcie, les Cisterciens n’ont plus été dès lors que des rentiers comme d’autres seigneurs du sol laïques et ecclésiastiques et, pratiquement, ils n’ont plus donné aucune impulsion aux activités de leurs domaines. On est loin, pensons-nous, malgré de récentes approches, d’avoir tout analysé des mutations de cette période et d’avoir tiré de leur étude toutes les conséquences sur les transformations de l’habitat et des structures agraires : une piste reste encore ouverte ici à la recherche.

7Considérée ainsi sous ces deux angles, les structures et les activités économiques des Cisterciens ont donné lieu au cours de ces trois Journées à une interrogation générale qui ne ressort peut-être pas suffisamment à la lecture des rapports : économie cistercienne ou économie de l’Ordre cistercien ? Il n’y a pas de « vérité moyenne » en histoire, et donc aurait-il fallu trancher. Ce n’a pourtant pas été le cas, car il y a eu deux « vérités » successives. Il ressort clairement de ce qui précède que la première expression ne peut être employée que pendant la première période de l’histoire de l’Ordre : il y a bien eu alors une économie proprement « cistercienne », établie sur des principes et sur une gestion spécifiques avec des activités parfois coordonnées et volontaristes. Au contraire, à l’époque des grandes mutations et surtout après, quand il n’est rien ou presque rien resté de ce qui avait fait l’originalité du système, il n’y a plus eu qu’une banale « économie des Cisterciens »...

Notes

1 Nous nous permettons de renvoyer à R.A. Donkin, The Cistercians : Studies in the Geography of medieval Englandand Wales, Toronto, 1978. Les rapports du R.P. Altisent sur « L’économie cistercienne en Espagne » et de J. Kloczowski sur « L’économie cistercienne en Pologne » ne nous sont malheureusement pas parvenus pour l’impression.

© Presses universitaires du Midi, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter