Version classiqueVersion mobile

L’homme et la route

 | 
Charles Higounet

Communications

Vieux itinéraires entre Limousin et Périgord

Bernadette Barrière et Jean-Michel Desbordes

Texte intégral

  • 1 L’équipe, dont les travaux sont coordonnés par la Direction des Antiquités historiques du Limousin (...)
  • 2 Ce travail s’effectue dans le cadre territorial de l’ancien diocèse de Limoges, c’est-à-dire sur le (...)

1Que l’on veuille bien, dès l’abord, considérer que les modestes remarques proposées ici sont dues à un travail d’équipe1 et que, par ailleurs, elles représentent seulement les premiers résultats d’une vaste recherche en cours de réalisation2. Le secteur des confins Limousin-Périgord n’est qu’un échantillon de l’enquête, celui sur lequel a été recherchée et définie une méthode qui semble désormais applicable aux autres régions du Limousin.

Eléments de l’enquête

  • 3 Essentiellement documents cadastraux les plus anciens : états des fonds, cadastres du xixe siècle a (...)
  • 4 De toutes natures ; mais l’apport pour le phénomène routier est, il faut le dire, assez mince.
  • 5 Une « banque » de données toponymiques est en constitution par la D.A.H.L.

2Les sources historiques : Sont sollicités aussi bien les documents cartographiques anciens et récents3 que les sources écrites4. Leur exploitation privilégie la cartographie et les données toponymiques, lesquelles donnent lieu à une étude linguistique5.

3Le cadre physique : S’agissant du socle géologique, il convient, en Limousin, de bien distinguer les sols cristallins durs des sols métamorphiques moins résistants. S’agissant du réseau hydrographique, particulièrement important, il multiplie les interfluves et modèle donc amplement la topographie. Géologie et hydrographie s’additionnent en outre pour déterminer un paysage au relief « en creux », où abondent sites de cols et de gués.

  • 6 Du Néolithique au premier âge du fer inclus.
  • 7 De la Tène au Moyen Age inclus.

4L’environnement archéologique : L’étude sitologique atteste que les documents préhistoriques6 sont campés sur les hauteurs, tandis que les agriculteurs des périodes postérieures7 sont installés sur des replats. Celles des dessertes routières qui se trouvent implantées sur les sommets pourraient donc bien être souvent les plus anciennes.

5Les documents liés aux itinéraires de long parcours peuvent se regrouper en deux ensembles : ceux qui sont contigus à la route et ceux qui sont à faible distance de celle-ci. Le premier ensemble recouvre essentiellement : lieux de culte, du sanctuaire antique à la chapelle rurale ; nécropoles publiques propres au premier millénaire, et souvent liées aux carrefours ; agglomérations routières, vici de l’Antiquité romaine et du haut Moyen Age ; équipement hospitalier médiéval ; équipement hôtelier, de l’auberge antique au relais de poste. Les structures agricoles, en revanche, sont presque toujours dissociées de l’itinéraire, car elles s’établissent, dans leur presque totalité, sur ces cellules topographiques que constituent les replats, en fonction du relief et de l’exposition, non de la route. Quant à la relation à la route des équipements stratégiques et monastiques, elle est très diversifiée : tantôt consécutifs à la route, tantôt générateurs de la route, ces équipements ne sauraient guider seuls notre démarche.

  • 8 Si la séquence stratigraphique s’est à peu près conservée, et seulement dans ce cas, une fouille pe (...)

6Le repérage des structures : Il intègre, de toute évidence, la prospection du terrain concurremment menée au sol et par air. Il permet d’apprécier si la structure existe, si le « monument » subsiste8, et à quelle période culturelle il se rattache.

Itinéraires retrouvés Chronologie relative et chronologie absolue

  • 9 Ce terme (latin podium), qui apparaît si souvent dans les cadastres limousins pour désigner les par (...)

