Version classiqueVersion mobile

L’homme et la route

 | 
Charles Higounet

Rapports

Routes de la Gascogne médiévale

Gilbert Loubès

Texte intégral

1Nous nous proposons d’étudier ici l’évolution du réseau routier en Gascogne, depuis l’époque gallo-romaine — dont les routes sont restées en service, du moins certains tronçons, pendant tout le Moyen Age — jusqu’au xvie siècle environ. En fait ce n’est pas sur l’ensemble de la Gascogne que porte notre recherche, mais essentiellement sur la Gascogne gersoise qui nous est plus familière. Malgré ce que ce découpage peut avoir d’artificiel et d’arbitraire, le cadre est suffisamment vaste pour donner une idée assez complète de la diversité des voies, de la complexité des réseaux et des étapes de l’évolution.

***

  • 1 Cartulaires publiés : Jaurgain (J. de) et Maumus (J.), Cartulaire du prieuré de Saint-Mont, dans A (...)
  • 2 Possèdent des recueils de chartes anciennes, non publiées, les villes d’Auch, Condom, Mirande et L (...)
  • 3 Plusieurs chartes de fondations et textes de paréages concernant en particulier Saramon, Nogaro, S (...)
  • 4 P. Parfouru et J. de Carsalade, Comptes consulaires de la ville de Riscle, Auch, 1892.
  • 5 A. Breuils, Comptes des consuls de Montréal-du-Gers, dans Archives historiques du département de l (...)
  • 6 Beaucoup de ces censiers et livres terriers se trouvent aux Archives départementales du Gers, esse (...)

2Outre les itinéraires anciens, nos sources, on s’en doute, consistent essentiellement dans les cartulaires ecclésiastiques1 ou municipaux2, les chartes de fondations3 et, pour la fin du Moyen Age, les Comptes consulaires de Riscle4 et de Montréal-en-Condomois5, ainsi que les très nombreux censiers et livres terriers, dont un bon nombre sont du xvie et du xviie siècle, et les cadastres du xixe siècle6. Nous ne nous appuierons qu’incidemment sur la toponymie routière, non qu’elle manque d’intérêt — encore qu’il s’agisse d’une discipline difficile à maîtriser — mais parce que, en raison de l’abondance et de l’extrême diversité des matériaux, nous nous sommes proposé d’en faire plus tard l’objet d’une étude particulière. Une synthèse s’avère pour le moment impossible en l’absence de toute recherche d’ensemble.

3On ne peut parler des routes de la Gascogne sans évoquer préalablement le modelé topographique, c’est-à-dire les contraintes du relief sur le réseau des voies de communication.

4La Gascogne, limitée par l’Océan, les Pyrénées et la Garonne, comprend deux bassins hydrographiques : celui de l’Adour à l’ouest, et une partie du bassin de la Garonne, celui de la rive gauche, à l’est. Entre les deux, une ligne de séparation des eaux nord-sud, grossièrement rectiligne, qu’emprunte dans sa partie gersoise et pyrénéenne, une antique route dont nous reparlerons, la Ténarèze.

  • 7 Sur la topographie du département du Gers, on consultera avec profit Z. Baqué, Le département du G (...)

5Pour en revenir au département du Gers, appartiennent au bassin de l’Adour l’Arros, le Midour et la Douze. Toutes les autres rivières à l’est de la Douze (y compris la Gélise, autrefois tributaire de l’Adour, mais captée par l’Auzoue) sont dans le bassin de la Garonne. Un coup d’œil sur la carte montre l’extrême homogénéité du réseau hydrographique gersois : une dizaine de rivières, descendant pour la plupart du plateau de Lannemezan, orientées sud-nord. Elles déterminent autant de vallées et d’interfluves à peu près parallèles7.

6Ce système fort simple donnera lieu à trois grands types de routes que nous retrouverons tout au long de cet exposé : des routes de plaine longeant les rivières, et des routes de crête, les unes et les autres de direction nord-sud ; et enfin des routes est-ouest, coupant transversalement vallées et interfluves, caractérisées par des séries ininterrompues de « montées » et de « descentes ».

7Mais ici intervient une autre donnée typique de la topographie gasconne, à savoir la dissymétrie des vallées : les coteaux de la rive droite étant toujours plus abrupts que ceux de la rive gauche, à de très rares exceptions près, par exemple à Auch. C’est dire que sur les coteaux de la rive droite le coefficient des pentes est tel que toujours l’escalade se fait au prix de sinuosités parfois nombreuses. D’autre part, la dissymétrie est beaucoup plus accusée dans les hautes vallées du sud du département ; ce qui explique sans doute, pour une part, l’absence de voies importantes est-ouest anciennement attestées dans cette région.

Les voies romaines et leur survie

8Trois documents garantissent l’existence d’un important réseau routier gallo-romain : l''Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, de l’an 333, l’Itinéraire d’Antonin, du début du iiie siècle mais avec des interpolations plus tardives et des remaniements successifs, et la Table de Peutinger, copie du xiiie siècle d’un manuscrit du ive.

  • 8 Samaran, commune du canton de Masseube (Gers). Disons rapidement ici que Belsen. nom de famille et (...)

9L’Itinéraire d’Antonin mentionne une voie unissant Agen à Lugdunum Convenarum, le futur Saint-Bertrand-de-Comminges. Cette voie passait à Lectoure (Lactura), puis à Auch (Elimberrum), enfin à Belsino que l’on a localisé tantôt à Masseube, tantôt à Monlaur-Bernet. Dans une étude à paraître, je montrerai que Belsino doit être identifié avec l’ancien site de Belsen (actuellement Boussen) dans la commune de Samaran8.

10Entre Agen et Lectoure, le voyageur pouvait emprunter indifféremment soit la « Peyrigne », rive gauche du Gers, soit, sur la rive droite, une route pratiquement rectiligne de direction nord-sud passant légèrement à l’ouest du village actuel de Sempesserre, et dont les grosses dalles, aujourd’hui recouvertes de bitume, étaient visibles encore il y a une vingtaine d’années.

  • 9 Arch. munic. de Lectoure. Livre terrier de 1491, fol. 64, 164. 206 ; livre terrier de 1501, fol. 5 (...)
  • 10 Gallia christiana, I, col. 1023-1024, Caria fundationis Portaglonii, vulgo Bouillas.

11Entre Lectoure et Auch, la voie romaine courait sur les coteaux de la rive gauche du Gers. Connue à Lectoure sous le nom de l’estrade9, la charte de fondation de l’abbaye cistercienne de Bouillas, au xiie siècle, la désigne sous l’appellation d’antiqua via (in antiquam viam quae posita est in culmine montis)10.

12A Auch, elle plonge nécessairement dans la vallée pour aboutir à la ville gallo-romaine sur la rive droite. Plus au sud, dans l’actuelle commune de Pavie, elle franchit à nouveau le Gers au gué de Las Hourques et suit la ligne de faîte entre Gers et Sousson jusqu’à Belsino, dernière station signalée par l’Itinéraire avant Lugdunum.

  • 11 Cartulaire de Berdoues, chartes 450 et 452.
  • 12 Ibid., charte 438. Sur cette question des pouches nous reviendrons plus loin.

13Une autre voie, probablement contemporaine, mais d’importance moindre, longeait le Gers, rive droite, à partir d’Auch tout au moins. Le cartulaire de Berdoues la désigne, en 1256, sous le nom de viam publicam veterem entre Auch et Sansan11 ou encore sous le nom de la pouche ou pogge12.

14La liaison routière entre les deux grandes cités gallo-romaines Bordeaux et Toulouse était assurée par une voie qui traversait la Novempopulanie et dont l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, d’une part, la Table de Peutinger, de l’autre, énumèrent les étapes.

15Selon l’Itinéraire, la voie, venant de Bordeaux, passait par Vasates (Bazas), Tres Arbores, Oscineio, Scotio (Sos), Elusa (Eauze), Vanesia, Civitas Auscius (Auch), Mutatio ad Sextum, Hungunuero, Mutatio Bucconis et Ad Jovem, pour aboutir à Toulouse. Si les étapes d’Eauze et Auch ne font pas problème, celles de Vanesia, Ad Sextum et Hungunuero, pour nous en tenir au cadre du seul département du Gers, ont suscité bien des recherches et des controverses.

  • 13 G. Loubès, Sur la voie romaine Auch-Eauze, les stations de Vanesia et Besino, dans Bull. de la Soc (...)
  • 14 En gascon, le v aboutit à b, et le n intervocalique tombe.
  • 15 Dans Peyrepont, le pont de pierre, même si les éléments du mot sont romans, le procédé de construc (...)

16En ce qui concerne Vanesia, je crois avoir montré13 que l’identification avec Saint-Jean-Poutge, sur la Baise, s’impose. D’abord, parce que en vertu de la phonétique gasconne, Vanesia aboutit à Baïse14, et surtout parce que le lieu-dit Peyrepont, au niveau de l’ancien village de Saint-Jean-Poutge, est le témoin d’un pont en pierre d’époque pré-féodale15, donc à coup sûr antérieur au Haut Moyen Age qui n’a pas construit de ponts.

  • 16 Andrée de Montesquiou, Le château de Marsan, dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers, 1937, p. 62.
  • 17 La plus récente et la meilleure synthèse sur cette question dans Michel Labrousse, Toulouse antiqu (...)

17Pour Ad Sextum, on a proposé Marsan, commune du canton de Gimont16. Hungunuero pourrait être, selon les uns, Giscaro, ou bien Hondure au sud de Maurens, Las Triches entre Gimont et Giscaro, En Gouerre enfin, dans la commune d’Escorneboeuf, selon Henri Polge17.

