Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Le retour au passé

La Messe de saint Grégoire

Texte intégral

Saint-Denis-Catus – Église Saint-Denis
H 141 - L 112

1L’Église catholique du XIXe siècle fait appel à son histoire pour réaffirmer ses dogmes ; ainsi, un thème ancien, la Messe de saint Grégoire, vient rappeler le mystère de l’Eucharistie : la Transsubstantiation. Ce dogme est particulièrement cher à l’Église catholique puisqu’il est à l’origine de la scission entre protestants et catholiques.

2Le miracle qui transforme le pain et le vin en corps et sang du Christ pendant la célébration de l’Eucharistie, trouve dans ce tableau une illustration claire. Au VIe siècle, durant la messe célébrée par le pape Grégoire dans l’église Sainte-Croix-de-Jérusalem à Rome, un des fidèles se met à douter de la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie ; sur les prières de Grégoire, le Christ apparaît sur l’autel entouré des instruments de la Passion. Il est couronné d’épines et ses stigmates sont visibles.

3Le thème de la Messe de saint Grégoire est habilement utilisé car, même pour qui ne connaîtrait pas l’épisode, le message délivré reste très clair. Le tableau offrant au spectateur le même point de vue que lorsqu’il assiste à la messe, le fidèle est ainsi mis dans la situation de celui qui a douté, et devient le destinataire de ce miracle qui a pourtant eu lieu des siècles auparavant. La plupart des représentations de cette Messe montre le Christ soutenu par des anges, ou parfois par la Vierge et saint Jean. Ici un parti à la fois naïf et spectaculaire est adopté : c’est le Christ du crucifix surmontant l’autel qui s’anime et détache son bras de la croix pour recueillir son sang dans le calice de l’officiant. L’image ne saurait être plus pédagogique. En revanche, la qualité stylistique de l'œuvre est médiocre : les corps sont disproportionnés et la perspective maladroite.

4Plus couramment illustrée au XVe siècle, la Messe de saint Grégoire est un thème rare au XIXe siècle. La toile de Saint-Denis-Catus semble être la seule présente dans le Lot. De facture locale, ce tableau est peut-être une commande particulière du curé de la paroisse qui souhaitait rappeler à ses fidèles l’un des dogmes essentiels du catholicisme.

Né à Rome en 540, abbé bénédictin d’un monastère qu’il fonde sur les domaines de sa famille, Grégoire devient pape en 590. Erudit, théologien et philosophe, Grégoire est surtout un grand administrateur et réformateur, notamment en matière de liturgie, et l’auteur de nombreux ouvrages qui ont profondément marqué la pensée médiévale. Personnage important de l’histoire de l’Église et du christianisme, il est, avec Ambroise, Augustin et Jérôme, l’un des quatre Docteurs de l’Église.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site