Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Les saints

Saint Roch

Texte intégral

Béduer - Église Saint-Etienne.
H 186,5 - L 153

1Deux détails permettent d’identifier immédiatement le saint “pesteux” : le chien apportant un morceau de pain et le bubon de la peste. Comme toujours dans les images de saint Roch, il est placé, par décence, sur la cuisse et non à l’aine.

2Saint Roch, né au XIVe siècle dans une riche famille montpelliéraine, est parti en pèlerinage à Rome après avoir vendu tous ses biens. Au retour, atteint par la peste, il se réfugie dans une forêt où un chien lui apporte chaque jour du pain dérobé à son maître. Un jour, le maître décide de suivre son chien et découvre saint Roch. Il le reçoit dans sa demeure où saint Roch est guéri par un ange. De retour à Montpellier, soupçonné d’espionnage, il est arrêté et meurt en prison.

3Le tableau, de facture simple, présente saint Roch, robuste et non rasé, sous ses traits habituels de voyageur. Il porte l’habit du pèlerin : chapeau à large bord, court manteau sur les épaules, tunique. Il arbore des coquilles : d’abord attributs des pèlerins de Compostelle, elles furent ensuite associées à tout pèlerinage. Le saint tient un long bâton de voyageur à bout rond, le bourdon. Une clochette et une courge faisant office de gourde y sont accrochées. La guérison miraculeuse est évoquée par trois angelots et des rais lumineux. Elle est située dans la forêt : la légende n’est donc pas respectée, mais ses éléments les plus importants sont rassemblés pour que l’image soit facilement comprise.

4La peste disparaissant peu à peu aux XVIIe et XVIIIe siècles, le culte de saint Roch tombe en désuétude en ville. Il reste vivace dans les campagnes du Lot comme dans tout le sud-ouest du massif Central. Saint Roch y est désormais invoqué pour protéger le bétail des épidémies, qui constituaient une menace grave pour un système agricole encore traditionnel, donc constamment en équilibre précaire. C’est dire si la Saint-Roch, le 16 août, était une fête importante, avec grandes processions et bénédiction solennelle des troupeaux par le prêtre.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.