Fig. 1. — Les voies romaines de la Gascogne.

  • 18 Z. Baqué, Les vieux chemins de la Gascogne, v. note 7 ; G. Loubès, Sur la voie romaine…, v. note 1 (...)
  • 19 La dernière tentative dans l’identification de cette station est celle du Dr Trémolières, Autour d (...)

18Sur ce même itinéraire Eauze-Toulouse, la Table de Peutinger retient encore l’étape d’Auch (Eliberre), mais intercale entre cette dernière et Eauze une nouvelle station du nom de Besino, que l’on a depuis longtemps identifiée avec Vic-Fezensac18, et au-delà d’Auch, en direction de Toulouse, la station de Casinomago qui reste à identifier19. Est-il convenable, comme on l’a affirmé à partir de ces données divergentes, de parler de deux itinéraires parallèles ? Encore que cette hypothèse ne soit pas à écarter, il pourrait s’agir aussi de stations complémentaires sur un itinéraire identique.

  • 20 Cartulaire noir de Sainte-Marie d’Auch, chartes 77 et 134.
  • 21 Michel Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, carte de la p. 53. Aucun itinéraire antique n (...)

19Selon une vieille tradition recueillie dans deux chartes auscitaines du xiie siècle, Clovis serait passé à Vic-Fezensac et à Auch et aurait octroyé à l’évêque d’Auch la seigneurie sur les deux villes20. Ces chartes sont évidemment trop tardives pour que l’on puisse fonder sur elles la moindre argumentation. Elles s’accordent cependant avec des faits historiques bien établis. Vainqueur des Wisigoths à Vouillé, Clovis séjourna à Bordeaux pendant l’hiver 507-508, puis marcha sur Toulouse au printemps. Quel itinéraire emprunta-t-il entre les deux capitales ? Probablement celui passant par Bazas, Eauze, Vic-Fezensac et Auch. C’est en tout cas celui retenu par Michel Rouche avec beaucoup de vraisemblance21.

  • 22 Commune du canton de Mauvezin (Gers).

20La Table de Peutinger indique également un tracé entre Toulouse et Agen. Il passe par Sa..ali, mot partiellement effacé où l’on a voulu voir Sarrant22, et Lactora, Lectoure. Cette voie, sous le nom de Caussade de Naurouze, restera fréquentée pendant tout le Moyen Age, nous aurons l’occasion d’y revenir. A l’ouest d’Eauze, enfin, la même Table propose un tracé en direction de Dax.

  • 23 Voir Jacques Clémens, Ténarèze et Peyrigne en Agenais à l’époque antique, dans Annales du Midi, 19 (...)

21En dehors de ces voies officiellement recensées par des documents anciens, il n’est pas douteux qu’existaient encore d’autres routes antérieurement au Moyen Age, que la toponymie et l’archéologie nous restituent. D’abord la Peyrigne. Venant d’Agen par Lécussan et Moirax, c’était une route de crête qui aboutissait aux sites où s’implanteront plus tard La Romieu et la commanderie d’Abrin sur la grande voie du Puy. Un débranchement au sud-ouest de Notre-Dame d’Esclaux, à Saint-Mézard, la faisait communiquer aussi avec Lectoure23.

  • 24 C. Loubès, étude à paraître sur les chemins de Saint-Jacques dans le Gers. Sur cette vieille voie (...)

22Les deux cités gallo-romaines d’Eauze et Lectoure étaient reliées par une voie que ne signale aucun itinéraire antique et que reprendra le chemin de Saint-Jacques, la via podiensis, jalonnée d’églises anciennes et de vestiges archéologiques, préhistoriques, protohistoriques et gallo-romains24.

  • 25 Nous croyons personnellement que le faubourg d’Hugagnan, jouxtant les remparts nord de Gondrin, ét (...)

23Entre Condom et Eauze, une autre voie à peu près parallèle, légèrement au sud, passait à Mouchan, Hugagnan (nom du faubourg nord de Gondrin25) la Pélinguette et le Peyregay, le gué empierré, sur l’Izaute. Mais incontestablement, aucune de ces voies n’est aussi ancienne ni aussi prestigieuse que la Ténarèze, route protohistorique réutilisée à l’époque gallo-romaine et pendant tout le Moyen Age.

  • 26 Voir note 23.

24Le tracé de la Ténarèze dans le département du Gers ne souffre aucune contestation, alors que, au-delà de Sos, au nord, et dans les Pyrénées, au sud, les auteurs ont longtemps divergé et proposé des itinéraires plus ou moins fantaisistes. En Agenais, la Ténarèze s’infléchit à partir de Sos vers le nord-est jusqu’à Lavardac, puis reprend la direction du nord sur la rive droite de la Baïse jusqu’à l’approche d’Aiguillon26. Dans les Pyrénées, elle aboutit en Espagne par la vallée d’Aure.

25Dans le Gers, elle est la grande route de crête qui sépare ou plutôt qui séparait (avant la capture de la Gélise par l’Auzoue) les bassins de l’Adour et de la Garonne. A peu près rectiligne et de direction nord-sud, elle présente donc l’avantage appréciable de n’avoir à franchir le moindre cours d’eau sur plus de cent kilomètres. Elle jouit, dans l’idée populaire, de la singulière propriété de pouvoir mener

  • 27 Z. Baqué, Le département du Gers, I, Géographie physique, Auch, 1931. p. 61.

Des Pyrénées à Bordeaux
Sans passer de pont, ni prendre bateau27 ».

  • 28 Arch. départ. du Gers, I 3959, fol. 19 ; I 3965, fol. 89.

26Assertion exagérée, puisqu’aussi bien son terme n’est pas Bordeaux, mais justifiée en tout cas pour toute la traversée gersoise. Elle se situe constamment sur la ligne de faîte. Le nombre considérable de vestiges archéologiques, depuis la préhistoire, rencontrés le long de son parcours attestent sa longue fréquentation. A la fin du Moyen-Age encore, au niveau de Lannepax, en Fezensac, elle est appelée « Chemin de Bordeaux28 ».

27En fait, tous les chemins qui apparaissent au Moyen Age sur les crêtes existent bien, au moins sous forme de sentiers, dès l’époque romaine et préromaine : innombrables sont en effet les vestiges néolithiques dans toutes les régions prospectées. Au Moyen Age, toutes les routes gallo-romaines seront réutilisées, de même que toutes les routes de crête qui seront appelées pouches ou ténarèzes au nord-ouest, serrades un peu partout. Mais, nous le verrons, le terme de pouche s’appliquera au sud et à l’ouest, de façon aberrante, aux chemins de vallée.

Les chemins de pèlerinage

  • 29 Sur les chemins de Saint-Jacques en Gascogne, il existe une bibliographie très abondante dont on n (...)

28On sait que les quatre grands chemins de Saint-Jacques confluaient en Gascogne29 avant de franchir les Pyrénées occidentales, soit au Somport, soit à Roncevaux, pour se diriger ensuite vers Compostelle, ne formant qu’une voie unique de direction est-ouest à partir de Puente-la-Reina, el camino francés. Deux de ces chemins, les plus orientaux, traversaient la Gascogne gersoise.

  • 30 Outre les mentions déjà relevées par Adrien Lavergne, op. cit., le chemin français apparaît aussi (...)

29Le premier en date fut celui qui, venant de Provence, passait par Toulouse, L’Isle-Jourdain, Aubiet, Auch, Montesquiou, Saint-Christau, Monlezun-Pardiac, Maubourguet, et par les villes épiscopales de Lescar et Oloron, aboutissait au Somport. Cette via arelatensis ou iolosana, plusieurs textes, dont un de 1196, la désignent aussi en Gascogne sous le nom de camin francés30, chemin français, comme le chemin du nord de l’Espagne dont il semble être, à l’origine, l’unique prolongement en territoire français. En fait, on sait que le Pays basque, par lequel transitaient les trois autres voies occidentales, fut tardivement gagné au christianisme et opposa longtemps une résistance à toute pénétration venant du nord.

  • 31 Aujourd’hui L’Isle-de-Noé, canton de Montesquiou (Gers).
  • 32 Les bastides de Gimont, Barran et Marciac furent respectivement créées en 1265, 1278 et 1298.

30Passant nécessairement à l’origine par les villes anciennes de L’Isle-Jourdain et Auch, il est possible qu’il ait été ici ou là légèrement infléchi par les fondations nouvelles de bourgs castraux tels que Aubiet, L’Isle-d’Arbéchan31, Montesquiou, Monlezun. Un peu plus tard, il est certain en tout cas que les bastides de Gimont, Barran et Marciac, toutes fondées à son abord immédiat à la fin du xiiie siècle, ont exercé une attraction sur le chemin roumieu et créé un débranchement sur quelques kilomètres en aval et en amont32.

  • 33 Garbic, ancienne commune récemment rattachée à Monferran-Savès, canton de L’lsle-Jourdain (Gers). (...)
  • 34 Mastron, La commanderie de Bonnefont près Barran, dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers, 1904, p.  (...)
  • 35 Arch. départ. Tarn-et-G., A 272.

