Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Les saints

L’Ascension de Jean-Gabriel Perboyre

Texte intégral

Castelfranc - Église Notre-Dame-de-l’Assomption
H 270 - L 166

1“Encore Perboyre !” La réflexion vient spontanément lorsqu’on visite les églises du Lot. Les vitraux, les tableaux, les statues surtout, diffusent à l’envi son image, et quelle image ! Il est représenté mort, bras et jambes ligotés à son gibet, vêtu de la robe rouge des condamnés chinois et coiffé d’une longue tresse. Les peintres se sont souvent contentés de reproduire ce stéréotype dans un paysage d’un exotisme de convention.

2En revanche, le peintre de Castel-franc n’a pas manqué d’audace. Il a imaginé l’ascension de Jean-Gabriel Perboyre. Comme il a consacré sa vie à la mission et à l’évangélisation, au point de s’y sacrifier, l’enfant du pays né à Montgesty (canton de Catus) le 6 janvier 1802, reçoit l’auréole, symbole de sainteté, bien avant la canonisation de 1996. En fait, ce tableau illustre un message de l’Église, articulé autour d’un personnage local. Il s’agit de démontrer les bienfaits de la vocation au XIXe siècle. Toute personne qui s’engage dans l’Église est assurée d’obtenir la vie éternelle.

3Pour donner encore plus d’impact à ce discours, l’auteur crée une confusion entre le saint et le Christ. Perboyre a les bras en croix et son visage ressemble curieusement à celui du Christ. En outre, comme sur le calvaire, on trouve un panneau, rédigé en caractères chinois, indiquant le motif de sa condamnation. Le prédicateur est considéré comme un “sectateur de la fausse religion”.

4Lorsqu’il part, Jean Gabriel sait qu’il est passible de la peine de mort sur le territoire chinois. C’est pourquoi, afin de passer inaperçu, il revêt le costume local, évoqué ici par une tresse et une robe à pans croisés. Mais cela s’avère insuffisant puisqu’il finit par être arrêté, martyrisé et exécuté par strangulation. Plusieurs détails parlants pour le fidèle de l’époque font allusion à ces événements.

5La croix lumineuse évoque l’instant où le saint expire. En effet, d’après les nombreuses Vies du Bienheureux Perboyre, publiées au cours de la seconde moitié du XIXe siècle dans le diocèse de Cahors, cette croix fut visible dans plusieurs lieux de la Chine lorsque Perboyre mourut. Il avait longuement subi la torture avant son exécution, à genoux sur des chaînes de fer, d’où leur présence au premier plan.

6En complète rupture de ton, le paysage d’arrière-plan reprend de paisibles motifs “à la chinoise” - voire des saynètes dans d’autres toiles - tirés des décors de faïences. Chine ici, Terre Sainte là... exotisme naïf toujours.

Le Bienheureux Perboyre
Grezels - Église Saint-Hilaire

Table des illustrations

Légende Le Bienheureux PerboyreGrezels - Église Saint-Hilaire
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site