Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’homme et la route

 | 
Charles Higounet

Rapports

Les chemins de pèlerinage dans la France médiévale

Gérard Jugnot

Texte intégral

  • 1 Ph. de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, ed. Am. Salmon, Paris, 1899, 2 vol. auxquels a été adjo (...)
  • 2 J. Bouteiller, La somme rurale ou le grand coutumier général de practique civil et canonique, éd. (...)

1A-t-il jamais existé des « chemins de pèlerinage » ? C’est en effet en vain que l’on cherche cette dénomination dans les textes opérant une classification de la voirie aussi bien au Moyen Age qu’à toute autre époque. Pourtant la question du classement des voies de communication n’a pas laissé les juristes indifférents : ainsi Ph. de Beaumanoir, dans ses Coutumes de Beauvoisis1 et Jean Bouteiller dans sa Somme rurale ou Grand coustumier général de practique civil et canon(ique)2 se sont-ils attachés à ce point.

  • 3 Ed. cit., t. I, p. 367-382, no 718-742.
  • 4 Ibid, no 719.

2Le premier au chapitre xxv de son œuvre intitulé « De quel larguesche le quemin doient estre, et dou conduit as pélerins et as marchands ; et comment ils doivent être maintenus sans empiries, et des trueves en quemin3 » annonce cinq catégories de voies de communication4. Déception pour notre propos : malgré l'allusion aux pèlerins dans l’intitulé du chapitre, la classification est opérée uniquement à partir de la largeur du chemin et non point des catégories d’utilisateurs. Ainsi, notre auteur distingue :

  • les sentiers qui ne peuvent être empruntés que par les piétons et qui sont destinés à relier les grands chemins entre eux ou les villages proches entre eux ; leur largeur est de quatre pieds ;
  • les carieres, voies où les charrettes peuvent circuler à condition de rester en file et où les animaux doivent être menés à la bride : leur largeur est de huit pieds ;
  • une troisième sorte, point autrement nommée, où les charrettes peuvent circuler de front ; sa largeur est de seize pieds ;
  • la quatrième sorte permet, en outre, aux bêtes qui y circulent de s’y arrêter, de paître et de se reposer : elle met en relation les cités et les châteaux et on y perçoit des péages ; sa largeur est de trente-deux pieds ;
  • la cinquième sorte comprend « li cemin que Julien César fit fere » : tracés en droite ligne, ils permettent la circulation des hommes et des marchandises à longue distance ; leur largeur est de soixante-quatre pieds.

3Aucun chemin n’est donc classé comme « de pèlerinage ». Tout au plus, peut-on estimer que c’est sur les chemins des quatrième et cinquième catégories, plus propres à assurer les liaisons à longue distance que l’on a des chances de rencontrer nos pieux voyageurs se rendant dans les sanctuaires les plus fameux de la chrétienté.

  • 5 Ed. cit., p. 855-856.

4Les mêmes notions de largeur et de possibilités de circulation pour piétons, animaux ou attelages président à la classification de Bouteiller. On lit au titre lxxxv de son ouvrage « Des droicts des chemins et voieries5 » : « … si sçachez que par plusieurs noms se nomment droicts de voierie, c’est à scavoir voye, piesente, sentier, carrière, travers, chemins royaux, cours de rivière, car tous peuvent être voieries appeliez… » et les critères de cette classification sont :

  • la voye ou piesente, de deux pieds et demi de large, ne peut être empruntée que par des piétons ;
  • le sentier doit avoir cinq pieds de large « ou tant que chars y puissent passer »… et les animaux peuvent y circuler ;
  • la carrière « est chemin si commun que tous y peuvent aller et venir à pied ou à cheval, à char ou à charrette sans différence ni contredit… et doit avoir dix pieds de large au moins… » ;
  • les travers peuvent atteindre une largeur de vingt ou vingt-cinq pieds : ce sont des chemins qui permettent les communications « d’un pays en autre » et peuvent être empruntés par gens, bêtes ou charrois ;
  • le chemin royal ne doit jamais avoir moins de quarante pieds de large, il sert aux relations lointaines « d’un pays en autre et d’une bonne ville en autre ».

5Ici encore, donc, aucune allusion à des « chemins de pèlerinage ». Comme précédemment, nous devrons nous limiter à penser que les pèlerins empruntaient de préférence les chemins royaux, les travers, à la rigueur, les carrières.

6Faut-il donc renoncer à notre propos étant établi que la catégorie « chemins de pèlerinage » n’est que fantomatique ? Non, car les classifications dont nous venons de rendre compte ne nomment pas davantage les chemins de transhumance ou les chemins sauniers et ce n’est pas pour autant que ceux-ci n’ont pas existé.

  • 6 G. Jugnot, Autour de la via podiensis du Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, th. pou (...)

7Les chemins de pèlerinage, pouvons-nous conclure, ne constituent en aucune manière une catégorie juridique. Il n’existe aucune règle de droit qui serait spécialement applicable au long des voies de communication qui seraient empruntées uniquement par les pèlerins. L’inexistence d’une telle catégorie s’explique d’ailleurs sans difficulté : les pèlerins n’étaient pas seuls sur la route et jamais aucun chemin ne leur a été réservé. Par l’expression « chemins de pèlerinage » on ne fait guère que constater que ces voies étaient employées par les pieux voyageurs de préférence à d’autres dans la mesure où elles correspondaient pour eux au trajet le plus court, le plus commode ou le plus sûr pour se rendre au sanctuaire terme de leur démarche. Ainsi, sur ces routes, les pèlerins se concentraient-ils. Peut-être, à la limite, formaient-ils l’essentiel de leur clientèle ? Et, de cet état de fait, les textes portent témoignage qui, à la fois, donnent à certaines routes (ou portions de routes) des noms évoquant un pèlerinage tout en établissant leur fréquentation par d’autres que des pèlerins6.

8Dans ces conditions, nous retiendrons ici pour définition de l’expression « chemin de pèlerinage », un axe emprunté par la majorité de ceux qui se rendaient à un sanctuaire dans un but pieux (et, peut-être, majoritairement par eux), de préférence à d’autres voies de communication plus incertaines dans leurs tracés, plus difficiles dans leurs profils, (donc plus longues à parcourir), plus dangereuses du fait de circonstances locales (risque de guerre, présence de pillards, justice mal rendue, péages abusifs, mauvais entretien…), moins bien équipées pour donner l’asile aux voyageurs et moins jalonnées de ces sanctuaires mineurs dans lesquels les pèlerins se plaisaient à se recueillir et se reposer au cours de leur longue progression vers le but de leur voyage. C’est à l'étude des chemins ainsi définis que nous nous attacherons pour une période allant des années 1140 au terme du xve siècle (de la rédaction du Guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle aux derniers « itinéraires » connus de pèlerins médiévaux).

1. La géographie des chemins de pèlerinage

  • 7 Sur l’emploi qu’il y aurait lieu de faire des termes « itinéraires », « chemins », « cheminements  (...)

9Ces chemins seront appréhendés successivement à travers le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, les « itinéraires » laissés par un certain nombre de pèlerins bien identifiés et les « itinéraires de Bruges », enfin la toponymie routière7.

Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle

  • 8 Pèlerins et chemins de Saint-Jacques en France et en Europe du xe  siècle à nos jours, Paris, 1965 (...)

10C’est, écrit R. de la Coste-Messelière, « un texte irréfutable contre lequel se briserait toute tentative moderne de nier la réalité des chemins de Saint-Jacques et cela malgré les fables qui l’encombrent, les partis pris de son auteur et ses imprécisions8 », Ce document s’insère dans un ensemble plus vaste, le codex Calixtinus, composé à la gloire de l'apôtre Jacques le Majeur et de l’église de Compostelle.

  • 9 Sur le Codex Calixtinus, le Guide du pèlerin et A. Picaud, G. Jugnot. op. cit., p. 197-203.

11L’auteur du Guide, Aimery Picaud, prêtre de Parthenay-le-Vieux en Poitou, reste bien mystérieux malgré les nombreux travaux qui lui ont déjà été consacrés. Il ne nous appartient pas ici de rendre compte des diverses hypothèses émises à son sujet. On retiendra simplement qu’on renonce désormais à l’identifier à Olivier d’Asquins, personnage qui, accompagné d’une certaine Gerberge, a apporté l’œuvre à Compostelle. Très vraisemblablement notre Aimery Picaud était-il un clerc gyrovague passionné par les pèlerinages et les voyages les plus lointains, soucieux de faire participer sa passion par ses contemporains et peut-être — pourquoi pas ? — d’exercer un ministère original au bord des routes9.

  • 10 Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, 5e éd., par J. Vielliard. Mâcon, 1979, p. 2-5

12Quelles sortes de renseignements le Guide nous livre-t-il ? Tout d’abord une description des chemins de Saint-Jacques, accompagnée d’une liste des sanctuaires que le pèlerin ne doit pas manquer de visiter chemin faisant vers le tombeau de Galice10. On ne manquera pas d’être frappé par la description plutôt laconique qui est donnée des chemins au nord des Pyrénées par opposition au soin porté à décrire la partie espagnole du trajet : pour Aimery Picaud, dirait-on, les choses sérieuses ne commençaient qu’à Saint-Michel-en-Cize ou à Borce suivant que l’on a choisi de franchir la montagne à Roncevaux ou au Somport. Dans ces conditions, il est illusoire de vouloir dresser autre chose qu’un simple schéma général indiquant de grandes directions, à partir du Guide. Ce schéma se compose de grands axes, au nombre de quatre.

  • 11 Ed. cit., p. 34.

13Le premier gagne l’Espagne par le col du Somport, après avoir traversé Saint-Gilles du Gard, Montpellier et Toulouse. Ce chemin est qualifié de via tolosana ou encore de via egidiana : où le chemin de Saint-Jacques des uns, est, de toute évidence, celui de Saint-Gilles des autres11. Cette route se présente comme une véritable cascade de pèlerinages successifs qui nous permettent de jalonner un peu plus précisément son tracé.

14Il est tout d’abord recommandé au pèlerin de ne point quitter Arles, tête de pont de cette route, sans avoir « rendu visite » au corps de saint Trophime, puis à celui de saint Césaire. Après quoi, il lui faut « chercher » les reliques de saint Honorat et de saint Genès dans les faubourgs de la cité, aux Alyscamps où il doit intercéder pour les défunts dans l’une des églises du cimetière et, le grand Rhône traversé, vénérer la colonne du martyre de saint Genès à Trinquetaille. Arles quittée, la première étape est celle de Saint-Gilles du Gard. Le Guide est prolixe à propos de ce saint et de son sanctuaire et décrit avec la plus grande minutie la châsse qui renferme son corps. Selon toute vraisemblance, c’est là l’étape ressentie comme la plus importante au long de cette route. Puis, après avoir traversé Montpellier, le pèlerin doit se rendre dans la vallée de Gellone pour « visiter » le corps du « bienheureux confesseur Guillaume ». Il faut ici prendre garde au fait que l’auteur du Guide, dans le but d’assurer la fréquentation d’un sanctuaire qu’il considère comme important, n’hésite pas à dévier ses lecteurs hors de la route la plus directe et la plus aisée à parcourir pour les faire s’engager dans une région sauvage, où la progression est malaisée, comme les gorges de l’Hérault. Ensuite, notre voyageur est invité à rendre hommage aux trois martyrs d’Agde : Tibère, Modeste et Florence, ensevelis dans l’abbaye bénédictine de Saint-Thibery. Après quoi, il faut attendre Toulouse pour que le Jacquaire se voie proposer une nouvelle dévotion locale : celle de saint Sernin. Et là s’arrête la description des stations à faire au long de cette voie de Provence : de même qu’il a omis de préciser le tracé du chemin entre Saint-Thibery et Toulouse, le Guide néglige d’indiquer celui du tronçon qui joint Toulouse au village de Borce, au pied du col du Somport. C’est seulement en cet endroit qu’il entame la description — cette fois très détaillée — du chemin aragonais jusqu’à Puente-la-Reina.

15La seconde route décrite est celle des Bourguignons et des Teutons dite via podiensis. A son propos, Aimery Picaud est d’une discrétion désespérante. Tout au plus, nous apprend-il qu’elle passe par NotreDame du Puy, Sainte-Foy de Conques et Saint-Pierre de Moissac avant de rejoindre les deux suivantes à Ostabat et franchir les Pyrénées aux ports de Cize.

  • 12 Sur ce point, voir la communication, à ces mêmes journées, de B. Barrière. « Vieux itinéraires ent (...)

16La troisième route retenue est celle qui « traverse Sainte-Marie-Madeleine de Vezelay, Saint-Léonard en Limousin et la ville de Périgueux ». On remarque l’expression « traverse » appliquée au passage de cette route à Vézelay. Ce verbe peut faire douter que ce sanctuaire soit le point de départ du chemin. Il s’agirait plutôt du lieu où se concentraient les pèlerins venus du nord de l’Europe. Quoi qu’il en soit, la vénération des reliques de sainte Marie-Madeleine est la première des obligations des pèlerins empruntant ce parcours. Ensuite, aucune précision n’est donnée sur le parcours à suivre pour aller « rendre visite » au corps du bienheureux Léonard, à Noblat, en Li mousin. Cependant, on peut déduire de la violente diatribe faite à cette occasion contre les moines du monastère de Corbigny que le chemin entre Vezelay et la Loire, évitait cette localité. Après Noblat, la dévotion suivante est consacrée à saint Front, à Périgueux. Chose curieuse, Saint-Martial de Limoges est négligé12. Après quoi le tombeau de saint Front ayant été décrit assez sommairement, s’achève le passage consacré à la via lemovicensis.

17La quatrième et dernière route envisagée est la via turonensis. La description de ce chemin commence à Orléans. Dans cette ville, il est recommandé aux pèlerins de vénérer, dans l’église Sainte-Croix, le bois de la vraie croix et le calice de saint Euverte et, dans l’église Saint-Samson, la patène qui servit lors de la dernière Cène. Aimery Picaud ajoute le tombeau de saint Euverte « dans cette même ville » mais il commet là une très légère erreur : en réalité l’abbaye Saint-Euverte se trouvait hors des murs. Après Orléans, le pèlerin gagne Tours où on ne peut que s’étonner de la rapidité du passage consacré à saint Martin. Le tombeau de celui-ci n’était-il pas, en effet, le principal lieu de pèlerinage des royaumes francs ? Son culte ne s’était-il pas répandu jusqu’en Espagne à tel point qu’on a pu prétendre avec beaucoup de vraisemblance que la via turonensis n’est qu’un chemin de Saint-Martin « retourné » ? Quant à l’auteur du Guide, vraiment soucieux d’assurer en tout point la supériorité de Compostelle sur l’ensemble des pèlerinages mineurs, il ajoute même que l’église tourangelle a été construite à Limitation de celle de Compostelle. Les parentés de style sont indéniables mais la simple comparaison des dates de construction des deux édifices suffit à renverser l’affirmation d’Aimery Picaud.

18De Tours, les pèlerins se dirigeaient vers Poitiers où ils se recueillaient auprès du tombeau de saint Hilaire. De là, ils gagnaient Saint-Jean-d’Angély et Saintes. Mais, ici, nous sommes en présence d’une supercherie commise par l’auteur. En effet, de Poitiers à Saintes, la route directe ne passe pas par Saint-Jean-d’Angély : de nombreuses mentions de « chemins de Saint-Jacques » retrouvées dans les actes poitevins le prouvent. Donc, pour Saint-Jean-d’Angély comme pour Saint-Guilhem-du-Désert et peut-être Conques, il s’agit de détourner le flot de pèlerins progressant au long de la route la plus rapide vers un sanctuaire situé à l’écart de celle-ci mais possédant une insigne relique dont la vénération par les pèlerins était considérée comme insuffisante par ses gardiens ou par Aimery Picaud.

  • 13 Pour plus de détails sur chacun de ces chemins et une bibliographie à propos de chacun d’eux. G. J (...)

19A Saintes, les pèlerins priaient sur les reliques de l’évêque Eutrope. La part faite à ce sanctuaire dans le Guide est exceptionnelle : le long récit de la passion du saint s’y trouve intégralement retranscrit. De Saintes, les pèlerins se rendaient à Blaye, au bord de la Gironde, et là, se trouvaient en contact avec la légende de Charlemagne : on leur offrait de se recueillir sur la tombe du preux Roland. De Blaye, ils gagnaient Bordeaux et s’engageaient après cette ville dans la traversée des Landes où ils passaient par Belin, second contact avec la légende carolingienne, où étaient conservées les reliques d’Olivier, et d’autres compagnons du grand roi morts au tragique combat de Roncevaux. De Belin, les pèlerins, à travers les étendues sableuses et marécageuses, se dirigeaient vers l’Adour, le Pays basque et le village carrefour d’Ostabat13.

20La suite de la description du chemin navarrais puis du chemin français de Puente-la-Reina à Compostelle (bien plus détaillée) n’est plus de notre propos, il nous reste à nous interroger sur le point de savoir quelle a pu bien être la portée de cet ouvrage.

21Le Guide décrit-il une réalité, propose-t-il des itinéraires nouveaux, met-il (voie moyenne) en forme des chemins déjà suivis de façon empirique ? Dans le premier cas, il n’apporterait rien que ses contemporains qui seraient déjà allés en Galice ne sachent déjà et ne soient prêts à transmettre oralement aux candidats du voyage ; dans le second cas, il serait à la limite de la supercherie ; dans le troisième, il serait l’œuvre salutaire qui aurait discipliné les courants de circulation, anarchiques encore, des pieux voyageurs en direction de Compostelle, tout en leur facilitant le trajet et leur assurant le plus grand bénéfice spirituel dans la mesure où il leur permettrait de ne pas manquer en cours de route des lieux saints vénérables quoique « mineurs ».

22Le ton péremptoire employé par A. Picaud (« quatuor viae sunt… ») semble vouloir accréditer la première hypothèse. Pourtant, cette assurance dissimule mal les imprécisions qui subsistent et est même contredite, pour le Poitou, par de nombreux documents.

23La thèse de la simple proposition semble tout aussi excessive. Au moment de la rédaction du Guide, le pèlerinage de Compostelle est vieux d’environ un siècle et demi. Pendant cette période, le flot des pèlerins se soumettant aux contraintes de la route (franchissement des montagnes ou des fleuves…) et à la nécessité de trouver des gîtes, avait commencé à se canaliser au long de certains axes. Picaud ne pouvait donc pas dessiner ses chemins de Saint-Jacques ex nihilo. Il était contraint de tenir compte d’une réalité plus que séculaire.

24L’hypothèse moyenne de la mise en forme semble donc être préférable : pas plus qu’il ne se limite à constater, notre auteur n’invente-t-il ses chemins de Saint-Jacques. Mais, dans le but de favoriser le rayonnement de tel ou tel sanctuaire, il modèle ses itinéraires davantage en fonction des lieux saints à visiter que de l’infrastructure routière. Chacun des quatre chemins recèle un exemple de cet état d’esprit : Saint-Jean-d’Angély sur la via turonensis ; Vézelay sur la via lemovicensis ; Saint-Guilhem-du-Désert sur la via tolosana ; Sainte-Foy de Conques sur la via podiensis.

25La géographie des chemins de Saint-Jacques en France étant ainsi esquissée, il nous reste à vérifier si, en pratique, la leçon d’Aimery Picaud a été entendue. Cette enquête peut être menée grâce à un certain nombre d’« itinéraires » de pèlerins qui sont parvenus jusqu’à nous.

Les itinéraires de pèlerins

  • 14 Ed. J. Vielliard, à la suite du Guide du pèlerin, op. cit., p. 132-140.
  • 15 Ce chemin étant dit, par le Guide lui-même, celui des bourguignons et des teutons peut-être faudra (...)
  • 16 R. de la Coste Messelière, « A propos des itinéraires pour pèlerins des xviie et xviiie siècle » d (...)
  • 17 Hakluytus Posthumus or Purchas his pilgrims by S. Purchas, Glasgow. 1905, t. VII, p. 528-529 (trad (...)

26Malheureusement, ces « itinéraires » sont tous très postérieurs au Guide du pèlerin : les plus récents ne sont que du xive siècle. Autre inconvénient : dans leur immense majorité, ils concernent la via tolosana. La via lemovicensis n’est représentée (et très partiellement) qu’une seule fois par le voyage du sire de Caumont14. Les viae turonensis et podiensis ne sont pas du tout représentées ; pour la podiensis, nous n’avons encore retrouvé aucun document de cette sorte15 ; en ce qui concerne la turonensis, ceux qui sont en notre possession sont tous d’époque moderne16. Enfin, sur quelques kilomètres, de Bayonne à Roncevaux, on possède le récit d’un anonyme pèlerin anglais17.