31A partir de cette période, le tracé est à peu près définitivement fixé et bien connu. Un nombre considérable d’hôpitaux le jalonnent, en particulier dans les villes nouvelles ; Gimont et Marciac en comptent au moins trois, Barran deux dans sa partie urbaine, deux autres dans son territoire rural. Beaucoup de ces lieux d’accueil, du moins aux xive et xve siècles, relèvent des communautés, mais la plupart d’ordres hospitaliers ou religieux à vocation hospitalière. C’est ainsi que s’installent sur le chemin, à Pujaudran et Monlezun les Antonins, tandis que les chanoines de Saint-Augustin d’Auch, de qui dépendait l’hôpital Notre-Dame dans la cité archiépiscopale, détenaient plus à l’ouest, sur six lieues de distance, quatre autres lieux d’hébergement : à Lagors, à Sèregrand, à L’Isle-d’Arbéchan (aujourd’hui L’Isle-de-Noé) et à Montesquiou. Les clunisiens de Saint-Orens d’Auch possédaient l’hôpital de Garbic, dans le diocèse de Toulouse puis de Lombez33. Sainte-Christine du Somport était en possession de la commanderie de Bonnefont34 dans le terroir de Barran où existaient d’ailleurs trois autres hôpitaux : celui de Sèregrand signalé plus haut et les hôpitaux Saint-Jacques et Saint-Barthélémy aux deux portes de la cité35 !

32La via podiensis, venant de Moissac et Auvillar, fait son entrée en pays gersois à Saint-Antoine-de-Pont-d’Arratz, commanderie des Antonins. Elle traverse, dès l’origine, les vieilles cités épiscopales de Lectoure, Eauze, Aire-sur-Adour, et la ville de Condom qui deviendra elle-même évêché en 1317, après avoir été le siège d’une abbaye clunisienne. Entre Lectoure et Aire, la voie santiaguiste à ses débuts emprunte les routes d’époque gallo-romaine dont nous avons parlé plus haut ; et la sauveté de Nogaro, fondée vers 1050 par l’archevêque d’Auch saint Austinde, s’établit à même la voie. Mais ici aussi, des fondations seigneuriales un peu plus tardives, comme le bourg castral de Marsolan, ont légèrement infléchi son cours ; peut-être aussi celui de Lagraulet.

  • 36 Charles Samaran, La commanderie de l’Hôpital Sainte-Christie en Armagnac, Auch, 1973. Voir en part (...)

33Contrairement à ce qui se passe sur la voie de Provence, les chanoines de Saint-Augustin ne semblent pas ici avoir créé d’établissements hospitaliers. Mais par contre, très nombreux sont les hôpitaux fondés par Saint-Jean de Jérusalem qui détenait deux commanderies sur le chemin, à Abrin et à Sainte-Christie, en Armagnac. De cette dernière ont dépendu, du moins à certaines époques, un nombre considérable d’hôpitaux sur cette même voie : ceux de Huganan, du Bosc, de Bretagne, de Luppé, de Cosset (à Barcelonne)36.

34De même on notera la présence sur ce chemin d’établissements clunisiens, à Lectoure, à Eauze, à Condom et Aire, c’est-à-dire dans les cités épiscopales. Ce qui paraît beaucoup plus significatif, c’est la mainmise du diocèse de Compostelle sur quelques points névralgiques de cette voie, dès la fin du xie siècle et peut-être plus tôt.

  • 37 Antonio Lofez Ferreiro, Historia de la santa A.M. Iglesia de Santiago de Compostela, III (1900), p (...)
  • 38 Charles Samaran, Le plus ancien cartulaire de Saint-Mont, chartes nos 8 et 83.
  • 39 Meymès, ancienne commune, actuellement section de la commune de Margouet-Meymès, canton d’Aignan ( (...)
  • 40 Francis Gutton, L’ordre de Saint-Jacques de l’Epée rouge en Gascogne. La commanderie du Pont-d’Art (...)
  • 41 En 1415, c’est un certain Guillaume d’Alicante, de l’ordre de Saint-Jacques, qui est précepteur de (...)
  • 42 L’hôpital est encore debout en 1444 (voir Breuils, Comptes des consuls de Montréal, année 1444, p. (...)

35Lorsque le premier archevêque de Compostelle, Diego Gelmirez, se rend à Rome en 1104 pour recevoir le pallium, il traverse la Gascogne et fait au moins une pose dans la ville archiépiscopale d’Auch37, peut-être une autre au monastère clunisien de Saint-Mont. En tout cas c’est à ce monastère qu’il consent la donation de l’église de Meymès, sur laquelle le diocèse de Galice possédait des droits38. Cette église de Meymès se trouvait à quelque distance de la voie jacobite39, mais par contre, c’est très exactement sur cette route que nous voyons le diocèse de Compostelle solidement implanté à la commanderie de Pont-d’Artigue, dans la première moitié du xiiie siècle. Compostelle la cédera, en 1254, à l’ordre espagnol de Santiago, qui possédait également un hôpital pour pèlerins à Manciet, sur cette même voie du Puy40. Mais tandis que Manciet restera propriété de l’ordre de Santiago jusqu’à la Révolution41, la commanderie de Pont-d’Artigue fut transférée dès 1268 à l’ordre Saint-Jacques de la Foi et de la Paix, ordre diocésain fondé en 1231 par l’archevêque d’Auch Amanieu de Grésinhac. En fait, Pont-d’Artigue, à quelque six kilomètres au sud-ouest de Condom, était un point de passage important sur l’Osse et l’on comprend que Compostelle d’abord, l’ordre de Santiago ensuite, aient voulu s’en assurer la maîtrise en construisant et entretenant le magnifique pont roman des pèlerins que l’on admire encore, assorti d’un hôpital et d’une église Notre-Dame tous deux disparus42.

Fig. 2. — Les chemins de Saint-Jacques en Gascogne.

  • 43 Arch. communales de Lectoure, livre terrier CC1, fol. 175. Il y avait également à Lectoure, à la m (...)
  • 44 Notaires de Gondrin, fin xive et xve siècles. Arch. départ. du Gers, I 3752-3755.
  • 45 Chose tout à fait significative, un espitalet, un petit hôpital appelé lui aussi de Hugagnan, se t (...)

36De même que de Sainte-Christine du Somport dépendait un hôpital sur la voie de Provence, à Bonnefont près de Barran, de même Roncevaux possédait peut-être un hôpital, en tout cas une maison, à Lectoure antérieurement à 149143. A Gondrin, au début du xve siècle (et sans doute antérieurement), toute maison qui se vendait dans le barry, dans le faubourg de Hugagnan, était tenue à redevance envers l’hôpital de Roncevaux44. Il est probable qu’était implantée là, en des temps plus anciens, une dépendance de Roncevaux lorsque le chemin de Saint-Jacques, ou du moins une dérivation, passait par Hugagnan, le futur Gondrin45.

  • 46 Aujourd’hui Arblade-le-Haut, canton de Nogaro (Gers).

37Sur cette voie du Puy, comme sur la voie de Provence, le nombre considérable d’hôpitaux a surpris les historiens locaux. Condom et Lectoure, villes épiscopales, en comptaient un bon nombre, mais également les bourgs et villages de moindre importance tels que Bretagne d’Armagnac, Manciet, Arblade-Comtal46 ou Luppé ; d’autres se trouvaient en rase campagne, comme ceux de la Peyronelle à Lectoure, de Pont-d’Artigue ou du Bosc en Cazeneuve. Entre Condom et Aire-sur-Adour, l’abbé Breuils avait pu en dénombrer une douzaine sur quinze lieues environ, c’est-à-dire en moyenne un tous les cinq kilomètres ! Mais sans doute ne furent-ils pas tous contemporains les uns des autres…

  • 47 Arch. communales de Saint-Puy, livre terrier de 1683.
  • 48 Ibid. Carrère roumiue, fol. 491, 501 : carrère leytouréze. fol. 413. 487. 724 ; camin bigués, fol. (...)
  • 49 Arch. départ. du Gers, livre terrier de Verduzan (1513), fol. 2, 6, 8. 43.
  • 50 Attesté dans un document du xiiie siècle recueilli par Larcher, aimablement communiqué par M. Fran (...)

38Un autre chemin de pèlerinage, dédoublement probable de la via podiensis, existait entre Lectoure et Aire. On le suit très bien de Lectoure à Vic-Fezensac sous le nom de carrère roumiue (chemin de pèlerinage47, auquel se substitue parfois l’appellation carrère leytouréze ou camin bigués (chemin de Lectoure ou de Vic-Fezensac)48. En rase campagne, un espitalet, ou petit hôpital, jalonnait son parcours à une croisée de chemins, à une demie-lieue au sud-est du village de Saint-Puy, avant que la voie ne passe à La Cavalerie, commanderie des Templiers plus tard dévolue à Saint-Jean de Jérusalem. Après avoir traversé Verduzan à proximité de l’ancien château et du village, tous deux disparus49, la voie longeait l’hôpital de Larroquette, dans l’antique paroisse de Léviac50, et traversait Vic-Fezensac avec ses deux hôpitaux, celui de Notre-Dame appartenant aux prémontrés de La Case-Dieu, et l’hôpital Saint-Jacques administré par les consuls de la ville. Au delà de Vic, on perd la trace de la carrère roumiue, mais très probablement elle se dirigeait vers Aire en bénéficiant de l’implantation très ancienne de petits hôpitaux appartenant à Saint-Jean de Jérusalem : Préneron, Esquérens, Barcagnères… ou encore Meymès qui appartint un temps, nous l’avons vu, au diocèse de Compostelle.

  • 51 Comptes consulaires de Riscle, p. 255.
  • 52 Arch. départ, du Gers, I 3830, fol. 358.

