Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Les saints

La Madeleine repentante

Le Roho

Texte intégral

1851
Cahors - Musée Henri-Martin
H 32,5-L 24

1Ce tableau nous frappe tout d’abord par sa dimension sensuelle. Marie Madeleine est présentée sous les traits d’une jeune femme plantureuse aux longs cheveux blonds dénoués, qui sont l’un de ses attributs. Sa position alanguie traduit une sensualité retenue, de même que son geste pour voiler sa poitrine. Son corps, magnifié par une carnation très claire, se détache sur le fond noir du tableau et sur le vêtement vert sombre qui lui couvre les jambes. Le contraste est encore accentué par la lumière venue d’en haut, tombant sur sa nudité. Les formes gracieuses de la sainte, son visage doux et ovale, les lignes pures des bras et du cou, la cambrure des reins et la courbe des jambes sont autant d’éléments qui soulignent la sensualité de la pénitente. Ici, Marie Madeleine apparaît, de prime abord, sous les traits de la pécheresse qu’elle fut jadis, sans doute une courtisane. Puis, devenue une disciple proche du Christ, elle l’accompagna de Galilée jusqu’au Calvaire.

2D’après la tradition populaire, Marie Madeleine, son frère Lazare et sa sœur Marthe, embarquèrent après l’Ascension à bord d’une barque et accostèrent au large de Marseille. Ils prêchèrent alors l’Evangile dans toute la Provence.

3Puis Marie Madeleine décida de se retirer du monde pour faire pénitence et s’installa dans la grotte de la Sainte-Baume. C’est là qu’elle est représentée assise à même le sol, pauvre et misérable, simplement vêtue de ses cheveux, dans un décor dépouillé. La sainte médite devant la Bible et une tête de mort, un autre de ses attributs. Son repentir est rendu par son visage à l’expression intense, implorant, qui regarde vers le ciel.

4Marie Madeleine, si souvent nommée en première place parmi les femmes qui accompagnaient Jésus, incarne la fidélité aimante. Elle est l’une des saintes les plus populaires au XIXe siècle, car elle symbolise la pécheresse repentie et sanctifiée, auquel le commun des mortels peut s’identifier.

5La sensualité qui émane de cette toile peut paraître inattendue ; elle nous conduit à supposer qu’elle était destinée à un oratoire privé, ce que confirmerait son petit format. La dimension érotique a toujours été présente dans la peinture religieuse : que l’on songe à la Renaissance vénitienne ou à la période baroque. Le XIXe siècle, siècle moral, a assumé plutôt discrètement cet héritage.

6Sur la construction de la légende de Marie Madeleine, voir p. 30

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.