27Ce n’est donc, en définitive, que sur la via tolosana que nous pouvons mettre le Guide à l’épreuve des itinéraires médiévaux.

  • 18 « Recherches sur les routes de l'Europe médiévale, ii : Le grand axe routier est-ouest du midi de (...)

28En ce qui concerne la première partie de cette route, d’Arles à Toulouse, il nous suffira ici de renvoyer au travail publié à ce sujet par R.H. Bautier18. A partir de cette étude, nous constatons que : aucun des itinéraires cités ne prend son début à Arles ; tous ont leur origine à Avignon ou Bagnols-sur-Cèze ; aucun ne passe par Saint-Gilles du Gard ; aucun ne fait le détour par Saint-Guilhem-du-Désert ; l’unanimité se fait en revanche s’agissant de Montpellier et Toulouse ; l’étape de Saint-Thibery n’est négligée que par le seul Lorenzo di Santo Michele a Castello.

  • 19 G. Jugnot. op. cit., p. 360-369 et pièces justificatives nos 2-4-7-8 et 9 (avec références concern (...)
  • 20 Tableau hors-texte : « La via tolosuna de Toulouse aux Pyrénées d'après les itinéraires des pèleri (...)

29Pour ce qui est du second tronçon de cette route, de Toulouse aux Pyrénées, nous renverrons, pour le détail, à notre propre étude19 ne dressant ici qu’un simple tableau comparatif des itinéraires étudiés20. Ce tableau nous permet toutefois de remarquer que : le col du Somport est délaissé, d’une façon absolument générale, au profit de celui de Roncevaux, rejoint par Orthez et Saint-Palais ; le caminum sancti jacobi frances qui évitait le site futur de la bastide de Gimont est abandonné au profit d’un chemin nouveau qui traverse cette localité ; le passage par Marciac est unanime et implique aussi un détournement du chemin lié à la fondation d’une ville nouvelle : nos pèlerins délaissent avec un bel ensemble, vers Saint-Christaud, le vieux caminum romeum sancti jacobi dit aussi iter romeum antiquum.

Principaux sanctuaires français et itinéraires de Bruges

30Jusqu’ici, nous ne sommes que trop préoccupés des seuls pèlerins jacobites. Il est temps de nous tourner vers d’autres sanctuaires et, à l’aide des Itinéraires de Bruges, de tenter de reconstituer les chemins y conduisant.

31Il ne saurait bien sûr être question de recenser tous les sanctuaires français qui ont connu quelque renommée locale à un moment quelconque des siècles médiévaux. Nous devrons nécessairement nous limiter à une petite minorité d’entre eux qui a connu une vogue assez longue dans le temps et un rayonnement à grande distance.

32Nous pouvons dresser cette liste à partir des sources suivantes :

  • Mémoire touchant les erreurs des Albigeois, les pénitences qu’on leur imposait… », Ancien registre de l’inquisition de Carcassonne (retouché fin xiiie siècle)21 ;
  • De practica inquisitionis… » de Bernard Gui, rédigée vers 132122 ;
  • sanctuaires désignés comme but aux rémissionnaires conditionnels par le roi de France dans les années 1354-6323 ;
  • sanctuaires choisis comme lieux de pèlerinages pénitentiels pour les habitants de Douai dans les années 1383-138824.

33La liste du registre de l’inquisition de Carcassonne porte d’abord quatre noms de sanctuaires considérés comme majeurs. Cette première liste ne nous concerne pas autrement que pour tracer les itinéraires « de transit » des pèlerins s’y rendant puisqu’aussi bien aucun de ces lieux de culte ne se trouve en France. Il s’agit de : Beatorum apostolorum Petri et Pauli Romae ; Beati Jacobi Compostellae ; Beati Thomae cantuariensis ; Trium regum colonia.

34La seconde liste, celle des sanctuaires dits mineurs, nous intéresse beaucoup plus directement puisqu’elle contribue à parsemer la carte de France de lieux de pèlerinage. On y lit : Beate Mariae de Bolonia Supra Mare ; de Valleviridi ; de Tabulis in Montepesulano ; de Serinhano ; de Ruppe Amatoris ; de Podio ; de Carnoto ; de Parisiis ; de Pontisara ; de Solacho ; Beatae Mariae Magdalenae in Sancto Maximio in Provincia ; Sancti Aegidi in Provincia ; Sancti Guilhelmi de Deserto ; Sancti Antonii Viennensis ; Sancti Martialis ; Sancti Leonardis Diocesis Limovicensis ; Sancti Dyonisii ; Sancti Ludovici in Francia ; Sancti Vincenti de Castris.

35Le De practica inquisitionis de Bernard Gui établit aussi une distinction entre pèlerinages majeurs et mineurs. Des premiers (dont la liste est semblable à celle donnée par le document précédent) nous ne dirons rien. En revanche, la liste des pèlerinages mineurs comporte quelques variantes. Elle se compose de : Beate Marie de Rupe Amatoris ; de Podio Aniciensis ; de Valle Viridi ; de Tabulis in Montepessulano ; de Serinhano ; Sancti Guillermi de Deserto ; Sancti Petri de Montemajori ; Sancie Marthe de Tarascone ; Sancte Mariae Magdalenae apud Sanctum Maximinum ; Sancti Antonii Viennensis ; Sancti Marcialis et Sancti Leonardi Limovicinio ; Sancti Dyonisi et Sancti Ludovici ; Beate Marie de Carnoto in Francia ; Sancti Severini in Burdegala ; Beate Marie de Solaco ; Sancte Fidis de Conchis Dyocesis Ruthenensis ; Sancti Pauli Narbonensis ; Sancti Vicencii de Castris ; Sancti Dominici in Bononia.

36Les sanctuaires désignés dans les lettres de rémission accordées par le roi de France entre mars 1354 et décembre 1363, sont par ordre de fréquence : Notre-Dame de Boulogne (26) ; Notre-Dame du Puy (12) ; Notre-Dame de Chartres (9) ; Saint-Jacques-de-Compostelle (4) ; Mont-Saint-Michel (3) ; Saint-Nicolas de Varangeville (2) ; Saint-Martin de Tours (2) ; Saint-Gilles du Gard (2) ; Notre-Dame de Rocamadour (1) ; Saint-Léonard de Corbigny (1) ; Notre-Dame de Cléry (1) ; Saint-Thibaud en Auxois (1) ; Notre-Dame de Mont-Roland (1) ; Sainte-Catherine de Rouen (1).

37Enfin les sanctuaires, lieux de pèlerinages pénitentiels pour les habitants de Douai, étaient : Notre-Dame du Puy ; Lausanne ; Sainte-Larme de Vendôme ; Saint-Victor de Marseille ; Sainte-Catherine de Rouen ; Saint-Gilles en Provence ; Saint-Jacques en Galice ; Saint-Nicolas de Varangeville.

  • 25 En attendant la réédition de ce document par R.H. Bautier, il faut encore utiliser la publication, (...)

38Ces sanctuaires repérés, il nous reste à déterminer les chemins employés pour s’y rendre. A défaut d’itinéraire précis correspondant à un voyage particulier, nous utiliserons ici les fameux « itinéraires de Bruges », composés vers la fin du xive siècle25. Nous commencerons par celui qui conduit au sanctuaire qui apparaît comme le plus populaire en ce xive siècle, puisque cité par toutes nos sources et souvent à plusieurs reprises : Notre-Dame du Puy.

39De Brugis usque nostram dominant de podio. Cet itinéraire ne prend son autonomie qu’à partir de Paris : cette dernière ville nous servira donc ici de point de départ. Toutefois, l’autonomie de ce chemin du Puy ne devient complète qu’à partir de Montargis où il se sépare de celui de Bourges : le détail des étapes entre Paris et Montargis figure d’ailleurs dans l’itinéraire de Brugis usque Bourges en Berry per Parisiis directe.

40Le chemin de Notre-Dame du Puy présente la particularité d’être très direct : il ne comporte aucun détour permettant la visite de quelques autres sanctuaires en cours de route. Il est parfaitement indépendant des chemins de Saint-Jacques : il ne fait que croiser la via lemovicensis à La Charité-sur-Loire. Mais, en revanche, il pouvait bien être considéré comme un itinéraire pour gagner le Puy conçu non plus comme au point d’aboutissement, mais de départ…

41De Brugis usque nostram dominant de rupe majori. Notre-Dame de Rocamadour apparaît aussi comme très populaire : parmi nos sources, seuls les pèlerinages pénitentiels de Douai n’en font pas mention. Cet itinéraire ne devient, lui aussi, autonome qu’à partir de Paris. Il détermine un trajet indépendant lui aussi des chemins de Saint-Jacques. Toutefois, il faut remarquer que le parcours de Paris à Orléans sera, à l’époque moderne, adopté par les pèlerins jacquaires venant de Paris et se dirigeant vers Tours de préférence au parcours par Chartres. Mais le Guide du pèlerin ne le suggérait-il pas qui, faisant commencer son chemin à Tours, et comme pris d’un remords de conscience revenait, en son huitième chapitre, sur les dévotions à faire à Orléans ? N’était-ce pas engager les pèlerins du nord et de Paris à gagner Tours par la vallée de la Loire plutôt que par Notre-Dame de Chartres ? On remarque aussi que les pèlerins de Rocamadour rendaient d’abord leur dévotion à Saint-Léonard (où ils croisaient les pèlerins jacquaires venant de Vézelay) et négligeaient — eux aussi — Saint-Martial de Limoges.

Les principaux sanctuaires de pèlerinage au xive siècle.
1. Sanctuaires de pèlerinage cités dans le « Mémoire touchant les erreurs des Albigeois, les pénitences qu’on leur imposait… » Ancien registre de l’inquisition de Carcassonne (retouché à la fin du xiiie s.), HGL, t. VIII, preuves, c. 985.
2. Sanctuaires de pèlerinage cités dans le De practica inquisitionis… de Bernard Gui (1321), éd. Douais, Paris, 1886, p. 37-38.
3. Sanctuaires désignés comme buts de pèlerinages par le roi de France aux rémissionnaires conditionnels dans les années 1354-1363.
4. Sanctuaires choisis comme lieu de pèlerinage pénitentiels pour les habitants de la ville de Douai dans les années 1383-1388, d’après Espinas, La vie urbaine à Douai au Moyen Age, Paris, 1913, t. IV, p. 580-585 et 592.