39Via tolosana et via podiensis, la première de Toulouse à Auch, la seconde de Lectoure à Aire, suivaient les anciennes voies romaines et sans doute par endroit se confondaient avec elles, du moins jusqu’à l’époque où de nouvelles implantations de villages les ont ici et là légèrement déviées. Cette substitution du réseau saint-jaquaire à l'ancien réseau gallo-romain n’a rien d’étonnant puisque les anciennes cités étaient devenues le siège des évêchés et que ceux-ci s’étaient peu à peu enrichis d’abbayes bénédictines, de chanoines de Saint-Augustin, de tout un ensemble hospitalier et de pèlerinages locaux dont la présence ne pouvait qu’attirer le saint-jaquaire désireux de sanctifier chacune de ses étapes par la vénération de reliques ou de Corps saints. A Lectoure, saint Gény ; à Condom, saint Pierre ; à Mouchan, saint Austrégésile ; à Eauze, saint Luper ; à Aire surtout, sainte Quitterie. Le grand chemin de Saint-Jacques entre Nogaro et Aire prenait d'ailleurs le nom de chemin de Sainte-Quitterie51 ; de même le chemin longeant l’Adour, au niveau du village de Saint-Germier52.

  • 53 J.M. Bénac, Les saints du calendrier diocésain d’Auch, III. p. 305.
  • 54 Dom Brugèles, Chroniques ecclésiastiques du diocèse d’Auch, Toulouse, 1746, p. 388.
  • 55 Saint-Justin, prieuré bénédictin, actuellement commune du canton de Marciac (Gers). En 1120, les c (...)

40Sur la voie de Toulouse, s’offraient à la vénération des roumieux, à L’Isle-Jourdain les reliques de saint Odon, le grand abbé de Cluny53 ; à Auch, celles de Notre Dame, saint Taurin, saint Orens, saint Clair ; à Saint-Christau, celles de saint Christophe, le grand patron des pèlerins, rapportées d’une croisade au dire de Dom Brugèles54 ; à Saint-Justin, celles du martyr du même nom55. Plusieurs de ces saints s’identifiaient avec des martyrs ou des pontifes des premières églises locales et leur vénération fut donc antérieure à la grande vogue de Compostelle, mais s’accrut aussi au passage des roumieux. D’autres pèlerinages locaux s’organisèrent après celui de Compostelle et bénéficièrent ainsi du grand courant populaire : c’est le cas notamment de saint Odon et de saint Christophe.

41On a beaucoup daubé, et non sans raison, sur le travers des archéologues et historiens locaux qui ont multiplié à l’excès les chemins de Saint-Jacques. Mais si l’importance réelle des deux grands chemins gersois ne ressortait pas suffisamment de l’établissement sur leur parcours de nombreux ordres hospitaliers et d’un nombre considérable d’hôpitaux, une toponymie fort révélatrice suffirait à elle seule à manifester leur existence.

  • 56 Fol. 13 r° et v°, 17 r et v°, 19 r°.
  • 57 Ed. Clergeac, chartes 56 et 83 (1178), 58 (1179), 95 (1188), 206 (1215).
  • 58 Ed. Cazauran, chartes 52 et 425 (1188), 447 (1257).
  • 59 Arch. départ. du Gers, H 5, fol. 110, no 5 (année 1280), fol. 24 et 28 (année 1311) ; dans ces deu (...)
  • 60 J.J. Monlezun, Histoire de la Gascogne. Auch. 1849, t. VI, p. 244.

42La voie de Provence est désignée comme chemin de Saint-Jacques, caminum sancti Jacobi, dans de très nombreux documents médiévaux, tels que le cartulaire municipal de L’Isle-Jourdain56, le cartulaire de Gimont57, le cartulaire de Berdoues58, l’inventaire des titres de La Case-Dieu59, le paréage de la bastide de Marciac, en 129860, etc. Sous l’appellation de camin frances ou de camin roumiu, elle apparaît aussi dans maints cadastres anciens, notamment à Garbic, Gimont, Barran. L’Isle-de-Noé, Marciac. Et le camin roumiu désigne également la voie du Puy dans les livres terriers de Lectoure, Condom, Bretagne-d’Armagnac, Cravencères, Arblade-le-Haut, c’est-à-dire sur tout le trajet déjà ponctué de nombreux hôpitaux.

L’extraordinaire écheveau des chemins secondaires

43On a dit que les hommes du Moyen Age n’avaient pas créé de routes nouvelles et qu’ils avaient cheminé sur les voies héritées de l'Antiquité. C’est peut-être vrai s’il s’agit de voies à long rayon d’action, mais certainement faux s’il s’agit de chemins de portée locale et régionale qui deviennent au contraire extrêmement nombreux à partir de la grande période d’expansion des xie-xiiie siècles.

  • 61 Voici une liste non chronologique et non exhaustive de villages gersois d’origine ecclésiastique : (...)
  • 62 Benoît Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale. Gascogne gersoise, Bordeaux 1980.
  • 63 Voir la carte des bastides de Gascogne dressée par Charles Higounet dans son ouvrage Paysages et v (...)

44La Gascogne n’a pas échappé à ce phénomène. Un nombre considérable de nouveaux centres de peuplement, de « villes et villages neufs » s’est constitué entre les années 1050 et 1320 environ. D’abord villages d’origine ecclésiastique, tels que les sauvetés de La Romieu, Nogaro, La Sauvetat-de-Gaure, et aussi tous ceux qui se sont rassemblés à l’ombre tutélaire d’une abbaye ou d’un prieuré bénédictin61. A cet élan initial a répondu la première vague de bourgs castraux dans la deuxième moitié du xie siècle. Ces créations de « castelnaux » se sont poursuivies pendant tout le xiie et le xiiie siècle, avec une intensité redoublée vers la fin de cette période. La thèse très éclairante de Benoît Cursente révèle non seulement la chronologie et le processus de formation de tous ces nouveaux villages, mais également leur extraordinaire densité : pour le seul département du Gers, la très grande majorité des villages actuellement existants62. Enfin l’éclosion des bastides que l’on peut chiffrer, toujours sur le même territoire, à une bonne trentaine63. Il serait proprement étonnant que ce jaillissement extraordinaire et ininterrompu pendant trois siècles n’ait pas eu un profond retentissement sur la voirie.

45Car ces nouvelles fondations (castelnaux et bastides) sont, dans la plupart des cas, des créations ex nihil, sur des sites antérieurement inoccupés ou très faiblement colonisés. C’est dire que tout un réseau de routes, s’épanouissant autour du nouveau noyau, a dû se mettre progressivement en place pour le relier aux hameaux primitifs, aux centres du voisinage et aux voies anciennes.

46Chemins de voisinage et de desserte rurale apparaissent en nombre impressionnant dans les cartulaires d’abord, mais surtout dans les documents beaucoup plus nombreux des xve-xvie siècles : notaires, censiers et livres terriers. L’étude des photos aériennes de l’I.G.N. et la nouvelle carte au 1/25 000 font apparaître tout un chevelu de chemins encore en service, mais aussi de chemins abandonnés voire « fossilisés ».

  • 64 Par exemple les coutumes de Saint-Yors, de Gimont, de Barran et de bien d’autres bastides.
  • 65 Voir par exemple les ordonnances de police de La Romieu en 1284, publiées par J. Broconat et Ph. L (...)
  • 66 Voir note 4.
  • 67 Voir note 5.

47L’entretien de ces routes, grandes et petites, posait de véritables problèmes aux communautés. Aussi est-il fréquent de voir mentionner dans les coutumes64 ou encore dans les règlements de police consulaire65 que le produit de certaines amendes servira à l’entretien des routes. En fait, les documents de la pratique, par exemple au xve siècle les comptes consulaires de Riscle66 ou de Montréal67 signalent à chaque page des travaux aux ponts, gués, chaussées, tantôt réalisés par des entrepreneurs dûment rétribués, tantôt sous forme de corvées.

Voies marchandes

48En Gascogne, comme partout ailleurs, l’accroissement démographique et l’essor économique des xie-xiiie siècles se sont traduits par une impulsion vigoureuse donnée au commerce et, en particulier, aux foires et marchés.

  • 68 J. de Jaurgain et J. Maumus, Cartulaire du prieuré de Saint-Mont. Paris-Auch, 1904, charte IX.

49A Nogaro, dès la fin du xie siècle, les marchands de passage devaient acquitter certaines redevances68. Le marché se tenait hors les murs, au levant, sur la place du mercadieu. C’est sur des places ainsi nommées, et hors les murs également, que se tenaient les marchés d’Aignan, Montesquiou, Samatan ; à Auch et Vic-Fezensac entre les deux cités, comtale et épiscopale. Plus tard, lorsque les bastides jaillissent du sol, leur fonction commerciale est soulignée par l’établissement d’une grande place centrale avec halle et cornières.

  • 69 G. Loubès, Le commerce en Gascogne vers la fin du Moyen Age, sous presse dans le Bull. de la Soc. (...)

50On peut, grâce aux notaires du xve siècle, dresser la carte des échanges commerciaux pour la Gascogne centrale vers la fin du Moyen Age69. Aux foires et marchés sont apportés évidemment les produits locaux, produits du sol et de l’artisanat ; mais aussi ceux qui viennent de toute la Gascogne et notamment des Pyrénées : drap de Fezensaguet, de Bigorre et de Béarn ; laine, sabots, sapin des Pyrénées ; fer de l’Ariège. De plus loin arrivent les draps du Poitou, des Charentes, d’Angleterre, via Bordeaux ; de Languedoc, de Sorèze, de Fanjaux, via Toulouse. La capitale du Languedoc est un centre de redistribution à laquelle s’approvisionnent largement tous les pays gersois : épices, bibelots, soieries, mercerie, objets de culte, orfévrerie.

