Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Châteaux et peuplements

 | 
Charles Higounet

Avant-propos

Charles Higounet

Texte intégral

1Sur la carte des Centres culturels de rencontre de la France, le Sud-Ouest aquitain offrait jusqu’à il y a peu, une plage vide. C’est ce qu’a ressenti le Conseil général du département du Gers qui, ayant acquis l’ancienne abbaye cistercienne de Flaran, près de Condom, au cœur de la Gascogne, et y ayant entrepris une belle restauration avec l’aide des Monuments historiques, a décidé, pour lui donner une vie active, d’y implanter un centre culturel d’envergure nationale. La gestion et l’animation de cet organisme ont été confiées dès novembre 1975 au Comité départemental du Tourisme et des Loisirs dont le président, M. J.P. Joseph, et le responsable de Flaran, M. R. Laffargue, déploient depuis lors des trésors d’imagination pour assurer la réussite de cette grande œuvre culturelle.

2Il ne s’agissait pas seulement pour eux de promouvoir des manifestations musicales et théâtrales et d’accueillir des expositions et des rencontres occasionnelles. Ils ont voulu aussi faire de Flaran le siège d’une institution scientifique permanente de haut niveau dédiée à l'histoire. C’est ainsi que sont nées, en démontrant le mouvement en marchant et avec la souriante et combien précieuse collaboration de l'abbé G. Loubès, ces journées internationales d’histoire dont la première session a eu lieu en septembre 1979 et dont ce volume publie les résultats prometteurs.

3L’ambition du Comité de direction de ces Journées où sont associées les Universités de Bordeaux, Pau et Toulouse et des personnalités régionales sous la haute autorité du doyen des historiens français M. Charles Samaran, toujours attentif à ce qui sonne gascon, est de faire de ces rencontres, pour l’histoire médiévale et moderne, des « semaines de Spolète » françaises. Comme l’histoire religieuse a son pôle à Fanjeaux en Languedoc, Flaran s’attachera à l’histoire sociale et économique, avec une attention plus particulière à ses rapports avec la géographie, autrement dit s’efforcera de promouvoir une histoire géographique. Mais, en ce sens, se limiter à la région, voire à la France, eût été se priver du stimulant du comparatisme : aussi bien, en faisant toujours une référence à la Gascogne, nos perspectives s’inscriront-elles dans le cadre de l’Europe occidentale. Quant à notre méthode de travail, elle apparaît clairement dans ce premier recueil : une série de rapports sur différents aspects du thème choisi, confiés à des spécialistes reconnus, établissent en un faisceau convergent un état de la question ; de courtes communications ponctuelles, étroitement reliées au sujet des rapports, appellent des exemples précis et ouvrent de nouveaux problèmes.

  • 1 Le texte du rapport présenté oralement par M. Beresford sur « Châteaux et peuplements dans l’Angle (...)

4Le thème que nous avons choisi pour ces premières journées « Châteaux et peuplement en Europe occidentale du Xe au XVIIIe siècle » est propre à illustrer très précisément l'orientation que nous souhaitons donner à ces rencontres de Flaran. Problème d’actualité scientifique, objet de travaux récents et éminents de par toute la France et dans les pays voisins, cette élude du rôle des châteaux dans la formation ou la création d’habitats, villages ou villes, avec toutes les nuances que cela a pu comporter depuis le haut Moyen Age jusqu’à Versailles, nous a offert une histoire confrontée en permanence avec le sol, une histoire comparative, une histoire à l’échelle européenne. Il ne m’appartient pas d’en juger ici les résultats. Mais la lecture de la première synthèse, que notre ami M. Gabriel Fournier a bien voulu accepter de rédiger à chaud, sera assez éloquente1.

5C’est toujours une aventure que d’inaugurer et un tel forum international et la publication d’une nouvelle série scientifique. Notre commission d’histoire de Flaran en prenant ce risque est consciente de celui que le Département du Gers a lui-même accepté en patronnant ces fournées dans le cadre du Centre culturel et elle lui en exprime sa profonde gratitude. Nous, historiens, souhaitons ardemment que dans cet accueillant pays d’Armagnac et sous la double protection de saint Bernard et de d’Artagnan, cette initiative trouve dans cette première réussite le ressort de nombreux lendemains.

Notes

1 Le texte du rapport présenté oralement par M. Beresford sur « Châteaux et peuplements dans l’Angleterre médiévale » n’a malheureusement pas été fourni par son auteur. D’autre part, M. E. Guidoni, qui devait traiter des « Châteaux et villes en Italie et Allemagne pendant la période moderne », n’a pas pu, en dernière heure, participer à nos travaux.

© Presses universitaires du Midi, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter