Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les anges dans nos campagnes

 | 
Louis Peyrusse

Les saints

Saint Jean Baptiste enfant

Texte intégral

Gramat - Église Saint-Pierre
H 182-L 127

1C’est une image pastorale et enfantine qui nous est proposée : dans un paysage de ruines et de verdure, un petit berger étreint un mouton. L’enfant est l’image même du “beau bébé” ou de l’angelot : corps rose et potelé, bouclettes châtain et visage joufflu. L’agneau à la toison idéalement douce, propre et peignée ressemble à un jouet. L’artiste joue sur le registre de l’idéalisation “sucrée” pour attirer l’attention des jeunes chrétiens et de leurs mères. En interpellant le spectateur de son regard, l’enfant l’engage à se pencher sur son histoire.

2Ce jeune garçon n’est pas un enfant comme les autres, il s’agit du cousin de Jésus : Jean Baptiste. Son identification était sans doute aisée pour les enfants du XIXe siècle, nourris d’enseignement religieux, grâce aux éléments symboliques figurés sur le tableau. Le saint porte toujours, en effet, une peau de mouton ceinte autour de la taille ou posée sur ses épaules ; il est très souvent accompagné de la croix et d’un agneau, symbole du sacrifice du Christ. Chacun de ces éléments participe de l’histoire racontée. Saint Jean Baptiste est le dernier des prophètes à annoncer la venue du Christ, qu’il baptise dans le Jourdain. Ses attributs viennent rappeler le sacrifice de Jésus : l’inscription figurant sur le phylactère qui s’enroule autour de la petite croix reprend les paroles qu’il prononce pour présenter le Christ : “Ecce Agnus Dei (Voici l’Agneau de Dieu)” (Jean, I, 29). La représentation de Jean Baptiste en berger est avant tout symbolique : il est le bon pasteur, celui qui guide les hommes, ici les jeunes chrétiens, sur la bonne route.

3Le peintre n’est pas l’inventeur de cette formule, il a semble-t-il puisé son inspiration chez des maîtres antérieurs tels que Murillo, peintre espagnol du XVIIe siècle. Ce dernier a représenté de nombreuses scènes religieuses avec des enfants : Jésus, Jean Baptiste, la Sainte Famille... Un tableau de Gramat évoque le Bon Pasteur enfant du musée du Prado, tout comme le Saint Antoine de Padoue et l’Enfant Jésus, retrouvé à Puy-l’Evêque, s’inspire de l’œuvre du musée des Beaux-Arts de Séville.

4Dans le Lot, d’autres compositions mettent en scène des enfants : dans la toile de Béduer par exemple, saint Jean Baptiste et Jésus sont représentés jouant ensemble sous le regard de leurs mères, Elisabeth et la Vierge.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/20632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.