51Mais en sens inverse, Toulouse reçoit nos produits du sol : grains, animaux de boucherie, sauvagines, cuirs ; draps communs de Mirande et de Marciac, etc. Tandis que Armagnac, Fezensac, Lomagne exportent vers la Bigorre et le Béarn principalement du vin, vers la Navarre des porcelets.

52D’Auvergne, et en particulier d’Aurillac arrivent les faux importées d’Allemagne ; de Villefranche-de-Rouergue, le cuivre. Les marchands du Puy-en-Velay viennent chez nous s’approvisionner en grandes quantités de peaux.

53Tous ces échanges sont évidemment tributaires des routes ; des routes terrestres puisque la Gascogne a toujours été dépourvue de voies d’eau navigables. Les paysans se rendent à la ville voisine en utilisant les chemins de voisinage, mais le commerce à large rayon d’action avec les Pyrénées, Bordeaux, Toulouse, l’Auvergne nécessite des routes de plus grande portée, adaptées aux charrois, au roulage.

  • 70 Philippe Wolff, Une route de Bordeaux à Toulouse à travers la Gascogne (xive-xve siècles), dans Bu (...)
  • 71 Comptes consulaires de Montréal. Comptes publiés (voir note 5), mais aussi comptes inédits du xvie(...)
  • 72 Arch. départ. du Gers, I 3959, fol. 19 ; I 3965, fol. 89.

54Le commerce avec Bordeaux se faisait selon deux axes nord-sud. Le premier, celui de l’est, aboutissait à Condom et Lectoure après avoir traversé Casteljaloux, puis Nérac70. Le second itinéraire, soit par voie de terre, soit par la Garonne grâce aux gabarres, aboutissait d’abord à Langon puis, par Bazas et Sauméjan (quelquefois par Houéillès), poursuivait jusqu’à Sos71. Là, empruntant la grande Ténarèze, il desservait l’Eauzan, l’Armagnac, la partie occidentale du Fczensac et le Pardiac. La Ténarèze était encore pratiquée à la (in du Moyen Age et considérée, on l’a vu, comme étant « le chemin de Bordeaux72 ».

55Les voies au départ de Toulouse sur la Gascogne gersoise se développaient sur trois axes principaux :

  • 73 Cartulaire de l’abbaye de Gimont, Paris-Auch, 1905, p. 375. 379, 398, etc. La grange d’Ayguebelle (...)
  • 74 Ibid., p. 384.

56Le cartulaire de l’abbaye cistercienne de Gimont nous apprend qu’en 1160 un « chemin toulousain » (caminum tolosanum) appelé aussi via mercadalis passait à Fonsorbes et à proximité de la Grange-d’Ayguebelle73. Cette via mercadalis doublait peut-être un caminum vetus attesté lui aussi à la même époque dans les mêmes parages74. De là, le chemin toulousain se prolongeait dans la même direction sur le bourg fortifié de Samatan, où il rejoignait la pouche de la vallée de la Save, entre L’Isle-Jourdain et L’Isle-en-Dodon.

  • 75 Voir C. Loubès, Sur la voie romaine Auch-Eauze, les stations de Vanesia et Besino, Auch, 1977.
  • 76 Cartulaire noir de Sainte-Marie d’Auch, charte no vii.
  • 77 Voir note 69.

57Une route est-ouest, héritière de la voie romaine Toulouse-Auch et ancêtre de l’actuelle N 124, se confondait jusqu’à Auch avec le chemin de Saint-Jacques. D’Auch à Vic-Fezensac elle empruntait peu ou prou le tracé romain75. A Vic elle se débranchait dans deux directions, vers Eauze, et vers Aire-sur-Adour. Entre Vic et Eauze, la route empruntait l’ancien itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, sur lequel, au passage de l’Auzoue, un pont est attesté en 108176. Entre Vie et Aire, par Dému, Manciet, Nogaro, elle reprend aussi un très vieil itinéraire. C’est par cette route qu’arrivait à Vic, à Eauze, à Riscle le pastel toulousain77.

  • 78 Entre Lectoure et Condom, elle s’identifiait avec la via podiensis.
  • 79 Voir note 70.
  • 80 Outre les documents présentés par Ph. Wolff, les archives municipales de Condom rendent compte d’u (...)

58Enfin, vers le nord-est, l'ancienne voie romaine Toulouse-Lectoure avait survécu et s’appelait au Moyen Age et encore aux temps modernes la Caussade de Naurouze. La bastide de Saint-Clar de Lomagne, doublant un castelnau et un prieuré préexistants, s’était établie sur son parcours. Au-delà de Lectoure, poursuivant sur Condom et sur Bordeaux78, elle fut, selon les recherches de Philippe Wolff, une des grandes artères du trafic entre Toulouse et Bordeaux à travers la Gascogne, surtout aux xive et xve siècles79. De ce trafic furent surtout bénéficiaires les marchands condomois qui entretenaient avec l’une et l’autre cité des relations extrêmement actives80.

  • 81 Page précédente et note 73.
  • 82 Cartulaire de l’abbaye de Gimont, p. 243.

59Les liaisons entre pays gersois d'une part, pays pyrénéens et garonnais de l’autre, se faisaient grâce aux routes de direction nord-sud que nous avons déjà évoquées, routes de crête et routes de vallée. Plusieurs de ces routes de vallée sont des voies mercadères, ainsi désignées dès le xiie siècle, bien avant la fondation des bastides, et attestent ainsi l'existence d’un commerce déjà actif à cette époque. Comme nous l’avons dit plus haut81, c’est en 1160 et 1164 que nous rencontrons pour la première fois une voie mercadère avec son prolongement dans la vallée de la Save. Entre Mauvezin, capitale du Fezensaguet, et Aubiet bourg castrai sur la grande voie Toulouse-Auch, une autre via mercaderia longe la rivière de l’Arratz dès 119482.

  • 83 Arch. départ. du Gers, E supplt 499, fol. 69, 121, 285, etc.

60Au xvie siècle, la route qui remontait la vallée de la Gimone, entre les deux bastides de Beaumont-de-Lomagne et Gimont, s’appelait le chemin marcadé ou encore la carrétère, ce dernier terme exprimant sa qualité de voie carrossable ouverte aux longs convois des marchands83.

  • 84 Voir note 75.
  • 85 Arch. départ. du Gers, E supplt 1015, passim.
  • 86 Archives comm. de Préchac-sur-Adour, livre terrier du xviie s., passim.
  • 87 Voir note 69.
  • 88 Comptes consul. de Riscle, p. 583.
  • 89 Philippe Lauzun, Itinéraire raisonné de Marguerite de Valois en Gascogne d’après ses livres de com (...)

61Aux xve et xvie siècles, les deux voies parallèles qui couraient le long de la Baïse, rive droite et rive gauche, sont appelées chemin de Condom à la montagne ou tout simplement chemin de la montagne84. Camin marcadé s’appelait aussi la route nord-sud qui longeait la rivière du Bouès85. Quant aux marchands bigourdans qui se rendaient en Armagnac et dans le Marsan, ils empruntaient, sur la rive droite de l’Adour, un autre camin marcadé86, ancienne voie romaine ponctuée de noms en -ac et -an. C’est cette route que suivaient les convois de vin en provenance de Riscle ou d’Aignan, acheminés vers les régions de Tarbes, Bagnères, Lourdes87. Ainsi en 1504, un marchand de Lourdes vint retirer à Riscle dix pipes de vin ; elles furent chargées sur autant de chars. C’était le 15 février, en plein hiver. Les routes n’étaient probablement pas dans leur meilleur état88 ! C’est également l’itinéraire suivi par Marguerite de Valois lorsqu’en 1579 elle se rend de Pau à Nérac, faisant étape à Villepinte, Vic-Bigorre, Belloc, Nogaro… Ou lorsque de Nérac elle va passer le mois de juin à Bagnères en 158189.

62Les routes de crête, à l’instar de la Grande Ténarèze, furent utilisées pendant tout le Moyen Age. On les appelle un peu partout des serrades, en Armagnac des ténarèzes ou encore des pouches. Mais ce dernier terme exprime en fait, selon les régions, deux réalités bien distinctes.

  • 90 Lieux-dits divers à Maumusson, Le Houga, Laujuzan, Loubédat, Espas, Courrensan, Aignan, Eauze, Per (...)
  • 91 Henri Polge, Une appellation générique du chemin dans l’extrême sud-ouest du domaine gallo-roman : (...)
  • 92 H. Polge, R.I.O., 1959, p. 205.

63Répondant à son étymologie (de podiàtica via), la pouche des coteaux de l’Adour, du pays d’Armagnac, du Condomois, du Comminges, c’est bien le chemin de la hauteur90. Cependant, comme l’a souligné Henri Polge91, « de la vallée de la Save à l’est à la vallée de l’Osse à l’ouest, les pouches sont toujours des chemins de vallée, parallèles au thalweg, à la rivière ou au ruisseau correspondant92 ».

  • 93 Cartul. de Gimont, charte 105 ; Cartul. de Berdoues, chartes 431 et 438.
  • 94 Cartul. de Berdoues, chartes 450 et 452.
  • 95 Dans ces parages et peut-être sur cette même route, la charte 417 du Cartulaire de Berdoues (année (...)

64La zone affectée par cette curieuse évolution sémantique recouvre la Bigorre, le Savès, l’Astarac et une partie du Fezensac. Et cela dès le xiie siècle, puisque les cartulaires de Gimont et de Berdoues désignent sous le nom de pogia ou pogge des chemins de la vallée de la Save ou de la vallée du Gers93. Cette dernière pouche d’ailleurs est assimilable à la viam publicam veterem94 d’Auch à Sansan, sur la rive droite du Gers, qui n’est autre qu’un chemin d’époque galloromaine doublant la voie Aginum-Lugdunum dont nous avons parlé95.