  • 26 J. Juillet, « Saint Louis à Rocamadour », dans Saint Louis pèlerin, p. 9-25, ainsi que « Lieux et c (...)

42Enfin, à partir de Martel, cet itinéraire nous engage sur la voie dite « royale » suivie par saint Louis lors de son pèlerinage au sanctuaire quercynois en 1244, puis par Philippe le Bel en 1303, Charles IV le Bel en 1324 et, enfin, Louis XI en 146326.

43De Brugis usque sanctum jacobum per naverram, primo de Parisius usque Tours directe. Il faut donc, ici aussi, partir de Paris. On remarque immédiatement que cet itinéraire « direct » évite délibérément Chartres. N’est-ce pas une négligence pour des pèlerins sauf, évidemment, s’ils se sentent autorisés à couper au plus court comme ayant déjà effectué ce pèlerinage ? Sans nul doute et, sans plus tarder, l’itinéraire ajoute une variante : Aliter per carnotum. Le parcours est commun jusqu’à Saint-Arnoult puis gagne Chartres par « get de la Royne » et rejoint le précédent à Bonneval. On note alors un allongement total du trajet de 3 lieues (52 au lieu de 49).

44L’itinéraire se poursuit sous la rubrique : De Tours usque sanctum jacobum per Bordeaux. Cet itinéraire épouse donc exactement celui qui était préconisé, de Tours aux Pyrénées, par le Guide du pèlerin. Entre Paris, et éventuellement Chartres, et Tours nous remarquons l’étape de Vendôme (pèlerinage de la Sainte-Larme). Au-delà de Tours la fidélité au schéma de Picaud est poussée à l’extrême puisque le trajet de Poitiers à Bordeaux se fait non par Angoulême (ce qui raccourcit pourtant nettement la distance et les Brugeois qui n’hésitent pas à « court-circuiter » Notre-Dame de Chartres ne semblent pas insensibles à cet aspect du problème !) mais par Saintes et Blaye et même par Saint-Jean-d’Angély, malgré ce que nous avons dit plus haut au sujet de cette localité.

45Au retour de Saint-Jacques, les Brugeois prévoient un autre itinéraire : Aliter redeundo de Sancto Jacobo veniendo per Tolosam et provintiam. Cet itinéraire, qui débute à Ostabat, n’est autre que notre via tolosana, déjà bien connue, décrite à contre-sens. A son propos, nous ne ferons que remarquer : la confirmation des passages par Marciac et Gimont ; la curieuse omission de la ville d’Auch.

46Autre pèlerinage, celui de la Sainte-Baume qui peut être atteinte de deux manières : De Avenione usque speluncam beate marie magdalene per Massiliam ou Aliter per sanctum maximinum. Mais comment gagnait-on Avignon ? Tout d’abord, en poursuivant son chemin après Le Puy-en-Velay : De podio usque avenionem oxicana ; mais aussi, beaucoup plus directement, en venant du nord, en mettant bout à bout plusieurs « itinéraires » de Bruges à la Champagne et au sillon rhodanien. Faute de place, nous négligerons le parcours de Bruges à Reims comme nous avons jusqu’à maintenant négligé celui de Bruges à Paris. De Reims, il faut d’abord gagner Troyes (directement ou par Châlons), puis rejoindre Mâcon. De Mâcon, il ne reste plus qu’à descendre les vallées de la Saône, puis du Rhône, par Valence et Avignon.

47Le grand axe nord-sud ainsi défini pouvait donc se parcourir au plus vite en évitant tous les détours ou, à l’inverse, donner lieu à plusieurs pèlerinages annexes : la visite des grandes abbayes cisterciennes signalées comme extra viam mais aussi Dijon, Cluny et Saint-Antoine-de-Viennois. On remarque aussi le choix offert à Valence : demeurer sur la rive gauche du Rhône et voyager en terre d’empire ou traverser le fleuve pour le franchir de nouveau à Avignon même.

48Il faut signaler ici qu’Avignon n’était pas, bien sûr, un point terminal ni seulement le départ du chemin de la Sainte-Baume : non seulement cette ville est le terme de l’itinéraire de retour de Galice mais est tête de pont en direction de la côte méditerranéenne de l’Espagne, le voyage commençant par un court itinéraire :

49De Avinione usque Montera pessulanum. Très différent de celui de Montpellier à Avignon que nous avons déjà décrit puisque les étapes en sont : Avignon, Tarascon, le Rhône, Beaucaire, Vauvert, Lunel et Montpellier. Le plus frappant ici est sans nul doute le dédain marqué pour Saint-Gilles du Gard ! Mais la ville de Montpellier pouvait aussi être atteinte en venant du Puy par un itinéraire qui emprunte la fameuse voie Régordane.

50Revenons maintenant vers le nord et signalons deux itinéraires qui, au départ de Reims l’un et l’autre, conduisent à Saint-Nicolas de Varangeville. Pour mémoire, nous rappellerons que les Itinéraires de Bruges comportent trois routes permettant de se rendre à Bourges : per Parisiis directe, per Rotomagum et per Bloys. Mais il ne semble pas que Bourges, malgré deux dévotions locales, ait été pour eux des sanctuaires de pèlerinage bien prisés…

51Ces itinéraires flamands parcouraient donc le territoire français de sorte à relier la plupart des grands sanctuaires que nous avons évoqués, parfois au prix de détours ou d’incursions dans des secteurs en « cul-de-sac ». A l’inverse, une minorité de nos sanctuaires était délaissée et ce manque d’intérêt est surprenant pour certains d’entre eux de grande renommée : Saint-Martial de Limoges, Sainte-Foy de Conques, le Mont-Saint-Michel, Saint-Gilles du Gard et surtout, à cette époque, Notre-Dame de Boulogne.

52En tout cas, pour en revenir aux chemins de Saint-Jacques, on peut affirmer que deux se trouvent consacrés (sauf en ce qui concerne la traversée des Pyrénées pour ce qui est de la via tolosana et de l’incursion à Saint-Guilhem-du-Désert) tandis que deux autres sont ignorés. Somme toute, cela n’est guère surprenant : le parti pris des viae lemovicensis et podiensis de traverser le Massif central en diagonale ne pouvait guère les prédisposer à un grand avenir. Au contraire, on remarque que les Itinéraires de Bruges dessinent des chemins qui contournent l’obstacle par le sillon rhodanien ou l’Aquitaine à l’exception du chemin du Puy qui peut se poursuivre vers le Midi. Mais il faut voir en ce choix une raison politique : par ce trajet, les voyageurs restaient toujours dans le royaume de France. En revanche, l’arrêt du chemin de Rocamadour à la cité mariale et son absence de prolongation vers Toulouse est frappante ; de même l’interruption à Bourges de trois itinéraires qui y conduisent : au-delà il faudrait, au terme de quelques étapes, affronter l’obstacle que l’on préfère contourner.

Les mentions de chemins27

  • 27 G. Jugnot, op. cit., p. 338-357, où sont citées (avec références) la plupart des mentions auxquell (...)

53Il y a lieu de les rechercher dans les actes de diverses sortes conservés dans les archives et où, souvent, la voirie sert de confront. Ces chemins sont affectés de noms qui nous rendent des services d’inégales valeurs.

54On peut ainsi avoir des chemins qui sont affectés du nom d’une ville à atteindre : de moindre intérêt pour nous puisque non désignés comme desservant un sanctuaire de pèlerinage, ils ne peuvent toutefois nous laisser indifférents puisqu’ils contribuent à préciser le trajet suivi entre deux étapes connues : ainsi en va-t-il dans l’Aveyron du « Grand chemin de Lyon, du Puy, d’Albrac à Espalion » ou encore du cami roudanes, nom affecté aux environs de Naucelles, au chemin de Rodez à Toulouse et dans le Tarn du camy toulzo suite du précédent entre Gaillac et Saint-Sulpice-la-Pointe.

55D’intérêt capital sont pour notre propos les chemins affectés du nom d’un sanctuaire de pèlerinage à atteindre. C’est à leur recherche qu’il faut s’attacher avec le plus de soin. Ainsi, découvre-t-on des « chemins de Saint-Jacques » qui permettent de préciser les « itinéraires » que nous avons décrits ou même les chemins du Guide.

  • 28 R.H.F., t. XII, p. 281-282 (Chronique de Saint-Pierre-le-Vif de Sens) cité par R.H. Bautier, « Les (...)
  • 29 L. Musset, « Pèlerins et pèlerinages en Avranchin jusqu’au xiie siècle », dans Revue de l’Avranchi (...)

56Il serait ici bien trop long (et sans intérêt) de citer toutes les mentions de chemins de Saint-Jacques déjà répertoriées. Il convient seulement de faire quelques remarques. Ces mentions sont essentiellement méridionales et se rencontrent en grande quantité au long de la via tolosana ; elles n’apparaissent qu’à partir de Moissac sur la via podiensis ; de Périgueux sur la via lemovicensis ; la via turonensis faisant exception dans la mesure où de telles mentions y apparaissent dès le sud du Poitou. Rares sont les mentions de chemins de Saint-Jacques en langue vulgaire. Pour une raison sur laquelle nous reviendrons, elles sont dans leur immense majorité extraites d’actes rédigés en latin. Mais les mentions de chemins de Saint-Jacques ne sont pas les seules à devoir capter notre attention. Aussi, devons-nous être attentifs aux chemins conduisant aux sanctuaires situés en bordure des chemins de Saint-Jacques (chemin de Saint-Gilles relevé à Orcet dans le Puy-de-Dôme, par exemple, et donnant ce nom à ce qui est, pour l’itinéraire de Bruges, le chemin de Notre-Dame du Puy)28 ainsi qu’aux sanctuaires étrangers au réseau saint-jacquaire tels, entre autres, « les chemins montais » rencontrés dans des documents normands29.