7Deux types d’itinéraires ont pu être reconnus : les « pouges », qui suivent au maximum la crête des interfluves9, et les itinéraires par monts et par vaux qui vont au plus court en se confrontant aux difficultés du relief et de l’hydrographie. L’on constatera, à l’examen des jalonnements retrouvés sur chacun des itinéraires repérés, que c’est sur les pouges que se sont fixés les phénomènes les plus anciens.

Section d’un très vieil itinéraire Bourges-Bordeaux

  • 10 Voir J.M. Deshordes, L’équipement culturel des vieux itinéraires, l’exemple du Haut Limousin, dans (...)
  • 11 En réalité l’on constate qu’au départ de Châteaumeillant l’itinéraire se dédouble et que la branche (...)

8Cet itinéraire fait actuellement l’objet d’une étude qui tente d’en préciser le tracé dans sa traversée du Limousin10 : venant de Bourges par Châteaumeillant, il passe par Ahun11 Saint-Léonard, Nexon, gagne le Périgord où il traverse Saint-Pardoux-la-Rivière avant de poursuivre en direction de Coutras et Bordeaux. Il sera plus spécialement étudié ici dans sa section Saint-Léonard-Saint-Pardoux.

  • 12 Notamment entre Firbeix et Saint-Pardoux, la chaussée se présente sous la forme d’un dôme surbaissé (...)
  • 13 Nécropole du bourg de Saint-Jean-Ligoure par ex. ; voir J. Perrier, Carie archéologique de la Gaule (...)
  • 14 Groupes de haches en bronze et trois creusets trouvés sur les communes de Gartempe, Saint-Vaury et (...)
  • 15 Tertres funéraires du Bois de Nexon ; voir A. Masfranc, Fouilles des tumulus de la Forêt de Nexon, (...)
  • 16 Ancien Médiolanum Bitorigum (Châteaumeillant), où ont été dégagés les vestiges d’un oppidum du seco (...)

9Orienté nord-est-sud-ouest, et formant très souvent limite administrative, ce vieil itinéraire se présente encore par tronçons à l’état de monument routier de technique romaine12. De plus, et surtout, il est jalonné par des structures non seulement de l’époque romaine13, mais aussi de l’âge du bronze14, du premier âge du fer15, du second âge du fer16. Mentionné sur les anciens documents cadastraux sous le nom de « vieux chemin de Bordeaux », il passe, en l’ignorant, à environ 15 kilomètres au sud-est de Limoges, et ignore de même Périgueux.

10C’est une pouge parfaite, qui évite au maximum les franchissements de rivière, sans trop sacrifier à la distance, et qui réalise un certain équilibre entre le besoin d’aller au plus court et celui d’éviter les difficultés coûteuses d’aménagements en terrain accidenté ou humide, ou de constructions de ponts.

  • 17 Par exemple : Saint-Pardoux-la-Rivière (24), Saint-Martial, près Ribérac (24). Saint-Pardon, près V (...)
  • 18 Voir Le guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, éd. et trad. Par J. Vielliard, 4e éd., Mâ (...)
  • 19 Sur cette nécropole (toujours en usage à proximité du petit bourg de Nexon) s’élevait une chapelle (...)

11Cet itinéraire, enfin, a fait l’objet d’un très long usage, puisque, outre les jalons anciens déjà évoqués, il s’y rencontre, égrenés jusque vers Bordeaux, des cultes proprement limousins17, et qu’une utilisation post-antique et médiévale y est largement attestée avec, entre autres exemples, le pont sur le Taurion surveillé par les mottes castrales du Dognon, la ville murée de Saint-Léonard, lieu de pèlerinage célèbre à partir du xie siècle retenu comme étape sur l’un des grands chemins de Compostelle à l’exclusion de Saint-Martial de Limoges18, le pont médiéval sur la Vienne surveillé par le château de Noblat, le grand carrefour de Nexon équipé d’une nécropole19, le château de Courbefy contrôlant à distance le col de Bussière, le vieux pont sur la Dronne et le carrefour à nécropole de Saint-Pardoux-la-Rivière.