  • 96 Voir note 69.
  • 97 Arch. départ. du Gers. I 4032, fol. 28. Un pont saunier existait en 1280 à l’endroit où le chemin (...)

65En Gascogne, l’importance du commerce du sel vers la fin du Moyen Age est soulignée par de nombreux actes notariés vicois. De leur examen il semble ressortir que plusieurs marchands d’Eauze et Bretagne d’Armagnac s’étaient spécialisés dans la redistribution de ce produit96. Aussi n’est-il pas étonnant que la seule mention de « chemin saunier » (camin saliè) que nous ayons jusqu’ici rencontrée se trouve précisément entre Eauze et Vic-Fezensac, dans le territoire de Lannepax97.

  • 98 Commune à 12 kilomètres au sud-ouest d’Auch.
  • 99 Arch. départ. du Tarn-et-Garonne, A 272, fol. 164.
  • 100 G. Loubès, Un chemin de l’ambre en Gascogne ? dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers. 1975, p. 221

66Autrement digne d’intérêt nous paraît être un mystérieux chemin de l’ambre qu’un livre terrier de Barran98 signale vers 1480 dans le terroir de cette bastide : lo camyn de l’ambre tirant de Condom a la montanha99. Il longeait à cet endroit précis la rivière de l’Auloue et se dirigeait de Condom vers les Pyrénées où il se confondait peut-être. à partir du plateau de Lannemezan, avec la Ténarèze100. Si la lecture de ce texte ne présente pas de difficulté, il n’en va pas de même de son interprétation. Certes, on sait que l’ambre était d’un usage extrêmement courant dans la Gascogne du xve siècle. Les actes notariés et notamment les testaments de femmes de la bourgeoisie permettent de dénombrer un grand nombre de colliers et surtout de chapelets (patres nostres) d’ambre. Mais d’où venait cette matière ? De la Baltique, ou bien d’Espagne ? Dans ce dernier cas il n’aurait pu s’agir, semble-t-il, que d’ambre gris. En tout état de cause, l’unique attestation que nous ayons pour l’instant de ce chemin nous invite à une grande circonspection.

  • 101 Voir note 69.

67Les minutes notariales de Vic-Fezensac au xve siècle font état d’échanges commerciaux fréquents avec l’Auvergne101. Non seulement les payroliers auvergnats sillonnent la Gascogne, mais ce sont des marchands d’Aurillac qui au début de l’été apportent sur le marché vicois, et sans doute sur bien d’autres, les faux importées d’Allemagne. C’est également auprès de marchands auvergnats établis à Vic que leurs collègues du Puy-en-Velay viennent se ravitailler en cuirs de toutes sortes, peaux de bovins mais surtout de moutons, d’agneaux et de chevreaux, et cela en grandes quantités. Ainsi, en 1494, 3 600 peaux préparées partent pour Le Puy ; deux ans plus tard, un nombre plus considérable encore ; et en 1498, plus de 7 500 peaux constituent la charge de 21 chevaux. De retour vers leur pays, quelle route pouvaient bien suivre ces marchands auvergnats avec leurs bêtes de somme ? Très probablement, à partir de Condom au moins, la via podiensis, la route des pèlerins. Celle-ci, ne l’oublions pas, menait du Puy à Compostelle mais aussi, en sens inverse, conduisait encore à la fin du Moyen Age de nombreux pèlerins gascons au sanctuaire du Velay non moins qu’à Rocamadour.

***

68Si, au lieu d’envisager les routes dans leur chronologie ou leur fonction spécifique, on examine quelques-unes de nos petites cités gasconnes, on s’aperçoit que chacune d’entre elles a élaboré et comme tissé autour d’elle tout un réseau de chemins rayonnants. C’est vrai des villes anciennes d’époque gallo-romaine, mais aussi de villes plus récentes, comme Condom ou Vic-Fezensac, et des bastides.

  • 102 Renée Mussot-Goulard, Les seigneurs de Moncrabeau dans la seconde moitié du xiiie siècle, dans Bul (...)
  • 103 Arch. comm. de Valence-sur-Baïse, livre terrier, s.d., xviie s., fol. 22 ; autre livre terrier de  (...)
  • 104 Arch. comm. du Saint-Puy, livre terrier de 1683, fol. 45, 220, 244, 325.
  • 105 Voir note 75.
  • 106 Arch. départ. du Gers, E supplt 499, livre terrier de Sarrant, antérieur à 1556, fol. 14, 65, 69, (...)
  • 107 M. René Laffargue a établi une carte des routes antiques et médiévales autour d’Eauze, encore inéd (...)

69Pour nous en tenir au seul cas de Condom, par exemple, on relève au xiiie siècle une « route des marchands » se dirigeant vers Agen par Vicnau et Francescas102. Vers le sud, ce sont plusieurs chemins condomois qui courent sur les plateaux entre Osse et Baïse103, entre Gèle et Auvignon104, ou qui longent la Baïse et l’Auloue105. A l’ouest vers Bordeaux, à l’est vers Toulouse, la grande voie commerciale qu’est la Caussade de Naurouze est encore appelée à Sarrant, au xvie siècle, tantôt chemin de Toulouse, tantôt chemin condomois106. Sans oublier, bien entendu, le chemin de Saint-Jacques107.

70Au terme de cette recherche, il nous en faut souligner le caractère fragmentaire dans l’espace et provisoire dans ses conclusions, car assurément bien des domaines restent à explorer, documents écrits et toponymie. Voici tout au moins quelques réflexions sur des points acquis :

711. On n’insistera jamais assez sur l’importance des nombreux centres de peuplement surgis du xie au xive siècle, castelnaux et bastides. Ils ont multiplié les chemins secondaires et commandé un redéploiement des réseaux existants. Dans quelques cas, le village s’installe sur la route déjà en place, mais la plupart du temps c’est le village qui lance dans le terroir ses tentacules pour atteindre aux plus lointains hameaux et aux terres à défricher.

722. Pour ce qui est de la permanence des tracés dans le temps, il faut distinguer deux types de chemins. Les routes de crête, par nature, sont restées à peu près immuables. Celles de plaine aussi, du moins jusqu’aux xviiie et xixe siècles, où beaucoup ont été rectifiées.

  • 108 Raymond Chevallier, La Table de Peutinger, dans Revue « Gaule », 1965, p. 108.

73Quant aux voies transversales, les tracés autour d’un axe est-ouest se sont constamment modifiés depuis l’époque gallo-romaine. En Gascogne, comme partout ailleurs, pour un même cheminement « il y eut au cours des âges des modifications de tracé : une route peut être comparée à une corde qui vibre et qui se tend lorsque le trafic est dense (avec des rectifications en vue de raccourcissements), se relâche et sinue aux périodes creuses108 ». Aux époques de trafic dense en effet les routes, les ponts et les gués sont mieux entretenus et le tracé ne se modifie guère. Mais qu’un pont disparaisse, qu’un gué ne soit plus praticable et la voie fera un détour momentané ou définitif. Qu’un territoire soit le théatre d’opérations militaires ou que la sécurité ne soit plus assurée et la route fatalement s’infléchira. Il en allait de même chaque fois que par un détour on pouvait éviter un poste de péage. Nous avons souligné aussi combien les nouveaux centres de peuplement installés à proximité d’une voie importante finissaient par l’infléchir.

743. L'appellation spécifique de certaines routes (« chemins de Saint-Jacques » ou « chemins sauniers », par exemple) ne doit pas nous leurrer. Même aux époques où elles constituaient des voies privilégiées pour le passage de certaines catégories de gens ou l’écoulement de certaines marchandises, elles n’en étaient pas moins ouvertes à tout genre de circulation.

754. On aura remarqué que les grandes voies est-ouest n’affectent que le nord et le centre du département du Gers. Cela paraît dû essentiellement à deux causes. La première, c’est, dans le sud, le resserrement des vallées et leur dissymétrie plus accusée interdisant pratiquement toute grande transversale. La deuxième cause est peut-être une conséquence de la première. C’est dans la partie centrale ou la partie nord du département en effet que se concentrent toutes les villes anciennes, villes gallo-romaines d’Auch, Lectoure, Eauze, Aire, ou nettement antérieures aux bastides : L’Isle-Jourdain, Mauvezin, Condom, Vic-Fezensac. Tout le sud du département, au contraire, n’a connu un début d’urbanisation qu’à la fin du xiiie siècle, avec les bastides de Seissan, Marciac, Mirande, Masseube.

76Les projets autoroutiers d’aujourd’hui ignorent le Gers. Des aménagements sont souhaitables mais ils ne pourront guère affecter que le réseau existant. C’est peut-être une chance pour l’environnement, mais à coup sûr un handicap pour le désenclavement et un sérieux obstacle au développement de l’économie gasconne.

