Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Le retour au passé

La Vierge remettant le rosaire à saint Dominique et sainte Catherine de Sienne

Texte intégral

Attribué à Joseph Piazza
Mongesty - Église Notre-Dame-de-l’Assomption
H 230 - L 197

1Comment interpréter cette étonnante composition où de petites représentations rappelant les vignettes d’une bande dessinée entourent une scène principale, si l’on ne connaît pas la pratique du rosaire ?

2L’œuvre s’inspire directement des polyptyques du Moyen Age, ces ensembles de panneaux peints et sculptés généralement placés derrière l’autel. Ce choix de composition obéit à un objectif précis : servir de support à la récitation du rosaire, l’une des pratiques les plus populaires de la piété catholique au XIXe siècle.

3La scène principale illustre l’origine de l’exercice : la Vierge aurait remis le chapelet du rosaire aux deux fondateurs de l’ordre dominicain, sainte Catherine de Sienne et saint Dominique. On les reconnaît à leur habit : robe blanche et manteau noir, ainsi qu’au chien de Dominique tenant dans sa gueule un flambeau allumé.

4Marie aurait également enseigné aux deux religieux la prière correspondante, qui consiste à réciter trois fois de suite des Ave Maria, à l’aide du chapelet composé de cinq dizaines de perles. Le fidèle peut ainsi méditer sur la manière dont la Vierge a vécu les grands épisodes de la vie du Christ nommés “mystères”. Les quinze scènes du tableau correspondent donc aux quinze dizaines d’Ave et à quinze événements de la vie du Christ regroupés en trois cycles : les “Mystères joyeux”, les “Mystères douloureux”, et enfin les “Mystères glorieux”.

5Ce tableau offre ainsi aux fidèles un second support de mémorisation et de récitation des Ave, d’où sa composition extrêmement structurée et pédagogique. Chaque mystère est représenté dans une vignette indépendante, légendée à l’aide d’un cartel et facilement reconnaissable grâce à un traitement simplifié privilégiant les personnages principaux. Leur lecture se fait toujours du coin inférieur gauche jusqu’au coin inférieur droit de la toile.

6Largement diffusé, au cours du XIXe siècle, à travers les images pieuses elles-mêmes inspirées d’œuvres de grands peintres tels Orsel (Le Bien et le Mal, 1833) et Rivoulon (Les Litanies de la Vierge, 1846), ce type de composition médiévale présente à Granejouls la particularité d’une bordure en forme de chapelet qui encadre la scène.

La Vierge remettant le rosaire à saint Dominique
Granejouls - Église Notre-Dame-de-l’Assomption

La Vierge remettant le rosaire à saint Dominique
Image pieuse

Les Mystères joyeux : l’Annonciation, la Visitation, la Nativité, la Présentation de Jésus au Temple, le Recouvrement de Jésus.
Les Mystères douloureux : l’Agonie de Jésus, la Flagellation, le Couronnement d’épines, le Portement de croix, la Crucifixion.
Les Mystères glorieux : la Résurrection, l’Ascension, la Pentecôte, l’Assomption, le Couronnement de la Vierge.

Table des illustrations

Légende La Vierge remettant le rosaire à saint DominiqueGranejouls - Église Notre-Dame-de-l’Assomption
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende La Vierge remettant le rosaire à saint DominiqueImage pieuse
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20722/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20722/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site