Fig. 1. — Le vieil itinéraire Bourges-Bordeaux.

12Voilà donc dégagé un premier tronçon d’itinéraire très probablement d’origine pré-romaine, repris et érigé en monument routier par les Romains pour un usage qui se perpétue fort avant dans l'époque médiévale, et qui ne doit rien, ni à Augustoritum ni à Vesuna.

Les initiatives romaines : itinéraires Limoges-Périgueux

  • 20 Pour Augustoritum, voir J.P. Loustaud, Limoges gallo-romain, Limoges, 1980, et J.M. Desbordes, Limo (...)

13Avec le premier siècle et la création des chefs-lieux de cités, apparaissent de nouvelles exigences en matière de liaisons routières : c’est ainsi qu’il faut désormais établir une liaison nord-sud reliant Augustoritum à Vesuna créées l’une et l’autre sur des sites non encore urbanisés20.

14De fait, deux itinéraires se dégagent au départ de Limoges en direction du sud ; mais il est remarquable d’observer qu’ils se rejoignent à Nexon, et qu’à partir de là, l’itinéraire désormais unique emprunte sur près de vingt kilomètres un tronçon de l’ancien grand axe nord-est-sud-ouest précédemment évoqué, auquel il ne fait que se raccorder un moment et dont il se détache vers Firbeix pour repartir droit au sud et gagner Périgueux.

  • 21 Voir J.P. Loustaud et G. Reboul, Les bases gallo-romaines du pont Saint-Martial à Limoges, dans Bul (...)
  • 22 Par exemple, tronçon conservé intact sur plus de 200 mètres de long au sud du carrefour de la Croix (...)
  • 23 Voir R. Couraud, Voies romaines de la Haute-Vienne-Voies romaines et chemins antiques de Limoges à (...)
  • 24 Il semble que de Firbeix à Thiviers ce soit la R.N. 21 qui ait repris l’essentiel du tracé, et que (...)

15Quittant l’agglomération de Limoges par le pont Saint-Martial attesté antique21, l’un des itinéraires traverse la Briance au « Pont rompu », franchit le carrefour de la Croix Janiquet et parvient à celui de Nexon : sur cette première section du tracé, plusieurs tronçons subsistent à l’état de monument22. Mais l’itinéraire, qui semble vouloir aller au plus court droit au sud, ne peut éviter la traversée d’un certain nombre de ruisseaux ; cependant que l’autre tracé, ayant traversé la Vienne au gué de Verthamont en aval de Limoges, se dirige lui aussi droit vers le sud, mais en position de pouge jusqu’à Nexon23. A partir de Nexon, la section Nexon-Firbeix précédemment décrite et la section Firbeix-Périgueux24 constituent une pouge parfaite : sur 50 kilomètres, l’itinéraire échappe à tout cours d’eau.

  • 25 Pour les divers ponts évoqués dans cette étude, voir J. Perrier et L. Bonnaud, Recherches sur les p (...)

16L’usage de cet itinéraire de création romaine est attesté tout au long de la période médiévale ainsi que l’indiquent, par exemple, le pont Saint-Martial sur la Vienne et le « Pont rompu » sur la Briance parvenus jusqu’à nous dans leur reconstruction du xiiie siècle25, ou encore le lieu-dit « La Malatie » situé sur le tracé même, à proximité du carrefour de la Croix Janiquet, et qui évoque un équipement hospitalier, sans parler des établissements médiévaux qui, comme Thiviers, jalonnent la route jusqu’à Périgueux.

  • 26 Voir A.J. Laporte, L'archéologie et l’histoire au service de la recherche minière. Un exemple d’app (...)