Notes

1 Cartulaires publiés : Jaurgain (J. de) et Maumus (J.), Cartulaire du prieuré de Saint-Mont, dans Arch. Hist. de la Gascogne, Paris-Auch, 1904. Samaran (Ch.), Le plus ancien cartulaire de Saint-Mont, dans Biblioth. de l’Ecole des Charles, t. CX, 1952, p. 5-56. C. Lacave-Laplagne-Barris, Cartulaires du chapitre de l’Eglise métropolitaine Sainte-Marie d’Auch, cartulaires Blanc et Noir, dans Arch. Histor. de la Gascogne, Paris-Auch, 1899. J.J. Cazauran. Cartulaire de l’abbaye de Berdoues, La Haye, 1905. A. Clergeac, Cartulaire de l’abbaye de Gimont, dans Arch. Histor. de la Gascogne, Paris-Auch, 1905. Le cartulaire de Condom a fait l’objet d’une publication partielle et souvent fautive par Dont d’Achery dans son Spicilegium…, Paris. 1723 ; celui de Simorre et celui de Pessan ont été publiés très partiellement par Dom C. de Brugèles dans Chroniques ecclésiastiques du diocèse d’Auch, Toulouse, 1746.

2 Possèdent des recueils de chartes anciennes, non publiées, les villes d’Auch, Condom, Mirande et L’Isle-Jourdain.

3 Plusieurs chartes de fondations et textes de paréages concernant en particulier Saramon, Nogaro, Simorre, Seissan, Gimont, Mirande, Pavie, Beau-marchés, Monferran, Plaisance, Marciac, Solomiac, Aire, ont été publiés par J.J. Monlezun, Histoire de la Gascogne, Paris, 1849, t. VI.

4 P. Parfouru et J. de Carsalade, Comptes consulaires de la ville de Riscle, Auch, 1892.

5 A. Breuils, Comptes des consuls de Montréal-du-Gers, dans Archives historiques du département de la Gironde, 1895. 1896, 1897 (pour les années 1411 à 1450). Charles Samaran et Gilbert Loubès, Comptes consulaires de Montréal en Condomois (1458-1498). dans Coll. de Documents inédits sur l’Histoire de France, série in-8°, Paris, 1979.

6 Beaucoup de ces censiers et livres terriers se trouvent aux Archives départementales du Gers, essentiellement dans les séries C et E suppl. Mais on en trouve un grand nombre également dans les mairies.

7 Sur la topographie du département du Gers, on consultera avec profit Z. Baqué, Le département du Gers, I, Géographie physique, Auch, 1931. Du même auteur a paru également une bonne étude, Les vieux chemins de la Gascogne, dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers, 1938, p. 25-57.

8 Samaran, commune du canton de Masseube (Gers). Disons rapidement ici que Belsen. nom de famille et nom de lieu, souvent dissimilé en Bolsen. se trouve sous les deux formes dans le Cartulaire de Berdoues. Il y avait au xiiie siècle deux églises, une juxta castrum dédiée à saint Vincent, l’autre sur l’ancien site gallo-romain, dédiée à saint Jean.

9 Arch. munic. de Lectoure. Livre terrier de 1491, fol. 64, 164. 206 ; livre terrier de 1501, fol. 57, 278 ; livre terrier de 1557, fol. 144, 166, 195, 350, 383, 408, 523, etc.

10 Gallia christiana, I, col. 1023-1024, Caria fundationis Portaglonii, vulgo Bouillas.

11 Cartulaire de Berdoues, chartes 450 et 452.

12 Ibid., charte 438. Sur cette question des pouches nous reviendrons plus loin.

13 G. Loubès, Sur la voie romaine Auch-Eauze, les stations de Vanesia et Besino, dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers, 1977. p. 157-174.

14 En gascon, le v aboutit à b, et le n intervocalique tombe.

15 Dans Peyrepont, le pont de pierre, même si les éléments du mot sont romans, le procédé de construction (déterminant précédant le déterminé) est préroman.

16 Andrée de Montesquiou, Le château de Marsan, dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers, 1937, p. 62.

17 La plus récente et la meilleure synthèse sur cette question dans Michel Labrousse, Toulouse antique…, thèse de doctorat, Paris, 1968, p. 353-360 Sur Hungunuero, voir aussi Henri Polge dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers 1902, p. 176-177.

18 Z. Baqué, Les vieux chemins de la Gascogne, v. note 7 ; G. Loubès, Sur la voie romaine…, v. note 13.

19 La dernière tentative dans l’identification de cette station est celle du Dr Trémolières, Autour de Hungunuero et de Casinomago, dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers, 1935, p. 71-90.

20 Cartulaire noir de Sainte-Marie d’Auch, chartes 77 et 134.

21 Michel Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, carte de la p. 53. Aucun itinéraire antique ne signale de voie le long de la Garonne entre Agen et Toulouse.

22 Commune du canton de Mauvezin (Gers).

23 Voir Jacques Clémens, Ténarèze et Peyrigne en Agenais à l’époque antique, dans Annales du Midi, 1981, p. 83-90.

24 C. Loubès, étude à paraître sur les chemins de Saint-Jacques dans le Gers. Sur cette vieille voie Lectoure-Eauze voir également L. Mazéret, Histoire d’un village : Lauraët (Gers), Condom, 1914 ; et Chroniques de l’église de Condom, Condom, 1927, p. 8-11. Concernant ces deux dernières études, de vues générales tout à fait bonnes il faut abstraire des considérations toponymiques très fantaisistes.

25 Nous croyons personnellement que le faubourg d’Hugagnan, jouxtant les remparts nord de Gondrin, était primitivement un établissement gallo-romain auprès duquel s’établira plus tard le castrum médiéval, Hugagnan devenant ainsi un barry ou faubourg.

26 Voir note 23.

27 Z. Baqué, Le département du Gers, I, Géographie physique, Auch, 1931. p. 61.

28 Arch. départ. du Gers, I 3959, fol. 19 ; I 3965, fol. 89.

29 Sur les chemins de Saint-Jacques en Gascogne, il existe une bibliographie très abondante dont on ne peut donner ici que l’essentiel. Généralités sur les quatre grandes voies en Gascogne : Adrien Lavergne, Les chemins de Saint-Jacques en Gascogne. Bordeaux, 1887, reprend une série d’études parues en 1886 et 1887 dans la Revue de Gascogne ;), E. Dufourcet, Les voies romaines et les chemins de Saint-Jacques dans l’ancienne Novempopulanie, dans Congrès archéologique de France, 1888, p. 241-264 ; Charles Higounet, Les chemins de Saint-Jacques et les sauvetés de Gascogne, dans les Annales du Midi, 1951, p. 293-304. article repris dans Paysages el villages neufs du Moyen Age, recueil d’articles de Ch. Higounet, Bordeaux, 1975, p. 207-214. Une exposition s’est tenue à Auch en 1970, une autre exposition permanente se tient à l’abbaye de Flaran, sur le thème « Chemins de Saint-Jacques en Gascogne » ; l’une et l’autre ont fait l’objet d’un catalogue.
Sur les chemins en pays basque on consultera les nombreuses études du Dr Urrutibéhéty : Voies d’accès en Navarre et carrefour des chemins de Saint-Jacques, Bayonne, s.d. ; Saint-Sauveur de Saint-Palais, colline romaine, Bayonne, 1958 ; Sur la route de Compostelle : le passage des Gaves et le chemin de Charlemagne, dans Bull. de la Soc. de Borda. 1964, p. 19 ; etc.
Sur les chemins en Béarn, Constant Lacoste, Chemins roumieux et hôpitaux en Béarn, Pau, 1938, 51 p. ; Les chemins de Saint-Jacques en Béarn : à la recherche de la voie de Provence. Pau, 1962.
Sur les chemins dans les Landes : Henri Treuille, Mémoire sur les chemins et routes de Compostelle dans les Landes, dans Bull. de la Soc de Borda, 1978.

30 Outre les mentions déjà relevées par Adrien Lavergne, op. cit., le chemin français apparaît aussi dans les coutumes de Sarraguzan (1266) et le paréage de Monferran-Cogotois (1263) ; ainsi que dans la toponymie, nous y reviendrons. De plus, sur ce même chemin, nous avons de temps immémorial un Pont français à Gimont sur la Marcaoue.

31 Aujourd’hui L’Isle-de-Noé, canton de Montesquiou (Gers).

32 Les bastides de Gimont, Barran et Marciac furent respectivement créées en 1265, 1278 et 1298.

33 Garbic, ancienne commune récemment rattachée à Monferran-Savès, canton de L’lsle-Jourdain (Gers). Sur le rôle des Augustins et des Clunisiens dans l’organisation des chemins de Saint-Jacques, voir Elie Lambert, Le pèlerinage de Compostelle, études d’histoire médiévale, 1959.

34 Mastron, La commanderie de Bonnefont près Barran, dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers, 1904, p. 209 et 275.

35 Arch. départ. Tarn-et-G., A 272.

36 Charles Samaran, La commanderie de l’Hôpital Sainte-Christie en Armagnac, Auch, 1973. Voir en particulier la carte de la p. 63.

37 Antonio Lofez Ferreiro, Historia de la santa A.M. Iglesia de Santiago de Compostela, III (1900), p. 270-271.

38 Charles Samaran, Le plus ancien cartulaire de Saint-Mont, chartes nos 8 et 83.

39 Meymès, ancienne commune, actuellement section de la commune de Margouet-Meymès, canton d’Aignan (Gers).

40 Francis Gutton, L’ordre de Saint-Jacques de l’Epée rouge en Gascogne. La commanderie du Pont-d’Artigues, 7 p.. Toulon, s.d. Du même auteur : L’ordre de Santiago, Paris, 1972.

41 En 1415, c’est un certain Guillaume d’Alicante, de l’ordre de Saint-Jacques, qui est précepteur de la commanderie de Manciet et Dému (Arch. départ. Gers, I 3955, fol. 76). A la veille de la Révolution, en 1782, l’hôpital de Manciet appartient à Jean-Jacques de Meymès, commandeur de Saint-Jacques de l’Epée rouge (Noguès, notaire de Panjas, fol. 6882).