57Ces mentions nous permettent donc de façon indiscutable de situer sur le terrain le chemin qui était considéré comme celui des pèlerins parce que l’immense majorité de ces derniers avait coutume de l'emprunter sans que, bien sûr, il ne leur fût réservé et sans qu’ils fussent seuls à l’emprunter. Elles nous permettent aussi de dater l’époque où ce chemin était celui des pèlerins : avec un peu de chance, on peut retrouver, dans un même secteur, plusieurs mentions de cet ordre ne s’appliquant pas au même chemin et découvrir l’évolution valeur que celle d’un chemin affecté du nom d’un sanctuaire précis du réseau de voies de communication.

58Nous devons aussi prendre garde aux « chemins romieux ». On sait que le qualificatif de « romieux » à l’origine réservé aux seuls pèlerins de Rome a fini par s’appliquer aux pèlerins d’une façon générale. Les chemins romieux étaient eux aussi, au début, des « chemins de Rome ». Ils sont devenus des chemins de pèlerins tout simplement. Dans nos recherches, la mention d’un tel chemin a donc autant de

  • 30 F. Baby, « Toponomastique du pèlerinage en Languedoc », dans Cahiers de Fanjeaux, t. XV, p. 57-78.

59Dans le Midi, s’agissant en particulier de la recherche des chemins de Saint-Jacques, la découverte de chemins romieux est des plus importantes. Nous venons d’y faire allusion, rares sont, dans les actes rédigés en langue vulgaire, les chemins de Saint-Jacques. En revanche, les « chemins romieux » y sont très souvent nommés. Un linguiste, F. Baby, a proposé, lors du 15e colloque de Fanjeaux, en 197930, une explication fort vraisemblable de ce phénomène : dans la langue populaire cumin de Sent Jacme s’applique en priorité à la voie lactée. Pour ne pas créer de confusion, le chemin terrestre devient donc le « chemin romieu ». En revanche, le risque de confusion s’estompe si l’acte est rédigé en latin, surtout s’il est rédigé par un clerc ignorant la langue du pays et pour qui, de toute façon, le risque de confusion n’existe pas. Une carte dressée par F. Baby des lieux où la voie lactée est dite « chemin de Saint-Jacques » et des lieux où on trouve des mentions de « chemins de Saint-Jacques » dans les actes montre combien cette explication est solide : partout où la langue populaire désigne la voie lactée comme le « chemin de Saint-Jacques » seuls les actes latins emploient caminum sancti jacobi tandis que les actes en langue vulgaire préfèrent « chemin romieu ». Au contraire, où la langue populaire ignore cette désignation de la voie lactée, on voit apparaître « chemin de Saint-Jacques » en langue vulgaire dans la documentation.

60Ainsi, en recherchant, les mentions des types que nous venons d’évoquer et en les cartographiant sommes-nous en possibilité de joindre les étapes que le Guide ou les itinéraires nous ont révélées.

2. La vie sur les chemins de pèlerinage

  • 31 Sur les problèmes juridiques posés par la condition de pèlerins et le pèlerinage, voir F. Garrisso (...)

61Comme les juristes médiévaux, nous la saisirons sous deux de ses aspects principaux : la protection des pèlerins en chemin (in via defensio) et l’accueil à donner aux pèlerins (ubique praesidium)31.

In via defensio

62Deux problèmes se posent essentiellement : celui des péages et celui de savoir qui était protecteur des pèlerins en route.

63Il est très commun d’affirmer que les pèlerins étaient systématiquement exempts du paiement des péages. Cette affirmation semble excessive. En effet, malgré les proclamations en ce sens, nous apprenons que les péagers n’ont jamais cessé de harceler les pèlerins pendant tout le Moyen Age et par ailleurs, tandis que périodiquement est répétée et reprise la prétendue règle de dispense, bien peu nombreuses sont les pancartes de péages à faire allusion aux pèlerins.

  • 32 Mansi, Amplissima Collectio Conciliorum, t. XXI, col. 285.
  • 33 Certes novis fait aussi défaut devant pedaticorum et n’apparaît que dans la version originale novi (...)

64Le texte de base en cette matière est celui du Décret de Gratien, 2e Partie, Cause XXIV, Question 3, c. xxiii (dit canon Si quis romipetas…) inspiré du c. xvi du concile de Latran. Toutefois deux variantes sont indiquées qui, pour nore propos, confèrent au texte une portée bien différente. La version du Décret est la suivante : c. xxii. Communione privetur qui romipetas, vel peregrinos, vel mercatores molestare praesumit. Item Calixtus Papa : Si quis romipetas, et peregrinos et apostolorum limina et alorium sanctorum oratoria visitantes capere seu rebus quas ferunt spoliare et mercatores novis teleneorum et padagiorum exactionnibus molestare tentaverit donec satisfecerit, communione careat christiana. Mais dans la version du concile de Latran, le mot mercatores est absent ! Il est ajouté en marge dans l’édition Mansi32 : c. xvi. Ut romipeta et alia sacra loca visitantes, non molestentur. Si quis romipetas, et peregrinos apostolorum limina et aliorum sanctorum oratoria visitantes capere, seu rebus quas ferunt spoliare, et novis teloneorum, seu pedaticorum exactionibus molestare tentaverit, donec satisfecerit, communione abstineat christiana. Donc, dans le premier cas, les délits visés sont : s’emparer des pèlerins ; dépouiller les pèlerins des objets qu’ils portent ; tourmenter les marchands par de nouvelles exactions de tonlieux et péages. Ce dernier délit ne se commet donc pas à l’encontre des pèlerins… En revanche, le mot mercatores supprimé, ce délit devient aussi commis avec les pèlerins comme victimes ! Cependant, il faut remarquer qu’il s’agit toujours de les tourmenter avec des novis exactionibus. De cet adjectif novis on peut déduire qu’il existait au contraire des exactiones de tonlieux et péages coutumières et parfaitement régulières33.

  • 34 Ed. cit., p. 22.
  • 35 Ibid, p. 22.
  • 36 Ibid, p. 22-23.

65Quasi contemporain de ces textes, le Guide du pèlerin tente de faire admettre, non sans une certaine ambiguïté, la thèse de l’exemption systématique : Cum non debeant rite accipere tributum nisi a mercatoribus tantum, a peregrinis et ab omnibus transeuntibus injuste accipiunt34. Ce qui n’est pas vraiment confirmé par la phrase suivante, à moins d’admettre qu’A. Picaud ait alors perdu de vue ses protégés pour s’intéresser aux marchands ou aux autres catégories de voyageurs : Quando debent more accipere de qualibet re quattuor nummos vel sex, oto vel duodecim, duplum scilicet capiunt35. Et il conclut quelques lignes plus bas sur cette phrase péremptoire : Sciendum quia ipsi portagerii a peregrinis tributum nullo modo debent36

  • 37 Ibid, p. 22.

66Mais avant d’en arriver là, il avait lancé une diatribe contre certains personnages qui se livraient à des perceptions injustes envers les pèlerins, au rang desquels le roi d’Aragon en personne. Il réclamait leur excommunication jusqu’à ce qu’ils aient expié leurs forfaits par une longue pénitence publique et nouvelle ambiguïté ! Modum in tributis suis ponant37. Nous conclurons donc sur ce point que malgré les affirmations péremptoires rapportées plus haut, le principe d’exemption n’avait rien d’absolu. Des péages modérés et justifiés perçus de longue date étaient admis par le droit coutumier.

  • 38 Le récit de voyage de Jean de Tournai est conservé à la Bibliothèque municipale de Valenciennes, m (...)

67Les récits de pèlerins du xve siècle laissent entendre qu’en trois siècles le problème n’a guère changé de dimensions : ils sont en effet fertiles en allusions et plaintes contre les perceptions abusives. C’est Jean de Tournai qui est le plus prolixe à ce propos. Approchant du Pays basque, il note pour commencer les péages de Sauveterre-de-Béarn et au passage des gaves : mais s’agissant des bacs sur les gaves notre homme ne fait que s’étonner qu’il n’y ait d’exemption pour personne sans pour autant se scandaliser. Somme toute, un bac est un service ; il est normal de rémunérer le passeur et de contribuer à l’entretien de la barque. D’ailleurs, cela Aimery Picaud lui-même l’admettait, à condition que les tarifs ne fussent point prohibitifs et que les passeurs ne surchargeassent point leurs barques. Cependant, à partir de cet endroit et jusqu’à Saint-Jean-Pied-de-Port, il décrit une véritable cascade de péages : il y a là, à ses yeux, à n’en pas douter, une situation exceptionnelle car jamais encore, il n’avait fait allusion à cette question et n’y revient pas dans la suite de son carnet de route. Mais, ce qui, chez les péagers, excite le plus sa rancune, bien davantage que le principe du péage ou les sommes prélevées, est la méthode à la fois brutale et vexatoire dont ils usaient. En cela son récit recoupe les indications données par le Guide du pèlerin38.

  • 39 J.M. Lacarra, « Un arancel de aduanas del siglo xi », dans Primer congreso internacional de pirena (...)

68Dans ces conditions, il n’est guère étonnant que rares soient les pancartes de péages à faire expressément allusion aux pèlerins. Pourtant certaines sont fort détaillées et font même allusion aux « filles de joies » ! Ceux-ci, semble-t-il, doivent être traités comme tous les passants à pied et si, d’aventure, l’une d’entre elles les mentionne ce n’est point, à notre avis, pour rappeler une règle universelle mais au contraire pour faire une faveur particulière aux pieux voyageurs. L’exemple le plus fameux est celui du tarif des péages de Jaca et Pampelune, de 1076-1094, qu’A. Picaud aurait sans nul doute bien aimé voir se généraliser. On y lit : De romero non prendant ullam causam39. Ailleurs, ce n’est qu’exceptionnellement qu’on trouve une mesure de ce type.

  • 40 Leudaire de Manciet (xive siècle), conservé dans les archives du château de Bourouilhan (Gers), si (...)
  • 41 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 169, fol. 89 (1246-1252) ; signalé par R. de la Coste-Messelièr (...)

