Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’homme et la route

 | 
Charles Higounet

Communications

San Millán de la Cogolla et le chemin de Saint-Jacques

Alain Varaschin

Texte intégral

  • 1 Pour une typologie des voies de communication, consulter Pierre Fustier. La route. Voies antiques. (...)

1Dans le prolongement des remarques de M. Jugnot sur les routes de pèlerinage en France au Moyen Age, je voudrais évoquer les avatars du monastère riojan de San Millán de la Cogolla face au chemin de Saint-Jacques. Remarques forcément allusives, à l’image de celles que l’on trouve à propos de la route dans les œuvres de Gonzalo de Berceo, premier en date des poètes castillans connus, qui vécut précisément dans la mouvance du monastère de San Millán entre 1195 et 1264. En cette période cruciale de révolution linguistique, économique, sociale et mentale, alors qu’il est assiégé par des fondations concurrentes et confronté à une grave crise interne au moment même où une vague de récession déferle sur la Castille pourtant reconquérante, comment San Millán de la Cogolla aurait-il pu profiter des apports du chemin de Saint-Jacques, comment d’autres que lui l’ont-ils fait, comment la route est-elle là un révélateur historique et littéraire1 ?

  • 2 Sur la côte, au nord de la Rioja, voir J.A. Garcia de Cortazar, Introducción al estudio de la soci (...)

2L’intérêt géographique de l’exemple riojan apparaît clairement : au xiiie siècle, la Rioja est un carrefour. D’est en ouest la traverse le chemin du pèlerinage qui, de Puente-la-Reina, se dirige vers Saint-Jacques de Compostelle. Entre le sud et le nord, les échanges du monde islamique ou mozarabe et ceux de la chrétienté occidentale l’irriguent. Sans parler ni des mouvements vers la côte cantabrique plus diversifiée et, par-delà ses ports, vers la Flandre, ni des apports catalans2. Région de mouvements et région en mouvement. La Rioja est tour à tour navarraise (923-1076, 1 162-1176), aragonaise (1109-1135), et enfin castillane (1076-1109, 1135-1176). Région non seulement secouée par les soubresauts des affrontements mais ébranlée par des mouvements internes : ceux de l’évolution économique, sociale et politique des xiie et xiiie siècles qui est surtout sensible dans le déplacement de la prospérité des centres ruraux vers des noyaux urbains revivifiés ou nouveaux.

  • 3 A propos de San Millán de la Cogolla, le plus accessible en français : A. Varaschin. San Millán de (...)

3Une tradition bien curieusement établie veut que le monastère de San Millán de la Cogolla se soit trouvé, vers le milieu du xiiie siècle, à l’écart des grandes voies passantes, isolé en l’occurrence au sud du chemin principal vers Saint-Jacques de Compostelle qui se serait alors déplacé vers le nord. Et de ce fait concurrencé par d’autres sanctuaires qui se multipliaient et dont la renommée croissait3.

  • 4 Lors de cet affrontement, en 939, les deux saints auraient conjointement prêté main-forte au comte (...)
  • 5 Sur Cañas, voir A. Varaschin, Splendeurs et mystères de Santa Maria de Canas, dans Archéologia, à (...)

4San Millán de la Cogolla était certes en rivalité avec d’autres centres spirituels. Menacé d’abord par Saint-Jacques de Compostelle qui n’était, vu de Rioja, que le co-patron léonais de l’Espagne, à égalité avec le navarro-castillan San Millán : aussi « matamoros » l’un que l’autre depuis leur miraculeuse intervention à la bataille de Simancas4. En outre, San Millán était menacé dans son monopole régional par des implantations nouvelles, comme le tout proche monastère des bernardines de Canas, à l’est5, ou par le développement de Najera ou de Santo Domingo, bien toponymiquement nommé de la Calzada, au nord, sur le « camino francés ».

  • 6 Le chemin fut fixé sous l’impulsion de Sancho el Mayor (1000-1035) qui le fit passer I’Ebre à la f (...)
  • 7 La Historia Silense rapporte que Sancho el Mayor déplaça au xie siècle le tracé du chemin de Saint (...)

5Il faut cependant redresser ici une erreur d’appréciation. Les documents connus indiquent que le chemin de Saint-Jacques fut fixé dans la région au xie siècle6. Auparavant, empruntant sans doute quelque tracé de voies romaines, les « marcheurs de Dieu » et les autres passaient, non pas au sud par San Millán de la Cogolla, mais un peu plus au nord, par la voie dite de l’Ebre qui les amenait à Briviesea où ils retrouvaient l’axe Astorga-Bordeaux. Considérant que le danger musulman n’était pas si grand, le roi de Navarre qui nourrissait l’ambition de s’imposer à l’ensemble des royaumes chrétiens d’Espagne en profita pour effectuer une poussée vers l’ouest. De ce fait, le chemin direct qui devait exister antérieurement entre Nájera et Burgos prenait une importance stratégique. Voie militaire, politique, économique, et pas seulement spirituelle7.

  • 8 Il y aurait des précisions à apporter sur Santo Domingo de la Calzada. Elles éclaireraient, en con (...)
  • 9 Le Liber Sancti Jacobi (IV, chap. iii et cité par L. Vazquez de Parga, J.M. Lacarra et J. Uria Riu(...)

6Mais cette route qui passe par Santo Domingo de la Calzada8 et enfle rapidement, ne passe pas par San Millán de la Cogolla9. Il n’en reste pas moins, quels que soient les motifs pratiques, politiques et militaires de Sancho el Mayor et de son successeur Garcia él de Nájera, francophile et favorable aux clunisiens en particulier, que le nouveau tracé du chemin de Saint-Jacques au xie siècle a rapproché la route de San Millán de la Cogolla (et inversement).

  • 10 On peut certes imaginer que des pèlerins, après Nájera, obliquaient au sud-ouest vers San Millán, (...)
  • 11 Sur ce point, consulter de M.C. Díaz y Díaz, Libros y librerías en la Rioja altomedieval, Logroño, (...)
  • 12 Le monastère profita de l’essor démographique du xie siècle et des circonstances (politiques) pour (...)

7Rapprochement qui est capital pour un monastère situé, par nature, dans un lieu d’accès difficile, au fond d’une vallée étroite10. Centre monastique pré-roman (ou wisigothique) qui forgea à l’écart de l’agitation du monde sa renommée et sa réussite spirituelle, culturelle11, économique12.

8Or, au xiiie siècle, un nouveau paysage se dessine, issu des nouveaux rapports de force entre les fondements agraires de la société et d’autres qui ne le sont plus. Les phénomènes économiques et sociaux prennent de l’ampleur (migrations, commerces et marchés, villes...). La prospérité se déplace. Même si le monde reste rural, la population s’organise d’une manière nouvelle. Elle prend le chemin de la ville.

9Rapproché de cette réalité par l’espace réduit qui le sépare désormais de la route de Compostelle, situé dans une zone de contact, le monastère aux prises d’ailleurs avec certaines difficultés semble se rendre compte de la situation. Il fait, entre 1167 et 1226, un effort d’adaptation et concentre ses forces éparses, les réorganise. Puis il tente de capter les nouveaux courants, pas si lointains, pour en bénéficier.

  • 13 La place manque ici pour nuancer cette analyse. Notons simplement les efforts déployés par Gonzalo (...)

10En 1173, l’abbé de San Millán ne manque pas l’occasion que lui fournit la donation d’une pieuse femme pour installer un hôpital à Azofra, à l’ouest de Nájera et sur le chemin même de Compostelle. En 1236, Gonzalo de Berceo, reprenant des fragments plus ou moins falsifiés, entreprend de conter la vie de San Millán. Il délivre son message de vulgarisation spirituelle en mêlant dévotion, intérêts matériels et quête du salut comme pour détourner, au moins un moment, des pèlerins du chemin principal. Comme pour attirer, au moins les Castillans, vers le sanctuaire du régional (de l’étape). Toutefois, même au prix du renoncement à l’isolement originel, la tentative de séduction du monastère sur le monde qui bouge autour de lui ne réussit finalement pas13.

  • 14 Les remarques les plus récentes sur ce point sont celles de T.F. Ruiz, Expansion et changement : l (...)
  • 15 Il s’agit du Poema de Santa Oria et du Martirio de San Lorenzo.

11L’intérêt stratégique et politique du monastère diminuant, la crise s’accentue de 1227 à 1259. Les caisses sont vides. Période d’autant plus critique que l’ensemble de la Castille est touché par la récession postérieure à 1248. Paradoxe de la Reconquête de Séville14. Cependant, les centres urbains, plus vigoureux, semblent mieux résister. Mais, à San Millán, la prière qui a alimenté les productions esthétiques au temps de la croissance économique ne nourrit plus les moines. Berceo, à l’automne de son âge, reprend sa plume hagiographique pour vanter les mérites de deux sains locaux15. Il meurt à la tâche. Le monastère va mourir aussi.

12San Millán de la Cogolla va mourir de l’ambiguïté de sa position vis-à-vis de la route et de ce qu’elle représente. Le monastère est né de son isolement, dans une région mal irriguée par les voies de communication, au fond d’une vallée flanquée de montagnes au sud (Sierra de la Demanda) et d’une zone collinaire au nord, dans une espèce de cul-de-sac qui n’avait pas la chance d’être un finisterre. Il a été séduit un moment par les contacts extérieurs dont il avait d’ailleurs besoin, que ce soit culturellement ou économiquement.

13Mais n’ayant pas su, pu ou voulu aller vers la ville et n’ayant pas vu la ville venir à lui, le monastère s’est replié sur lui-même, loin de la route et a fait, en quelque sorte, de nécessité vertu. Ce retrait aux allures cisterciennes fut-il le résultat d’une mauvaise appréciation, d’un mauvais calcul des clercs ? Fut-il la conséquence de la crise de la seconde moitié du xiiie siècle ? Fut-il le fait d’une incapacité à s’adapter ?

  • 16 Voir M.C. Díaz y Díaz (note 11), p. 267.
  • 17 A ce propos, voir A. Varaschin, Approche de la sociabilité de Gonzalo de Berceo : la marginalité, (...)

14Toujours est-il que San Millán de la Cogolla s’ancra sur ses fondements mozarabes et romans et s’enferma comme en réaction dans sa tradition spirituelle et monastique16. Son chantre, Gonzalo de Berceo, s’affirme aussi comme un esprit traditionaliste, plus sévère que la norme envers certaines minorités actives (juifs, jongleurs, femmes...), représentatives des nouveaux courants de la sociabilité et de la sensibilité17.

  • 18 Je fais ici allusion à l’activité des ordres mendiants, à la nomination de saints à la tête des co (...)
  • 19 Pampelune, Burgos, León…
  • 20 P.A. Sigal, Les marcheurs de Dieu, Paris, 1977.

15Alors que dans les cités les voies du Seigneur suivent les routes des hommes18, que les chemins de perfection partent des routes du monde, le temps du monastère s’éteint pour celui des cathédrales19 que la route relie entre elles. Pour être restés en marge, San Millán de la Cogolla et Gonzalo de Berceo cessent d’être la norme et sont à leur tour marginalisés. La route devient la norme, lieu du mouvement et son symbole, le pèlerin, en quête perpétuelle de pénitence ou de salut20.

16Conçu loin de tout chemin, sauvé peut-être des raids d’Almanzor par son isolement silvestre, ayant rayonné de son savoir et de son pouvoir adossé aux contreforts de la Sierra de la Demanda, San Millán de la Cogolla (re)tombe dans l’oubli qui le vit naître. Les temps changent. Hors du monde, le monastère se raidit contre lui dans une sorte de mépris. Faute peut-être d’en être désormais le centre.

Notes

1 Pour une typologie des voies de communication, consulter Pierre Fustier. La route. Voies antiques. Chemins anciens. Chaussées modernes, Paris, 1968. Sur la question de la provenance des pèlerins à San Millán de la Cogolla, quelques indications d’Alain Varaschin. Note et contribution à l’étude de Berceo, dans Les langues néo-latines, 1978, p. 131-137.

2 Sur la côte, au nord de la Rioja, voir J.A. Garcia de Cortazar, Introducción al estudio de la sociedad altorriojana, dans Berceo, 1975, p. 8, n. 9. Pour les influences catalanes, des indications dans M.C. Díaz y Díaz, La circulation des manuscrits dans la Péninsule Ibérique du viiie au xie siècle, dans Cahiers de civilisation médiévale, 1969, p. 219-241 et 383-392.

3 A propos de San Millán de la Cogolla, le plus accessible en français : A. Varaschin. San Millán de la Cogolla : une étape du chemin de Saint-Jacques, dans Compostelle, 1979 ; Les ivoires de San Millán de la Cogolla, dans Archéologie, no 135, 1979, p. 12-17 ; San Millán de la Cogolla : le temps du monastère ou l'imaginaire de Gonzalo de Berceo, dans Cahiers de civilisation médiévale, à paraître, t. XXIV, 1981 : Du mozarabe au roman : San Millán (de Suso) de la Cogolla, dans Archéologia, à paraître.

4 Lors de cet affrontement, en 939, les deux saints auraient conjointement prêté main-forte au comte Fernán González contre Abderraman III.

