Version classiqueVersion mobile

L’homme et la route

 | 
Charles Higounet

Communications

Les routes médiévales en Europe centrale : bilan et perspectives

Teresa Dunin-Wasowicz

Texte intégral

1L’historiographie polonaise a fait jusqu’ici usage de deux méthodes pour étudier le réseau routier médiéval : celle de l’histoire économique et celle de l’histoire institutionnelle. Les résultats obtenus par les deux méthodes étaient limités par l’interprétation des sources et ne permettaient d’utiliser qu’une partie des données qu’elles recélaient. Les ouvrages de certains historiens de l’économie qui s’intéressaient au problème du réseau routier ont été influencés défavorablement par suite de l’opinion préconçue qu’ils avaient, selon laquelle le commerce aurait joué, dans les transformations des rapports économiques, un rôle décisif, voire exclusif. La seule monographie qu’on possède sur le réseau routier de la Pologne de Piast, est celle de M. S. Weymann ; elle est très utile et même encore irremplaçable, mais elle se borne à fournir un liste de mentions, relevées dans les sources des xiiie et xive siècles et traitant pour la plupart de droits de douane. Le livre publié par Mme J. Nowakowa sur les routes en Silésie est, en somme, une étude sur les localités où il y avait des bureaux de douane et sur les routes qui les reliaient les unes aux autres. L’auteur ne répartit pas le matériel d’après la chronologie, bien que l’introduction de son ouvrage le fasse espérer. Mme B. Wyrozumska a traité les routes en Petite Pologne de la même façon. Dans l’ouvrage qui traite du réseau routier de la Grande Pologne, M. S. Weymann tente de reconstituer, au moyen de la méthode régressive, le développement des routes dans ce territoire entre le xe et xve siècle. Cette méthode semble être la seule qui permette d’étudier l’ensemble du problème routier en Pologne ; toutefois M. Weymann omet de traiter des liens qui existent entre le développement des routes et celui de l’habitat humain.

2Or, l’archéologie fournit un matériel abondant pour l’étude de ce problème. Il faut se reporter surtout aux travaux archéologiques publiés après la guerre. Tous ces ouvrages fournissent un riche matériel pour l’histoire des routes au cours des périodes où les sources écrites font défaut. Bien que, dans la plupart de ces études, les questions économiques soient reléguées à l’arrière-plan, elles ont sensiblement élargi nos connaissances qui avaient été insuffisamment appréciées par la majorité des médiévistes, encore que l’ouvrage de J.N. Sadowski, qui date de 1879 et qui est remarquable pour l’époque, avait établi un plan de recherches qui n’a pas été réalisé par la suite.

3Pour pouvoir apprécier l’acquis de la science polonaise dans ce domaine, il faudrait une analyse approfondie ; il est pourtant possible de signaler les lacunes principales qui caractérisent jusqu’ici les recherches sur l’histoire du réseau routier.

4On observe avant tout une estimation erronée de l’influence exercée par le milieu géographique ; de là résultent des erreurs dans la conception du rôle du réseau routier.

5Deuxièmement, toute la littérature historique et économique de la génération précédente a subi l’influence de la thèse qui assurait une prépondérance marquante au commerce.

6Troisièmement, on a négligé de confronter les résultats obtenus dans des secteurs différents de la recherche. Enfin, on n’a pas su mettre à profit les possibilités qu’offraient des sources plus récentes ; n’usant pas de la méthode régressive — pour l’Europe Centrale — les historiens ont donc négligé un matériel important.

7Au cours des trente dernières années on a étudié l’histoire du réseau routier du haut Moyen Age en se fondant sur des cas concrets. L’étude des grandes routes commerciales qui existaient du ixe au xiiie siècle et qui unissaient la Pologne et la Russie constitue précisément un de ces cas. Aussi s’est-on servi de ce cas d’espèce pour établir, au point de vue théorique, une méthode de recherche plus large et plus complète et pour l’appliquer ensuite en pratique à d’autres régions.

