Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Le retour au passé

Saint Louis en prière

Texte intégral

Attribué à Joseph Piazza
Gignac – Église Saint-Martin
H 179 - L 133

1Cette œuvre, qui relève de l’imagerie pieuse, reprend les trois aspects de la représentation traditionnelle de saint Louis : le roi, le saint et le croisé. Louis est revêtu du manteau fleurdelisé, vêtement officiel du sacre des rois de France. La richesse de ce vêtement, de velours bleu brodé d’or et doublé d’hermine, confirme toute la noblesse et le prestige du personnage. Mais celui-ci, prosterné devant un autel, tête nue et sans autre attribut que son manteau, nous apparaît dans toute sa sainteté.

2La scène se situe dans un intérieur qui veut suggérer l’Orient puisque le paysage montagneux, apparaissant à travers les tentures, évoque l’ailleurs. Toutefois, la présence de l’autel portatif nous indique que ce palais est certainement provisoire, indication renforcée par la géométrie élémentaire de l’espace.

3Saint Louis est en effet parti pour la Croisade en Egypte en 1248, à la suite d’une guérison miraculeuse. La présence des armes sous l’autel rappelle la réalité militaire de l’expédition, les nuages évoquant le monde céleste. Le roi est prosterné devant un crucifix et une couronne d’épines, instrument de la Passion du Christ, posés sur un coussin rouge couleur de sang. La vénération de cette relique, acquise en Orient en 1239, fait partie intégrante de l’histoire de saint Louis qui construisit la Sainte-Chapelle dans son palais pour l’abriter. La composition de l’œuvre et la gamme colorée sont simples : Louis, seul personnage, occupe le centre de l’espace. Un camaïeu de bleus et de verts domine, exaltant l’unique note rouge du coussin.

4Le XIXe siècle, et notamment le courant romantique, s’est efforcé de retrouver le Moyen Age dans la peinture, insistant sur l’image de la France chrétienne du passé, celle des héros et des croisés. Il a également relancé le culte des reliques, très prisé par la dévotion populaire. Enfin, on ne peut négliger la dimension idéologique de l’image. Si les manuels d’histoire de la République laïque s’attachaient à présenter saint Louis “sous son chêne” comme le roi rendant ta justice et unificateur du territoire français, l’imagerie catholique faisait de lui le saint dynastique et national, protecteur du royaume français et de la monarchie. D’autres personnages historiques, notamment Jeanne d’Arc, sont devenus, par une création similaire d’images opposées, un emblème pour chacun des camps.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.