17Dans l’état actuel des recherches, deux autres itinéraires nord-sud, dont l’étude est à poursuivre, ont été décelés. Partant, l’un du carrefour de la Croix Janiquet, l’autre du carrefour de Nexon, ils se rejoignent au carrefour de La Rochette. De là, rassemblés en un seul tracé de qualité, semble-t-il, assez médiocre, mais servant un temps de limite entre les diocèses de Limoges et de Périgueux, l’itinéraire rejoint la route précédente à Thiviers. L’on remarquera simplement qu’il ne relie pas Limoges à Périgueux au plus court et qu’en arrivant à La Rochette ses deux branches amont traversent l’un des plus importants gisements aurifères limousins précocement exploités26 ; il serait néanmoins prématuré de tirer de ce constat des conclusions par trop hâtives.

Les initiatives médiévales

  • 27 Voir Guide… Compostelle : l’étape qui suit celle de Saint-Léonard est Périgueux.
  • 28 Arédius, fondateur au vie siècle du monastère d’Attane-Saint-Yrieix, se fit « ermite » un temps à L (...)

18Ainsi qu’on l’a vu, l’époque médiévale a donc fait usage des grands axes précédents : aussi bien du grand axe Bourges-Bordeaux devenu grand chemin de Compostelle au moins dans la partie limousine de son tracé27, que des itinéraires court et long Limoges-Périgueux28. Chacun des itinéraires a ses ponts médiévaux et son équipement hospitalier ; chacun pénètre des villes murées comme le Château de Limoges, Saint-Léonard ou Thiviers. Cependant, génératrice des nouveaux pôles d’attraction que sont châteaux et monastères, et par conséquent de nouvelles nécessités routières, la période médiévale apparaît, d’une part, usagère du réseau antérieur auquel elle adapte au maximum les réalités nouvelles, d’autre part, créatrice plus ou moins accidentelle de nouveaux axes.

19En effet, la réponse médiévale au problème des voies de communication nous semble triple : il y a, bien sûr, le lacis foisonnant et instable de modestes chemins et pistes cavalières par monts et par vaux, variant de tracé au gré des saisons, qui permet les petites liaisons locales entre châteaux, villages, bourgades et monastères ; mais il y a aussi, poulies liaisons interrégionales, les vieux axes traditionnels auxquels les nouveaux pôles d’attraction les plus proches se relient par des « bretelles » de raccordement ; et il y a, enfin, de grandes sections d’itinéraire nouvelles : prenant appui sur tels châteaux ou monastères, elles desservent désormais, par volonté, semble-t-il, le plus souvent seigneuriale, des régions jusque-là éloignées des grands axes routiers.

20Deux exemples, l’un monastique (Solignac), l’autre castrai (Lastours), suffiront ici à illustrer le phénomène des « bretelles » de raccordement.

  • 29 Charte de fondation éd. en appendice à la Vita Eligii par Krusch, dans M.G.H., S.R.M. IV. p. 746-74 (...)

21Le domaine fiscal d’origine probablement antique de Solemniacum, donné vers 630 par Dagobert à Eloi pour la création de ce qui fut le premier vrai monastère limousin29, se trouve situé à proximité des itinéraires Limoges-Périgueux : en direction de Limoges, le raccord se noue juste avant le franchissement de la Valoine ; ce chemin, probable desserte rurale d’origine antique, s’acquit, de toute évidence à l’époque médiévale, une place privilégiée liée au développement et au succès de l’abbaye. Vers le sud, le pont médiéval du xiiie siècle sis sur la Briance, à 2 kilomètres en amont du « Pont rompu » et directement en contrebas de l’abbaye, ainsi que le chemin dit « vieux chemin de Saint-Yrieix à Limoges » qui le prolonge, attestent encore la mise en place d’un chemin de raccord avec les axes anciens méridionaux.

  • 30 Voir G. Tenant de la Tour, L’homme et la terre de Charlemagne à Saint Louis, Paris, 1943.
  • 31 Voir F. July, Essai sur les enceintes du département de la Haute-Vienne, dans Bull. S.A.H.L., t. CI (...)

22C’est dans la seconde moitié du xe siècle que la famille seigneuriale des Lastours semble s’imposer sur ses possessions alleutières de l'extrémité orientale des Monts de Chalus30. Un ensemble d’édifices castraux conservés sur le site agricole éponyme31 témoignent encore aujourd’hui de sa puissance passée. Implantés à 1,5 kilomètre à peine de la section d’itinéraire ancien Nexon-Firbeix déjà longuement évoquée, les Lastours ont créé, à partir de l’itinéraire de long parcours, un diverticule, une sorte d’« itinéraire-bis » de 9 kilomètres desservant leur château. Le tracé de ce vieux chemin, partiellement repris par la voirie actuelle, est fourni par les cadastres anciens.

23Ces chemins de raccordement propres aux sites de création médiévale n’ont que peu de caractères des voiries antérieures. Aménagés par monts et par vaux, ils ont fixé une toponymie davantage dialectale (chaussade, via, queyroix, etc.), c’est-à-dire, en Limousin, postérieure à la fin du premier millénaire, que latine (pouge, lestrade, etc.).

  • 32 Pour les routes de poste et les aménagements routiers des xviie-xviiie siècles, voir G. Verynaud, L (...)
  • 33 Pour les divers châteaux et autres sites médiévaux évoqués dans cette étude. B. Barrière, thèse d’E (...)

24Certains pôles d’attraction situés loin des itinéraires anciens ont, par ailleurs, on l’a dit, suscité la création de nouveaux tracés. C’est ainsi que lorsqu’en 1600, le pouvoir royal développe le service de la poste32, c’est une route de poste Limoges-Bordeaux qui est retenue pour les liaisons du Limousin avec l’Aquitaine. La route de poste, dans la conception souveraine, rappelons-le, ne constitue pas une création routière, mais la reprise d’un cheminement antérieur que l’on privilégie et que l’on équipe de relais. Or, l’on constate que la route de poste Limoges-Bordeaux relie le Château de Limoges à Aixe-sur-Vienne, castrum d’origine médiévale, Aixe à Chalus, autre castrum d’origine médiévale, et Chalus à Firbeix où elle reprend, ignorant Périgueux, la direction du grand itinéraire antique desservant Saint-Pardoux-la-Rivière, Coutras, et aboutissant à Bordeaux. Il y a donc eu, à la période qui précède l’établissement des routes de poste, usage concomitant, dans les relations entre Limoges et le sud-ouest, des routes de tradition antique et d’une portion d’itinéraire Limoges-Firbeix proprement médiévale, jalonnée de châteaux vicomtaux33.

25Jusqu’au milieu du xviiie siècle, on s’est donc contenté de privilégier certaines sections des itinéraires antérieurs. Mais, même à cette dernière date, lorsque l’autorité royale prit la décision de construire ces fameux grands axes destinés à desservir rationnellement le royaume et à remplacer le réseau précédent mal entretenu, déficient et jugé inapproprié, lorsque fut décidée, dans cette optique, la création d’une nouvelle route Limoges-Bordeaux qui passerait par Périgueux, même alors les itinéraires anciens furent repris, à la seule exception de quelques kilomètres : la route royale, à laquelle a succédé de manière assez fidèle la R.N. 81, chemine de Limoges à Aixe et Séreilhac (tronçon d’origine médiévale), de Séreilhac à Chalus (tronçon nouveau), de Chalus à Firbeix (tronçon d’origine médiévale), de Firbeix à Périgueux (tronçon d’origine romaine). Quant au grand axe aquitain primitif Bourges-Bordeaux, la route royale lui est complètement étrangère : il se trouva, dès lors, totalement délaissé.

Fig. 2. — Ancien itinéraire entre Limoges et Périgueux.

***

26Accorder une place prioritaire à l’étude du réseau routier dans toute enquête touchant à l’occupation du sol, définir les termes d’une chronologie relative appliquée à un faisceau d’itinéraires, envisager l’étude du réseau routier dans sa globalité chronologique, c’est-à-dire sans lui imposer de limites chronologiques ni vers amont ni vers aval, afin d’introduire dès que cela semble possible des éléments de chronologie absolue, tels sont les principes généraux applicables à l’ensemble du Limousin que cette enquête a permis de dégager.