69Tel est cependant le cas, au xive siècle, à Manciet, en laveur des jacquaires40 : Item de bedor ny de bedel ny de bedera que pepen ny de dauphin ni de peys sens escala no deben peatge ny de nulh homme que ane a St Jacques. A Tarascon, dans les années 1246-1252, sans être totalement exempts les pèlerins de Saint-Jacques bénéficiaient d’un tarif de faveur. Toutefois une distinction était établie en fonction de leurs nationalités (les Lombards payaient davantage que les autres ; les Provençaux étaient totalement exempts) et selon leur mode de locomotion : ceux qui voyageaient à cheval payaient plus cher que ceux qui allaient à pied ou utilisaient les voies d’eau41.

  • 42 Les articles parus dans le t. de 1960 du Bulletin philol. et hist. sont négatifs quant à ce qui se (...)

70Etant établi que la dispense de péage en faveur des pèlerins n’était pas absolue, il nous reste à tenter une explication de ce point42. L’argument essentiel militant en faveur de la dispense est la pauvreté des pèlerins. Les taxer en cours de route n’est-ce pas les détourner d’effectuer leur saint voyage et ainsi, pour des raisons économiques, les empêcher de faire leur salut ? Mais il ne faut pas confondre « pauvreté spirituelle » et « pauvreté économique ». Les pèlerins, pauperes christi, ne sont pas forcément désargentés. Jean de Tournai en est un bon exemple. Par ailleurs combien de riches ou de marchands n’auraient pas tenté de se faire passer pour pèlerins en cas d’exemption totale ? On en revient donc nécessairement à l’idée de proportionner le montant prélevé selon la qualité de la personne et sa richesse qui peut se révéler, par exemple, au moyen de locomotion adopté. D’autre part, aurait-il été juste de dispenser complètement les pèlerins des péages lorsqu’on examine les motifs qui avaient conduit à établir lesdits péages ?

  • 43 On lit dans l’Hist. gén. de Languedoc, t. III. col. 858 (an. 1165) : « Un autre droit domanial des (...)
  • 44 Ed. P. Viollet, Paris 1881, t. II, no lxiii, p. 91 : « De franchise de Gentilhomme ». Voir aussi, (...)

71Le motif de base était que le seigneur titulaire du péage devait assurer la sûreté du chemin : les pèlerins n’étaient-ils pas particulièrement exposés et les premiers bénéficiaires de cette surveillance seigneuriale ? Dès lors il était normal qu’ils payassent leur écot et seuls les péages nouveaux ayant pour seul but d’enrichir les seigneurs étaient irréguliers et cela vis-à-vis de toutes les catégories de voyageurs43. Dans ces conditions, on explique assez bien que dans les Etablissements de saint Louis l’exemption des péages bénéficie aux seuls gentilshommes, seuls, en fin de compte, aptes à manier l’épée et à se défendre par eux-mêmes en chemin44.

  • 45 Perrot, Les cas royaux, th droit, Paris, 1910, p. 204-217 et Riollot, Le droit de prévention, th. d (...)
  • 46 Olim, t. II, p. 319, no xxiv.

72S’agissant des justices routières, un tableau général ne peut faire apparaître que des solutions diverses selon les régions. Cependant, si, une fois n’est pas coutume, les juristes font quelques allusions au cas précis des pèlerins, celles-ci n’ont pas pour objet de désigner un juge particulier en leur faveur ni même de les faire bénéficier d’une protection renforcée. La compétence juridictionnelle n’est pas ici, d’une manière générale, déterminée ratione personae, mais ratione materiae et ratione loci. C’est donc le chemin sur lequel l’infraction a été commise qui est à prendre en considération et non la qualité de la victime : la justice de l’infraction commise sur un grand chemin appartient au seigneur haut justicier local ayant compétence pour juger les « grands cas ». Toutefois la justice royale a tendu à rogner la compétence seigneuriale, les crimes commis sur les grands chemins étant qualifiés de cas royaux ou pouvant être soustraits au juge ordinaire par le jeu de la prévention absolue45. Ainsi en a-t-il été en Anjou et Touraine selon un Olim de 1290 : Audito baillivo turonensi. dictum fuit quod dominus rex justiciabit in cheminis comitatus andegavensis sicut in turonnia, quia dominus rex est super hoc in saisine46.

  • 47 Op. cit., p. 859.

73Ainsi en est-il aussi pour les chemins appelés « grand chemins » ou « chemins royaux ». Ce point est établi dans le commentaire de Charondas le Charon sur la Somme rurale à propos de la distinction des chemins publics et privés : « Mais on tient que des cas commis sur lesdits grands chemins, les juges royaux ont prévention, encore qu’il passent et traversent par les terres des seigneurs. Car le Roy est le grand voyer du royaume et conservateur des chemins publics pour la sécurité et repos public de ses subiects et des estrangers qui viennent en son royaume47. »

  • 48 Perrot, op. cit., p. 310-312.

74En Normandie, c’est au prince territorial qu’il est fait appel dès les années 1057-1147 : la connaissance du crime dit « Assaltus in quemino ducis » lui est, en effet, réservée48.

  • 49 Fuero de la Novenera, éd. Tilander, no 210 : « El rey es seynnor de su regno et guida de los camin (...)
  • 50 Cuentos del Merino de Sangüesa (année 1319, t. XIX ; année 1330. t. XXVI cl année 1332, t. XXX : v (...)

75Débordant le cadre du royaume de France, nous constaterons la même tendance en Navarre où le roi est proclamé Guia de los caminos : la répression des attaques commises sur les grands chemins est donc de la compétence du roi, ou, du moins, de ses officiers49. Plusieurs exemples, concernant des pèlerins, apparaissent entre 1319 et 1332, à Sangüesa50. La tendance à faire appel à l’autorité la plus élevée est donc générale dès le xiiie siècle, la progression de la compétence de la juridiction royale étant, évidemment, plus ou moins rapide selon les régions.

  • 51 R.H. Bautier, op. cit., première partie, p. 141.

76Les termes de « Grands chemins » ou « chemin royal » ne sont pas vides de sens51. Ils ont au contraire une implication juridique. En pratique la conséquence de cette protection plus efficace devrait être la plus grande fréquentation de ces chemins au détriment des autres types de voies. Nul doute que les pèlerins n’aient suivi un mouvement aussi général et que « chemins des pèlerins » et « chemins royaux » aient, en bien des cas, coïncidé.

3. Ubique praesidium

77Le saint but du voyage de nos pèlerins leur confère un droit particulier en cours de route : celui de recevoir assistance de la part de tout membre de la communauté chrétienne. Ce devoir d’assistance, qui a ses racines dans les Saintes Ecritures, pèse à la fois sur les laïcs et sur les ecclésiastiques.

  • 52 Guide du pèlerin, ed. cit., p. 122-123.

78Le Guide du pèlerin nous rapporte, dans ses dernières pages, trois exemples de refus d’assistance aux pèlerins et de sanction divine immédiate à l’encontre de ceux qui ont refusé de se montrer charitables ; et Aimery Picaud conclut, c’est aussi la conclusion du Guide : Quapropter sciendum quod sancti jacobi peregrini sive pauperes sive divites, jure sunt recipiendi et diligenter procurandi52. L’emploi du mot JURE l’établit : l’accueil des pèlerins repose sur une obligation de droit, ce n’est pas une simple faveur. Mais entre proclamer une règle de droit et assurer son application, il y a un abîme… Il nous appartient maintenant de rechercher comment les chemins de pèlerinage se sont trouvés, au fil des siècles, équipés d’établissements propres à assurer le gîte à la foule sans cesse croissante qui les parcourait.

79Nos pèlerins eurent le choix entre deux types d’établissements : ceux qui pratiquent l’hospitalité à l’occasion et comme annexe à leur activité première (les abbayes et prieurés) et ceux dont la destination fondamentale est de les recevoir et de pratiquer à leur égard l’ensemble des œuvres de miséricorde (les hôpitaux spécialisés).

  • 53 Texte du chapitre « de la réception des hôtes » et commentaire par Dom P. Delatte. Commentaire sur (...)

80Abbayes et prieurés n’ont pas pour mission spéciale de servir de relais aux voyageurs, fussent ces derniers animés par un pieux motif. Au contraire, le désir de se couper du monde pour vivre une vie spirituelle plus intense est souvent un élément primordial de la psychologie monacale. Mais les moines, pas plus que les autres chrétiens, ne peuvent négliger le devoir d’hospitalité même au nom de la, retraite et de la méditation. N’est-ce pas en effet le Christ lui-même qui en rendit l’exercice obligatoire et sacré ? Il y aurait donc une choquante distorsion entre les Saintes Ecritures et la pratique du clergé régulier si ce dernier, au prétexte de se préserver parfaitement de l’influence du siècle, refusait de s’acquitter d’un devoir qui pèse également sur tous les chrétiens. C’est pourquoi la règle de saint Benoît, en son chapitre 53, fait une bonne place à la réception des hôtes : Omnes supervenientes hospites tanquam christus suscipiantur. quia ipse dicturus est hospes fui et suscepistisme et omnibus congruus honor exhibeatur, maxime tamen domesticis fidei et peregrinis53. Après ces paroles de principe, saint Benoît décrit le cérémonial de réception des hôtes, lequel commence par une prière commune. Puis, après l’accueil de la communauté tout entière, vient le rite du lavement des mains et des pieds. Saint Benoît se préoccupe aussi du personnel qu’il faut affecter dans chaque monastère à la réception des hôtes et des locaux destinés à cette fonction : chaque maison devra donc compter une cuisine avec un cuisinier et surtout une hôtellerie avec un hôtelier.

  • 54 Tous les procès-verbaux de visites ne sont pas aussi instructifs pour notre propos… Nombreux sont (...)
  • 55 Haute-Loire, arrond. Le Puy, canton Viroy.
  • 56 Haute-Loire, arrond. et canton Yssingeaux.
  • 57 Haute-Loire, arrond. Le Puy, canton Solignac-sur-Loire, comm. Cusson-sur-Loire.