5 Sur Cañas, voir A. Varaschin, Splendeurs et mystères de Santa Maria de Canas, dans Archéologia, à paraître.

6 Le chemin fut fixé sous l’impulsion de Sancho el Mayor (1000-1035) qui le fit passer I’Ebre à la faveur du gué de Logrono. Ce facteur de croissance urbaine s'appliqua également à Nájera.

7 La Historia Silense rapporte que Sancho el Mayor déplaça au xie siècle le tracé du chemin de Saint-Jacques vers le sud pour éviter un détour par le nord à des pèlerins qui redoutaient le péril musulman. Craintes peu justifiées selon le souverain puisque la dernière incursion musulmane dans la région avait été conduite par Almanzor vers 997. Nul doute qu’en cette affaire le roi de Navarre, qui se manifesta dès 1009 par des largesses à San Millán de la Cogolla, sorte de bastion navarrais avancé vers la Castille, entendait s’opposer nettement à la Castille et au León, allant jusqu’à établir sa frontière à une quinzaine de kilomètres de Burgos et s’efforçant de la fixer aux Montes de Oca. Cet effort est aussi une des manifestations de l’idée impériale dans l’Espagne de la Reconquête. Sur ce dernier point, voir A. Varaschin, L’Espagne des Reconquistadors, dans L’Histoire, à paraître.

8 Il y aurait des précisions à apporter sur Santo Domingo de la Calzada. Elles éclaireraient, en contrepoint, l’histoire de San Millán de la Cogolla. L’opposition Cogolla (nom des montagnes voisines où se retira San Millán) et Calzada (chaussée) résume bien la situation.

9 Le Liber Sancti Jacobi (IV, chap. iii et cité par L. Vazquez de Parga, J.M. Lacarra et J. Uria Riu, Las Peregrinaciones a Santiago de Compostela, Madrid. 1948-1949, 3 vol., t. I, p. 211) ne mentionne pas San Millán. Il recommande, pour aller de Logrono (Grugnus) à Redecilla (Radicellas), l’itinéraire par Villarubia (Villa Rubea, bourgade proche de Logrono aujourd’hui disparue), Nájera (Nagera) et se dirige directement vers Santo Domingo de la Calzada (Sanctus Dominicus).

10 On peut certes imaginer que des pèlerins, après Nájera, obliquaient au sud-ouest vers San Millán, d’où ils pouvaient même franchir la Sierra de la Demanda par Valvanera et se diriger vers Santo Domingo de Silos avant de remonter vers Burgos. On peut aussi admettre (voir note 9, Lus Peregrinaciones…, t. II, chap. viii, p. 160-161) que les pèlerins venus jusqu’à San Millán pouvaient, par Berceo et Cirueña, rejoindre directement Santo Domingo de la Calzada.

11 Sur ce point, consulter de M.C. Díaz y Díaz, Libros y librerías en la Rioja altomedieval, Logroño, I.E.R., 1979.

12 Le monastère profita de l’essor démographique du xie siècle et des circonstances (politiques) pour s’agrandir, tant par la « féodalisation » de fondations que dans son centre même. Dès 1002, on y compte huit foyers supplémentaires et l’installation d’artisans. Sur l’ensemble de la question, voir A. Garcia de Cortazar, El dominio del monasterio de San Millán de la Cogolla, Salamanca, Universidad. 1969.

13 La place manque ici pour nuancer cette analyse. Notons simplement les efforts déployés par Gonzalo de Berceo pour ne pas évoquer les fondations pourtant proches de Cañas et de Santo Domingo de la Calzada.

14 Les remarques les plus récentes sur ce point sont celles de T.F. Ruiz, Expansion et changement : la conquête de Séville et la société castillane (1248-1350), dans Annales E.S.C., p. 548-565.

15 Il s’agit du Poema de Santa Oria et du Martirio de San Lorenzo.

16 Voir M.C. Díaz y Díaz (note 11), p. 267.

17 A ce propos, voir A. Varaschin, Approche de la sociabilité de Gonzalo de Berceo : la marginalité, dans Les langues néo-latines, 1979, p. 13-22.

18 Je fais ici allusion à l’activité des ordres mendiants, à la nomination de saints à la tête des corporations, à l’humanisation progressive d’une Vierge Mère…

19 Pampelune, Burgos, León…

20 P.A. Sigal, Les marcheurs de Dieu, Paris, 1977.

© Presses universitaires du Midi, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.