Notes

1 L’équipe, dont les travaux sont coordonnés par la Direction des Antiquités historiques du Limousin (J.M. Desbordes) et le Centre de Recherches archéologiques médiévales de l’Université de Limoges (B. Barrière), se compose de G. Gantié, J.P. Loustaud, J.Cl. Louty,).F. Priot, G. Verynaud, J. et M. Villoutreix, que nous avons plaisir à remercier ici de leur collaboration.

2 Ce travail s’effectue dans le cadre territorial de l’ancien diocèse de Limoges, c’est-à-dire sur les départements de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne, auxquels il convient d’adjoindre le Confolentais et le Nontronnais.

3 Essentiellement documents cadastraux les plus anciens : états des fonds, cadastres du xixe siècle avec leurs états des sections.

4 De toutes natures ; mais l’apport pour le phénomène routier est, il faut le dire, assez mince.

5 Une « banque » de données toponymiques est en constitution par la D.A.H.L.

6 Du Néolithique au premier âge du fer inclus.

7 De la Tène au Moyen Age inclus.

8 Si la séquence stratigraphique s’est à peu près conservée, et seulement dans ce cas, une fouille peut être envisagée.

9 Ce terme (latin podium), qui apparaît si souvent dans les cadastres limousins pour désigner les parcelles riveraines d’itinéraires de sommets, a été définitivement retenu comme terme générique applicable à toutes les routes de ce type. Voir plus haut p. 51-52, le même phènomène en Gascogne sous le nom de pouche.

10 Voir J.M. Deshordes, L’équipement culturel des vieux itinéraires, l’exemple du Haut Limousin, dans Bull. Soc. Arch. Hist. Limousin, t. CVI, 1979, p. 51-59, et thèse d’Etat en cours : La Cité des Lémovices.

11 En réalité l’on constate qu’au départ de Châteaumeillant l’itinéraire se dédouble et que la branche occidentale traverse la zone minière des monts d’Ambazac avant de rejoindre l’autre à Saint-Léonard.

12 Notamment entre Firbeix et Saint-Pardoux, la chaussée se présente sous la forme d’un dôme surbaissé large d’environ 6 mètres, au profil légèrement dissymétrique, bordé de fossés de drainage, schéma, on le voit, parfaitement conforme à celui des voiries gallo-romaines.

13 Nécropole du bourg de Saint-Jean-Ligoure par ex. ; voir J. Perrier, Carie archéologique de la Gaule romaine : Haute-Vienne, C.N.R.S., 1964, no 26.

14 Groupes de haches en bronze et trois creusets trouvés sur les communes de Gartempe, Saint-Vaury et Saint-Sylvain-Montaigut en Creuse ; voir Mém. Soc. Sc. Nat. Arch. Creuse, Dr Janicaud dans t. XXVI, 1935, p. 39 et XXIX, 1944, p. 17-18.

15 Tertres funéraires du Bois de Nexon ; voir A. Masfranc, Fouilles des tumulus de la Forêt de Nexon, Haute-Vienne, dans Bull. Amis Sc. Arts de Rochechouart, 1911, t. XX-I, p. 61-63.

16 Ancien Médiolanum Bitorigum (Châteaumeillant), où ont été dégagés les vestiges d’un oppidum du second âge du fer mêlés à de nombreux vestiges gallo-romains ; voir J. Gourvest et E. Hugoniot. L’oppidum de M.B., dans OGAM, nos 53-54, 1957, t. IX ; p. 343-346, et nos 74-75, 1961, t. XIII, p. 193-204.

17 Par exemple : Saint-Pardoux-la-Rivière (24), Saint-Martial, près Ribérac (24). Saint-Pardon, près Vayres (33).

18 Voir Le guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, éd. et trad. Par J. Vielliard, 4e éd., Mâcon, 1969, p. 2-3.