8Voici les principes les plus importants adoptés dans l’étude de l’histoire du réseau routier du haut Moyen Age :

  • Une route commerciale existe en fonction de l’habitat humain, à un moment déterminé du développement de ses forces productrices ;
  • Aussi est-il impossible de tracer correctement le parcours d’une route commerciale sans connaître l’habitat qui lui servait de base ;
  • Aussi est-il insuffisant d’établir des cartes schématiques, où les routes sont représentées sous forme de lignes droites, unissant des centres lointains. Il faut que les chercheurs tendent à tout prix à remplacer ces lignes schématiques par la reconstitution du parcours réel de la route ;
  • L’étude du réseau routier n’est pas un but en soi. C’est une étude auxiliaire qui aide à résoudre les questions économiques essentielles du haut Moyen Age. Aussi, dans les recherches, l’analyse doit-elle être suivie de près par l’interprétation des phénomènes observés afin que le résultat permette de déterminer exactement le rôle des routes — soit qu’il s’agisse de routes servant au commerce international à longue distance d’objets de luxe, soit qu’il s’agisse du réseau routier régional qui servait au marché local en voie de développement.

Fig. 1. — Borne routière à Konin (Grande-Pologne) qui marque la moitié du chemin entre Kruszwica et Kalisz.

9Une analyse détaillée de ce système de recherche a démontré que sa valeur consiste, en premier lieu, dans l’élargissement des sources qui lui servaient de base et, d’autre part, dans l’application parallèle de trois méthodes de recherches : progressive, régressive et comparative. C’est pour cette voie que l’on a obtenu le matériel qui a servi à établir la carte qui présente une esquisse du réseau routier de Pologne au Moyen Age. Cette expérience méthodique constitue la première étape des recherches sur les routes commerciales du haut Moyen Age en Pologne.

10Il faut souligner cependant que les routes de transit qui traversaient la Pologne à cette période reculée n’avaient pas encore un site exactement établi, tel qu’on peut l’observer plus tard au xiiie siècle ; leur tracé était plutôt accidentel et changeait souvent, tout en gardant cependant la correction générale qui menait vers les centres commerciaux les plus importants fixés à cette époque, près des nœuds routiers.

11A cause du petit nombre de sources polonaises et à cause de certaines analogies observées dans les territoires russes et tchèques, il semble que les historiens polonais n’ont pas apprécié à sa juste valeur le rôle du transport et de la communication par voie fluviale au haut Moyen Age. Les justes remarques de M. R. Grodecki au sujet de la navigation sur la Vistule devraient trouver leur continuation dans l’étude de la navigation sur le Bug, le San, l’Oder. La littérature historique polonaise a relevé, à juste titre, le rôle du portage entre la Warta et le lac de Goplo (le portage consistait dans le fait de traîner les bateaux, soit sur terre, soit le long d’un ruisseau, entre deux cours d’eau navigables).

12Bien que les sources écrites de la Petite Pologne et de la Mazovie mentionnent le transport du sel par chariots, on peut croire que le transport de ce produit, en raison de son poids, était souvent fait par voie d’eau.

13La carte qui présente une esquisse du réseau routes de transit en Pologne à la fin du xiie siècle montre nettement qu’il a une liaison étroite entre les grands nœuds routiers et les « ensembles » urbains qui étaient les centres politiques des territoires du pays. Le nœud routier de Grande Pologne contrôlait strictement les routes allant du sud et de l’est vers le nord, en direction du littoral. Seules les routes de Mazovie, dites « routes de l’ambre », qui menaient vers le littoral de la Baltique à travers la Prusse, n’ont pas subi l’emprise du nœud grand-polonais.

