Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Les saints

Sainte Philomène

Texte intégral

vers 1850-1851
Montdoumerc - Église Saint-Laurent
Huile sur toile marouflée au mur avec un cadre peint en trompe-l’œil
H 292-L 171

1FILUMENA PAX TECUM FIAT : “Que la paix soit avec toi, Philomène”. Voici ce que l’on peut lire sur la pierre tombale représentée dans le tableau. S’inspirant de cette épitaphe découverte en 1802 à Rome, l’artiste a représenté sainte Philomène en paix. Ni les cordes du pilori entamant ses poignets, ni le fouet lacérant son corps, ni l’ancre lourde l’entraînant au fond du Tibre, ni les flèches entaillant sa chair, ni la lame glaciale du bourreau sur son cou, pas une de ces souffrances ne transparaît sur son visage. Le martyre n’est plus qu’un souvenir évoqué par les instruments de torture disposés autour d’elle. En extase, elle regarde le Ciel pendant que deux anges, l’un portant la palme du martyre, l’autre la couronne de virginité, la glorifient.

2Jeune et belle, Philomène est représentée conformément à la vision qu’une sœur napolitaine eut d’elle en 1832. C’est d’ailleurs par sa beauté que, dès leur première rencontre, la sainte subjugua l’empereur romain Dioclétien. Il demanda sa main sur-le-champ. Vouée à Dieu, elle refusa. Furieux, l’empereur la fit arrêter et torturer, persuadé qu’ainsi elle céderait. Rien n’y fit. Philomène fut à chaque fois secourue par deux anges, jusqu’au jour où, ne supportant plus l’affront, Dioclétien ordonna sa décapitation.

3L’utilisation d’ocres lumineuses offre la sensation d’une présence céleste autour de Filumena “fille de la lumière”. Cet effet montre l’habileté du peintre, la qualité de son style d’inspiration classique et de son dessin aux inflexions maniéristes. Equilibrée, réfléchie, la composition théâtrale de ce tableau exalte la sainteté de la jeune fille. Similitudes de style, même technique, même encadrement, proximité géographique : on peut rapprocher le tableau de la Mort de saint Joseph de Louis Cazottes, à Lalbenque.

4L’œuvre illustre un autre aspect du courant de piété ultramontaine, qui glorifie la virginité et encourage le culte des saints. Influencé par la propagation du culte de Philomène dans le canton de Lalbenque, Montdoumerc se dote de ce tableau dès 1850. Après quelques guérisons miraculeuses, un pèlerinage, très vite reconnu dans toute la région, est créé en l’honneur de la sainte.

5Au-delà de l’image et de l’histoire bien particulière de sainte Philomène, le tableau de Montdoumerc semble, en cette période difficile pour l’Église, délivrer au croyant un message important : “Reste fidèle à Dieu malgré tes souffrances et le Ciel te rendra grâce.”

Philomène ou l’invention d’une sainte martyre.
Le corps de sainte Philomène fut découvert en mai 1802 dans une catacombe de Rome. L’inscription peinte sur les dalles fermant la tombe suffit à identifier la jeune martyre Filumena. Bientôt le culte se propage en Europe et connaît le succès : reliques, vitraux, statues, Philomène est très populaire, jusqu’en 1960, date à laquelle le Vatican met fin au culte pour manque de preuves d’authenticité.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site