Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Les saints

La Charité de saint Martin

Edouard Corbet

Texte intégral

Edouard Corbet (1815 - ?)
1848
Cahors - Église Saint-Martin de Bégoux
Don de M. Lacrouy-Lacoste Père
H 240 - L 223

1La Charité de saint Martin apparaît comme un sujet religieux très significatif au XIXe siècle. Les nombreuses représentations témoignent d’une forte demande et transmettent parfois une symbolique assez complexe : derrière chaque image, il y a une définition de la charité et de la pauvreté. Tout en illustrant en premier lieu la dimension morale de la scène, le peintre fait du personnage de Martin, alors soldat de l’armée romaine, l’image de l’Église conquérante. La stature imposante de Martin domine la composition et s’oppose à la silhouette recroquevillée du pauvre. La succession des gestes, notamment le partage du manteau, se réalise alors que le cheval semble encore dans sa course... Quelle précipitation ! Il paraît difficile d’en montrer davantage...

2L’action se réduit pourtant à l’essentiel : le pauvre, accroupi au pied du cheval, reçoit du saint la moitié de son manteau. L’épisode se déroule à Amiens, Martin étant envoyé en garnison en Gaule. Il rencontre sur son chemin un mendiant grelottant. Ce dernier est installé sur une litière de paille d’où dépassent quelques épis de blé, dévêtu et blessé. Ainsi, l’image du Christ est doublement évoquée : par ce blé illogique, c’est au pain de l’Eucharistie qu’il est fait référence, les blessures suggérant les plaies de Jésus. Ces détails renvoient en effet à la parole du Christ sur la charité : “En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait !” (Matthieu, xxv, 40). D’ailleurs, la légende de saint Martin rapporte qu’après l’événement, il vit en songe le Christ, couvert du demi-manteau, le remerciant de son geste. Dès lors, il se convertit et fut nommé évêque de Tours en 370.

3Le tableau de Bégoux peint par Edouard Corbet, d’origine parisienne, révèle une bonne maîtrise. La scène baigne dans un clair-obscur, qui contraste avec le paysage enneigé sur lequel se découpent les ombres des silhouettes. Cet effet soutenu par les couleurs vives des vêtements, accentue la tension dramatique de l’action. Cependant, le corps du pauvre, franchement bien nourri, ne fait pas pitié : c’est un pauvre présentable et non misérable. Par son traitement académique, il renvoie au courant néoclassique, comme la composition en pyramide de l’ensemble et la représentation du cheval dont la tête et l’encolure restent cependant maladroites.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.