Desktop versionMobile Version

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Le retour au passé

Vierge à l’Enfant au rosaire

Volltext

Signé (non identifié)
1868
Limogne-en-Quercy - Église Saint-Biaise
Donné par l’Evêque de Cahors, 1868
H 277 - L 187

1Longtemps considéré comme une période intermédiaire, le Moyen Age est redécouvert par les artistes du XIXe siècle. Cette Vierge au rosaire directement inspirée de cette époque témoigne de leur attrait pour l’art religieux médiéval.

2L’artiste travaille la peinture à l’huile en imitant l’aspect de la fresque, peinture murale où des couleurs délayées à l’eau sont posées sur une couche de mortier frais. Il utilise pour cela des couleurs claires, presque en lavis, entoure ses personnages d’un cerne et leur donne peu de modelé. Il reprend, pour l’arrière-plan sur lequel se détache nettement la Vierge, les motifs étoilés jaune et rouge figurant sur les murs des églises médiévales. L’œil du fidèle n’est ainsi pas distrait du sujet religieux.

3La composition parfaitement symétrique garde l’esprit du Moyen Age. Assise sur un coussin de tissu précieux, sur un trône monumental, la Vierge est présentée comme une sainte reine. Sa majesté est soulignée par son auréole et sa position hiératique, figée, qui rappelle les Vierges des icônes byzantines. Les motifs du trône sont des réinterprétations de modèles de décors médiévaux, que l’on retrouve dans les fameux décors “gothiques”, créés par Viollet-le-Duc pour les églises elles-mêmes, et abondamment repris.

4L’artiste s’inspire des Vierges très largement copiées de Bouguereau, célèbre peintre du XIXe siècle. Quelques emprunts à la Renaissance sont cependant perceptibles dans le traitement sculptural des corps et des lourds plis des vêtements, et dans l’utilisation d’une lumière diaphane idéalisant les corps, les rendant ainsi volontairement désincarnés.

5Debout sur les genoux de sa mère, l’Enfant Jésus tend aux fidèles le rosaire. La pratique du rosaire, née au XIIIe siècle, est réactivée au XIXe siècle. En égrenant ce chapelet, les fidèles s’adressent à la Vierge afin que celle-ci intercède en leur faveur auprès de Dieu. Sur la toile, les éléments symboliques s’accumulent : le chapelet, les roses, les motifs décoratifs, l’inscription, et les couleurs. L’origine du mot rosaire, qui signifie couronne de roses, est rappelée par la branche de rosier posée au pied du trône et par les motifs décoratifs sculptés sur ce dernier : rosaces et gros bourgeons. L’inscription sur la dernière marche du trône “Regina Sacratissimi Rosarii O.P.N. (Ora pro nobis) (Reine du Très Saint Rosaire, priez pour nous)” formule explicitement le message.

L’origine du rosaire
Selon les dominicains, elle remonte au XIIIe siècle. Vers 1210, à Albi, la Vierge apparaît à saint Dominique et lui remet un chapelet qu’il appelle la couronne de Notre-Dame. Ce rosaire lui aurait permis de triompher de l’hérésie albigeoise, ce qui explique la fréquence de ces représentations dans les églises du Midi. Par ailleurs, cette nouvelle dévotion s’est répandue rapidement grâce à la multiplication des confréries du rosaire impulsée par les dominicains. Dans le Lot, d’autres toiles reprennent ce thème, c’est le cas des Vierge remettant le rosaire... de Montgesty et de Grane-jouls présentées dans le texte précédent.

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20727/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 2,2M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search