14Les nœuds routiers de la Petite Pologne contrôlaient, outre les routes à direction nord-sud, celles menant d’est en ouest. Les recherches sur le réseau routier et l’habitat humain semblent prouver de plus en plus clairement que la science historique polonaise a sous-estimé jusqu’à ce jour, l’importance des centres situés au sud-est du pays, c’est-à-dire les castra de Czerwien (bourgs Tchervieniens) ainsi que de ceux de la région de Sandomierz. On sait aujourd’hui, de manière indubitable, que les routes de transit, menant de Kiev à Prague et passant par Sandomierz et Cracovie, ont été utilisées au xie siècle. Selon toutes probabilités, une autre route de transit unissait la Pologne centrale et les environs de Gniezno au territoire des castra de Czerwien, elle allait soit de Zawichost à Zarnów, soit — variante plus courte — à travers le passage de Solec, de Skaryszew et Radom à Leczyca.

Fig. 2. — Le réseau routier commercial en Pologne entre le xiie et lexiiie siècle.

15Il est à présumer que les actives recherches collectives actuellement au cours sur l’histoire du haut Moyen Age en Pologne nous permettront d’élargir lentement, mais systématiquement, notre connaissance de l’habitat humain en Pologne entre le xie et le xiie siècle et par voie de conséquence, de reconstituer le réseau routier de l’époque. Pour le moment, il nous faut au premier plan lier strictement nos travaux de recherches avec les résultats déjà obtenus par nos collègues allemands, tchèques, hongrois et roumains.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

J. Kaminska, Grody wczesnosrcdniowiesczne ziem, Polski srodkowej na tle osadnicîwa (Castra du haut Moyen Age des régions de la Pologne sur le fond de l’habitat), Lódz, 1953.

K. Maleczynski, Najstarsze targi w Polsce i ich stosunek do miast przed kolonozacja na prawie niemieckim (Les plus anciennes foires en Pologne et leurs relations avec les villes avant la colonisation au droit allemand), Lwów, 1926.

J. Nowakowa, Rozmieszczenie komór celnych, przebieg dróg handlowych na Slasku do konca XIV wieku (La localisation des postes de douane, le tracé des routes commerciales en Silésie jusqu’à la fin du xive siècle), Wroclaw, 1951.

W. Szymanski, Kontakty hand owe Wielkopolski w IX-XI w. (Les contacts commerciaux de la Grande Pologne, ixe-xie siècles), Poznan, 1958.

T. Wasowicz, Le réseau routier de la Pologne du ixe au xiiie siècle, dans Le Moyen Age, 1962, p. 379-394.

T. Wasowicz, Research on the Medieval Road System in Poland, dans Archaeologia Polona, vol. II, 1959, p. 125-140.

T. Wasowicz, Evoluzione de la tecnologia dei trasporti nell Europa centrale del XIII sccolo, dans Archaeologia Polona, vol. XVII, 1976, p. 257-273.

T. Wasowicz. Kalisz na tle wczesnosredniowiecznej sieci drogowej, X-XIII w. (Kalisz vu sur le fond du réseau routier du haut Moyen Age. xe-xie siècles), dans Osiemnascie wieków Kalisza, vol. I, p. 71-101, Kalisz, 1960.

T. Wasowicz, Sandomierska siec drozna (Le réseau routier de Sandomierz au Moyen Age), dans Studio Sandomierskie, Warszawa, 1967, p. 113-132.

S. Weymann, Ze studiów nad zagadnieniem dróg w Wielkopolsce od X do XVIII w. (Etudes choisies sur les questions des routes en Grande Pologne du xe au xviiie siècle), dans Przeglad Zachodni, 1953, no 6/8, p. 194-253.

B. Wyrozumska, Drogi ziemi krakowskiej do konca XVI wieku (Le réseau routier de Cracovie jusqu’à la fin du xvie siècle), Wroclaw, 1977.

S. Weymann, Cla i drogi handlowe w Polsce piastowskiej (La douane et les routes commerciales dans la Pologne des Piast), Poznan, 1938.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Borne routière à Konin (Grande-Pologne) qui marque la moitié du chemin entre Kruszwica et Kalisz.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 2. — Le réseau routier commercial en Pologne entre le xiie et lexiiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21316/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Presses universitaires du Midi, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search