19 Sur cette nécropole (toujours en usage à proximité du petit bourg de Nexon) s’élevait une chapelle dite « du Civori » (ciborium, c’est-à-dire chap. cimitériale).

20 Pour Augustoritum, voir J.P. Loustaud, Limoges gallo-romain, Limoges, 1980, et J.M. Desbordes, Limoges, histoire et topographie antiques, à paraître dans Actes du coll. intern. d’archéol. urbaine, Tours, 1980. Pour Vesuna, voir J.P. Bost, Observations sur quelques aspects de l’urbanisme de Périgueux antique, dans Périgueux et le Périgord. Actes du XXXe Congrès d’études régionales de la Féd. hist. du Sud-Ouest, Périgueux, 1981, p. 83-106, et M. Gauthier, Périgueux, à paraître dans Actes, colloque Tours, 1980.

21 Voir J.P. Loustaud et G. Reboul, Les bases gallo-romaines du pont Saint-Martial à Limoges, dans Bull. S.A.H.L., t. CVI, 1979, p. 44-50.

22 Par exemple, tronçon conservé intact sur plus de 200 mètres de long au sud du carrefour de la Croix Janiquet ; deux coupes stratigraphiques y ont été réalisées en 1978 (voir rapport J.F. Priot déposé D.A.H.L.).

23 Voir R. Couraud, Voies romaines de la Haute-Vienne-Voies romaines et chemins antiques de Limoges à Périgueux, dans Bull. S.A.H.L., Limoges, t. XC, 1963, p. 3-62.

24 Il semble que de Firbeix à Thiviers ce soit la R.N. 21 qui ait repris l’essentiel du tracé, et que de Thiviers à Périgueux, ce soit la rectiligne D 8 dite « Route Napoléon » ou « La voie romaine ».

25 Pour les divers ponts évoqués dans cette étude, voir J. Perrier et L. Bonnaud, Recherches sur les ponts du Moyen Age en Haute-Vienne, dans Actes du 102e Congrès Nat. Soc. Sav., Limoges 1977, Le Limousin, études archéologiques, Paris, 1979, p. 173-198.

26 Voir A.J. Laporte, L'archéologie et l’histoire au service de la recherche minière. Un exemple d’application : les gisements aurifères du Limousin et de la Marche, dans Bull. B.R.G.M., Paris, 1964, Région de Saint-Yrieix, p. 139-309.

27 Voir Guide… Compostelle : l’étape qui suit celle de Saint-Léonard est Périgueux.

28 Arédius, fondateur au vie siècle du monastère d’Attane-Saint-Yrieix, se fit « ermite » un temps à La Rochette, c’est-à-dire sur un carrefour routier.

29 Charte de fondation éd. en appendice à la Vita Eligii par Krusch, dans M.G.H., S.R.M. IV. p. 746-749.

30 Voir G. Tenant de la Tour, L’homme et la terre de Charlemagne à Saint Louis, Paris, 1943.

31 Voir F. July, Essai sur les enceintes du département de la Haute-Vienne, dans Bull. S.A.H.L., t. CIV, 1977, Lastours, p. 40-44.

32 Pour les routes de poste et les aménagements routiers des xviie-xviiie siècles, voir G. Verynaud, Les routes de poste en Limousin sous l’Ancien Régime, dans Actes du 102e Congrès Nat. Soc. Sav., Limoges 1977, Hist. mod. et cont., t. II, Paris. 1978, p. 55-73.

33 Pour les divers châteaux et autres sites médiévaux évoqués dans cette étude. B. Barrière, thèse d’Etat en cours : Occupation du sol et peuplement du Limousin au Moyen Age, et aussi travaux en cours du Groupe de recherches sur les fortifications anciennes en Limousin (D.A.H.L. et C.R.A.M. Univ. Limoges).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Le vieil itinéraire Bourges-Bordeaux.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 2. — Ancien itinéraire entre Limoges et Périgueux.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21256/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

© Presses universitaires du Midi, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search