81Ces préceptes furent-ils vraiment respectés ? Abbayes et prieurés furent-ils des lieux d’asile sûrs pour les pèlerins ? Si les plans des grandes abbayes nous renseignent sur l’existence de l’hôtellerie et si le nombre des moines qui y vivait permettait bien qu’il y existât un cuisinier et un hôtelier, on pourrait concevoir un doute quant aux modestes prieurés qui parsemaient les campagnes et où ne vivaient que quelques moines (parfois un ou deux seulement !) dans des bâtiments exigus. Les procès-verbaux de visite des établissements de l’ordre de Cluny nous apportent quelques lumières sur ce point. Pour la province d’Auvergne en 1310, on apprend par exemple54 qu’à Rosières55, prieuré comptant, outre le prieur, deux moines, hospitalitas et elemosina ibi bene fiunt et servantur ; qu’à Grazac56 où il n’y a que deux moines (dont l’un mène une vie dissolue et se plaît à s’enivrer dans les tavernes), hospitalitas monachis cluniacensibus de precepto domini cardinalis bene servatur ; aliis vero minus plene ; qu’à Gensac57, où il n’y avait aussi que deux moines, hospitalitas et elemosina servantur ibidem secundum loci exigensiam.

  • 58 Allier, arrond. Vichy, canton Le Mayet de Montagne.
  • 59 Puy-de-Dôme, arrond. Thiers, canton Chateldun.

82Fausses notes cependant dans deux prieurés, mais non sans quelques excuses pour le prieur et les moines des lieux : à Arrones58, hospitalitas non bene potest ibi fieri propter magnum et frequentem transitum, tamen prior facit quod potest, secundum loci jacultatem ; à Ris59, hospitalitas non servantur ibi quia gentes domini regis tenent domum ad manum suam, nec in aliquo provident priori.

  • 60 Le trop grand nombre de pèlerins non seulement rend cet asile insuffisant mais il trouble la vie d (...)

83Ces quelques exemples doivent suffire à nous convaincre que le précepte de l’article 53 de la règle de saint Benoît ne restait pas lettre morte, que les pèlerins étaient sauf exception motivée par des circonstances locales exceptionnelles reçus dans les établissements monastiques, donc que les chemins de pèlerinages pouvaient, dans bien des cas, se tracer en fonction des étapes à faire d’un prieuré à un autre et que le recensement de tels établissements est indispensable pour établir une carte convenable des routes pèlerines. Mais, l’exemple d’Arrones est là pour en témoigner, cette hospitalité se montrait en bien des cas insuffisante d’où la nécessité de fonder des établissements spécialisés dans l’accueil des pèlerins60.

  • 61 G. Jugnot, Autour de la via podiensis…, op. cit., passim ainsi que « Deux fondations augustinienne (...)

84Faute de place, il nous est impossible de décrire ici l’accueil qui était réservé aux pèlerins dans les grands hôpitaux et de donner des précisions quant à leur organisation : nous prions donc le lecteur de bien vouloir se reporter aux études que nous leur avons déjà consacréés61.

85Mais il ne faut pas oublier que bien des pèlerins aisés eurent tendance à délaisser les hôpitaux pour les auberges. Dès le début du xiiie siècle, le problème des relations entre pèlerins et aubergistes devient préoccupant : en 1205 les autorités locales doivent intervenir à Toulouse. Pourtant le mouvement de recours à l’auberge ne fait manifestement que s’amplifier : dans les dernières années du xve siècle, Jean de Tournai ne s’arrête que dans les auberges ; de passage à Roncevaux, il ne fait que visiter l’hôpital qu’il considère un peu comme une curiosité locale et pour sa part préfère s’avancer jusqu’à Burguete et s’installer dans un gîte profane. Désormais la halte à l’hôpital semble réservée au pauvre économique.

  • 62 Jean de Tournai fait allusion à ce problème qui semble prendre des dimensions particulières en Nav (...)
  • 63 Ed. cit., no 1963.

86Pourtant la vie à l’auberge n’est pas sans danger pour le pèlerin : la sainteté de son voyage s’accommode-t-elle de la promiscuité avec les prostituées62 ? Plus grave sa vie peut même être mise en danger, ainsi que le rapporte Beaumanoir dans une anecdote figurant au chapitre soixante-neuf de son œuvre63. Sous la rubrique « des cas d’aventure qui aviennent par mêscheance, es queus cas pitiés et misericorde doivent passer a radeur de justice », il nous conte la dramatique mésaventure survenue à un pèlerin imprudent. Ce dernier, attiré par le joyeux tintamarre d’une taverne, s’y aventura et s’attabla avec la compagnie. Il s’y trouvait lorsque des gens d’armes vinrent les arrêter, lui et ses compagnons de hasard recherchés pour meurtre et vol. Peu de temps après, les coupables étaient pendus, le pèlerin innocent aussi. Il n’avait en effet pu se disculper et même son cas s’était aggravé car « il fesoit le pèlerin ». De ce tragique incident, Beaumanoir tire une morale quelque peu prudhommesque avant la lettre : « Et en ceste aventure peut on prendre essamples : l’une que la justice qui prent plenté de gens pour soupçon de mesfet sache le mesfet de chascun avant qu’il soit justiciés ; l’autre que l’en se gart d’entrer en mauvese compaignie, tout soit ce que l’on ne pense se bien non, pour les perius qui en puent avenir. »

87Pour notre part, nous en tirerons aussi une double leçon : que l'on ait pu considérer que porter l’habit de pèlerin constituât une circonstance aggravante établit que cet habit a dû longtemps, à lui seul, être preuve de la condition pèlerine mais que les abus, faciles à imaginer, obligèrent, à l’époque de Beaumanoir, à fournir une preuve supplémentaire, comme un sauf-conduit ; que le pèlerin ait été jugé, condamné et exécuté avec tant de précipitation démontre que l’on ne prit aucune précaution découlant de sa condition présumée jusqu’à certitude de son usurpation et, que dès le début de la procédure, il a été traité comme tout un chacun sans jouir du moindre privilège en matière judiciaire.

88Les chemins de pèlerinages ne sont donc vraiment pas une catégorie juridique spéciale de la voirie médiévale. Il faut nous en tenir à la définition proposée en introduction quitte à lui adjoindre les chemins (ou tronçons de chemins) qui conduisent au seul sanctuaire après avoir quitté le chemin où passe la circulation générale. Etudier les pèlerinages et rechercher les itinéraires suivis par les pèlerins, c’est donc contribuer à l’histoire de la route en général.

89Sous cet angle, le travail à accomplir reste important. Seuls les chemins menant aux grands sanctuaires (surtout Compostelle) ont été étudiés. Il faudrait maintenant partir en quête des multiples sanctuaires locaux, étudier leur rayonnement dans l’espace et le temps et voir comment ils ont pu déterminer, à une époque et dans une région, un courant de circulation. Dans cette optique, il faut lire attentivement les libres de miraculis tout en poursuivant la recherche des mentions de chemins dans les textes et la cartographie des réseaux monastiques et hospitaliers.

LA « VIA TOLOSANA » DE TOULOUSE AUX PYRENEES. D’APRES LES ITINERAIRES DE PELERINS

LA « VIA TOLOSANA » DE TOULOUSE AUX PYRENEES. D’APRES LES ITINERAIRES DE PELERINS

Notes

1 Ph. de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, ed. Am. Salmon, Paris, 1899, 2 vol. auxquels a été adjoint un t. III, intitulé Commentaire historique et juridique, par G. Hubrecht, Paris, 1974.

2 J. Bouteiller, La somme rurale ou le grand coutumier général de practique civil et canonique, éd. Louys Charondas le Caron, Lyon, 1621.

3 Ed. cit., t. I, p. 367-382, no 718-742.

4 Ibid, no 719.

5 Ed. cit., p. 855-856.

6 G. Jugnot, Autour de la via podiensis du Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, th. pour le doctorat d’Etat en droit, Université de Paris II, 1979, dactyl., t. I, principalement p. 338-357.

7 Sur l’emploi qu’il y aurait lieu de faire des termes « itinéraires », « chemins », « cheminements » : R. de la Coste Messelière, « Saint Louis et le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle » dans Saint Louis pèlerin et le pèlerinage de Rocamadour au xiiie  siècle, Luzech, 1973, p. 179, note 5.

8 Pèlerins et chemins de Saint-Jacques en France et en Europe du xe  siècle à nos jours, Paris, 1965, p. 50 et « Importance réelle des routes dites de Saint-Jacques dans le pays du sud de la France et en Espagne du Nord », dans Actes du 94e Congrès nat. des soc. sav. tenu à Pau en 1969, Paris, 1972, p. 458.

9 Sur le Codex Calixtinus, le Guide du pèlerin et A. Picaud, G. Jugnot. op. cit., p. 197-203.

10 Le Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, 5e éd., par J. Vielliard. Mâcon, 1979, p. 2-5.

11 Ed. cit., p. 34.

12 Sur ce point, voir la communication, à ces mêmes journées, de B. Barrière. « Vieux itinéraires entre Limousin et Périgord ».

13 Pour plus de détails sur chacun de ces chemins et une bibliographie à propos de chacun d’eux. G. Jugnot, op. cit.. p. 5-13 et xxx-xlii.

14 Ed. J. Vielliard, à la suite du Guide du pèlerin, op. cit., p. 132-140.

15 Ce chemin étant dit, par le Guide lui-même, celui des bourguignons et des teutons peut-être faudrait-il orienter les recherches vers des fonds conservés en Suisse, en Allemagne, en Autriche…

16 R. de la Coste Messelière, « A propos des itinéraires pour pèlerins des xviie et xviiie siècle » dans Compostelle, no 22, p. 35 et « Un itinéraire manuscrit pour les pèlerins de Senlis (1690) », ibid. ; p. 32-37 ; Ch. Grosset, « Un livre pour les pèlerins de Saint-Jacques au début du xviie siècle », p. 37-39.

17 Hakluytus Posthumus or Purchas his pilgrims by S. Purchas, Glasgow. 1905, t. VII, p. 528-529 (trad. dans G. Jugnot, op. vit., p. 401-402).

18 « Recherches sur les routes de l'Europe médiévale, ii : Le grand axe routier est-ouest du midi de la France, d’Avignon à Toulouse », dans Bull. philol. et Hist., 1961, p. 285-305.

19 G. Jugnot. op. cit., p. 360-369 et pièces justificatives nos 2-4-7-8 et 9 (avec références concernant chacun des « itinéraires » cités).

20 Tableau hors-texte : « La via tolosuna de Toulouse aux Pyrénées d'après les itinéraires des pèlerins », ci-dessous p. 83.

21 H.G.L., t. VIII, preuves, c. 985.

22 Ed. Douais, Paris, 1886, p. 37-38.

23 G. Jugnot, « Le pèlerinage et le droit pénal d'après les lettres de rémission accordées par le roi de France », dans Cahiers de Fanjeaux, t. XV, p. 191-206.