42 L’hôpital est encore debout en 1444 (voir Breuils, Comptes des consuls de Montréal, année 1444, p. 40). L’église N.-D., en ruines, est encore marquée sur la carte de Cassini.

43 Arch. communales de Lectoure, livre terrier CC1, fol. 175. Il y avait également à Lectoure, à la même époque, une confrérie de N.-D. de Roncevaux. Ibid. fol. 189.

44 Notaires de Gondrin, fin xive et xve siècles. Arch. départ. du Gers, I 3752-3755.

45 Chose tout à fait significative, un espitalet, un petit hôpital appelé lui aussi de Hugagnan, se trouvait sur le grand chemin à 3,500 km au nord de Gondrin. Il est probable que ce fut à l’origine un dédoublement et une dépendance de l’hôpital de Gondrin du même nom sur une voie devenue plus fréquentée peut-être du fait de l’installation à Pont-d’Artigue du diocèse de Compostelle et de l’ordre de Santiago. Au xive siècle en tout cas l’espitalet de Hugagnan appartenait déjà à Saint-Jean de Jérusalem (Ch. Samaran, La commanderie de l’Hôpital Sainte-Christie, p. 144).

46 Aujourd’hui Arblade-le-Haut, canton de Nogaro (Gers).

47 Arch. communales de Saint-Puy, livre terrier de 1683.

48 Ibid. Carrère roumiue, fol. 491, 501 : carrère leytouréze. fol. 413. 487. 724 ; camin bigués, fol. 56, 417, 459.

49 Arch. départ. du Gers, livre terrier de Verduzan (1513), fol. 2, 6, 8. 43.

50 Attesté dans un document du xiiie siècle recueilli par Larcher, aimablement communiqué par M. Francis Castex que je remercie.

51 Comptes consulaires de Riscle, p. 255.

52 Arch. départ, du Gers, I 3830, fol. 358.

53 J.M. Bénac, Les saints du calendrier diocésain d’Auch, III. p. 305.

54 Dom Brugèles, Chroniques ecclésiastiques du diocèse d’Auch, Toulouse, 1746, p. 388.

55 Saint-Justin, prieuré bénédictin, actuellement commune du canton de Marciac (Gers). En 1120, les corps saints de saint Justin, saint Luper, saint Austrégésile, saint Cérase, saint julien, saint Maur, saint Fris, saint Sauvy, sainte Dode furent apportés à Auch pour la consécration, en grande pompe, de la cathédrale romane (Cartul. noir de Sainte-Marie d’Auch, charte no 77).

56 Fol. 13 r° et v°, 17 r et v°, 19 r°.

57 Ed. Clergeac, chartes 56 et 83 (1178), 58 (1179), 95 (1188), 206 (1215).

58 Ed. Cazauran, chartes 52 et 425 (1188), 447 (1257).

59 Arch. départ. du Gers, H 5, fol. 110, no 5 (année 1280), fol. 24 et 28 (année 1311) ; dans ces deux derniers cas, il est question du chemin roumyou

60 J.J. Monlezun, Histoire de la Gascogne. Auch. 1849, t. VI, p. 244.

61 Voici une liste non chronologique et non exhaustive de villages gersois d’origine ecclésiastique : Lombez, Garbic, Touget, Simorre, Saramon, Faget-Abbatial, Boulaur, Pessan, Sère, Mouchés, Sainte-Dode, Saint-Maur, Saint-Justin, Tasque, Saint-Mont, etc.

62 Benoît Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale. Gascogne gersoise, Bordeaux 1980.

63 Voir la carte des bastides de Gascogne dressée par Charles Higounet dans son ouvrage Paysages et villages neufs du Moyen Age, Bordeaux, 1975, p. 369. Pour le Gers, il convient d’ajouter Monfort (canton de Mauvezin) et Bretagne-d’Armagnac (canton d’Eauze).

64 Par exemple les coutumes de Saint-Yors, de Gimont, de Barran et de bien d’autres bastides.

65 Voir par exemple les ordonnances de police de La Romieu en 1284, publiées par J. Broconat et Ph. Lauzun, dans La Romieu. Agen, 1910, p. 120.

66 Voir note 4.

67 Voir note 5.

68 J. de Jaurgain et J. Maumus, Cartulaire du prieuré de Saint-Mont. Paris-Auch, 1904, charte IX.

69 G. Loubès, Le commerce en Gascogne vers la fin du Moyen Age, sous presse dans le Bull. de la Soc. archéol. du Gers.

70 Philippe Wolff, Une route de Bordeaux à Toulouse à travers la Gascogne (xive-xve siècles), dans Bull. de la Suc. archéol. du Gers. 1951, p. 214.

71 Comptes consulaires de Montréal. Comptes publiés (voir note 5), mais aussi comptes inédits du xvie siècle. Il s’agit en somme jusqu’à Sos de l’ancien itinéraire de Bordeaux à Jérusalem.

72 Arch. départ. du Gers, I 3959, fol. 19 ; I 3965, fol. 89.

73 Cartulaire de l’abbaye de Gimont, Paris-Auch, 1905, p. 375. 379, 398, etc. La grange d’Ayguebelle était située dans l’actuelle commune de Saint-Lys (Haute-Garonne).

74 Ibid., p. 384.

75 Voir C. Loubès, Sur la voie romaine Auch-Eauze, les stations de Vanesia et Besino, Auch, 1977.

76 Cartulaire noir de Sainte-Marie d’Auch, charte no vii.

77 Voir note 69.

78 Entre Lectoure et Condom, elle s’identifiait avec la via podiensis.

79 Voir note 70.

80 Outre les documents présentés par Ph. Wolff, les archives municipales de Condom rendent compte d’une cité extrêmement active vers la fin du Moyen Age. Cette activité est également manifeste à travers les comptes consulaires de Montréal.

81 Page précédente et note 73.

82 Cartulaire de l’abbaye de Gimont, p. 243.

83 Arch. départ. du Gers, E supplt 499, fol. 69, 121, 285, etc.

84 Voir note 75.

85 Arch. départ. du Gers, E supplt 1015, passim.

86 Archives comm. de Préchac-sur-Adour, livre terrier du xviie s., passim.

87 Voir note 69.

88 Comptes consul. de Riscle, p. 583.

89 Philippe Lauzun, Itinéraire raisonné de Marguerite de Valois en Gascogne d’après ses livres de comptes (1578-1586), Paris, 1902.

90 Lieux-dits divers à Maumusson, Le Houga, Laujuzan, Loubédat, Espas, Courrensan, Aignan, Eauze, Pergain-Taillac, etc.

91 Henri Polge, Une appellation générique du chemin dans l’extrême sud-ouest du domaine gallo-roman : Pouche. poudge, poutge, dans Revue Internationale d’Onomastique, 1959, p. 205. Du même auteur, voir Bull. de la Soc. archéol. du Gers, 1959, p. 83.

92 H. Polge, R.I.O., 1959, p. 205.

93 Cartul. de Gimont, charte 105 ; Cartul. de Berdoues, chartes 431 et 438.

94 Cartul. de Berdoues, chartes 450 et 452.

95 Dans ces parages et peut-être sur cette même route, la charte 417 du Cartulaire de Berdoues (année 1212) évoque aussi un pontem regalem. A cette époque, il s’agit probablement d’un pont comtal, le comte Bernard III d’Astarac étant qualifié de roi par le même cartulaire (charte 407).

96 Voir note 69.

97 Arch. départ. du Gers. I 4032, fol. 28. Un pont saunier existait en 1280 à l’endroit où le chemin de Saint-Jacques (voie de Provence) franchissait le Bouès près de la commanderie de Saint-Antoine (actuelle commune de Monlezun-Pardiac). Le moulin qui l’avoisinait est dit aujourd’hui Moulin de Sauné (Inventaire des titres de La Case-Dieu, Arch. départ. du Gers, H 5. fol. 110).

98 Commune à 12 kilomètres au sud-ouest d’Auch.

99 Arch. départ. du Tarn-et-Garonne, A 272, fol. 164.

100 G. Loubès, Un chemin de l’ambre en Gascogne ? dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers. 1975, p. 221.

101 Voir note 69.

102 Renée Mussot-Goulard, Les seigneurs de Moncrabeau dans la seconde moitié du xiiie siècle, dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers, 1971, p. 237-250.

103 Arch. comm. de Valence-sur-Baïse, livre terrier, s.d., xviie s., fol. 22 ; autre livre terrier de 1613, fol. 249.

104 Arch. comm. du Saint-Puy, livre terrier de 1683, fol. 45, 220, 244, 325.

105 Voir note 75.

106 Arch. départ. du Gers, E supplt 499, livre terrier de Sarrant, antérieur à 1556, fol. 14, 65, 69, 81, 121, 255, 275, etc. ; E supplt 501, livre terrier antérieur à 1667, fol. 85, 106, 114, 130, etc.

107 M. René Laffargue a établi une carte des routes antiques et médiévales autour d’Eauze, encore inédite à ce jour. Pour le réseau routier autour de Lectoure on pourra consulter l’étude et la carte réalisées par Charles Ortet, revues par Mary Larrieu, Les vieux chemins de Lectoure, dans Bull. de la Soc. archéol. du Gers, 1963, p. 58.

108 Raymond Chevallier, La Table de Peutinger, dans Revue « Gaule », 1965, p. 108.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Les voies romaines de la Gascogne.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 2. — Les chemins de Saint-Jacques en Gascogne.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/21181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

© Presses universitaires du Midi, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search