Versión clásicaVersión móvil

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Le retour au passé

Le couronnement de Notre-Dame de Rocamadour

Cyprien-Antoine Calmon

Texto completo

Cyprien-Antoine Calmon (1837-1901)
1884
Cahors - Église du Sacré-Coeur
H 337 - L 236

1Cette œuvre du peintre lotois Cyprien-Antoine Calmon relate un épisode important de l’histoire de Rocamadour : Mgr Bardou fut chargé par le pape Pie IX de couronner la Vierge Noire, le 8 septembre 1853. Cet événement est l’occasion, pour le clergé du diocèse, d’une cérémonie fastueuse : la richesse des vêtements et des objets liturgiques, distincts selon le rang des participants, renforce le caractère solennel de la scène. Tous les regards de l’assemblée, dans un recueillement profond, convergent au moment même où l’évêque pose la couronne sur la tête de la petite Vierge Noire, vêtue de dentelle, de velours bleu et d’or pour la circonstance. Voici donc une illustration de ces grandes cérémonies religieuses propres au XIXe siècle. Même si les conditions de la naissance de ce culte au Moyen Age demeurent obscures, la dévotion à la Vierge Noire sut traverser les siècles sans jamais cesser complètement. La renaissance de ce pèlerinage dès 1830 bénéficia du regain puissant de la dévotion à Marie, activement relayé par les actions de Mgr Bardou, évêque de Cahors de 1842 à 1863, qui entreprit la rénovation du sanctuaire. C’est tout naturellement à lui que Pie IX confia l’honneur de couronner d’or la Vierge de Rocamadour redevenue célèbre.

2Lorsque Cyprien-Antoine Calmon réalise cette œuvre en 1884, il est déjà connu à Cahors et fait figure de peintre officiel. Après avoir été élève de l’école des Beaux-Arts à Toulouse, il a ouvert à Cahors un atelier de sculpture avant de devenir professeur de dessin à l’école de jeunes filles et à l’école normale.

3Le style néo-gothique adopté par Calmon pour cette œuvre est un choix significatif, rappelant la naissance du culte. Calmon maîtrise parfaitement cette manière puisque c’est lui qui restaura, en 1874, les peintures murales de la cathédrale de Cahors, datant du XIVe siècle. Le format “gothique”, les frises végétales encadrant le sujet, l’inscription du bas, tout est choisi pour rappeler les grandes fresques médiévales. Le style lui-même se veut médiéval : les personnages sont statiques, les visages stéréotypés, le dessin cerné de noir, les couleurs posées en aplat. Le cadre, censé représenter le sanctuaire de Rocamadour, semble totalement irréel.

Né en Italie dès le XVIe siècle, le phénomène des couronnements des Vierges ne s’est étendu à la France qu’au XIXe siècle. Ces cérémonies étaient décidées par le pape pour les Vierges bénéficiant d’une longue dévotion attestée par de nombreux miracles. Dans un contexte favorable au culte marial, ces célébrations particulières venaient encourager le renouveau des pèlerinages locaux et nationaux. De 1842 à 1955, cent soixante-cinq Vierges furent couronnées officiellement.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20732/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 2,0M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search