24 D’après Espinas, La vie urbaine à Douai au Moyen Age, 4 vol., Paris, 1913, t. IV, p. 580-585, no 1392 et p. 592, no 1400.

25 En attendant la réédition de ce document par R.H. Bautier, il faut encore utiliser la publication, défectueuse en plus d’un endroit, de E.T. Hamy dans Recueil de voyages et de documents, t. XXII. Paris, 1908.

26 J. Juillet, « Saint Louis à Rocamadour », dans Saint Louis pèlerin, p. 9-25, ainsi que « Lieux et chemins », dans Le livre des miracles de Notre-Dame de Rocamadour, Luzech, 1973, p. 25-43.

27 G. Jugnot, op. cit., p. 338-357, où sont citées (avec références) la plupart des mentions auxquelles il est fait allusion ici.

28 R.H.F., t. XII, p. 281-282 (Chronique de Saint-Pierre-le-Vif de Sens) cité par R.H. Bautier, « Les routes de l’Europe médiévale… », op. cit., II, p. 283, note 3 et I, p. 112.

29 L. Musset, « Pèlerins et pèlerinages en Avranchin jusqu’au xiie siècle », dans Revue de l’Avranchin et du pays de Granville, t. XXIX, 1962, p. 223-224.

30 F. Baby, « Toponomastique du pèlerinage en Languedoc », dans Cahiers de Fanjeaux, t. XV, p. 57-78.

31 Sur les problèmes juridiques posés par la condition de pèlerins et le pèlerinage, voir F. Garrisson, « A propos des pèlerins et de leur condition juridique », dans Etudes d’histoire du droit économique offertes à G. Le Bras, Paris, 1965, t. II, p. 1165 et suite et, plus récemment, H. Gilles, « Lex peregrinorum », dans Cahiers de Fanjeaux, t. XV, p. 161-189.

32 Mansi, Amplissima Collectio Conciliorum, t. XXI, col. 285.

33 Certes novis fait aussi défaut devant pedaticorum et n’apparaît que dans la version originale novis pedagium mais on peut admettre que l’adjectif n’avait pas besoin d’être répété pour s’appliquer à la fois à teloneorum et pedaticorum. D’ailleurs, la distinction entre nouveaux tonlieux d’une part et tous les péages d’autre part, anciens ou récents, serait bien curieuse.

34 Ed. cit., p. 22.

35 Ibid, p. 22.

36 Ibid, p. 22-23.

37 Ibid, p. 22.

38 Le récit de voyage de Jean de Tournai est conservé à la Bibliothèque municipale de Valenciennes, ms. 493. J. Vielliard en a effectué une transcription demeurée inédite, qu’elle a eu l’obligeance de nous laisser consulter. R. de la Coste-Messelière, à partir de la même transcription, a récemment présenté une communication consacrée à cet itinéraire devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

39 J.M. Lacarra, « Un arancel de aduanas del siglo xi », dans Primer congreso internacional de pirenaistas del instituto de estudios pirenaícos, Saragosse, 1950.

40 Leudaire de Manciet (xive siècle), conservé dans les archives du château de Bourouilhan (Gers), signalé par G. Loubès dans son catalogue de l’exposition « Les chemins de Saint-Jacques en Gascogne », Auch, 1970 (no 41).

41 Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, B 169, fol. 89 (1246-1252) ; signalé par R. de la Coste-Messelière dans son catalogue de l’exposition de Cadillac, 1967, no 61.

42 Les articles parus dans le t. de 1960 du Bulletin philol. et hist. sont négatifs quant à ce qui serait une exemption systématique en faveur des pèlerins. Certains articles détaillent pourtant les pancartes : S. Guérin, « Péages terrestres et fluviaux de la Sologne médiévale », p. 235-270 ; Cl. de Tournier, « Le péage de Picquigny au Moyen Age », p. 271-294 (pourtant, cette dernière pancarte est des plus détaillée et prévoit même le cas de la « fille de joie » qui doit « 1 d. ou une chanson » !). Il en va de même de l’article de P. Tucoo-Chala, « Contribution à l’étude des péages de la moyenne Garonne aux xive et xve siècles » dans Revue hist. de Bordeaux et du dép. de la Gironde, 1960, p. 221-229.

43 On lit dans l’Hist. gén. de Languedoc, t. III. col. 858 (an. 1165) : « Un autre droit domanial des seigneurs était les péages qu'ils levaient sur les grands chemins sous prétexte du soin qu’ils prenaient de veiller à leur sûreté mais véritablement dans la vue d’augmenter leurs revenus et de s’enrichir aux dépens des étrangers et des marchands qu’ils rançonnaient. Cet établissement arbitraire de nouveaux péages de la part des seigneurs engagea souvent nos rois, depuis Louis le Jeune, à prendre la défense du public et à modérer la cupidité des seigneurs, en les obligeant, de gré ou de force, à discontinuer les brigandages qu’ils exerçaient à cette occasion. »

44 Ed. P. Viollet, Paris 1881, t. II, no lxiii, p. 91 : « De franchise de Gentilhomme ». Voir aussi, dans la même éd., les dispositions identiques prises dans la Coutume de Touraine-Anjou (t. III, p. 29, no liii) et dans l’ordonnance de Jean II (ibid, p. 196-197, no xiii).

45 Perrot, Les cas royaux, th droit, Paris, 1910, p. 204-217 et Riollot, Le droit de prévention, th. droit, Paris, 1931, p. 110-126.

46 Olim, t. II, p. 319, no xxiv.

47 Op. cit., p. 859.

48 Perrot, op. cit., p. 310-312.

49 Fuero de la Novenera, éd. Tilander, no 210 : « El rey es seynnor de su regno et guida de los caminos e todo ombre que passe per camino s’il roban et crebantan et lo pueden prender devenlo render al rey o a sus bailes. Le fuero General ce Navarra, VI 4, 2 (cd. Ilaregui y Dapuerta, Pampelune, 1869) se préoccupe plus directement du chemin des pèlerins : « Agora vos contaremos del camino frances : si va por villa realença o por villa encartada, et si passare, por on quisiere que vaya, la calonia es del rey ». R. Gibert, « La paz del camino en el derecho medieval espanol », dans Anuario de historia del derecho español, 1957-1958, p. 355-388.

50 Cuentos del Merino de Sangüesa (année 1319, t. XIX ; année 1330. t. XXVI cl année 1332, t. XXX : voir A. Campion y Jainebon, « El camino navarro de Santiago y la seguridad de los viandantes », dans Euskariana, Ve série. Pampelune, 1915.

51 R.H. Bautier, op. cit., première partie, p. 141.

52 Guide du pèlerin, ed. cit., p. 122-123.

53 Texte du chapitre « de la réception des hôtes » et commentaire par Dom P. Delatte. Commentaire sur la règle de Saint Benoît, 1913, rééd. Solesmes, 1969, p. 375-389.

54 Tous les procès-verbaux de visites ne sont pas aussi instructifs pour notre propos… Nombreux sont ceux qui ne contiennent aucune allusion au problème de la pratique de l’hospitalité. Négligence des visiteurs ? Sentiment, de leur part, qu’il est inutile de signaler que celle-ci est donnée normalement ? Le procès-verbal de la visite d’Auvergne de 1310 est le plus précis à cet égard bien que des allusions aux pèlerins et à leur réception se trouvent disséminées dans d’autres. Texte édité par A. Bruel, « Visites des monastères de l’ordre de Cluny de la province d’Auvergne en 1286 et 1310 », dans B.E.C., t. XXXVIII, 1877, p. 120-127 et repris par Dom G. Charvin, Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny, t. II, Paris, 1967, p. 281-285.

55 Haute-Loire, arrond. Le Puy, canton Viroy.

56 Haute-Loire, arrond. et canton Yssingeaux.

57 Haute-Loire, arrond. Le Puy, canton Solignac-sur-Loire, comm. Cusson-sur-Loire.

58 Allier, arrond. Vichy, canton Le Mayet de Montagne.

59 Puy-de-Dôme, arrond. Thiers, canton Chateldun.

60 Le trop grand nombre de pèlerins non seulement rend cet asile insuffisant mais il trouble la vie du monastère et le respect de la règle : par exemple : Saint-Eutrope de Saintes en 1293 (selon G. Charvin, op. cit., t II p. 45-46.

61 G. Jugnot, Autour de la via podiensis…, op. cit., passim ainsi que « Deux fondations augustiniennes en faveur des pèlerins, Aubrac et Roncevaux », dans Cahiers de Fanjeaux, no 13. p. 321-341 et, en collaboration avec R. de La Coste-Messelière, « L’accueil des pèlerins à Toulouse », dans Cahiers de Fanjeaux, no 15, p. 117-131. Un exemple de développement du réseau de dépendances d’un grand hôpital est donné par R. de La Coste-Messelière, G. Jugnot, H. Treuille, « Roncevaux en France : dépendances et toponymie », dans Bull. de la Soc. des Sciences. Lettres et Arts de Bayonne. no 135, 1979, p. 91-115.

62 Jean de Tournai fait allusion à ce problème qui semble prendre des dimensions particulières en Navarre.

63 Ed. cit., no 1963.

Table des illustrations

Légende Les principaux sanctuaires de pèlerinage au xive siècle.1. Sanctuaires de pèlerinage cités dans le « Mémoire touchant les erreurs des Albigeois, les pénitences qu’on leur imposait… » Ancien registre de l’inquisition de Carcassonne (retouché à la fin du xiiie s.), HGL, t. VIII, preuves, c. 985.2. Sanctuaires de pèlerinage cités dans le De practica inquisitionis… de Bernard Gui (1321), éd. Douais, Paris, 1886, p. 37-38.3. Sanctuaires désignés comme buts de pèlerinages par le roi de France aux rémissionnaires conditionnels dans les années 1354-1363.4. Sanctuaires choisis comme lieu de pèlerinage pénitentiels pour les habitants de la ville de Douai dans les années 1383-1388, d’après Espinas, La vie urbaine à Douai au Moyen Age, Paris, 1913, t. IV, p. 580-585 et 592.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre LA « VIA TOLOSANA » DE TOULOUSE AUX PYRENEES. D’APRES LES ITINERAIRES DE PELERINS
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

© Presses universitaires du Midi, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.